Hello, It's me [Sethen]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Hello, It's me [Sethen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Hello, It's me [Sethen]
Lun 6 Aoû 2018 - 19:16


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
J'en aurais fait des déménagements dans toute ma vie. En même temps, avec un métier et une vie comme la mienne, tout ça n'est pas très étonnant. Je suis née en Russie, j'ai déménagé à Broome quand j'ai j'avais dix-huit ans avec ma mère. Ensuite, à vingt-quatre ans, j'ai rejoint mon père à Little Rock. Aujourd'hui me voilà arrivée au Canada dans la belle ville de Vancouver. C'est en arrivant ici, en faisant un peu le tour de la ville, que, j'ai feuilletée un journal en recrachant pratiquement tout mon café sur la table ayant aperçu le nom « Seth Hemingway » écrit noir sur blanc. Cela faisait quelques jours maintenant que je me demandais si c'était le destin ou la poisse qui nous « unissait » à chaque fois comme ça. Peut importe, il fallait que je fasse quelque chose. Comme toujours, que je prenne les devants. Il fallait que j'aille à la rencontre de Seth que je le veuille ou non. Ce jour-là, j'avais donc décidée de prendre mon courage à deux mains pour me rendre dans ce fameux bar, là où Seth était censé travailler.

J'avais tourné au moins un quart d'heure au fin fond de ma couette à me retourner dans tous les sens. Voilà que je me trouvais sur le dos, passant ma main dans mes cheveux. Je regardais le plafond au-dessus de ma tête en soupirant. « Aller E-J, bouge toi ! » m'encourageais-je à voix haute. Aller ! C'était bon là. Je fis un bon du lit et me dirigeais vers la salle de bain située juste à côté de ma chambre pour aller prendre rapidement une douche. Une fois ceci fait, je devais tout de même passer au bureau afin de travailler un peu. J'étais décidée, c'était aujourd'hui ! Je me devais d'aller confronter Seth et lui annoncer que j'étais en ville. Il allait sûrement me balancer en pleine figure que je le suivais. Mais, n'abusons pas, ça faisait tout de même plus de dix ans. De plus, la dernière fois que nous nous étions croisés c'était à l'hôpital. Après cette fameuse et horrible fusillade où les choses avaient sûrement changées pour tout le monde. Moi, j'avais été blessée, quant à Seth, visiblement il avait perdu quelqu'un qu'il aimait. Oui, apparemment c'était possible pour Hemingway d'aimer !

Bizarrement ou non, la journée était passée à une allure folle. J'avais travaillé comme une acharnée pour me vider la tête. Je savais ce que je devais faire ce soir, mais je ne savais pas du tout comment cela allait se passer. Comment Seth allait réagir et comment moi-même, j'allais réagir en revoyant le visage de mon pire cauchemar. Le pire dans tout ça c'est que la personne qui risquait de vriller complètement, c'était bien moi. Je devais faire preuve de sang froid et de calme. Ça faisait des années que je n'avais pas croisé Seth. Tout pouvait arriver. C'était le moment. J'étais passée chez moi pour échanger mon tailleur de femme d'affaire, avec une robe noire. Elle était plutôt soft, je ne cherchais pas à être jolie, juste habillée pour aller dans un bistrot. J'avais pris le temps de manger rapidement une salade composée. Et voilà que je me rendais au Seal The Deal. Le coeur lourd, je poussais la porte du restaurant. J'entrais, mes talons claquants légèrement sur le sol. Je me dirigeais au comptoir. Je ne vis pas Seth directement. Plusieurs personnes travaillaient dans ce bar. Je pris place sur un tabouret, posait mes mains sur le comptoir du bar et balayait un peu la salle du regard. Discrètement. C'est alors qu'un serveur avec les cheveux en batailles pris place juste en face de moi, de dos. C'était lui ! Je l'aurais reconnu parmi un millier de personnes. Je le connaissais tellement par coeur. Je pris alors une grande inspiration et sans réfléchir, je pris le verre qui se trouvait à côté de moi. Verre de tequila, je m'en rendis compte quand le shot que je venais de prendre coula dans ma gorge. Je tapais alors à mains plates sur la surface en marbre devant moi. « C'est possible d'avoir un verre dans ce bar ?! » demandais-je alors en haussant légèrement la voix et en essayant de faire un peu d'humour avant la tempête et que Seth ne se rende compte que la cliente c'était moi. Mon coeur était cependant assez lourd et j'étais extrêmement incertaine de ce qui allait se passer par la suite.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Sam 25 Aoû 2018 - 19:33



Hello, it’s me
Ft. Eden
 Cela faisait plusieurs années maintenant que Seth Hemingway junior avait quitté la ville de son enfance, Little Rock aux États-Unis. Il en avait toujours caché les raisons. Officiellement pour quitter ses parents et s’installer seul, officieusement pour fuir. Il avait fui mais pas assez loin semble-t-il. Il avait mené une vie agréable pendant plusieurs mois dans une autre ville où il s’était fait d’autres connaissances, où il avait rencontré d’autres filles mais où il s’était finalement attiré quelques ennuis. Ville où également il était tombé amoureux bien qu’il n’ait jamais pu l’avouer à soi-même. Et puis un jour le passé l’avait rattrapé en la personne d’une riche héritière brune pour qui la vengeance était un plat qui se mange froid. Il se souvenait encore de sa voix, des moindres détails de son physique, de tout ce qui faisait d’elle une ennemie potentielle. Toutefois ce n’était pas à cause d’elle qu’il avait dû repartir de nouveau. Du moins en partie. La perte d’un être cher dans des circonstances dramatiques l'avaient en effet poussé à partir plus loin et même à changer radicalement de vie. Longtemps il avait fait des cauchemars de cette journée là. Le seul petit avantage avait été que la jeune ombre qui le poursuivait avait été admise à l’hôpital et qu’elle n’avait ainsi pas pu le suivre. Il le savait car il y avait été en personne et lui avait même parlé. De quoi il ne se souvenait plus mais de toute façon cette discussion lui avait fait prendre conscience de la réalité des choses. Qu’il ne pouvait pas rester ici et qu’il devait profiter de cet empêchement pour partir très loin.

Le Seth nouveau s'était ainsi consacré à changer de voie, enchainant les petits boulots autant que les conquêtes, avant d’être engagé au Seal the Deal en tant que responsable. Pour cela, il avait donc également changé de pays, riche aventure pour le grand voyageur qu’il était. Il était en ville depuis bientôt un an maintenant, et il s’y plaisait plutôt pas mal. Il avait en tout cas une bonne situation, il avait rencontré plein de nouvelles jolies filles, et avait même pris son aile une jeune mexicaine expatriée, Valentina, qu’il considérait à présent comme sa fille de coeur. Bref, il était bien. Exceptionnellement cependant, les vieux souvenirs le hantaient, et il ne parvenait à les mettre de coté que lorsqu’il était en poste, en plein rush, ce qui était précisément le cas cette soirée là au bar. Vers 22 heures, l’équipe connu cependant un certain répit, mais ce fut précisément à ce moment là que les choses désagréables arrivèrent. Seth ne le savait pas encore, mais elles allaient aller de mal en pis pour lui. D’abord, ce fut un groupe de clients qui se trouva rapidement éméché et dont les regards lubriques sur les serveuses de Lauren ne faisaient aucun doute, qu’il fallu virer de la salle. Cela se fut sans peine par les videurs, mais une des filles, manifestement choquée, s’était enfuie de la salle en pleurant, bousculant en même temps le barman alors qu’elle se réfugiait dans l’arrière boutique. Ensuite, un des collègues de Seth se trompa dans les pompes à bière, aspergeant la moitié du comptoir de mousse et de boisson. Ce dernier l’envoya nettoyer immédiatement, du ton ferme et colérique du barman exaspéré de tant de maladresse. Occuper à surveiller les faits et gestes de l’employé, le blond n’entendit ni ne vit rentrer la brune sexy aux talons claudiquants. S’il l’avait vue, sans doute aurait-il disparu à l’arrière,  prétextant peut être qu’il fallait bien consoler la serveuse qui n’était pas encore revenue. N’étant pas le cas, Seth s’était attelé à la préparation d’une commande en attente, à savoir un simple gin fizz, le tout, dos au comptoir. Lorsqu’une voix s’éleva pour faire connaitre son désir d’être servie, il se tourna, verre dans la main, pour avertir le malotru (en l’occurence la) qu’il se serait pas servi plus vite en gueulant par dessus le bar, mais qu’il devrait attendre son tour comme tout le monde.

Le verre lui glissa des mains et s’éclata sur le sol en déversant des giclées de boisson à la fois sur le parquet et sur le bas de son pantalon noir. Un frisson lui parcourut le corps, alors qu’il restait sans bouger pendant quelques secondes les pieds dans le liquide pétillant. Ce n’est que lorsqu’une collègue s’approcha de lui, inquiète, qu’il repris ses esprits. Apercevant tous les regards des clients accoudés au comptoir converger vers lui, il s’attacha à reprendre contenance, bien que le coeur n’y soit pas. D’une voix bien plus agressive qu’il ne l’aurai voulu, il ordonna à la jeune femme d’aller chercher un balais et une serpillère pour nettoyer le bordel, en d’ensuite refaire un cocktail digne de ce nom. Lui même s’avança d’un pas en enjambant les bouts de verre, aussi froid que le marbre de la crédence, aussi blanc qu’un linge assurément. Sans rien dire, il tendit la main vers le verre posé vers la cliente et l’attrapa. Il se tourna une nouvelle fois vers le comptoir arrière, y posa le verre et s’empara de la bouteille de téquila sur les étagères. Le tout le plus lentement possible histoire de se remettre les idées en place. Ah, s’il avait pu s’enfuir en courant, là maintenant, réserver un billet pour le premier avion international en partance de l’aéroport, il l’aurait fait sans hésitation. Il ne pouvait pas. Pour une fois, on avait vraiment besoin de lui. Alors, il se trouva contraint de lui tendre le verre qu’il venait de servir. « Avec ça ? » demanda t-il la gorge nouée. Il était pressé de passer à une autre commande, mais cela ne changerait rien à cet état de fait : Eden Pastrow était revenue dans sa vie au moment ou il s’y attendait le moins, et il allait devoir gérer avec ce nouveau problème, cette ombre au tableau de chasse, qui en plus venait le déranger en plein travail. « J’ai pas trop le temps de discuter avec les clients, alors dit moi ce qui t’amène ici et repars avec ton verre » annonce t-il en se penchant légèrement vers le comptoir. Dégage de ma vue crie son regard, mais seule cette stupide phrase passe la barrière de sa bouche. De toute façon, même si elle comprenait le message, il savait bien qu’elle n’en ferait qu’a sa tête, comme elle l’avait toujours fait.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Dim 2 Sep 2018 - 22:44


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Au jour d'aujourd'hui, il n'y avait qu'une seule et unique chose qui comptait dans ma vie : ma carrière. J'étais l'une de ses femmes qui mangent boulot, parle boulot ou qui pense boulot. Cette femme qui reste des heures assise dans son bureau à rédiger des mails, sirotant un verre de vin et finissant par s'endormir sur son ordinateur c'était moi. Cette personne qui avait un agenda tellement remplis qu'elle est obligée de le regarder sans arrêt et pratiquement à toute heure de la journée afin de se souvenir de ses rendez-vous. Cette femme si occupée. C'est grâce à cette façon de penser que j'avais battis mon empire. Mon père n'était plus et ma relation avec ma mère était des plus conflictuelles. Pour être honnête, je n'avais plus aucune relation avec cette dernière. Elle était bien mieux sur une plage de Pucket à boire ses cocktails avec son boy toy du jour plutôt que de prendre de mes nouvelles depuis que mon père était mort. Et très honnêtement ça me convenait très bien comme ça. Trente-trois ans que j'étais de ce monde et ma vie ne se résumait qu'à mon travail. Je suis à la base une riche héritière russe et j'ai été élevée comme ça, un point c'est tout. Triste n'est-ce pas ? Quelle vieille fille me direz-vous... Et vous auriez raison. Seulement, ne vous avisez pas de le dire devant moi, vous risqueriez de le regretter. Toute personne qui s'est mise en travers de mon chemin durant toute ma vie l'a regretté d'ailleurs. Parlons-en tiens des personnes qui ont osées se mettre sur mon chemin. Cette Patty Collins au lycée, reine du lycée qui s'est vu très vite déchanter, à qui j'ai pourri complètement la vie. Chris aussi a eu le droit à mes prouesse quand il a fait couler ma boite et tenté de me la prendre. La liste des vies que j'ai ruinées est très longue. Mon favori, très certainement ça reste Seth. Seth Hemmingway, cet espèce de dragueur invétéré que j'ai croisé dans trois ou quatre villes différentes. La vengeance est ma spécialité et je ne vous souhaites pas de le vivre quand elle est orchestrée par moi.

Pauvre Seth. Non, je rigole, Seth n'était pas du tout un homme à plaindre. Il m'avait prise pour une idiote en couchant avec moi il y a quelques années de ça, lorsque j'étais plus jeune et avait pensé que je ne me rendrais pas compte qu'il avait fait ça simplement pour atteindre mon père puis se faire une jolie petite russe à l'occasion. Il était tombé sur la mauvaise personne vraiment. Depuis ce jour, ma dent contre lui n'avait fait que de s'accroître. Surtout qu'il était venu me torturer alors que j'étais au plus mal. Voilà que je le retrouvais de nouveau. De nombreuses années c'étaient écoulées depuis notre dernière rencontre à l'hôpital et voilà que nous y étions de nouveau. J'étais tombée sur ce journal dans ce bar et j'avais recraché la moitié de mon café. Décidément ça devenait presque une habitude que de renverser ou cracher du café durant nos rencontres avec Hemmingway. Cela faisait quelques jours que j'avais mis les pieds à Vancouver et me voilà dans ce bar déjà prête à embêter de nouveau Seth. Mon passe-temps favori. De nouveaux défis s'offraient à moi. Une nouvelle ville, de nouveau gens. J'allais pouvoir apprendre à connaître tout le monde, les manipuler, menacer Seth avec les nombreux secrets qu'il cachait et faire de sa vie un enfer. Me voilà entrée au Seal the Deal, ayant fait claquer mes talons sur le sol. Je n'avais pas pris le temps d'observer Seth, de réfléchir à un plan ou quoi que ce soit. J'étais entrée directement, je savais où le trouver. Je m'étais plantée devant ce comptoir, arrachant le verre de quelqu'un d'autre. Cet homme là, avachi sur sa chaise, sa tête dans son bras qui semblait complètement saoul. J'avais fait un cul sec de ce shooter et avait alors demandé s'il était possible d'avoir un verre dans ce bar en m'adressant bien clairement au barman qui semblait déjà tellement énervé par sa soirée de travail.

Je savais que ma venue dans ce bar allait faire des étincelles. Seth s'était retourné, un verre qu'il était en-train de préparer pour une autre personne en main. Au moment où il avait compris qui lui demandait si c'était possible d'être servi dans ce bar, ce verre lui était tombé des mains et son visage c'était décomposé littéralement. Le verre s'éclata par terre de l'autre côté, où Seth se trouvait. Machinalement mes pieds se mirent sur la pointe, mon buste se pencha légèrement au-dessus du comptoir, un petit rictus apparu sur mon visage et je regardais le verre qui était maintenant étalé sur le sol. Ma position se remi naturellement. Seth s'était figé durant un instant. Ça y est, nous y étions. Je venais de lui faire peur et j'avoue que j'adorais ça. Tous les yeux étaient rivés sur lui. Une tierce personne arriva à son tour et Seth lui hurla dessus en lui ordonnant d'aller chercher un balais. Un petit rire sarcastique se laissa échapper de ma gorge, accompagné d'un sourire. Sans dire un mot, Seth enjamba le bazar qu'il venait de créer. Il prit le verre devant moi, se tourna de nouveau pour me présenter son dos et commença à remplir de nouveau le verre de tequila. Une fois terminée, il se tourna de nouveau et posant le verre devant moi ajouta un petit « Avec ça ? » Mon air presque satisfait le regarda enfin droit dans les yeux, dans le blanc des yeux. « Un petit remake de dix ans ? » m'amusais-je à lui répondre. Mon petit rictus amusé toujours apparent sur le coin de mes lèvres, je l'observais. « J'ai pas trop le temps de discuter avec les clients, alors dit moi ce qui t'amène ici et repars avec ton verre » ajouta-t-il en s'approchant légèrement du comptoir. C'est alors qu'un rire narquois sortit de ma bouche. L'homme complètement bourré qui se trouvait à côté de moi avait alors quitté sa place. Avec mon air suffisant, je pris donc place sur le tabouret qui venait de se libérer juste à côté de moi. « Je ne me rappel pas avoir commandé une tequila » lui fis-je gentiment remarquer comme si j'étais une cliente des plus banales. Ma bouche afficha de nouveau un léger sourire ne montrant pas mes dents. « Un martini rouge barman s'il vous plais. » lui demandais-je. Mes mains se croisaient sur le bar devant moi, tandis que ma jambe droite se posait sur la gauche. Avant de mettre les pieds dans ce bar j'aurais presque paru nerveuse et inquiète. Prête à rendre les armes face à Seth. Mais, à partir du moment où il avait ouvert la bouche, j'avais compris à quel point ce jeu m'avais manqué et à quel point j'allais encore pouvoir m'amuser.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Mer 5 Sep 2018 - 20:51



Hello, it’s me
Ft. Eden
 Il était incontestable que Seth Hemingway aimait jouer. Toutes ses connaissances vous le diront : c’était un joueur invétéré, toujours prêt à lancer une partie. Bien entendu, ils ne parlaient pas ici uniquement des jeux comme l’entendent les enfants : Seth aimait les jeux d’argent, mais surtout, il aimait jouer avec les personnes de son entourage, principalement les filles, mais aussi leurs mecs, par parties interposées. Paradoxalement cependant, il était le genre à ne jamais prendre de risques. Il savait bluffer, mais ne jouait pas au poker par exemple : en réalité, il ne jouait principalement que s’il était assuré de gagner, bien que parfois le frisson du danger ne le prenne et ne l’entraine à se lancer à corps perdu dans le combat. Parce que c’était ainsi qu’il voyait les trucs : comme des combats, avec ses victoires et parfois, plus rarement, ses défaites. Et il donnait tout, tout pour arriver à ses fins, quitte à employer la ruse, la mesquinerie, les belles paroles. Petit à petit toutefois, cet état de fait commençait à changer : en réalité, il n’avait plus réellement l’occasion de jouer au petit diable déguisé en ange. Depuis qu’il avait changé de métier en fait, il s’était bien vite aperçu qu’il n’avait plus à faire autant d’efforts qu’auparavant. Un barman, semblait-il, était sexy de nature, mais surtout, aux yeux des femmes, était bien plus frivole qu’un calme professeur de lycée. Alors on n’en attendait pas autant. Il appréciait également : oui il aimait toujours jouer, mais a présent, il ne donnait pas tout de lui pour avoir, il avait sans demander.

A l’époque, elle lui avait plu tout de suite, non pas seulement parce qu’elle était particulièrement séduisante, mais aussi parce qu’elle était très riche, ce qui pour un joueur comme lui constituait un enjeu de taille. Le pouvoir de l’argent avait été considérable les années précédentes, et, même s’il demeurait quelqu’un de fondamentalement opportuniste, ce sentiment s’était peu à peu amenuisé. Ce n’était plus ça qui l’attirait vraiment. Avait-il réellement changé à ce point ? Peut être bien. Quoiqu’il en soit, lorsqu’il avait rencontré Eden une décennie auparavant, il ne connaissait que son nom, Pastrow. Ce nom l’avait mené à en apprendre un peu plus sur sa vie à elle, ses origines, son avenir. Avenir qui s’annonçait prestigieux. Pour le jeune adulte qu’il était alors, c’était une excellente chose : de nombreux et heureux présages s’annonçaient. S’il avait alors su qu’il allait perdre au jeu auquel ils allaient jouer ensemble, peut être y aurait-il réfléchi à deux fois. Mais il s’était engagé à corps perdu dans l’histoire…. et celle-ci lui avait fait finalement vivre des choses dont il se serait bien passé. Quoiqu’il en soit, sans elle peut être serait-il resté toute sa vie à Little Rock sans jamais connaitre les moments de bonheur, certes bien courts, à Siloam Springs, en compagnie de L. Si Eden ne l’avait pas retrouvé non plus là bas, peut être n’aurait-il jamais non plus changé de métier, voyagé autant dans le pays, et finalement traversé la frontière afin de suivre un gars qui avait des projets un peu fous.

Il se foutait complètement du verre au sol. La demoiselle a qui il avait demandé d’arranger tout ça vint tournicoter autour de lui pour réparer sa bêtise, mais il ne lui accorda aucun regard. Ne disait-on pas que face à un animal dangereux il ne fallait jamais tourner le dos et s’enfuir ? Et bien la brune représentait exactement cela. Pourtant, elle n’en avait pas l’air au premier regard. Bon, si, à bien y regarder, et encore, c’était peut être parce que Seth la connaissait, il y avait un peu de la hyène dans ses yeux et son attitude. De celle qui ricane au malheur des autres par exemple. Elle se plait finalement à lui rappeler leur vieille rencontre, et en effet, il s’en souvient comme si c’était hier. Dingue comme un si petit café avait pu lui faire connaitre autant d’aventures ! « Très mauvais remake » marmonne t-il plus pour lui que pour elle. Elle s’installe comme si elle voulait rester dix ans à le regarder dans les yeux pour pouvoir lui parler du bon vieux temps qu’elle avait passé à lui pourrir la vie. Il voit cela d’un très mauvais oeil, mais malheureusement il ne peut pas la chasser, elle avait tout à fait le droit de venir boire un verre dans son bar, il n’y avait pas encore d’affiche avec sa tête. Il se promit de réfléchir à cette possibilité : il lui était déjà arrivé de donner la description de personnes non desiderata aux videurs afin qu’ils ne laissent pas entrer certains soulards, il pouvait faire de même avec elle, pour n’importe quelle excuse. On le croyait sans problème, il avait sa réputation ici. Sa réputation d’ailleurs… mieux valait pas y penser pour l’instant. Et puis de toute façon, si elle s’était installée dans la région, il aurait tôt fait de la croiser n’importe ou ailleurs pour peu qu’il ne fasse pas attention.

Elle le rabroue avec un sourire perfide à propos du verre qu’il vient de lui servir. Très bien, il le reprend, et, mû par une sorte d’intuition, le porte à ses lèvres et boit cul sec la téquila. Il repose le gobelet en grimaçant alors que l’alcool lui brule la gorge. Tant pis, pas de citron a coté pour apaiser le goût. En silence, il lui sert le martini rouge demandé. Rouge comme le sang ? En attendant, elle n’a pas répondu à sa question, à savoir ce qui l’amenait ici, à Vancouver. Il avait suivi de très loin l’affaire des industries Pastrow après son départ de l’Arkansas, et uniquement parce que cela avait fait quelques titres dans des journaux, mais il aurait bien voulu s’en tenir uniquement à la presse, elle n’avait pas besoin de venir jusqu’ici lui parler. Il le lui demande alors une nouvelle fois : « Tu ne m’as pas répondu, que fais-tu ici ? ». Le jeu du chat et de la souris devait se terminer. Lui aussi pouvait être le chat s’il voulait. « Ne profite pas trop. Ici tu n’es rien, et moi je suis tout, j’ai les bonnes fréquentations. Tu devrais te tenir tranquille et tenir ta langue pour une fois… ». Ca ressemble à une menace, et s’en est bien une. Pas besoin de familiarités entre eux, il la prévient juste que, contrairement à Little Rock, elle était moins bien armée. Dans son corps soudain, ce crépitement, cette flamme : l’excitation, l’envie de jouer à nouveau. Mais cette fois là, avec la pleine conscience des risques que ce petit divertissement pourraient engendrer.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Lun 10 Sep 2018 - 22:04


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Connaissez-vous la définition d'un « double » ? Deux personnes qui forment une paire, qui sont identiques. Une sorte de Ying et de Yang, deux êtres qui se complètent, qui se comprennent. Parfois sans même prononcer un seul mot. Un homme et une femme, le plus et le moins. Cet homme que je passais mon temps à retrouver dans chaque ville où je me déplaçais était exactement ce qu'on pouvait qualifier de « mon double ». Grâce à lui et à ses prouesses autrefois, quand nous étions jeunes, je suis devenue comme lui. Un être horrible, sans coeur, sans état d'âme qui n'agissait que pour son bien personnel, qui ne pensait qu'à elle. Si Seth n'avait pas couché avec moi dans cette chambre d'hôtel lorsque je n'étais qu'une jeune femme, il est possible que je sois devenue une tout autre personne. Néanmoins, je ne vais pas le blâmer complètement. Ne nous voilons pas la face voyons. Je suis une Pastrow, la grande héritière russe, bien sûr mes racines et mes origines font aussi ce que je suis aujourd'hui. Je ne peux que l'avouer. Mais, aujourd'hui j'ai atteint un certain âge, j'ai une certaine expérience de la vie. Croyez le ou non, tout comme Seth, je ne suis pas venue à Vancouver simplement pour détruire de nouveau la vie de monsieur Hemingway. Cependant, je dois avouer que c'est quelque chose qui m'amuse, qui me donne un certain but, une certaine jouissance. Ce soir si j'ai décidé de me rendre dans ce bar c'est peut-être aussi parce que quand j'ai vu Seth dans ce journal ça m'a projeté quelques années en arrières et je suis redevenue exactement la même personne qu'à Siloam Spring. Cette personne qui s'en est petit à petit allé au fil des années. De la nostalgie ? Peut-être.. Mais, est-ce que vous me voyez me pointer comme ça dans le pays, la ville et le bar où travail Seth muni d'un drapeau blanc et lui annonçant que les histoires du passé sont bien du passé ? Non, pas moi. Pas du tout. C'est bien plus marrant de le faire stresser un peu.

Dans ce bar, aujourd'hui, assise à ce comptoir, je suis libre de lui faire croire ce que je veux. Et une fois de plus c'est encore moi qui ai le pouvoir. Il peut bien me dire ce qu'il veut. Et quand bien même serait-il patron de ce bar, ça m'est égal. Il ne risquerait pas de perdre son temps à me faire virer de la salle. Il sait très bien que je suis plus forte que ça à ce jeu. La tête décomposée qu'il a présenté en me voyant le confirme. J'étais là, à présent assise sur mon tabouret à le dévisager de la tête aux pieds, mon sourire narquois au bout des lèvres à l'embêter avec ma commande à répétition. Quand je lui avais annoncé que je voulais « un remake d'il y a dix ans », Seth avait rebondi et lâché un « Très mauvais remake » en marmonnant. Une fois de plus son air sarcastique me fit sourire, même presque rire. Simplement pour le chauffer encore un peu, je lui avais fait remarquer que je n'avais pas commandé de tequila. Il ne se fit pas longtemps prier et prit ce verre qu'il bu cul sec. Je haussais alors les sourcils. Je pouvais noter que ce cher Seth Hemingway buvait pendant ses heures de travail. Encore une arme que je pouvais utiliser contre lui. Il reposa le verre et afficha une grimace sur son visage.  Toujours très calme j'observais l'oiseau s'agiter devant mes yeux. Il fit ce que je lui avais demandé et me servi un Martini rouge comme je venais de le commander. Je pris alors le verre et lui fit signe en le levant à sa santé. Je posais mes lèvres pour la première fois sur le verre de forme ovale remplis par mon cocktail et j'en bu une gorgée avec plaisir. Le rabat joie ajouta « Tu ne m'as pas répondu, que fais-tu ici ? ». . Un sourire laissa apparaître de nouveau mes dents. « Ne profite pas trop. Ici tu n'es rien et moi je suis tout, j'ai les bonnes fréquentations. Tu devrais te tenir tranquille et tenir ta langue pour une fois... ». . Je reposais alors calmement mon verre en ne lâchant pas le jeune barman du regard. J'étais en train de me rendre compte que ce jeu entre nous m'avait réellement manqué. Cette petite gueguerre était comme une sorte de drogue. Je ne pense pas me tromper en disant et pensant que pour Seth c'était la même chose. D'ailleurs, j'adorais lui donner des ordres à ce moment précis. « C'est un bar, je viens tout simplement boire un verre comme la plupart des gens ici. » répondais-je alors en ouvrant les bras devant moi de manière la plus calme et posée possible. « Pourquoi ça t'énerve autant Seth ? J'ai pas le droit ?» lui posais-je de nouveau ma phrase.

Il venait de me lancer une sorte de mise en garde, une menace à propos du fait qu'ici je ne devrais pas trop faire la maligne, car il avait des fréquentations et que je n'étais rien. Que je devrais tenir ma langue pour une fois. Donc, par conclusion, Seth était là depuis un certain temps et à ma plus grande surprise il était peut-être apprécié aussi. Il avait raison, je devais être prudente et faire attention que les cartes ne se retournent pas contre moi. Mais, parlons-en tiens des « cartes ». J'en avais tout un tas en ma possession. Je ne suis pas sûre qu'en arrivant à Vancouver, Seth ai dit la vérité à tout le monde à son sujet. Sur son passé, sur les secrets dont nous étions tous les deux en possession. Ses menaces ne me faisaient pas peur. Au contraire, c'était plutôt excitant, il était certain que j'avais retrouvé mon adversaire et qu'il était de taille. Tant mieux, le jeu serait plus amusant comme ça. Il pouvait bien faire ce qu'il voulait. J'étais une femme belle, séduisante, experte en la matière en ce qui concerne la séduction et qui plus est riche avec moi aussi des relations qui faisaient plutôt peur à certains comme la Mafia Russe par exemple. J'affichais alors une sorte de moue sur le visage après avoir bu une nouvelle gorgée de mon verre.   « Je suis déçue Seth, tu ne lis pas les journaux ? » Je faisais bien sûr allusion à ma venue ici. La plupart des gens savaient que Pastrow Corporation avait coulé, mais que la jeune Pastrow était revenue bien plus forte avec une nouvelle entreprise. « Rassure toi, je ne suis pas là pour toi. Je m'installe à Vancouver pour affaires. » lui avais-je alors finalement avoué. Ce petit jeu m'amusait, mais, je devais avouer que de retrouver une tête connue après tant d'années était une sorte de réconfort. J'étais forte, mais j'avais vécue pas mal de choses plus sordides les unes que les autres. Et même si c'était Seth, c'était déjà plutôt pas mal. De toute manière il ne me faisait pas peur avec ses menaces. Je bu une nouvelle fois dans mon verre en regardant Seth. Peut-être que j'avais changé finalement ? Ce petit jeu ne m'amusait peut-être plus autant ? Je cherchais peut-être quelque chose d'autre aujourd'hui ? Qu'importe, pour le moment j'étais là, assise dans ce bar à renouer avec cette vieille connaissance.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Mer 12 Sep 2018 - 20:25



Hello, it’s me
Ft. Eden
Même encore aujourd’hui, il la trouvait parfaitement à son gout. Elle respirait toujours autant la richesse qu’auparavant, et il se demandait ce qu’il était arrivé de ses affaires. Lorsqu’il était partie, elle était propriétaire d’une grande entreprise dans une branche quelconque, mais cela faisait presque cinq ans maintenant, si lui avait pris un si grand tournant, l’avait-elle fait également ? Etaient-ils si semblables l’un à l’autre pour avoir pris le vent dans le même sens ? Des questions auxquelles Seth ne tenait pas à avoir la réponse. En réalité, il voulait avoir le moins de contacts possibles avec cette personne, ce qui à présent s’avérait bien difficile si elle avait décidé de venir squatter par ici. Dommage pourtant, il y avait tellement de grandes villes dans le monde, Paris, Londres, Moscou, New-York, alors pourquoi Vancouver ? Tout poussait à croire que tous deux devaient être réunis au même endroit et au même moment. Qui avait-il donc faché ainsi pour avoir à subir ce tourment ? D’accord, le diable aurait pu avoir un visage pire que celui tentateur d’Eden, mais la beauté de cette femme ne l’empêchait pas de voir à travers elle ce mauvais présage qui le poursuivait depuis tant d’années. Il ne savait pas s’il pourrait arriver un jour à s’y faire, mais peut être simplement si le jeu tournait à son avantage. Il devait ainsi rétablir l’équilibre entre leurs rapports de force le plus vite possible, c’est pourquoi il n’avait pas hésité à lui faire des menaces voilées, avec l’infime espoir que cela pouvait la faire changer d’avis. Seth aurait tant voulu qu’elle redevienne la femme qu’il avait connue : douce, docile, à l’aise à la ville comme au creux d’un lit. Il était bien conscient que l’argent avait tout gâché entre eux, parce que s’il avait su que sa cupidité l’aurait attiré jusque là… Mais c’était dans sa nature ça, et de plus, lui ne trouvait pas ça mal de profiter de toutes les opportunités qui se présentaient.

Les mauvaises intentions qu’il avait à l’époque avaient ainsi influencé sur ses choix l’emportant dans une valse de tourments avec une partenaire pas si naïve que ça. Ils étaient donc là maintenant tous les deux, lui essayant de la convaincre par la menace de renoncer à toutes poursuites, elle, avec son sourire narquois tentant de le persuader qu’elle n’est là que pour « boire un verre comme la plupart des gens ». Non, il ne fallait pas la lui faire à l’envers comme ça à Seth, ça le rend encore plus nerveux. Il grince les dents, serre des points devant la feinte décontraction de son ennemie, mais il n’est absolument pas dupe. Après tout, il a appris à la connaitre depuis le temps. S’il essaye de se détendre, cela ne donne qu’un sourire crispé. Ses yeux déjà sombres se froncent et il lance avec froideur : « Bien évidemment que tu as le droit, mais j’ai également le droit de forcer à partir quiconque ne me plait pas ici ». Il avait tout à fait la force de la trainer à l’extérieur en la tirant par le bras, elle n’avait pas sa puissance physique à défaut d’avoir sa puissance intellectuelle.

Lorsqu’ils s’étaient retrouvés à Siloam Springs après qu’il ai fui une première fois, il avait tenté de la draguer, voir si elle réagissait de la même façon qu’auparavant. Ils étaient rentrés dans le jeu tous les deux, il avait regardé jusqu’ou pouvaient aller les limites et s’était arrêté à temps. Aujourd’hui, il n’avait aucune envie de reproduire le même comportement, au contraire, il avait pris assez d’assurance depuis qu’il était ici. Il savait, que, en cas de besoin, il pourrait compter sur la présence d’Anthony Wyatt par exemple, et ce dernier avait encore plus de contacts influents que lui. Or, elle, qui avait elle amené dans ses valises ? Les chiens qu’elle avait déjà avant ? Mais encore… Pourtant elle ne se laisse pas démonter, et répond avec l’audace qui la caractérise. Oui, il les a lu les journaux, et il s’en ai même réjouit à distance, parce que cela était la preuve que la chance pouvait tourner pour tout le monde. Par contre, elle lui apprends qu’elle est là pour affaires. Il n’est pas particulièrement surpris, il sait d’ou elle vient, qu’elles sont ses origines et les études qu’elle a fait, c’est même la raison pour laquelle il l’avait approchée la toute première fois. Cela n’est pas pour le rassurer bien au contraire, parce qu’il a enfin la confirmation à ces interrogations : cette installation en ville n’est pas que provisoire et a vocation à durer. Eden n’était pas le genre à lâcher la prise lorsqu’elle détenait un gros poisson, il le savait plus que n’importe qui d’autre, et il se trouvait être la plus belle proie qu’elle n’ai flairé. Il se demandait bien quand elle arrêterait ce petit jeu personnel et quand est-ce qu’il pourrait enfin être en partenariat avec elle plutôt qu’en compétition. « Ah oui, les affaires, bien sûr… » dit-il avec lenteur, juste une pointe d’ironie en plus. « Et bien nous sommes deux… Ce que tu vois là, ce bar-spectacle, c’est un peu comme une entreprise aussi. Tu devrais me féliciter d’avoir su me consacrer à mon avenir professionnel plutôt que personnel, tout comme tu l’a fait n’est-ce pas ? Les femmes, ça ne m’intéresse plus, mes projets maintenant, c’est ce qu’il y a ici ». Ce n’est pas entièrement vrai bien sûr, il avait toujours réussi à concilier les deux depuis l’ouverture du Seal the Deal.

Elle n’a personne dans sa vie, c’est sur, vu qu’elle est comme lui. Pas de famille, pas d’enfant, pas d’âme soeur. Juste le travail. La différence entre eux était que maintenant il avait des connaissances ici, et même plus, des amis. « C’est pas trop triste de savoir que son adversaire a réussi ? » demande t-il en tirant une soucoupe d’olives de sous le comptoir qu’il pose entre eux deux « Tu m’a peut être fait mal une fois mais tu n’as toujours pas gagné, pourquoi tu n’a pas encore joué toutes tes cartes, tu as peur ? ». Il a retrouvé son aplomb naturel. Il n’hésite pas à provoquer, de toute façon cela ne pouvait pas être pire. Au fond de lui, la créature gonfle, déploie ses ailes, sort les griffes et montre les dents : le démon du jeu va le pousser encore plus loin. Pourtant… et pourtant, Eden l’attire toujours autant, comme un aimant. Un aimant à double force, qui repousse et qui ramène tout en même temps. Il tape de la main sur le comptoir, et change petit à petit de visage. Il a toujours le sourire narquois, mais son regard est flamboyant. « Profite donc, c’est ma tournée ce soir ! Tu vois comme je suis généreux ? » dit-il en brandissant un nouveau verre qu’il vient d’attraper. Il a eu tort de rabrouer sèchement la serveuse qui a nettoyé les restes de verre, il va se rattraper à partir de maintenant pour montrer qu’ici, il était aimé, et encore mieux, respecté.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Mer 12 Sep 2018 - 23:30


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Il fallait avouer que Seth était un être surprenant. La dernière fois que j'avais croisé sa route, il était anéanti, il venait soit disant de perdre « l'amour de sa vie ». Laissez-moi rire, Seth amoureux... Pour moi qui le connaissais depuis maintenant plusieurs années c'était impossible de m'imaginer ça, d'y croire même. Seth et moi étions semblables, les deux mêmes, la copie conforme de l'autre. Je n'étais tombée amoureuse qu'une seule et unique fois dans ma vie et ça il n'y a bien que moi qui le savait ainsi que mes parents, je vous l'accorde, mais c'est tout. Cela ne se saurait jamais. Je comptais bien emmener ce secret avec moi au fin fond de ma tombe quand j'irais en enfer. Car, croyante ou non, il était certain que je serais banni du paradis et que j'irais directement en enfer sans passer par la case départ. Bien que je sois en quelque sorte venue chercher ça dans cette ville.  La case départ, le nouveau départ, la remise à zéro. Personne ou peu de gens me connaissaient ici. C'était l'occasion rêvée pour faire peau neuve. Mais voilà, j'étais de nouveau tombée sur Seth. Ce soir, c'est sûr que j'avais fait exprès de venir me confronter à lui, pour voir s'il avait toujours la même répartie, le même désir de jouer tout comme moi. En revanche, le fait en venir m'exporter au Canada n'était pas du tout intentionnel. Avant ça, je ne savais pas le moins du monde que mon ancien adversaire y serait aussi. Et si j'avais su, je ne sais même pas si j'aurais fais exprès de venir. La dernière fois que Seth et moi étions entrés en guerre, nous avions une vingtaine d'années. Qu'on le croit où non nous avions mûrit, grandit. Est-ce que ce petit jeu mesquin allait autant nous amuser qu'avant ? Pour le moment, je dois dire que oui, ça m'amusait.

Dans ce moment de « retrouvailles » avec Seth, c'est comme si je faisais un retour en arrière de dix ans. Rien n'avait changé, mes piques et mes mesquineries sortaient de ma bouche tout aussi naturellement qu'avant et il répondait avec un aplomb tout aussi similaire. Quand Seth m'avait demandé ce que je faisais ici et avait insisté en disant que je n'avais pas répondu à sa question. J'avais trouvé juste de lui répondre que je venais tout simplement boire un verre et je lui avais aussi à mon tour posé une question en demandant si j'en avais le droit. À ce moment-là, j'avais également remarqué que Seth serait petit à petit les poings et se fermait du visage, sûrement pour grincer des dents devant mon affront. C'est vrai, je dois l'avouer, je cherchais un peu la petite bête. Mais c'était et ça avait toujours été comme ça entre nous. « Bien évidemment que tu as le droit, mais j'ai également le droit de forcer à partir quiconque ne me plait pas ici » m'avait-il alors rétorqué encore un peu plus énervé qu'avant en affichant un sourire crispé et un regard noir. Si la loi lui autorisait, je crois bien qu'il m'aurait déjà abattu sur place. Encore une fois, ça ne me fit pas peur, plutôt sourire pour là je ne sais combientième fois. Je haussais alors un sourcils suite à cette violente phrase menaçante qu'il venait de me lancer. Dans sa bouche c'était une sorte de « Game On », « que la partie commence », le genre « tu viens me chercher, je vais te trouver ». Finalement, je lui avouais que j'étais au Canada pour mes affaires. Le travail, quoi d'autre ? « Ah oui, les affaires bien sûr... » finit-il par confirmer de sa voix devenue maintenant plus lente et moins agressive et un léger ton d'humour. « Et bien nous sommes deux… Ce que tu vois là, ce bar-spectacle, c'est un peu comme une entreprise aussi. Tu devrais me féliciter d'avoir su me consacrer à mon avenir professionnel plutôt que personnel, tout comme tu l'as fait n'est-ce pas ? Les femmes, ça ne m'intéresse plus, mes projets maintenant, c'est ce qu'il y a ici ». Suite à cette phrase balancée par la suite, je manquais de m'étouffer en buvant une énième goutte de mon verre maintenant bientôt vide. Seth ? Chef d'entreprise ?! Laisser moi rire. Que je doive le féliciter de s'être consacré au travail plutôt qu'aux femmes ? Non mais pour qui il me prenait ? Un lapin de trois semaines ? Je n'étais pas dupe. Certes, depuis dix années il y avait eu un certain changement. Quand je l'avais quitté il était prof, aujourd'hui, je le retrouvais barman. Il avait plutôt régressé niveau travail, par évoluer. Les femmes ne l'intéressaient plus ? Impossible ! Je ne pouvais pas y croire. Et sinon, que c'était-il passé ? Seth avait-il évolué ? N'était-il plus un gamin ?  

Je continuais de l'écouter avec attention. J'étais curieuse de voir ce qu'il allait bien pouvoir me sortir à présent. « C'est pas trop triste de savoir que son adversaire a réussi ? »  poursuivit-il. Mon sourire s'élargit alors. Il sorti une coupelle d'olives et la posa entre nous deux. Entrant à mon tour dans son jeu, tout comme il venait de le faire, je fis une sorte de petite moue avec mon visage en ajoutant de manière anéantis  « Si, je suis même jalouse tiens ! » lui lançais-je avec une ironie sarcastique à mon tour. Je me mis à applaudir « Bravo Seth, je suis fière de toi. C'est un véritable empire que tu as là. » lui balançais-je en pleine figure pour me moquer complètement de lui.  Je fronçais alors le front de nouveau. À force, j'allais finir par en avoir des rides. « Qui a dit que tu étais mon adversaire ? » lui demandais-je aussi crédule que je pouvais le paraître. « Tu m'as peut-être fait mal une fois, mais tu n'as toujours pas gagné, pourquoi tu n'as pas encore joué toutes tes cartes, tu as peur ? »  Intéressant, Seth admettait que je l'avais battu une fois. C'était bien une première. Qu'il reconnaisse comme ça, à voix haute que je lui avais fait mal. D'ailleurs ce terme me semblait légèrement exagéré. Que cherchait-il ? M'énerver ? Me déstabiliser ? Croyez-le ou non ça commençait peut-être à fonctionner. Le fait qu'il ose dire que je lui avais fait mal. Comment pouvait-il après ce que lui m'avait fait en premier ? C'est lui qui avait commencé après tout. S'il n'avait pas commencé à jouer avec moi comme il l'avait fait quand j'avais dix-huits ans, nous n'en serions peut-être pas là aujourd'hui. « Et toi tu ne m'as pas fait mal à ton avis ? Toutes mes cartes ? Seth, tu es très loin d'imaginer tout ce que j'ai envie de te faire. mon ton commençait à changer, c'était à cause de ses « souvenirs du passé ». Il avait tiré le bon arc, il avait tapé dans le mile. Il tenait là peut-être de quoi me déstabiliser. Tout partait de là, c'était le coeur du problème et il l'avait peut-être oublié, mais il était clair que moi non et c'est sûrement pour ça que je m'étais engagée dans cette vendetta. Il m'avait fait mal, oui. Très mal !

Il fallait que je me calme, que je ne me laisse pas déstabiliser à ce point. Il tape alors la main sur le comptoir et comme si le diable s'empare petit à petit de lui, il ajoute « Profite donc, c'est ma tournée ce soir ! Tu vois comme je suis généreux ? »  mon sourcils se arqua de nouveau tout seul. Nos deux verres maintenant terminés, il en prit deux autres et nous servirent de nouveau. Il tendit alors son verre vers le mien en guise de santé. Je l'imitais alors dans son geste et bu de nouveau une gorgée. Les rôles changeaient, je n'étais pas du tout fan de ça. Je suis de nature compétitrice, gagnante, perdre je n'aime pas ça. Ce n'est pas pour rien que je suis une femme d'affaire, une cheffe d'entreprise, une PDG. Je suis un loup, une hyène. « Très bien, alors j'en profite.» lui confirmais-je alors en finissant ce nouveau verre assez rapidement, pas tout à fait cul sec, mais presque.  «Merci Seth, c'est trop généreux.» répétais-je. Il m'avait énervée.  Le pire dans tout ça c'est qu'avec son sourire narquois là qu'il avait sur son visage, je me rendais compte que je le trouvais toujours aussi séduisant. La moue réapparue sur mon visage. Ce qu'il pouvait m'agacer. Il était là, devant moi, tout fier. La tendance était en train de s'inverser. Je n'aimais pas ça du tout. Cependant, il fallait que je fasse attention. Toutes les menaces qu'il avait proférées à mon égard pouvaient être justes. « Laisse-moi juste douter. Toi, Seth Hemingway, tu ne peux pas arrêter les femmes. » lui annonçais-je avec certitude. Dix ans étaient passés, mais un changement comme ça c'était impossible. De plus, il était devenu barman, c'était bien le métier parfait et rêver pour un chasseur comme Seth.  « Tu as le métier parfait pour séduire et rentrer avec une demoiselle différente chaque nuit. ». Il ne pouvait pas me contredire là-dessus et il ne me convaincrait certainement pas du contraire. C'est comme si on me disait que ce soir, s'arrêterait notre petit jeu de chat et de souri. Ou encore du même goût que si un jour je mettais ma rancœur et ma vengeance de côté pour lui pardonner et passer à autre chose. Allons, soyons raisonnables et sincère. Tout ça n'arrivera jamais.  
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Jeu 13 Sep 2018 - 22:32



Hello, it’s me
Ft. Eden
 Il avait caché des secrets toute sa vie, et il avait su mentir pour les protéger. Par exemple, il avait caché qu’il était tombé amoureux à tout le monde, et pourtant cela avait été vrai ; il avait tu à ses connaissances de Vancouver qu’un jour une femme avait décrété qu’elle aurait sa peau coûte que coûte, et qu’elle serait prête à le poursuivre par vengeance. En vrai, il n’avait jamais aimé parler de son passé avec quiconque, et même Tony, qui était un de ses plus proches amis, ne savait pas tout. Bien entendu, il aurait pu raconter n’importe quoi, s’inventer une vie, des exploits, des réussites, mais là, au jour d’aujourd’hui, il était content de ne pas l’avoir fait ? Pourquoi ? Parce qu’Eden aurait eu la possibilité de tout détruire comme un château de cartes. Là, il resterait plus qu’a démentir toutes les versions qu’elle donnerait de sa vie. Il était prêt à trouver tout un tas d’excuses pour justifier sa venue ici, mais aussi à porter de fausses accusations contre elle. Il pourrait dire que c’était une fille qu’il avait éconduit alors qu’elle était tombée raide amoureuse de lui et qui du coup le poursuivait histoire d’être sur de ne l’avoir que pour elle, même si cela tenait à raconter des bobards à ses conquêtes ; qu’elle était juste folle à lier et qu’elle s’était prise de passion pour lui… A la place et pour l’instant, il se contentait de la rembarrer, parce qu’il n’avait pas encore repris pleinement contenance : énerver les gens, il savait faire s’il voulait, et c’était souvent plus facile que ce que l’on pensait. Mais avec elle, c’était plus dur, parce qu’elle croyait à tout ce qu’elle disait, et parce qu’elle avait cette extrême arrogance qui la poussait à croire qu’elle avait raison pour tout. S’il la menace de la forcer à partir, c’est pour lui laisser une chance de s’en aller dignement. Mais elle ne veut pas, et elle lui parle de ses affaires, ce à quoi il est obligé de rétorquer que lui aussi, des affaires, il en a.

Jalouse, elle ? Elle se moque ouvertement de ce qu’il dit, ça l’agace Seth, mais il sait contrôler ses expressions. Bien sur que non elle ne peut pas être jalouse, même lui il sait que leurs deux affaires n’ont strictement rien à voir, et ça, il ne peut pas la contredire : elle était, et serait toujours plus riche que lui. Mais l’argent ne faisait pas le bonheur à ce qu’on disait. « Et je suis quoi alors, si je ne suis pas ton adversaire ? » demande t-il, soudain très intéressé par la réponse qu’elle va formuler, trépignant de savoir ce qu’il était dans le coeur de la jeune femme. A défaut d’être son adversaire, ou même son amant comme il l’avait été bien longtemps dans le passé, il ne voyait pas de grandes possibilités. Soudain, la demoiselle s’agite, elle aussi commence à être de plus en plus menaçante, mais surtout, elle lui dit quelque chose qui l’interpelle.

Il hausse un sourcil, assez étonné. En effet, il n’avait jamais envisagé qu’il ai pu lui faire mal. Au contraire même, il était persuadé de lui avoir fait un bien fou en la séduisant, et en la laissant toucher son corps alors qu’ils avaient fait l’amour dans son lit. D’accord, il n’avait fait ça que par cupidité, mais il l’avait fait, alors qu’a l’époque, il éprouvait une sourde colère contre la plupart des femmes. Et puis, ils avaient apprécié cela tous les deux non ? Alors non, il ne voyait pas comment il avait pu la blesser plus qu’elle ne l’avait blessé lui et son ego de mâle dominant. Il n’avait que vingt ans à l’époque, et il avait tout le pouvoir, tant de monde à ses pieds, destiné peut être à une grande carrière dans la médecine ou dans le sport ; et ça, c’était elle qui lui avait fait abandonner. Elle n’aurait pas pu imaginer l’effet dévastateur que cela avait eu sur lui : il avait dû déménager, avait passé un simple examen pour pouvoir devenir enseignant, et surtout, il avait dû recommencer sa vie, c’est à dire reprendre tout depuis le début : lier des amitiés, séduire de nouvelles femmes, connaitre les mauvaises passes et cohabiter avec le frère de son père dans un petit appartement ou il était quasiment impossible de ramener des conquêtes puisqu’il dormait dans le canapé. En effet, il avait su se remettre d’aplomb et se reconstruire, mais il avait perdu tant d’années ! C’était la peur qui l’avait poussé à partir, mais cette peur, s’il l’avait ressenti une fraction de seconde en revoyant son visage angélique et diabolique à la fois, penché par dessus le comptoir, avait laissé place à une froide détermination : celle qu’il avait parfaitement sa place ici. Elle ne croyait pas qu’il avait changé ? Tant pis, il ne voulait plus vivre pour elle. Il s’était assez enfui par le passé, mais tout cela était fini à présent. Au contraire même, s’il avait un seul désir maintenant, c’était de terminer cette comédie en gagnant la partie.

Mais comment gagner ? Trois choix s’offraient à lui puisqu’il avait définitivement rayé la fuite de la liste des possibilités : d’une part, le combat à la loyale, celui qui voulait qu’ils échangent coup pour coup, l’un après l’autre ; d’autre part, la lutte au corps à corps, soit le choix ou il mettait toutes ses chances de son coté en avertissant ses connaissances, comme s’il se préparait à vaincre à la guerre ; enfin, troisième choix, par la ruse. Il avait toujours été le parfait Serpentard : ambitieux, déterminé, agile et perfide, et le sens de la persuasion, de l’esquive, tout cela il connaissait. S’il excluait pouvoir lui prononcer de faux mots doux dans les prochaines semaines, mais il trouverait bien une autre façon de procéder. Et, à bien y réfléchir, une quatrième solution pouvait s’envisager : le combat à mort. Seth était persuadé que, s’il demandait un conseil à Tony sur comment se procurer telle ou telle arme, ou s’il connaissait une personne plus à même d’accomplir cette tâche à sa place, il aurait les infos voulues en temps donné. Quant à savoir s’il pouvait réellement tuer, lui même ne savait pas réellement. C’était une chose d’arracher les ailes aux mouches, une autre d’éliminer un autre être humain, qui plus est une femme. S’il avait réellement le choix…


En tout cas, il sent la tigresse qui se réveille en elle. Ca y est, il a réussi à la titiller, preuve qu’il peut la faire sortir de ses gonds s’il le veut, elle n’était pas si insensible que ça la petite Eden Pastrow. Il n’imaginait peut être pas tout ce qu’elle pouvait faire, tous les pouvoirs qu’elle avait dans ses douces mains dans une ville ou elle n’était qu’une étrangère, mais il ne doutait pas que cela pouvait être terrible. Bah, il l’avait déjà subi ses foudres dans le passé, alors, qu’est-ce que ça changeait maintenant ? Pourquoi était-elle tellement si sûre d’elle même ? « Très bien, j’attend de voir. Tu sais bien que je ne resterai pas sans rien faire, pas cette fois-ci en tout cas ». Tout cela avait assez duré. La suprématie Eden avait assez duré, il était temps de la faire descendre de son piédestal, même si cela allait s’avérer assez compliqué. Pour l’instant, il ne cesse de tâter le terrain, fait un premier pas en lui proposant de nouveaux verres, une tournée rien que pour elle. Ca, il ne l’a jamais proposé à aucun client. Elle pouvait croire à une tentative de rapprochement, peu importe, mais c’était l’idée. Un verre entre deux ennemis avant de se lancer à corps perdu dans la bataille. La brune n’avait pas tardé à accepter, mais ses paroles sonnaient comme fausses. Elle attendait simplement l’heure.

Oh, il avait bien vu comment elle le regardait. Elle avait contemplé son dos lorsqu’il le lui tournait en préparant le cocktail qui s’était répandu par terre, mais ses yeux avaient trainé ailleurs sur son corps, comme ses yeux à lui s ‘étaient égarés un instant sur sa poitrine, à demi cachée par la robe qu’elle portait. Elle avait tout à fait raison, il restait encore un séducteur, il avait cela dans le sang, et elle était bien placée pour le savoir. Il n’avait pas tout à fait arrêté avec les femmes, et s’il avait ralenti le rythme, c’était principalement à cause du boulot qu’il exerçait, qui lui prenait beaucoup de temps. Et puis, quel mal y’avait-il a courir après différentes filles ? Il ne voulait et ne pouvait se poser avec aucune d’elle, aucune de lui correspondait et ne lui faisait sentir les sensations qu’il voulait ressentir et qu’il avait commencé à entrapercevoir avec Lily à l’époque. Avec Eden par contre, il y avait de l’électricité dans l’air, c’était très excitant et très dangereux aussi. Ils se ressemblaient trop pour pouvoir s’entendre. « Qui a dit que j’ai arrêté les femmes ? J’ai peut être rencontré La femme, celle qui m’a fait oublier toutes les autres. Tu ne semble pas comprendre que nous ne nous sommes pas vus depuis cinq ans, tu penses vraiment tout connaitre de moi comme ça ? Tu n’a jamais essayé de me connaitre… » dit-il en plissant les yeux. Avec cette très habile tentative de renverser la situation, il espère la faire hésiter encore plus. « Je n’ai pas fait ce métier parce que ça me rendait plus sexy à leurs yeux. C’est un avantage, certes, et j’ai peut être profité de cette situation à de nombreuses reprises, mais depuis que je suis ici il y a des choses qui ont changé. Et puis, tu ne peux pas faire la guerre à tous les séducteurs qui existent. » Oh, ce n’était pas les séducteurs qui l’intéressaient, mais lui en particulier. Il avait apparement été le seul à l’avoir blessée comme elle disait. « Quand je vois quelque chose qui est beau par contre, je ne m’empêche pas de le dire. Si cela attire les femmes, est-ce ma faute ? ». Il esquisse un mouvement des épaules, puis, alors que son visage se fend à nouveau d’un sourire, il se penche à sa rencontre, comme elle est penchée vers lui. « Je sais bien que tu n’es pas dupe, et tu fais bien, ça se trouve, je ne pense la moitié de ce que je viens de dire » chuchote t-il comme un secret, une confidence. Très content de lui, il se redresse, fait signe à un collègue pour qu’il s’occupe des nouveaux clients qui viennent d’arriver. Que va t-elle penser de cette dernière révélation ? Que ne pensait t-il pas dans ce qu’il avait dit ? Mystère. Si elle pensait le connaitre, elle le devinerait d’elle même.  
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Sam 15 Sep 2018 - 10:46


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Une vingtaine d'années étaient passées depuis que ce très cher Seth avait croisé mon chemin dans ce fameux hôtel à Broome. J'avais dix-huit ans. Lui dix-neuf à tout casser. Nous étions jeunes. Mes attentes n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. Seth c'était attaqué à moi et je ne m'étais pas laissé faire. Il avait cru pouvoir me mettre dans son lit et me laisser tomber comme une vieille chaussette trouée juste après. Mon nom de famille et tous l'argent qui allait avec ce nom l'avaient attiré. À l'époque, il s'était lancé un défi. Défis qu'il n'avait pas réussi. Et par la suite, sûrement pour la première fois de sa vie, je l'avais battu à son propre jeu. J'avais réussi à faire de sa vie un enfer. Je l'avais privé de toute occasion. Surtout en ce qui concerne le travail. Le travail pour toute personne normalement constitué c'est la base d'une vie. Sans travail on ne fait rien. On ne peut pas gagner d'argent, on ne peut pas subvenir à ses besoins ou aux besoins de son mari ou sa femme. A l'époque, j'aurais presque failli tomber amoureuse de ce goujat. Heureusement, ce n'était pas arrivé. C'était un avantage. Imaginez une seconde si j'en étais tombé amoureuse. Ça aurait sûrement fait comme avec mon tout premier petit ami. Cela aurait très certainement fini en désastre. Je pense que je ne suis pas faite pour l'amour. J'ai choisi très tôt ma carrière plutôt que toutes ses choses qui ramènent aux sentiments . Seth en bon séducteur qu'il était, m'aurait sûrement trompé si quelque chose de sérieux c'était passé entre nous. J'aurais eu le coeur brisé. Son action passée m'avait fait du mal, mais c'était un minima comparé à ce qu'il aurait bien pu faire. J'avais eu raison de vouloir lui pourrir la vie. En plus, j'avais réussi. J'avais même excellé en la matière ! J'avais quand même réussi à le faire quitter sa ville natale, à le priver de toute opportunité concernant un travail décent digne de ce nom. Il était grillé complet et à terre quand il était parti de Broome. J'avais réussi.  

Le jour où j'étais arrivée à Vancouver, ce jour où j'étais allée prendre un café et où j'avais ouvert ce journal. Quand j'étais tombée sur cette tête connue. Tout était remonté à la surface. La souffrance que j'avais pu endurer durant toutes ses années. Seth Hemingway était peut- être sorti de ma tête pendant sept ans que je ne l'avais pas vu. Et là, d'un coup il était réapparu. C'est comme si le destin s'acharnait sur moi. À croire que quoi que je fasse, où que j'aille, Hemingway serait toujours au travers de mon chemin. Comme si c'était inévitable. Alors, ce soir, j'avais décidé de prendre le taureau par les cornes et de me rendre dans ce fameux bar où il était censé travailler. J'avais eu de la chance ou peut être de la malchance, car en effet, ce soir il travaillait bien. Nos retrouvailles n'avaient pas été bien différentes de ce que j'avais pu imaginer. D'abord, la peur, la boule au ventre qui s'étaient emparées de moi, ensuite l'adrénaline, l'amusement, l'envie de mettre encore Seth plus bas que terre. Quand le jeune homme c'était désintégré littéralement sur place en me voyant, j'avais éprouvé une certaine satisfaction, un certain plaisir à le voir être effrayé de me voir, comme un fantôme qui venait de nouveau pour le hanter. Très vite Seth avait repris du poil de la bête et à présent, il était en train de consacrer une partie de sa soirée pour se battre contre moi. Quand il m'avait demandé si ce n'était pas trop dur de voir que son adversaire avait réussis, je lui avais simplement demandé qui avait dit qu'il était mon adversaire. Il avait alors demandé qu'est ce qu'il était s'il n'était pas mon adversaire. C'est vrai ça, qu'était-il ? Que représentait-il pour moi au jour d'aujourd'hui ? Et même avant. Pourquoi je m'acharnais sur lui. Vingt ans qu'il m'avait séduis et tenté de briser mon coeur, sept ans que nous ne nous étions pas recroisé et voilà que ce soir j'étais là pour continuer ma vendetta. À quoi bon ?! Aujourd'hui il ne représentait rien. J'avais grandi, mûri, je n'avais pas que ça à faire que de passer mon temps à vouloir détester Seth Hemingway. Peut-être que j'aspirais à plus aujourd'hui. Alors, quand il m'avait posé cette question, j'avais tout bonnement et simplement répondu « Tu es certainement la personne que j'ai adoré détester le plus dans ma vie. ». Cela ne faisait certainement pas de lui mon adversaire. Dans cette guerre qui nous unissait, j'étais celle qui lançait les flèches et qui tentait de l'atteindre. Ce n'était pas un combat loyale. Seth ne passait pas son temps à vouloir me détester. C'était moi qui me vouais corps et âme pour lui gâcher la vie. Je lui avais alors annoncé qu'il devrait plutôt se méfier et qu'il était loin d'imaginer tout ce que j'étais encore capable de lui faire. Il avait alors répondu que cette fois-ci il ne se laisserait sûrement pas faire. Attention Eden, il fallait être prudente. Je pouvais tout à fait réveiller la tempête Seth et m'en attirer les foudres. J'imprimais cette phrase dans mon cerveau afin de m'en souvenir et de rester prudente.

Peut-être ne s'attendait-il pas à tout ça. Peut-être que j'avais changé aussi sans le vouloir. D'ordinaire, j'aurais tout fait pour le faire virer de ce bar. Ce soir, j'avais juste fait la cliente chiante qui le titille. Je n'avais rien sur lui aujourd'hui. Pas une seule connaissance pour le détruire, comme par exemple une femme alliée à qui il aurait pu faire du mal. Quand je lui avais fait remarquer qu'il m'avait fait du mal quand j'étais mineure, Seth avait arqué un sourcil comme pour faire l'étonné. Ce n'était peut être pas de la comédie. À l'époque c'était un gamin qui ne cherchait qu'à avoir des centaines, voir des milliers de conquêtes. Plus il couchait avec des femmes différentes, plus il était heureux et satisfait. Ce n'était qu'un homme après tout, c'est dans la nature humaine. Moi aussi j'aimais coucher avec des hommes. D'ailleurs, Seth était l'un d'eux et ce qui est étrange c'est que nous n'avions jamais recouché ensemble depuis Broome. Enfin, pas si étonnant que ça étant donné la relation que nous avons eue par la suite. Cependant, quelque chose persistait entre Seth et moi. Quelque chose d'électrique. J'en avais bien conscience, à chaque fois que je croisais sa route, je ne pouvais pas m'empêcher de regarder son corps qui ressortait légèrement sous ses t-shirt un peu trop moulants. Je ne me défaisais pas non plus de ce regard charmeur et de ce sourire ravageur. Soyons honnêtes, Seth était tout autant attiré par moi que je l'étais par lui depuis toujours. Sa façon de me regarder en disait long.

J'avais renchéri sur le fait que je ne le croyais pas quand il me disait qu'il avait changé, qu'il n'était plus obsédé par les femmes, qu'il avait trouvé le parfait boulot dans ce bar pour draguer et partir avec une fille différente chaque soir. A ce moment-là, Seth commença à entrer dans une sorte de monologue pour se justifier. Il me prit de nouveau à parti en me demandant qui avait dit qu'il arrêtait les femmes. Étonnée, je le laissais s'expliquer. Il commençait à stresser, ça se sentait, car cinq secondes avant il me disait que les femmes ne l'intéressaient plus. Je l'observais alors avec la plus grande attention possible afin de notre ses faits et gestes au millimètre prêt. Il ajouta que je ne semblais pas comprendre, que nous ne nous étions pas vu depuis dix ans et il répéta qu'il avait changé. Il ajouta que je pensais tout connaître de lui et il continua en disant quelque chose qui m'interpella. Que je n'avais jamais essayé de le connaître. Mais pour qui il essayait de se faire passer ?! Je le connaissais mieux que personne. Très vite je compris qu'il avait décidé d'essayer de m'embrouiller l'esprit avec son ramassis de bêtises. Il plissa les yeux et continua son récit tel un acteur hollywoodien. Il continua à se justifier sur le fait qu'aujourd'hui il était barman et que ce n'était pas pour les filles. Il avoua tout de même que ça l'avait un peu aidé, mais il poursuivit en me certifiant qu'il avait changé et qu'aujourd'hui il avait de nouvelles aspirations. Puis il ajouta que je ne pouvais pas faire la guerre à tous les séducteurs. Il savait très bien que je ne la faisait qu'à lui. Il continua à se justifier en disant que lorsqu'il voyait quelque chose de beau, il le disait. Je n'en revenais pas de ce jeu qu'il était en train de faire. Décidément, Seth Hemingway m'impressionnerait toujours. Il osa même se faire passer pour la victime. Soit disant ce n'était pas sa faute si les femmes étaient attirées par lui quand il leur sortait toutes ses balivernes. Puis en esquissant un mouvement d'épaule, il s'était un peu plus penché vers moi. Machinalement j'avais fait de même, devinant qu'il comptait me dire quelque chose de plus « secret » que personne autour de nous ne devait entendre.

Nous y voilà ! Seth ajouta à mon oreille qu'il savait que je n'étais pas dupe et que je faisais bien car si ça se trouve il ne pensait pas la moitié des choses qu'il me disait. Voilà ! Je retrouvais bien mon ennemi juré ç cet instant précis. La guerre était déclarée et le jeu lancé. Ça me plaisais. Il fit un signe à l'une des serveuses en lui disant de s'occuper des autres clients. Ça y est, j'avais réussi à faire revenir la bête. Ce soir, il allait se consacrer entièrement à moi. Un sourire ne pu s'empêcher d'apparaître sur mon visage. Mes mains posées sur le bar, je les soulevais une fois et me redressait après qu'il ait fini son petit discours. Je le regardais alors un instant silencieuse. « C'est toi qui a dis juste avant que les femmes ne t'intéressaient plus. » répondais-je en haussant un sourcil. Je pris une olive dans le bol qu'il venait de sortir et je la mis dans ma bouche. Ensuite, tout en regardant Seth, je la croquais fermement en continuant de réfléchir. « Très bien Seth, tu me dis que tu as changé. D'accord. Alors, prouve le !»Tout en imitant son geste juste avant, je tapais de mains ferme sur la table. « Tu veux que j'apprênne à te connaître. » lui demandais-je en haussant de nouveau les sourcils. « Dix ans ont passés, sept plus exactement. Allons-y, arrêtons de nous battre et apprenons à nous connaître. Laisse-moi voir qui tu es, même si j'en ai déjà une grande idée. ». Après tout, pourquoi pas. J'étais curieuse de voir comment il allait s'en sortir à présent. Évidemment que je ne le croyais pas, mais, peut-être qu'en étant plus proche de lui, de ce côté-là, plus tard je pourrais mieux l'abattre et j'aurais peut-être une bonne fois pour toute la vengeance que je rêve depuis toujours. « Je nous mets aux défis. Marché conclu ? On essaye de faire la paix ? » Je lui tendis alors ma main afin qu'il la sert et accepte le pari. Je n'étais pas sûr du tout de pouvoir réussir à le supporter et jouer la comédie longtemps, mais j'étais prête à le faire.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Never Forget
is shaking thou. ▬ But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born.


En présence réduite jusqu'au 8 décembre environ Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Dim 16 Sep 2018 - 1:23



Hello, it’s me
Ft. Eden
Si les choses avaient été différentes, si cette histoire s’était terminée aussitôt qu’elle avait commencé il y a quinze ans, ils ne se seraient jamais retrouvés ici, dans ce bar qui lui prenait la moitié de son temps à échanger coups de griffes et coups de bec pour savoir qui avait le dessus sur l’autre. Après tout, elle aurait pu accepter qu’il ai joué avec elle, elle aurait pu se morfondre pendant quarante-huit heures, une semaine, un mois puis reprendre du poil de la bête en se forgeant une carapace, et rien ne se serait passé, mais non. Plus qu’il ne l’avait blessée elle, il avait blessé son orgueil, et elle lui avait fait payer cher. Le moins que l’on puisse dire, c’était que cette femme avait la rancune tenace, et Seth ne savait pas à quel prix elle pouvait s’arrêter. Elle voulait sa perte, elle l’avait eue dans le passé, mais maintenant ? Si elle voulait lui faire passer l’envie des femmes, elle allait devoir se montrer plus que menaçante envers lui, et employer tous les moyens qu’elle avait en sa disposition, parce qu’il n’était pas près de lâcher ça pour elle, même si cela signifiait vivre dans la peur qu’elle ne donne des fâcheuses informations sur lui, bien qu’il ai tous les moyens de la contredire. De même, si elle voulait le trainer plus bas que terre, il n’était pas sûr qu’elle puisse y arriver : même au sol, il trouverait quelqu’un pour l’aider à se relever s’il ne le faisait pas tout seul. Et puis même, il pourrait toujours repartir, très loin, changer une nouvelle fois de pays, même de continent, redevenir l’homme qu’il était avant, ailleurs. Si elle trouvait le moyen de le retrouver encore par la suite, là, il pourrait bien se dire qu’il préférait mourrir plutôt que de vivre encore une fois ce qu’il s’apprêtait à revivre. En attendant, ce n’était nullement le cas, d’autant qu’ils pouvaient se battre à armes égales.

Seth venait de lui demander ce qu’il était pour elle. Il restait encore intimement persuadé qu’il était son adversaire, c’était le mot qui lui paraissait le plus approprié, quoi qu’il eusse pu également utiliser celui de proie, de cible, de l’homme a abattre. Il voulait qu’elle mette un mot sur leur relation, sur le lien si étroit qui les unissait depuis tant d’années. Elle lui répondit alors qu’il était la personne qu’elle avait préféré détester dans sa vie. Cette utilisation du mot « était » le laissa un peu décontenancé, parce que cela supposait que ce n’était plus vraiment le cas à présent. Pour autant, c’était vrai qu’elle l’avait détesté. Elle l’avait détesté non seulement parce qu’il était ce qu’il était, à savoir un homme perfide qui lui avait pris sa virginité avant de tenter de s’enfuir avec son argent et un peu de sa notoriété, mais aussi parce qu’il était lui, Seth Hemingway, charmant étudiant blond au visage angélique, et parce qu’elle l’avait tout aussi assurément trouvé attirant, sans quoi elle ne se serait jamais laissée aller avec lui. C’était cela qui avait du lui faire le plus mal. Etre trahie par un jeune homme qui aurait pu représenter tellement de choses pour elle. Seth était désolé qu’ils en soient arrivés là, mais seulement parce que cela le mettait dans la position inconfortable de la personne à abattre, parce que sinon il ne s’en voulait pas du tout. De toute façon c’était bien trop tard pour ça : même s’il s’excusait aujourd’hui en lui demandant pardon à genoux -ce qu’il ne ferait ô grand dieu jamais pour la seule bonne raison qu’il ne s’abaisserait pas à lui donner raison de cette façon là- elle avait trop pris gout au jeu, non ? En réalité, s’il lui avait sorti qu’elle ne le connaissait pas, il savait très bien au fond de lui-même que la réciproque était vraie, lui non plus ne l’avait jamais connue vraiment, la preuve. Il avait deviné comment elle pouvait réagir depuis le temps, mais ce n’était que des suppositions, parce que cette femme pouvait encore et toujours l’étonner. « Tu es sure que tu n’aurais pas préféré l’inverse ? Que je sois la personne que tu aurais détesté adorer ? Cela nous aurait évité tellement d’ennuis… Enfin, cela m’en aurait attiré moins à moi en tout cas, mais toi, tu aurais été moins obsédée par le fait qu’il faille que tu me détrônes de mon piédestal, et tu aurais vécu autrement… Tu n’en a pas marre de me faire la guerre ? » dit-il en prenant un ton faussement désolé. Parce que finalement il n’était pas le seul à plaindre dans cette histoire : elle aussi en avait fait une montagne, un désir qui avait obsédé sa vie jusqu’au jour d’aujourd’hui. Triste vie qu’elle devait mener, puisque seul le travail semblait la rendre véritablement heureuse.

Il peut lui raconter n’importe quoi, que les femmes ne l’attiraient plus autant qu’avant, qu’il était innocent si celles-ci le trouvaient attirant à leurs yeux, elle ne le croit pas. C’est juste une façade qu’il veut se donner, parce que les cartes ont été posées depuis longtemps : elle est persuadée qu’il est le méchant, et qu’il restera toujours l’homme qu’elle a connu pendant toutes ces années. Pourtant, elle avait assisté au spectacle durant lequel il avait tourné autour d’une seule et unique jeune femme que oui, il avait aimé à sa façon, mais, lorsqu’il l’avait vue à l’hôpital il avait compris que cela n’était pas une preuve pour elle. Peut être aurait-elle voulu être cette fille. Etre la seule à ses yeux, celle à qui il aurait pu dire des mots doux qu’il aurait pensé vraiment, celle avec qui il serait resté plus d’une nuit sans partir à l’aube. Ce devait être ça : elle avait été purement et simplement jalouse. Peut être cela avait-il renforcé sa rancune envers lui de voir qu’il l’avait définitivement oubliée, qu’il ne l’avait jamais aimée. Elle l’avait su dès qu’il avait tenté de la quitter, mais à ce moment là, aux urgences, elle n’avait pu qu’en être persuadée. Maintenant, c’était bien trop tard encore. Cela faisait plusieurs années, et avec tout ce qu’elle lui avait vivre, Seth était convaincu que leur relation ne pourrait jamais s’améliorer. C’était bien dommage, parce qu’elle avait tout pour lui plaire.

Eden lui rappelle que c’est lui qui avait dit que les femmes ne l’intéressaient plus, ce qui était parfaitement vrai. Il pousse un soupir lorsqu’elle lui remémore ses paroles. D’accord, c’est vrai, c’était un terme un peu fort, il avait seulement voulu dire par là que ce n’était plus sa priorité, mais elle tourne cela à son propre avantage. Toutefois, il sent que la conversation prend une autre tournure à partir ce moment là. Alors qu’elle attrape une olive dans le bol prévu à cet effet, Seth appréhende ce qui va se passer, mais c’est tout autre chose qui se passe. Elle voulait qu’il lui prouve qu’il avait changé. Il hoche la tête doucement, de bas en haut, pensivement. Cela n’allait pas être si difficile, il avait un certain nombre d’exemples en tête : d’abord, et bien évidemment, il pouvait évoquer le propriétaire du Seal the Deal, devenu ami. A lui, il avait prouvé qu’il savait gérer un commerce, qu’il était honnête, et qu’il pouvait compter sur lui en toutes occasion. D’accord, il ne pouvait pas faire jurer Tony sans mentir qu’il n’était pas un homme à femmes, mais c’était déjà un bon commencement. Deuxièmement, il y avait Valentina. Elle, c’était une fille, qui plus est, jeune et vulnérable parce qu’elle n’était pas native d’ici. Cette dernière pourrait invoquer tous les efforts qu’il avait fait pour elle : étant donné son âge, il l’avait toujours considérée comme une petite chose à protéger, et elle était même devenue une sorte de fille, comme sa seule famille dans le coin. D’accord, il avait été beaucoup sur elle, à la harceler à propos de son ex petit-copain, mais ce n’était que parce qu’il avait peur pour elle, qu’elle ne soit déçue par la vie. Enfin, entre autres, il pouvait compter sur d’autres personnes dans sa vie, pour qui il avait fait quelque chose de bien : Alek Berstein, qu’il avait emmené aux urgences après l’avoir sorti d’une bagarre, Lauren, qui aurait la même vision de lui que Tony, à savoir un gars travailleur qui ne ménageait pas son temps, ou même Nessa, sa demi-soeur, qu’il pouvait bien convaincre qu’il n’avait hérité des gênes de la séduction que parce qu'il était le fils de son père. Voila tout ce qu’il pouvait sortir comme preuve à Eden. Par contre, si elle ne se satisfait pas avec ça, alors là il déclarerait forfait : pour faire plus il était impuissant. Il s’apprêtait à lui révéler le fond de sa pensée mais elle fut plus rapide que lui.

Arrêter de se battre ? Faire la paix ? Ses mots sonnaient aussi faux dans la bouche d’Eden que le fait de ne plus aimer les filles dans la sienne. C’était tout simplement impossible, et d’ailleurs, il n’y croyait absolument pas. Elle tenait trop à sa petite vindicte personnelle pour pouvoir penser à la paix. Il comprit tout de suite que c’était une ruse, qu’elle voulait l’attirer dans son piège : ainsi, une fois qu’il ne serait plus méfiant, tout comme une araignée tissant sa toile, elle viendrait le picorer bout à bout pour qu’il n’en reste plus rien. Il frissonna à cette vision. Pour autant… Si c’était ce qu’elle voulait… Il sourit intérieurement : d’accord, très bien, la paix, si tu veux croire que j’accepte de faire la paix avec toi tu te mets le doigt dans l’oeil ma petite, je ne suis pas aussi con que ça, mais si tu y tiens… Seth fit mine de réfléchir, se grattant la barbe, comme s’il prenait la chose très au sérieux. « Tu veux que je te le prouve ? Pas de soucis, je te le prouverais, et tu seras bien obligée de me croire. En échange, je veux que toi tu me prouves que tu veux vraiment faire la paix avec moi, et que tu me jure que tu me laisseras tranquille quand tu auras la preuve qu’il te faudra. Sinon il n’y aura pas de marché, et ce sera comme dit le dicton « en amour comme à la guerre tous les coups sont permis ». Mais ça n’arrivera pas n’est-ce pas ?  ». Il lève sa propre main qu’il tend vers elle, ignorant parfaitement la sienne. A part cela, il reste d’une neutralité implacable. Le dernier pari qu’il avait fait, c’était celui avec Tony quand à l’avenir de leur relation autour du futur Seal the Deal. Ce pari là il l’avait tenu sans problème, bien que les enjeux eussent été terriblement différents. Là, c’était comme s’il jouait sa propre vie. C’était un pacte avec le diable qu'il s’apprêtait à faire, et l’idée ne l’effrayait pas. Il espérait simplement qu’elle soit aussi honnête et de bonne foi que lui. « Qu’est-ce que tu ne me ferais pas faire, Eden Pastrow » dit-il avec un sourire résigné. A son tour, il s’empare d’une olive et la mâche longuement. « Je te sers quoi pour fêter ça ? » propose t-il généreusement une nouvelle fois, prêt à sabrer une bouteille de champagne si tel était son désir.

Cette fille est bien plus surprenante qu’il n’y paraissait finalement. Pas étonnant qu’elle ai réussi à le faire fuir la première fois : elle avait une imagination débordante, digne des pires tortionnaires de l’époque médiévale, et elle savait qui plus est comment parvenir à ses fins. Et puis, en toute objectivité, c’était une femme très belle, malgré la rancune qui noircissait ses traits. Si tout simplement elle avait pu s’intéresser à quelqu’un d’autre à l’époque… Puis soudain, une idée fulgurante s’imposa dans son cerveau. Cette parfaite machination que l’on appelle « le détournement d’attention » pourrait bien le sauver des ténébreuses machinations de la jeune femme. S’il devait être proche de son ennemi, alors il était prêt à dresser les armes avec elle contre quelqu’un d’autre, quelqu'un de plus antipathique que lui. Encore fallait-il trouver qui pourrait jouer ce rôle là. Il lui proposerait ce stratagème plus tard. « Et bien alors, puisqu’il faut que l’on apprenne à se connaitre, que c’est-il passé ces cinq dernières années pour toi ? J’ai beau avoir lu les journaux, ils ne sont pas très objectifs, et puis, ils ne parlaient que de l’entreprise, et pas de sa directrice » demanda t-il afin de briser la glace, première tentative de rapprochement depuis longtemps. Il avait bien conscience que cette conversation sonnait creux, mais c’était le seul moyen de connaitre sa mentalité du moment, du moins jusqu’a ce qu’il ai le temps de lui prouver quoi que ce soit.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Dim 16 Sep 2018 - 18:52


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Faire semblant c'était très certainement ma marque de fabrique. C'est comme ça que mes parents m'avaient conçue. Dans le mensonge, la tromperie, la ruse. C'est aussi comme ça qu'ils m'avaient élevé. L'amour, le fait de se soutenir, de s'entraider, très peu pour eux, pour nous, pour moi. Ça avait toujours été chacun pour soi chez les Pastrow. Dès mon plus jeune âge je me suis retrouvée livrée à moi-même et j'ai subi les mesquineries de ma très chère mère. Comme on dit, on reproduit souvent les mêmes erreurs et les chiens ne font pas des chiens. On m'a appris très jeune à ravaler mes sentiments et mes émotions. C'est comme ça que je suis devenue un tyran. Il n'empêche que chaque personne à des faiblesses. La mienne c'est visiblement les relations avec les autres personnes. Si je rencontre quelqu'un et que je raconte mon histoire, ma vendetta envers Seth, ma soif de vengeance. N'importe quelle personne me dira que je suis tombée amoureuse de Seth il y a quelques années de ça. Et que depuis, je ne cherche qu'à me venger, car il m'a fait beaucoup de mal et que je n'ai pas supporté. Que je n'ai par exemple pas su comment faire autrement que de me venger pour noyer ma peine. À tout ce ramassis de bêtises, je réponds simplement que non, je ne suis pas amoureuse de Seth Hemingway. J'ai été folle amoureuse d'un garçon une seule et unique fois dans ma vie et je ne le serais jamais plus. Alors, cette histoire avec ou contre Seth c'est quoi ? C'est simplement que j'en ai eu assez de voir comment les hommes peuvent se comporter avec les femmes. Je suis une féministe. Ce n'est pas normal que les garçons couchent avec des filles et les jettent comme de vieilles choses ou tout simplement tentent de les escroquer, car ce sont des enfants riches. Je suis contre tous ces hommes qui se croient tout permis. Malheureusement pour Seth, le jour où il a décidé de rouler la jeune Pastrow dans la farine, il est très mal tombé. Il le fallait bien non ? Que quelqu'un arrête un sale gamin comme ça qui ne se préoccupait de rien à part se taper toutes les filles de la ville. Qui ne se demandait pas si ça allait blesser cette fille qui se retrouverait seule dans son lit au petit matin après avoir passé sûrement l'une de ces plus belles nuits. À croire tout ce que cet homme avait pu lui dire et lui promettre simplement pour se la faire. Jamais je ne regretterais d'avoir pu aider certaines de ces femmes à ne pas se faire avoir comme moi.

Un homme reste un homme. Et quand Seth me dit qu'il a changé j'aimerais le croire, mais je dois avouer que j'ai énormément de mal. Je ne suis pas une femme qui fait confiance très facilement. Qui plus est si j'ai eu de mauvaises expériences passées avec cette personne qui dit avoir changé. Quand je dis à Seth qu'il était sûrement la personne que j'avais le plus aimé détester il me retourna à nouveau une question en me demandant si j'étais sûr que ce ne soit pas le contraire. Qu'il soit par exemple la personne que j'aurais détesté adorer. Que ça lui aurait sûrement valu moins d'ennuis, que ça aurait été plus simple pour chacun de nous. Que j'aurais peut-être été moins obsédée par le fait de le détrônner de son piédestal, que j'aurais vécu autrement. Quand il me demanda ça, je le regardais attentivement en pensant très profondément à ce qu'il venait de dire. Il avait très certainement raison sur toute la ligne. Et si par malheur nous nous étions aimé au lieu de nous détester que ce serait-il passé ? Mais comment imaginer pouvoir l'aimer un jour ? Les verbes aimer, adorer étaient bien trop puissants pour moi. Ça rentrait dans le domaine de l'impossible. Une chose que j'étais tout bonnement incapable de faire. La seule personne que j'avais aimé dans ma vie c'était mon père. Même, mon propre moi je ne savais même pas si je l'aimais.J'avais une confiance en moi, mais est-ce que je m'aimais réellement ? Est-ce que j'étais fière de ma vie ? De mon parcoure ? Sûrement que non... Seth termina sa longue tirade enchanteresse en me demandant si je n'en avais pas marre de lui faire la guerre. Je restais là, assise devant lui à réfléchir et penser très profondément à tout ça. Au fond peut-être pour la première fois de ma vie j'étais d'accord avec Seth Hemingway ? Mais à quoi bon vivre et penser aux choses du passé ? Elles étaient à présent faites et on ne pouvait pas retourner en arrière. On pouvait simplement avancer et peut-être, je dis bien peut-être et j'insiste là-dessus, fonctionner autrement.

Pour la première fois de ma vie, j'étais sur le point d'admettre qu'il avait raison. Que j'étais d'accord avec lui. Que nous étions sur la même longueur d'onde. « Pour être honnête, je n'en sais rien. Et, on ne peut pas savoir, alors arrêtons de parler du passé. ». Je pense que ce sujet-là, on en avait fait le tour. Il était temps de passer à autre chose. Du moins, il fallait qu'il le croit. Peut-être qu'une sorte de « fausse trêve » avec Seth serait plus positive que d'arriver dans une ville où je ne connais personne et de lui faire directement la guerre. Il semblait apprécié ici, peut-être que lorsqu'il disait qu'il avait changé c'était vrai. C'est juste, quand je suis entrée dans le bar, il n'était pas en train de draguer une quelconque demoiselle, il faisait simplement son boulot. Si ça se trouve, ici il n'y avait pas de femme qui haïssaient Seth Hemingway. Les mecs qui voulaient le frapper, car il avait couché avec leurs petites amies étaient sans doute inexistants ici ,car il n'avait tout simplement plus cette salle manie que de se fourrer n'importe où n'importe quand. Justement, il avait peut-être des alliés, des amis même. Je devais rester prudente. Qui dit qu'il n'y en avait pas de planqué dans cette salle même qui observaient au loin ? Seth était tout aussi tordu que moi. Il fallait faire très attention.

J'avais décidé de lui laisser tout de même le bénéfice du doute, car je me souvenais qu'à Little Rock il avait eu certes plusieurs conquêtes, mais aussi un coup de coeur. Même s'il ne l'avait jamais avoué à personne. Il avait beau dire que nous ne nous connaissions pas, je connaissais Seth Oliver Hemingway par coeur. Comme si je l'avais faite moi-même. Quand je lui avais fait remarquer que c'est lui qui avait dit que les femmes ne l'interressaient plus, il avait alors lâché un soupire. Encore une fois, là, j'avais la preuve que Seth pouvait mentir comme il respirait. Après ça, je lui avais tout de même demandé de me prouver qu'il avait réellement changé. Il avait hoché la tête en m'écoutant parler attentivement. J'avais terminé en lui demandant s'il était prêt à faire la paix et je lui avais tendu la main afin qu'il me la sert si jamais il acceptait mon deal.  Il s'était alors gratté la barbe. Il semblait réfléchir et je comprenais son geste. Si c'est lui qui m'avait proposé cela, j'aurais très certainement refusé. C'était bizarre, étrange, je l'accorde et je suis complètement d'accord. Après quelque instant le verdict tombait. Seth répéta ma phrase en question, comme une sorte d'affirmation. Du genre, tu veux que je te le prouve ? Pas de problème ! Il me confirma qu'il avait bien l'intention de le faire. Il ajouta que je serais obligée de le croire à cet instant-là. Je continuais de le regarder et l'écouter attentivement. C'est alors qu'il tenta d'imposer aussi ses conditions. Il acceptait, mais me demandait de faire de même. De lui montrer que je voulais véritablement faire la paix avec lui. Il demanda aussi que je lui jure que je le laisserais tranquille quand j'aurais la preuve qu'il me faut. Et que, sinon il n'y aurait pas de marché et que ce serait comme on dit « en amour comme à la guerre, tous les coups sont permis ». Je haussais alors un sourcil. Je savais que Seth n'accepterais ma proposition que sous certaines conditions. Je déglutis la salive qui se trouvait au fond de ma gorge, je fronçais légèrement le front. Puis, avec un soupire je saisis soudainement la main qu'il me tendait, à l'inverse de lui juste avant. Je la serrait fermement, puis fit lever nos deux mains en contact l'un et l'autre pour lui accorder le pari. « Ça n'arrivera pas. Je te promets que je te laisserais tranquille si tu me prouves que tu as changé. » Je levais alors mon autre main à plat comme font les hommes d'honneurs quand ils prêtent serment. « C'est un accord que nous avons là Seth Emingway. » Seth ajouta une petite phrase qui détendit quelque peu encore un peu plus l'atmosphère. Il me fit remarquer que je lui faisais toujours faire des trucs assez dingues. C'était vrai. Je lui lâchais alors la main.

J'avais toujours été une femme loyale et d'honneur. Une promesse était une promesse. En lui demandant cela, j'avais dans l'idée de pouvoir tâter un peu plus le terrain pour pouvoir frapper comme il faut quand il le faudra. Mais, après mûre réflexion, pourquoi ne pas essayer réellement ? Au final, qu'avions-nous à perdre ? J'avais déjà fait les frais de perdre mon père, l'amour de ma vie, mon entreprise. Qu'est-ce que j'avais à perdre ?! En fait j'avais tout à gagner. Peut-être enfin trouver la paix et la tranquillité. Me guérir de toutes ses blessures et ses souffrances passées. J'avais grandi, mûri, je n'étais plus une enfant, ni même une jeune adulte. J'étais une femme à part entière. Spontanément et sans que je ne m'y attende, la phrase que Seth venait de prononcer me fit sourire. Je me surpris même à rire. Il riait lui aussi en s'emparant d'une olive à son tour. C'est étrange comme les choses allaient si naturellement ce soir. Il me demanda ensuite ce qu'il me servait pour « fêter » ça. Je hochais alors la tête avec mon sourire. « Que dirais-tu d'ouvrir une bouteille de champagne pour marquer le coup ? » avant qu'il ne s'exécute à aller chercher ce que je venais de lui commander. « A une condition, que tu m'accompagnes pour la vider » dis-je en relevant le doigt comme pour émettre ma condition à mon tour. Seth n'avait certainement pas le droit de boire au travail. Si c'était le cas, je tenais à boire cette bouteille avec lui. Comme une sorte de contrat entre lui et moi. « Et si tu n'as pas le droit, je t'attendrais pour la boire et je ne prendrais qu'une simple coupe. ». J'attendais patiemment de savoir ce que le jeune serveur allait me répondre. Cette proposition me fit sourire de l'intérieur, car elle me rappela un ancien épisode avec Seth. Le jour où nous nous étions découvert à Little Rock, dans ce café, qu'il m'avait suivi jusqu'à chez moi et avait sorti la bouteille de champagne qui se trouvait dans mon frigo.

Ça y est, la nouvelle partie était lancée. C'est comme si ces petits jeux entre Seth et moi étaient tout ce qui définissait notre relation. Comme si nous avions besoin de ça, comme l'essence pour une voiture ou l'oxygène pour les hommes. Soudain, le barman me demanda ce qu'il s'était passé ces cinq dernières années pour moi. Il fit remarquer qu'il avait vu certaines choses dans les journaux, mais que les journalistes n'étaient pas très objectifs. De plus que tout ça ne parlait que de l'entreprise et non pas de moi. Encore une fois, il n'avait pas tort. Les médias, les magasines poeple, la télé et tout ce genre de choses ne racontait que des potins sur moi. Et dieu sait, qu'ils en avaient balancé. Je haussais alors les épaules en terminant le verre de martini qui était posé devant moi. « C'est vrai que si tu écoutes tous ces paparazzis, je me suis déjà mariée trois fois, j'ai eu quinzes enfants et trente-septs chats » lui fis-je remarquer avec humour. Prenant une nouvelle olive dans la bouche, une fois cette dernière avalée j'ajoutais. « Qu'est-ce que tu veux savoir Seth ? Je passe mon temps à travailler. J'ai créer ma nouvelle entreprise et c'est pour ça que je suis ici. Rien de bien palpitant.» lui avouais-je finalement. S'il voulait utiliser ce genre d'informations pour pouvoir avoir un moyen de me battre par la suite, il allait être déçu.Il n'y avait pas grand chose à savoir. Je renaissais petit à petit de mes cendres. « Et toi Seth ? Qu'à-tu à me dire ? Ce que tu me disais tout à l'heure c'est vrai ? Tu as de nouveau quelqu'un dans ta vie ? » Après tout, allons-y, pourquoi pas parler de nous ? C'est vrai que par le passé, nous ne nous étions jamais réellement parler comme ça. Tout devenais tellement bizarre. C'est comme si une relation positive était possible entre Seth et moi. Personne ne pouvait croire ça et je crois bien que nous étions bien les premiers à ne pas le croire.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Never Forget
is shaking thou. ▬ But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born.


En présence réduite jusqu'au 8 décembre environ Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Dim 16 Sep 2018 - 20:10



Hello, it’s me
Ft. Eden
Le sujet aimer/détester est assez vite balayé d’un revers de main de la jeune femme, et Seth se sent satisfait de la réponse, ou plutôt de la non réponse qu’elle a délivré à sa question. si elle étudiait ainsi ses interrogations, c’était bien pour une raison qu’il lui paraissait évidente : qu’elle ne voulait pas avouer la vérité. Il était sûr, même persuadé, qu’il lui plaisait encore, ou même qu’il n’avait jamais cessé de lui plaire. Même son coté bad boy l’attirait, de toute façon, il n’aurait jamais vu une Eden Pastrow sortir avec un petit agneau, un mec galant et serviable qui aurait dit oui à tous ses ordres. Les mauvais garçons attiraient les mauvaises filles, cela allait de soi, et tous deux ne faisaient pas exception. D’ailleurs, Seth ne se privait pas de la contempler encore maintenant. Des mains bien faites, impeccablement vernies, une poitrine alléchante, des cheveux brillants encadrant un minois qui aurait pu être joli s’il n’avait pas été aussi sévère, des yeux de biche qui le regardaient parfois d’un air moqueur, parfois d’un air satisfait, une bouche qu’en temps normal il aurait rêvé d’embrasser, et un assortiment de bijoux qui accentuaient fortement le coté « gosse de riche » qui lui avait tant plu auparavant. S’il ne voit pas le reste de son corps, caché par le haut comptoir, il ne peut que le deviner, l’associant d’ailleurs aux derniers souvenirs qu’il avait d’elle : petit, plutôt mince, de belles jambes, et assurément des pieds fardés de chaussures de créateur. S’il pouvait juste se déplacer un peu, quitter le bar pour la rejoindre du coté salle… Bah, il aurait bien le temps pour cela.

En attendant, toujours la main tendue jusqu’a ce qu’elle la serre en acceptant les conditions qu’il lui avait soumises, il se rend compte que, finalement, il avait regretté de ne pas l’avoir vue pendant de si longues années. Le jeu auquel ils avaient joué tous les deux, mélange de séduction et de haine dissimulée, lui avait fortement manqué. Passé les premiers instants de peur, il se réjouissait de la voir ainsi dans son champ de vision. C’était peut être une réflexion masochiste, mais elle avait donné à ses journées ce soupçon d’aventure qui lui avait fait défaut si longtemps, ce sentiment -bien différent de l’appréhension d’être découvert chaque jour par le mari de la femme avec qui il avait couché, ou de la peur de faire un faux-pas qui aurait révélé son vrai visage au reste du monde- proche de l’adrénaline qui avait fait battre son coeur plus fort. C’était bien plus intéressant que d’éprouver de l’amour ! Plus fort, plus vivant, plus intense. Oh oui, il avait vécu de terribles moments avec cette petite brune, et maintenant, elle était revenue, et lui, qui savait qu’il avait véritablement changé, il se sentait petit à petit rebasculer du coté obscur de la force. Devant elle, il s’efforcerait de ne jamais rencontrer le regard d’une autre fille, de ne pas draguer, de ne pas attraper la taille, le coup, la bouche d’une soupirante, mais elle ne pourrait pas l’empêcher de continuer son petit jeu avec ces dames. Dorénavant, c’était comme si Eden endossait le rôle du mari : il faudrait à tout prix qu’il lui cache ce qu’il faisait vraiment. Elle ne pouvait pas avoir l’oeil partout non ? Mais comme ça, c’était particulièrement excitant. Il se sentait revivre.

Finalement, la poignée de main est échangée. La demoiselle accepte les conditions, et elle jure de le laisser tranquille, soulignant que c’est bien un accord qu’ils viennent de conclure. Cela lui donne maintenant le sentiment d’être un partenaire en affaires, comme s’ils avaient conclu un contrat pour une somme de plusieurs milliers de dollars. « Marché conclu alors » se contente t-il de constater alors qu’il sent la douceur de ses doigts contre les siens. Il n’a pas envie de retirer sa main, pourtant c’est finalement ce qu’il se passe. « Je suis un homme de parole, et je sais que toi aussi » ajoute t-il pour montrer toute la confiance qu’il éprouve pour cet accord oral échangé au dessus d’un bol d’olives vertes à moitié vide. D’ailleurs, songeant à ces dernières, il observe la jeune femme qui vient de finir son Martini. Il remplace instantanément son verre contre une des flutes à champagne qui ne servent qu’en de rares occasions, ici au Seal the Deal, puisque c’est ce qu’elle demande. Il ne peut que reconnaitre que c’était une femme de goût. « Je fais ce que je veux ici, c’est bien l’avantage d’être patron non ? » répond t-il avec un clin d’oeil lorsqu’elle suggère qu’il doit l’accompagner. Elle doit connaitre ça, elle, en temps que directrice d'entreprise. Premier indice discret pour lui faire remarquer les premiers changements qui avaient eu lieu dans sa vie. A vrai dire, il n’a théoriquement pas le droit de le faire, mais Eden n’était pas une cliente comme les autres, elle était maintenant une associée. Au pire, il pourrait bien accuser un autre des barmen à sa place. C’était peut être cruel, mais c’était ainsi.


Il s’absente un instant afin d’aller récupérer une bouteille dans les grands réfrigérateurs de la remise, mais il revient rapidement, afin de la lâcher des yeux le moins possible, car elle serait bien capable d’interroger furtivement le reste du personnel sur son comportement lorsqu’il avait le dos tourné. « C’est très rare que l’on nous commande du champagne, mais aujourd’hui est un grand jour puisqu’il signe la fin de notre guerre, alors je ne vais pas me priver pour en boire, mais surtout, je vais savourer cette coupe ! » l’informe t-il alors qu’il remplit deux flutes de liquide après avoir ouvert la bouteille dans un grand ‘’plop’’ assourdissant. Des collègues avaient tourné leur regard, intrigués, mais il ne leur avait prêté aucune attention. « A notre nouvelle relation, santé » dit-il en faisant entrer en contact les deux verres. Il boit une gorgée lentement, appréciant les saveurs de la boisson pétillante mais exquise. Une fois désaltéré, il peut enfin écouter le récit d’Eden quant aux cinq années qu’ils ont passé séparés. Celle-ci se fait assez discrète sur sa vie, évoquant les journaux qui lui attribuent milles et un atours, se contentant de lâcher un petit rire de mépris sur les journalistes, mais ne semble pas déterminée à en dire plus. Au contraire, elle lui demande même ce qu’il veut savoir. « Et donc non, pas de mari, d’enfant ou de chat ? » demande t-il d’un ton innocent, bien qu’il sache pertinemment qu’il mettait les deux pieds dans le plat. Il espérait vraiment qu’elle n’ai personne, il en aurait été sinon fortement déçu. Apparement, tout ce qui comptait dans la vie de son adversaire, c’était le travail. Ca, il l’avait déjà remarqué, c’était déjà l’excuse qu’elle lui avait sorti lorsqu’ils s’étaient retrouvés dans l’Arkansas. Comme quoi, tout n’avait pas changé. « Non allons, je n’ai pas envie de croire que tu ne fais que travailler ! C’est déprimant… Je veux dire, j’adore bosser ici, tu vois, mais je suis bien content d’avoir le dimanche de libre, ou même les après-midi… ». Il n’ajoute pas pour quoi faire. S’il lui disait qu’il profitait de son temps libre pour aller voir des filles il se faisait cramer direct, par contre, s’il lui avouait qu’il passait parfois quelques heures à la bibliothèque, parfois pour y aider Valentina, elle ne l’aurait tout simplement pas cru.

C’est à son tour maintenant de répondre aux questions. Il constate que celles-ci sont assez orientées. Pour autant qu’il sache, sa vie à lui ne courrait pas dans les journaux, sauf quelques rares articles édifiant le bar-spectacle, et peut être quelques accroches sur le blog de Missy, si bien qu’il aurait pu répondre n’importe quoi s’il le voulait. « Et bien moi, comme tu le vois, je suis devenu barman. J’ai sillonné longtemps les Etats-Unis avant d’être approché par le futur patron d’ici, je lui ai apporté mon aide et lui m’a embauché. Sinon… ». Deuxième petit indice lâché dans le flot de la conversation afin qu'elle le voie d'un nouvel oeil. Il réfléchit un instant à comment formuler une bonne réponse à son interrogation concernant une quelconque personne partageant sa vie. « Non, il n’y a personne » dit-il simplement avec un haussement d’épaules parce qu’il n’a pas trop envie de s’appesantir sur le sujet. « Enfin, si, il y a bien quelqu’un, mais rien de concret encore… » En réalité, il n’a absolument personne, quoique beaucoup de filles auraient pu correspondre à cette description, mais il tient à tester son éventuelle jalousie. Il n’avait pas le temps de toute façon de vivre pleinement une relation. Cependant, l’idée de pouvoir solliciter une de ses conquêtes pour jouer ce rôle afin de persuader Eden était particulièrement tentante. Oh oui, il avait plein d’idées pour duper cette fille, tout comme il l’avait fait autrefois. La question était simplement de savoir, si, à terme, il en aurait toujours envie. L’avenir le leur dirait.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]

Revenir en haut Aller en bas
 

Hello, It's me [Sethen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord est :: Mount Pleasant-