Hello, It's me [Sethen] - Page 2



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Hello, It's me [Sethen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Lun 17 Sep 2018 - 22:21


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Seal the Deal, ce nom correspondait plutôt bien à la situation. C'était comme si tout avait été orchestré. Comme si tout avait été pointilleusement préparé. Le destin avait simplement fait que je me retrouvais ce soir avec Seth à conclure un accord. La traduction de Seal the seal c'est sceller l'affaire, étrange comme coïncidence n'est-ce pas ? Quand Seth avait commencé à jouer sur les mots. À chercher à savoir si j'avais réellement aimé le détester ou plutôt si j'aurais préféré détester l'adorer. Je dois avouer qu'il m'avait déjà un peu perturbée. Que cherchait-il à savoir réellement ? Seth était un homme à femme. Je le savais, je l'avais toujours su et je devais me jurer de ne jamais retomber dans ses filets. Mais, il était beau, il prenait soin de lui, de son image, il l'avait toujours fait. Je n'étais pas insensible à ça. Quand le premier contact de nos mains se fit, une sorte d'énergie électrique c'était emparé de moi. J'avais envie de garder sa main imposante et rassurante dans la mienne. Alors que ce n'était qu'une poignée de main. Soyons honnêtes, Seth n'apprendrais jamais que le fait de juste toucher sa main me fit quelque chose.  Alors, si j'aurais préféré détester l'aimer, ça, il le saurait encore moins. D'ailleurs, cette question restait tout de même légèrement perturbante, car je n'oserais jamais assumer que oui il y aurait peut-être possibilité qu'il puisse encore me plaire. Je l'observais depuis le début de la soirée. Sa carrure, son style vestimentaire, son sourire d'idiot sur le visage, il n'y avait pas grand-chose de déplaisant chez Seth Hemingway. Après tout, nous nous étions appréciés une fois, était-ce possible de ne plus être attiré par une personne qui nous avait attiré auparavant ? Je ne pense pas. Nous étions sûrement dans le même cas. Je devinais bien que je ne sois pas le genre de femme à le rebuter complètement. Enfin, nous n'en étions plus là. Coucher ensemble, nous l'avions déjà fait il y a bien longtemps. Et depuis, lui comme moi avions eu des tas d'autres partenaires. Je lui avais alors simplement répondu que nous ne saurions jamais la vérité à propos de cette question qu'il se posait et que cela appartenait au passé. Seth n'insista pas, il semblait d'accord avec moi.

Ce qui est bien et positif pour moi dans cet accord, c'est que moi, à l'inverse de lui, j'avais le droit de faire ce que je voulais, de fréquenter qui je voulais. Je dois avouer que je suis comme lui, une femme à homme. La faute à qui ? Dans notre contrat il n'était pas stipulé que puisqu'il devait se tenir à carreau et me prouver qu'il avait réellement changé je devrais faire de même. Et heureusement ! J'étais du genre volage, relation d'un soir moi aussi. Pas du tout le genre fleure bleue, qui rêve de son prince charmant et qui l'attend paisiblement. Bien au contraire. À une différence, plutôt que d'être lâche si je voyais qu'un homme commençait à s'intéresser plus intimement à moi je préférais poser carte sur table et lui dire que je ne cherchais que l'histoire d'une nuit. Cet aspect du pacte me convenais plutôt bien. J'avais hâte que Seth fasse un seul faux pas pour lui prouver que j'avais raison une fois de plus et qu'il ne pouvait pas changer comme il le prétendait. Croyez-moi, ce jour arriverait. Une idée me vint soudainement en tête à ce sujet d'ailleurs. Je la gardait pour moi et lui en ferait part peut-être plus tard. Il fallait que je dorme un peu dessus entre guillemets. Seth avait d'abord esquivé la main que je lui avais tendue pour me retendre la sienne. Le combat de coques n'était pas entièrement terminé et il allait être dur d'aller contre nos natures de leader. Néanmoins, j'avais quand même légèrement baissé les armes en lui prenant cette main qu'il m'avait retendue. Il avait alors ajouté qu'il était un homme de parole et qu'il savait que moi aussi. C'était vrai, j'étais une garce manipulatrice mais, quand je promettais quelque chose, je ne transgressais pas les règles. « Tu as raison et je n'aurais pas mieux dit. » lui avais-je simplement confirmé pour lui montrer que moi aussi je comptais remplir ma part du contrat comme nous venions de nous le promettre.

Par la suite, le jeune barman m'avait demandé à présent ce que nous pouvions boire pour fêter tout ça. Je lui avais simplement proposé d'ouvrir une bouteille de champagne en l'honneur de notre réconciliation, à une seule et unique condition qu'il la partage avec moi. Après tout, nous étions ce soir deux vainqueurs. Chacun d'accord au sujet du deal que nous venions de faire. Il n'y avait pas de raison à ce que je sois la seule à avoir le plaisir d'apprécier une bouteille de champagne. Je lui avais aussi fait remarquer que s'il n'avait pas le droit de boire pendant les heures de travail, il n'avait qu'à me le faire remarquer. Dans ce cas je ne prendrais qu'une coupe et j'attendrais de pouvoir entamer une autre bouteille de bulles en sa compagnie.Il s'empressa de me servir une coupe de champagne et ajouta qu'ici il faisait ce qu'il voulait. Que c'était l'avantage d'être patron. Il accompagna son annonce avec un clin d'oeil. Soudainement cette phrase m'interpella. L'expression sur mon visage a dû lui annoncer que je fis une première fois surprise parce qu'il venait de dire. C'était donc vrai ? Seth était patron de ce bar ? Je dois avouer que cette nouvelle m'enchanta quelque peu. Pouvais-je être fière de lui à ce moment-là ? Ce clin d'oeil et ce sourire qu'il avait affiché sur son visage me fit littéralement fondre de l'intérieur, mais aucune expression ne se fit remarquer sur le mien. Avec un sourire à pleines dents et un hochement de tête je lui répondais  « Ah oui patron ? Vraiment ? Impressionnant... » Seth, patron d'un bar. Quelle fille ne tomberait pas à ses genoux ? Voyons, le jeu allait être de plus en plus intéressant. J'allais pouvoir tenter de le piéger en préparant l'une de ses nombreuses donzelles pour le séduire et le faire craquer.

Seth parti soudainement, je devinais qu'il allait nous chercher l'une de ses nombreuses bouteilles qui devaient traîner derrière en réserve. Je restais là assise tranquillement avec mon sourire béat en réfléchissant encore une nouvelle fois à tout ça. J'aurais pu me lever rapidement, aller tenter de questionner tous ces gens qui devaient certainement en savoir un peu plus sur le patron du bar, du moins plus que ce qu'il m'en avait déjà dit. Finalement, il réapparut de nouveau, deux flûtes de champagnes entre ses doigts et la fameuse bouteille dans l'autre main. Il me fit remarquer en revenant que c'était très rare qu'on commande du champagne ici mais qu'aujourd'hui était un grand jour puisqu'il était signe de fin de notre guerre. Il ajouta qu'il ne se priverait pas et qu'il allait savourer cette coupe. J'allais faire de même, pour notre trêve. Il s'exécuta et fit sauter le bouchon de cette bouteille de verre. Un son de bouchon qui s'échappait retentit et le liquide mousseux commença à remonter le long de la bouteille. Seth servit deux coupettes de champagnes sur le bar entre nous en trinquant à notre nouvelle relation. Les deux verres s'entrechoquèrent un peu comme nous deux juste avant quand nos regards s'étaient croisés et que nos mains s'étaient accordées. Je hochais alors de nouveau la tête en relevant aussi mon verre « A notre trêve et qu'elle soit triomphante.» l'accompagnais-je. « Santé.» concluais-je finalement notre deal. Seth bu une gorgée de son verre et au même moment je fis de même. Le liquide alcoolisé se fit une place tout au long de ma gorge. C'était agréable et savoureux. J'en avais bu, mais celle-ci allait très certainement rester très spéciale.

Après ce moment pour trinquer, Seth m'avait demandé ce qu'il s'était passé pour moi durant ces nombreuses années où nous ne nous étions pas vu. Je lui avais simplement répondu que rien de palpitant ne c'était passé pour moi. Que les médias m'avaient inventé tout genre d'histoires toutes plus fausses les unes que les autres. Je lui laissais cependant une petite porte d'entrée en lui demandant ce qu'il voulait savoir exactement. Il rebondit sur la phrase que je venais de prononcer et me demanda si j'avais effectivement un mari, des enfants ou des chats. Je ne pus m'empêcher de rire une nouvelle fois. Reposant mon verre sur le comptoir et jouant avec mes doigts vernis sur la coupe de champagne, regardant rapidement à terre et remontant mes yeux vers son regard  « Pas d'enfants, pas de mari, pas de chats. » Je haussais les épaules et les sourcils  « En revanche, mes chiens sont toujours là. Bon, je te l'accorde, ils ont un peu grandit » je lui lançais là une petite vanne en souvenir de nos rencontres passées. Je levais alors les deux mains comme pour émettre une objection  « Promis, je leurs dirais de ne pas t'attaquer la prochaine fois que tu les croises ». Je rigolais de nouveau. C'est dingue comme c'était fluide et facile de pouvoir rire, plaisanter avec Seth.  Il insista sur le fait qu'il ne pouvait pas me croire quand je lui disais que je ne faisais que travailler. Il avait raison. Le travail avait une énorme place dans ma vie. Cependant, j'avais d'autres occupations. Je soupirais alors finalement me laissant aller à mes révélations. Sans prendre de précautions, après tous les ennuies étaient passées et Seth ne pourrait pas me mettre plus bas que terre en étant au courant de tout ça puisque c'était déjà passé. Je laissais la coupe de champagne devant moi pour croiser mes mains sur le bar  « Tu as raison, il n'y a pas que le travail. Tu veux vraiment savoir ? Alors d'accord, déjà j'ai passé deux ans à me remettre de ma blessure. Ça a pris du temps et ça n'a pas été facile du tout. J'ai été obligée d'engager quelqu'un qui n'a fait que couler Pastrow Corporation. Quand je suis revenue, j'avais presque tout perdu, j'ai réussis à en quelque sorte limiter les dégâts. » Je ne voulais pas rappeler ce mauvais souvenir à Seth. J'aurais pu le faire intentionnellement si je le voulais, j'aurais pu lui faire très mal en lui reparlant de la fusillade, mais ce n'était pas mon but. Il voulait savoir, je lui expliquais alors tout simplement.  « Après toutes ces mésaventures, je suis finalement partie à New York où je suis restée un certain temps, d'ailleurs je pense y retourner un jour. Je suis aussi retournée en Russie pour des affaires familiales et finalement j'ai décidé d'ouvrir une nouvelle entreprise. Et voilà, Pastrowdress est née et je suis au Canada » j'ouvris alors les bras en faisant un petit geste du corps comme quand on fait la révérence après avoir joué une pièce de théâtre.

Je venais tout simplement de lui déballer ma vie en quelques minutes. C'est ce qu'il voulait non ? Je lui avais tout comme lui poser des questions à son sujet. Juste avant il m'avait supposé l'idée qu'il ait trouvé la femme de sa vie. Je lui ai alors demandé si c'était vrai, qu'est ce qu'il en était pour lui. Il m'avait alors à son tour raconté qu'il avait sillonné les États-Unis et qu'il avait été repéré par le patron de ce bar qui l'avait finalement engagé. Je l'écoutais avec attention. Mes yeux brillaient quand je l'écoutais. Il fallait que je me calme, que je fasse tout de même attention. Je le vit finalement penseur. Il semblait réfléchir à ce qu'il allait dire. Il m'avoua enfin que non, il n'y avait personne. Étrangement, il eut comme une sorte de soulagement au fond de ma poitrine. Comme si j'étais satisfaite de savoir que Seth n'avait personne dans sa vie. Il haussa ensuite les épaules et m'annonça finalement que si il y avait bien quelqu'un, mais que ce n'était pas concret.  « Ah.. » un discret soupire spontané sortit étonnement de ma bouche sans que je ne puisse rien contrôler. Je me repris immédiatement en me confondant quelque peu  « Je veux dire... Ah pourquoi pas encore ? » m'exprimais-je un peu plus enjouée.  « Elle ne le sait pas ? Enfin, raconte moi ! Qu'est ce qu'il se passe ? » Il fallait absolument que je fasse passer cette réaction idiote. J'avais été déçue de la nouvelle réponse de Seth et ça c'était impossible. Je bus alors une nouvelle gorgée de champagne, un peu plus grande celle-ci cette fois-ci. J'avalais alors ma salive en regardant Seth.  « Il faut absolument que je rencontre cette fille ! » ajoutais-je de nouveau. C'était vrai, s'il y avait bien une fille, il fallait que je la vois. Que je comprenne, que je sache. Peut-être était-il réellement en-train de changer. Ce qui était sûr c'est que si Seth avait remarqué ma « petite » réaction, il fallait que je la lui fasse sortir de l'esprit immédiatement. Il ne pouvait pas croire que le fait qu'il ai une copine puisse ne serait-ce que me toucher un petit peu. C'était impensable. Je venais de me mettre dans une position légèrement délicate et la tendance pouvait s'inverser. Il fallait que je trouve quelque chose et rapidement. Ça allait devenir urgent.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Never Forget
is shaking thou. ▬ But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born.


En présence réduite jusqu'au 8 décembre environ Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Mer 19 Sep 2018 - 20:57



Hello, it’s me
Ft. Eden
 Derrière, la porte de la remise se fermait et s’ouvrait, le brouhaha ambiant les isolait du monde, indifférent la chose extraordinaire qui s’était pourtant passée devant les yeux de tout un chacun : Eden Pastrow et Seth Hemingway avaient fait la paix. Oh, elle ne serait surement pas éternelle mais c’était déjà un pas énorme pour les deux protagonistes qui avaient échangé en silence une poignée de main en pensant ce que cet accord signifiait. Pour Seth, c’était un peu comme le début d’une nouvelle vie. Il regretterait terriblement l’ancienne, se maudirait assurément pour avoir conclu ce pacte, mais ferait en sorte de se tenir à carreaux le temps qu'il faudrait. Cela ne l'empêcherai pas d'aller voir des femmes parfois, après tout il n'avait pas promis l'abstinence absolue, juste de montrer qu'il avait changé. Il suffisait de faire un petit effort, le temps que les choses se tassent. Maintenant, sa nouvelle proie n'était autre que sa jolie ennemie, et il allait se faire un plaisir de la faire tourner en bourrique jusqu'à ce qu'elle craque. Si un jour elle craquait. Lui aussi pouvait bien essayer de jouer avec son intelligence affutée pour causer quelques petits dégâts. Soupir intérieur : il était un peu trop optimiste, étant donné qu'il y avait 90 % de chance qu'elle contre-attaque, et d'une manière encore plus violente encore. Bref, à bien y réfléchir, il était dans une impasse. Autant il ne doutait pas que cela soit facile de n'être plus lui-même, autant il redoutait que la jeune femme le pousse à bout.

Elle était prête à tout pour gagner, et il devrait ainsi redoubler de vigilance. Il n'avait plus le choix, et il serait temps d'aviser plus tard si jamais les choses en venaient à dégénérer, ce que bien évidemment il n'espérait pas. Quoi qu’il en soit, elle semble même s’adoucir alors qu’ils trinquent tous les deux, avouant même qu’il a raison. C’était bien la première fois qu’il entendait ces mots dans sa bouche, peut être bien qu’elle avait changé elle aussi, et qu’elle était prête à admettre qu’elle pouvait faire des erreurs. Il se garde bien de lui lancer une remarque, et savoure cette petite victoire personnelle en silence, bien que le sourire qui éclaire son visage ne trompe pas. Il le cache en détournant l’attention avec la bouteille qu’il débouche, puis en remplissant les deux coupes posées sur le comptoir. Alors qu’il se rengorge d’être un patron dans l’établissement, il voit dans ses yeux un soupçon d’étonnement, que comme lui elle s’empresse de cacher en ayant l’air de croire que ce ne peut être vrai. Et pourtant… A vrai dire il n’était pas le boss absolu ici, mais il ne mentait quand même pas : il était responsable du bar, il avait été embauché spécialement pour cela, et il tenait à faire honneur à son titre. D’ordinaire, il s’en vantait pour draguer les filles, et là c’était le cas également, il tenait à faire bonne impression, non pas pour finir dans le lit de la brune, mais pour échapper à ses tourments. D’un ton ironique, elle dit que c’est impressionnant, mais elle ne semble pas dupe pour l’instant. Bah, ça comme preuve ce n’était pas un problème, c’était écrit noir sur blanc sur son contrat d’embauche. « Oui, vraiment, ça en bouche un coin hein ? Comment le petit prof de philosophie a t-il pu acquérir tant de prérogatives ? A force de travail mademoiselle ! » plaisante t-il en bombant exagérément le torse comme le gorille voulant impressionner sa femelle.

Ils entrechoquent les deux flutes et Seth apprécie le doux pétillement du liquide dans sa bouche, alors que la demoiselle fait de même. Ils ont trinqué à leur accord, Eden ayant ajouté qu’elle se devrait d’être triomphante. Il escomptait de même, non seulement pour lui prouver qu’il avait effectivement raison, qu’il n’était plus le même, mais également pour enfin prendre une revanche sur ce que la vie lui avait fait endurer à cause d’elle. La peur, la honte, la fuite, le désespoir, la mort, tout cela l’avait poursuivi trop longtemps, il était temps de profiter du reste, et tout cela était en bonne voie. Il ne pouvait qu’en remercier toutes les personnes qui l’avaient entouré, plus ou moins brièvement. La conversation dérive ainsi vers leurs vies présentes, laissant leurs personnages du passé s’éteindre dans un clinquement de verres. Bien entendu, Seth se montre très intéressé par la brune et son histoire. Il se souvenait encore du jour ou il l’avait rejointe dans sa chambre d’hôpital après la fusillade. Il avait prétexté d’être son frère pour pouvoir rentrer dans la pièce, s’était assis à coté d’elle un peu à contre coeur, et elle lui avait montré sa blessure. Il avait détourné les yeux pour ne pas voir, la vue du sang lui faisait et lui avait toujours fait horreur. Elle était un peu shootée aux médocs à ce moment là, normal pour quelqu’un qui se fait tirer une balle en pleine jambe. Lui n’était pas mieux portant mais c’était pour d’autres raisons. Et puis, les minutes s’égrenant, ils s’étaient de nouveau pris le bec et s’étaient quittés en mauvais termes, ce qui n’était pas étonnant. Un tel évènement avait certes changé la mentalité d’esprit de certains de leurs concitoyens, mais il n’avait pas recollé les morceaux entre eux. Ainsi l’avait il laissée avec son trou dans le corps, avait-il pris ses affaires, puis décampé, quittant enfin son Arkansas natal mais qui lui avait causé tellement de soucis.

D’abord, elle évoque son absence de mari, d’enfants, et même de chats. Un bref instant il en est soulagé, ainsi elle n’avait pas refait sa vie, avec personne. Pour le peu qu’il l’avait connue, comme lui, elle n’avait jamais été en couple, mais plutôt libre et indépendante, alors cela ne l’étonnait guère qu’elle habite encore seule. Bon d’accord, effectivement avec deux chiens, et quels chiens ! Des molosses alors qu’elle était si petite et menue. Mais ils obéissaient à ses ordres, comme quoi elle avait une poigne de fer. Elle les avait quand même empêché de lui croquer telle ou telle partie du corps lorsqu’il était venu chez elle après leur première rencontre. « Grandi ? Grandi ? Comment peuvent-ils être plus grands que la dernière fois ! » dit-il avec une mine horrifiée de circonstance. « C’est vrai que l’habit ne fait pas le moine avec toi… » ajoute t-il amèrement en repensant à la première fois ou il l’avait vue et l’effet qu’elle lui avait fait : douce, influençable, en tout cas, pas du tout garce. Il ne veut pas reparler de ça, et il est soulagé quand finalement elle lui dit qu’effectivement il n’y avait pas que le travail dans sa vie. Elle lui apprends que son collaborateur a fait couler son ancienne entreprise, ce à quoi il hoche la tête en souvenir des gros titres des journaux de l’époque. Ainsi, elle avait tout perdu elle aussi, comme lui. Définitivement, il commençait à croire que c’était sa jumelle, parce que des évènements similaires lui étaient arrivés : d’abord la fusillade leur avait enlevé à chacun un peu de soi, puis cette histoire de perte, et enfin, le renouveau, le rebond, elle avait une nouvelle société, lui avec un nouveau travail épanouissant. Elle lui parle en tout cas naturellement, simplement, elle n’a pas peur qu’il se serve de ces nouvelles informations pour les détourner contre elle, un peu comme si effectivement cette trêve avait tracé un trait sur leurs anciennes relations. Alors, ils pouvaient parler comme de bons amis maintenant que tout était accepté ? « C’est fou, ça, tu as été à New-York et tu ne t’es pas implantée là-bas ! J’y ai été également, tout y est grandiose ! Je n’aurais pas aimé y travailler, il y avait trop de monde, trop de concurrence… » explique t-il calmement tout en faisant travailler ses méninges pour se rappeler l’ambiance électrique qui découlait des rues de la grosse pomme. Ils avaient donc un peu voyagé tous les deux également, encore un point de ressemblance…

Il se doutait bien qu’elle allait le questionner à son tour, et il sait bien qu’il doit faire attention à ce qu’il va dévoiler à partir de ce moment là. Enfin, en tout cas c’était ce à quoi il s’attendait, mais en fait, c’est à la seule évocation d’une unique fille que l’intérêt de la demoiselle se réveille. Seth, maitre dans l’art non seulement de maitriser ses émotions mais aussi de distinguer les faiblesses chez les autres remarqua le léger tressaillement de ses épaules alors qu’un « ah » passe la barrière de ses lèvres. Immédiatement, le blond se redresse, une flamme dans les yeux. Alors comme ça, elle voulait savoir s’il avait vraiment quelqu’un, et pourquoi ce n’était pas encore concret à ses yeux ? Il semblait avoir éveillé sa curiosité, même si elle le cachait bien. Pas un mot sur son métier, sur ses déambulations aux Etats-Unis, ni sur son grand patron d’ailleurs. Etait-elle donc une femme jalouse ? Cela, par contre, serait une différence fondamentale entre eux deux. Dans ce cas, elle n’avait peut être été motivée que par cela ? Sur que comme ça, elle avait réussi à lui montrer qu’elle existait. Eden fait sa curieuse, l’interroge plus avant sur cette fameuse fille. Comme il est habitué à raconter des bobards, son imagination tourne à plein régime. « Hum ouais, disons que c’est… compliqué… il y a peut être un autre gars, alors j’attends, j’ai bon espoir, mais tant qu’elle n’a pas fait un choix tu vois… » raconte t-il en baissant la tête, son regard croisant ses pieds. « J’aime pas parler de ça, alors encore moins avec toi ». Bonne excuse pour essayer de ramener la conservation sur de bons rails. Par contre, quand elle s’exclame qu’elle souhaite la rencontrer, il relève la tête brusquement, secoue celle-ci de droite à gauche, tout en faisant non avec son index levé. « Pas question ! Tu ne crois quand même pas que je vais te la présenter pour que tu la fasse fuir ? Tant que je n’ai pas de preuves de ta bonne foi, tu ne sauras rien de plus ». Il se ferme hermétiquement. Pour lui, le sujet est clos. Il doit détourner son attention avant qu’elle n’essaie d’en savoir plus alors qu’il n’y avait rien à savoir. Il lui avait lâché suffisamment d’informations pour titiller son imagination. « Bon, que dis-tu de faire un tour du propriétaire ? » demande t-il en s’avançant pour la première fois sur le coté du comptoir. Ca y est, il peut la voir en entier, alors qu’elle est perchée encore sur son tabouret. Petite robe noire, hauts talons, du Eden tout craché. Lui est habillé simplement également, une tenue de tous les jours, assez confortable pour travailler toute la soirée. Il s’approche d’elle, il pourrait renifler son parfum. Il lui tend une main amicale pour l’aider à descendre, officieusement pour pouvoir la toucher de nouveau. Elle allait pouvoir entrer dans son univers.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Sam 22 Sep 2018 - 13:21


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Les gens peuvent parfois changer. Les expériences et les aléas de la vie font que oui, parfois les gens changent. Même si une étude raconte que le caractère de quelqu'un se forme entre zéro et trois ans et qu'il peut y avoir des évolutions, mais pas de changement, j'étais persuadée à cet instant précis que les gens peuvent changer. Il était évident que Seth avait changé. Du moins, de ce qu'il laissait paraître et de ce qu'il disait. En entrant dans ce bar ce soir, si on m'avait dit que la finalité serait que je me réconcilierais avec Seth et que je conclurais un pacte avec lui, j'aurais sûrement rigolé, explosé de rire même ! Mais, c'était possible. À cet instant précis je me disais que tout était possible si Seth Hemingway pouvait changer. Je le savais déjà, car moi-même j'avais changé. Avant, j'aurais tout fait pour retrouver cet homme et lui gâcher la vie. Aujourd'hui, ce soir, c'était différent. Je ressentais à présent une certaine paix en moi. Comme si en nous promettant de ne plus se faire la guerre, nous avions trouvés la solution à tous nos soucis. Comme si c'était évidemment que Seth et moi pouvions un jour nous entendre. À condition qu'il arrête de faire l'idiot et l'égoïste avec toutes ses femmes. Qu'il cesse de se comporter en sombre crétin. Dans ce cas, tout irait bien.

Ce soir, il était sur la bonne voie. Il ne semblait pas trop se méfier de moi non plus. C'était un bon début. Mais, n'exagérons rien. Après tout, Rome ne s'est pas construite en un jour. Seth et moi n'allions sûrement pas devenir les meilleurs amis du monde. Pas ce soir en tout cas. Ce soir c'était comme si on se découvrait de nouveau. Comme si on se découvrait tout court d'ailleurs. D'aussi loin que je me souvienne, Seth Hemingway et moi n'avions jamais eu de discutions sérieuses auparavant. Les seules choses qu'on s'était échangé c'était des insultes, des injures et des coups bas. Il venait tout juste de m'apprendre qu'il était patron de ce bar. Je le supposais déjà en passant la porte du Seal The Deal, mais là j'en avais la confirmation de sa propre bouche. C'était impressionnant et intriguant à la fois. Je lui fis d'ailleurs remarquer que je trouvais ça très bien. Il m'avait finalement bien confirmé qu'il était patron comme s'il pensait que je doutais de ses dires. C'était légitime, je ne pouvais pas lui en vouloir sur ce coup-là étant donné le passé que nous avions en commun. À toujours se mentir, chercher les faiblesses de l'autre et tenter de l'atteindre toujours et encore un peu plus. La confiance entre le barman et moi n'allait pas parvenir comme ça d'un coup. D'autant plus que j'étais persuadée qu'il continuait tout de même de jouer avec moi. Il pouvait me dire ce qu'il voulait. Tout comme moi. Même si j'avais décidé d'opter pour la carte de la sincérité, je ne pouvais être certaine de rien avec Seth Hemingway. Il m'expliqua que c'était à force de travailler qu'il avait réussi à devenir patron de bar. Je hochais alors encore une fois la tête de bas en haut. Tandis que lui bomba le torse pour se mettre en avant. Je ne pu m'empêcher de rire une nouvelle fois face à son comportement. Comme s'il avait tenté de m'impressionner. Je levais alors mon verre en sa direction « Félicitations Monsieur le travailleur. » lui répondais-je finalement accompagnée d'un léger sourire en plaisantant avec lui.

Après le temps des reconnaissances vient le temps des célébrations. Nous voilà tout deux à trinquer sur notre petite victoire du jour. Après avoir fait sonner nos deux coupes l'une contre l'autre et ayant bu chacun nos gorgées, Seth avait commencé à me poser tout un tas de questions en rapport avec notre thème sur la réconciliation. Il voulait a tout pris en savoir plus sur ce qu'il s'était passé durant ces sept années où nous ne nous étions pas vu. Je lui avais alors simplement répondu que je n'avais ni mari, ni enfant, ni chats mais qu'en revanche j'avais toujours mes deux chiens et qu'ils avaient un peu grandis depuis. C'est vrai que la dernière fois que Seth les avaient vus, ils étaient déjà grands. Mais, ils n'avaient pas atteint leurs tailles adultes. C'est pour ça que je lui avais précisé qu'ils avaient grandi. À cette annonce, Seth avait semblé terrifié. Il m'avait demandé comment c'était possible qu'ils puissent encore être plus grands que la dernière fois. J'avais alors rigolé et ajouté  « La dernière fois ils n'étaient pas adultes Seth, tout simplement » lui expliquais-je finalement comme une mère expliquerait la vie à son enfant. Il ajouta ensuite de façon assez amère que l'habit ne faisait pas le moine avec moi. Je haussais alors les épaules  « Je prends ça pour un compliment ». C'est vrai que je ne payais pas de mine comme ça. Toute petite femme que j'étais. Mais, mes origines et mes expériences de la vie avaient fait de moi une femme forte et indépendante. Et ça, ce serait toujours une grande fierté pour moi. Que Seth l'admette, c'était plutôt plaisant. Encore une fois, je senti que j'étais un poil au-dessus. J'adorais ça. Finalement, Seth insista sur le fait qu'il ne pouvait pas se résigner à croire qu'il n'y avait que le travail dans ma vie. J'avais donc simplement et naturellement répondu en lui faisant le résumé des sept ans passés. Il avait rebondit sur le fait que j'avais été à New York sans m'implanter là-bas. En ajoutant qu'il y avait aussi été mais qu'il ne se voyait pas y travailler, car il y avait trop de concurrence. Étrangement dit et pensé pour un compétiteur comme Seth. Je le regardais intriguée. Encore une fois, peut-être qu'il avait vraiment changé. Peut-être qu'il aspirait à un tout autre style de vie. Je repris cependant mon interlocuteur à propos de ses suppositions en levant mes mains devant moi comme pour l'interrompre.  « Si si, bien sûr que si, je me suis bien implantée à New York. Mais, les affaires tournent très bien aux États-Unis, j'ai des personnes de confiance à la tête de mes entreprises. Je peux donc m'étendre ailleurs en attendant d'y retourner un jour. » contrairement à lui, la concurrence ne me faisait pas peur. C'était plutôt un moteur pour moi, ce qui pouvait me faire avancer et évoluer.

Il était évident qu'après cet interrogatoire de sa part, j'allais faire de même. J'avais tenté d'être brève et concise mais, comme je m'en doutais, Seth ne s'était pas contenté de ce que je lui avais dis et j'avais dû être plus précise. J'avais donc joué le jeu en lui révélant un peu plus de ma vie. Ça ne pouvait fonctionner que si nous faisions des efforts de chaque côté. C'était à mon tour. Il m'avait finalement avoué qu'il avait une fille en vue mais qu'il n'y avait rien de concret, car d'après lui c'était compliqué et qu'il y avait un autre homme, qu'il attendait qu'elle fasse un choix. J'avais lâché un « Ah » à la fois déçue et surprise quand il m'avait dit qu'il y avait quelqu'un. Mais, j'avais immédiatement fait en sorte de faire passer cette réaction afin que Seth ne s'aperçoive pas que j'étais quelque peu déçue de sa réponse. Que j'aurais peut-être préféré le retrouver sans personne en tête le jour de notre paix. Toutefois, je l'écoutais légèrement perplexe après cette annonce. Ça ne ressemblait pas à Seth d'attendre comme ça, de respecter un autre homme. En général, il se moquait du petit ami, de l'ex ou du mari, il fonçait dans le tas. Il baissa finalement la tête et ajouta en se fermant légèrement qu'il n'aimait pas parler de ça et encore moins avec moi.  Je ne peux pas dire que j'espérais le contraire, mais, cette histoire m'intriguait vraiment fortement. C'était ma curiosité mal placée. Je ne me résignais de nouveau pas et lui demandait de me la présenter. Il fit alors un geste brusque et releva la tête en faisant finalement non de la tête et de l'indexe. Il m'avoua qu'il ne voulait pas que je la fasse fuir. Je fronçais alors les sourcils d'un air un peu bougon.  « D'accord...Je l'ai pas volé celle là. » finissais-je par admettre en levant les yeux aux ciels. Ça ne me ressemblait pas non plus de me résigner à ce point. Mais, j'avais promis de faire des efforts et je lui avais certifiée que si je me rendais compte qu'il avait changé, je le laisserais tranquille.  « Laissons le temps au temps. Mais crois moi, un jour je saurais ! » continuais-je en lui faisant comprendre que je ne lâcherais pas de si-tôt.

Cette histoire ne me semblait pas claire. Ou alors, c'est moi qui n'étais pas normale et qui ne voulait pas comprendre que Seth avait réellement changé ?! Il fit vite passer cette conversation en me proposant soudainement de me faire visiter les lieux. Il sorti pour la première fois de derrière son comptoir et se dirigea vers moi. Je fis un trois quarts sur le côté m'aidant de mes mains, mes jambes toujours entre pausé l'une sur l'autre. Pour pouvoir le voir enfin complètement en chair et en os. Je le regardais avec de gros yeux, ne m'attendant pas du tout à ce qu'il fasse ça. Mon coeur s'emballa tout seul au fur et à mesure qu'il se rapprochait de moi. Il tendit ensuite sa main tel un gentleman pour me faire faire le tour de la maison. Je restais, là; quelques secondes à le regarder légèrement ébahit. Je soupirais finalement pour m'aider à me débloquer et laissait apparaître de nouveau un léger sourire.  « Avec plaisir ! » lui répondais-je finalement en posant ma main dans la sienne. Je fis une sorte de révérence, comme pour le saluer de nouveau et me laissais faire.  « Je vous suis monsieur Hemingway, montrez-moi ce fameux bar ».
Pendant quelques petites secondes, j'en oubliais le reste du monde autour de nous. Soudain, je repensais à tout ça. Un élan de chaleur s'empara de moi et me fit paniquer intérieurement. Je me demandais ce que j'étais en train de faire. Il ne fallait pas que je me laisse avoir de la sorte. Le fait de se toucher, de se prendre les mains. Avant qu'il ne m'emmène loin de cette salle, une folle idée me vient à l'esprit, la même que celle que j'avais eu auparavant quand il m'avait parlé de cette fille. Je n'arrivais pas à m'enlever ça de l'esprit. Et même si je venais tout juste de lui jurer que je le laisserais tranquille, il fallait que je parle, que je lui propose mon idée. Je retenais alors la main qui me tenait en tirant légèrement dessus  « J'ai une idée ! Tu dis que tu attends de voir. » Je laissais volontairement un léger suspens pour me laisser trouver les mots à moi-même. « Et si tu l'as rendait jalouse ? » Je haussais les sourcils avec un air de Sherlock Holmes et fière de moi.  « On a qu'à faire semblant d'être en couple ?! » J'avais conscience que j'étais en train de faire quelque chose de complètement irrationnel et fou. De toute façon toute cette soirée l'avait été.  « J'y gagne, tu peux me montrer que tu as réellement changé, tu y gagnes, tu vois si elle tient vraiment à toi. ». C'était peut-être dingue, mais, ça pouvait être efficace. Quel meilleur moyen de savoir si Seth était sincère que de tenter de passer plus de temps avec lui. Et de l'aider à changer. Ce n'était pas tout à fait dans mon intérêt à moi, mais s'il me prouvait qu'il était prêt à tout pour respecter cette fameuse femme et sa décision, je me confortais de nouveau dans l'idée qu'il avait changé. Naturellement, Seth pouvait tout à faire me rire à la figure ou encore refuser catégoriquement mon offre et je le comprendrais. Honnêtement je doute qu'il accepte ce nouveau deal. Ça risquait de faire beaucoup pour un soir de retrouvailles.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Never Forget
is shaking thou. ▬ But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born.


En présence réduite jusqu'au 8 décembre environ Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Lun 24 Sep 2018 - 21:15



Hello, it’s me
Ft. Eden
 Quelle aurait été la saveur de la vie sans un parfum de challenge ? Un feuille blanche, une ligne parallèle, sans accrocs ni saveurs, une triste expérience sans rien avoir à raconter à la fin. Seth pouvait se targuer du fait que sa vie était faite de rebondissements, tel l’électrocardiogramme d’un patient comateux qui se réveille. S’il avait connu l’échec, cela lui avait permis de rebondir et de se renforcer, il ne s’en plaignait donc pas. Il préférait mille fois ça à une carrière, éventuellement brillante, dans son trou paumé de l’Arkansas duquel il n’aurait pas bougé une seule fois. Là, il avait eu l’occasion de voyager, de parfaire ses connaissances avec d’autres barmen professionnels qui lui avaient tout appris, de croiser mille et une personnes toutes différentes les unes que les autres. Eden en faisait bien sûr partie. Tantôt amie et amante, tantôt vile tentatrice au regard d’ange, tantôt ennemie au coeur dur comme la pierre et aux dents longues comme celles d’un vampire, elle avait exercé sur Seth un étrange pouvoir de fascination, de répulsion et d’écoeurement, mais elle lui avait surtout permis de lui faire vivre un certain nombre de choses qui, de fil en aiguille, l’avaient conduit à l’endroit précis ou ils se trouvaient à l’instant même, c’est à dire dans un bar à la joyeuse ambiance, ou la musique des guitares se mêlait aux voies rauques et chaudes des deux chanteurs sur la scène, à distribuer de l’alcool et des sodas à un panel de clients qui avait également tout un lot d’histoires à lui apprendre.

Mais tout ça, comme il l’avait dit quelques instants plus tôt, il l’avait dû au travail qu’il avait accompli, non seulement sur lui même, mais aussi avec Tony et à moindre mesure Lauren, pour mener à bien leur projet. Tout cet environnement ne s’était pas monté en un jour, et sans lui, peut être n’existerait-il pas à cet instant précis. Le fait était qu’il avait lancé principalement l’idée, et aidé à la mettre en place, mais il n’était pas le grand patron car il n’avait pas investi les fonds, trouvé le local, ni participé à tout ce qui concernait la partie spectacle des lieux. Quoi qu’il en soit, il n’était donc pas devenu l’un des meilleurs en claquant des doigts, et ce, même s’il lui avait fallu un temps sacrifier sa vie amoureuse au profit de l’apprentissage de nouveaux cocktails, et cela, il se ferait un plaisir de l’apprendre à la petite brune. Cette dernière lui adresse derechef ses félicitations, et celles-ci semblent sincères. Quiconque les aurai regardé à ce moment là auraient bien eu du mal à croire que, cinq minutes auparavant, ils étaient les meilleurs ennemis du monde. Pour tout le monde, ils apparaissaient comme deux adultes en train de trinquer sagement, idéalement comme deux amis fêtant une bonne nouvelle intervenue pour l’un ou l’autre. Les apparences étaient donc tout particulièrement fausses, en même temps, tout deux étaient des personnes fausses, adeptes de la tromperie et des mensonges. Les chiens ne faisaient pas des chats, mais Seth et Eden savaient donner l’illusion que tout allait bien dans le meilleur des mondes. A vrai dire, tout n’allait pas trop mal en fait, maintenant qu’ils avaient conclu leur nouveau « pacte », puisqu’ils avaient apparemment réussi à s’entendre sur un point, ce qui avait été loin d’être gagné.

En tout les cas, par ces félicitations, la hache de guerre semble bien enterrée pour un petit moment. Poignée de main fermement échangée, tous les deux en viennent à parler de leurs vies respectives, en premier la jeune femme, qui évoque les deux molosses qu’elle a sous sa garde et dont Seth se souvenait bien. Quand elle affirme qu’ils ont grandi, il lui lance un regard circonspect, un peu effrayé à la possibilité que les deux chiens de garde eussent pu devenir encore plus menaçants qu’ils ne l’avaient été par le passé. Il pense avec soulagement qu’elle n’a pas pu les amener au Seal the Deal ce soir, l’établissement n’acceptant pas les animaux, ce qui ne l’empêchait pas bien sûr de les avoir attaché à l’extérieur, mais, peu expert qu’il était en canidés, il se doutait que ceux de ce gabarit n’avaient pas intérêt à trainer seuls sur la voie publique, en laisse ou non. Il en déduit qu’elle a du acheter une maison dans les environs, avec un grand jardin, peut être dans le quartier d’Alek, le serveur, qu’il avait raccompagné suite à sa mésaventure ayant conduit aux urgences. « Mouais, c’est logique » acquiesce t-il quand elle ajoute qu’ils sont simplement devenus adultes. Lui préfère largement les amis félins. « C’est quoi leurs noms déjà ? ». Un truc comme Brutus, ou Rex ? Quelque chose qui envoie en tous les cas. Eden lui répond ensuite avec un désinvolture qu’elle considère le fait qu’elle ne soit pas à celle à laquelle on s’attendait, comme un compliment. Il n’en attendait pas moins de sa part.

Ainsi donc, son entreprise marchait si bien qu’elle avait pu s’accomplir également dans la grosse Pomme. Il semblait ainsi que les affaires pour elle avaient repris. Elle était la digne fille de son père, à la tête d’une coquette somme, et prête à tout pour s’agrandir, quitte à marcher sur les autres. Seth aimait cet état d’esprit là : pour gagner, il fallait parfois oser tous les coups. Décidément cette fille avait tout pour lui plaire, mais voilà, il avait fallu qu’elle gâche tout des années auparavant. Quel gâchis… Il secoue la tête pensivement, son verre à la main. « Rien n’arrêtera ta progression semble t-il ». Il n’ajoute pas qu’il espère effectivement qu’elle retournera à New York un jour, elle serait bien capable de lui sortir les dents de requin et de lui demander  en souriant pourquoi voudrait-il qu’elle soi loin de lui. Rapidement, c’est à son tour de passer à la casserole, bien qu’étrangement, ce soit le sujet de ses relations qui revienne sur le tapis. Ou plutôt de sa relation. Relation imaginaire qui plus est. Il n’avait pas eu de relation autre que sexuelle avec une femme depuis sa blonde de dix-huit ans, à l’exception de certaines, plus rares mais amicales, qui s’étaient pour la plupart transformées en un lien de sex-friend à sex-friend. Cela ne dérangeait pas Seth de coucher plusieurs fois avec la même personne, tant qu’elles n’attendaient rien et qu’elle ne devenaient pas pot de colle à la suite. S’il avait aimé maltraiter la gent féminine à l’époque, maintenant, c’était surtout la chair qui l’intéressait. Il avait inventé l’idée d’une fausse Target pour tester la jalousie de la jeune femme, mais il ne savait toujours pas clairement si cela avait marché. Cela aurait été trop facile si Eden avait craqué tout de suite, elle qui était si maitresse de ses sentiments. Finalement, son oh de déception passait facilement pour un oh de surprise. Quand elle demanda s’il pouvait lui parler d’elle, ou, encore mieux la rencontrer, il manifesta immédiatement son refus. Elle ne se résigna pas, évoquant le temps qui passerait. « Je veillerai très fortement à ce que tu n’en sache pas plus jusqu’a ce que cela se concrétise » répondit-il avec un petit rire et un regard appuyé. « Tu n’auras qu’a m’apprendre comment marchent les sentiments d’une fille » ajoute t-il sur le même ton. Cette plaisanterie n’était peut être pas de très bon gout, il aurait mieux faire de se taire.

Afin d’éviter de s’appesantir sur le sujet, il lui propose un tour de la salle, ce qu’elle accepte. Il contourne alors le comptoir pour la rejoindre et lui tend la main pour qu’elle descende de sa chaise. Ce simple geste la laisse perplexe quelques secondes mais elle la prend et les voila tous les deux cote à cote. Comme avant, le sommet de sa tête atteint le milieu de son visage, mais ce n’est que parce qu’elle porte les talons. Il s’apprête à la conduire à travers la salle jusqu’au niveau de l’estrade et de ses coulisses, mais elle ne le suit pas. Au contraire, elle lui lance qu’elle vient d’avoir une super idée. Il se retourne vers elle, bras croisés sur la poitrine, alors qu’elle lui précise qu’une astuce utile pour accrocher l’élue de son coeur serait de la rendre jalouse. Etonnant comme le thème de la jalousie semblait avoir cours entre eux. Là, elle lui balance la fameuse idée qui lui trotte dans la tête, l’idée la plus saugrenue que Seth n’ai jamais entendue. Il éclate de rire avant même qu’elle n’ait fini sa phrase. Un de ses fous rires qui fait mal aux cotes et fait venir les larmes aux yeux. Il se gausse ainsi quelques secondes, le regard humide. « J’adore ton sens de l’humour ! » parvient-il à dire entre deux hoquets joyeux. Comme les yeux déterminés d’Eden le fixent avec persistance, son rire meurt immédiatement. « Quoi, tu ne plaisantes pas ? ». Il la regarde avec incertitude, et même avec un peu de crainte, car elle semble on ne peut plus sérieuse. C’était pas avec des idées à la con comme ça qu’elle avait pu devenir la riche directrice d’entreprise ! « Non mais, sérieusement… » dit-il avec le ton correspondant « De un, personne ne croira jamais à l’idée que nous sommes un couple, de deux, je ne pourrais jamais faire comme si j’étais en couple avec toi, et de trois, je pense que cela freinera cette fille plus qu’autre chose. En gros, c’est une très mauvaise idée. ».

Il a dit ça instinctivement, sans prendre le temps de réfléchir, notamment aux conséquences que cela impliquerait. D’une part, puisqu’il n’y avait aucune fille à rendre jalouse, il n’avait strictement aucune raison de prétendre qu’ils puissent être en couple, aussi, s’il acceptait, il s’enchainait Eden aux pieds pour une durée indéterminée, pendant laquelle elle n’hésiterai pas à le fliquer, comme si elle était réellement sa copine. D’autre part, comme il l’avait relevé peu de temps auparavant, la jeune femme était effectivement très riche, son entreprise en vogue, mais surtout, il savait qu’elle pouvait être diabolique. D’ailleurs, s’il refusait catégoriquement, elle remarquerait qu’il y aurait anguille sous roche et ne tarderait pas à en venir à la conclusion qu’il lui avait menti, ce qui était peut être pire. Il était ainsi soumis à un dilemme certain. S’il y avait eu réellement quelqu’un, cela aurait pu être véritablement tentant, mais il ne pourrait jamais faire semblant d’avoir du plaisir en étant accroché à son bras. Pas que le fait de recevoir des marques d’affection de sa part ne lui déplaise, mais s’il ne pouvait même pas coucher avec, ou était l’intérêt du couple ? « Je ferai mieux de te resservir une coupe de champagne, tu n’as pas les idées claires ! » conclue t-il à voix haute en renonçant au tour du propriétaire qu’il avait proposé. En même temps, devait-il jouer le jeu jusqu’au bout ? Si Eden s’amusait à faire semblant d’être en couple avec lui, elle serait trop préoccupée par cette affaire pour le déranger outre mesure. Mais non, même en y réfléchissant intensément, cela lui semble impossible. Eden semble toutefois attendre une réponse positive de sa part. Avait-elle proposé cela parce que, intérieurement, elle rêvait d’être véritablement en couple avec lui, d’avoir enfin cette chance ? Cela semblait un peu trop gros pour être vrai, mais après tout, cette fille était si imprévisible… « En admettant que j’accepte… » dit-il pour se débarrasser de l’idée tenace qu’elle lui ferait payer x1000 son refus de coopérer, «… Jusqu’où serait tu prête à aller pour faire semblant de tenir à moi ? ». La curiosité prend le dessus, il lui jette un regard flamboyant. Honnêtement, il se disait que s’il jouait le jeu, il parviendrait à convaincre la jeune femme qu’il était un homme bien et respectueux, ce qu’il n’était pas du tout en réalité. S’il lui donnait les preuves qu’il pouvait être un amoureux attentionné, cesserait-elle de le harceler ? En tout les cas, cela resterait purement et simplement un jeu, hors de question que la mascarade n’aille plus loin. Ils ne feraient que semblant. Mais dans ce cas, quand la partie s’arrêterait-elle ? Il ne concevait pas tomber amoureux de cette fille, et il était persuadé de la réciproque. Il lui faudrait alors peut être jouer sur les deux tableaux : persuader une autre conquête de jouer la fameuse et hésitante élue de son coeur pour mettre fin à la duperie en même temps qu’il ferait semblant ? Trop de semblant, mais Seth était depuis longtemps mettre en la matière, et cela ne lui faisait aucunement peur, au contraire.
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Jeu 27 Sep 2018 - 23:41


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Tromper, mentir, se faire passer pour quelqu'un que je ne suis pas. Je savais faire. J'avais toujours su. J'étais très douée pour la duperie. Faire semblant que j'appréciais quelqu'un simplement pour m'en tirer des faveurs c'était un jeu d'enfant et quelque chose que j'avais fait très souvent. Ça avait commencé dès mon plus jeune âge avec cette capitaine des pom-pom girls que j'avais arnaqué en lui faisant croire que j'étais son amie en arrivant dans ce nouveau lycée de Russie. Elle avait très vite compris que non, je n'étais et ne souhaitais pas devenir son amie. Tout ce que je voulais c'était lui prendre sa place de star de l'école. Mais pour elle c'était trop tard. J'avais réussi, en quelques semaines seulement je l'avais évincé et j'avais pris sa place de cheffe d'équipe. J'avais fait en sorte qu'elle soit détestée par tout le monde. Ce qui m'avait valu la gloire d'être la personne la plus adulée et enviée des lieux. À cette époque, tous les garçons de l'établissement rêvaient d'être mes petits copains et les filles rêvaient d'être moi. Situation rêvée quand on est une jeune adolescente. J'avais opté pour ce petit manège avec Seth des millions de fois également. Lui qui m'avait cru si dupe à l'époque et qui s'était complètement trompé. À imaginer que j'étais l'une de ses nombreuses petites filles riches avec qui il pouvait coucher et qu'il pensait pouvoir jeter comme une vieille chaussette le lendemain. Autrement, qu'il pouvait se sauver sans rien dire. Pas même bonjour ni même au revoir. Toutefois, il en avait fait autant avec moi. Seth et moi ça avait toujours été de bonne guerre. À celui qui ferait le plus de coups bas. Celui qui excellerait en la matière pour faire le plus de tort à l'autre.

Aujourd'hui mon rival de toujours et moi avions décidé d'enterrer la hache de guerre. Enfin, rival n'est peut-être pas le mot exacte, puisque je venais tout juste de certifier à Seth que je ne le considérais pas comme tel. Disons un partenaire de crime, mon identique masculin, celui avec et contre qui j'avais administré le plus de coups possibles. Semble-t-il que nous en étions arrivés à un point de non retour. La dead line avait été franchie, plus de retour en arrière. Plus de solutions. Et pourtant, j'avais émis le fait qu'une trêve était peut-être accessible en lui suggérant de faire la paix et de lui proposer une sorte de pacte qui disait que je le laisserais tranquille s'il me prouvait qu'il avait changé. Seth toujours friand de nouveauté et de défit avait accepté. Il avait engagé une discussion ciblée principalement sur moi. Il s'était intéressé à ma vie, à ce que j'étais devenue durant ses quelques années où nous nous étions perdus de vue. Je lui avais alors simplement expliqué que j'avais eu des difficultés avec mon entreprise, mais que finalement je me remettais de nouveau sur pied. Ceci dans tous les sens du therme. Je lui avais avoué sans grande difficulté que je n'étais ni mariée, ni mère, ni maîtresse de chats comme me le prêtaient ces histoires dans les journaux poeple. A cette annonce Seth avait semblé être plutôt satisfait. Par la suite, je lui avais rappelé que j'avais toujours mes deux robustes chiens. Mes deux bêtes étaient comme mes bébés. Un rottweiler femelle et un american staffordshire mâle. Tout deux se prenant pour des frères et soeurs, ayant été élevés ensemble depuis toujours et très bien dressés et éduqués. Par ailleurs, le barman avait fait leur rencontre il y a quelques années de ça. Je lui avais rappelé ça durant notre échange. Il m'avait demandé comment c'était possible qu'ils soient plus grands qu'avant comme je lui avais avoué. J'avais finalement répondu qu'ils avaient simplement grandit en me moquant quelque peu de lui. Ça se sentait qu'il n'était pas rassuré et avait peut-être peur quand je parlais de mes deux amours. Il me répondit que c'était logique et me demanda ce que c'était leurs noms.  « Ma petite femelle se prénomme Naya et le mâle Rocky » Je fronçais les sourcils. Ça me paraissais étrange que Seth me pose ce genre de questions.

Tout semblait si fluide et naturel, comme si deux amis de longues dates se parlaient à coeur ouvert. Famille, argent, amour, boulot, animaux, tous les sujets avaient été mis sur le tapis. Seth me fit la remarque que rien n'arrêtait ma progression en agitant le verre qu'il tenait en main. C'était vrai, il avait raison. C'était bien certainement l'une de mes plus grandes fiertés.  « Tu as raison. Et je ne compte pas m'arrêter de si tôt. Je suis jeune après tout. Dans la fleur de l'âge » haussais-je les épaules en ajoutant un clin d'oeil à mon interlocuteur. J'étais fière de moi et sans me vanter, j'avais de quoi l'être. Je lui adressais de nouveau un verre levé en guise de « santé ». Par la suite, Seth m'avait répondu qu'il n'y avait personne dans sa vie et c'était finalement résigné en m'avertissant que si, qu'il y avait bien peut-être quelqu'un mais qu'il y avait aussi un autre homme. Je l'avais cru, sans même me poser de question. Étonnant d'ailleurs, mais, ce soir Seth Hemingway semblait tellement sincère. J'avais tout fait pour rencontrer cette fille, savoir qui elle était. Mais, il s'était complètement braqué en me disant qu'il veillerait à ce que je ne sache rien. Il n'avait pas dit ça de façon médisante, plutôt amusé et joueur avec un rire et un regard appuyé. J'avais alors affichée une petite moue sur mon visage comme si j'étais une enfant déçue de ne pas avoir reçu ses cadeaux de Noël. Cependant je ne m'arrêterais pas là. Dans notre chasse à la paix, il fallait que je sache de qui il sagissait. Je suis sûre que Seth avait conscience de ça. Il annonça ensuite que je n'aurais qu'à lui apprendre comment marchent les sentiments d'une femme. Cette phrase soudaine me stoppa net dans mes pensées. Quel toupet il avait de me sortir ça. Mes yeux le fusillèrent du regard sans que je ne puisse les contrôler. Je repensais à notre pacte et je me forçais de me calmer intérieurement. Il ne fallait pas que je me laisse submerger et que j'apprenne à me contrôler si je voulais que toute cette mascarade fonctionne. Je haussais alors de nouveau le fron  « Je pense que tu es plutôt expert en la matière. » lui répondis-je simplement en essayant d'aller dans son sens.

Après que nous ayons trinqués et discuté, Seth était passé de l'autre côté du bar, de mon côté. Il m'avait rejoint et tendue la main en me proposant de me faire faire le tour des lieux. J'avais accepté en prenant cette main qu'il m'avait tendue pour descendre de ce tabouret en lui disant que je serais ravie de visiter. Nous avions commencés à nous retrouver l'un à côté de l'autre quand soudain, me mordant la lèvre inférieure et le retenant par le bras. Il s'était alors tourné vers moi en croisant ses bras sur sa poitrine. J'avais enfin annoncée mon idée farfelue de faire semblant d'être un couple. La réaction du barman trentenaire ne se fit pas attendre puisqu'il éclata d'un rire très expressif.  Évidemment, il ne me prenait pas au sérieux du tout. Les larmes lui étaient même montées aux yeux. Il me fit remarquer qu'il adorait mon sens de l'humeur tandis que je restais là, muette devant lui attendant qu'il ait fini de réagir et qu'il comprenne que j'étais réellement sérieuse. Son rire se stoppa net d'ailleurs quand il se rendit compte que je ne plaisantais pas. Ce rire se changea soudainement en crainte et en incertitude. Je dois avouer que ce sentiment de peur sur le visage de Seth me faisait sourire intérieurement. Il continua son skecth avec un speech long digne d'un discourt de président de la République en m'énumérant trois choses. La première que personne ne pourrait croire que nous soyons un couple, qu'il ne pourrait jamais faire comme s'il était en couple avec moi et la dernière que ça ferait sûrement peur à sa prétendue dulcinée. Je hochais alors un sourcil me rendant compte que c'était étrange que Seth se braque autant. Soit, il tenait vraiment beaucoup à cette fameuse femme, soit quelque chose clochait. Il adorait les défis et surtout les relever.

Je croisais à mon tour mes bras sur ma poitrine. Il me tira de mon interrogation quand il ajouta qu'il devrait très certainement me servir un nouveau verre de champagne, car je n'avais pas les idées claires. C'est sûr qu'avec de l'alcool encore plus ça allait être plus clair ! Je ne répondis rien, bras croisés, toujours en le regardant s'agiter comme un petit qu'on enlève à sa mère. Il me demanda s'il acceptait, ce que je serais prête à faire afin de faire semblant de lui prouver que je tenais à lui. Cette phrase me semblait alors tout aussi tordue que ce plan. Je clignais alors des yeux, il me donnait mal à la tête avec ses suppositions. Là, il m'avait eu. Je n'avais pas pensé au fait que j'allais devoir montrer tout signe d'affection envers lui et bien plus encore si je jouais à la fausse petite amie. J'étais incapable de montrer de l'affection à quiconque. Un rire sarcastique sorti alors de ma gorge  « Pas la peine, on aura qu'à dire qu'on est timides, qu'on ne veut pas se montrer trop en public parce qu'on est un jeune couple »avec une voix un peu plus aîguë que précédemment j'avais mimé mon « jeune couple » avec mes deux indexes en l'air qui se pliaient, comme pour imiter une parenthèse. Et j'avais finalement conclu par une petite tape sur l'épaule comme si c'était mon pote de toujours. Soyons honnêtes, ce genre de situation me mettais complètement mal à l'aise. Devoir me livrer, montrer des sentiments c'était complètement impossible chez moi. Je réfléchissais à une alternative, après tout c'est moi qui avais lancé cette idée bizarre. Ne me demandez-pas pourquoi. Je tentais de reprendre calmement mes esprits, je levais les yeux aux ciels en soupirant. L'alcool commençait peut-être à me monter à la tête. Je pris ma coupe de champagne et j'en bus le reste du verre. Je le reposais à côté sur le bar. Je me tenais maintenant droite devant Seth avec une tête de moins et un infime écart entre nous. Les mains sur les hanches, serrant les dents comme si ce que j'allais dire allait m'arracher la bouche.  « Bon... Plus sérieusement. Tu sais bien que je suis prête à tout n'est-ce pas ?!. » lui fis-je remarquer finalement.  

En réalité, je ne savais pas vraiment de quoi j'étais capable. Surtout pour prouver quoi que ce soit à Seth, ou du moins faire semblant de lui prouver quoi que ce soit. Mais, on ne mettait pas Eden Pastrow au défit. C'est moi qui mettais les gens mal à l'aise ou en situation de compétition, pas le contraire.  « Alors, on le fait ce tour ? » le relançais-je finalement. Il avait semblé vouloir renoncer à m'emmener de l'autre côté du miroir, mais pas moi. Ça m'intéressait et puis, comment se mettre mieux dans les pensées de cet homme qu'en voyant le chemin qu'il avait choisit d'empreinter, en découvrant son univers ? Il n'accepterait peut-être pas ma proposition, mais au moins j'avais proposé ce qui me restait sur le bout de la langue depuis le début de cette soirée. Qui ne tente rien n'a rien. Si jamais il décidait de dire oui à mon arrangement, je comptais bien me mettre dans la peau du personnage et lui coller au basques nuit et jour jusqu'à ce qu'il craque. Chose qu'il avait déjà commencé à faire en réagissant de cette façon à ma proposition.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Never Forget
is shaking thou. ▬ But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born.


En présence réduite jusqu'au 8 décembre environ Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Mer 3 Oct 2018 - 19:30



Hello, it’s me
Ft. Eden
 C’était très difficile pour Seth d’être véritablement proche de quelqu’un. Outre qu’il ne voyait aucunement l’intérêt d’avoir confiance en une autre personne que lui-même, c’était surtout parce que, de part ses idéaux et son rythme de vie, y faire entrer n’importe qui tenait bien du miracle. D’accord, il avait des amis ici, et de vrais amis, pas comme il avait eu partout avant, mais il ne pouvait pas tout leur confier. La preuve, personne n’avait été mis au courant de l’existence d’Eden ou de L, et encore moins du véritable enjeu qu’elles avaient eu dans sa vie. S’il avait été en communion avec la deuxième, la première ne lui avait fait ressentir que du mépris ou de la peur à travers les années. Pourtant, ils étaient proches niveau caractère, mais Seth savait mieux que personne que la jeune demoiselle n’était pas digne de sa confiance. Elle l’avait trahi, comme il l’avait trahie, et cela était irréparable. Faire la paix arrangeait un peu les choses, mais il entretenait toujours un soupçon de rancoeur au plus profond de lui, sentiment qu’il parvenait à maitriser tant bien que mal devant elle. Il avait ainsi détourné l’attention en lui parlant d’elle, ou de ses chiens, puis en lui proposant, plus tard, de faire un tour de l’établissement, parvenant ainsi à oublier pour un temps leur lourd passé commun. C’était rassurant de voir qu’ils étaient parvenus à s’accorder, même si cela reposait sur des mensonges : si Seth savait qu’il avait changé, il savait également qu’il n’avait pas changé autant qu’il le lui avait fait croire. D’abord parce qu’il avait toujours une  grande passion pour les filles, ensuite parce qu’il profitait avec aisance de sa notoriété sitôt qu’il en avait l’occasion. Il se piégeait lui même en concluant ce pacte, mais il n’aurait qu’a faire des efforts dans un premier temps et voir comment les choses évolueraient par la suite, si possible étant qu’elles évoluent.

Par ailleurs, il avait déserté de son poste depuis plus d’une demi-heure maintenant. Ce n’était pas en discutant avec une mystérieuse demoiselle que les affaires allaient prospérer, mais il s’en fichait pas mal. Il avait beau être essentiel à l’établissement, il y avait d’autres barmen et serveurs dans l’équipe qui savaient se débrouiller très bien pour le remplacer. Ce n’était pas les meilleurs, sinon il n’aurait pas occupé sa place de gérant en retournant au bas de l’échelle, mais ils faisaient l’affaire quand la flemme le prenait et l’empêchait de travailler, ce qui était parfaitement le cas actuellement. Il préférerait mille fois tenter d’amadouer son ancienne adversaire avec de belles paroles plutôt que de fantastiques cocktails alcoolisés à lui en faire tourner la tête. Et ce, même si la conversation trainait sur leurs amis canidés. Elle lui appris le nom de ces derniers, pas du tout ce à quoi il s’attendait, quoique ‘Rocky’ semblait parfait pour l’un d’entre eux. Au final, comme il n’en avait pas grand chose à faire, il ne fit aucune réflexion qui aurait pu être mal interprétée, se contenant d’hocher la tête lentement, yeux dans les yeux avec le fond de son verre. Eden avait entendu sa remarque grommelée à propos de sa progression et elle lui répondit avec fierté que tel était bien le cas. « C’est très bien, tu as bien raison. Je ne suis pas vieux non plus, mais mes perspectives d’évolution sont bien plus limitées que les tiennes… Contrairement à toi, même si plusieurs établissements ouvrent, je ne pourrais évoluer que dans un seul. Peut être faudrait-il que je me trouve une passion… ». Il s’interrompit à cette idée, parce qu’il n’y avait jamais réellement réfléchi. Pour lui la mixologie était une passion, mais à moins de participer à des compétitions internationales des meilleurs barmen, il y avait peu de moyens de se faire une renommée telle qu’il puisse empocher plusieurs milliers de dollars d’un coup. Il se promit de réfléchir à cet avenir et de consulter les sites officiels afin de déterminer si de tels concours se dérouleraient prochainement au Canada ou aux Etats-Unis. L’appât du gain était l’une des meilleures carottes pour Seth. Il faudrait certes qu’il en parle avec le patron du Seal the Deal pour savoir si cela était possible, mais il était presque sûr que ce dernier accepterait, notamment parce que cela permettrait une belle publicité au bar.

En évoquant leurs carrières, la question de l’argent était passée par la tête de Seth. Il craignait seulement qu’en mettant ce sujet sur le tapis, la demoiselle se braque, puisque cela avait été la raison de leur rupture par le passé. Il était toutefois très intéressé par ce qu’elle gagnait maintenant qu’elle était sa propre cheffe, et non plus simplement la fille de son père. Peut être une fois qu’elle serait plus en confiance ? Il balaya cette idée rapidement, c’était trop risqué, même pour lui qui était un grand joueur. En parlant de risque, il avait maintenant conscience qu’il en avait pris un lorsqu’il lui avait parlé des sentiments féminins, car il la voyait se braquer instantanément. Cela aurait pu pourtant être une affirmation forte à propos, vu qu’ils venaient d’évoquer sa conquête imaginaire. Malheureusement ce n’était pas passé comme tel. « Manifestement, je ne connais pas les bons. Si je veux cette fille, je veux avoir toutes les chances de mon côté » dit-il sans parvenir à dissimuler son ton acide. Ils n’étaient pas sur la même longueur d’ondes pour cela. Cela l’aurait bien étonné d’ailleurs, elle avait trop d’a priori sur lui, alors qu’il ne lui avait pas encore prouvé qu’il avait changé comme il l’affirmait. Chaque chose en son temps, d’abord, une petite visite des lieux. Brisant la barrière qui s’était formée, il s’avança auprès d’elle, n’hésitant pas à lui tendre une main. Lorsqu’elle avait affirmé qu’ils n’avaient qu’a joueur un couple et qu’il s’était renfrogné à cette idée, elle avait tout simplement tenté de le faire changer d’avis en lui apprenant que ce serait gagnant-gagnant. Il n’avait pas hésité à lui donner son point de vue sur la question, mais Eden venait de trouver une nouvelle astuce : faire comme s’ils étaient pudiques et timides. Seth roula des yeux face à cette suggestion. Il n’était pas vraiment timide dans la vie, au contraire, il était très sociable, mais il était vrai qu’il n’avait jamais montré des sentiments à une fille en public. Il n’avait jamais embrassé devant une foule, jamais câliné l’une d’elle. Des mains aux fesses oui, sur la taille aussi bien sûr, mais jamais dans l’autre main non plus par exemple. Au contraire, il était plutôt dégouté de voir des couples agir de la sorte, s’exhibant ainsi comme s’ils étaient seuls chez eux. Avec surprise, il sentit sa main frôler son épaule. C’était plus une tape qu’autre chose mais c’était assez surprenant pour qu’il le remarque. Ils ne s’étaient pas touchés depuis plus de quinze ans, hormis la poignée de main échangée dix minutes avant. D’ailleurs, à chaque fois, c’était lui qui avait initié le truc en la tendant vers elle par deux fois. Cela dura très peu de temps et elle revint se poser devant lui, poings sur les hanches. Il fit mine de réfléchir, mais en entendant qu’elle affirmait « tout » il demeurait assez circonspect. « D’accord on peut être timides et tout ce que tu veux, mais c’est pas juste en affirmant qu’on est en couple que cette personne ne le croira ». Il laissa sa phrase en suspend quelques secondes histoire de se contenir avant de lancer : « Tu ferais vraiment tout ? Des choses de couple avec moi ? Tu comprends bien que cela veut aussi dire s’embrasser ? ». Il avait lâché ça sur un ton très neutre, mais intérieurement, il avait envie de sourire niaisement. Oui, il venait d’évoquer la possibilité d’embrasser Eden Pastrow. Si l’idée ne lui était pas déplaisante, il trouvait ça sacrément vache ce coup du destin. Mais n’empêche, il trouvait que c’était un effort plus que conséquent qu’elle lui demandait. De plus, il se priverait dès-lors de sortir avec d’autres filles ou même de les draguer et d’en ramener chez lui. En réalité, il ne savait pas vraiment quoi faire. D’un coté, il n’avait pas envie de clamer par tous les toits qu’il était amoureux, même si c’était pour de faux ; de l’autre, il savait bien que ce serait aussi difficile pour elle, or, il jubilait d’avance de lui mettre quelques bâtons dans les roues. En réalité, même toutes ces idées s’embrouillaient dans son esprit. « Ce serait peut être bien en effet… Pourquoi pas après tout.. » lâcha t-il finalement tout en regrettant au même moment ses paroles. « Mais je crois bien qu’il serait bien de mettre sur papier nos limites et ce qu’on est prêt à faire avant qu’on ne se chicane trop ».

Il ne savait pas trop pourquoi il avait ainsi accepté l’idée. Il se disait que peut être, il lui serait facile de trouver une fille qui ferait semblant d’être jalouse pour qu’Eden le lâche, enfin persuadée qu’il pouvait être en couple avec cette rivale, autant qu’il ne lui serait pas difficile d’embêter la petite brune si elle même faillisait à sa mission en roucoulant avec d’autres hommes. Donnant-donnant non ? Son esprit revint à la réalité alors qu’elle lui réclamait le tour qu’il lui avait promis. Il se mit immédiatement en marche avec elle à ses cotés. Il fit exprès de passer près de tables ou de très jolies filles étaient assises en s’efforçant de ne pas leur lancer des oeillades alors qu’elles les regardaient déambuler devant elles, et la conduisit du coté de l’estrade des musiciens, lesquels étaient présentement en train de se reposer avant d’attaquer de nouveaux morceaux. En même temps, il lui présentait brièvement ce qu’ils voyaient : coulisses, loges, salle des costumes pour les soirées plus axées sur le spectacle, etc etc… Ils revinrent coté salle en contournant la scène, et, mû par une idée fulgurante, interloqué par son propre sens de l’initiative, attrapa les doigts d’Eden entre les siens. Cela dura deux secondes, pas plus, mais suffisant pour qu’une ou deux personnes ne le remarque. Il les retira lorsque ce fut le cas. Très bien, cela avait été trop bref pour qu’on puisse en tirer des conclusions trop hâtives, mais maintenant, l’idée pourrait germer très lentement. Il se tourna vers sa compagne avec un sourire goguenard, le regard fier. « Désolé, mais il faut bien que je m’habitue à jouer mon rôle, tu ne trouve pas ? » proclama t-il avec amusement. Elle verrait bien assez tôt qu’elle avait eu une idée parfaitement foireuse, et il le lui ferait bien comprendre avec le temps. Il était bien loin de l’embrasser à pleine bouche de sa propre volonté, quoi qu’il en aurait bien eu envie en souvenir du bon vieux temps passé ensemble lorsque tout encore pouvait passer pour vrai entre eux. Ceci pourrait bien venir de sa part, si, au fond d’elle, elle avait eu la même idée que lui : le faire chier encore un peu.
Code by Joy


HJ:
 


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends
giphy

Drôle, forte, libre, indépendante, intelligente, joueuse ; lunatique, capricieuse, rebelle, langue de vipère, égocentrique, manipulatrice, obstinée, franche, mystérieuse, bavarde.

⊱ Héritière d'une famille russe très riche ⊱ Ne tombe jamais amoureuse. ⊱ Sait se faire aimer. ⊱ On pense qu'avec sa tête d'ange c'est une gentille petite fille sage, mais c'est bien tous le contraire. ⊱ On ne l'a voit pas venir, mais quand elle frappe ça fait mal. ⊱ Elle a des ami(e)s mais elle se méfie de tous même si pour eux ce n'est pas le cas et qu'ils lui font confiance. ⊱ Elle rêve ne vit que de travail et de pouvoir. ⊱ Ne vous confrontez pas à elle, vous allez perdre. ⊱ Le mot compassion et sentiment elle ne connais pas elle à toujours une idée derrière la tête pour parvenir à ses fins. ⊱ Malgré tout ça et tellement elle cache son jeux, tous le monde l'aime. ⊱ Elle garde beaucoup de choses en elle et fait attention quand elle parle. ⊱ C'est une femme forte et puissante qui aime plus que tout son indépendance. ⊱ Elle déteste sa mère. ⊱ Elle s'installe en ville pour son boulot. ⊱ Elle vit seule. ⊱ Elle a avorté quand elle était plus jeune c'est surement l'épreuve qui l'a renforcé le plus dans sa vie. ⊱ Sa première entreprise d'industrie, Pastrow Corporation à failli couler mais a été racheté ⊱ Elle vient déployer Pastrowdress sa nouvelle entreprise de mode. ⊱

• INSCRIS LE : 27/07/2018
• MESSAGE : 306
• CÉLÉBRITÉ : Rachel Bilson
• CRÉDITS : calamite
• DC : Missy Steadworthy
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Sam 20 Oct 2018 - 2:52


Seth & Eden, SETHEN COME BACK
Si on m'avait dit que les choses allaient prendre cette tournure quand j'étais entré dans ce bar, j'aurais très certainement pu lâcher un énorme fou-rire. Moi, me réconciliant avec Seth Hemingway et maintenant entrain de lui proposer de former un faux-couple pour qu'il puisse avoir le coeur d'une fille ! Mais j'étais devenue malade ou un énorme objet m'était tombé sur la tête pour m'assommer et me faire perdre la raison, il n'y avait pas d'autre solution. Comment j'avais pu en arriver là ? Jusqu'ici j'étais entrée fière, sûre de moi, prête à jouer dans cet endroit où travaillait mon ennemi juré de toujours. Je l'avais un peu taquiné, il avait répliqué et finalement je lui avais proposé de faire une sorte de trêve quand il m'avait juré avoir changé. De nombreux mots échangés, une bouteille de champagne et voilà que je m'étais mise à dealer avec lui. Toute sorte de sujet avait été mis sur le tapis : moi, lui, nos vies, nos amours, mes animaux. Il m'avait félicité quant à ma progression. Je lui avais fait comprendre que j'étais fière de ma réussit jusque-là. Il m'avait dit que j'avais raison et avait alors avoué que lui aussi aimerait ça mais qu'il avait beaucoup moins de possibilité d'évolution que moi. Encore et toujours un sujet de concurrence entre nous. Bien que nous ne faisions pas du tout les même métiers. Il m'avoua que même si plusieurs enseignes ouvraient, il ne pourrait évoluer que dans une seule. La femme d'affaire en moi pris possession de mon corps et mon esprit et ressorti à ce moment-là.  « Je ne suis pas d'accord-là dessus. Le concept bar-musique est sympa, c'est une chose qui peut se recréer avec la même décoration et le même nom dans plusieurs endroits. Après ça tu pourrais ne pas être un simple barman, mais bien un petit chef d'entreprise. » Je ne prenais pas de pincettes et si le fait que je dise à Seth qu'il n'était qu'un simple barman le vexe, tant pis pour lui. Ce n'était pas le but. J'avais juste le dont d'être franche. En plus de ça, je tentais de lui expliquer qu'il avait tout autant de possibilité d'avenir d'évolution, tout comme moi, contrairement à ce qu'il pensait. Tout ça ne dépendait que de désire et de volonté. Enfin, c'était juste à mon humble avis. Il ajouta ensuite le fait qu'il fallait peut-être qu'il se trouve une passion. Je lui fis un clin d'oeuil et d'un rire amusée ajoutait  « Ta passion c'est la gente féminine Seth, tous le monde le sait ». Je n'avais pas pu m'empêcher d'envoyer cela sous un trait d'humour. Peut-être avait-il raison et peut-être était-il sincère quand il disait qu'il fallait qu'il se trouve une sorte de passe-temps. Tout était possible avec Seth Hemingway.

Il semblait songeur après tout ça. Pensait-il vraiment à se trouver une autre occupation ? J'en doutais quelque peu. Je ne connaissais que trop Seth. Il devait sûrement penser à un plan diabolique et réfléchir a tout ce qui était en train de se passer ce soir-là. Puis, par la suite Seth avait émis le fait qu'il était attiré par une fille et là, tout avait changé. Je m'étais étonnée à lui demander de la voir, il avait refusé catégoriquement. Ce qui était plutôt logique, j'aurais fait de même si ça avait été moi à sa place. Il avait alors suggéré qu'il avait besoin d'en savoir un peu plus sur les sentiments des filles. A cette annonce j'avais manqué de m'énerver, mais j'avais réussis à me contrôler et fait mine que sa phrase m'amusait. J'avais alors haussé les sourcils en lui disant qu'il était déjà plutôt expert en la matière. En repensant à toutes les conquêtes qui avait défilées. Seth ajouta qu'il ne connaissait visiblement pas les bonnes choses pour plaire à une fille et que s'il voulait avoir cette fameuse fille dont il parlait, il lui faudrait jouer toutes les cartes et avoir toutes les chances de son côté. Pour une fille qui n'aurait pas connu Seth Hemingway par coeur, ça aurait été plausible, mais pas pour moi. Je haussais alors de nouveau le front, surprise par sa phrase.  « Et c'est à moi tu pense qu'il faut demander les « bons » conseils pour séduire une fille ? » je lui laissais-là une chance de retirer ce qu'il venait de dire. Non pas que je ne serais pas de bons conseils, mais simplement sur le fait que par le passé il avait mal agit et que ce ne serait pas très judicieux de me demander à moi comment fonctionnaient les sentiments des filles. Par respect, tacte et intelligence, il valait mieux qu'il arrête-là. De plus je doutais qu'il suive réellement ses conseils si je les lui donnait.

Suite à cette petite entrevue, le barman avait fait le tour de son bar et m'avait tendu une main pour que nous partions visiter le reste des lieux. J'avais accepté en lui prenant cette main qu'il avait montré pour me faire descendre de mon tabouret. Puis, l'ayant lâché, il avait commencé à me tirer un peu plus loin quand j'avais eu certainement l'une des idées les plus stupide de la soirée. Former un faux couple avec Seth Hemingway pour à la fois le surveiller mais aussi rendre jalouse cette fameuse fille dont il était épris. Après tout, si Seth pouvait changer grâce à une fille, ça ferait du bien à tous le monde. J'aurais au moins la satisfaction d'avoir rendu meilleur le pire dragueur de tous les temps. Il m'avait alors demandé jusqu'où j'étais prête à aller pour faire semblant de lui monter que je tenais à lui. Cette question m'avait complètement paniquée. Faire semblant mentir, c'était simple pour moi mais, lors d'un jeu dangereux comme ça impliquant couple et amour, j'étais entrain de me fourrer inconsciemment dans un bon gros bordel. Je lui avais répondu que je n'aurais pas à le faire, qu'on avait qu'a suggérer que nous étions un jeune couple timide et pudique. Je vis mon interlocuteur rouler des yeux aux ciels. Si cette proposition était venue de lui, j'aurais très certainement réagit de la même façon. J'étais dingue c'était indéniable. Il suggéra que même si on faisait semblant d'être ce couple timide dont je parlais, ce n'était pas certain que cette fille le croit. Il n'avait pas tord là-dessus. Si nous partions dans cette direction, qu'il le veuille ou non il faudrait que je rencontre cette fameuse fille pour aller lui retourner le cerveau et lui mettre Seth dans la tête pour la rendre jalouse. Je lui avais finalement rappelé que j'étais capable de tout. Seth avait rebondit et m'avait demandé si j'allais vraiment tout faire avec lui, qui plus est des choses de couple. Il émit aussi le fait qu'il allait falloir s'embrasser. A cette idée, mon sang se glaça à l'intérieur de moi. Cela allait sûrement être la chose la plus difficile à réaliser. Mes yeux s'écarquillèrent naturellement. Ma gorge se serra. Je n'eu pas le temps de réfléchir beaucoup pour pouvoir convaincre Seth.  « S'il faut passer par-là pour mettre un terme à notre guerre, alors oui, je serais capable de faire des trucs de couple et oui, on s'embrassera, on aura pas le choix. Tu y es prêt toi ?. » lui retournais-je alors la question. Car après tout je n'étais pas la seule dans l'histoire. Jusque là Seth avait passé son temps à me demander ce que j'étais capable de faire, sans trop se mouiller et dire lui-même de quoi il était capable. Une chose est sûre, je crois bien que pour la victoire, Seth et moi ferions n'importe quoi. De vrais gamins. A ma plus grande surprise, Seth avoua que ce serait peut-être une bonne solution. Jusque là mon visage n'avait pas vu réapparaître de sourire. A cette phrase, il s'afficha soudainement. Voilà qu'une sorte de deuxième accord était passé entre nous ce soir. Il allait vraiment falloir qu'on s'arrête-là avant d'aller plus loin. Dieu sait de quoi nous étions capables. Seth proposa de mettre tout ça sur papier afin de savoir qu'elles étaient nos limites et avant que tout ça dégénère.  « Un contrat papier me semble une bonne idée en effet, tu as raison. » je hochais la tête pour lui montrer que nous étions de nouveau d'accord. Admettre que Seth avait raison m'arrachait cependant quelque peu la bouche.

Après ça, je l'avais relancé sur le fait de me faire faire le tour du propriétaire comme il me l'avait suggéré juste auparavant. Il s'exécuta et engendra le pas pour me faire découvrir son univers. Nous passions devant une table de très jolies filles, plus magnifiques les unes des autres. Je guettais alors le jeune homme du coin de l'oeil. A ma grande surprise il ne fit rien. Pas un regard, pas un sourire. Était-ce contrôlé et manigancé ? Ça se pourrait, il fallait s'attendre à tout de la part de ce garçon. Il m'amena vers les musiciens qui se reposaient prêt de l'estrade. Je leur fis un signe discret de la main pour leur dire bonsoir. Il me fit faire le tour de tout : les coulisses, les loges, la salles où les costumes étaient rangés etc... Alors que nous revenions du côté de la salle, je sentis à ma grande surprise, une main se joindre a la mienne, ses doigt entre mes doigts. Ce fut si court que je n'eus même pas le temps de réagir. Il venait de littéralement me couper le souffle. Je ne m'attendais pas à ce genre de geste tout de suite. Du moins ce soir, avant que nous ayons établi ce contrat noir sur blanc. Je ne pus m'empêcher de reprendre cette main qu'il m'avait volée pendant d'infimes secondes pour la reprendre de mon autre main comme si on venait de me la brûler. Il se tourna vers moi avec un large sourire. Il s'excusa et ajouta qu'il fallait bien qu'il s'habitue à jouer son rôle. Me frottant la main quelques secondes, j'eu le regard un peu perdu et je partis dans mes pensées.  « Euh... oui oui, je ne m'attendais pas à ça c'est tout. ». Quand je faisais deux pas en avant, Seth en faisait trois en arrière et vice et versa. Là c'était mon tour de prendre carrément trois tours de retards. Je soupirais pour m'aider à reprendre quelque peu mes esprits.  « Très bien, fixons les règles. Tu as un papier et un stylo ? » lui demandais-je afin que nous puissions écrire ce fameux contrat de « faux couple ». [b][color=teal] « Depuis quand on est ensemble ? » Cette idée me fit frissonner. En couple avec Seth Hemingway. Cela me semblait totalement improbable. C'était tellement faux et je me demandais bien si j'allais pouvoir tenir jusqu'à ce que cette jeune fille se rende compte qu'elle voulait être avec lui. Je me demandais vraiment ce qu'il m'avait pris. Seth était bien loin d'être un petit oiseau tombé du nid qu'on voudrait aider.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Spoiler:
 


Never Forget
is shaking thou. ▬ But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born.


En présence réduite jusqu'au 8 décembre environ Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


⊱ c'est fou, mais il aime bien faire du mal aux autres, juste par plaisir. faudrait qu'il se soigne un jour. mais enfin il est comme ça seth, il porte bien son prénom. la seule personne qui compte pour lui c'est lui. alors oui, il se fait des ennemis, mais au final, il est assez discret. alors on l'aime quand même. malgré le mal qu'il fait. il faut surement mieux l'avoir de son coté.
⊱ il se trouve heureux et bien dans sa peau. il prend soin de son corps, soin de lui. cela fait bien longtemps qu'il a oublié les dégats du passé. bien sur, ce n'est qu'une facade, mais lui vous jurera que non. en fait, il ne le sait pas lui même tout simplement.
⊱ il a couché avec une grande partie des femmes des villes ou il a séjourné mais il n'a gardé contact qu'avec très peu d'entre elles. n'attendez pas qu'il reste le matin, mais si jamais il le fait, c'est qu'il a simplement une petite idée derrière la tête. mesdemoiselles, méfiez vous s'il vous apporte des croissants au saut du lit.
⊱ il n'a été amoureux qu'une seule fois et cela lui suffit bien. même, plus jamais. pas de couple, jamais de couple, il a en horreur même ce mot. il ne voit plus les femmes que comme des êtres a glisser dans son lit, rien qu'une distraction. il n'aime pas l'amour, il n'aime personne. personne à part ses plus fidèles "amis" ne sont au courant pour lilybeth, et encore moins pour sa mort.
⊱ il n'est en ville que depuis trois mois, mais il connait déja certains quartiers comme sa poche. a force de côtoyer ses habitantes, de naviguer d'une maison à l'autre, oui, il a fait le tour de la ville. c'est même un parfait guide.
⊱ il n'aime vraiment pas la foule. il est surtout à l'aise avec une personne à la fois. trop, et il se sent regardé, espionné. ca ne le dérange pas dans l'absolu, mais plus il y a du monde, plus les bétises que l'on fait et que l'on dit sont connues de tous.
⊱ le matin, il boit une bère au petit dej. parfois un café aussi, mais ça gâche le gout. il aime beaucoup l'alcool. il est raisonnable et le tient bien, mais il ne peut s'empêcher de boire quelques gorgées pour bien commencer la matinée. si vous venez chez lui, il pourra toujours vous en servir.
⊱ il a peu de contacts avec sa famille, bien qu'elle n'habite qu'a une heure de route. il aime ses parents ça s'est sur, après tout, ils l'ont supporté, l'ont gaté et l'ont chouchouté, mais quand même, il aime son indépendance. alors il ne les voit que pour les fêtes.
⊱ il a horreur qu'on lui force la main. il est grand. il sait ce qu'il doit faire. pas besoin de le chouchouter ou de le presser à faire quelque chose. c'est le meilleur moyen pour vous faire détester.
⊱ il est un homme secret qui n'aime pas parler de son passé. il a ses secrets. impossible qu'ils soient révélés au grand jour. impossible.



• INSCRIS LE : 30/01/2018
• MESSAGE : 527
• CÉLÉBRITÉ : Wilson Bethel
• CRÉDITS : only'hope
• DC : Anya Loverly
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]
Jeu 25 Oct 2018 - 20:55



Hello, it’s me
Ft. Eden
 Pour Eden, le concept bar musical peut se renouveler. Seth est d’accord dans le principe, mais pour lui, le Seal the Deal n’était pas n’importe quel bar-spectacle. C’était le sien, son idée, son projet, commun certes, mais il y avait mis du sien, et il savait qu’il ne retrouverait jamais l’ambiance qu’il y a avait dans aucun autre. Ce serait différent, et ce n’était pas plus mal peut être, mais c’était ici qu’il se sentait incroyablement bien pour l’instant. Il n’avait pas envie d’aller ailleurs, d’autant que cela ne faisait même pas une année qu’il était responsable barman ici. Il avait le temps de voir venir les choses, temps de se consacrer à pas mal de trucs. De plus, ce n’était pas le concept chef d’entreprise qui l’intéressait. Les taches administratives étaient barbantes, il détestait cela mais le faisait parce qu’il était bien obligé et qu’il en avait accepté la responsabilité. Cela le bottait plus d’être derrière le bar à ameuter les clients. Là au moins il était au centre de l’action, et en plus la ligne de mire de toutes les jolies demoiselles qui rentraient. Et puis, recréer l’enseigne Seal the Deal ? Non, définitivement bon. Eden avait certes un sens aigu dans les affaires mais il ne voulait pas se lancer dans cette lignée là, ce n’était pas lui. Il n’avait jamais réellement fait de projets sur la comète. Son quotidien se vivait au jour le jour, sans pression et sans contrainte, croquant la vie à pleines dents. D’accord, cette philosophie de vie serait contredite dans les prochains jours avec la présence de la jeune femme dans les parages, mais Seth ne désespérait pas de tromper un jour ou l’autre sa vigilance. « Chacun son avis je présume » se contenta t-il de dire en faisant la moue, sans lui dévoiler les raisons de son incompréhension. Ils étaient certes façonnés du même moule, mais il doutait qu’elle ne comprenne réellement un jour ce qui le liait à l’établissement. Elle doutait déjà du fait qu’il ai réellement changé, notamment vis à vis des femmes, alors pourrait elle vraiment saisir ? Bah, il s’efforcerait de lui expliquer, de lui montrer. Le bar faisait partie de sa transformation et l’avait engendrée. « Mais je ne suis pas simple barman » rappela t-il en cessant subitement toute activité « Je suis catégorisé comme « responsable », ce n’est peut être pas le PDG, mais parlons de chef de service alors ». Il lui lança un dernier clin d’oeil en référence à son monde des entreprises.

Comme le sujet de la conversation tournait du coté des filles, de leurs sentiments, et des conseils à lui donner, Seth sentit qu’ils s’engageaient dans une mauvaise pente et qu’il ne valait mieux pas pousser le bouchon trop loin de ce coté là. Malheureusement, il avait déjà laissé échapper quelques paroles que, bien loin de s’en vouloir, semblaient avoir titillé son interlocutrice. Il ne s’épancha donc pas dessus, mais elle savait bien lire dans son jeu : oui sa passion c’était les filles, il était connu comme le loup blanc pour ça, une marque de fabrique. Malgré tout ce qu’il aurait beau dire, il ne pourrait jamais oublier celles qui étaient passées entre ses bras, et aurait toujours envie de gouter à celles qui ne l’avaient jamais été. Mais il n’avouerait jamais cela à la petite brune parce qu’elle savait retourner contre lui tout ce qu’il pourrait dire ! Heureusement qu’ils avaient fait la paix au final. En tout les cas, il ne réplique pas, se contentant à nouveau d’astiquer les verres avec son torchon, le regard perdu dans le vague, un petit sourire aux lèvres. Et puis le temps n’était plus à la parlotte de toute façon, il avait tout l’ensemble du bar à lui montrer. C’était bizarre d’ailleurs, ils avançaient normalement tous les deux, cote à cote, faisant semblant d’avoir oublié tout ce qui les avait monté l’un contre l’autre. Des individus tout à fait normaux, des amis même peut être, en tout cas aux yeux de tous peut être pas des ennemis. Il se sentait quand même un peu crispé à coté d’elle, comme s’il était prêt à chaque instant à voir le diable sortir d’elle comme un ressort et l’attaquer, pour un regard trop appuyé, une plaisanterie trop douteuse. Intérieurement, il priait pour que personne ne vienne les déranger, surtout pas une autre fille qui s’inquiéterait de le voir trop proche d’une autre, ou sinon le pacte serait avorté bien trop tôt. Mais honnêtement, si telle situation se produisait, il était encore trop surpris par l’idée qu’avait posée Eden concernant le couple qu’ils pourraient éventuellement former. Il y réfléchissait depuis tout à l’heure, et cela lui semblait tant gros qu’irréalisable. Non pas qu’elle ne fusse pas son genre mais…

C’était dingue tout de même ! Il se demandait vraiment pourquoi elle avait pensé à cela. D’accord, dans l’idée, cela aurait été surement très intelligent, mais pas pour eux deux. Pas ensemble ! Déjà que de concevoir être en couple avec n’importe qui lui donnait des frissons, si en plus c’était avec elle… Oh, si on lui avait dit qu’il rentrerait au StD célibataire pour en ressortir dans une relation de couple, il ne serait surement pas venu ce soir là et aurait prétexté une maladie pour rester bien au chaud dans son appartement ! Et lui qui avait accepté, quelle idée ! Alors, fatalement, il lui avait demandé ce qu’elle entendait mettre en oeuvre pour faire croire ce mensonge au reste de la population. D’abord, elle avait excusé l’absence de leur comportement romantique par la timidité. Outre le fait que Seth n’était absolument pas du tout timide et qu’il ne savait pas trop bien comment il faudrait jouer l’homme pudique, il trouvait que ce ne serait absolument pas crédible, justement pour la raison précédemment évoquée. Il soumit donc son interrogation à la jeune femme, lui demandant ouvertement si elle pourrait également l’embrasser. Cela semblait avoir choqué Eden. Elle n’avait sans doute pas assez réfléchi avant de faire cette proposition saugrenue. Cela lui aurait fait énormément plaisir qu’elle finisse par refuser après avoir cogité sur la question. Mais à sa grande surprise, elle lui annonça qu’elle était prête. Il baissa vers elle de gros yeux. Pas folle la guêpe ! Elle se faisait certes prendre à son propre piège, mais elle acceptait avec la plus grande dignité de faire, comme elle l’appelait, des trucs de couple avec lui. « Eh bien dites donc, Miss Eden Pastrow, vous avez encore plus changé que moi ! » avoua t-il dans un petit sifflement admiratif. Quant à lui s’il était prêt… Au contraire cela ne le dérangeait pas du tout d’embrasser la jeune femme, qui plus est en public, après tout, il faisait cela avec toutes les filles, mais en vrai, c’était tellement différent… Bon, de toute façon, tant qu’elle ne lui demandait pas de l’appeler « mon chou » « mon canard » ou « mon lapin » devant les personnes qu’il connaissait ou devant d’autres filles, il pourrait bien s’y faire. Mais jusqu’a quand pourraient-ils faire semblant ? Il ne voulait pas, absolument pas que le jeu cesse d’être un jeu ! Il n’éprouvait aucun sentiment d’attirance autre que sexuelle pour sa meilleure ennemie…. Les choses commençaient à s’embrouiller dans son esprit. « Je suis prêt à tout » déclama t-il rapidement dans un souffle, avant d’éviter de regretter. D’autant qu’il ne savait toujours pas si ce plan foireux s’arrêterait un jour. Cela lui mettait beaucoup trop la pression.

C’est pourquoi l’idée d’un contrat papier le rassurait bien. Histoire de fixer leurs limites, ce à quoi ils étaient capables. Donner un but à tout cela. Il devrait réfléchir à un moyen de mettre fin à l’union, autre que par la déclaration de la fausse fille qu’il avait en tête. Eden avoue qu’il a peut être raison, et il sent une douce sensation de triomphe l’envahir. Il se promet de le faire une fois le tour du propriétaire effectué, d’abord il y avait d’autres choses plus importantes à faire. Déja, de tenter de mettre en pratique ce qui avait été proposé, et la solution qui lui avait paru la plus adaptée était de lui attraper la main en public. Cela produisit une réaction très vive chez la concernée, qui réagit comme si elle venait d’avoir un coup de jus. Seth fit exprès de ne pas la regarder à ce moment là, il savait qu’il aurait vu le choc dans son visage, et il ne voulait pas lui montrer qu’il s’en réjouissait. Le plan « faux-couple » venait de débuter plus tôt que prévu. En fait, cela l’amusait. Il avait conscience des risques, mais cela l’amusait quand même. Il voulait qu’elle réagisse comme ça, jusqu’a la fin, qu’elle ne se fasse jamais à son contact. Il avait abusé d’elle, il l’avait fait souffrir, avait dit qu’elle était belle et attirante, et pourtant, elle était revenue. Certes, pour se venger, mais ou était la vengeance présentement ? Pas au bout de leurs doigts entrelacés. Elle ne s’y attendait pas, tant mieux. « Et encore, ça ce n’était rien » dit-il à voix basse en se penchant légèrement vers elle. Un instant, il eu envie d’embrasser ses lèvres. Un très court instant seulement. Leurs visages étaient trop proches, alors il se recula rapidement avant de faire une nouvelle connerie. Il fallait y aller progressivement, sinon elle le repousserait ou le giflerait, et cela en serait fini du plan. Or il fallait que le plan continue, qu’il réussisse même ! Non, la prise de main n’était pas grand chose face à ce qu’il aurait pu faire.

Ils reprirent leurs esprits tous les deux, et Seth la ramena du coté de son bar, ignorant tout regard furtif qui aurait pu les suivre à la trace. Elle lui quémanda un papier et un stylo, et le barman dut s’absenter quelques secondes histoire d’aller chercher le matériel adéquat dans la remise. Sitôt revenu, il s’appuya contre la crédence, crayon en main, prêt à jouer au petit juriste. « Quand est-ce qu’on s’est mis ensemble ? Je ne sais pas moi, quand… Aujourd’hui ? Un mois ? ». N’étaient-ils pas des ex en plus ? Ils pouvaient jouer la dessus aussi… Mais Seth n’avait aucune envie de lui rappeler qu’ils avaient été ensemble autrefois pour quelques nuits et un peu d’argent. Il évita aussi de faire une plaisanterie du style « On se connaissait avant, je te manquais trop alors tu as voulu me rejoindre ». En fait, la question du début était délicate. Pour pouvoir être convainquant, la relation devait ne pas durer depuis longtemps. « Pourquoi on ne dit pas que c’est un coup de foudre ? » proposa t-il avant de se raviser « Non, laisse tomber, je ne peux pas dire à cette fille que je suis tombé amoureux d’une autre du premier regard, ce serait suicidaire ». Il mordilla le stylo, histoire de se concentrer. « Disons que nous en sommes à nos débuts… une semaine peut être ? » tenta t-il en se disant ce qui lui semblait être le mieux. « Mais passons direct aux choses sérieuses… que n’avons nous pas envie de faire l’un avec l’autre, même pour faire croire à un couple ? ». Oh, il espérait qu’elle ne dirait pas coucher ensemble, cela le rendrait tout triste de ne pas voir cette possibilité là flotter à l’horizon. « Moi je dis, pas de petit surnom trop mignon, sinon j’aurais du mal à ne pas montrer mon écoeurement et ma lassitude ! » dit-il en riant, puis en inscrivant l’idée sur la feuille, sous le mot INTERDIT écrit en majuscule et surligné deux fois. D’accord, c’était un jeu, un défi, et il était très bon manipulateur mais les trucs tout rose et tout mignon le rendait vraiment malade. Par exemple, les petites niaiseries d’Anthony et de Joan lui faisaient rouler les yeux au ciel, et s’en était devenu une habitude, quelque chose qu’il ne contrôlait pas. Les roucoulades avec Eden Pastrow semblaient déjà bien irréalisables pour lui alors qu’elles n’avaient pas commencé… Qu’est-ce que cela donnerait en vrai ? Enfin... plutôt en faux ?
Code by Joy


Because I'm Bad
I'm bad, I'm really really Bad
Now the only thing a gambler needs is a suitcase and a trunk. And the only time he'll be satisfied, Is when he's on a drunk. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Hello, It's me [Sethen]

Revenir en haut Aller en bas
 

Hello, It's me [Sethen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord est :: Mount Pleasant-