l'entretien professionnel (w/ amsterdam)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 l'entretien professionnel (w/ amsterdam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 190 • POINTS : 1242
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Schizophrenic (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 10 Sep 2017 - 18:48

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

Il n’est pas toujours facile de se trouver du travail, surtout dans une grande ville et quand on ne possède pas une expérience très spécialisée dans le domaine de ses études. J’ai travaillé à l’office de tourisme de Cap-Aux-Meules et mon travail consistait à organiser tout le côté marketing pour les voyages organisés, j’ai aussi travaillé sur le site internet de notre ville sans oublier faire des flyers pour les différentes activités et organisations proposées par la ville. Autant dire que lorsque je me suis présentée à l’accueil d’une agence de communication, sans prétendre qu’on m’a ri au nez, mon CV n’a pas été à la hauteur de leurs attentes et recherches. J’ai arrosé de nombreuses compagnies, sans grand espoir, mais ma mère m’a toujours dit qu’il valait mieux essayer plutôt que de regretter. Après tout, certains directeurs peuvent essayer de donner une chance et de regarder au-delà du CV, vouloir juger sur les compétences techniques grâce à ce que je peux apporter sur une clé USB. J’espère un entretien, il me faut un entretien. Je sais que j’aurais plus de chance de marquer les esprits, de laisser une empreinte après une rencontre plutôt que de se fier uniquement à mes expériences passées. Je soupire, faisant défiler les petites annonces sur mon ordinateur avec une bonne tasse de thé à côté de moi. Nino est derrière, en train de faire un puzzle et j’ai promis de venir l’aider dès que j’aurais terminé. Je pense d’ailleurs que cela m’apportera beaucoup plus que de rester derrière l’écran à ne rien faire. Je finis par fermer la page, éteindre mon ordinateur avant de me tourner vers mon jeune frère avec un sourire : « Bon, tu me fais une petite place ? » Il ne redresse même pas la tête, il doit être dans son monde et ne pas faire attention à moi. Je soupire légèrement, prenant une gorgée de mon thé avant de tourner la tête sur mon téléphone qui vibre. Je décroche, je ne reconnais pas le numéro : « Allo ? » « Mademoiselle Laviolette ? » « Oui, c’est moi. » Mon cœur se met à battre rapidement, ça ressemble bien à un appel professionnel. Il me donne le nom de l’agence et je fronce des sourcils, rallumant mon ordinateur pour voir de qui il s’agit. J’ai postulé à tellement d’endroits… « Seriez-vous disponible pour un entretien ? » « Oui, oui bien évidemment. Votre date sera la mienne. » Il me propose un jour et une heure, que j’accepte et après les dernières salutations, il raccroche. Je soupire, tapant le nom de Phoenix Canada sur Google.

Il est quatorze heures trente, le 10 septembre lorsque je me présente dans l’immense bâtiment où se trouve l’agence de marketing. Je vais à l’accueil pour m’annoncer et on me donne un badge de visiteur, le numéro d’étage où je dois me rendre et je vais vers les ascenseurs en observant autour de moi. Un grand hall en marbre bien entretenu et assez chic, je dois dire. Sur une pancarte en verre se trouvent tous les noms des agences qui sont dans les locaux et les étages qu’elles occupent. Les portes finissent par s’ouvrir et j’entre avec d’autres personnes, tapant sur mon étage. Je ne suis pas de nature anxieuse, je sais gérer mon stress en général et c’est une force très efficace durant mes entretiens professionnels ou lorsque je dois parler en public. Une fois à mon étage, je vais me présenter – à nouveau – à l’accueil et on me fait patienter dans une salle le temps que ce soit mon tour. Je suis en avance de presque trente minutes, donc j’ai le temps de revoir les quelques notes que j’ai pris sur l’entreprise, histoire de montrer mon intérêt pour cet entretien et le possible travail qu’ils pourront me proposer. Je vérifie que j’ai bien ma clé USB pour qu’ils puissent découvrir tout ce que j’ai réalisé en graphisme, toutes mes maquettes et réalisations, ainsi que mes projets scolaires. Une jeune hôtesse vient me proposer une boisson que je ne refuse pas et j’attends patiemment, observant le peu de passage dans le couloir. Puis à quinze heures précises, un homme d’environ la quarantaine vient me chercher, se présentant comme le Chef de projet digital et m’emmène dans une autre pièce, vaste et lumineuse avec les grandes baies vitrées donnant sur Vancouver. À la table se trouvent deux femmes ainsi qu’un homme qui ne doit pas être beaucoup plus âgé que moi. Est-ce que ce sont les secrétaires du chef ? L’homme qui est venu me chercher me présente la femme aux cheveux blonds, la DRH de l’entreprise et l’autre qui est designer graphique comme moi. Puis, le jeune homme que j’ai pris pour une secrétaire ou stagiaire n’est nul autre que Monsieur Phoenix. Pas besoin de traduction ni d’explication, vu son nom de famille, j’en déduis qu’il est le jeune fils qui doit reprendre le flambeau. J’ai vaguement survolé un article, j’aurais dû y prêter plus d’attention.

J’étire un sourire, remuant de la tête en guise de salutation et je m’assois que lorsqu’on me le demande. Ils sont tous les quatre en face de moi, c’est assez intimidant, mais il m’en faut beaucoup plus pour m’empêcher de garder confiance en moi et en mes capacités. Le silence s’installe pendant quelques secondes, puis on me demande de me présenter rapidement. « Clémentine Laviolette, vingt-sept ans et originaire du Québec. Je viens d’emménager à Vancouver et je suis à la recherche d’un travail dans le graphisme design. J’ai suivi une formation dans ce domaine sur plusieurs années, puisque je le faisais par correspondance en biais d’un autre travail. J’ai obtenu mon diplôme et j’ai été embauché dans l’office de tourisme de ma ville de naissance, Cap-Aux-Meules sur les îles de la Madeleine. Je m’occupais du site web, de son organisation et de son design. J’ai également travaillé sur des flyers publicitaires pour toutes les organisations et activités de la ville. J’ai aidé dans l’organisation et gestion des voyages que nous proposions, des activités et concours. » Je croise leur regard, restant le plus ouverte possible au dialogue, parlant simplement et sans excès. Je m’arrête, prenant une pause avant d’ajouter : « J’ai apporté avec moi tous les projets auxquels j’ai participé durant ma scolarité ainsi que tout le travail que j’ai effectué durant mon précédent travail. » Je sors la clé USB ainsi qu’une grande enveloppe contenant certains flyers et autres maquettes, imprimation de logos et travaux graphiques même si la clé est là pour ça aussi.

by beraberel


- peace begins with a smile -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


~ Franc et sincère. Avec lui, vous aurez toujours l’heure juste. Il ne mâche pas ses mots, il peut parfois se montrer dur et parfois cinglant, mais il préfère être honnête qu’hypocrite.

~ Il parle anglais, français, espagnol et hébreu sans aucun accent.

~ C’est un amateur de junk food. La pizza, les frites et les cheeseburgers sont ses mets préférés.


~ Il est dépensier, il a besoin de s’acheter tout ce qu’il désire sans jamais se priver.



• INSCRIS LE : 05/09/2017
• MESSAGE : 98 • POINTS : 1224
• CÉLÉBRITÉ : Aaron Johnson-Taylor
• CRÉDITS : Avatar : Datura
• DC : Kayla / Sean / Ophélie
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 17 Sep 2017 - 16:55


Tous les petits garçons s’imaginent un jour ou l’autre policier ou pompier. D’autres, se voient plutôt dans un métier scientifique comme médecin, vétérinaire ou mieux encore astronaute. Moi, cela ne m’a jamais excité parce que j’ai toujours su que j’allais prendre un jour la relève de mon grand-père et de mon père au sein de l’entreprise familiale. Quand j’étais petit, je prenais plaisir à analyser les publicités à la télé. Je m’amusais à leur décerner des notes dans un petit cahier et lorsque j’allais manger chez mon grand-père nous en discutions ensemble. Et puis à l’adolescence, je passais tous mes étés a traîné dans les couloirs de la boîte pour suivre mon grand-père et apprendre les bases du métier.

La publicité, c’est la base de tout. Le commerce et la vente au détail dépendent des créateurs qui se cachent derrière les publicités. Notre rôle est de faire connaître un produit à un maximum de personnes afin qu’ils fassent fortune. En 2017, le monde de la publicité ne ressemble plus du tout à ce qu’il était à l’ouverture de notre entreprise. Bien que fort populaire et récoltant un succès monstre dans l’univers de la publicité, ce cher Don Draper ne ferait pas long feu au sein d’une boîte comme Phoenix. Aujourd’hui, on ne vend plus de cigarette à la télévision et encore moins sur le Web. Les mœurs ont changé. Les goûts et les habitudes des consommateurs ont évolué et pourtant il n’y a jamais autant eu de publicité. Elle est partout. Elles nous entourent et nous cernent. On ne peut malheureusement pas s’en débarrasser. Le nombre de publicités à laquelle sont exposés chaque jour les Nord-Américains a explosé au cours de la dernière décennie. Les études démontrent que nous voyons en moyenne 3 000 annonces par jour. Pour réussir ce tour de force, les spécialistes que nous sommes doivent redoubler d’imagination et de créativité pour contrer la lassitude des consommateurs.

Pour arriver à se renouveler et trouvé de nouvelles idées, il faut savoir bien s’entourer et déniché les candidats les plus allumés et dynamiques. La clé du succès passe donc pas une bonne sélection de nos employés. Installé dans une salle de conférence depuis plusieurs heures, je m’oblige à assister aux entretiens d’embauche de tous les futurs employés qui seront engagés au service de la création. Je n’ai peut-être pas la science infuse ni les qualifications de nos spécialistes des RH, mais mon instinct sur les gens me trompe rarement. Il est près de quatorze heures et j’ai vu passé une bonne douzaine de candidats. Aucune perle rare. Je suis naze et j’avale deux cachets d’aspirine pour chasser la migraine qui me guette lorsque le chef de projet digital rentre dans la salle en compagnie d’une jeune femme. C’est d’abord son physique qui me frappe et puis son regard. Je reste pourtant silencieux, mais des plus intéressés parce qu’elle aura à dire. Elle se présente. Elle parle doucement et détache bien ses mots pour se faire comprendre. Elle ne semble pas intimidée ce qui m’étonne, mais me charme à la fois. Contrairement aux autres personnes assissent près de moi qui farfouillent dans leurs papiers ou lisent son curriculum vitae au lieu de l’écouter, moi je bois ses paroles. Après une courte introduction où elle nous parle de ses expériences de travail, elle nous offre de nous présenter son travail. Je fais un léger signe de tête pour lui montrer le poste informatique mis à la disposition des candidats. Elle dépose ensuite des exemplaires papier de son travail. Je me lève alors de ma chaise pour inspecter le tout de plus près.

Son travail est impeccable. C’est bien exécuté et puisque je comprends sa langue maternelle je suis à même de juger aussi de la qualité de la langue et du style. Alors qu’elle nous montre à l’écran d’autres projets sur lesquels elle a travaillée, je prends la parole en français sachant qu’elle sera la seule à me comprendre : « Vous devez sans doute vous doutez que nous ayons vu quantité de projets du même genre depuis ce matin, mais moi je voudrais savoir pourquoi je devrais vous engagez vous. Qu’est-ce que vous avez de plus que les autres …  »




 
J'honore qui m'honore, et ceux qui me dédaignent je les ignore.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 190 • POINTS : 1242
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Schizophrenic (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 17 Sep 2017 - 18:31

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

D’un mouvement de tête, Monsieur Phoenix me montre l’ordinateur mis à ma disposition pour que je puisse montrer tout ce que j’ai déjà fait. Je donne les exemplaires papier tandis que je me retourne vers la projection de mes travaux sur un écran blanc. Je présente chaque travail, quand ils sont de simples projets personnels, scolaires ou professionnels. Je n’ai, malheureusement, rien à montrer sur le côté marketing puisque c’est avant tout une entreprise de ce genre. Mais mon travail à l’office de tourisme était un mélange de plusieurs postes différents, alors j’ose espérer que cela pourra leur plaire. Je reste debout, attendant qu’on me pose des questions puisque j’ai terminé et c’est le jeune Phoenix qui prend la parole dans un beau français, ce qui me surprend. Est-ce que mon anglais accent me rendait si incompréhensible que ça ? Je n’ai pas l’habitude de parler énormément la langue, à Cap-Aux-Meules, on parlait principalement français. Je l’ai expérimenté par la télévision, par des cours et quelques étrangers. Je rougis un peu, me posant des questions sur ce changement de langue et j’espère que ce n’est pas mon accent qui va me porter défaut. « Vous devez sans doute vous doutez que nous ayons vu quantité de projets du même genre depuis ce matin, mais moi je voudrais savoir pourquoi je devrais vous engagez vous. Qu’est-ce que vous avez de plus que les autres …  » J’étire un sourire, cherchant rapidement ce que je vais bien pouvoir dire pour me vendre. Je me remémore les échanges avec ma sœur, qui m’a demandé de rester naturelle et moi-même, parce que c’est ce qui est le plus plaisant chez moi. « Si je peux me permettre, Monsieur Phoenix, votre accent français est parfait. Sûrement mieux que mon accent anglais. » J’étire un sourire, une familiarité qui j’espère, montrera la simplicité de la personne que je suis et le fait que je ne me prends pas pour n’importe qui. En toute occasion, je reste moi-même et cela j’espère, prouvera que je vais être une bonne collègue. « J’ai mis exactement cinq ans pour obtenir mon diplôme, alors que nous le passons généralement en trois ans. Ce n’est pas à cause de mes échecs et je pense que les lettres de recommandations de mes professeurs pourront vous rassurer sur cela. Mais, j’ai travaillé en même temps dans le restaurant familial sur mon île natale. Vous pourrez alors, être assuré que je suis une personne courageuse qui ne reculera jamais devant les défis qui paraissent difficiles ou insurmontables. » Je m’arrête, faisant une courte pause durant laquelle, j’observe Monsieur Phoenix. Vu le regard des autres, j’en conclus qu’ils ne me comprennent pas. Je ne sais pas s’il va traduire où s’il veut être le seul à juger de ma capacité.

« Peut-être que mon authenticité pourra vous convenir, je ne ressemble pas à Madame tout le monde. Je ne suis pas exceptionnelle, mais je ne viens d’une petite île qui possède pas un grand centre commercial, mais quelques boutiques ci et là. Je pense apporter beaucoup par mon regard neuf, par ma personnalité et mes capacités dont vous pouvez juger avec ce que j’ai montré. » J’ignore à vrai dire, si ce que je dis possède un quelconque intérêt, si je vais sortir du lot. « Je suis prête à m’investir au maximum dans toutes les tâches qui me seront confiées. » Je m’arrête, frottant mes mains l’une contre l’autre en ressentant soudainement un grand stress m’envahir. Rester debout là, parler dans ma langue natale et n’être comprise que par le grand patron, c’est hyper intimidant.

by beraberel


- peace begins with a smile -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


~ Franc et sincère. Avec lui, vous aurez toujours l’heure juste. Il ne mâche pas ses mots, il peut parfois se montrer dur et parfois cinglant, mais il préfère être honnête qu’hypocrite.

~ Il parle anglais, français, espagnol et hébreu sans aucun accent.

~ C’est un amateur de junk food. La pizza, les frites et les cheeseburgers sont ses mets préférés.


~ Il est dépensier, il a besoin de s’acheter tout ce qu’il désire sans jamais se priver.



• INSCRIS LE : 05/09/2017
• MESSAGE : 98 • POINTS : 1224
• CÉLÉBRITÉ : Aaron Johnson-Taylor
• CRÉDITS : Avatar : Datura
• DC : Kayla / Sean / Ophélie
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 24 Sep 2017 - 17:48

Dans le milieu des affaires et plus particulièrement dans le formidable monde de la publicité, il y a quantité de gens qui savent jouer avec les mots à la perfection. Ils ont un don formidable pour parler et se faire valoir. Ils savent si bien manipuler leur proie qu’ils seraient certainement capables de vendre un réfrigérateur a un esquimau. Mon don à moi, c’est de les voir venir à des kilomètres et de les éviter. Ces individus me répugnent. Pour moi, ce ne sont que des « bullshiter » de première et depuis ce matin, j’en ai vu une bonne dizaine en entrevue. Et puis elle a fait son entrée dans la pièce. Fraîche comme la rosée, simple et authentique. Elle ne joue pas un rôle. Elle est ce qu’elle est et n’essaie pas de nous duper et nous mentir. Je suis donc impressionnée. Par son, travail tout d’abord et puis par sa personne. Afin de pouvoir discuter directement avec elle sans intermédiaire ni coupure, je me décide à lui parler dans sa langue maternelle. Depuis la disparition de Marcel, j’ai très peu d’occasions de parler la langue de Molière aussi je suis surprise lorsqu’elle me compliment sur mon accent. Je lui souris et je lui réponds du tac au tac : « Votre maîtrise de la langue anglaise est excellente vous n’avez pas à rougir de votre accent qui est tout à fait charmant Mademoiselle Laviolette »

Mon commentaire ne semble pas la déstabiliser et elle poursuit son explication sur parcours professionnel. Décidément, cette jeune femme est vraiment hors du commun. Elle a une bonne maîtrise de ses émotions. Habituellement, les femmes ont du mal à rester de marbre après qu’on les est complimentées. On voit souvent apparaître du rouge à leur pommette et elles se mettent à babiller un peu n’importe quoi. Celle-ci reste concentrée sur la question que je lui ai posée et cela retient d’autant plus mon attention.

Le fait qu’elle est prise plus de temps pour faire ses études ne me gêne absolument pas. Après tout mon but, n’est pas non plus d’embaucher tous les premiers de classe du pays. Bien au contraire le fait qu’elle est travaillée et occupée différent emploi durant ses études lui ont permis d’acquérir davantage d’expériences et de maturité. Elle me dit ensuite qu’elle est courageuse et pour une raison que j’ignore, je la crois sur parole. Mon regard croise alors le sien. Et je me perds un moment dans ses prunelles aux couleurs de la nature verdoyante des montagnes. Quelque chose en elle m’attire inexplicablement et ce n’est que lorsque je l’entends me parler d’authenticité et de son regard neuf que je retrouve l’usage de la parole. Je me passe nerveusement une main dans le visage et en retournant m’asseoir, je lui dis : « C’est justement votre authenticité et votre fraîcheur qui me plaît le plus dans votre candidature. Je cherche des gens capables de s’investir à long terme dans cette boîte. Des gens passionnés et allumés. Des gens capables d’honnêteté et de courage pour accomplir des tâches complexes. »

Une fois de nouveau sur ma chaise. J’inscris une note sur son dossier et le passe à la responsable des ressources humaines et j’ajoute en anglais cette fois pour que tout le monde puisse comprendre.

- Vous êtes de loin la seule personne qui est passé les portes qui m’est impressionnées et c’est pour cette raison que je vous embauche sur le champ. Je ne voudrais pas prendre le risque qu’un compétiteur le fasse avant moi. Seriez-vous prête à commencer dès demain?




 
J'honore qui m'honore, et ceux qui me dédaignent je les ignore.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 190 • POINTS : 1242
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Schizophrenic (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Lun 25 Sep 2017 - 22:19

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

Parler de moi et me vendre ne fait pas partie de mes habitudes. Je ne suis pas une fille réservée, mais je ne raconte pas ma vie au premier venu, plutôt discrète sur mes sentiments et moi-même. De plus, me mettre en avant est encore plus difficile dans le sens où je suis plutôt du genre effacée en général, pensant aux autres avant moi et oubliant certaines capacités. Mais pour avoir un boulot, bizarrement, quand je rentre dans le côté professionnel, alors je deviens une autre Clémentine. Une femme plus sûre d’elle, maîtrisant ses émotions et ses sentiments, capable d’avoir de la répartie et de charmer les professionnels pour qu’ils veuillent m’avoir dans leur équipe. J’appréhende donc la réaction de Monsieur Phoenix, ne pouvant pas compter sur les autres puisque je me suis exprimée en français et que vu la grimace qu’ils font, ils n’ont absolument rien compris à notre échange. Il finit par retourner s’asseoir et je reste devant eux, un petit sourire crispé au coin des lèvres en attendant la sentence. Certains ne l’annoncent pas le jour même ni en face, préférant par téléphone. « C’est justement votre authenticité et votre fraîcheur qui me plaît le plus dans votre candidature. Je cherche des gens capables de s’investir à long terme dans cette boîte. Des gens passionnés et allumés. Des gens capables d’honnêteté et de courage pour accomplir des tâches complexes. » Je remue de la tête, ayant envie de répondre que je suis cette personne, qu’il peut compter sur moi. Cependant, je pense que j’ai suffisamment vendu ce dont j’étais capable de faire et d’apporter, à lui maintenant de me juger. Puis, il reprend la langue universelle pour que tout le monde puisse comprendre. « Vous êtes de loin la seule personne qui est passé les portes qui m’est impressionnées et c’est pour cette raison que je vous embauche sur le champ. Je ne voudrais pas prendre le risque qu’un compétiteur le fasse avant moi. Seriez-vous prête à commencer dès demain? » Je me retiens de sauter devant eux comme une idiote en faisant la danse de la joie, je me contente d’un large sourire franc et d’un regard touché. « Oui, je suis disponible immédiatement. » Je croise le regard du grand patron, lui offrant un sourire sincère et reconnaissant. Il se lève, laissant ses collaborateurs terminer les présentations de l’entreprise et de mon poste. Je l’observe sortir avant de me concentrer sur les autres. La designer graphique semble enchantée d’avoir un élément comme moi dans son équipe, même si elle précise que je ne serai pas dans son service. Je vais être l’assistante du Directeur de projet digital qui lui, ne m’offre aucun sourire bienveillant. Pourtant, il était agréable quand il m’a emmené ici, mais il est plus distant et froid à présent. Je me demande bien ce que j’ai pu dire qui lui a déplu.

La DRH me donne un horaire pour le lendemain matin, afin que je signe mon contrat, qu’on me donne mon badge et mon bureau, le matériel qui sera à ma disposition. Le Chef de projet me raccompagne et en profite, sur le chemin, pour me mettre directement dans l’ambiance. Il est exigeant, pas très heureux de devoir me former durant les prochains jours, car il a énormément de travail. J’essaye de me montrer compréhensive et volontaire, que je ne serai pas un poids durant ma formation et que je ferai tout pour l’alléger dans son travail, etc. J’espère qu’il se montrera plus sympathique le lendemain. Je ne suis pas ici pour me faire des amis, mais j’aimerai éviter que mon supérieur direct soit mon ennemi, sinon ce nouveau job rêvé risque vite de devenir mon pire cauchemar.

Il est à peine huit heures quand j’arrive sur place dans une tenue élégante que Madigane a choisie pour moi. Un pantalon taille haute et cintrée, une chemise blanche et une petite veste, sans oublier un maquillage léger qui met en valeur mes yeux et mes lèvres pulpeuses. Ma sœur m’a assuré que j’avais une tenue irréprochable pour l’entreprise que j’intègre, que je n’allais pas faire tache. Je me présente à l’accueil et on me donne mon badge, mon nom étant écrit dessus. Je le passe dans les machines pour accéder aux ascenseurs et je vais à l’étage de la DRH. Je reste dans son bureau pendant une bonne heure pour signer tous les papiers, recevoir certains dossiers, etc. Ensuite, elle me fait visiter les environs avant de me conduire dans mon bureau avec une grande baie vitrée. J’en suis amoureuse, alors mon bureau me rend heureuse et je reste quelques secondes à observer la vue avant de me mettre à l’aise. J’ouvre ma boite mail créée spécialement ce matin, lisant les documents qu’on m’a donnés avant de me présenter à onze heures vers mon Chef de projet digital pour commencer ma formation en sa compagnie. Je me prends quelques petites remarques, ce n’est pas hyper facile de s’intégrer et encore moins de faire sensation. Il n’est pas très coopératif et compréhensif. J’en ai discuté avec ma sœur hier, elle m’a fait part d’une théorie pour le moins logique et effectivement, le fait d’avoir parlé en français fait qu’il n’a pas su ce qu’on a dit. Il ne me connait pas, il n’a pas pu m’entendre me vendre et du coup, je suis juste une candidate sans expérience concernant le job qui m’a été confiée, à l’exception du domaine graphique. Vers 12h30, il part à sa pause déjeuner et je retourne dans mon bureau pour relire ma fiche de travail, ce qu’on attend de moi et commencer à enclencher le processus : plaire à son supérieur.

by beraberel


- peace begins with a smile -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


~ Franc et sincère. Avec lui, vous aurez toujours l’heure juste. Il ne mâche pas ses mots, il peut parfois se montrer dur et parfois cinglant, mais il préfère être honnête qu’hypocrite.

~ Il parle anglais, français, espagnol et hébreu sans aucun accent.

~ C’est un amateur de junk food. La pizza, les frites et les cheeseburgers sont ses mets préférés.


~ Il est dépensier, il a besoin de s’acheter tout ce qu’il désire sans jamais se priver.



• INSCRIS LE : 05/09/2017
• MESSAGE : 98 • POINTS : 1224
• CÉLÉBRITÉ : Aaron Johnson-Taylor
• CRÉDITS : Avatar : Datura
• DC : Kayla / Sean / Ophélie
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Mer 27 Sep 2017 - 15:14

Les entretiens terminés je quitte la salle de réunion pour retourner à mon bureau. J’ai plusieurs appels à retourner et des clients potentiels à rencontrer. Je jette un dernier coup d’œil à la jeune femme que je viens d’engager et je lui fais un sourire pour la remercier d’accepter mon offre. Je suis déjà impatient de pouvoir travailler avec elle sur un projet. Une fois de retour dans mon bureau je la chasse de mon esprit pour me concentrer sur ce que j’ai à faire et le reste de la journée déboule à une vitesse folle. Il est pratiquement vingt heures quand je quitte le bureau pour rentrer chez moi. Comme à mon habitude je m’arrête dans un fastfood pour prendre un truc a mangé avec Chang et ensuite je passe le reste de la soirée en solitaire devant une série télé.

Le lendemain matin ma routine recommence. Je me lève. J’avale une tasse d’expresso et je file sous la douche. J’enfile un costume trois-pièces et je sors rejoindre Chang pour me conduire au bureau. En chemin, nous nous arrêtons chez un fabricant de bagels juif ou j’achète chaque matin mon petit déjeuner. Dernier arrêt avant le bureau mon kiosque de journal a quelques rues du siège social de Phoenix ou j’achète copie du Wall Street Journal, New York Times et autres journaux du coin chaque matin. Le tout en main je suis prêt à commencer ma nouvelle journée de travail.

Il est encore très tôt et l’endroit est pratiquement désert. L’horloge centrale installée à la réception affiche sept heures pile. Je vais dans mon bureau et je mange mon bagel en ouvrant mon ordinateur pour filtrer mes courriels. Mon horaire est rempli de rendez-vous alors pas une minute à perdre. L’avant-midi file à une vitesse folle lorsque je sens à nouveau un creux au fond de mon estomac. Je me dirige vers les ascenseurs pour aller me chercher un truc au resto du coin lorsque je passe devant le bureau de notre nouvelle recrue. Elle semble concentrée dans la lecture de documents et elle n’a rien apporté pour son déjeuner. Je suis surprise de la voir encore ici à cette heure. Habituellement, les chefs d’équipe sortent avec leurs nouveaux employés pour le lunch lors du premier jour. Est-ce un oubli de la part d’Edward. Ne souhaitant pas lui donner une mauvaise image de la boîte, je me décide à prendre les choses en main et je cogne un léger coup à sa porte et lui dit : « Bonjour Mademoiselle Laviolette »

Je lui souris et elle me rend la politesse. Je n’ose pas encore la tutoyer après tout je ne la connais pas encore et nous n’avons pas eue la chance de travailler ensemble. Je fais un pas vers elle et ajoute : « Dites-moi, vous avez déjà pris votre repas du midi? J’allais prendre une bouchée à l’extérieur donc je vous invite si vous n’avez toujours mangé »




 
J'honore qui m'honore, et ceux qui me dédaignent je les ignore.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 190 • POINTS : 1242
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Schizophrenic (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Mer 27 Sep 2017 - 21:25

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

Je soupire, tournant la page du dossier que je suis en train de lire avant de sursauter lorsque j’entends une voix et je redresse la tête vers Monsieur Phoenix. « Bonjour Mademoiselle Laviolette » « Bonjour Monsieur. » J’étire un sourire, délaissant un court instant ma lecture pour m’intéresser au grand patron, prête à réaliser la moindre de ses demandes. Il fait un pas dans mon bureau, comme s’il allait me demander quelque chose : « Dites-moi, vous avez déjà pris votre repas du midi? J’allais prendre une bouchée à l’extérieur donc je vous invite si vous n’avez toujours mangé » « Oh euh… Je… » Je baisse les yeux sur mon dossier, les bifurque sur l’heure affichée sur mon ordinateur avant de revenir sur le patron. Je pourrais dire non, mais je viens d’arriver et ça ne le fait pas, sans compter que ça me permettra d’en savoir davantage sur l’entreprise, le personnel peut-être. Je doute qu’on parle de nos vies personnelles, c’est le grand patron après tout. « C’est bien aimable, avec plaisir Monsieur Phoenix. » J’étire un sourire, me levant pour remettre ma veste et prendre mon sac afin de le rejoindre. Je le suis jusqu’aux ascenseurs et nous restons silencieux, le temps du trajet jusqu’à l’extérieur. J’espère que je ne vais pas me taper la honte, que je vais savoir quoi répondre. C’est idiot d’angoisser pour si peu, mais ce n’est pas comme dans l’Office de tourisme de Cap-Aux-Meules où je connaissais tout le monde depuis des années, nous étions très amicaux entre nous. Je me vois mal lui faire la bise un jour, sans compter que c’est sûrement la dernière fois que je le croise dans le mois. Je ne parle pas beaucoup, restant silencieuse tout en marchant à ses côtés. Je ressemble à une puce à ses côtés, n’étant pas bien grande et comme je n’ai pas mis les talons que m’a conseillés Madigane, je fais lilliputienne. Amsterdam s’arrête devant un restaurant rapide et j’acquiesce d’un mouvement de tête, rentrant à l’intérieur. On s’installe à une table l’un en face de l’autre et je me plonge dans la lecture de la carte. J’aime les restaurants du genre, ce sont des ambiances que j’apprécie et on y croise tellement de personnes différentes, qui prennent un repas rapide avant de repartir au travail.

« Bonjour, je peux prendre votre commande ? » Je lève les yeux vers la jeune femme, un sourire aimable sur son visage arrondi. « Je vous en prie… » prononçais-je en regardant Amsterdam, le laissant demander en premier avant de me lancer juste à sa suite. Elle récupère nos cartes avant d’aller crier au comptoir pour la cuisine. Je souris légèrement, posant mes bras sur la table devant moi en croisant son regard hypnotique. « C’est vraiment gentil de m’avoir proposé ce midi. Je n’ai pas pensé à m’emmener une gamelle. » Et comme mon chef ne m’a rien dit, que je ne connais pas encore bien les environs, j’avais peur de me perdre et de revenir en retard, ce qui est un peu idiot. Mais comme je me suis déjà perdue une fois dans Vancouver, je n’ose plus expérimenter à nouveau. « Vous venez souvent manger ici ? » demandais-je, un petit sourire au coin des lèvres.

by beraberel


- peace begins with a smile -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


~ Franc et sincère. Avec lui, vous aurez toujours l’heure juste. Il ne mâche pas ses mots, il peut parfois se montrer dur et parfois cinglant, mais il préfère être honnête qu’hypocrite.

~ Il parle anglais, français, espagnol et hébreu sans aucun accent.

~ C’est un amateur de junk food. La pizza, les frites et les cheeseburgers sont ses mets préférés.


~ Il est dépensier, il a besoin de s’acheter tout ce qu’il désire sans jamais se priver.



• INSCRIS LE : 05/09/2017
• MESSAGE : 98 • POINTS : 1224
• CÉLÉBRITÉ : Aaron Johnson-Taylor
• CRÉDITS : Avatar : Datura
• DC : Kayla / Sean / Ophélie
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Sam 30 Sep 2017 - 16:08

Rien de ce qui est sur le point de se produire n’a été planifié d’avance. Je ne suis pas du genre à me créer des scénarios en tête. J’agis par instinct en fonction de ce que je crois juste ou non. Aussi, il me semblait juste et naturel de rattraper l’erreur commise Edward. Après tout, c’est moi qui est décidé d’engager Mademoiselle Laviolette sans demander l’avis de personne alors autant assumer ma décision jusqu’au bout. Je me décide donc à lui proposer de venir manger avec moi elle semble hésitée ce qui est normal après tout je suis son supérieur et elle est probablement gênée et surprise par mon offre, mais heureusement elle accepte sans quoi c’est moi qui aurait été mal à l’aise. Je la laisse prendre sa veste et son sac et je l’escorte jusqu’aux ascenseurs. J’avais idée de prendre un sandwich sur le pouce et le manger tout en travaillant, mais à présent, je me dois de changer mes plans. Une fois à l’extérieur, j’active rapidement mon radar à restaurant et une idée me vient en tête. Larry. C’est rapide et la nourriture est extra sans être trop complexe. Je lui montre donc le chemin et en route je la questionne sur sa première journée.

- Alors comment va votre premier jour. Vous n’êtes pas trop déstabilisé de vous retrouver dans une grosse boîte?

Bizarrement, une foule de questions me viennent en tête. Je voudrais tout savoir à son sujet. Moi qui ne suis pas d’un habituel bavard et curieux voila que je me mets à jacasser comme une pie.

- Il y a longtemps que vous êtes installé à Vancouver?

Alors que nous arrivons devant chez Larry, je lui ouvre la porte et je lui montre du doigt une table libre près des fenêtres. Une serveuse vient rapidement vers nous pour nous servir de l’eau et dépose les menus devant nous. Je lui souris et la remercie. Je suis connu des lieux pour y venir régulièrement donc inutile pour moi de regarder le menu. Quelques minutes plus tard, la serveuse revient vers nous pour prendre notre commande. Je commande un sandwich à la dinde et fromage suisse sur bagel avec une petite salade et une eau pétillante. La jeune femme passe également sa commande et nous sommes à nouveau seules.

« C’est vraiment gentil de m’avoir proposée ce midi. Je n’ai pas pensé à m’emmener une gamelle. Vous venez souvent manger ici? »

- Tout le plaisir est pour moi Mademoiselle Laviolette. Je me sentais mal de vous laisser à vous-même lors de votre premier jour parmi nous.

Je souris à sa question et lui réponds : « J’y viens assez régulièrement. La nourriture est bonne et le service rapide donc c’est devenu rapidement un de mes classiques pour le lunch. »

La serveuse nous apporte enfin notre repas et je lui souhaite bon appétit. Le sandwich est excellent et je me rends compte que j’avais plus faim que je ne le pensais.

- S’il vous reste encore un peu de place, je vous suggère de goûter à l’un de leurs gâteaux maison. C’est de la tuerie. Personnellement, j’ai du mal à y résister.

Je fais une légère pause et j’ajoute encore :

- Que diriez-vous si nous nous tutoyons? Nous risquons de travailler ensemble sur plusieurs projets et ce serait embêtant si nous devions toujours nous nous vouvoyer. Qu’est dites-vous?




 
J'honore qui m'honore, et ceux qui me dédaignent je les ignore.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 190 • POINTS : 1242
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Schizophrenic (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 1 Oct 2017 - 17:52

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

« Alors comment va votre premier jour. Vous n’êtes pas trop déstabilisé de vous retrouver dans une grosse boîte? » J’étire un sourire, hochant de la tête. « À vrai dire, je le suis plus par la ville que par votre boîte. Je ne vais pas dire que mon intégration est parfaite, je n’ai pas encore pu réellement me mettre au travail. Je vous en reparle d’ici quelques jours. » « Il y a longtemps que vous êtes installé à Vancouver? » Je lève une épaule, répondant rapidement : « Quelques semaines seulement, ce n’est pas très évident d’arriver dans une aussi grande ville. Mais, on s’y fait. » Forcément, le changement est immense avec ma petite ville de Cap-Aux-Meules sur une île québécoise. Pas de bouchon, pas trop de voitures non plus et beaucoup de paysages, de tranquillité. Oh, on a beaucoup de touristes durant les périodes de vacances ou autres, mais rien de comparable à Vancouver. Je suis touchée par son geste, même s’il n’était vraiment pas obligé de m’inviter à manger avec lui. Après tout, c’est le Grand Patron et se mêler à son petit personnel ne doit pas être toujours évident, encore moins un moment de joie pour lui. J’espère au moins ne pas l’ennuyer et qu’il ne regrette pas de m’avoir côtoyé un peu. « J’y viens assez régulièrement. La nourriture est bonne et le service rapide donc c’est devenu rapidement un de mes classiques pour le lunch. » Je remue de la tête, avant que la serveuse ne revienne déjà avec nos commandes respectives. Effectivement, un service express qui peut être très pratique lorsqu’on a peu de temps pour manger. Je vais garder cette adresse, pour les jours où j’oublierai de m’emmener une gamelle – ce qui va être régulier –, je me connais. « Bon appétit, » répondis-je lorsqu’il me le souhaite, croquant dans mon sandwich avant de me remplir mon verre avec mon soda. « S’il vous reste encore un peu de place, je vous suggère de goûter à l’un de leurs gâteaux maison. C’est de la tuerie. Personnellement, j’ai du mal à y résister. » Je ris légèrement, m’essuyant la bouche avant de répondre : « Alors si vous dites qu’ils sont bons, je veux bien vous croire. Ma gourmandise y succombera volontiers. »

Je bois une gorgée de mon soda, reposant mon verre avant de croquer dans mon sandwich délicieux. Cela fait du bien de manger, je suis partie un brin stressée et donc, je n’ai pas beaucoup déjeuné. « Que diriez-vous si nous nous tutoyons? Nous risquons de travailler ensemble sur plusieurs projets et ce serait embêtant si nous devions toujours nous nous vouvoyer. Qu’est dites-vous? » Je suis plutôt surprise au départ, j’ai toujours vouvoyé mes supérieurs et même lorsque je travaillais dans l’Office de Tourisme avec des personnes que je connaissais d’avant. Mais peut-être que c’est une polémique de la maison, qu’ils veulent entretenir une relation cordiale et plus amicale avec leurs personnels ? Me rendant copte que je le regarde sans répondre, je baisse les yeux avant d’ajouter. « Si vous le voulez. Pardonnez moi, je risque d’avoir un peu de mal au début, vous êtes… tu es le grand patron en quelque sorte et… enfin si vous… tu le veux, alors je m’y ferais. » Je souris légèrement, nous ne devons pas être trop éloignés en année, mais il reste un Phoenix. Et ma spontanéité naturelle fait que j’ai peur, si jamais on se tutoie, que je devienne un peu trop amicale et que j’en oublie, à un moment, qu’il est mon patron. Ça serait idiot de lui parler comme un ami, alors que ce n’est absolument pas le cas. Je ris légèrement, un brin mal à l’aise. « Je suis très naturelle parfois, alors surtout dites-moi… dis-moi si je vais trop loin. Enfin… » Je rougis, ajoutant très vite : « Je ne suis pas malpolie ou vulgaire, mais dans l’instant présent, si je suis trop amicale ou… trop familière envers vous… toi. Je ne veux pas passer pour une idiote, surtout. » Je mordille ma lèvre, secouant de la tête avant de me rendre compte que c’est certainement le cas présent. « Pardon… je passe pour une idiote en ce moment. On se tutoie et… je m’excuse par avance si j’échappe quelques familiarités. »

by beraberel


- peace begins with a smile -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


~ Franc et sincère. Avec lui, vous aurez toujours l’heure juste. Il ne mâche pas ses mots, il peut parfois se montrer dur et parfois cinglant, mais il préfère être honnête qu’hypocrite.

~ Il parle anglais, français, espagnol et hébreu sans aucun accent.

~ C’est un amateur de junk food. La pizza, les frites et les cheeseburgers sont ses mets préférés.


~ Il est dépensier, il a besoin de s’acheter tout ce qu’il désire sans jamais se priver.



• INSCRIS LE : 05/09/2017
• MESSAGE : 98 • POINTS : 1224
• CÉLÉBRITÉ : Aaron Johnson-Taylor
• CRÉDITS : Avatar : Datura
• DC : Kayla / Sean / Ophélie
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Lun 2 Oct 2017 - 21:54

Autour de nous des gens s’installent pour manger alors que d’autres passent rapidement à la caisse pour retourner travailler. Le restaurant de Larry est très populaire et les gens se disputant les places aux tables ou au grand comptoir. Pas étonnant puisque depuis plus de cinq ans, il a la réputation d’offrir une nourriture de qualité a un prix raisonnable avec un service rapide. Il s’agit d’une formule gagnante puisque c’est exactement ce que recherché la majorité des gens qui travaillent dans le quartier des affaires.  

Assis devant notre nouvelle graphiste, j’essaie de ne pas trop l’ennuyer avec mes questions, mais je suis avide d’en savoir plus à son sujet. Je me montre amical et courtois ce qui me vient tout naturellement en bonne compagnie. Je n’ai pas l’habitude de prendre mon lunch avec des employés de la boîte, mais je trouve sa compagnie des plus agréable et j’espère que nous aurons d’autres occasions de récidiver.  Alors qu’une serveuse passe près de nous avec des assiettes de desserts, je ne peux réprimer ma gourmandise et je recommande à la jeune femme de se garder une place pour un dessert. Elle me sourit et m’apprend qu’elle aussi est gourmande et qu’elle se laissera probablement tenter. Je lui souris a mon tour et ajoute : « Petit secret entre nous, je demande toujours mon dessert pour emporter et je le dévore en fin de journée quand mes énergies sont à plat... c’est dingue ce que le sucre peut donner de bonnes idées parfois. »

Entre deux bouchées, je trouve le courage de lui demandé si elle acceptait que nous nous tutoyions. Je sais que c’est très rapide, mais je me vois mal de continuer a l’appeler toujours « Mademoiselle Laviolette » a chaque fois que je dois m’adresser a elle. Ayant la charge de superviser le travail du secteur créatif nous aurons dans le future plusieurs occasions de travailler ensemble. Pendant un instant elle reste stoïque face à ma demande. Je prends son silence pour de la timidité, mais heureusement elle accepte ma proposition.

« Si vous le voulez. Pardonnez-moi, je risque d’avoir un peu de mal au début, vous êtes… tu es le grand patron en quelque sorte et… enfin si vous… tu le veux, alors je m’y ferais. »


Je lui souris afin de détendre l’atmosphère et je m’empresse de la rassurer : « Ne t’inquiète pas, j’ai l’habitude… il ne faut pas te sentir mal à l’aise de venir me parler si quelques choses ne vas pas. Nous sommes dans la même équipe et le secteur créatif est le nerf de la guerre dans une boîte comme la nôtre »

Oscillant entre la timidité et un naturel déconcertant ma compagne ne semble plus savoir ou mettre les pieds et je dois me retenir pour ne pas rire d’elle de bon coeur. Sa spontanéité est si charmante que je suis moi-même déstabilisée par tant de candeur. Je n’ai pas l’habitude qu’une personne me dise ainsi tout haut ce qu’il pense tout bas. C’est une véritable bouffée d’air frais dans le monde austère dans lequel nous gravitons. Et puisqu’elle cherche le moyen de s’excuser de ses maladresses, je m’empresse une fois encore de la rassurer et lui dit :
« Ne change absolument rien ! J’adore ta façon de t’exprimer… je suis au moins sûre d’une chose… j’aurai toujours l’heure juste avec toi. »

Alors qu’on vient nous débarrasser, je lui tends chaleureusement la carte des desserts. Je choisis pour ma part, un morceau de tartes aux cerises et je la questionne sur son choix.

- Il est difficile de faire un choix parmi tout ce qui est offert?




 
J'honore qui m'honore, et ceux qui me dédaignent je les ignore.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 190 • POINTS : 1242
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Schizophrenic (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Mar 3 Oct 2017 - 21:38

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

« Ne t’inquiète pas, j’ai l’habitude… il ne faut pas te sentir mal à l’aise de venir me parler si quelques choses ne vas pas. Nous sommes dans la même équipe et le secteur créatif est le nerf de la guerre dans une boîte comme la nôtre » J’étire un sourire, hochant de la tête. Au moins, il met les choses au clair et me réconforte sur l’honnêteté qu’il met un point d’honneur à avoir dans son entreprise. Je ne vais pas lui parler de mon malaise avec mon Chef, puisque je viens tout juste d’arriver, mais peut-être qu’effectivement si ça se confirme, alors je n’hésiterai pas à lui en faire part. « Ne change absolument rien ! J’adore ta façon de t’exprimer… je suis au moins sûre d’une chose… j’aurai toujours l’heure juste avec toi. » Je souris, prenant cette remarque avec un peu de timidité même si je ne le montre pas. J’ai l’avantage d’avoir les joues rouges assez régulièrement à cause de ma peau très pâle, donc on remarque moins lorsque je rougis. Mais c’est le cas, je le sens à la chaleur de mes joues. Monsieur Phoenix me tend la carte des desserts et je le remercie, l’ouvrant pour chercher ce que je vais prendre. Il y a tellement de choix que je ne sais plus où donner de la tête. Si je m’écoutais, je ne me contenterais pas d’un seul dessert, mais je ne veux pas passer pour une trop grande gourmande. Quoi que, je m’en moque. « Il est difficile de faire un choix parmi tout ce qui est offert? » J’approuve d’un mouvement de tête, ajoutant : « Il est d’autant plus difficile de se freiner pour éviter de prendre un peu de tout. » Je souris légèrement, levant les yeux pour croiser les siens avant de replonger dans ma carte. Et lorsque la serveuse vient, je commande deux desserts avec un sourire presque enfantin. Je suis certaine de ressembler à mon Nino à cet instant. Une part de cheese-cake et une part de tarte aux bleuets. Nous terminons de manger notre dessert et j’emporte l’autre pour la manger dans mon bureau. Monsieur Phoenix insiste pour régler la note et bien que j’en sois gênée, je le remercie chaleureusement.

Nous retournons au bureau près de quarante-cinq minutes après notre départ et on se sépare une fois devant ma porte. Je me retourne pour lui serrer la main : « Merci encore pour le repas de ce midi. » Je lui offre un sourire puis je vais derrière mon ordinateur pour terminer ma lecture avant de retourner en formation auprès de mon Chef, toujours aussi distant. En fin de journée, je quitte le travail pour rentrer chez moi et je fais un signe de main à Amsterdam lorsque je le croise au bout du couloir, tandis que je prends l’ascenseur. Ma première journée est terminée.

by beraberel


HJ:
 


- peace begins with a smile -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)

Revenir en haut Aller en bas
 

l'entretien professionnel (w/ amsterdam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amsterdam Timeless
» Signal FM le 7 février 2011 Entretien de Jean-Claude Duvalier
» De l'entretien des armes et pièces et d'armures
» FER: Travaux d'entretien sur la route de l'Amitie
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: Confidential archives :: section souvenirs :: RP Terminés-