Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Je n'aime pas spécialement parler de moi. Je préfère quand ce sont les autres qui parlent, et je les fais payer au passage. Si vous insistez, très bien, on ne va pas s'emporter pour si peu. Je suis moi, avec mes bons défauts. Je m'entends mal avec les gens, parrait-il que je dérange l'égo de certains. Il m'arrive de me prendre des claques, ce n'était pas comme si je cherchais à les éviter pour faire un monde honorable. Ouais, c'est ça, je suis un pauvre type et je vis bien avec. Il va falloir t'y faire.

• INSCRIS LE : 31/07/2017
• MESSAGE : 112 • POINTS : 0
• CÉLÉBRITÉ : Dane Dehaan
• CRÉDITS : Je colle mes gommettes tout seul, comme un grand
• DC : Nope
MessageSujet: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Dim 10 Sep 2017 - 14:36






Disclaimer :
Ceci n’est pas TOTALEMENT un rp sur le camping sauvage.
Merci pour votre attention.



Week-end en siècle inconnu,
ou les tribulations alcoolisées
d’une gueuse et d’un Lord

Rose & TJ




Week end à Rome…  beuglait la radio. Afin de coincer la bulle dans ta bulle… TJ grimaça et écrasa brutalement l’index sur le bouton pour basculer sur la radio. C’était quoi cette chose ? Il ne voulait pas vraiment savoir pourquoi son grand-père avait un disque pareil dans sa voiture. Quoique, après réflexion, ça devait appartenir à sa grand belle mère (vous connaissiez pas encore, ben, voila, c’est fait) d’origines française. C’était bien son genre d’écouter de la variété de son bon vieux pays hexagonal infesté de bouffeurs compulsifs de fromages non pasteurisé. Elle n’avait pourtant jamais vécu là-bas, mais sans doute s’imaginait-elle que parler à tout va de son ascendance européenne pouvait la faire paraitre plus classe. Ben, non, clairement pas. Le pourcentage de bouseux incultes était le même partout, avec ou sans fashion week mondialement connue.

Mais on s’égarait un peu. Le week end vadrouille pseudo médiévale était arrivé à une vitesse alarmante. Trouve un voiture avait dit Rose et il en avait effectivement trouvé une. Le docteur préférait largement prendre le taxi en temps normal, mais puisqu’ils sortaient apparement de la ville pour s’enfoncer dans la campagne profonde, le note aurait plafonné trop haut, pour peu qu’un chauffeur accepte de les conduire jusqu’au fin fond du monde connu. Cela dit, pour ce qu’ils allaient faire, un coin de verdure plus grand qu’un parc urbain était tout de même plus indiqué pour être partiellement crédible.

Papy Waldorff Askott s’était montré tout à fait ravi d’ouvrir son garage, pour une fois que son petit fils remontrait un peu d’intérêt pour sa fabuleuse collection de vieilles cylindrés, briquées à en avoir une conjonctivite. Il y avait d’ailleurs un peu trop de choix… Alors le vieux, pas grabataire, (et par Odin il se serait très bien entendu avec Olive) avait tendu les clés de sa Cadillac décapotable de 64, peinture bleu lagon et jantes chromées rutilantes. Pour passer inaperçu, on repasserait, mais bon… Elle était quand même plus agréable à regarder qu’un pick-up défoncé et rafistolé avec des pièces chopées dans la casse du coin. TJ avait un peu hésité mais il s’était laissé rapidement convaincre, rapport sans doute à cette fois mémorable au papy l’avait initié à la conduite alors qu’il avait à peine 12 ans. Vieux, riche, et inconscient, parfois ça avait aussi du bon.

Il avait la voiture mais le docteur avait laissé le soin à Rose de s’occuper du reste, les costumes, l’itinéraire, la réservation dans un hôtel correct, entre autres préparatifs en vue d’un voyage.   Espérons que ce choix appelé par sa tendance a déléguer les tâches qui l’ennuyaient passablement ne lui retombe pas dessus. Ce qui commençait cela dit à l’inquiéter quelque peu alors qu’il se garait devant chez Rose. Avec une telle femme, il fallait s’attendre à trouver un boa constrictor dans son lit pendant la nuit, ou pire, des serviettes sales dans la salle de bain, voire des moutons de poussière gros comme un container dans l’armoire.

C’était quoi tout cet attirail qui trainait déjà sur le trottoir ? Ils allaient faire l’ascension de l’Everest finalement ? Ca sentait très mauvais cette affaire… Le docteur pensa à faire demi-tour immédiatement pour s’épargner quelques séances chez l’osthéo. Décidément, pour avoir une literie passable il n’y avait pas trente six solution, il devait s’occuper de tout lui-même. Et voila, une fois encore un long soupir s’échappa de ses lèvres.

« Me dis pas que tu as attendu la dernière minute pour réserver… La wifi passe encore, mais là, tu es vraiment en dessous de tout. Penses-tu seulement à la santé de tes congénères ? » Ruminant, le docteur descendit tout de même de voiture pour ouvrir le coffre. « Si c’est pour faire comme à l’époque, je peux déjà te dire que c’est totalement anachronique. Autant dormir à la belle étoile enroulé dans des peaux de bêtes. »

Il trouverait bien un motel ou un chambre d’hôte sur la route. Pour lui, pas pour Rose, elle, elle finirait dans cette tente à se geler et à maudire la condensation, ça lui apprendrait. On était en septembre, pas en plein mois de juillet, c’était bon pour finir avec une fièvre haute comme le Kilimandjaro pendant une semaine, enterré vivant sous 3 couettes avec un bonnet et des gants à recracher son bouillon à force de tousser. Et oui, il ne s’amuserait pas à jouer les gardes malades pour une erreur aussi grossière qu’un beauf avec une dizaine de bières dans le nez devant une demoiselle avec un décolleté plongeant et une permanente des années 80.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♣️ On la surnomme Cruella alors elle a un Dalmatien qui s'appelle Pongo ♣️ Elle est végétalienne et militante pour la protection des animaux ♣️ Elle est toujours habillée en noir et blanc avec un rouge à lèvres vif ♣️ Elle aime le rock, le métal ♣️ C'est une païenne ♣️ Elle possède plusieurs tatouages ayant la sorcellerie pour référence ainsi de des symboles celtes et vikings ♣️ Elle a un piercing au septum ♣️ Elle est douée pour imiter le cri des oiseaux ♣️ Elle est passionnée par les ovnis ♣️ Elle possède une moto ♣️ Elle sait jouer de la guitare ♣️ Il lui arrive de partir en vadrouille plusieurs semaines pour se démerder seule dans la nature ♣️

• INSCRIS LE : 11/07/2017
• MESSAGE : 236 • POINTS : 535
• CÉLÉBRITÉ : jelka jpg
• CRÉDITS : (avatar)Winter Soldier + (gifs) Illabye
• DC : 0
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Lun 11 Sep 2017 - 0:29

La gueuse et le lord

TJ & Rose

Voilà longtemps que ses entrées étaient affichées sur son mur, un rappel chaque jour d'un festival médiéval qu'elle attendait chaque année avec impatience. C'était l'occasion de voir autre chose que son train train quotidien et puis cette année elle y allait avec TJ alors ça promettait d'être assez drôle. Elle se demandait déjà comment il allait réagir mais elle espérait surtout qu'il allait aimer parce que c'était pour un week end. De toute façon elle ne lui laissait pas le choix. Pongo était l'invité d'honneur de sa cousine, elle avait une maison et un autre chien avec qui il pourrait s'amuser ainsi elle ne serait pas la seule à être en week end. Rose avait tout préparé la veille, la tente, les matelas, les couvertures, tout le nécessaire pour être à l'aise pour leur campement. La jeune femme avait aussi prit de la nourriture et de l'eau juste au cas où car elle comptait bien tourner à la bière. Elle s'était ensuite revêtue de sa robe médiévale de tavernière ou on ne sait quoi, c'était une simple blouse tombant sur ses épaules, une jupe longue pourpre et un corset. Pour ses cheveux, elle allait enfin satisfaire la curiosité de ceux qui se demandaient à quoi elle ressemblait sans avoir ses cheveux bicolores. Rose avait une perruque de très belle qualité qui se rapprochait beaucoup de sa couleur naturelle. Elle l'avait coiffée de sorte que rien ne laisse penser que c'était une perruque. Quand au maquillage, et bien elle n'en avait pas et pour une fois ça lui allait très bien.

Elle fut surprise de voir TJ arriver dans une aussi belle voiture et en même temps elle n'aurait pas dû l'être. Bon, ça ferait l'affaire. Rose adressa un geste de la main à son ami pour le saluer depuis sa fenêtre  alors qu'elle était en train de tout mettre sur le trottoir afin de gagner du temps. Mais elle l'entendit râler, pour changer, alors elle sortit pour le rejoindre. Elle avait su d'avance qu'il lui ferait un flan et c'était bien pour ça qu'elle ne lui avait rien dit pour la tente. Alors cela l'avait fait sourire, parce qu'elle avait vu juste et qu'il n'avait pas de raisons de s'inquiéter.

« J'ai des peaux en synthétique je peux toujours les prendre pour faire comme si! »

Son air un peut dépité était attendrissant, parce qu'il faisait sa petite nature mais elle était certaine qu'il allait apprécier sans le dire. Il y avait une si bonne ambiance à ce genre d'événement qu'il ne pouvait pas en être autrement.

 «Ça va Tommy tu va voir elle est très confortable cette tente et puis c'est que pour une nuit ! Tu vas tellement l'aimer que tu voudras la planter dans ta chambre après tu vas voir!  »

Rose lui adressa un large sourire, il n'était pas au bout de ses peines parce qu'elle comptait bien lui faire revêtir le costume qu'elle lui avait choisi pour l'occasion. Elle le lui remit entre les bras, aujourd'hui et demain, du loin le temps du festival, il allait être un lord écossais. Elle avait eu l'embarras du choix mais elle était déjà certaine que ça allait lui aller bien mieux qu'un attirail de viking ou l'armure d'un chevalier.

«Enfile ça et on s'en va ! Je m'occupe de tout mettre dans la voiture»

Elle lui laissa le chemin libre pour aller dans sa salle de bain se changer et admirer le joli costume qu'elle lui avait acheté. Avec ceci, il aurait une raison de la traiter comme une moins que rien puisqu'elle n'était qu'une gueuse de taverne et lui un lord.

«[/b] Toi qui aime le théâtre, tu vas pouvoir te glisser dans la peau d'un lord écossais ! [/b]»





Freeze your pain. It won't take long. Take my hand and hear me call. This is who we are. Ease your fear. Elevate. Lay with me and close your eyes. Avalanche

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Je n'aime pas spécialement parler de moi. Je préfère quand ce sont les autres qui parlent, et je les fais payer au passage. Si vous insistez, très bien, on ne va pas s'emporter pour si peu. Je suis moi, avec mes bons défauts. Je m'entends mal avec les gens, parrait-il que je dérange l'égo de certains. Il m'arrive de me prendre des claques, ce n'était pas comme si je cherchais à les éviter pour faire un monde honorable. Ouais, c'est ça, je suis un pauvre type et je vis bien avec. Il va falloir t'y faire.

• INSCRIS LE : 31/07/2017
• MESSAGE : 112 • POINTS : 0
• CÉLÉBRITÉ : Dane Dehaan
• CRÉDITS : Je colle mes gommettes tout seul, comme un grand
• DC : Nope
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Lun 11 Sep 2017 - 20:07






Week-end en siècle inconnu,
ou les tribulations alcoolisées
d’une gueuse et d’un Lord

Rose & TJ




Des peaux synthétiques, ça commençait bien. Quoique venant d’une végétarienne, pouvait-on s’attendre à autre chose… Et même si elle tentait de le rassurer en lui assurant que cet habitat de fortune était très bien, non, il n’était pas encore convaincu, et ça se voyait à plein nez. Du camping, il n’y avait donc rien sur cette terre qu’elle saurait lui épargner ? Ou alors c’était une forme de vengeance sournoise, si intériorisée que même en la disséquant un légiste expérimenté n’aurait pu en apporter la preuve flagrante. Avec le corps robuste de cette gueuse, l’accoutrement abondait en ce sens, Rose n’aurait rien et s’était lui qui allait se retrouver au sommet du Kilimandjaro à la fin de ce tragique week-end.

On pouvait connaitre quelqu’un de différentes façons, s’attendre malgré tout à être surpris à l’occasion, et néanmoins marquer un temps d’arrêt, percuté de plein fouet par le doute. Il s’était habitué aux excentricités de Rose, ses cheveux faisaient pour ainsi dire partie du paysage, même s’il ne pouvait s’empêcher de faire des allusions courantes à cette drôle de lubie. Et là, d’un seul coup, elle ressemblait presque à une étrangère, une étrangère anachronique dans ce décors de briques, d’asphalte et de béton. Plus ou moins consciemment, ses iris se braquèrent un très long moment sur la jeune femme, la détaillant sans grand ménagement pour s’assurer par A plus B que personne n’avait volé l’identité de son ex-professeur. C’était bien ses traits, c’était bien sa silhouette, et c’était bien sa voix.

Mais il avait oublié encore un détail, qu’il avait relégué dans un coin de cerveau pour ne pas y faire face frontalement. C’est quand il reçut le paquetage et la consigne qui allait avec qu’il s’enfonça d’avantage dans le pavé. Aussi surprenant que cela paraisse, la dernière phrase l’assomma encore un peu plus, car en définitive même la pelleteuse savait trouver les mots et la logique nécéssaire pour mettre en terre sa résistance. Eclair de génie, ou remarque au pif ? Tout compte fait, il n’était pas sur de vouloir le fin mot de l’histoire.

Maintenant qu’il la regardait de plus près, il pouvait le dire. Cette… Perruque ? Bonne qualité, vraiment, c’était bluffant. Disons que cette couleur lui allait mieux au teint, toutes taches de rousseur à l’air libre. Mais enfin, elle le savait déjà, il l’avait évoqué il n’y avait pas si longtemps, menaçant leur semi-entente d’un nuage gênant, que d’instinct les rousses avaient nettement sa préférence. On s’approchait plus d’un blond vénitien, mais ne jouons pas sur les mots, ça entrait tout de même dans cette catégorie. Il n’y avait de les roux pour inventer des nuances enfin d’échapper à cette carnation dont la nature les avait dotés.

« Tu es presque…  » C’était peut-être trop… Quoique, il s’en fichait dans le fond. Avec ce qu’elle allait lui faire vivre, ça mettait seulement la balance à peu près niveau. Un sourire plus que malicieux détrôna son fatalisme dans un rire étouffé « désirable »  

Ca clôturait bien tout débat, au moins, et c’était certainement le moment idéal pour faire un détour par la case costume. Pendant que la tatoueuse chargeait donc les paquetages TJ s’en fût donc revêtir sa parure scénique, sans ajouter quoique ce soi, sans se départir d’un sourire satisfait cependant.

On avait beau avoir lu des bouquins sur les habitudes vestimentaires d’un autre siècle lorsqu’il s’agissait de mettre en pratique c’était tout de même une autre paire de manches. Maudit Kilt ! C’était plus un couverture qu’autre chose, mais, au moins se consola t’il avec ça, il ne mourrait surement pas d’hypothermie. Septique, le docteur s’observa dans le miroir de la salle d’eau en grimaçant. Non, ça ne ressemblait pas du tout à ça dans les bouquins, ni dans les films. On pouvait critiquer les productions Holywoodiennes sur bien des points, mais pas sur les faux plis.

TJ ne compta pas vraiment le temps qu’il passa à arranger le tartan mais il parvint, après une bataille épique, à sortir victorieux. Du moins, c’était pratiquement ça, même s’il n’avait pas tout à fait la même carrure de Christophe Lambert dans Highlander. Ca tombait bien, il n’était pas vraiment censé trancher des têtes. Et enfin, il s’autorisa à sortir de l’appartement pour prendre la route. Plus rien ne trainait sur le trottoir, c’était donc l’heure de quitter le château.

« En voiture, la gueuse… Et je tiens à préciser que si je tombe malade tu seras mon assurance maladie, bien entendu. » Il était à deux doigts de sortir un contrat, mais en l’absence de parchemin et de plume, ça tombait aux oubliettes. Dans un ronronnement agréable la Cadillac reprit la route. « Bon, et sinon, tu sais où on va au moins ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♣️ On la surnomme Cruella alors elle a un Dalmatien qui s'appelle Pongo ♣️ Elle est végétalienne et militante pour la protection des animaux ♣️ Elle est toujours habillée en noir et blanc avec un rouge à lèvres vif ♣️ Elle aime le rock, le métal ♣️ C'est une païenne ♣️ Elle possède plusieurs tatouages ayant la sorcellerie pour référence ainsi de des symboles celtes et vikings ♣️ Elle a un piercing au septum ♣️ Elle est douée pour imiter le cri des oiseaux ♣️ Elle est passionnée par les ovnis ♣️ Elle possède une moto ♣️ Elle sait jouer de la guitare ♣️ Il lui arrive de partir en vadrouille plusieurs semaines pour se démerder seule dans la nature ♣️

• INSCRIS LE : 11/07/2017
• MESSAGE : 236 • POINTS : 535
• CÉLÉBRITÉ : jelka jpg
• CRÉDITS : (avatar)Winter Soldier + (gifs) Illabye
• DC : 0
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Mar 12 Sep 2017 - 13:13

La gueuse et le lord

TJ & Rose


Désirable ? Est ce qu'il avait désirable en parlant d'elle? Certes il avait dit presque mais c'était étrange d'entendre ces choses là de sa bouche. Rose avait suivit TJ du regard, en étouffant un rire amusé avant de se pincer les lèvres en repensant à ce qu'il avait dit quelques jours plus tôt. À vrai dire ça lui était passé par la tête mais maintenant qu'il lui avait fait repenser elle avait presque envie de retirer sa perruque pour qu'il ne la taquine pas dessus. C'était gênant pour des raisons qu'elle n'arrivait pas à définir. La jeune femme profita de son absence pour tout charger dans la voiture, faisant le tour de tout ce qu'elle avait pris pour ne rien oublier. Il ne manquait plus que le conducteur et ils pouvaient partir.

Tommy arriva dans son costume et a priori elle avait du mal à croire que c'était lui. Elle le savait curieux mais elle n'aurait pas imaginé un jour le voir ainsi affublé, ou alors elle ne l'aurait pas cru.

« Tu es presque désirable» fit elle avec un petit air malicieux flottant sur son visage.

Elle ne disait pas seulement cela pour l'imiter, elle le trouvait particulièrement classe ainsi habillé. Elle avait bien choisi et elle s'en félicitait. La jeune femme cessa alors de le reluquer de la tête au pied comme elle aurait pu le faire avec son chanteur préféré et entreprit de monter dans la voiture.

« si vous tombez malade, Lord, je vous ferai un grog »

Elle ferma sa portière et attacha sa ceinture. C'était confortable, sympa, le voyage allait être très agréable et pour une fois elle n'était pas derrière le volant. Elle alluma la radio, toucha les quelques boutons pour trouver des stations sympa avant que TJ ne l'interrompe pour lui demander le chemin.

« Ouais Ouais, va tout droit! La deuxième étoile jusqu'au matin!»

Puisque rien ne lui plaisait à la radio, elle sorti sa pochette a CD pour en mettre un en lecture. C'était une compilation de reprises qu'elle avait faites avec des amis, elle se demandait si TJ allait reconnaître sa voix ou pas. Il y avait des chansons plus ou moins douces et d'autres où ça secouait bien mais ça le mettait déjà dans l'ambiance pour les quelques concerts qu'ils allaient voir sur place.

C'est alors qu'un détail lui vint à l'esprit concernant le costume de TJ et elle se demandait si elle avait respecté les traditions ou pas en portant un kilt et ne rien mettre en dessous. Mieux valait pour lui qu'il n'y ait pas de coup de vent. D'une part il allait se recevoir des moqueries si c'était pas le cas et d'autre c'est elle qui allait devoir se cacher les yeux si c'était le cas. Ça la faisait rire d'avance mais le connaissant et avec la culture qu'il a, elle était quasi persuadé qu'il. En portait pas de sous vêtements en dessous, mais au vu de sa préférence pour le confort c'était moins sûr  parce que le textile a tendance à gratter un peu. Rose passa donc un bon quart d'heure dans ce débat là à se demander si oui ou non il portait quelque chose. Et puisqu'elle était trop curieuse, elle ne pu s'empêcher d'amener le sujet au sein de leur conversation.

« Alors? Tu t'es bien débrouillé avec ton costume! J'imagine que tu connais les traditions pour qu'on te dise pas que tu portes une jupe»




Freeze your pain. It won't take long. Take my hand and hear me call. This is who we are. Ease your fear. Elevate. Lay with me and close your eyes. Avalanche

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Je n'aime pas spécialement parler de moi. Je préfère quand ce sont les autres qui parlent, et je les fais payer au passage. Si vous insistez, très bien, on ne va pas s'emporter pour si peu. Je suis moi, avec mes bons défauts. Je m'entends mal avec les gens, parrait-il que je dérange l'égo de certains. Il m'arrive de me prendre des claques, ce n'était pas comme si je cherchais à les éviter pour faire un monde honorable. Ouais, c'est ça, je suis un pauvre type et je vis bien avec. Il va falloir t'y faire.

• INSCRIS LE : 31/07/2017
• MESSAGE : 112 • POINTS : 0
• CÉLÉBRITÉ : Dane Dehaan
• CRÉDITS : Je colle mes gommettes tout seul, comme un grand
• DC : Nope
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Mar 12 Sep 2017 - 19:40






Week-end en siècle inconnu,
ou les tribulations alcoolisées
d’une gueuse et d’un Lord

Rose & TJ




Et bim, dans les dents… TJ croyait que la tirade avait fait mouche, mais voila que ça lui revenait dans la figure. Quoique, justement, c’était une raison suffisante pour expliquer le retour de flammes. S’il était presque désirable, à eux deux, ils feraient possiblement remonter le taux de natalité. Pas avec Rose… Non, pas avec Rose. L’imaginer mère de ses enfants lui donnait presque des sueurs froides tant les rejetons relèverait plus du monstre de Frankenstein que d’un spécimen, même bancal, appartement à l’espèce humaine. Et puis, il n’avait pas envie de payer un psy à sa progéniture, si tant est qu’il en eut une jour une. On en était encore loin et c’était un soulagement.

Un GPS, une carte, même un bout de nappe en papier avec des gribouillis détrempés aurait pu le contenter. Mais non, Rose se prenait pour Peter Pan, et elle n’avait pas encore bu une goute… Ca devait donc ressembler au pays imaginaire, mais plus coté pirates que garçons perdus néanmoins. Et ajouter un grog à cette équation improbable ne faisait de renforcer l’idée qu’il allait finir avec un oeil en moins ou une jambe de bois à l’issue de ce week end, et peut-être même les deux. Enfin, ça, c’était s’ils arrivaient seulement à destination, et franchement c’était plutôt mal parti.

« On est en plein jour… Il n’y a pas d’étoiles Wendy… »

Il continua cependant tout droit à la première intersection, priant intérieurement pour que le sens de l’orientation de Rose soit un peu moins calamiteux que sa façon de lire à haute voix. Pourtant, ce n’était pas du chemin dont il aurait dû le plus s’inquiéter pour l’instant. TJ le comprit tardivement quand la radio grésilla brutalement pour passer en mode torture. Détournant les yeux de la route une seconde il adressa à sa copilote un froncement de sourcils dépréciateur devant la pochette de CD faite maison qui lui donnait pratiquement envie de sauter en marche. Les compilations, c’était acceptable quand on avait 15 ans et qu’on cherchait à attirer l’attention d’une adolescente qui « fuck la life, fuck le lycée, fuck les vieux » (faites pas les innocents, vous voyez très bien de quoi je parle). Lorsqu’on approchait de la trentaine, ou qu’on était en plein dedans, ça faisait tout de suite moins rêver, pour ne pas dire qu’on tombait tête première dans le pathétique. Pour rappel, on était en 2017… Il y avait longtemps qu’on pouvait se transférer des liens de qualités sur les réseaux sociaux en tous genres. Mais non… Lui, il avait le droit à la collection de CD poussiéreuse de madame.

« Si y’a un type qui beugle comme un forcené en chambre d’isolement, je devrais prendre les choses en mains. Tu es prévenue » Et ça voulait grosso modo dire que le CD allait valser très loin quitte à tuer un passant innocent au passage.

On ne plaisantait pas avec la pollution sonore. Mais la première chanson était plutôt douce, pas trop agressive et il se détendit sur le siège en cuir beige. Le titre lui parlait vaguement, la voix de la chanteuse aussi, mais ça s’arrêtait là. On n’aurait su dire précisément si la qualité de l’enregistrement était médiocre ou si c’était le vent filant aux dessus du barre prise qui lui enlevait ses qualités. Pas moyen de se concentrer pour trouver le titre, pas le temps d’écouter et de déterminer d’où lui venait cette impression familière que déjà la pelleteuse revenait à la charge.  

« Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. » Déclara-t-il, jouant sur la corde de l’idiotie sans se démonter. « Toujours tout droit ? Où tu préfères attendre le dernier moment pour qu’on finisse dans un mur ? » C’était à moitié une diversion stratégique et à moitié une inquiétude légitime qui le taraudait. Savait-elle, pour commencer, de quoi elle parlait ? Si la jeune femme voulait vraiment savoir si monsieur était respectueux de cette tradition là, on frôlait tout de même un certain degré de perversité. On mesurait l’intérêt de Rose pour quelque chose de privé à sa façon de ramener un sujet sur le tapis malgré les tentatives de digressions. En fin de compte, lorsqu’elle aurait bien ressassé ses questions sournoises, TJ pourrait vraiment faire l’état des lieux. Il savait déjà quoi répondre, et s’en amusait d’avance dans un coin de son esprit. Le docteur se sentait d’humeur assez taquine, étrangement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♣️ On la surnomme Cruella alors elle a un Dalmatien qui s'appelle Pongo ♣️ Elle est végétalienne et militante pour la protection des animaux ♣️ Elle est toujours habillée en noir et blanc avec un rouge à lèvres vif ♣️ Elle aime le rock, le métal ♣️ C'est une païenne ♣️ Elle possède plusieurs tatouages ayant la sorcellerie pour référence ainsi de des symboles celtes et vikings ♣️ Elle a un piercing au septum ♣️ Elle est douée pour imiter le cri des oiseaux ♣️ Elle est passionnée par les ovnis ♣️ Elle possède une moto ♣️ Elle sait jouer de la guitare ♣️ Il lui arrive de partir en vadrouille plusieurs semaines pour se démerder seule dans la nature ♣️

• INSCRIS LE : 11/07/2017
• MESSAGE : 236 • POINTS : 535
• CÉLÉBRITÉ : jelka jpg
• CRÉDITS : (avatar)Winter Soldier + (gifs) Illabye
• DC : 0
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Mar 12 Sep 2017 - 22:03

La gueuse et le lord

TJ & Rose

Ce regard de désapprobation lui annonçait d'emblée que la radio serait source de conflit entre eux. Deux mélomanes sans le même style de prédilection, ça promettait d'être amusant durant le trajet avec cette heure et demi de route jusqu'au lieu du festival.

Il n'était pas au bout de des surprises parce que sur certaines de ces musiques voire les plus black métal ce n'était pas elle qui chantait mais le guitariste et il possédait une voix parfaite pour ce genre de musique. Là dessus elle faisait les cœurs et ça secouait pas mal en fin de compte. Laissons lui la surprise, en attendant cela ne semblait pas le déranger mais il avait pas l'air d'avoir reconnu sa voix. C'était pas faute de chantonner parfois ou même quand elle prenait sa douche, quand elle tatouait, il l'avait déjà entendu jouer de ses cordes vocales.

Enfin il ne fit pas la moindre remarque et de toute façon la conversation était vite revenue au costume de TJ et de savoir si oui ou pas il avait respecté les traditions. Rose fut assez déçue de sa réponse, tout simplement parce qu'il n'y répondait pas et que cela n'arrangeait pas non plus sa curiosité.

Alors soit elle passait pour une grosse perverse et il préférait passer sur le sujet, soit il ne savait vraiment pas de quoi elle parlait, soit il faisait juste ça pour l'embêter. Où est le mal à être curieux n'est ce pas ? Et puis tout le monde se posait cette question quoi qu'il en soit. TJ avait donc changé de conversation pour se tourner vers la route à prendre et la jeune femme reposa ses yeux sur la route pour essayer de se repérer

«Ouais voila tu suis cette route sur 20 km et après je te dirai»

Quand à cette histoire de kilt elle saurait forcément y revenir à un moment ou à un autre. Alors la musique passa et une seconde arriva, puissante et sans doute trop violente pour les oreilles de TJ encore très peu habitué à ses goûts musicaux

« J'adore celle-ci!! On va l'entendre en concert !!! »

Elle sautillait sur son siège, rien de mieux pour se réveiller !

« Tu aimes ? »







Freeze your pain. It won't take long. Take my hand and hear me call. This is who we are. Ease your fear. Elevate. Lay with me and close your eyes. Avalanche

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Je n'aime pas spécialement parler de moi. Je préfère quand ce sont les autres qui parlent, et je les fais payer au passage. Si vous insistez, très bien, on ne va pas s'emporter pour si peu. Je suis moi, avec mes bons défauts. Je m'entends mal avec les gens, parrait-il que je dérange l'égo de certains. Il m'arrive de me prendre des claques, ce n'était pas comme si je cherchais à les éviter pour faire un monde honorable. Ouais, c'est ça, je suis un pauvre type et je vis bien avec. Il va falloir t'y faire.

• INSCRIS LE : 31/07/2017
• MESSAGE : 112 • POINTS : 0
• CÉLÉBRITÉ : Dane Dehaan
• CRÉDITS : Je colle mes gommettes tout seul, comme un grand
• DC : Nope
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Mer 13 Sep 2017 - 19:35






Week-end en siècle inconnu,
ou les tribulations alcoolisées
d’une gueuse et d’un Lord

Rose & TJ




Rose avait donc décidé de faire le GPS elle-même. Cela dit, à choisir entre la voix synthétique et celle de son acolyte… Diantre, ils en étaient donc arrivés à ce statut ? Si elle était à jour dans ses cartes, si elle ne se trompait pas, si elle savait prévoir un itinéraire bis en cas de travaux sur la voie, si « on pouvait en mettre à la pelle » alors dans l’hypothèse, ça pourrait éventuellement faire l’affaire. Pour ça, il fallait la garder un tant soit peu concentrée sinon ils s’embarquaient dans un voyage sans retour.

« Si tu commençais par me donner le nom de l’endroit où l’on va déjà, ce serait un bon début. Ma confiance est assez relative. »

C’était une constante, pas forcément à prendre personnellement. Le mémoire humaine pouvait crasher bien plus souvent qu’un ordinateur. La prudence était maitre de sureté tant qu’ils n’étaient pas arrivés à destination. Et le road trip serait certainement éprouvant si Rose s’extasiait de la sorte à chaque fois qu’une nouvelle chanson démarrait.

Toujours était-il que le sujet du Kilt, ou plus précisément ce qu’il y avait, ou n’y avait pas, dessous, avait été éradiqué sans encombre. TJ aurait pu se contenter de sa première explication, à savoir que non elle ne savait pas, ou de la seconde, à savoir elle n’était pas aussi curieuse de son intimité. C’était bien mal le connaitre de le croire convaincu de si peu… Etre ou ne pas être… reviendrait ou ne reviendrait pas, telle était la question.

« Je penses que tu vas avoir besoin d’appareils auditifs avant 40 ans surtout. »

Non, sincèrement, il n’appréciait pas vraiment qu’on lui hurle dans les oreilles. Les paroles étaient déformées, le rythme chaotique bon pour donner des palpitations à un homme en état de mort cérébrale. Faire don de cette playlist barbare aux urgences de n’importe quel hôpital aurait sans doute sauvé autant de vies qu’elle tuait des tympans et rendait stérile les neurones des vivants. Pour apprécier, il fallait être masochiste…

« Autant qu’un rendez-vous chez le dentiste pour me faire arracher une dent sans anesthésie. »

Le docteur tourna le bouton pour baisser le volume, la prochaine étape était l’exclusion temporaire, celle d’après un renvoi ferme et définitif. S’il devait être sourd et idiot, autant voir ce que lui réservait la suite avant. Un quart d’heure plus tard, ils étaient enfin sorti du dédale urbain, filant sur la voie rapide comme des ahuris. Le fond sonore surexcité avait tendance à le faire appuyer plus que de raison sur l’accélérateur, en espérant se soustraire à quelques minutes de calvaire, et peut-être aussi car ses pulsassions cardiaques irritables renvoyaient un peu trop de sang neuf dans ses veines à chaque monté en puissance grinçante des cordes vocales.  

« Regarde dans la boite à gants s’il n’y a pas de la vraie musique. » Enfin, de la vraie musique, il s’agissait de la voiture de son grand père, il fallait s’attendre à tout. Au moins était-il sur d’échapper à un AVC pendant dix minutes, bercé par les miaulements infâmes d’une musique d’un autre siècle. La lente traversée dans le temps commencerait par là.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♣️ On la surnomme Cruella alors elle a un Dalmatien qui s'appelle Pongo ♣️ Elle est végétalienne et militante pour la protection des animaux ♣️ Elle est toujours habillée en noir et blanc avec un rouge à lèvres vif ♣️ Elle aime le rock, le métal ♣️ C'est une païenne ♣️ Elle possède plusieurs tatouages ayant la sorcellerie pour référence ainsi de des symboles celtes et vikings ♣️ Elle a un piercing au septum ♣️ Elle est douée pour imiter le cri des oiseaux ♣️ Elle est passionnée par les ovnis ♣️ Elle possède une moto ♣️ Elle sait jouer de la guitare ♣️ Il lui arrive de partir en vadrouille plusieurs semaines pour se démerder seule dans la nature ♣️

• INSCRIS LE : 11/07/2017
• MESSAGE : 236 • POINTS : 535
• CÉLÉBRITÉ : jelka jpg
• CRÉDITS : (avatar)Winter Soldier + (gifs) Illabye
• DC : 0
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)
Mer 13 Sep 2017 - 20:28

La gueuse et le lord

TJ & Rose


TJ avait l'air anxieux de pas savoir par où aller et simplement se laisser guider par sa voix. Mais elle n'était pas sure qu'il connaissait tous les alentours de Vancouver, de plus ce n'était pas forcément indiqué sur les panneaux. Rose lui sourit tout de même, elle saurait assez vite si elle pouvait arrêter de faire le GPS ou pas.

« C'est le Cypress provincial Park»

Là il serait plus rassuré de savoir qu'elle savait au moins où ils se rendaient. Le festival avait réservé une partie du parc pour le weekend comme ils le faisaient chaque année. Une bonne ambiance dans un endroit au paysage idyllique tout près d'un large point d'eau où il était parfois possible de se baigner. Du moins les campeurs l'utilisaient comme moyen pour se décrasser et aider à décuver le matin. Encore un détail qui ferait tiquer TJ même si l'endroit était pur il fallait passer sur l'hygiène à 100%.

Enfin ceci dit la musique qui passait après la sienne plaisait largement moins à Tommy et cela avait été assez évident. Ce n'était pas la plus mélodieuse mais en concert elle était juste géniale. Il la pria quand même de changer pour de la vraie musique. Rose écarquilla les yeux, comment ça de la vraie musique ? Il n'imaginait pas tout le travail qu'il y avait derrière.

« Mais non c'est bien ça ! On laisse !»

Rose fouilla quand même la boîte à gants, curieuse de savoir ce qu'il appelait de la vraie musique. Est ce que c'était de ces sons synthétiques qui avaient juste besoin d'être assemblés avec la simple utilisation d'un ordinateur ? Pas sur qu'on puisse appeler ça de la vraie musique. La jeune femme observa les couvertures des CD, perplexe...La jeune femme observa son acolyte

« Tu es sérieux TJ ? De la vraie musique ? Mais si tu écoutes ça tu vas faire un décès cérébral au festival !»

Un petit rire passa ses lèvres, il avait de quoi être traumatisé à vie le pauvre, mais heureusement il n'y aurait pas que ça. Elle se mit à chanter par dessus sa propre voix dans les chœurs, si là il ne comprenait pas qu'elle chantait il avait un sérieux souci auditif et il était mal placé pour lui dire qu'elle aurait probablement besoin d'appareil.

Son regard se posa sur l'extérieur, sur la route alors que quelque chose posé en plein milieu de celle-ci attira son attention.

« Arrête toi !!! Regarde !!! Un guéridon !!!»

Il y avait bien un guéridon au milieu de la route, visiblement abandonné ou tombé d'un camion de déménagement.



Freeze your pain. It won't take long. Take my hand and hear me call. This is who we are. Ease your fear. Elevate. Lay with me and close your eyes. Avalanche

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)

Revenir en haut Aller en bas
 

Week-end en siècle inconnu, ou les tribulations alcoolisées d’une gueuse et d’un Lord. (Rose/TJ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Invitations au week-end final de bêta-test
» c est le week end ...des amoureux ..........................
» c est le week end youpie........
» Week-end de folie *_* & T_T
» Golf : Le coup du siècle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: other places :: canada-