Instant d'immortalité. ( Gioia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Instant d'immortalité. ( Gioia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Instant d'immortalité. ( Gioia
Dim 25 Fév 2018 - 22:22


       


   
Instant d'immortalité.


Tu te balades une cigarette entre les lèvres. Cigarette que tu n’as pas allumé. Pas par manque d’envie mais parce que tu as la tête ailleurs. Ton appareil photo en bandoulière tu cherches l’instant à immortaliser. Que cela soit dans le paysage qui s’offre devant toi. Ou bien dans le regard d’un passant dont la clarté sera te corrompre. Ou bien dans un animal perdu ou errant un peu comme toi. Ton corps est encore grisé de la drogue que tu lui as injecté. Douce brulure qui caresse tes veines telle une maitresse assoiffée d’une autre dose. Mais tu as besoin d’avoir les idées claires, même si tu es là par plaisir et mon pour le boulot. Tu avais besoin de liberté et quoi de mieux que l’air de la mer pour chercher l’évasion. Fuguasse sensation d’être ailleurs qu’à Vancouver. Même si tu préfèrerais sentir des saveurs plus exotiques que marines. Mais cela te fait toujours du bien et puis tu es certain de trouver la perle rare. Celle qui fera palpiter ton cœur et s’agiter ton objectif.

Tu regardes sans vraiment regarder. Tu attends juste une accroche. Un souffle plus léger. Un parfum enivrant qui éveillera ton intérêt. Ou alors une couleur de cheveux criante d’une soif de vivre que tu voudras voler. Tu prends tout, au hasard mais tu prends tout. Parfois tu déclenches ton objectif pensant tenir quelque chose mais rien de congrès. Alors tu continues ta quête de ce Graal immortel qui ne trouvera grâce que lorsqu’il aura enchanté ton regard acéré et aguerri. Du coup en attendant tu allumes ta cigarette. Tu tires dessus avide ce cette volupté qui vient encombrer tes poumons. Un petit démon contrairement à ce que ton corps est habitué à prendre. Une façon de passer le temps et de trouver les secondes moins longues. Tu changes d’endroit de temps à autre, toujours aux aguets, un peu comme un chasseur en attende de sa proie. Mais toi tu ne la dévoreras que de ton regard avant de l’emprisonner dans ton appareil photo. Qui sait peut être un jour cette image pourrait se trouver dans une exposition à la vue du regard des autres. Et puis tu la vois.

Elle n’est pas prés de toi mais le reflet du soleil dans ses cheveux de geai est des plus éblouissantes. Tu la suis du regard, cherchant à ce qu’elle ne te voit pas. C’est souvent comme cela que tu saisis ses instants de vie sincère. Elle marche tranquillement aussi légère qu’une plume. Elle se retourne une seconde et tu vois son sourire. Oui c’est elle ton Graal pour aujourd’hui. Alors tu écrases ta cigarette et tu armes ton appareil. Tu commences à la prendre à photo. Usant de prudence pour ne pas briser l’enchantement qu’elle fait naitre. Ses cheveux qui bougent dans la brise douce. Tu la mitrailles en prenant soin de ne faire apparaitre que l’essence même qu’elle dégage. Elle est belle, presque fragile et pourtant si femme. Ton cœur en palpiterait presque de folie. Tu t’approches te faisant moins prudent sans y faire attention. Tu aimes le risque au fond. Ou alors tu cherches à ce qu’elle te voit. Juste pour saisir l’instant ou elle se sentira piégé sous le feu de ton appareil. Et c’est ce qu’il se passe. Son regard d’un coup se glisse avec insolence dans objectif et tu en profites pour la prendre encore alors qu’elle s’avance. Peut être qu’elle ne vient pas vers toi. Après tout tu n’es pas le seul qui se dresse sur le chemin qu’elle emprunte. Et puis elle se plante là devant toi. Comme si elle attendait une explication. « Bonjour. » Tu lui souris, jouant à l’innocent. Après tout quel pêché as-tu commis ? « Un problème mademoiselle ? » Tu as toujours ton appareil en main. La pièce à conviction qui pourrait bien te couter cher. Mais elle n’a pas l’air en colère, alors tu risques quoi ?
   
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Dim 11 Mar 2018 - 1:42


INSTANT D'IMMORTALITÉ
" samwel & gioia "

Marcher. Juste pour se libérer l'esprit. Juste pour profiter du vent son sa peau satinée. Elle marche, la brunette. Presque sans but. Elle marche, tout simplement pour profiter de la vie. Car elle est en vie, Gioia, même si son coeur est encore et toujours meurtris. Même si elle a mal, même si la vie semble s'acharner sur elle, son coeur bat toujours contre sa poitrine. Violemment. Et elle essaie de s'en sortir. Elle a une nouvelle philosophie. Profiter de la liberté qui est sienne. Ne plus chercher le prince charmant. Pour le moment, du moins. Arrêter de s'en faire. Au fond, elle est peut-être maudite. Peut-être... Mais on dit qu'il y a un âme-soeur pour chacun. Alors pourquoi ferait-elle exception à la règle ? Un jour, elle trouvera. Maintenant, elle doit arrêter de toujours trop s'investir. Elle doit profiter de la vie comme elle vient. Ça, elle le faisait déjà, mais pas dans cette même philosophie. Aujourd'hui, c'est différent. Elle doit s'ouvrir sur d'autres horizons. Même sa meilleure amie l'encourage à le faire, alors pourquoi pas ? Elle en a assez de souffrir. Elle en a assez de s'éprendre des mauvais hommes pour elle. Il est temps de changer sa vision de la vie, tout simplement. C'est ce qu'elle doit faire, elle le sait. Et si l'amour lui tombe dessus, sans qu'elle s'y attende, elle fera avec. En attendant, elle veut profiter de la vie. Et c'est sur cette pensée qu'elle vagabonde, la belle italienne. Le sourire aux lèvres, profitant du vent, du soleil, de l'hiver qui prendra bientôt fin. Elle ne se sent même pas épiée. Elle ne se doute pas qu'on la suit pas à pas. Qu'on capture ses instants de vie en photos. C'est comme si elle était seule au monde et pourtant, elle ne l'est pas. Il y a cet homme qui la suit et tous ces gens autour d'elle. Elle vagabonde sans but, l'esprit au loin.

Puis elle ressent ce picotement. Comme si on l'observait. Elle ne sait même pas pourquoi elle se retourne. Elle ne sait même pas pourquoi ses yeux se posent sur lui. Il pourrait photographie n'importe quel autre étranger. Mais non, c'est elle qu'il vise, elle le sent soudainement. Parce que s'il était subtil au début, invisible même et là, il ne fait plus attention. Elle s'avance vers lui, Gioia, les séparant de cette distance. Puis elle se plante devant lui, l'affrontant de ses yeux sombres, mais sans colère. Elle est intriguée, en fait. « Bonjour. » Et il sourit, jouant l'innocence, comme s'il ne savait pas la raison de sa présence devant lui. « Un problème mademoiselle ? » Elle plisse légèrement les yeux, son regard glissant vers l'appareil qu'il tient entre ses mains puis se reposant dans le sien. « Ça vous arrive souvent, de photographier des inconnus à leur insu ? » Qu'elle fini par laisser tomber, fronçant légèrement les sourcils. Non, elle n'est pas en colère, elle est intriguée, Gioia. Pourquoi elle ? Il y a tellement de gens par ici, alors pourquoi l'avoir choisi, elle ? Une question qu'elle ne tardera pas à poser. Mais pour l'heure, elle se demande si c'est commun chez lui, de violer ainsi l'intimité des gens. Pour sa part, ça ne lui pose aucun problème, a moins qu'il soit un de ses obsédés, mais non, il n'en a pas l'air...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Mar 13 Mar 2018 - 12:21


       


   
Instant d'immortalité.


Tu aimes saisir dans ton objectif des moments interdits. Des moments ou les gens pris dans les aléas de leur vie, ne voit pas la beauté qu’ils dégagent. Ils sont vrais dans ces instants là car ils ne se doutent pas qu’on les observe. Ils se laissent porter par leurs émotions sans chercher à les cacher. Et le moindre de leurs mouvements peut dévoiler une faiblesse, une force, une subtilité souvent minime à l’œil nu mais qui sous l’objectif devient un atout. Un reflet de soleil dans des cheveux, une brise légère sur la chair, un sourire, un regard tout est saisissable quand la personne ignore qu’elle est photographiée. Et tout disparait quand elle comprend ce qui se passe. Souvent elle se pare d’un masque alors que cinq minutes avant elle était comme nue. Offerte sans en avoir conscience. Et lorsque tu la vois c’est ce que tu éprouves. Tu la trouves belle avec ses cheveux noirs qui se font lumineux sous le soleil. Et son sourire à la fois terriblement juvénile et si femme. Alors sans te poser de question tu la mitrailles. Osant l’interdit. Osant entrer dans son intimité sans y être invité. Mais parfois à trop jouer tu finis par te faire prendre la main dans le sac. Comme un gamin pris en flagrant délit de connerie.

Enfin au départ tu fais celui qui ne sait pas pourquoi elle s’avance vers toi. Plantant son regard sombre dans le tien. Tu joues les innocents. Mais pas sur qu’elle te donne le bon Dieu sans confession. De toute façon l’objet du délit est au tour de ton cou, difficile de le cacher à ses yeux intrigués. Tu la regardes amusé. Tu la trouves encore plus belle surtout quand elle plisse les sourcils. Est-ce que cela t’arrives souvent de photographier les inconnus à leur insu ? « Très bonne question mademoiselle. » Tu fais celui qui réfléchit. « Cela m’arrive oui. Surtout quand l’inconnu dégage du mystère et de la sensualité comme vous. Le reflet du soleil dans vos cheveux, votre sourire charmant. Je l’avoue je n’ai pu résister. » La passion que tu  éprouves se sent dans ta voix. Tu as du mal à cacher ce genre de chose. Pourtant tu es doué pour cacher ce que tu éprouves ou ce qui te fais souffrir. Mais la passion de la photo elle dévore ton cœur et ton âme depuis plus de la moitié de ta vie. Alors c’est toujours compliqué pour toi de ne pas te laisser gagner par le bonheur que cela te procure. « Mais si cela vous ennuie je peux effacer les clichés, ce qui serait dommage vu le rendu. Je peux vous montrer si vous voulez. Et je m’appelle Samwel. » Tu lui souris.

Avant de prendre ton appareil pour lui montrer l’écran. Tu es certain que lorsqu’elle verra les photos elle comprendra ce que tu veux dire et qu’elle appréciera les prises de vue. A part qu’elle soit comme certaines personnes complètement fermées. Et qu’elle t’envoie purement et simplement sur les roses en te faisant comprendre que tu n’as été qu’un homme mal élevé. Bon cela ne sera pas la première fois. Certaines personnes, enfin surtout des femmes t’ont giflé suite à ton intrusion dans leur espace privé. Cela ne t'empêche pas de continuer, ou serait le plaisir sinon. Mais tu ne sais pas trop pourquoi tu sens qu’avec cette belle brune le courant passe. Après tu peux te tromper et elle peut être belle et rebelle et son sourire peut finir par montrer des crocs bien acérés. Mais tu tentes, après tout le diable peut être aussi doux que les anges si on sait bien si prendre. Et frôler le diable ne t'effraie nullement, bien au contraire, cela t'émoustille.

   
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Lun 26 Mar 2018 - 17:19


INSTANT D'IMMORTALITÉ
" samwel & gioia "

Elle se plante devant lui, la brunette. Intriguée, sans doute plus qu'autre chose. Elle n'est pas du genre à s'énerver parce qu'un étranger ose la prendre en photo. Elle n'est pas du genre à crier. Pas du genre à lui demander de supprimer les clichés, là tout de suite, devant elle. Non. Elle est calme, Gioia, comme à son habitude. Elle lui demande si ça lui arrive souvent de photographier de pures étrangers à leur insu. « Très bonne question mademoiselle. » Et il fait mine de réfléchir, alors que ses yeux à elle le transperce. Elle se doute bien qu'elle n'est pas la seule personne à paraître sur les clichés de l'appareil qu'il tient entre ses mains. « Cela m’arrive oui. Surtout quand l’inconnu dégage du mystère et de la sensualité comme vous. Le reflet du soleil dans vos cheveux, votre sourire charmant. Je l’avoue je n’ai pu résister. » Dans ses paroles, dans le ton de sa voix, elle peut y lire toute la passion qu'il éprouve pour la photographie. Mais d'une part, c'est quelque peu gênant. Du mystère, de la sensualité, son sourire charmant ? Elle étire un léger sourire, toujours intriguée. Peut-être même plus qu'à l'instant où elle s'est dirigée vers lui d'un pas ferme. « Mais si cela vous ennuie je peux effacer les clichés, ce qui serait dommage vu le rendu. Je peux vous montrer si vous voulez. Et je m’appelle Samwel. » Et il sourit avant de prendre son appareil pour lui montrer les clichés qui se trouve sur l'écran. « Ça me plairait beaucoup de voir ça. » Qu'elle confirme, de sa voix douce, s'approchant pour voir les images sur l'écran. Elle ne lui en veut pas le moindrement pour cet intrusion dans sa vie privée. Elle sait qu'il n'a pas voulu mal faire, elle le sent. Et elle est intriguée à l'idée de voir son art. « Et moi c'est Gioia. » Qu'elle rajoute, avant de poser son regard sur l'écran de l'appareil, un doux sourire ornant ses lèvres. Heureusement, elle n'est pas de celles qui détestent se voir en photographie. Et elle a toujours aimée l'art, sous toutes ses formes, l'Italienne. Que ce soit peinture, dessin, photographie, sculpture... une passion qu'elle tient de son cher papa.

Elle laisse le jeune homme lui montrer les clichés qu'il a pris d'elle. Et elle ne peut pas nier son talent. Autant pour les prises de vue, l'éclairage, les images... Elle peut comprendre ce qu'il disait un peu plus tôt. Il a un don pour capturer les émotions, pas seulement des images. Ce n'est pas seulement elle qu'elle voit sur les clichés. Il y a bien plus que ça. Il a su capturer le moment présent, il a su capturer ce sentiment de liberté qu'elle ressentait à cet instant-là et ça transparaît parfaitement sur les images qu'elle admire. « Vous avez beaucoup de talent. Les clichés parlent d'eux-même. » Elle relève les yeux vers lui et plante le regard dans le sien, sourire sur les lèvres. « Je n'oserais jamais vous demander de les supprimer. Soyez-en rassuré. » Non, elle n'oserait pas le lui demander et elle n'en voit pas l'intérêt. Ce n'est pas comme si c'est photographies étaient dérangeante, bien au contraire. « Mais j'ose au moins espérer que vous me direz ce que vous compter en faire. » Qu'elle ajoute, sans cesser de sourire, ni cesser de l'observer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Sam 31 Mar 2018 - 16:33


       


   
Instant d'immortalité.


Tu te retrouves en un instant face à la brunette que tu étais en trait de prendre en photo. Dans le genre discret on fait mieux. Mais tu t’es laissé emporté par ta passion et du coup tu n’as pas fais attention que tu allais te faire repérer. Ou peut être tu l’as fais un peu exprès pour que la demoiselle te remarque et vienne vers toi. En tout cas tu joues l’innocent au départ. Avant de lui expliquer ce qui t’a poussé à la prendre en photo. Pas la peine de mentir à ce sujet, de toute façon tu es fais comme un rat. Mais bon elle n’a pas l’air de le prendre trop mal. Parfois cela finit en pugilat, surtout quand la belle est accompagnée. Enfin ce genre d’intrusion tu évites, sauf si par mégarde tu n’as pas fais gaffe au compagnon. Oui cela t’est arrivé de finir avec un poing dans la figure. Comme quoi tu fais un métier à risque. Tu attises sa curiosité par tes mots par rapport à ce qu’elle dégageait. Tu lui laisses le choix entre voir tes photos ou bien les effacer directement. Même si cette solution t’ennuierait vraiment, parce que les photos sont vraiment belles. Mais tu respecteras son choix. Pas la peine de finir chez les flics avec une plainte aux fesses pour des photos prisent à la dérobé et sans l’accord du modèle. Ton sourire se fait plus grand quand elle accepte de voir ce que tu as immortalisé d’elle. Tu te présentes, histoire de rendre la situation plus légère et elle en fait de même. « Enchanté Gioia. Très original comme prénom. » Un prénom chantant qui résonne de tonalités bien différentes que celles qui trainent dans Vancouver.

Et tu lui laisses le loisir de découvrir ce que tu as pris. Tu surveilles ses réactions, te disant que tu les prendrais bien. Mais il te faudrait un deuxième appareil. Gioia à l’air d’apprécier et cela te fait plaisir. Parce que tu mets tout ton cœur à faire transparaitre ce que les gens éprouvent dans ces moments là. Moment, ou pour la plupart les pensées virevoltent, et l’esprit s’évade. « Merci c’est sympa. Content que vous appréciez. » Vos regards se croisent, se capturant un instant. Tu vois son sourire se dessiner sur ses lèvres. A cet instant elle semble presque surnaturelle. Tellement irréelle. Fragile et forte à la fois. « Il est vrai que cela aurait été dommage et si certaines vous plaisent je peux parfaitement vous les tirer sur papier ou vous les mettre sur clé. » Tu fais souvent cela quand tu prends des photos à la volé. Et tu ne demandes rien à échange, de toute façon tu as les tirages et ils te servent pour ton book. Ton rêve faire une exposition. Ou même un livre avec tous les photos que tu as prises ainsi au gré de tes voyages. Un livre qui montrerait les gens sans masque, juste criant de vérité. « Oui bien sur. Si vous me permettez de garder les clichés, je fais un book. J’aimerais faire une exposition avec que des photos prisent comme ça. J’en ai déjà pas mal que j’ai récolté au cours de mes divers voyages. Ou voir pour un livre. Les deux projets sont en train d’être étudiés. » Tu espères que cela ne la gênera pas trop de savoir que tout Vancouver ou du moins une bonne partie de sa population risque de voir son joli minois. Ou pire si le livre parait, le tirage sera à grande échelle, enfin tu fais tout pour. Cela te permettrait de te stabiliser un peu niveau boulot. Même si l’envie de partir barouder à travers la planète sera toujours bien présente en toi. Mais tu as besoin de ça, un bon début pour mettre un peu d’ordre dans ta vie plutôt dissolue. « Vous seriez d’accord ? » Là si Gioia te dit non, et bien cela fera encore un modèle à retirer de la liste. Tu as l’habitude quand tu parles de ce genre de projet, cela fait peur aux gens. Même si les photos sont superbes, pas mal on la trouille de voir leur bouille affichée à la vue de tous.


   
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Jeu 5 Avr 2018 - 22:48


INSTANT D'IMMORTALITÉ
" samwel & gioia "

Elle observe, elle écoute, elle sourit. Un sourire plein d'authenticité, car s'il y a bien un mot qui peut décrire la jeune italienne, c'est authentique. Elle est vraie. Elle déteste mentir ou faire semblant. Et lorsqu'elle le fait, ce n'est pas par plaisir. Il ce qu'il faut avouer, c'est qu'elle est mauvaise menteuse. Elle ne pourrait pas être actrice, elle en serait tout simplement incapable. Elle a besoin de dire les vraies choses. Elle a besoin d'être honnête. Elle a besoin d'être elle-même. Quand elle sourit, on ne la force pas. Jamais. Si elle n'a pas envie de sourire, elle ne sourit tout simplement pas. Ça c'est Gioia. Les fois où elle a fait semblant, c'était plus que nécessaire. Non. Au fond, elle est facile à comprendre, facile à cerner. On peut lire en elle comme dans un livre ouvert. « Il est vrai que cela aurait été dommage et si certaines vous plaisent je peux parfaitement vous les tirer sur papier ou vous les mettre sur clé. » Qu'il lui répond lorsqu'elle lui dit qu'elle ne lui demandera pas d'effacer les clichés. Et elle sourit, à nouveau, la brune, relevant son regard vers lui. « Je ne dirais pas non plus la clé. » Ces photographies sont vraiment jolies, elle voudrait bien les avoir, juste comme ça. On ne sait jamais, elles pourraient être utiles, pour une raison ou une autre.

Elle ose ensuite lui demander ce qu'il compte en faire. Si ce n'est que par pur plaisir qu'il prend des clichés comme ceux-ci ou si c'est dans un but professionnel. « Oui bien sur. Si vous me permettez de garder les clichés, je fais un book. J’aimerais faire une exposition avec que des photos prisent comme ça. J’en ai déjà pas mal que j’ai récolté au cours de mes divers voyages. Ou voir pour un livre. Les deux projets sont en train d’être étudiés. » Elle écoute, analysant ses paroles. Une exposition ou un livre. Elle ne serait pas contre l'idée, la brune. Elle est ouverte d'esprit, elle comprend l'art et surtout, elle n'a aucune gêne. Que son visage soit exposé à la vue des gens ne lui pose pas problème. Et si ça peut faire le bonheur de cet homme, pourquoi pas. Elle n'a pas envie de lui refuser ça, pas après avoir vu la passion animer ses iris. Lorsqu'il lui demande si elle serait d'accord, elle étire un nouveau sourire, remuant légèrement la tête. « Ça ne me poserait pas problème. Vous pouvez en faire ce que vous voulez, tant et aussi longtemps que vous les utilisez à bon escient. » Qu'elle lui répond, posant son regard dans le sien. Elle scrute ses yeux et n'y lit aucune mauvaise intention... mais elle sait elle-même qu'elle peut se montrer naïve et inconsciente. Elle le sait très bien, mais elle a envie de lui faire confiance. Elle a envie de croire qu'il y a encore des gens bien sur cette terre. Le monde part dans tous les sens, mais une part d'humanité reste. Elle, elle est terriblement humaine et c'est la raison pour laquelle on la blesse si facilement, Gioia. Et il y a encore des gens pourvu d'âme et de sentiments, malgré les guerres, malgré la cruauté. Lui, il ne fait pas partie des méchants. Elle veut y croire. Ou peut-être qu'elle le ressent, au fond d'elle-même. « Je vous fais confiance. » Qu'elle ajoute à haute voix, comme pour confirmer ses pensées.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Mer 11 Avr 2018 - 14:56


       


   
Instant d'immortalité.


Tu t’es fais prendre sur le fait. Mais Gioia n’a pas l’air de prendre mal la chose. Pas de colère dans son regard. Elle sourit même. Et tu la trouves encore plus belle. Le fait d’être face à elle tu peux profiter du dessin que prennent ses lèvres et qui éclaire encore plus son visage. Elle est heureuse, radieuse. Et toi au départ tu l’as prise juste parce que la lumière jouait dans ses cheveux rendant les reflets plus éclatants. Et là que tu la regardes, que tu la détailles, sans te faire pressant. Tu te dis que tu devrais prendre son sourire. Il est tellement plein de sincérité. Pas de faux semblant alors que tu lui proposes de lui développer les photos que tu as prise d’elle. « Parfait je pourrais vous les mettre sur clé. Je peux même vous en retoucher certaines. Comme changer les couleurs en irisant dans les tons de bleu ou de rouge. Ou bien en jouant sur le noir et blanc. Avec les logiciels on peut tout faire maintenant. » Tu souris. Il est vrai que le travail photographique est loin de ressembler à celui des années passées. Même si tu tires parfois tes photos à l’ancienne. Tu aimes retrouver ce plaisir là. Tu trouves cela magique de voir apparaitre la photo dans les différents bains. De les voir naitre enfin sous ton regard impatient.

Tu réponds sans détour quand la jolie brune te demande ce que tu comptes faire avec ses photos. Tu as des projets, des idées. Et tu fais tout pour les mettre en œuvre. Si tu n’avais pas ces passages à vide à cause de l’abus de connerie, tu aurais surement plus avancé sur ce que tu prévois. Mais il y a toujours quelque chose qui se met en travers de ta route. Comme en ce moment la présence de ta mère qui perdure. Et tu n’arrêtes pas d’y penser et cela te mine. Enfin c’est une excuse comme une autre. Demain cela sera autre chose. Tu as tendance à repousser ce qui pourrait vraiment te fixer. Te donner une attache à cette ville. Voir à ce monde. Tu as toujours la sensation de devoir courir ailleurs pour trouver la perle rare. Alors qu’elle est peut être sous tes yeux. Il suffit juste que tu les ouvres vraiment. Et ce n’est pas pour demain. Tu comprends parfaitement ce que Gioia veut dire quand elle parle de les utiliser à bon escient. « Ne vous en faites pas. Pas de risque que je cherche à les mettre sur la toile pour une mauvaise cause. Cela serait dommage et du gâchis en plus. Et je n’ai pas mon genre. » Tu es même dégouté par ce genre de site et ce qui s’amuse à faire ça. Tu trouves que cela dénigre le métier de photographe plus qu’autre chose. Même si la plus part de ces tarés ne sont pas des professionnels. Juste des abrutis qui mériteraient de finir à poil sur les mêmes sites pour avoir une idée de ce que cela fait quand on est la victime. « Merci c’est gentil. » Tu remarques alors qu’il y a un petit bar à quelques pas. « Est-ce que je peux vous offrir un café ? Une façon de vous remerciez de votre compréhension et de votre accord. » Une façon aussi de faire d’avantage connaissance de la brune. Elle est jolie, plutôt dans ton style. Même si toutes les femmes t’attirent. Et puis cela pourrait clôturer cette rencontre en beauté. De toute façon toi tu n’es pas à cinq minutes prêt.



   
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Mer 11 Avr 2018 - 16:31


INSTANT D'IMMORTALITÉ
" samwel & gioia "

« Parfait je pourrais vous les mettre sur clé. Je peux même vous en retoucher certaines. Comme changer les couleurs en irisant dans les tons de bleu ou de rouge. Ou bien en jouant sur le noir et blanc. Avec les logiciels on peut tout faire maintenant. » Que le joli brun lui répond, lorsqu'elle lui dit qu'elle ne dirait pas non pour la clé. Elle lui rend son sourire, la jeune italienne, haussant légèrement les épaules. « C'est vous l'artiste, je vous laisse choisir selon votre envie. » Elle n'est pas difficile, Gioia, elle prendra ce qu'il lui donnera. S'il juge qu'un cliché a besoin d'être retouché, elle lui en laisse le contrôle entier. C'est lui l'artiste, lui le professionnel. Parce que si elle aime la photographie, la brunette, elle ne s'y connaît bien moins que lui. Et elle n'est pas de ces filles capricieuses et exigeantes. Ça, il devrait s'en rendre rapidement compte. Gioia, elle est la simplicité même. Elle aime laisser le contrôle aux autres et elle se satisfait de peu. À première vue, on ne croirait jamais qu'elle vient d'une famille où richesse, puissance et contrôle sont d'une importance capitale. Elle est tellement différence, baignant dans deux mondes bien différents à la fois.

Elle cherche ensuite à savoir ce qu'il compte faire de ces photographies et il lui répond en toute franchise. Il a quelques idées et cherche à savoir si elle accepterait qu'il utilise les clichés qu'il a pris d'elle. C'est  sans hésitation qu'elle accepte, lui accordant facilement sa confiance. Elle peut être parfois naïve, trop ouverte aux gens, mais cette fois, elle sait qu'elle ne risque rien. Elle peut le lire dans ses yeux. Il est honnête, ses pensées ne sont pas détournées. Il vient même la rassurer à ce sujet. « Ne vous en faites pas. Pas de risque que je cherche à les mettre sur la toile pour une mauvaise cause. Cela serait dommage et du gâchis en plus. Et je n’ai pas mon genre. » Alors, son sourire s'agrandit légèrement, elle remue doucement la tête. « Très bien dans ce cas. Elles sont toutes à vous. » Qu'elle laisse tomber, afin de lui confirmer qu'il pourra les utiliser pour ses futurs projets. Il la remercie alors, le brun, avant de lui offrir un café, afin de la remercier pour sa compréhension et pour son accord. Elle remue à nouveau la tête, Gioia, l'observant légèrement. Elle n'a rien à perdre. Il a l'air sympathique et il est beau garçon, alors pourquoi pas. « Je ne bois pas de café, mais un thé fera très bien l'affaire. » Elle est douce, la brunette et souriante. Elle a besoin de se vider la tête et peut-être que sa présence pourra l'aider un peu. Parfois, ça fait du bien de changer de décor, de parler à des personnes différentes.

C'est d'un pas léger qu'elle accompagne le brun jusqu'au bar, situé à quelques pas du lieu de leur rencontre. Ils n'échangent que quelques mots durant le court trajet qui les mène jusqu'au petit bar. Elle pourrait lui poser une foule de questions, jouer l'indiscrète et la curieuse comme elle sait le faire, mais elle ne le fait pas. Au fil du temps, elle a compris que cette curiosité qui l'habitait pouvait rendre certaines personnes mal à l'aise, elle a donc appris à la freiner. C'est avec le sourire aux lèvres, comme toujours, qu'elle donne sa commande à la serveuse, lorsque celle-ci vient à la table. Et lorsque la femme s'éloigne, après avoir également pris la commande du beau brun, elle pose son regard sur lui, Gioia. Elle l'observe, sourire au coin des lèvres. « Vous faites de la photographie depuis longtemps ? » Qu'elle lui demande, curieuse, mais surtout intéressée par l'idée d'en savoir un peu plus à son sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Lun 16 Avr 2018 - 15:50


       


   
Instant d'immortalité.


Tu lui proposes plusieurs solutions par rapport au rendu des clichés. Tu peux les traiter de diverses manières. Ou alors les laisser au naturel vu qu’elles sont très belles sans retouches. Et si elles sont belles c’est parce que le modèle est beau. Enfin modèle, pas spécialement le mot qu’il convient vu qu’à la base c’est à l’insu de la demoiselle que tu as pris ces photos. Mais elle te laisse carte blanche, vu que l’artiste c’est toi. Artiste tu ne t’es jamais vraiment considéré comme un artiste. Tu as du talent et on te le dit souvent, mais c’est plus du talent qui vient de tes tripes, de ton cœur. De ce que tu ressens au moment ou ton doigt appuie sur le déclencheur. « Merci. Et d’accord je ferais de mon mieux pour qu’elles soient parfaites. Mais cela ne sera pas compliqué vu le rendu. » Tu en travailleras certaines, mais tu comptes bien en laisser quelques unes naturelles. Surtout par rapport aux reflets que le soleil a déposé sur sa chevelure. De toute façon c’est ce qui a attiré ton œil en premier. C’est la première chose que tu as vu, avant même de découvrir son adorable sourire.

Tu réponds sans gêne à sa question par rapport à ce que tu vas faire des photos. Tu as pas mal de projet même si pour le moment aucun n’est réellement abouti. Toujours l’esprit en vadrouille alors tu as du mal à te concentrer sur ce qui est ta priorité. Ou du moins sur ce qui devrait être ta priorité. Tu lui expliques pour que Gioia ne pense pas que tu veux te servir de ses photos à mauvais escient. « C’est parfait alors et vous êtes adorable. Je vous tiendrais au courant dans ce cas pour que vous puissiez voir le résultat une fois fini. » Que cela soit une exposition, un bouquin. Peut importe tu sais que tu y arriveras. Faut juste qu’on te laisse le temps de mettre de l’ordre dans ta vie. Mais bon ce n’est pas pour demain vu le merdier qui traine dans ta tête. Merdier que tu ne sais pas comment démêler. Enfin tu ne cherches pas trop non plus. Tu préfères te perdre dans la drogue ou l’alcool, plutôt que d’assumer vraiment ton existence. « Va pour un thé alors. Et puis il y a tellement de saveur à cette boisson. Vous en aimez un en particulier ? » Tu la regardes, laissant parfois tes yeux glisser un peu sur son corps, sans jouer les voyeurs ou les impolis. Non tu fais ça dans le respect.

Vous partez tous les deux en direction du bar qui se trouve à quelques pas. Vous échangez quelques mots, sans pour autant devenir trop curieux. Même si tu aimerais bien en apprendre plus sur la demoiselle. Mais tu as le temps, enfin au moins le temps d’un thé. Tu détailles son visage. Elle est vraiment charmante. Vous vous installez à une table et passez votre commande au prés de la serveuse. Un thé pour Gioia et un café viennois pour toi. Vos regards se croisent alors que la serveuse s’éloigne. Tu vois un petit sourire se dessiner au coin de ses lèvres. Tu ne peux t’empêcher de penser qu’elle est à croquer avec ce sourire là. Sa voix te fait redescendre sur terre. Tu étais en train d’essayer de percer le mystère de ses origines, en cherchant d’où elle tient son petit accent et sa couleur de cheveux. « Oui depuis plus de dix ans à présent. » Tu lèves les yeux au ciel, le temps est passé trop vite. Et tu réalises que tu as passé la moitié de ta vie loin de ta mère et de ta sœur. Mais ce n’est pas le moment d’être nostalgique. « C’est mon oncle qui m’a aiguillé dans cette voie. J’ai toujours pris des photos mais c’était plus par amusement qu’autre chose. Maintenant je m’amuse toujours autant mais je sais saisir au-delà de ce que l’on voit à l’œil nu. » La serveuse revient avec votre commande, tu en profites pour régler comme ça vous serez plus tranquille pour discuter. Et tu reprends la discussion. « La photo est devenue une passion. Que j’exerce du mieux que je peux au travers de divers horizon et de divers pays.  Et toi .. pardon et vous vous avez une passion ? » Tu ne veux pas qu’elle s’imagine n’importe quoi en la tutoyant trop vite. Même si cela rendrait la discussion plus amicale. A Gioia de voir ce qu’elle préfère.




   
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Lun 16 Avr 2018 - 17:32


INSTANT D'IMMORTALITÉ
" samwel & gioia "

« Merci. Et d’accord je ferais de mon mieux pour qu’elles soient parfaites. Mais cela ne sera pas compliqué vu le rendu. » Elle se contente d'un petit sourire à ses paroles. Elle a confiance en lui, elle a confiance en son regard d'artiste. Un regard sans doute plus critique que le serait celui de la brunette. Il saura traiter ces clichés avec soin, elle n'en doute même pas. Il saura les retravailler, s'il juge que c'est nécessaire. Elle n'a pas envie et ne ressens pas le besoin de lui imposer quoi que ce soit, Gioia. À lui de décider. Elle lui pose ensuite la question qui lui brûle les lèvres. Que va-t-il faire de ces photos ? Il lui répond avec ce qui lui semble être sincérité, le brun et ils discutent un peu à ce sujet. Elle lui accorde le droit des garder les clichés et de les utiliser pour son travail, tant et aussi longtemps qu'il s'en sert à bon escient. Que son visage ou sa silhouette soit exposé aux yeux de tous ne la dérange pas. Ces photographies sont toutes à lui. « C’est parfait alors et vous êtes adorable. Je vous tiendrais au courant dans ce cas pour que vous puissiez voir le résultat une fois fini. » Elle étire un énième sourire, la della Rovere.  « Très bien, il me tarde de voir ça. » Qu'elle répond en toute franchise. Ça l'intéresse très sincèrement de voir son travail et de voir ce qu'il fera des clichés qu'il a pris d'elle. Le joli brun, il l'invite ensuite à prendre un café, histoire de la remercier. Elle accepte l'invitation, précisant qu'elle ne boit pas de café, mais qu'un thé fera l'affaire. « Va pour un thé alors. Et puis il y a tellement de saveur à cette boisson. Vous en aimez un en particulier ? » C'est vrai qu'il y a beaucoup de saveur de thé. Noir, vert, blanc, fruité, floral, amer, épicé, herbacé, sucré... « J'aime beaucoup le thé vert, avec un soupçon d'agave et de menthe. » Qu'elle répond de sa voix douce, tout en l'observant. Elle adore le Sencha, tout particulièrement. On dit qu'il est le roi des thés verts, pour ses bienfaits sur la santé et pour son goût exceptionnel. C'est de sa mère qu'elle tient cet amour pour cette boisson.

Après un bref instant de marche, les voilà assis à une table, l'un face à l'autre. Elle observe le brun, Gioia, curieuse d'en apprendre un peu plus à son sujet. Sourire au coin des lèvres, elle lui demande s'il fait de la photographie depuis longtemps. Depuis plus de dix ans qu'il lui répond Samwel. Elle remue légèrement la tête, l'écoutant attentivement, alors qu'il poursuit, l'italienne. « C’est mon oncle qui m’a aiguillé dans cette voie. J’ai toujours pris des photos mais c’était plus par amusement qu’autre chose. Maintenant je m’amuse toujours autant mais je sais saisir au-delà de ce que l’on voit à l’œil nu. » La serveuse revient avec leurs boissons et le brun profite de l'occasion pour régler l'addition, avant de se replonger dans la discussion. « La photo est devenue une passion. Que j’exerce du mieux que je peux au travers de divers horizon et de divers pays. Et toi... pardon et vous vous avez une passion ? » Elle sourit encore, sans quitter son regard sombre. « En tout cas, ça doit être vraiment passionnant de voyager à travers le monde et d'immortaliser tout ce que vous désirez. Enfin, tout ce que tu désire... On peut se tutoyer. » Elle aime les voyages, la brunette, elle aime prendre des clichés de ce qu'elle voit, des clichés des gens avec qui elle voyage, mais ce doit être très différent de ses voyages à lui, des moments qu'il immortalise. « Si j'ai une passion ? J'adore voyager et je le fais dès que j'en ai l'occasion. Mon père m'emmenait souvent en voyage, lorsque j'étais enfant et c'est un amour qui m'est resté. » Elle a mis les pieds sur tous les continents, la brunette et elle ne se lasse jamais de voyager. Elle aime visiter différents pays et connaître toutes les différentes cultures. Mais des passions, elle en a plusieurs, Gioia. « J'aime la musique également... Je joues du piano et du violon, entre autres. C'est quelque chose qui me fait vibrer, mais je n'ai jamais osée tenter d'en faire une carrière. » Qu'elle ajoute, haussant légèrement les épaules. Si elle est sans gêne, la brunette, elle a toujours eu le trac et monter sur scène l'a toujours un peu effrayée, la musique est donc restée une passion muette pour elle. Et même si elle joue encore, sa vie tourne autour de sa compagnie de produits naturels et sa boutique, maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Sam 21 Avr 2018 - 18:55


       


   
Instant d'immortalité.


Tu es heureux de Gioia te laisse le loisir de pouvoir utiliser les photos que tu as prise d’elle. Elle te laisse même carte blanche pour celles que tu choisiras de lui mettre sur clé une fois travaillées. Tu as déjà pas mal d’idée pour les colos que tu vas utiliser, tu risques même de jouer sur le noir et blanc surtout par rapport à sa belle chevelure. Vu les circonstances de votre rencontre tu apprécies sa confiance. Certains auraient réagir de façon bien différentes. Tu lui proposes de prolonger le moment en aller boire un café dans le bar d’à côté. Gioia préfère un thé, tu n’y vois pas d’inconvénient. Pour toi c’est juste un moyen de prolonger l’instant. Tu as parlé de café parce que tu ne voyais pas lui parler de bière ou juste lui dire d’aller boire un coup tout simplement. « Cela doit être très rafraichissant comme thé. » Et vous partez ensemble en direction du bar où vous allez vous installer.

Des sourires et des regards s’échangent. Et la discussion continue, se faisant un peu plus personnelle. Vous permettant ainsi d’en apprendre un peu plus l’un sur l’autre. Vous parlez d’abord de ta passion la photographie. Après tout c’est elle qui t’a fait regarder de façon différente la belle Gioia. Tu évoques également le fait que tu aimes voyager. Et vu ta petite anicroche sur le vous tout à l’heure, elle relance et elle propose le tutoiement. « Vas pour le tu. Plus de risques de s’embrouiller les pinceaux comme ça. » Tu lui souris. « En effet c’est assez grisant cela permet aussi de se libérer la tête, de retrouver une certaine liberté, de voir d’autres horizons et de se dire qu’au final on n’est pas si mal chez nous. » Même si toi tu ne sais pas où se situe réellement ton chez toi. Ton cœur n’a pas réellement de racines. Tu pars parfois parce qu’en tant que free lance, certains de tes employeurs t’envoient à l’étranger. Tu pars aussi quand certaines choses deviennent trop dures à supporter. Comme le rappel de ton abandon par ta mère. Tu lui en veux toujours autant, les années passées n’ont pas apaisé cette blessure. Tu pars aussi quand ton oncle te prend trop la tête sur ta façon de vivre. Cela t’évite faire des conneries ou de pousser plus loin ta consommation d’alcool ou de drogue. Mais tu veux également en apprendre plus sur la demoiselle. Tu as un petit pincement au cœur quand elle parle de son père, le tien tu ne sais même pas à quoi il ressemble. « On est un peu semblable sur un point. Toi c’est ton père qui t’entrainait dans ses voyages. Moi c’est ma mère à cause de son métier. Ma sœur et moi on a connu très tôt cet amour du voyage, vu que l’on poser jamais vraiment longtemps nos valises au même endroit. Je suis même né au Congo. Mais je suppose que tu n'es pas née à Vancouver vu ton léger accent ? » Parler de ton enfant te secoue un peu, pour toi ce sont les plus belles années de ta vie. Des années faites d’insouciance et des rires de ta Honey. Même si votre mère vous montrez peu d’intérêt tu étais le plus heureux des gosses. « Du violon et du piano !! Ce sont de très beaux instruments et je pense assez complexe, enfin surtout pour le violon. Moi je me débrouille pas mal avec un tamtam. » Tu te mets à rire, tu as appris avec les gosses du village quand leurs pères leurs montraient. Tu en joues parfois mais c’est bien plus beau quand il y a un ensemble. « Mais je n’ai rien d’un musicien. C’est juste quelque chose que j’ai appris très jeune et que je partage parfois dans mes voyages. Et pourquoi tu n’as jamais osé d’en faire une carrière ? » Tu t’étonnes de parler autant, peut être que c’est tout simplement Gioia qui te met à ton aise. Elle est si naturelle que cela devient facile.





   
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia
Mer 2 Mai 2018 - 22:15


INSTANT D'IMMORTALITÉ
" samwel & gioia "

L'échange se fait facilement. La conversation coule et Gioia, elle se montre fidèle à elle-même. Souriante, sans gête et ouverte. Elle écoute le jeune homme parler et il en fait autant avec elle. Il est sympathique, le brun, ça ne fait aucun doute et à force de discuter, elle se sent plus légère, Gioia. Elle avait besoin de se vider l'esprit et c'est ce qu'elle fait, se changeant les idées. Le thème des voyages s'installe et ils se découvrent une passion commune. Elle aime les voyages, la belle et c'est un amour qu'elle doit à son paternel. Il l'a emmenée aux quatre coins du globe, durant ses voyages d'affaire et pour le plaisir, tout simplement. Elle a toujours aimée découvrir le monde, aux côtés de son papa adoré, la brunette. Les voyages, c'était leur truc à eux. « On est un peu semblable sur un point. Toi c’est ton père qui t’entrainait dans ses voyages. Moi c’est ma mère à cause de son métier. Ma sœur et moi on a connu très tôt cet amour du voyage, vu que l’on posait jamais vraiment longtemps nos valises au même endroit. Je suis même né au Congo. Mais je suppose que tu n'es pas née à Vancouver vu ton léger accent ? » Elle sourit à nouveau, la brunette et elle remue doucement la tête. « Non, en effet. Je suis née en Italie. Mais toi, le Congo ? Wow... Tu y as vécu longtemps ? » Elle l'observe, curieuse. L'Italie, c'est différent du Canada, mais le Congo ? C'est plus que différent, c'est deux mondes complètement opposés. Elle l'écoute à nouveau avec la plus grande attention puis ils discutent pendant un petit moment de leurs pays natals respectifs, jusqu'à ce que le sujet tourne autour de la musique. L'enfance, la famille, le sujet lui a semblé délicat pour le beau brun, alors elle l'a emmené dans une nouvelle direction, Gioia. La musique, voilà l'une de ses passions, cependant, elle n'a jamais osée y faire carrière, malgré son talent.

« Du violon et du piano !! Ce sont de très beaux instruments et je pense assez complexe, enfin surtout pour le violon. Moi je me débrouille pas mal avec un tamtam. » Le sourire de la jeune italienne s'élargit. « C'est vrai que ce sont deux instruments assez complexes, mais lorsqu'on apprend à en jouer en bas âge, on apprend tellement plus rapidement... Mais tu sais, le tamtam, c'est un très bel instrument également. J'adore !  » Qu'elle ajoute, toujours aussi souriante. À vrai dire, elle aime tous les instruments, la belle, chacun a sa particularité et ça, elle en a pleinement conscience. « Mais je n’ai rien d’un musicien. C’est juste quelque chose que j’ai appris très jeune et que je partage parfois dans mes voyages. Et pourquoi tu n’as jamais osé d’en faire une carrière ? » Peut-être qu'il n'est pas un musicien, mais il a d'autres talents, Samwel. Du moins, il est très talentueux en photographie et c'est quelque chose qu'elle trouve impressionnant, la brunette. « Jouer tout simplement pour le plaisir, c'est bien aussi. C'est ce que je fais. J'adore jouer, le piano, surtout. Pour moi-même et pour quelques privilégiés. J'ai le trac... depuis l'adolescence. Petite, ça allait, je pouvais jouer sur scène, mais aujourd'hui, ça m'est carrément impossible. Je ne suis vraiment pas du genre timide, mais devant une auditoire, je fige et j'ignore pourquoi. » Elle hausse légèrement les épaules, Gioia. Non, elle ne sait pas du tout pour quelle raison elle a le trac, aujourd'hui, mais c'est ainsi. Enfant, elle était insouciante, mais maintenant, c'est une autre histoire. Pourtant, ce n'est pas par peur qu'on se moque d'elle, ça elle s'en fiche bien. Mais la musique, c'est quelque chose de personnel, à ses yeux et peut-être est-ce la raison pour laquelle elle ne sait que jouer devant ses proches... « Enfin bref, on a tous nos tares. » Qu'elle ajoute à la suite de ses propres paroles. Personne n'est parfait, ni elle, ni personne. « Et sinon, dis-moi, tu gagnes ta vie avec tes photos ou bien tu fais autre chose ? » Elle change de sujet, non pas parce que le sujet la dérange, mais bien parce qu'elle a envie d'en savoir un peu plus au sujet du brun.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Instant d'immortalité. ( Gioia

Revenir en haut Aller en bas
 

Instant d'immortalité. ( Gioia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» Tournoi "Instant d'un Rêve" 19-20 juin 2010
» « On peut être intelligent toute sa vie et stupide un instant. »
» L'immortalité n'est qu'un triste rêve dont la fin est une libération [solo]
» Rien que pour un instant [PV Merlin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: Archives Confidential :: section souvenirs :: Rp Abandonnés-