fais ta pub !
Kayla Taylor recherche du personnel pour le New Moon Café. Deux volontaires sont attendus ici.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 l'entretien professionnel (w/ amsterdam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 110 • POINTS : 1302
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Avengedinchains (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 10 Sep 2017 - 13:48

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

Il n’est pas toujours facile de se trouver du travail, surtout dans une grande ville et quand on ne possède pas une expérience très spécialisée dans le domaine de ses études. J’ai travaillé à l’office de tourisme de Cap-Aux-Meules et mon travail consistait à organiser tout le côté marketing pour les voyages organisés, j’ai aussi travaillé sur le site internet de notre ville sans oublier faire des flyers pour les différentes activités et organisations proposées par la ville. Autant dire que lorsque je me suis présentée à l’accueil d’une agence de communication, sans prétendre qu’on m’a ri au nez, mon CV n’a pas été à la hauteur de leurs attentes et recherches. J’ai arrosé de nombreuses compagnies, sans grand espoir, mais ma mère m’a toujours dit qu’il valait mieux essayer plutôt que de regretter. Après tout, certains directeurs peuvent essayer de donner une chance et de regarder au-delà du CV, vouloir juger sur les compétences techniques grâce à ce que je peux apporter sur une clé USB. J’espère un entretien, il me faut un entretien. Je sais que j’aurais plus de chance de marquer les esprits, de laisser une empreinte après une rencontre plutôt que de se fier uniquement à mes expériences passées. Je soupire, faisant défiler les petites annonces sur mon ordinateur avec une bonne tasse de thé à côté de moi. Nino est derrière, en train de faire un puzzle et j’ai promis de venir l’aider dès que j’aurais terminé. Je pense d’ailleurs que cela m’apportera beaucoup plus que de rester derrière l’écran à ne rien faire. Je finis par fermer la page, éteindre mon ordinateur avant de me tourner vers mon jeune frère avec un sourire : « Bon, tu me fais une petite place ? » Il ne redresse même pas la tête, il doit être dans son monde et ne pas faire attention à moi. Je soupire légèrement, prenant une gorgée de mon thé avant de tourner la tête sur mon téléphone qui vibre. Je décroche, je ne reconnais pas le numéro : « Allo ? » « Mademoiselle Laviolette ? » « Oui, c’est moi. » Mon cœur se met à battre rapidement, ça ressemble bien à un appel professionnel. Il me donne le nom de l’agence et je fronce des sourcils, rallumant mon ordinateur pour voir de qui il s’agit. J’ai postulé à tellement d’endroits… « Seriez-vous disponible pour un entretien ? » « Oui, oui bien évidemment. Votre date sera la mienne. » Il me propose un jour et une heure, que j’accepte et après les dernières salutations, il raccroche. Je soupire, tapant le nom de Phoenix Canada sur Google.

Il est quatorze heures trente, le 10 septembre lorsque je me présente dans l’immense bâtiment où se trouve l’agence de marketing. Je vais à l’accueil pour m’annoncer et on me donne un badge de visiteur, le numéro d’étage où je dois me rendre et je vais vers les ascenseurs en observant autour de moi. Un grand hall en marbre bien entretenu et assez chic, je dois dire. Sur une pancarte en verre se trouvent tous les noms des agences qui sont dans les locaux et les étages qu’elles occupent. Les portes finissent par s’ouvrir et j’entre avec d’autres personnes, tapant sur mon étage. Je ne suis pas de nature anxieuse, je sais gérer mon stress en général et c’est une force très efficace durant mes entretiens professionnels ou lorsque je dois parler en public. Une fois à mon étage, je vais me présenter – à nouveau – à l’accueil et on me fait patienter dans une salle le temps que ce soit mon tour. Je suis en avance de presque trente minutes, donc j’ai le temps de revoir les quelques notes que j’ai pris sur l’entreprise, histoire de montrer mon intérêt pour cet entretien et le possible travail qu’ils pourront me proposer. Je vérifie que j’ai bien ma clé USB pour qu’ils puissent découvrir tout ce que j’ai réalisé en graphisme, toutes mes maquettes et réalisations, ainsi que mes projets scolaires. Une jeune hôtesse vient me proposer une boisson que je ne refuse pas et j’attends patiemment, observant le peu de passage dans le couloir. Puis à quinze heures précises, un homme d’environ la quarantaine vient me chercher, se présentant comme le Chef de projet digital et m’emmène dans une autre pièce, vaste et lumineuse avec les grandes baies vitrées donnant sur Vancouver. À la table se trouvent deux femmes ainsi qu’un homme qui ne doit pas être beaucoup plus âgé que moi. Est-ce que ce sont les secrétaires du chef ? L’homme qui est venu me chercher me présente la femme aux cheveux blonds, la DRH de l’entreprise et l’autre qui est designer graphique comme moi. Puis, le jeune homme que j’ai pris pour une secrétaire ou stagiaire n’est nul autre que Monsieur Phoenix. Pas besoin de traduction ni d’explication, vu son nom de famille, j’en déduis qu’il est le jeune fils qui doit reprendre le flambeau. J’ai vaguement survolé un article, j’aurais dû y prêter plus d’attention.

J’étire un sourire, remuant de la tête en guise de salutation et je m’assois que lorsqu’on me le demande. Ils sont tous les quatre en face de moi, c’est assez intimidant, mais il m’en faut beaucoup plus pour m’empêcher de garder confiance en moi et en mes capacités. Le silence s’installe pendant quelques secondes, puis on me demande de me présenter rapidement. « Clémentine Laviolette, vingt-sept ans et originaire du Québec. Je viens d’emménager à Vancouver et je suis à la recherche d’un travail dans le graphisme design. J’ai suivi une formation dans ce domaine sur plusieurs années, puisque je le faisais par correspondance en biais d’un autre travail. J’ai obtenu mon diplôme et j’ai été embauché dans l’office de tourisme de ma ville de naissance, Cap-Aux-Meules sur les îles de la Madeleine. Je m’occupais du site web, de son organisation et de son design. J’ai également travaillé sur des flyers publicitaires pour toutes les organisations et activités de la ville. J’ai aidé dans l’organisation et gestion des voyages que nous proposions, des activités et concours. » Je croise leur regard, restant le plus ouverte possible au dialogue, parlant simplement et sans excès. Je m’arrête, prenant une pause avant d’ajouter : « J’ai apporté avec moi tous les projets auxquels j’ai participé durant ma scolarité ainsi que tout le travail que j’ai effectué durant mon précédent travail. » Je sors la clé USB ainsi qu’une grande enveloppe contenant certains flyers et autres maquettes, imprimation de logos et travaux graphiques même si la clé est là pour ça aussi.

by beraberel


- peace begins with a smile -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


~ Franc et sincère. Avec lui, vous aurez toujours l’heure juste. Il ne mâche pas ses mots, il peut parfois se montrer dur et parfois cinglant, mais il préfère être honnête qu’hypocrite.

~ Il parle anglais, français, espagnol et hébreu sans aucun accent.

~ C’est un amateur de junk food. La pizza, les frites et les cheeseburgers sont ses mets préférés.


~ Il est dépensier, il a besoin de s’acheter tout ce qu’il désire sans jamais se priver.



• INSCRIS LE : 05/09/2017
• MESSAGE : 61 • POINTS : 418
• CÉLÉBRITÉ : Aaron Johnson-Taylor
• CRÉDITS : Avatar : masayume (Bazzart)
• DC : Kayla / Sean / Ophélie
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 17 Sep 2017 - 11:55


Tous les petits garçons s’imaginent un jour ou l’autre policier ou pompier. D’autres, se voient plutôt dans un métier scientifique comme médecin, vétérinaire ou mieux encore astronaute. Moi, cela ne m’a jamais excité parce que j’ai toujours su que j’allais prendre un jour la relève de mon grand-père et de mon père au sein de l’entreprise familiale. Quand j’étais petit, je prenais plaisir à analyser les publicités à la télé. Je m’amusais à leur décerner des notes dans un petit cahier et lorsque j’allais manger chez mon grand-père nous en discutions ensemble. Et puis à l’adolescence, je passais tous mes étés a traîné dans les couloirs de la boîte pour suivre mon grand-père et apprendre les bases du métier.

La publicité, c’est la base de tout. Le commerce et la vente au détail dépendent des créateurs qui se cachent derrière les publicités. Notre rôle est de faire connaître un produit à un maximum de personnes afin qu’ils fassent fortune. En 2017, le monde de la publicité ne ressemble plus du tout à ce qu’il était à l’ouverture de notre entreprise. Bien que fort populaire et récoltant un succès monstre dans l’univers de la publicité, ce cher Don Draper ne ferait pas long feu au sein d’une boîte comme Phoenix. Aujourd’hui, on ne vend plus de cigarette à la télévision et encore moins sur le Web. Les mœurs ont changé. Les goûts et les habitudes des consommateurs ont évolué et pourtant il n’y a jamais autant eu de publicité. Elle est partout. Elles nous entourent et nous cernent. On ne peut malheureusement pas s’en débarrasser. Le nombre de publicités à laquelle sont exposés chaque jour les Nord-Américains a explosé au cours de la dernière décennie. Les études démontrent que nous voyons en moyenne 3 000 annonces par jour. Pour réussir ce tour de force, les spécialistes que nous sommes doivent redoubler d’imagination et de créativité pour contrer la lassitude des consommateurs.

Pour arriver à se renouveler et trouvé de nouvelles idées, il faut savoir bien s’entourer et déniché les candidats les plus allumés et dynamiques. La clé du succès passe donc pas une bonne sélection de nos employés. Installé dans une salle de conférence depuis plusieurs heures, je m’oblige à assister aux entretiens d’embauche de tous les futurs employés qui seront engagés au service de la création. Je n’ai peut-être pas la science infuse ni les qualifications de nos spécialistes des RH, mais mon instinct sur les gens me trompe rarement. Il est près de quatorze heures et j’ai vu passé une bonne douzaine de candidats. Aucune perle rare. Je suis naze et j’avale deux cachets d’aspirine pour chasser la migraine qui me guette lorsque le chef de projet digital rentre dans la salle en compagnie d’une jeune femme. C’est d’abord son physique qui me frappe et puis son regard. Je reste pourtant silencieux, mais des plus intéressés parce qu’elle aura à dire. Elle se présente. Elle parle doucement et détache bien ses mots pour se faire comprendre. Elle ne semble pas intimidée ce qui m’étonne, mais me charme à la fois. Contrairement aux autres personnes assissent près de moi qui farfouillent dans leurs papiers ou lisent son curriculum vitae au lieu de l’écouter, moi je bois ses paroles. Après une courte introduction où elle nous parle de ses expériences de travail, elle nous offre de nous présenter son travail. Je fais un léger signe de tête pour lui montrer le poste informatique mis à la disposition des candidats. Elle dépose ensuite des exemplaires papier de son travail. Je me lève alors de ma chaise pour inspecter le tout de plus près.

Son travail est impeccable. C’est bien exécuté et puisque je comprends sa langue maternelle je suis à même de juger aussi de la qualité de la langue et du style. Alors qu’elle nous montre à l’écran d’autres projets sur lesquels elle a travaillée, je prends la parole en français sachant qu’elle sera la seule à me comprendre : « Vous devez sans doute vous doutez que nous ayons vu quantité de projets du même genre depuis ce matin, mais moi je voudrais savoir pourquoi je devrais vous engagez vous. Qu’est-ce que vous avez de plus que les autres …  »





The Chosen One

By COM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


underconstruction.

• INSCRIS LE : 01/09/2017
• MESSAGE : 110 • POINTS : 1302
• CÉLÉBRITÉ : Emily Browning
• CRÉDITS : Avengedinchains (avatar ) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Noham Ackerley & Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn.
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)
Dim 17 Sep 2017 - 13:31

l'entretien professionnel

ft. amsterdam + clémentine

D’un mouvement de tête, Monsieur Phoenix me montre l’ordinateur mis à ma disposition pour que je puisse montrer tout ce que j’ai déjà fait. Je donne les exemplaires papier tandis que je me retourne vers la projection de mes travaux sur un écran blanc. Je présente chaque travail, quand ils sont de simples projets personnels, scolaires ou professionnels. Je n’ai, malheureusement, rien à montrer sur le côté marketing puisque c’est avant tout une entreprise de ce genre. Mais mon travail à l’office de tourisme était un mélange de plusieurs postes différents, alors j’ose espérer que cela pourra leur plaire. Je reste debout, attendant qu’on me pose des questions puisque j’ai terminé et c’est le jeune Phoenix qui prend la parole dans un beau français, ce qui me surprend. Est-ce que mon anglais accent me rendait si incompréhensible que ça ? Je n’ai pas l’habitude de parler énormément la langue, à Cap-Aux-Meules, on parlait principalement français. Je l’ai expérimenté par la télévision, par des cours et quelques étrangers. Je rougis un peu, me posant des questions sur ce changement de langue et j’espère que ce n’est pas mon accent qui va me porter défaut. « Vous devez sans doute vous doutez que nous ayons vu quantité de projets du même genre depuis ce matin, mais moi je voudrais savoir pourquoi je devrais vous engagez vous. Qu’est-ce que vous avez de plus que les autres …  » J’étire un sourire, cherchant rapidement ce que je vais bien pouvoir dire pour me vendre. Je me remémore les échanges avec ma sœur, qui m’a demandé de rester naturelle et moi-même, parce que c’est ce qui est le plus plaisant chez moi. « Si je peux me permettre, Monsieur Phoenix, votre accent français est parfait. Sûrement mieux que mon accent anglais. » J’étire un sourire, une familiarité qui j’espère, montrera la simplicité de la personne que je suis et le fait que je ne me prends pas pour n’importe qui. En toute occasion, je reste moi-même et cela j’espère, prouvera que je vais être une bonne collègue. « J’ai mis exactement cinq ans pour obtenir mon diplôme, alors que nous le passons généralement en trois ans. Ce n’est pas à cause de mes échecs et je pense que les lettres de recommandations de mes professeurs pourront vous rassurer sur cela. Mais, j’ai travaillé en même temps dans le restaurant familial sur mon île natale. Vous pourrez alors, être assuré que je suis une personne courageuse qui ne reculera jamais devant les défis qui paraissent difficiles ou insurmontables. » Je m’arrête, faisant une courte pause durant laquelle, j’observe Monsieur Phoenix. Vu le regard des autres, j’en conclus qu’ils ne me comprennent pas. Je ne sais pas s’il va traduire où s’il veut être le seul à juger de ma capacité.

« Peut-être que mon authenticité pourra vous convenir, je ne ressemble pas à Madame tout le monde. Je ne suis pas exceptionnelle, mais je ne viens d’une petite île qui possède pas un grand centre commercial, mais quelques boutiques ci et là. Je pense apporter beaucoup par mon regard neuf, par ma personnalité et mes capacités dont vous pouvez juger avec ce que j’ai montré. » J’ignore à vrai dire, si ce que je dis possède un quelconque intérêt, si je vais sortir du lot. « Je suis prête à m’investir au maximum dans toutes les tâches qui me seront confiées. » Je m’arrête, frottant mes mains l’une contre l’autre en ressentant soudainement un grand stress m’envahir. Rester debout là, parler dans ma langue natale et n’être comprise que par le grand patron, c’est hyper intimidant.

by beraberel


- peace begins with a smile -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: l'entretien professionnel (w/ amsterdam)

Revenir en haut Aller en bas
 

l'entretien professionnel (w/ amsterdam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amsterdam Timeless
» Signal FM le 7 février 2011 Entretien de Jean-Claude Duvalier
» De l'entretien des armes et pièces et d'armures
» FER: Travaux d'entretien sur la route de l'Amitie
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord ouest :: Downton-