Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 01/09/2018
• MESSAGE : 39
• CÉLÉBRITÉ : Fassbender
• CRÉDITS : Swan ~ Tumblr
• DC : /
• LIKE : 0
MessageSujet: Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi
Dim 9 Sep 2018 - 20:40

Vancouver se levait à peine. Les rues étaient désertiques à certains endroits, mis à part quelques chats errants ou rats qui farfouillaient dans les ordures. La lumière du lampadaire vacillait, clignotait puis repartait toutes les deux minutes. Cyrus le remarqua, alors qu’il attendait l’ouverture de son petit kiosque habituel. Le propriétaire était en retard, d’habitude il ouvrait toujours à six heures précises. Il jeta un regard sur sa montre, claquant sa langue contre son palais dans un bruit caractéristique pour marquer son agacement. Il s’approcha, tambourina contre la porte d’où il percevait une fine lumière et celle-ci s’ouvra sur le bonhomme replet au nez rouge.

« Hein ? » qu’il dit, lançant un regard surpris sur le faciès de Cyrus.
« Vous allez prochainement ouvrir ? Vous êtes en retard de quatre minutes exactement. »

L’ouvrier regarda sa montre avec un air ahuri, avant de soupirer en claquant sa porte. Un grincement résonna peu après et la grille s’ouvrit enfin.

« Vous êtes toujours à l’heure habituellement… J’ai cru que vous aviez un malheur », avoua avec un sourire Cyrus, histoire de faire passer son impatience par de la politesse.
« J’ai eu une soirée un peu mouvementée. Le Vancouver Sun, comme d’habitude ? »

Cyrus acquiesça avec un sourire, préparant sa monnaie pour régler son achat. Puis, il roula le journal sous son bras et remercia le vendeur de journaux. Il repartit en sens inverse, se dirigeant d’un pas rapide vers son bureau. Il était toujours dans les premiers sur les lieux, puisque présent très tôt. Il s’engouffra à l’intérieur du bâtiment, montrant son badge à l’entrée puis il se dirigea vers l’ascenseur pour monter au 3e. La clochette de l’ascenseur sonna, les portent s’ouvrirent et Cyrus pénétra dans les bureaux de la Criminologie. Il croisa les deux femmes de ménage, leur faisant un signe de la tête avant d’ouvrir la porte vitrée de son bureau privatif. C’était l’avantage de leur spécialité, la psychologie dans le crime, car ils avaient chacun un bureau. Il déposa son journal devant le clavier, allumant son ordinateur avant de se placer devant sa fenêtre pour observer l’extérieur. Le soleil perçait à peine, à l’horizon. Cyrus eut un sourire, avant de se détourner du spectacle pour s’installer et lire son quotidien. Aujourd’hui, ils étaient sur la fin d’une enquête en cours et il restait un dernier interrogatoire avec le dernier criminel qu’ils avaient arrêté. La journée promettait d’être intéressante, sans compter que c’était à lui de l’interroger. Cyrus aimait profondément se plonger dans l’esprit d’un tueur pour tenter de le comprendre. Vers huit heures, ses collègues commencèrent à arriver en venant le saluer et ils se retrouvèrent en salle de pause pour prendre un café ensemble. Petit rituel qu’ils avaient instauré il y a déjà quelques années. L’équipe était bonne, Cyrus se sentait bien en leur compagnie. Lorenzo arriva peu après, venant partager une boisson chaude avec son équipe et réalisant son speech du matin sur les activités et devoirs de chacun. Puis, une fois la pause terminée, Cyrus se rendit près de la salle d’interrogatoire. Le criminel était déjà là, assis à la table avec un garde non loin. Cyrus l’observait au travers de la vitre fumée un moment, avant d’aller le rencontrer tout en faisant sortir le garde à l’extérieur.

« Bonjour Léo », fit Cyrus en prenant place en face de lui avec un sourire, « souhaites-tu boire quelque chose ? Un café ? »

Celui-ci jeta un rapide coup d’œil à Cyrus, avant de remuer de la tête en réclamant un café sucré. Cyrus se leva pour le demander à un collègue et il fut servi en quelques secondes. Il déposa le gobelet devant Léo, avant de se réinstaller en face de lui.

« J’aimerai que nous discutions, si tu le veux bien. »

Toujours instaurer un climat de confiance et de respect mutuel. Bien évidemment, cela dépend toujours du criminel que nous avons en face. Mais dans le cas actuel, Léo était un psychopathe qui écoutait des voix internes. Il frôlait presque le psychotique, mais il avait cette conscience de ces actes qui l’éloignait de l’incarcération en hôpital psychiatrique. Cyrus resta silencieux, le temps que Léo lui adresse la parole et lui donne, ou non, l’accord de discuter avec lui. Et après presque une heure de silence complet, le roux finit par avouer d’une petite voix.

« Nous voulons bien. » Et Cyrus étira un sourire.

Aux alentours de 14h00, soit après presque 4h00 d’interrogatoire, Cyrus ressortit de la pièce en saluant Léo et se rendit dans son bureau. Il tapota son compte-rendu rapidement, l’imprima puis alla le déposer sur le bureau de Lorenzo avant de rejoindre certains collègues au restaurant du coin, là où ils mangeaient souvent. Il commanda un plat de spaghetti aux deux saumons, ainsi qu’un verre de vin blanc. Il avait terminé sa journée et ne reprenait le travail que lundi. Soit après trois jours complets de relâche, ce qui n’était pas du luxe. L’affaire Léo avait duré près de trois semaines et ils étaient restés deux semaines entières en Alberta. Après sa pause déjeunée, Cyrus repassa au bureau pour récupérer quelques dossiers anciens qu’il devait mettre à jour. Il retourna dans le bureau de Lorenzo et s’accouda à la porte.

« Alors, toujours partant pour cette petite escale ce weekend ? » lui demanda Cyrus avec un sourire. Ils avaient prévu de partir tous les deux dans les montagnes pour se ressourcer, pour pêcher et surtout ne plus penser au boulot. Même si on savait pertinemment qu’ils en parleraient, parce qu’ils avaient ça dans le sang. « J’ai réservé la cabane, on décolle vers vingt heures ce soir. Cela t’ira ? Ou tu préfères que l’on parte plutôt demain matin ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


MES RP'S EN COURS:

* RIVER-LEAF
* CYRUS JARELL



• INSCRIS LE : 21/08/2018
• MESSAGE : 49
• CÉLÉBRITÉ : James Mcavoy The great
• CRÉDITS : quelque part sur l'avatar, mais pas de moi
• DC : aucun
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi
Dim 23 Sep 2018 - 21:00


Cyrus & Lorenzo

Dear work, let's break up


Comme chaque jour, chaque semaine qui débutent sur Vanvouer, toujours à la même heure, je me rends au département de la police. J’aime les habitudes, les rituels que je m’oblige à avoir pour maintenir un ordre dans le déroulement de mon existence. Tout peut changer autour de moi, les enquêtes peuvent se suivre, être complexes et déroutantes, mes habitudes sont là pour m’éviter de me perdre dans le néant de mes pensées, ne pas m’enfoncer dans la folie des hommes et femmes qui causent du tort à notre société. Si je n’avais pas ces rituels, je ne serais pas l’homme que je suis. Pas aussi droit, pas aussi compréhensif, pas aussi souriant. Il n’y a évidemment pas que les horaires que j’aime à respecter, il y a des choses insignifiantes, mais présentes dans ma vie de tous les jours et le vendredi soir au moins une fois par mois, j’aime à prendre la route, à me retrouver dans un endroit paisible, me ressourcer en compagnie de mon bon ami et collègue Cyrus. J’ai trouvé en lui, un égal, un homme qui sait me comprendre sans que je prononce le moindre mot. Il sait lorsque je suis d’humeur maussade, sait lorsqu’il doit ou non me demander la raison, il n’insiste jamais, sait garder le silence comme je sais le respecter de mon côté. Des amitiés comme celle que nous partageons, il y en a peu, voilà la raison pour laquelle Cyrus est une des personnes les plus importantes de mon existence.

Ce matin là, comme tous les matins, je débarque dans la salle où se trouve mon équipe. Je remarque leur sourire, je sens l’odeur de leur café. Je sais qui a passé la nuit dehors, ceux qui n’ont pas bien dormis. Ils savent que je sais, comme ils savent ce que je peux cacher. « Bonjour à tous ! » Je saisis le gobelet de café que l’on me tend en remerciant le gars de mon équipe qui vient de me le servir.

« Nous n’avons rien de plus concernant l’affaire Amstrong. Zachary, je voudrais que tu descendes dans les archives et que tu me recherches toutes les affaires non classées entre 1990 et 2000 dans la région, peut-être trouverons-nous des traces des premiers crimes de notre tueur »

Miss Hamilton, Kateryna de son prénom me demande si elle peut aider dans l’affaire en cours. Je donne mes opinions, plus que les ordres. Je les conseille et après avoir échangé quelques mots rapides avec Cyrus, je me rends au labo pour discuter des résultats de l’autopsie d’un corps retrouvé dans un parc de la ville. Une jeune femme d’environ 34 ans, violée, qui a été ligotée et jeter par la suite dans une fosse. Ma journée se déroule comme elle devait se dérouler. Je ne prévale pas de savoir tout sur tout et particulièrement sur ma chronologie quotidienne, mais en général, la surprise n’est pas au rendez-vous. En fin de journée, du moins aux horaires que les autres déclarent comme leur fin de journée, je sens la présence d’une personne dans mon dos. Doucement, mon corps se met en mouvement, pivotant jusqu’à faire face à Cyrus qui me demande si je suis partant pour notre escapade. L’idée même de me retrouver là-bas me fait étirer mes lèvres.

« Alors, toujours partant pour cette petite escale ce weekend ? J’ai réservé la cabane, on décolle vers vingt heures ce soir. Cela t’ira ? Ou tu préfères que l’on parte plutôt demain matin ? »


« Ce soir bien évidemment, mon ami ! »

Le stylo que je tenais dans la main vole au-dessus de mes dossiers pour se poser non sans glisser sur la surface de mon bureau en bois clair.

« Les montagnes, la fraicheur et le silence. Cela me met déjà l’eau à la bouche »

Je contourne mon bureau recouvert de photos, dossiers papiers et quelques morceaux de papier de bonbons froissés, mon pêché-mignon. Je m’appuie sur celui-ci, mes mains de chaque côté en appui, observant les traits de mon bon ami.

« Tu as pu finir ce que tu voulais ? »

Il me retourne la question et je soupire en lui tournant le dos et posant mes pupilles azurées sur le tableau trônant derrière mon bureau. Cyrus me rejoint et semble prendre la même pose que moi.

« Notre week-end me fera du bien, je n’arrive plus à résonner sur cette affaire… »

Je pose ma paume sur son épaule, mirant le profil de mon ami. Je lui demande s’il a terminé, il confirme.

« Fort bien, alors ne perdons pas de temps. Prenons la route, laisse-moi mettre de l’ordre sur mon bureau et je te retrouve dans ton bureau »


Je le laisse me quitter, après un long regard vers mon tableau, je décide de fermer mon esprit pour un petit moment sur ce qui me ronge. J’ai besoin ne serait-ce que d’une soirée, une nuit de ne pas songer à mon travail. Je pourrais passer du bon temps en compagnie de la belle River-Leaf, cependant pour quelques jours au moins, un éloignement est nécessaire pour mon propre bien sans compter sur le plaisir que j’ai à partager ce moment avec Cyrus.

Vers 18h30, je le rejoins dans son bureau et je donne le signe du départ. C’est lui qui conduit, il préfère toujours prendre le volant et je ne vais pas me battre, j’ai toute confiance en lui, je pourrai aisément lui donner ma vie, les yeux fermés. Avant l’heure dite, nous garons la voiture près du lac. Je sors du véhicule me perdant dans la contemplation du paysage qui me fait l’honneur de s’épanouir sous mes yeux.

« C’est toujours aussi beau ici ! »

Après avoir attrapé mes affaires dans le coffre, je suis les pas de Cyrus qui ouvre notre chalet. Dans l’âtre brûle déjà un bon feu. Une manière de nous accueillir avec bienveillance. Je dépose mon sac sur le sofa, avant de m’assoir dans celui-ci.

« Tu as faim ? »

AVENGEDINCHAINS


Pense par
TOI-MÊME
DEVIENS CE QUE TU ES

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 01/09/2018
• MESSAGE : 39
• CÉLÉBRITÉ : Fassbender
• CRÉDITS : Swan ~ Tumblr
• DC : /
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi
Mar 9 Oct 2018 - 11:56

« Ce soir bien évidemment, mon ami ! » lui répondit Lorenzo, affichant soudainement un semblant de soulagement. Comme si l’idée de se ressourcer loin de tout était un moment qu’il attendait depuis un moment. « Les montagnes, la fraicheur et le silence. Cela me met déjà l’eau à la bouche » qu’il ajouta peu après, ce qui fit sourire Cyrus. Sans le moindre doute, Lorenzo avait hâte d’être loin du travail pour penser à autre chose que les crimes et la psychopathie des Hommes.
« J’ai terminé. Je suis prêt dès que tu le seras aussi » précisa Cyrus avec un sourire, tout en ajoutant par la suite, « et toi ? »

Lorenzo s’adossa à son bureau, se plaçant face à un tableau. Il y avait de nombreuses photographies accrochées avec des punaises, des articles de journaux et d’autres papiers importants en lien avec l’enquête en cours. Du moins celle sur laquelle enquêtait Lorenzo, puisqu’ils n’avaient pas tous la même et celle que Cyrus supervisait avec d’autres collègues était enfin terminée. Son rapport était sur le bureau de Lorenzo ou déjà classé, s’il avait eu le temps de le lire.

« Notre week-end me fera du bien, je n’arrive plus à résonner sur cette affaire… » lui annonça Lorenzo tout en posant une main sur l’épaule de Cyrus. Celui-ci tourna ses pupilles bleues sur le faciès de son collègue, approuvant d’un hochement de la tête ses paroles. Il suffisait de le regarder pour voir que son ami avait besoin d’une pause, de faire un break loin de tout.
« Alors, allons nous ressourcer dans les montagnes, mon ami. »

Lorenzo lui proposa de se retrouver dans le bureau de Cyrus et ce dernier s’y dirigea. Il s’adossa à la porte vitrée, saluant quelques collègues qui passaient dans le coin. Puis, lorsque Lorenzo le rejoignit, les deux hommes quittèrent l’immeuble pour prendre la direction des montagnes. Cyrus se plaça derrière le volant de la voiture de son collègue. Il préférait conduire et Lorenzo n’insistait jamais pour être le conducteur. Ils arrivèrent près du lac après presque une heure de route, la circulation étant assez dense pour quitter Vancouver un vendredi soir. Lorenzo sortit de voiture en premier, suivit de peu par Cyrus qui récupéra son sac dans le coffre. Il confirma par un sourire mince les compliments de son collègue sur la beauté du coin. Puis, ils rentrèrent dans le chalet qu’ils avaient pour habitude de louer un weekend par mois. Le propriétaire envoyait les clés par coursier, cela leur évitait de passer par l’hôtel-restaurant. Un feu crépitait déjà dans l’âtre de la cheminée, ce que Cyrus apprécia. Il espérait également que l’on avait rempli le réfrigérateur comme il l’avait demandé.

« Tu as faim ? » lui demanda Lorenzo.
« Bien sûr. J’ai demandé à ce qu’on nous remplisse le frigo, j’espère qu’ils ont pu le faire » répondit Cyrus en se dirigeant vers la cuisine. Il ouvrit la porte et eut un sourire, il y avait tout ce qu’il avait commandé. « Parfait, tout est là ! »

Il sortit de quoi préparer le dîner du soir, soit un poulet rôti déjà cuit à faire réchauffer au four. Il sortit les pommes de terres dans une barquette, elles aussi déjà cuites et simplement à faire réchauffer au micro-onde. Mais Cyrus les étala dans le plat avec le poulet et enfourna le tout pour une vingtaine de minutes. Il revint avec deux bières, retrouvant Lorenzo qui sortait d’une des deux chambres. Il lui tendit la bouteille, décapsula la sienne aisément et déposa la capsule sur la table.

« À cette retraite ! » scanda Cyrus tout en levant sa bouteille pour trinquer. Et il avala quelques gorgées au goulot, appréciant la fraîcheur de la bière et son goût. « Demain, on partira tôt comme on a fait la dernière fois. D’ailleurs, le coin que l’on avait trouvé était pas mal. Tu saurais le retrouver ? Tu venais souvent ici, à une certaine époque… » Référence à son passé avec sa maîtresse qu’il conduisait ici, dans ce même chalet. Le rituel de Cyrus et Lorenzo était récent, à peine deux ans. En vérité, depuis la rupture avec River-Leaf et le début de son divorce. Cyrus avait bien senti que son ami avait besoin de soutient et ils étaient partis au départ une journée, puis ils avaient prolongé. Naturellement, ils s’étaient retrouvés ici et avaient instauré un rituel. Cyrus y tenait beaucoup à cette habitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


MES RP'S EN COURS:

* RIVER-LEAF
* CYRUS JARELL



• INSCRIS LE : 21/08/2018
• MESSAGE : 49
• CÉLÉBRITÉ : James Mcavoy The great
• CRÉDITS : quelque part sur l'avatar, mais pas de moi
• DC : aucun
• LIKE : 1
MessageSujet: Re: Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi
Hier à 21:34


Cyrus & Lorenzo

Dear work, let's break up


« Bien sûr. J’ai demandé à ce qu’on nous remplisse le frigo, j’espère qu’ils ont pu le faire »

« Comme toujours, tu prévois tout mon ami ! Je te laisse préparer notre repas »

J’attrape le sac de Cyrus le déposant dans sa propre chambre avant de me rendre dans celle que je vais occuper pour les prochains jours. L’air vivifiant des montagnes joue déjà sur mon état d’esprit et mon moral. Je suis très heureux d’être ici avec Cyrus, nous avons été depuis trop longtemps accaparés par notre travail et cette pause salvatrice permettra à nos esprits de reprendre de l’énergie pour les futures enquêtes. Les gens qui ne font pas notre travail ne s’imaginent pas combien notre fatigue peut-être intense et combien éprouvante. On ne se pose pas dans un fauteuil attendant que la solution s’impose à nous tout naturellement, lorsqu’on résout une enquête, c’est à la force de notre réflexion collective. Nous puisons dans ce que nous avons appris, l’expérience aide évidemment, mais cela ne nous fait pas moins travailler. J’ouvre ma valise, je retire mes chaussures et ma veste avant de retourner dans la pièce principale. La dernière fois que je suis venu, c’était avec River-Leaf, une soirée seulement, rien à voir avec ce petit séjour de détente. Cyrus me tend avec un large sourire ma boisson favorite, fraîche comme je l’aime.

« Merci. À notre retraite, oui ! Qu’elle nous apporte ce que nous sommes venus chercher ! »

Je porte le goulot à mes lèvres encore rougies par la fraicheur de l’extérieur. Le liquide mousseux et légèrement amer glisse comme de l’eau bénite dans ma gorge me réchauffant l’estomac et me laissant un goût fruité et agréable en bouche. Rien ne vaut ça, un endroit agréable, un ami et une bière pour passer un excellent moment.

« Demain, on partira tôt comme on a fait la dernière fois. D’ailleurs, le coin que l’on avait trouvé était pas mal. Tu saurais le retrouver ? Tu venais souvent ici, à une certaine époque… »

Ce rictus de l’homme qui a des choses à dire et qui ne les dit pas s’affiche fébrilement sur mon faciès. Cette simple contraction de mes muscles faciaux est un signe pour les hommes que nous sommes. Cyrus est loin d’être dupe et je ne le prendrai jamais pour un homme sot.

« Oui, je pourrai aisément retrouver l’endroit. Pas que j’y sois allé souvent avec Riv’, mais je connais en effet les environs, comme tu le sais si bien »

Nos regards se croisent et il me demande d’une manière très silencieuse, mais avec insistance de poursuivre sur ma lancée. Je me pose sur un siège, soupirant puis déposant la petite bouteille de verre entamée sur le comptoir de la cuisine ouverte.

« Je l’ai recroisé très volontairement il y a quelques semaines. Le temps avait son œuvre d’après mes calculs et tu me connais, je dois toujours m’assurer que mes suppositions sont exactes. J’ai donc fait un décroché en rentrant chez moi, détours qui m’a conduit à l’hôpital central. J’aurai pu arriver aux urgences et demander à la voir, mais elle m’aurait probablement monté un bateau afin d’éviter de devoir m’affronter »

Je joue avec la bouteille de verre, retirant la buée avec mon pouce qui recouvrait l’affichette collée dessus. Mon sourire s’agrandit tout naturellement à la pensée de mon stratagème. Je décolle mes doigts de la bouteille, faisant un geste ample et significatif d’un homme qu’on a pris à défaut.

« Je me suis rendu dans les toilettes pour hommes, je me suis blessé volontairement… »

Cyrus est courant, il avait remarqué il y a plusieurs jours ma capacité réduite à marcher et ma jambe trainante. Je confirme d’ailleurs d’un signe de tête lorsqu’il m’en parle.

« Oui, je me suis coupé la cuisse. J’ai fait passer cela pour un accident durant une enquête et j’ai bien entendu demandé à la voir. Je sais ce que tu vas me dire…que je n’ai jamais appris la leçon, elle me quitte pour un mensonge et je lui ressers un autre mensonge pour la reconquérir. Tu aurais raison, si on ne parlait pas de River-Leaf. Il me fallait un plan pour l’approcher et cela a fonctionné. Elle m’a soigné, elle a laissé sa barrière se briser et pour le reste…ça ne te regarde plus »

Je souris de plus belle, reprenant une gorgée de ce liquide salvateur et rafraichissant. Cyrus me demande si nous avons remis le couvert.

« Tout dépend des points de vues, j’imagine. Mais ne parlons pas d’elle, nous sommes ici pour passer un moment toi et moi. Discutons…de tes projets, de demain et de notre pêche. Le reste n’est que détails tant que nous sommes ici »

Même si j’apprécie l’intérêt de mon ami pour ma relation ou future relation avec Riv’, je veux garder cette partie de ma vie encore intacte et discrète. Bien entendu que je veux tenter le coup avec elle, si je devais m’imaginer avec une femme dans ma vie, il n’y en aurait pas d’autre qu’elle.

« Je t’écoute, mon vieil ami ! Je ne suis plus ton supérieur depuis que nous sommes sortis du département, alors tu peux tout me dire »

AVENGEDINCHAINS


Pense par
TOI-MÊME
DEVIENS CE QUE TU ES

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi

Revenir en haut Aller en bas
 

Dear work, let's break up ~ Lorenzo de Rossi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Connaissez-vous Prison Break ?
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤
» Dear Journal ~
» Break It Down [Swann Neige]
» how to break a heart (avery)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: The other places :: canada-