Christmas Spirit (Alex & Vianney)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Christmas Spirit (Alex & Vianney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Christmas Spirit (Alex & Vianney)
Jeu 14 Juin 2018 - 22:59




Christmas spirit
Alex & Vianney


Une fine pluie avait commencé à s'abattre sur la ville depuis le début de la soirée, laissant son bruit monotone résonner sous les taules des hangars, sur le trottoir et dans la baie, ponctuant la surface de l'eau d'une multitude de points troubles. Ce n'était pas vraiment de la pluie, d'ailleurs ; c'était plutôt comme de la neige fondue, quelque chose dans ce genre là. Vee leva les yeux un moment pour observer le dessous du pont, et les points blanchâtres et minuscules qui en tombaient pour venir s'écraser sur son front. Il ne prit pas la peine de soupirer, cela faisait déjà plusieurs nuits que l'humidité avait eu raison de sa patience et qu'il pouvait bien se le carrer où il le voulait, parce que ça ne changerait rien.

Son regard abritait un mélange entre la perplexité, l'énervement et l'impuissance ; il avait beau en vouloir de tout son cœur, il se retrouvait toujours au même point, avec cette impression incessante de tourner en rond, encore et encore, de recommencer à chaque fois le même cycle infernal dont il ne pouvait sortir. Assis à même le sol, il regardait ses pieds nus reposer dans une demi flaque d'eau, ne sentant même pas les effets du froid sur sa peau alors qu'il aurait probablement dû être frigorifié. Ses mains, calleuses, rougies par la flotte qu'il avait voulu dégager de l'endroit où il s'était posé, tentaient toujours de se réchauffer sous ses bras, où il faisait son possible pour les tenir au chaud.

Les températures avaient clairement chuté ces derniers jours : c'était l'approche de l'hiver, et cela se ressentait d'autant plus pour lui qui luttait pour sa survie. Sa mâchoire, pourtant recouverte par une épaisse barbe qu'il ne pouvait tailler, tremblait sous l'effet du froid. L'abri que lui offrait le pont n'était clairement pas des meilleurs, fuyant de toutes parts jusqu'à laisser la pluie atteindre l'homme qui voulait y dormir.

Il encaissait, les dents serrées et le cœur lourd. C'était difficile, c'était le genre de truc qu'il ne pouvait souhaiter à personne, pas même à ceux qu'il avait voulu haïr autant que son cœur lui permettait de le faire. Il songeait à Noël qui approchait, aux familles qui allaient le fêter ensemble, tous réunis autour d'une belle table. A sa propre famille, qui allait probablement déguster la dinde dans la salle à manger décorée pour l'occasion, à sa sœur à qui il aurait voulu offrir tout l'amour du monde alors qu'il ne pouvait plus rien lui donner. Il avait pourtant observé avec indifférence toutes les décorations de fête dans la rue, se répétant qu'on s'en foutait tous, que ce n'était qu'une fête sans importance et sans intérêt, que ça ne changerait jamais fondamentalement l'existence de quelqu'un, et plus particulièrement de quelqu'un comme lui.

Il se souvenait encore du sourire de sa petite sœur quand ils lui avaient offert un lapin au Noël de ses six ans : la préciosité de ce souvenir en faisait quelque chose d'immuable, mais aussi un poids terrible à porter. Jamais, jamais il ne pourrait revoir un tel sourire de ravissement sur les lèvres de sa cadette, et ça, c'était une perte inconsidérable pour lui. Peut-être que ça, c'était le genre de chose qui pouvait changer l'existence de quelqu'un, finalement ? Il n'aurait su y répondre, l’amertume crispant le muscle de sa mâchoire à lui en faire mal. Sa sœur, sa famille toute entière, il ne voulait plus y penser : c'était du passer, c'était révolu et c'était perdu.

Il se tira de ses pensées pour revenir à son présent, aussi pitoyable soit-il, reprenant l'observation monotone de ses pieds dans la flotte et de son carton tellement pourri par l'humidité qu'il ne tenait même plus debout, quand quelques pas sur la gauche vinrent tuer enfin ce silence lancinant. Des pas qu'il n'avait pas nécessairement attendus, mais dont il se méfiait clairement : pas plus loin qu'une dizaine de jours auparavant, il s'était fait voler son duvet par une bande de clochards qui s'en étaient pris à lui, trop nombreux pour qu'il ait pu défendre son gras. Il avait encore une marque sous l’œil de cet incident, et ne comptait vraisemblablement pas remettre ça pour ce soir. « Si tu viens pour me voler, j'ai plus qu'un pauvre carton et qu'une gourde. Ils ont déjà pris mes chaussures et mon sac le mois dernier et le reste cette semaine. » fit-il, sans même lever les yeux dans la direction du bruit.

ÐVÆLING / WINTER SOLDIER
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Christmas Spirit (Alex & Vianney)
Jeu 14 Juin 2018 - 23:09



La bruine du soir s'était faite légère, des semi flocons virevoltant légèrement au grès du vent. Partout s'imprimait le rythme de sa chute presque élégante, en bruit de fond voué à prévenir les créatures du dehors de se trouver un abri. Ces créatures, il en faisait partie d'une nuit à l'autre, selon les opportunités trouvées et celles que le destin n'avait pas souhaité mettre sur sa route. Alexandre avait froid, bien qu'il marchait de bon pas, son manteau trop léger pour l'hiver s'humidifiant sous la neige fondue qu'il tentait pourtant d'éviter. Au petit matin, peut-être les rues seraient-elles tapissées de blanc.... Mais pour l'heure, tout restait implacablement gris, comme le béton de la ville qu'il arpentait. Il avait été refoulé du refuge où il trouvait parfois un toit, et ses yeux retraçaient avec crainte les lignes strictes des buildings derrière lesquels, déjà, le soleil se cachait. Bientôt, il ferait nuit.
Ses pas le menèrent jusqu'au bord des quais. Il ne comptait guère s'y attarder, le soin étant bien trop ouvert aux quatre vent pour faire un bon nid pour la nuit, mais il capta du coin de l'oeil la silhouette d'un homme recroquevillé sur lui-même et, exhalant ce qui aurait pu être un soupir tremblant, il descendit à la rencontre de l'inconnu.  C'était peut-être là une belle preuve de naïveté, que de s'approcher ainsi sans savoir qui il dérangeait, mais il n'hésita guère, poussé par ses propres démons autant que par sa charité d'âme.

Il s'agissait bien d'un homme, mais pas d'un total inconnu, se rendit-il compte. Piètre tableau formé par cet ensemble, la neige fondue prise dans une barbe non entretenue, l'oeil noireau et les membres clairement flageolant sous ses maigres oripeaux. Alex l'avait vu en meilleure forme, chantant au coin d'une place dans l'espoir d'obtenir quelques pièces pour un repas. Il s'était arrêté plusieurs fois à ses côtés, appréciant la voix autant que le charisme de celui qui ce soir n'était guère plus qu'une ombre. Ce ne furent pas les mêmes inflexions qui l'accueillirent cette fois-ci. Le ton était défaitiste, les mots tout autant. Comme on ne daignait pas même le regarder, Alexandre s'approcha un peu plus encore, doucement, comme s'il ne voulait pas déranger une bête en pleine sieste.

« Je ne vole rien d'autre que du temps... »

Il appuya sa phrase d'un sourire doux et encourageant, espérant que ses propos ferait relever la tête de son interlocuteur. Il ne se rendit compte qu'alors des pieds atrocement nus, parsemés de gouttelettes glacées. Les autres ne l'avaient décidément pas épargné...

« Hm. Tu leur fais peur. » Il lança cela comme un état de fait, sans trace de doute dans le fond de sa voix, posée et claire.  « Quand un nouveau débarque, ils aiment asseoir leur autorité dès le début, être sûrs qu'il n'y aura pas de problème par la suite... »

Il ne s'agissait pas que de voler par nécessité. C'était assurer un certain ordre, aussi. Avorter les comportements indésirables en en adoptant un des pires, malheureusement. Il avait été isolé exprés, tenu en joug par tout un rassemblement pour lui montrer qu'il était seul contre tous, qu'il valait mieux pour lui ne pas déconner. Nul doute que c'était sa stature qui avait entraîné ces craintes. Et comme il s'était battu, avait défendu ses biens et sa personne, il avait alors fallu avoir recours à la violence. Alexandre avait eu beaucoup moins de problème. Les clodos du coin avaient eu tôt fait de comprendre qu'il n'était pas du genre à faire mal à une mouche, et surtout, qu'il avait bien plus besoin d'eux que l'inverse. A partir de là, il était facile d'abuser de sa bonne volonté pour tout et n'importe quoi, sans même avoir besoin de réellement le contraindre.

« Je connais une planque un peu plus étanche à deux rues d'ici... si tu veux. »  

Encore fallait-il que l'autre lui fasse suffisamment confiance pour l'accompagner, c'est pourquoi il tenta de se faire persuasif sans trop en faire. Il regarda malgré lui une nouvelle fois vers ce qui leur servait d'horizon. Il ferait nuit très vite.
Les hommes pouvaient mourir de froid, de faim. Mais pouvaient-ils y rester par solitude, par peur ? Lui en était persuadé. Isoler un homme était criminel.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Christmas Spirit (Alex & Vianney)
Mar 19 Juin 2018 - 21:21




Christmas spirit
Alex & Vianney


La voix qui perça le silence coupa court à ses accusations déjà bien aveugles. Vee ne s'était pas montré des plus accueillants, ce qui, sans nul doute, pourrait être compréhensible par celui qui venait troubler sa solitude. La voix qu'il avait entendu ne lui rappelait rien, toutefois, elle ne lui semblait pas étrangère. Un accent familier mais qu'il était incapable de retrouver dans sa mémoire, trop polluée par les pensées sombres et la survie par nécessité. Vee avait l'esprit ailleurs, bien trop loin pour qu'il ne puisse se concentrer comme il le fallait. Cependant, il daigna enfin remonter le regard, fixer celui qui était venu lui parler alors qu'il était le plus seul au monde.

Sous ses mirettes farouches et blessées, une silhouette fine se dessinait maintenant, découpée par l'ombre et la lumière que les lampadaires vacillants jetaient sur eux. Vee essaya d'étirer ses lèvres en un sourire, mais il n'en avait pas vraiment la force ; ses lippes se craquelaient au moindre mouvement à cause du froid, et il en avait encore la mâchoire tremblante. Il esquissa un signe de tête à la place, accueillant le presque inconnu plus chaleureusement qu'à la première approche. Lui voler du temps ? Il en avait à revendre, alors ce n'était pas franchement dérangeant pour lui.

Il avait déjà vu cet homme quelque part, il en était persuadé. Dans sa mémoire, Vee fouilla quelques instants, ne trouvant rien de plus que l'instant présent et le froid mordant qui lui gelait les os. Il n'avait aucune idée de ce qui poussait cet homme à venir l'aborder comme il le faisait, ne comprenant ni l’excédent de gentillesse, ni le simple acte de bienveillance qu'on croyait pourtant lire dans son regard. Vee lui aurait bien dit de passer son chemin, mais l'autre lui était – étrangement – d'une compagnie plutôt agréable. Il avait l'air désintéressé, et surtout, dans ses paroles, Vee trouvait une vérité qu'il n'avait pas forcément voulu voir lui-même.

« Je crois bien que t'as raison.. Les problèmes d'autorité, c'est bien mon truc.. Je pensais pourtant pas que c'était écrit sur ma tronche » fit-il, un bref sursaut des épaules qui était le reste d'un rire désabusé. Il avait l'air sympa cet inconnu, et il était pas prise de tête : autant dire que sur le moment, c'était sans doute le genre de compagnie dont Vee avait besoin. Il soupira en se levant, mais la proposition de l'homme était sans doute le truc le plus raisonnable à faire sur le moment. Un abri, c'était la priorité en temps de pluie ou de neige : un endroit sec où dormir, il lui était tout bonnement impossible de dire non.

« T'as besoin de compagnie, que tu traines ici ? » fit-il, en attrapant sa guitare – la seule possession qu'il avait réussi à protéger jusque là. Les pieds nus, un vieux pull trempé sur les épaules, il abandonna son carton pour se relever. Alors, en face de cet inconnu qui avait troublé son étonnante et étrange quiétude, il se concentra un peu plus sur le visage qu'on lui offrait à voir. Des traits jeunes, presque enfantins se tenaient devant lui, ponctués par des mirettes claires et une attitude qu'on aurait presque prit pour de la nonchalance. Est-ce qu'il cherchait un abri lui aussi ? Clairement, Vee ne se montrait pas des plus sociaux, ce soir-là. C'était compréhensible, oui, mais ça faisait sans doute quand même de lui un boulet de première, un crétin un peu casse-couilles sur les bords quand il s'agissait d'adopter un ton sympa. Ce n'était pourtant pas bien compliqué de faire un effort, et il pouvait y mettre du sien.. Enfin, pour lui, si, peut-être.

« On s'est déjà croisés quelque part, non ? » tenta-t-il, alors qu'ils entamaient tous deux le chemin vers l'abri en question, les pieds dans la flotte, sous le ciel qui bruinait toujours cette espèce de foutue neige fondue.

ÐVÆLING / WINTER SOLDIER
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Christmas Spirit (Alex & Vianney)
Sam 23 Juin 2018 - 12:59



Alex ne lui tenait pas rigueur de cet accueil pour le moins froid... C'était, après tout, le ton général du monde ce soir-là, semblait-il. Mais surtout, il pouvait comprendre que l'on en vienne à se méfier des gens après avoir été si pauvrement traité par eux. Tout le monde ne pouvait pas, comme lui, garder une foi aveugle en l'humanité (à défaut de l'avoir gardée intacte pour une puissance supérieure). Malgré tout, il préféra procéder prudemment, peu désireux qu'il était de subir les foudres de l'artiste à la place de ceux qui l'avaient ainsi dépouillé, transformé en cette ombre tremblante. Il crut percevoir l'ébauche d'un semblant de sourire sur les lèvres fendues par le froid, mais l'amorce ne prit pas, fit place à un simple signe, comme un récépissé reconnaissant simplement sa présence ici-bas. Ce n'était guère grave, cependant : il fallait bien commencer quelque part et tout départ qui n'était pas purement négatif était bon à prendre ; comparé au premier accueil, voilà qui était déjà plus chaleureux.
Le jeune homme avait souri doucement, offrant en sacrifice une autre notion de vol, celle selon laquelle il lui déroberait principalement l'inquantifiable ; des moments de sa vie, un peu de temps, tout simplement. Si l'homme était comme lui, alors il en aurait à revendre. Et tandis qu'Alex l'observait, évaluant sa situation par les tristes preuves laissées à sa vue, il laissa échapper, sans jugement, ce qu'il voyait là. Le fruit d'une attaque qui puisait ses sources dans la peur autant que dans la nécessité. Il hocha la tête doucement à la confession qui lui fut faite. Problème d'autorité, le physique qui va avec. En effet, et c'était probablement ce qui avait d'autant plus précipité tout cela, malheureusement.
Il ne répondit pas à cela, préférant, au vu des tremblements qu'il percevait, proposer d'ores et déjà le partage d'un endroit qui serait un meilleur abri pour l'un comme pour l'autre. Il n'aurait pas cru que la réponse serait si rapide, si exempte d'hésitation : pourtant, il ne vit pas l'ombre d'un doute ou d'un questionnement que son interlocuteur se redressait déjà, non sans un peu de difficulté. Il esquissa alors un sourire, n'essayant pas de le presser tandis qu'il dérouillait ses genoux probablement ankylosés et récupérait sa guitare. Quand il eut l'air prêt, Alexandre ouvrit alors la marche, quittant le bord des quais pour revenir sur la route. Surpris que l'on se souvienne de son visage, il acquiesça à la question, avant de préciser :

« Il y a quelques temps, tu jouais sur la place en face de la cathédrale. »

C'était là qu'ils s'étaient croisés, et plus d'une fois à vrai dire. Sans avoir une seule fois cherché à entamer une conversation, qui aurait pu faire perdre quelques précieuses pièces au musicien, Alexandre avait traîné ses guêtres dans les alentours, profité de sa musique et de son chant dans les heures pâles où il n'avait rien de précis à faire ni personne à embêter.

« On n'est plus très loin. »

Il l'emporta avec lui, au détour de rues diverses, marchant d'un bon pas même s'il était déjà trempé et qu'il était bien trop tard pour rester sec. Ils arrivèrent finalement en vue de plusieurs bâtiments, et il se dirigea naturellement vers le plus petit d'entre eux, sorte de verrue de béton grisâtre. Il en poussa la porte métallique qui geint sous le mouvement, et pénétra en premier.

« Et voilà ! C'était un local à poubelles mais le restaurant a fait faillite. Du coup il est tout à nous... »

Certains auraient pu être dégoûtés à la simple idée mais beggars can't be choosers, comme on dit. De plus, l'endroit était en réalité tout à fait propre (pour un squat de sdf...). Ce n'était pas grand chose, mais ils avaient un toit, des murs et une fois le bas de la porte calfeutrée, ils n'auraient même plus à subir les assauts du vent. Des affaires traînaient ici et là, traces de présence humaine régulière.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Christmas Spirit (Alex & Vianney)

Revenir en haut Aller en bas
 

Christmas Spirit (Alex & Vianney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merry Christmas!!
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Zelda Spirit Tracks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: Archives Confidential :: section souvenirs :: Rp Abandonnés-