Hōkū



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Hōkū

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Hōkū
Ven 9 Mar 2018 - 21:17


≈ ≈ ≈
{Hōkū.}
crédit/ tumblr@deborah boschetti

Toutes ces étoiles qui venaient se mélanger dans le ciel, laissant son esprit se détacher pendant un instant, laissant la beauté du moment prendre possession de son cœur. Son esprit était perdu dans les étoiles, perdu dans la beauté du ciel et dans les explications qui pouvaient lui être offert. Ce club était certainement le meilleur choix que Valeria aurait pu faire, ajouter encore plus d'astronomie le temps d'une heure, le temps d'une distraction. En parlant de distraction, une tête blonde n'était plus très loin, une tête blonde qui l'intriguait depuis un moment maintenant. Parfois, son regard quittait les étoiles, préférant rejoindre le bleu océan des yeux de la jeune femme. C'était une beauté différente, une beauté qui n'en restait pas moins attirante. Aucune véritable n'avait véritablement été échangée, tout ce qu'elle connaissait, c'était son prénom, Deborah. Prénom qui semblait avoir des origines différentes des siennes. Ses origines semblaient pourtant avoir disparu, camouflées sous ce nouveau nom de famille que jamais elle n'arrivera à apprécier. Howard, un nom de famille offert à son arrivée au Canada, une façon de lui dire que peut-être, le sien était trop compliqué à dire, que peut-être, l'endroit où elle était n'était plus son Hawaï natale. À présent, cette idée lui semblait stupide, d'un ridicule sans nom. Courir sous les pas de ses parents, essayés d'en apprendre plus sur les personnes qui n'avaient jamais été présentes. Cela semblait avoir été une bonne idée, autre fois. Pourtant, le mal du pays semblait constamment présent. Ce manque qui venait se creuser un peu plus chaque jour, l'envie de retrouver sa sœur, l'envie de retrouver la femme qui l'avait élevé. La seule chose qui était à présent capable de la calmer, entendre cette voix tendre s’élever de l'autre côté du téléphone, avoir l'impression que le monde s'était remis à tourner. ʻOkakopa. Elle était Valeria ʻOkakopa et plus les jours passaient, plus l'envie de retrouver cette identité, de tout plaquer revenait. Et puis, son regard était croisé, ce bleu pétillant qui venait lui rendre de l'espoir. Cette inconnue et cette chevelure blonde, leurs échanges de regard, c'était la seule chose qui la retenait, la seule chose qui l'aidait à rester sur la terre ferme. C'était parfois d'un pathétique sans nom, de se dire que la seule chose qui la poussait à rester, c'était le lien qui la reliait à une personne dont seul son prénom était connu. Une fois ce club terminé, son portable était la première chose qui était dans sa main, composant rapidement le numéro du domicile qui l'avait autre fois abritée. Marchant son sac à l main, ignorant le monde qui pouvait se trouver sur son chemin, entrant dans l’ascenseur qui allait l'amener à l'étage inférieur. " ʻAʻole au maopopo. " Soudainement, la ligne se coupa, laissant son incompréhension se creuser un peu plus. Son regard se posa sur l’ascenseur qui semblait ne plus vouloir fonctionner. Haussant simplement les épaules avant de s'appuyer contre une paroi, remarquant une tête blonde. Deborah. " Je vais vraiment finir par croire que tu me suis. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Hōkū
Mar 20 Mar 2018 - 22:44

HŌKŪ
Valeria
Mes pensées tournent et virevoltent, elles se mêlent au chaos ambiant et partent en direction du ciel rejoindre les étoiles. Je me demande ce qu'elles font là haut, peut être sont elles plus épanouies qu'ici. J'espère que bientôt elles me transmettront cette légèreté tant attendue.

Ma vie d'étudiante est des plus banales, je fais mes devoirs, j'apprends mes cours, j'ai des bonnes notes, je vais tous les jours à l'université, je suis attentive en cours, je me suis inscrite dans un club pour le plaisir, je mange avec mes copines tous les midis et je rentre chez mes parents le soir. Certes je pourrais avoir un petit studio à moi, comme la plupart de mes camarades, mais pour l'instant je n'arrive pas à quitter le nid familial. Seule ombre au tableau, mon attirance inexpliquée et inexplicable pour la gente féminine et plus particulièrement pour une des filles du club d'astronomie. Cela fait quelques années que j'ai remarqué que je n'étais pas attirée par les hommes comme mes amies le sont, moi je suis plus sensible aux charmes d'une belle brune au regard de braise, mais je ne suis vraiment pas prête à l'admettre ni même à me le dire devant un miroir, seule en face de moi-même. Seul problème c'est que cette belle jeune femme me trouble chaque jour un peu plus, quand nos regards se croisent j'ai le cœur qui s'emballe et les jambes qui flageolent. Je me sens prise d'une envie de toucher sa peau qui a l'air si douce et j'ai peur de ses envies, de ce qu'elles pourraient me faire faire.

Ce moment au club d'astronomie ne faut pas différent des autres, les étoiles sublimes et elle toujours aussi mystérieuse. J'ai passé l'heure à switcher entre le sujet principal du club, le ciel, et ses jolis yeux clairs. J'aimerais pouvoir me concentrer quand elle est dans la même pièce mais c'est assez difficile, c'est pour ça qu'en dehors du club je fais tout pour l'éviter. Il faudrait que j'arrive à faire la part des choses, à mettre un peu d'ordre dans ma vie et à faire le point mais c'est pas évident, surtout quand j'essaye d'être parfaite en tout temps, comme maman le voudrait, comme je me l'impose pour avoir l'impression d'exister. Il me faudrait couper le cordon et m’envoler mais j'y arrive pas, il me faudra surement de l'aide mais là encore je dois arriver à la réclamer.

Je suis sortie du club un peu précipitamment, pour éviter d'être de nouveau face à Valeria, cette jeune femme dont je ne connais que le prénom et le charme sans limite. Sauf que je suis partie tellement tête baissée vers l'ascenseur que je n'ai même pas remarqué qu'elle aussi elle avait prit l’ascenseur. Grossière erreur de ma part puisque à peine quelques étages plus loin on se retrouve seules, et le regret monte encore d'un cran quand quelques minutes après cette petite boite métallique où nous sommes enfermées s'arrête entre deux étages, coincé. Et voilà, tout ce que je voulais qui n'arrive jamais (enfin ma peur voulait que cela ne se produise jamais, mon cœur lui en rêvait en secret) se déroule, je suis coincée dans une espace clos avec cette fille qui fait remonter tout ce que je réprime à longueur de journée.

Son petit accent quand elle décroche son téléphone et qu'elle parle en une langue que je crois bien venir d'une île tropicale me fait littéralement fondre. Elle mis plus de temps que moi à se rendre compte que l'ascenseur de descendait plus et moi pendant ce temps j'étais dans un coin gagnée par la gêne et les joues légèrement rosies. Lorsqu'elle remarqua ma présence, s'appuyant nonchalamment contre le mur de métal, elle me fit une remarque qui me fit carrément virer au rouge écrevisse. " M-m-mais non pas du tout je ne te suis pas, on est juste dans le même club ... " Et j'avais juste pas envie de prendre les escaliers pour une fois, mais ça je ne l'avouerais pas à haute voix, ce serait admettre que j'ai un côté flemmarde et je ne le peux, maman n’approuverait pas (oui je sais encore elle, mais que voulez vous, je suis formatée).
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
 

Hōkū

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: Archives Confidential :: section souvenirs :: Rp Abandonnés-