The collapse of the feelings. Zigrik 1



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The collapse of the feelings. Zigrik 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
friendship never ends


RP'S : DOUBLE Z
ZIGRIK
ANGUS & ELRIK
ALEXANDRE





Zelda sa jumelle. Celle qui partage sa vie depuis le 1er jour de leur conception. Ils se comprennent même dans leur silence. Elle connait tout de lui, même ce secret qu'il cache à Elrik par peur d'être rejeté. Elle lit à travers lui. Elle voit ses forces et ses faiblesses. Elle le soutient et il la protège. Elle joue parfois l'assistante quand son frère répète de nouveaux tours. Ensemble ils sont le Double Z plus lié que les doigts d'une main. Même si chacun fonce vers son destin.


Elrik son meilleur ami. Ils se connaissent depuis tout gamin. Leurs mères changeaient ensemble leurs couches culottes. Ils ont grandi dans l'univers de la piste aux étoiles. Et puis ils sont devenus frères quand les parents de Ziggy ont adopté Elrik suite à la mort de sa mère. Mais en grandissant les sentiments de Ziggy ont changé. Et avec eux l'amour est né. Mais Elrik reste si intouchable, que Ziggy se tait même s'il en souffre.


Le cirque sa famille. Sa raison d'être. Il est aussi important pour Ziggy que le sang qui coule dans ses veines, que le souffle qui remplit ses poumons. Le cirque a entendu son 1er rire. Ses 1ers mots. Le cirque a apprivoisé ses 1ers pas. Ses 1ères chutes. Le cirque a déclenché sa 1ère joie. Sa 1ère émotion. Le cirque c'est toute sa vie, comme il est toute la vie de ses parents et de ses grands parents avant lui. C'est aussi le ciment qui le lie à Zelda et à Elrik. Le cirque c'est sa responsabilité, son avenir. Que Ziggy joue au jongleur, au magicien, à monsieur Loyal ou bien qu'il s'occupe de la partie administrative. Il a la même passion. Le cirque c'est son grand amour, même s'il n'a pas tout son cœur.



Monsieur LOYAL




• INSCRIS LE : 25/03/2018
• MESSAGE : 264 • POINTS : 4515
• CÉLÉBRITÉ : Will Higginson
• CRÉDITS : Moonic (vava) meadows (gif sign & crackship)
• DC : Jazz Dellaney & Lyna Engelmann & Samwel Hawkins
MessageSujet: The collapse of the feelings. Zigrik 1
Jeu 12 Avr 2018 - 11:09


The oxygen which is lacking in my life.
elrik & ziggy

Ziggy se réveille doucement. Le jour pointe déjà le bout de son nez. Tant bien la matinée est déjà avancée. Il n’entend pas de bruit dans la caravane. Zelda doit déjà être en train de caresser ses peluches vivantes ou bien de s’entrainer sous le chapiteau. Il a du mal à ouvrir les yeux, à évaluer l’heure qu’il peut être. Sa nuit a été un peu agité. Commencer dans le lit d’un inconnu aux courbes superbes mais qu’il a trouvé au final fades. N’ayant que l’idée d’un amant en tête. Elrik. Avant de finir seul dans son lit. Elrik, il ne l’a pas revu depuis la veille, après le spectacle. Il avait l’air de trainer avec quelques demoiselles qui avaient assisté à la représentation. Peut être le félicitaient-elles pour sa prestation époustouflante ? Il faut dire qu’il avait fait fort hier. Comme tout le monde. Mais la vision de Ziggy est faussée avec toutes les émotions qui lui traversent le cœur quand il s’agit d’Elrik. Il en a pris son parti le magicien. Son cœur souffre en silence de ce manque d’amour qui dure depuis bien longtemps. Il a préféré partir en le laissant en charmante compagnie. Et il c’est tourné vers cet homme au regard clair. Dans la pénombre il a pensé à Elrik. Mais la vérité c’est vite révélé à lui. Comme une pointe de couteau glissée dans sa chair. Alors il est parti sans même un au revoir. Comme un voleur. Un bandit. Trop amer de n’avoir été vraiment comblé. Enfin c’est oublié. Une nuit de plus à jeter en pâture dans l’histoire de sa vie.

Mais aujourd’hui est un nouveau jour et avec lui un nouveau souffle. Alors il regarde l’heure. Il est presque onze heures. Il ne peut s’empêcher de sourire. Il sait que sa jumelle ne se gênera pas pour le traiter de marmotte. L’a-t-elle entendu rentrer cette nuit ? Il se lève, et en premier lieu il file prendre une douche. Pour finir d’effacer cette nuit de luxure sans réelle saveur. Puis il enfile un pantalon de survêt fin et un débardeur. Il mettra la veste quand il sortira. Il déjeune en prenant son temps. Il sait qu’il a besoin de prendre des forces. Alors il s’applique à apporter tout ce que son corps aura besoin pour la suite. Puis il sort de la caravane. Au passage il frappe un grand coup sur la porte de celle d’Elrik. Il ne sait pas si son ami s’y trouve. Tant bien il est déjà sous le chapiteau. Mais il en doute car il n’a pas entendu le signe de ralliement contre sa porte. Un signal que les deux garçons ont mis en place il y belle lurette quand ils étaient encore que des gosses inconscients. Le premier levé tape sur la porte de l’autre signe qu’il est temps d’aller s’entrainer. Trois coups forts. Trois coups plus faibles. Et à nouveau trois coups forts. Bon Ziggy dormait profondément mais même dans ces cas là son cerveau réagit dés qu’il entend le signal. Et il rejoint de chapiteau. Quelques artistes s’entrainent déjà. Mais il n’y a pas Zelda, elle ne doit pas être loin de toute façon. Il les salue. Certains ont fini et ils sortent d’autres restent et continuent. Le magicien appelle quelques gars pour monter sa boite de verre. La dernière fois cela n’a pas été le top avec Zelda. Mais il a revu quelques petites choses et il compte bien recommencer. Il n’y a pas encore les serpents, il ajoutera cette touche que lorsque les évasions seront au point. Pas la peine de vouloir précipiter les choses. Il commence à s’échauffer. Il faut qu’il travaille sur ses bras et ses épaules car ils sont pas mal sollicités lors de l’évasion de la camisole. Il sait même se déboiter les épaules et les remettre en place. Les premiers temps c’était douloureux mais à force ses membres ont pris l’habitude d’être mal mené. Il fait des mouvements d’assouplissement. Etirant ses muscles en douceur. Pas la peine de brusquer son corps il le lui rendrait vite fait. Son corps c’est son instrument de travail. Comme la plus part des artistes qui sont dans le Cirque de la Lune. Alors il en prend soin. Il jette de temps à autre un coup d’œil vers l’entré. Guettant la silhouette de son ami. De cet homme aux courbes parfaites, au sourire ravageur et au regard si bleu. Penser à lui le fait frissonner. Des frissons qui se perdent le long de ses membres, une caresse avortée. Et une frustration difficile à éprouver.

Et puis Ziggy le voit dans la lumière du jour. Putain qu’il est beau. Il le boufferait tout cru s’il le pouvait. Mais il refrène ses envies. "Oublies le Ziggy, il restera toujours ton ami". Et cela lui fait mal de penser de cette façon. « Salut El’. Bien dormi vieux frère ? » Il insiste sur le mot vieux parce que l’âge est un sujet sur lequel ils se taquinent depuis leur plus tendre enfance. Elrik est plus vieux de quelques mois. Et il en profite pour se glorifier. Il en a même abusé quand ils étaient gamins. Mais cela n’a jamais été méchant. Du coup dés qu’ils le peuvent le Double Z le taquine la dessus. « Alors tu as oublié de te lever ? » Il s’avance vers lui et le prend dans ses bras pour une accolade. Et quelques tapes dans le dos. Il en profite pour respirer son odeur. Sa drogue pour la journée qui s’annonce. Sa dose de bonheur aussi fragile soit-elle. « J’ai déjà commencé mes échauffement. Faut que je revoie mon évasion avec la camisole. » Ziggy a parlé de son nouveau tour à Elrik mais comme avec sa jumelle il est resté mystérieux sur certains points. « Au fait tu as vu Zelda en venant ? Je pensais la trouver sous le chapiteau vu qu’elle n’était pas dans la caravane mais non. » Il sourit, mais l’heure tourne. Il faut qu’ils finissent de s’échauffer pour après s’attaquer aux choses sérieuses. Le magicien quitte sa veste de survêtement il commence à avoir chaud. Mais par prudence et pour protéger ses épaules et sa nuque, il met une serviette éponge autour de son cou. Et il reprend ses mouvements tout en regardant discrètement Elrik. Enfin il essaie d’être discret parce que parfois leurs regards se croisent involontairement. Et Ziggy se retrouve à chaque fois troublé. Comme quand ses yeux s’accrochent malgré lui sur ses courbes terriblement tentantes.  




" Le cirque, ça sent la poudre de maquillage, la barbe à papa, ça sent la joie, l'insouciance et l'émerveillement. Le cirque, ça respire la vie. Ca respire la fête. Ca inspire l'amour." F. Morel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Il est né et a grandi à Vancouver * Né dans un cirque que ses grands-parents avaient créer avec la famille de Ziggy et Zelda : le Cirque de la Lune * Sa mère était une trapéziste qui lui a donner le virus * Il ne connaît pas son père, ne sait pas qui il est puisque sa mère ne lui en a jamais réellement parler * Sa mère est morte lorsqu'il avait 10 ans et il a été "adopté" par la famille de Ziggy et Zelda * Ziggy et Zelda, ce sont les personnes les plus importantes de sa vie * Il administre le cirque avec eux en plus d'être un artiste sur la piste *

• INSCRIS LE : 08/04/2018
• MESSAGE : 69 • POINTS : 1741
• CÉLÉBRITÉ : Harvey Newton Haydon
• CRÉDITS : Sweet Disaster
MessageSujet: Re: The collapse of the feelings. Zigrik 1
Jeu 12 Avr 2018 - 19:00

Il se réveille en sursaut lorsque des coups sont frappés à sa porte. Ce ne sont pas n’importe quels coups. Ce sont les coups que Ziggy et lui avaient inventés lorsqu’ils étaient jeunes, insouciants et angélique. Il se redresse brusquement avec un grognement digne des hommes des cavernes et des yeux de panda en plus. Bonjour les cernes. Il voit Ziggy partir alors qu’il tente de se dépêtrer du bourbier que sont ses draps. Il y arrive et se dirige vers la douche. Oui, une douche va pouvoir l’aider à recoller les morceaux de la veille et achever de le réveiller. Il va aussi falloir qu’il mange convenablement pour pouvoir s’entraîner. L’eau coule sur sa peau et il se souvient de la veille. Il sourit au souvenir du numéro qu’il a fait avec sa troupe de trapéziste. Ils se sont tous surpasser la veille, tout s’est déroulé parfaitement. Il a eu les meilleures sensations du monde perché sur cette barre à plus de trois mètres du sol. Il a entendu les « o » des enfants et de certains adultes, les « ah ! » parfois apeurés lorsqu’il y avait du danger. Ils ont fait réagir le public et c’est aussi pour cela qu’il se bat. Il va falloir qu’il félicite encore ses amis(es) et toute la troupe pour la veille.

L’eau coule sur ses cheveux et il se souvient avoir parlé avec Ziggy et Zelda après la représentation avant qu’ils aillent à la rencontre du public. Il a fini entouré par trois demoiselles et il a perdu ses jumeaux préférés alors qu’il a eu l’impression de n’avoir tourné la tête que quelques secondes … Enfin, il dit ça mais ce ne sont plus des enfants et ils connaissent le cirque aussi bien que le fond de leur poche alors il n’a pas été inquiet. Il se souvient avoir répondu à leurs questions et avoir accepter de boire un verre en leur compagnie un peu plus tard dans la soirée. Il a terminé ce qu’il avait à faire avant de les rejoindre à moto dans un bar où il s’est installé à leur table. Il a bu … des cocktails sans alcool et il a lancé l’excuse de l’athlète qui doit faire attention à ce qu’il fait. Elles ont cru en cette version. C’est à moitié vrai. Il y a aussi le fait qu’il n’aime pas tellement la sensation de l’alcool brûlant sa gorge et cette perte de contrôle que l’on peut avoir lorsqu’on est bourré. Certes, cela lui arrive mais c’est assez rare tout de même. Il a fini par ramener l’une d’entre elle dans son petit studio et ils ont passé une grande partie de la nuit ensemble. Tout comme lui, elle ne cherche pas l’amour. Ils se sont amusés et il est parti comme elle le lui a demandé, elle n’accepte jamais que ses amants d’un soir reste dormir. Il s’est retrouvé au cirque puis dans sa caravane et s’est endormi épuisé jusqu’à maintenant.

Il termine sa douche et prépare un petit-déjeuner rapide mais assez solide pour qu’il tienne un petit moment durant l’entraînement. Il regarde la pendule et s’étrangle avec son jus de fruit. 11 HEURES ? Sérieusement ? Enfin, c’est un peu plus de 11 heures … Il n’arrive pas à y croire. Il termine rapidement son petit déjeuner, pose son assiette dans son évier mais ne prend pas le temps de faire sa vaisselle. Il ramasse ses affaires et file en courant jusqu’au chapiteau. Il est parfaitement réveillé. Il voit de loin Ziggy et lui offre un grand sourire. Il salut les personnes qui sont présentent sous le chapiteau puis il avance à grand pas vers lui jusqu’à arriver à sa hauteur : « Salut Zig’ ! La nuit a été un peu courte mais ça va et toi petit frère ? » C’est vrai qu’il se vante toujours d’être le plus vieux de la bande et on ne récolte que ce que l’on sème. En attendant, il en profite lui aussi pour le titiller même si c’est amicalement sauf qu’il ne sait pas ce que cela peut engendrer chez Ziggy. Il passe une main dans ses cheveux et hausse les épaules : « Il faut croire que mon horloge biologique est trop régler pour déroger à la règle. » En effet, habituellement, il ne dort que 6 heures par nuit. Exceptionnellement, il en a dormi un peu moins mais il va bien, très bien même. Il ajoute : « Ca fait longtemps que tu es réveillé toi ? » Il lui rend l’accolade. Une accolade chaleureuse qui a toujours le don de réchauffer le cœur d’Elrik et de le lui mettre en joie avec un sentiment, une sensation de légèreté.

Il laisse un bras autour de sa nuque et regarde ce qu’à installer Ziggy et une autre personne avant de poser ses yeux sur lui. « Tu as déjà des idées ? » Concernant la camisole, entre autre. Il le rapproche un peu plus de lui comme pour lui confier un secret avant de dire : « Dis donc par rapport à ton numéro … tu nous cache des choses à Zee et à moi non ? Je peux savoir ? » Il a très envie de faire sa tête d’Elrik qui boude mais ça fait peut-être trop d’un coup alors il va attendre un peu, il va voir pour la suite. Et en parlant de Zelda … « Non, je n’ai pas vu Zee. Je suppose qu’elle doit être avec ses fauves ? Tu veux qu’on aille voir ? » Il sait à quel point sa sœur est importante pour Ziggy tout comme elle est importante pour lui d’ailleurs. Cependant, il n’a pas l’air inquiet donc il suppose que tout va bien aussi pour elle. Il le laisse s’éloigner presque à contrecœur et s’étire de tout son long : « On s’entraide pour l’échauffement ? » Il commence quelques étirements et lance parfois des regards à Ziggy. Il surprend parfois ce dernier à le regarder et il sourit lorsque leurs yeux se croisent. « Au fait, merci pour ce spectacle hier au soir, c’était vraiment grandiose. On s’est tous surpassés ! Autant les équipes techniques que les artistes ou les musiciens. » C’est important pour lui de dire ce genre de choses, cela permet aux autres d’avoir le moral et de tenir même quand c’est dur. « Je me demande ce que je vais bien pouvoir apporter au numéro pour l’améliorer encore un peu plus … » Il part dans ses pensées, se déconnecte un temps de la réalité. S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est d’être un fainéant et de ne jamais vouloir se perfectionner, au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
friendship never ends


RP'S : DOUBLE Z
ZIGRIK
ANGUS & ELRIK
ALEXANDRE





Zelda sa jumelle. Celle qui partage sa vie depuis le 1er jour de leur conception. Ils se comprennent même dans leur silence. Elle connait tout de lui, même ce secret qu'il cache à Elrik par peur d'être rejeté. Elle lit à travers lui. Elle voit ses forces et ses faiblesses. Elle le soutient et il la protège. Elle joue parfois l'assistante quand son frère répète de nouveaux tours. Ensemble ils sont le Double Z plus lié que les doigts d'une main. Même si chacun fonce vers son destin.


Elrik son meilleur ami. Ils se connaissent depuis tout gamin. Leurs mères changeaient ensemble leurs couches culottes. Ils ont grandi dans l'univers de la piste aux étoiles. Et puis ils sont devenus frères quand les parents de Ziggy ont adopté Elrik suite à la mort de sa mère. Mais en grandissant les sentiments de Ziggy ont changé. Et avec eux l'amour est né. Mais Elrik reste si intouchable, que Ziggy se tait même s'il en souffre.


Le cirque sa famille. Sa raison d'être. Il est aussi important pour Ziggy que le sang qui coule dans ses veines, que le souffle qui remplit ses poumons. Le cirque a entendu son 1er rire. Ses 1ers mots. Le cirque a apprivoisé ses 1ers pas. Ses 1ères chutes. Le cirque a déclenché sa 1ère joie. Sa 1ère émotion. Le cirque c'est toute sa vie, comme il est toute la vie de ses parents et de ses grands parents avant lui. C'est aussi le ciment qui le lie à Zelda et à Elrik. Le cirque c'est sa responsabilité, son avenir. Que Ziggy joue au jongleur, au magicien, à monsieur Loyal ou bien qu'il s'occupe de la partie administrative. Il a la même passion. Le cirque c'est son grand amour, même s'il n'a pas tout son cœur.



Monsieur LOYAL




• INSCRIS LE : 25/03/2018
• MESSAGE : 264 • POINTS : 4515
• CÉLÉBRITÉ : Will Higginson
• CRÉDITS : Moonic (vava) meadows (gif sign & crackship)
• DC : Jazz Dellaney & Lyna Engelmann & Samwel Hawkins
MessageSujet: Re: The collapse of the feelings. Zigrik 1
Ven 13 Avr 2018 - 17:10


The oxygen which is lacking in my life.
elrik & ziggy

Ziggy est déjà sous le chapiteau en train de s’entrainer quand la silhouette d’Elrik apparait. Il ne peut s’empêcher de le regarder. De s’attarder même sur ses courbes. Il aimerait pouvoir laisser ses doigts courir sur sa peau. Peau que le beau trapéziste réserve aux femmes. Il aimerait bien gouter à ses lèvres, s’enivrer de leur gout, mais ça aussi ce n’est pas pour lui. Il sait qu’il espère pour rien quelque chose qu’il n’obtiendra jamais. Il a essaie de l’oublier dans d’autre bras. Mais il n’y arrive pas. Rien n’y fait. Aucun de ses amants vraiment ne le comble. Et il ne faut même pas lui parler de sentiments. Avec les autres ils ne sont qu’une ébauche futile de ce qu’il ressent pour son ami. Parfois il se dit qu’il devrait s’éloigner. Peut être aller en Ukraine là où son ses racines, il sait que la famille l’accueillerait à bras ouvertS. Mais dans ces moments il passe à Zelda. Que deviendrait le Double Z s’il fuyait comme un lâche parce que son cœur s’est épris d’Elrik. Alors il souffre en silence. Partageant de temps en autre cette souffrance avec sa jumelle, elle qui lit en lui comme dans un livre ouvert. Comme Ziggy aimerait que son ami puisse aussi bien lire en lui. Mais non il ne voit que le frère. Le complice. Mais rien de plus. Pourtant si vraiment on regarde le magicien. Si vraiment on écoute son cœur. Si vraiment on lit dans son regard. La vérité éclate. Facile et lumineuse. Fragile et évidente. Passionnée et destructrice. Mais pas pour le trapéziste. Non lui ne voit rien.

Ziggy salue son frère, son ami, cette part de lui aussi importante que Zelda. Ils se taquinent comme à leur habitude. Sourire éclatant de vie sur les lèvres. « Je vais bien aussi. C’est ça quand on fait des folies de son corps. » Il baisse le regard, cela le tue de dire ces mots. Il se demande laquelle des filles a eu son attention. La brune intrépide. La blonde discrète. Ou bien celle qui voulait partir alors que les autres prolonger la discussion. Il imagine Elrik caressant les courbes de la demoiselle. Liant ses lèvres aux siennes. Et la nausée vient le saisir. Il la cache. Quel idiot il est de faire souffrir de la sorte en torturant son esprit sur cette nuit de luxure. Pourquoi ne pense t-il pas à l’homme qui a eu ses faveurs et qui durant un instant fuguasse lui a fait penser au trapéziste ? « Oui ou alors ce sont mes coups sur ta porte qui t’ont brutalement jeté dans la réalité de la vie. » Autant pour l’un que pour l’autre se lever tard est un luxe qu’ils ne s’accordent pas. Ou que rarement. Ils préfèrent se prendre une pause avant le spectacle que de perdre la matinée à rester coucher. Mais parfois la vie fait qu’ils jouent les marmottes. Comme aujourd’hui. Peut être qu’Elrik a du faire comme Ziggy et quitter le lit de sa maitresse avant que le jour ne se pointe. Pas toujours évident de se rendormir après. Le magicien peut en témoigner vu qu’il en a été victime. « Oui quelques heures. » Un mensonge qu’il cache mal vu sa voix. C’est plus un moyen de faire maronner son ami qu’autre chose. De toute façon celui-ci sait très bien qu’il ne l’aurait pas laissé dormir s’il avait été debout depuis neuf heures. A croire qu’il cherche à titiller sa jalousie en lui mettant des doutes sur sa soirée. Mais pourquoi il y aurait-il de la jalousie, là où il n’y a pas d’amour. Ils échangent une accolade. Ziggy donnerait tout pour qu’il s’éternise encore un peu. Juste le temps que son corps soit caressé par la chaleur du corps de l’homme qu’il désire avec rage et passion. Mais l’entrainement les attend et ils ont déjà assez perdu de temps. Du coup ils se séparent.

Et puis si Ziggy veut avancer dans son tour de magie chaque seconde devient précieuse. « Des idées ? Par rapport à l’évasion ? Et bien j’ai essayé la technique normale mais vu qu’il a trois points d’attache en plus cela est plus compliqué. Même en me déboitant les épaules. » Il ne peut s’empêcher de devenir plus fébrile lorsque Elrik se rapproche de lui. Cela le rend dingue d’être aussi sensible à sa présence. « Vous cachez des choses !! Non ce n’est pas mon genre. » Il fait un clin d’œil. «  Zee m’a déjà aidé à mettre la camisole et elle m’a enfermé dans le cercueil de verre. Enfin la boite sinon vous allez me tuer. Mais j’ai eu du mal alors que l’exercice je le connais par cœur et je le maitrise. » Il s’approche de la boite, se revoit ce fameux jour avec sa jumelle. « Peut être que j’ai prévu la boite trop petite et que cela me gêne dans l’amplitude de mes mouvements. » Il tient peut être la solution à son problème. Enfin une partie. Parce que pas sur que ce problème ne se repose pas une fois qu’il sera en compagnie des serpents. La place risque aussi de se faire plus petite et le bloquer dans ses mouvements. Puis pour qu’Elrik ne demande pas plus par rapport à l’élément mystère il lui parle de Zelda. Ou comment détourner l’attention. Chose assez régulière chez un magicien. Mais bon à force il y en a qui ne se laisse plus prendre au piège, enfin là sur le coup Elrik y tombe dedans. Il s’applaudirait presque. « Je pense aussi qu’elle s’amuse avec ses peluches. Non pas la peine de toute façon elle sait où nous trouver. Et si elle n’a pas pointé le bout de son nez avant que l’on est fini, on ira la chercher. » Même si le fait qu’elle n’était pas la à son réveil le chagrine un peu. Il n’a pas eu sa dose d’amour, ni son baiser de début de journée. Ils se rattraperont après de toute façon. Du coup Ziggy s’éloigne un peu, l’esprit un peu perdu dans sa réflexion par rapport à la taille de sa boite. « Oui pas de souci. » Même si frôler la peau de son ami risque encore une fois de le chambouler et de donner des coups de chaud à son cœur. Et pas qu’à lui. Il reprend ses échauffements, seul sachant que cela ne va pas durer. Il ne peut s’empêcher de l’observer même s’il se fait surprendre. De toute façon l’idée ne passera pas dans l’esprit de son ami. Il ne verra que des regards sans voir au-delà. « C’était vraiment le top hier soir. Tous les artistes ont fait forts. Tu as modifié quelques trucs dans ton numéro ? » Il l’a vu tellement de fois qu’il sait quand il y a un saut en plus. Cela n’affecte en rien le déroulement du spectacle et puis Elrik est un passionné, comme l’était sa mère. Et le magicien sait qu’il cherche toujours à se perfectionner ou à apporter quelques mouvements novateurs. Comme Zelda et lui le font dans leur prestation. Elrik est un perfectionniste comme le Double Z. Et d’ailleurs la phrase qu’il prononce ensuite ne fait que renforcer cette idée. « Tu ne voulais pas voir pour mettre un trampoline en plus. » Ils parlent de tellement de truc autant en ce qui concerne les numéros que les problèmes administratifs du cirque. Parfois tout s’embrouille. Même si les parents et les grands parents du Double Z donnent un coup de main. Le trio a pas mal de responsabilités. Responsabilités qu’ils assument sans rechigner trop respectueux de leurs ainés et des valeurs inculquées. « Est-ce que tu veux bien tirer mes bras plus en arrière. Faut que j’arrive à les remonter d’avantage pour sortir de la camisole et ce mouvement reste encore compliqué. » Une fois qu’il y arrivera bien il enfilera cette prison de tissus et de cadenas avec l’aide d’Elrik. Là aussi la tâche va être délicate puisque une partie passe au niveau de son entre jambe avant de rejoindre l’attache du dos. De quoi encore le troubler, sauf si Zelda arrive et que c’est elle qui l’aide. Mais pour le moment pas de jumelle à l’horizon. Et à peine Elrik effleure sa peau qu’il frissonne. « Putain tu m’as filé un coup de jus. » Il se met à rire pour cacher son émoi. Et encore une fois détourner l’attention sur la réalité de cette situation. Puis il laisse à nouveau son ami se saisit de ses bras. Ziggy arrête un moment de respirer et il essaie de ce concentrer sur autre chose que sur ce contact chaud et enivrant. Il ferme les yeux. Il oublie un instant où il est. Il ne pense qu’à la douceur des doigts d’Elrik contre ses poignets. Dans le mouvement l’odeur de son parfum vient le titiller. Il soupire. « Tire un peu plus. » Il ne pense pas à la douleur, il sait qu’elle va s’atténuer. Il faut juste qu’il la maitrise. Comme il maitrise ses émotions. « C’est bon. Je devrais y arriver. » Il souffle pour se détendre. Avaler quelques gorgées d’eau. Puis il se retourne vers Elrik pour plonger dans son regard. « Merci. A toi. Tu as besoin de quoi ? » Là aussi l’opération va être compliqué. Mais il va y arriver comme il y arrive toujours.





" Le cirque, ça sent la poudre de maquillage, la barbe à papa, ça sent la joie, l'insouciance et l'émerveillement. Le cirque, ça respire la vie. Ca respire la fête. Ca inspire l'amour." F. Morel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Il est né et a grandi à Vancouver * Né dans un cirque que ses grands-parents avaient créer avec la famille de Ziggy et Zelda : le Cirque de la Lune * Sa mère était une trapéziste qui lui a donner le virus * Il ne connaît pas son père, ne sait pas qui il est puisque sa mère ne lui en a jamais réellement parler * Sa mère est morte lorsqu'il avait 10 ans et il a été "adopté" par la famille de Ziggy et Zelda * Ziggy et Zelda, ce sont les personnes les plus importantes de sa vie * Il administre le cirque avec eux en plus d'être un artiste sur la piste *

• INSCRIS LE : 08/04/2018
• MESSAGE : 69 • POINTS : 1741
• CÉLÉBRITÉ : Harvey Newton Haydon
• CRÉDITS : Sweet Disaster
MessageSujet: Re: The collapse of the feelings. Zigrik 1
Mar 17 Avr 2018 - 21:33

« Je suis peut-être trop vieux pour ce genre de connerie ? » dit-il avec une petite moue sur son visage. Trop vieux pour faire des folies de son corps avec les femmes mais jamais pour le cirque ! Il aime beaucoup trop cela pour arrêter avec un bon bout de temps. Il laisse de côté cette fausse mine boudeuse pour lui offrir un grand sourire : « Tu as raison, tu es mon sauveur ! Merci ô grand prêtre de la magie ! » Il s’incline largement devant lui. Ce n’est en aucun cas de la moquerie, il le taquine alors autant en faire de même. Il n’empêche que c’est vrai, si Ziggy n’avait pas frappé à sa porte, il dormirait peut-être encore alors, il ne peut que le remercier. Il s’étire longuement et commence à échauffer ses poignets tandis qu’il regarde Ziggy avec un léger sourire aux lèvres : « Quelques heures ? T’es sûr que c’est pas plutôt des minutes hm ? » Lui, il est sûr que c’est le cas, il connait beaucoup trop bien son ami, son frère pour être dupe. Enfin, il y a bien certaines choses qu’il ne voit pas … Lui non plus n’a pas dû beaucoup dormir et quelque part, ça le dérange un peu. Il y a un endroit dans son cœur qui s’étire un peu trop douloureusement mais il laisse ça de côté ce n’est probablement que son imagination.

Il tente d’en savoir un peu plus sur le nouveau numéro de son ami et il l’écoute attentivement avant de lui lancer un regard qui signifie : ‘sérieusement ?’. Il a vraiment l’intention de se déboîter l’épaule ? « T’es fou … ça fait un mal de chien et c’est encore pire quand on te remet en place cette même épaule. » Il en sait quelque chose, à force de tenter de nouvelles choses, il a déjà essuyé quelques blessures dont une épaule déboîter. Il ne veut pas faire sa chochotte mais ça pique un peu … beaucoup en fait. Une petite plaisanterie qui fait sourire Elrik malgré lui avant Ziggy ne lui explique ce qu’il se passe. Elrik croise les bras sur son torse et observe la boîte avant de prendre la camisole d’une main. L’expert ce n’est pas lui mais s’il peut aider son frère alors, il veut bien tenter le coup : « Peut-être que c’est la boîte oui mais est-ce que la camisole est à la bonne taille pour toi ? Est-ce que à chaque essaie, elle n’était pas attacher de façon trop serrer ? » Ce sont des questions qu’il se pose. Peut-être n’est-ce pas entièrement de la faute de boîte. Peut-être que ce n’est pas entièrement la faute de la camisole mais tant qu’ils n’ont pas cherché dans tous les sens, la solution ne se trouvera pas sous leur nez. « Si tu enlèves la camisole en dehors de la boîte, tu peux y arriver ? » Non pas qu’il doute des capacités de prestidigitateur de son ami mais s’il n’a pas essayé dans un grand espace alors il ne peut pas vraiment savoir s’il y a des soucis n’est-ce pas ? « Et … Effectivement, je préfère que tu dise boîte à cercueil. » Mauvais souvenir. Mauvais présage. Il ne veut même pas penser à tout cela, ça lui retourne le ventre à chaque fois. Il change donc de sujet et ajoute : « Tu devais pas ajouter quelque chose aussi dans ce tour ? » Oui, c’est ça, détourner le sujet, ça vaut mieux, il n’a pas envie de jouer au rabat-joie.

La conversation dérive sur Zelda qu’Elrik n’a pas encore croisée mais il semble que ce soit également le cas pour son propre frère. Connaissant Zelda, elle doit être avec ses fauves, ses peluches comme dit Ziggy. Elle perd parfois la notion du temps lorsqu’elle est avec eux mais Elrik ne s’en fait pas pour elle. Il sait que Zelda prend toutes les précautions nécessaires. Il hoche simplement de la tête pour approuver Ziggy et il tapote son ami dans le dos comme pour le soutenir. D’autres sujets de conversation viennent et Elrik propose une entre-aide pour l’échauffement. Parfois à deux ou même à plusieurs c’est mieux, cela permet de bien s’échauffer tout en parlant, en échangeant et parfois en riant. « C’est clair ! On a effectué un nouveau saut oui c’était une surprise qu’on voulait faire à l’équipe qui n’était pas au courant et aux spectateurs. Je pense qu’on peut encore l’améliorer, il y a eu un léger couac que l’on ne pouvait pas vraiment voir du sol mais ça va s’améliorer. » Il se gratte l’arrière du crâne. S’améliorer encore et toujours pour donner le meilleur d’eux-mêmes à un public qui paie sa place. Il commence ses étirements habituels pendant que Ziggy lui pose une question. Elrik s’arrête, reste un instant immobile. Il lève la tête vers ses trapèzes au-dessus de lui : « Hm … Je ne crois pas que ce soit moi mais tu sais quoi ? C’est une excellente idée. » Il en voit même plusieurs petit au lieu de grand mais cela signifie que le filet de sécurité ne sera pas en-dessous  comme il l’est dans certains des numéros qu’il fait. Cela signifie donc qu’ils n’ont pas le droit à la moindre erreur. Son regard se fait concentré tandis que quelques idées lui viennent déjà en tête. Ca l’inspire mais il faut voir ses camarades trapézistes sont d’accord eux aussi. C’est un travail d’équipe après tout.

Ziggy lui demande alors de l’aider, Elrik se place donc derrière lui. Il pose ses mains sur ses bras et sursaute lorsque Ziggy lui dit qu’il lui a filé de l’électricité.  Habituellement, il ressent aussi le coup de jus mais cette fois-ci ça n’a pas été le cas. Il trouve cela bizarre mais il croit son frère, pourquoi devrait-il mettre sa parole en doute ? « Oups, désolé Zig. » Qu’il dit avant qu’il ne tire d’abord doucement sur ses bras afin de ne pas lui faire mal. Quand il le sent un peu plus à l’aise, il augmente un peu plus l’étirement mais cela ne semble pas suffire à Ziggy qui lui demande de continuer. Il le fait mais pas complètement, il n’a pas envie de lui faire mal et d’être responsable d’une blessure. Il ne se le pardonnerait pas et il risque d’avoir un fauve aux fesses avec Zelda. Autant éviter. Finalement, c’est à son tour. Il s’installe sur le sol, les jambes légèrement écarté et il lui demande : « Peux-tu me pousser dans le dos petit à petit jusqu’à ce que je touche le sol avec mon torse s’il te plaît ? ». Il étend ses bras devant lui, paume sur le sol de la piste aux étoiles et prend une profonde inspiration. Il est souple mais pas autant que les contorsionnistes, il a ses limites. Limites qu’il veut toujours pousser et repousser encore et encore. Lentement il laisse son torse se pencher en avant tandis que ses bras sont toujours étendus sur le sol. « Ahhhh … ça fait du bien. » Lance-il alors qu’il a son torse sur le sol, les bras étirer en avant. Ca peut sembler ridicule voire douloureux pour certains mais il a l’impression d’être vraiment étirer quand il fait cela. Ca lui permet d’enlever toute la fatigue, d’être plus zen … Oui, c’est bizarre mais il a toujours été comme ça de toute façon. Il refait ce même exercice plusieurs fois avant de se redresser puis de se mettre debout : « Merci bien cher ami ! » Il lui offre un clin d’œil. Il fait des rotations chevilles, poignets, cou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
friendship never ends


RP'S : DOUBLE Z
ZIGRIK
ANGUS & ELRIK
ALEXANDRE





Zelda sa jumelle. Celle qui partage sa vie depuis le 1er jour de leur conception. Ils se comprennent même dans leur silence. Elle connait tout de lui, même ce secret qu'il cache à Elrik par peur d'être rejeté. Elle lit à travers lui. Elle voit ses forces et ses faiblesses. Elle le soutient et il la protège. Elle joue parfois l'assistante quand son frère répète de nouveaux tours. Ensemble ils sont le Double Z plus lié que les doigts d'une main. Même si chacun fonce vers son destin.


Elrik son meilleur ami. Ils se connaissent depuis tout gamin. Leurs mères changeaient ensemble leurs couches culottes. Ils ont grandi dans l'univers de la piste aux étoiles. Et puis ils sont devenus frères quand les parents de Ziggy ont adopté Elrik suite à la mort de sa mère. Mais en grandissant les sentiments de Ziggy ont changé. Et avec eux l'amour est né. Mais Elrik reste si intouchable, que Ziggy se tait même s'il en souffre.


Le cirque sa famille. Sa raison d'être. Il est aussi important pour Ziggy que le sang qui coule dans ses veines, que le souffle qui remplit ses poumons. Le cirque a entendu son 1er rire. Ses 1ers mots. Le cirque a apprivoisé ses 1ers pas. Ses 1ères chutes. Le cirque a déclenché sa 1ère joie. Sa 1ère émotion. Le cirque c'est toute sa vie, comme il est toute la vie de ses parents et de ses grands parents avant lui. C'est aussi le ciment qui le lie à Zelda et à Elrik. Le cirque c'est sa responsabilité, son avenir. Que Ziggy joue au jongleur, au magicien, à monsieur Loyal ou bien qu'il s'occupe de la partie administrative. Il a la même passion. Le cirque c'est son grand amour, même s'il n'a pas tout son cœur.



Monsieur LOYAL




• INSCRIS LE : 25/03/2018
• MESSAGE : 264 • POINTS : 4515
• CÉLÉBRITÉ : Will Higginson
• CRÉDITS : Moonic (vava) meadows (gif sign & crackship)
• DC : Jazz Dellaney & Lyna Engelmann & Samwel Hawkins
MessageSujet: Re: The collapse of the feelings. Zigrik 1
Jeu 19 Avr 2018 - 17:35


The oxygen which is lacking in my life.
elrik & ziggy

Ziggy lève les yeux au ciel quand Elrik lui balance qu’il est trop vieux pour faire des folies de son corps. « C’est ça comme si je vais te croire. » Il le regarde sourire, se mord la lèvre sans vraiment y prêter attention. Son ami finira par lui faire perdre la tête. Pourquoi faut-il qu’il soit si .. Enfin pas la peine de se laisser envahir par des idées loufoque. Le magicien doit rester terre à terre dans sa relation avec le trapéziste. « Le grand prête de la magie va te botter le cul si tu ne bouges pas le tien. » Il ne peut s’empêcher de penser de quelle manière il aimerait qu’il se bouge les fesses. La nuit à été rude, c’est pour ça. Ziggy n’arrive plus trop à penser. Enfin si, il pense mais Elrik est bien trop présent dans ses pensées. Et le problème c’est que celles qui viennent le titiller sont loin d’être innocentes. Comme cela devrait être le cas vu la situation. Il le regarde s’échauffer tout en le taquinant sur son heure de lever. Alors qu’il ferait mieux de ne pas trop jouer sur ce point vu qu’il n’y a pas des heures qu’il a sorti ses fesses de son plumard. Il fait celui qui réfléchit suite à la demande de son frère. « A vrai dire j’ai commencé ma nuit dans un lit et je l’ai fini dans le mien. Oui cela m’arrive de me planter de plumard. Mais tu dois aussi connaitre ce genre de problème. » Il appuie ses mots d’un clin d’œil. A croire qu’il cherche à titiller sa jalousie. Peine perdue surement, pourquoi il serait jaloux ? Ils ne jouent pas dans la même cours niveau drague. Et cela rend Ziggy dingue. Comment un mec bandant comme Elrik et craquant sur la gente féminine pourrait vraiment avoir envie de passer une nuit dans le lit du magicien. "Arrête de te torturer la tête et le cœur Ziggy. Tu as du boulot". Heureusement que parfois sa raison sonne la cloche pour le rappeler à l’ordre sur la suite logique de cette histoire. De plus les deux amis doivent s’entrainer. Et le matériel mis en place sur la piste le montre. Même si Elrik doit un peu se creuser la tête pour comprendre à quoi tout cet attirail sert.

Ziggy garde le mystère, Cela l’amuse de faire maronner sa jumelle et son ami d’enfance. En plus il n’est pas certain que son idée va leur plaire. Il risque fort de s’en prendre plein la tête quand il va tout leur dévoiler. « C’est souvent la technique que j’emploie pour me sortir de la camisole. Sinon c’est assez compliqué. Mais t’inquiète à force mon corps gère. » Les premiers temps c’étaient douloureux, presque intenable. Mais avec le temps son corps c’est assoupli et il y arrive sans trop avoir mal. Ziggy parle du souci que le pose ce tour et cela l’amuse de voir Elrik réfléchir sur le sujet. Il fait très sérieux avec ses bras croisés sur son torse. « La camisole est faite sur mesure donc pas de problème de ce côté-là. L’attache est un peu plus serrée mais il y a trois fermetures de plus. Le souci c’est que lorsque mes bras frottent contre les côtés, j’éprouve de la gène et un manque de liberté pour vraiment sortir de ce carcan. Et puis il faut penser à l’ingrédient mystère cela va compliquer la donne. » Il réfléchit tout haut permettant ainsi à son ami de l’aider à trouver une solution. « Oui sortir de la camisole en dehors de la boite est un jeu d’enfant même de celle là. Mais la technique que j’applique pour m’évader et plus compliqué à faire quand je suis enfermée dans la boite. » Il oublie le mot cercueil il a bien vu à quel point cela troubler Elrik. Il comprend parfaitement ce que peut ressentir son ami. Et pas la peine de taquiner le destin avec ce mot, les gens du crique sont assez superstitieux. Bien entendu le trapéziste revient sur l’élément pas encore cité. « Oui ne t’en fais pas je ne l’oublie pas. Tu es pire que Ze niveau curiosité. Mais je vais garder encore un peu le silence. Tu n’as cas me proposer des idées et je dirais si tu chauffes ou pas. » Il risque fort de le faire tourner en bourrique. Cela pourrait même être un jeu amusant, avec des gages. "Non Ziggy ne penses pas à ce genre de gage".

Le fait de parler de sa jumelle permet encore une fois au magicien de faire durer le mystère et d’embarquer son ami dans une autre conversation. Avant de parler de la soirée d’hier ou les artistes ont été fabuleux. Chacun se donne avec rage chaque soir, mais là c’était exceptionnel. « Je vois que toi aussi tu as tes petits secrets. Et puis on va dire que c’est moi le cachotier. De toute façon perfectionniste comme tu l’es tu vas encore une fois nous faire un numéro à couper le souffle. » Ziggy est toujours scotché quand il voit Elrik sur son trapèze. En plus sa tenue lui permet de savourer de ses yeux son torse musclé. Et là pas de risque d’être pris la main dans le sac, vu que tout le monde le mâte. Monde injuste parfois. Et son pantalon lui fait un cul. Ziggy bave sec quand son ami entre sur la piste. Pour ne pas se perdre dans ses pensées peu catholiques, il lance l’idée du trampoline, persuadé que c’est son frère qui en a parlé. « Ah bon tu es sur !! Je ne sais pas d’où ça vient alors. Oui cela peut être cool. » L’esprit du trapéziste doit marcher à deux mille à l’heure à cet instant. Ils font bien la paire quand on parle de cirque. Mais les blablas c’est bien beau. L’action c’est mieux. Les deux hommes se mettent dont à l’entrainement. C’est Ziggy qui se lance en demandant un coup de main à son ami. Le contact de sa peau sur la sienne le chavire au point qu’il est chamboulé. « Ce n’est rien t’inquiète. Trop d’électricité dans l’air peut être. »  Il se met à rigoler et attend que ses frissons se calment pour continuer. Faut qu’il garde les idées claires. Une bonne douche froide le calmerait bien là. Mais l’étirement de ses bras et la concentration que cela demande lui font oublier ce qu’il éprouve. Il est même prêt à souffrir pour apaiser cette chaleur au creux de ses reins. Puis c’est au tour d’Elrik de solliciter son aide. « Okay pas de souci. » La tache est également compliquée mais il s’applique. Profitant pour regarder le corps de son ami se plier sous ses mouvements. Il donnerait tout pour laisser ses doigts courir sur ses hanches. Le long de sa colonne vertébrale. Sur son torse. Il secoue sa tête. Il se doit de ne pas faire d’erreur afin de ne pas faire mal à Elrik. Il ne se le pardonnerait pas. Il ne se pardonnerait pas que ses sentiments mettent à mal son frère, son ami. Sans s’en rendre compte ses doigts se font plus tactiles sur la peau du trapéziste. « Tant mieux si cela te fait du bien. » Il le regarde pratiquer plusieurs fois l’exercice, l’aidant pour qu’il obtienne ce qu’il recherche. Puis il s’arrête et Ziggy s’éloigne un peu, toujours pour cacher son trouble que ce genre de rapprochement génère. « De rien vieux frère. » Il lui sourit. Elrik se doute t-il seulement des tourments de Ziggy à cet instant ?

Ziggy va récupérer la camisole, il est temps qu’il l’enfile. Elrik lui donne un coup de main. La aussi la tâche est assez complexe car les mains de son ami frôle souvent son corps. Elles passent même entre ses jambes pour attraper la lanière qui doit s’attacher dans le dos du magicien. « Serre un peu plus, faut que mes bras ne puissent plus bouger. » Il sent Elrik tirer d’avantage. « Là c’est bon. Et tu attaches le tout derrière, la lanière des bras qui passent au niveau de mon entre jambe avec les lanières du dos. » Peu à peu le magicien se retrouve dans une prison de toile et de cadenas. « Je pense que là tu m’as saucissonné. Penses à garder la clé, ou de la ranger au cas ou je reste coincé. » Il se met à rire. Il est vrai que cela lui est souvent arriver de rester bloquer. Pour maitriser parfaitement ce tour, il est même resté bloquer presque une journée. Mais depuis il a acquis de l’expérience et il arrive même à sortir d’une cuve rempli d’eau en étant ficelé dans une camisole. Mais cela est plus complexe et demande plus de dextérité. « Tu peux aller jouer les oiseaux durant que je m’évade. Tu reviendras que lorsque j’aurais besoin de me faire enfermer dans la boite. » Il commence à fermer les yeux et à respirer plus doucement. Un moyen de se détendre et de rentre son corps plus souple. Mais il ne peut s’empêcher de regarder Elrik une fois qu’il est perché sur son trapèze. Du coup il a du mal à se libérer de son carcan. « Putain. » Il rumine entre ses dents. Il s’en veut d’être si faible face aux désirs qu’il ressent et qu’il titille son être avec plus de violence. Il s'en veut de n'avoir envie de respirer qu'au travers du souffle d'Elrik.






" Le cirque, ça sent la poudre de maquillage, la barbe à papa, ça sent la joie, l'insouciance et l'émerveillement. Le cirque, ça respire la vie. Ca respire la fête. Ca inspire l'amour." F. Morel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Il est né et a grandi à Vancouver * Né dans un cirque que ses grands-parents avaient créer avec la famille de Ziggy et Zelda : le Cirque de la Lune * Sa mère était une trapéziste qui lui a donner le virus * Il ne connaît pas son père, ne sait pas qui il est puisque sa mère ne lui en a jamais réellement parler * Sa mère est morte lorsqu'il avait 10 ans et il a été "adopté" par la famille de Ziggy et Zelda * Ziggy et Zelda, ce sont les personnes les plus importantes de sa vie * Il administre le cirque avec eux en plus d'être un artiste sur la piste *

• INSCRIS LE : 08/04/2018
• MESSAGE : 69 • POINTS : 1741
• CÉLÉBRITÉ : Harvey Newton Haydon
• CRÉDITS : Sweet Disaster
MessageSujet: Re: The collapse of the feelings. Zigrik 1
Hier à 22:13

Un grand éclat de rire secoue Elrik qui sait que Ziggy ne lui bottera pas les fesses même s’il en est capable parfois. Il fait l’imbécile, bouge son corps dans l’espace et dit : « Ben tu vois, je l’ai bougé ! » Comment battre le fer pendant qu’il est encore chaud hein ? Enfin, ses mouvements n’étaient pas complètement dénué de sens quelques part puis qu’il s’échauffait en même temps même si c’est d’une drôle de façon. D’une pierre deux coups comme on dit chez nous. Il sait aussi redevenir sérieux quand il le faut et finalement, il prête particulièrement attention à son échauffement, c’est extrêmement important. Tous les muscles, toutes les articulations sont sollicités dans sa spécialité et il ne doit rien négligé sinon c’est la blessure assurée. Il se fige un instant, court et presque imperceptible à certains yeux, ses muscles se tendent mais Elrik reprend comme si de rien n’était quelques secondes plus tard. Il y a eu comme un coup de poing dans ses tripes lorsque Ziggy lui a avoué avoir couché avec quelqu’un également. Ce n’est pas la première fois certes et probablement pas la dernière, après tout, c’est un homme mais voilà, il y a toujours un pointe qui lui perce le cœur et qui retourne son estomac. Il se dit qu’il est inquiet pour son ami d’enfance, son frère. Si jamais Ziggy tombait sur quelqu’un de mauvais, il ne sait pas comment il pourrait agir à part en frappant cette personne …. Mais même s’il met des œillères sur ses yeux, son cœur, il n’est pas complètement stupide. Il sait qu’il y a autre chose qu’il ressent mais il n’arrive pas totalement à mettre le doigt dessus. Ou peut-être qu’il le sait mais ne souhaite pas se l’avouer. Le fait que Ziggy soit attiré par d’autres garçons n’a jamais posé le moindre souci à Elrik mais dans tous les cas il dit, pour faire bonne mesure : « Ouai, je crois qu’on a besoin de lunette ! » Oui Elrik … surtout toi. « J’espère qu’il t’as bien traité tout de même. » Il ne veut pas connaître les détails, cela ne le regarde pas et il n’est pas sûr de pouvoir le supporter de toute façon … Non … Il n’a pas pensé cela, ce n’est pas vrai … S’il dit cela, c’est parce qu’il est protecteur envers son petit frère de cœur. C’est tout. Inspiration. Expiration. Comme il le fait habituellement, Elrik place ses doutes, ses questions dans un tiroir au fond de son esprit et tente de les oublier. Il y arrive lors des entraînements ou des spectacles mais elles reviennent parfois sans qu’il ne s’y attende, comme maintenant par exemple.

Comme un grain de sable balayé par le vent, ce poids qu’il ressent dans sa poitrine s’envole lorsque Ziggy parle de sa façon de s’évader. Elrik lui lance un regard tout en marmonnant dans son dentier, comme un vieux de 100 ans quoi. Il déteste quand ceux qu’il aime se font mal. Lui au pire, ce n’est pas grave, il s’engueule tout seul et se dit qu’il sera plus vigilant la prochaine fois mais les autres … c’est pas pareil. Ziggy et Zelda sont sa famille alors il ne supporte pas quand ils sont mal. Enfin, Ziggy sait déjà tout ça donc il ne dit rien de plus même s’il est contrarié. Il sait que, parfois, les artistes, les magiciens n’ont pas forcément le choix. Oui, pour être circassien il faut être un peu maso et aimé souffrir … un peu parce que c’est aussi beaucoup de plaisir et de joie. Il préfère donc écouter les explications du magicien qui manage son effet concernant « l’ingrédient mystère » comme il dit. Le trapéziste a très envie de savoir et il ne va pas lâcher le morceau même si ça prend plus de temps que prévu que le lui faire cracher. Toujours bras croisé, il tente de trouver une idée, une solution à ce problème mais parfois c’est trop complexe pour lui et finalement, il n’aime pas tellement son ami. Il se mord la lèvre et hoche de la tête : « Très bien … Si la camisole est à ta taille peut-être qu’effectivement la boîte y est pour quelque chose … » Il parle un peu plus lentement que d’habitude, comme s’il réfléchissait en même temps, ce qui est le cas d’ailleurs. « Tu dis que tes bras frottent contre la camisole et que du coup, tu te sens gêné … Je me demande … Est-ce que tes bras sont bien placé dès le départ dans la camisole ? Ou alors c’est peut-être trop serrer ? Ou encore peut-être qu’il y a un problème de couture ? » Parfois aussi, la solution est tellement bête et évidente qu’on ne trouve pas et la couture peut être une explication bête, ça arrive. Il sourit ensuite en intégrant les derniers mots du magicien : « C’est de famille. » Il lui fait un clin d’œil avant de continuer : « Ok, si tu veux ! On va voir si je suis bon ou pas. » Il commence à réfléchir. Il n’y pas de trou assez gros pour que des lames s’enfoncent et, de toute façon, si la boîte est transparente, c’est bien pour une raison. Il pense alors à de l’eau mais c’est un tour « classique ». Il sait que Ziggy veut faire quelque chose de bien plus extraordinaire. « Hm … Tu vas ajouter de la nourriture ? Genre chamallow ou chocolat ? » Non, ce n’est pas sa gourmandise qui parle, pas du tout. Quoi que, peut-être un petit peu.

Une autre conversation commence et il hausse les épaules : « Ce n’est pas drôle s’il n’y a pas un petit quelque chose en plus n’est-ce pas ? » Joueur ? Peut-être un peu sans pour autant être inconscient. Il s’est entraîné durement avec sa petite troupe de trapéziste pour arriver à ce résultat. Il rougit légèrement lorsque Ziggy le complimente. Il ne dit rien de plus mais il sait déjà qu’il a raison. Non pas parce qu’il aura pensé le numéro. Il n’est pas si péteux que ça mais tout simplement parce qu’il sait qu’il peut compter sur une super équipe qui le suit assez souvent dans ses idées. C’est un travail d’équipe, un échange, un moment qu’il aime beaucoup. Il n’empêche que le coup du trampoline peut être vraiment très intéressant et peut rajouter une touche un peu humoristique, une touche de poésie et de difficulté aussi. C’est à voir. Il va faire une réunion avec le reste des trapézistes pour voir ce qu’ils en pensent. Il laisse dans un coin de son esprit ceci pour se concentrer sur l’aide qu’il doit apporter à son ami pour ses étirements. Il hoche tout simplement de la tête et a presque dit que c’est entre eux qu’il y a de l’électricité mais il s’est retenu sans réellement comprendre pourquoi d’ailleurs. Il ne perçoit pas le trouble de Ziggy, aveugle qu’il est de ce genre de choses. Ils échangent aussi et c’est Ziggy qui se retrouve à aider Elrik. Il se concentre mais il sent bien parfois les doigts ou les mains entières de son ami s’attarder un peu plus longtemps à un endroit ou le tripoter un peu plus. C’est bizarre et ça le trouble en même temps mais il ne le fait pas percevoir et ne dit rien non plus. Que pourrait-il dire de toute façon ? Cela ne le gêne pas que Ziggy le touche mais … c’est probablement la première fois qu’il le touche de cette façon … Ca semble différent sans qu’il ne puisse réellement l’expliquer. Oui, il est tellement dense …

Ensuite, Ziggy lui demande de l’aider à mettre la camisole. Là encore il écoute attentivement ses directives et hoche la tête. Ses mains travaillent sur le corps de Ziggy enfin, sur la camisole mais c’est du pareil au même. Il est tellement concentré qu’il n’y fait pas vraiment attention sur le coup ce n’est qu’ensuite qu’il en prend vraiment conscience. Surtout à ce moment … Oups … La camisole passe entre les jambes du magicien. Ok, ça va bien se passer, il faut juste qu’il fasse attention à ne pas le toucher et à ne pas lui faire de mal aussi. C’est sensible cette partie-là ! Il finit par réussir et observe les lanières dans son dos –et son dos par la même occasion-. Il pose une main au niveau des omoplates et check la camisole pour voir si elle est assez élastique sur lui. Il dit alors tout haut : « Penses-tu que le fait que ça coince puisse aussi être dû au fait que tes lanières passent par ton entrejambe puis dans ton dos ? » Peut-être que les lanières sont trop courte par exemple ? Oui, il revient toujours sur cette gêne qu’à son ami. Il est du genre têtu. Il laisse Ziggy s’éloigner un peu de lui. Il attrape la clé et la garde dans la main : « Pas sûr que je veuille te sortir de là Joker ! » Qui dit camisole, dit Joker, l’un ne va pas sans l’autre voyons. Dans tous les cas, il plaisante. Il hésite quelques instants avant de céder à la tentation : « OK mais si t’as un problème, crie et je viendrais, je volerais à ton secours ! » Il court ensuite jusqu’à l’échelle qu’il monte à une vitesse folle. Une vitesse que seule l’habitude peut conférer à quelqu’un. Arriver en haut, il pose la clef sur le bord du bac où de la poudre blanche est installé. Les trapézistes en mettent sur les mains afin qu’elles ne suintent pas à cause de la transpiration et qu’il ne perde l’adhérence et donc, qu’il se scratch sur le sol. Il s’en met sur les mains, fini ses étirements avant d’attraper le trapèze pour commencer à voler. Les sensations sont immédiatement bonnes et il sourit. Cela va lui permettre d’être serein pour son entraînement. Quelques sauts facile au début puis plus difficile le remplissent de joie et surtout font monter l’adrénaline qui coule dans ses veines.

Parfois, il se positionne sur le plateau de réception et lance un coup d’œil azur sur Ziggy en bas. Il sourit à chaque fois, rassuré de voir qu’il va plutôt bien. Il se remet ensuite en ‘piste’. Quelques questions qu’il pense avoir écarté dans le fond de son esprit reviennent le torturer et il se sent nerveux rien que d’y penser. Elrik se déconcentre et a failli ne pas rattraper le trapèze. Heureusement, il a le réflexe qu’il faut et l’attrape d’une main puis rapidement la deuxième main suit. Son cœur bat la chamade. Heureusement plus de peur que de mal mais s’il n’avait pas réussi … il serait sur le sol soit mort soit en très mauvais état … Bref, il se remet sur le plateau de réception et calme les battements de son cœur, espérant que son ami n’est rien vu. Il inspire profondément et remonte sur le trapèze très vite. C’est comme pour une chute de cheval, il faut y retourner tout de suite pour ne pas avoir peur par la suite. Ca marche chez lui en tout cas. Il ne comprend pas pourquoi ça lui a fait ça lui qui, habituellement, ne pense à rien quand il est sur son trapèze … Il soupire et s’assoit sur la barre du trapèze comme si c’était une balançoire et dit : « Hey ! Comment ça va en bas ? T’es coincé ? » Sa voix est plus calme qu’il ne l’aurait cru et il sourit même. Pas sûr que Ziggy puisse le voir de là où il est mais bon … « T’as besoin de moi ? » Il n’a pas encore appelé, par qu’il sache mais on ne sait jamais. Elrik transpire. Il fait bien plus chaud près de la toile du haut du chapiteau qu’en bas. Il décide donc d’enlever son haut. Il le jette sur le plateau de réception mais ce haut tombe plutôt sur la piste. Il rigole doucement : « Oups … Désolé Zig ! » C’est vrai, c’est pas passer loin de lui en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: The collapse of the feelings. Zigrik 1

Revenir en haut Aller en bas
 

The collapse of the feelings. Zigrik 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Haiti celebrates hero in tragic school collapse. Men sa yo rele ero. Bravo.
» [Carte] Fie toi à ton intuition - Trust your feelings
» /!\ Fight your feelings » In Guk x Moon Kyu
» [M] ▲ CHARLIE HUNNAM - Cause most of our feelings, they are dead.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord ouest-