Sweet Child of Mine



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Sweet Child of Mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


* Depuis qu’il côtoie le milieu criminel, il sait parler son langage et manier la carotte et le bâton pour obtenir les renseignements qu’il recherche, que ce soit dans des interrogatoires serrés au poste ou « off the record ».

* Après une déception amoureuse qui l’a profondément blessé, il ne croit plus véritablement en l’amour.

* La mère de sa fille est bipolaire et irresponsable. Elle en est déjà à son troisième mariage et elle cumule les ennuis de toutes sortes. Désireux de donner une meilleure éducation et un foyer stable à sa fille (Lily-Rose), Dave a fait une demande de garde exclusive à la cour.

* Il est cousin avec Nicholas McGowan

****

~ RP EN COURS ~

* Lily-Rose
* Austin Greene
* Rp de groupe entre policiers



• INSCRIS LE : 05/03/2018
• MESSAGE : 304
• CÉLÉBRITÉ : Chris Hemsworth
• CRÉDITS : vava : Junkiie
• DC : Sean / Ludivine / Ian
• LIKE : 0
MessageSujet: Sweet Child of Mine
Mar 25 Sep 2018 - 13:25

Debout devant le palais de justice, j’essaie de rester calme alors qu’une boule de stress se forme dans mon estomac. J’attends ce moment depuis des mois. De long mois durant lesquels, j’ai dû remplir quantité de formulaires et rencontrer des avocats, des psychologues et travailleurs sociaux pour raconter mon histoire et leur faire preuve que j’étais la meilleure personne pour prendre soin de ma fille. À chacun d’entre eux, j’ai dû raconter mon histoire et leur parler des problèmes de santé de Livia. Je suis pudique de nature et je n’aime pas étaler ma vie devant des inconnus, mais je l’ai fait pour le bien de Lily-Rose. Sachant que d’ordinaire, les juges sont plus enclins à accorder la garde complète d’un enfant mineur à la mère, j’ai dû également convaincre la mère et le médecin de Livia de témoigner en ma faveur afin de prouver au juge que j’étais le mieux placé pour m’occuper à temps plein de ma fille. Après des semaines d’attente, c’est aujourd’hui que le juge va rendre sa décision.  

Accompagné de mon avocat, j’entre dans la salle 2A du palais de justice et je prends place au-devant de la salle. Je me sers un peu d’eau et j’ajuste ma cravate. À quelques pas de nous, Livia est assise avec son avocate et son mari. Elle ne me regarde pas. Sa tête est baissée vers le sol et elle semble tout aussi nerveuse que moi. Je me doute bien qu’elle doit m’en vouloir d’avoir fait une demande de révision au sujet des droits de gardes de notre fille. La connaissant elle doit nourrir une haine féroce à mon sujet, mais je m’en moque. Elle n’a plus aucun pouvoir sur moi. Je suis libéré de son emprise et je m’en porte beaucoup mieux. Le juge entre enfin dans la salle d’audience. Il dépose un lourd dossier devant lui, se sert un peu d’eau et fait signe au greffier d’ouvrir la séance. Ce dernier lit l’acte de procédure et cède de nouveau la parole au juge.

- J’ai étudié le dossier attentivement. J’ai lu et rencontré l’ensemble des intervenants pour prendre ma décision. Soyez certain que je n’ai négligé aucun fait dans ce dossier afin de prendre la décision la plus éclairée, mais également la plus juste pour la sécurité et le développement de Lily-Rose. À la lumière des rencontres et des témoignages que j’ai reçus, il ne fait plus aucun doute pour moi que cet enfant doit être confié à la garde de son père. Aussi, par les pouvoirs qui me sont conférés, j’accorde la garde pleine et entière à Monsieur Dave Anderson jusqu’à la majorité de Lily-Rose Anderson. De plus afin d’assurer la sécurité de l’enfant durant la transition vers son nouveau foyer permanent,  j’ajoute une contrainte pour les droits de visite de Madame Livia Chang.   Cette dernière pourra voir sa fille une fois par semaine avec la supervision d’un ou d’une travailleuse sociale pour les six prochains mois et ensuite un week-end sur deux si elle respecte les règles de l’entente signées avec son médecin traitant.

Au son du verdict, un cri de douleur remplit la salle d’audience. D’où je suis, je peux voir les épaules de Livia trembler par ses lourds sanglots. J’entends sa douleur et ses pleurs, mais je reste insensible à sa peine ne sachant pas si elle joue la comédie pour tenter d’attendrir le juge ou si elle est sincère. Je suis peut-être insensible et froid, mais elle m’a si souvent fait le coup que je ne suis plus dupe de ses machinations.

Inflexible, le juge signe le jugement officiellement et ensuite se lève pour quitter la salle d’audience. Soulagé par le verdict, je serre chaleureusement la main de mon avocat qui me félicite et je peux enfin prendre une bonne respiration libérer de tout stress. Le greffier me donne une copie du jugement que je serre dans mes mains comme s’il s’agissait de la chose qui me soit le plus chère au monde. Alors que j’attends à l’extérieur, mon avocat discute brièvement avec la partie adverse et la travailleuse sociale chargée du dossier pour fixer une date pour le déménagement officiel de Lily-Rose.

- Deux jours… elle demande deux jours pour préparer les affaires de la petite et lui dire au revoir… considérant les règles du juge, j’ai accepté. Cela me semble juste. La travailleuse sociale va s’occuper d’aller chercher Lily-Rose et viendra la conduire chez vous afin d’éviter tout contact entre vous…

J’acquiesce d’un léger signe de tête et signe rapidement quelques papiers pour signifier mon accord.

- Faites-lui savoir que je veux que la petite n’apporte que le strict nécessaire. Je veux qu’elle puisse garder sa chambre intacte chez sa mère. Je vais m’occuper du reste.


Je remercie à nouveau mon avocat et m’apprête à partir lorsque Livia fonce sur moi en gesticulant et criant un tas d’insultes. Folle de rage elle tente de me gifler, mais j’arrive facilement à la stopper et l’immobiliser. Je n’échange avec elle qu’un regard dur et froid. Pas un son. Pas une seule parole de réconfort. Signe qu’elle n’a plus de pouvoir sur moi. Je n’ai à présent pour elle que mépris et pitié. Si elle n’était pas la mère de ma fille, je pourrais la haïr tant elle m’a fait souffrir. J’ai mis des années à me sevrer d’elle et jamais plus je ne la laisserai me manipuler comme elle l’a fait.

Deux jours plus tard, j’attends avec impatience l’arrivée de Lily-Rose. Question de faciliter la transition vers son nouveau foyer permanent, j’ai pris quelques jours de congé pour rester avec elle et l’installer confortablement. Il est près de midi lorsqu’une voiture s’arrête devant chez moi. Fébrile, je sors à l’extérieur et j’accueille dans mes bras ma petite princesse. Je la serre fort contre mon cœur alors qu’elle m’embrasse sur les joues heureuses de me retrouver.  

- Bienvenue à la maison Monkey !


My Little Queen

©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 19/09/2018
• MESSAGE : 20
• CÉLÉBRITÉ : Anna Pavaga
• CRÉDITS : RAINBOWSMILE
• DC : Victoria la riche peste trop sexey
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Sweet Child of Mine
Jeu 4 Oct 2018 - 11:11

Papa et maman ne s'aiment plus. Lily avait encore du mal à comprendre pourquoi son papa et sa maman ne s'aimaient plus, mais il y avait longtemps qu'elle ne posait plus la question. Sa maman, dans ses crises de folie, lui répétait sans cesse que son père l'avait abandonné, qu'il ne voulait pas l'aider à aller mieux. Mais son papa lui, il lui avait assuré tout le contraire. Pas vraiment de manière directe mais il était bien plus câlin et attentionné que sa mère. Lily savait que sa maman était malade et qu'elle ne se soignait pas correctement. Parfois, la petite avait peur de sa maman. Peur qu'elle lui fasse du mal. Son beau-père n'était pas quelqu'un de mauvais mais il n'était pas son papa. Lily l'appréciait mais pas assez pour continuer à vivre ici. Elle rêvait tant de ne plus jamais rentrer chez sa maman quand elle passait du temps avec son père.

Ce matin là, la petite tête blonde était dans l'entrée de la grande villa, tenant son doudou contre elle. À ses pieds reposait un petit sac de sport dans lequel elle avait mis ses affaires préférées. Elle entendait sa mère sangloter dans le salon et n'osait pas aller la voir pour lui parler. Elle entendait aussi la voix grave de son beau-père qui tentait de réconforter sa mère, qui lui demandait d'aller lui dire au-revoir. Sa mère hurla un « non » désespéré, comme si elle était endeuillée.  Lily s'approcha doucement du salon mais son beau-père lui intima doucement de retourner dans l'entrée. Elle aurait aimé lui dire au-revoir quand même. Lily savait où elle allait. Elle quittait cet endroit pour aller vivre avec son papa. La petite blonde avait eu la surprise de voir sa mère revenir en larmes, deux jours auparavant. La femme lui avait hurler dessus sans raison et son beau-père lui avait calmement expliqué que, désormais, elle vivrait chez son père. Cette annonce rendait Lily très heureuse mais elle ne pouvait pas le montrer parce qu'elle savait bien que ça ferait de la peine à sa mère. La petite fille serra un peu plus son doudou contre elle, pinçant tristement les lèvres. Elle voyait bien que tout ça faisait de la peine à sa maman et elle ne pouvait même pas essayer de la réconforter. Son beau-père arriva près d'elle en souriant. Il lui prit la main pour l'emmener dans la voiture, l'installant à l'arrière, dans son siège.

Durant tout le trajet, la petite fille se contenta d'être silencieuse et d'observer la ville défiler sous ses yeux. Le paysage changeait. C'est sur que son papa ne vivait pas dans un quartier aussi luxueux que celui de sa mère mais ça, elle s'en fichait complètement. La petite fille finit par remuer d'impatience lorsqu'elle reconnu le quartier où vivait son papa. Elle manqua même de retirer sa ceinture mais elle se serait probablement faite disputer. Son beau-père prit le temps d'annoncer la situation à son père qui attendait devant la porte. Au moins, ces deux-là s'entendaient bien et s'accordaient pour que Lily ait une belle vie. La petite fille finit par sourire lorsqu'on lui ouvrit la portière, sautant hors du véhicule souplement. Elle courut vers son père sans attendre, lui sautant dans les bras pour déposer un gros bisou sur sa joue.

« Mon daddyyyyy !!!! »

Doucement, elle entoura les larges épaules de son père pour le câliner tendrement, heureuse d'être là, de le retrouver et de vivre enfin avec lui. Elle fit un signe à son beau-père qui repartait après avoir déposé son sac près d'eux. Puis elle reposa son regard sur son père, un large sourire sur le visage.

« Je vais enfin vivre avec toi !! Est ce que je peux avoir un chien ? »


Believe in your dreams
It's never too late
to have a happy childhood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


* Depuis qu’il côtoie le milieu criminel, il sait parler son langage et manier la carotte et le bâton pour obtenir les renseignements qu’il recherche, que ce soit dans des interrogatoires serrés au poste ou « off the record ».

* Après une déception amoureuse qui l’a profondément blessé, il ne croit plus véritablement en l’amour.

* La mère de sa fille est bipolaire et irresponsable. Elle en est déjà à son troisième mariage et elle cumule les ennuis de toutes sortes. Désireux de donner une meilleure éducation et un foyer stable à sa fille (Lily-Rose), Dave a fait une demande de garde exclusive à la cour.

* Il est cousin avec Nicholas McGowan

****

~ RP EN COURS ~

* Lily-Rose
* Austin Greene
* Rp de groupe entre policiers



• INSCRIS LE : 05/03/2018
• MESSAGE : 304
• CÉLÉBRITÉ : Chris Hemsworth
• CRÉDITS : vava : Junkiie
• DC : Sean / Ludivine / Ian
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: Sweet Child of Mine
Dim 14 Oct 2018 - 22:37

Après des mois à batailler pour obtenir la garde complète de ma fille, je peux enfin respirer plus librement. Maintenant que la joute est gagnée, je vais pouvoir enfin mieux dormir de savoir ma fille en sécurité. Lorsqu’elle sera finalement installée sous mon toit, je cesserai d’être effrayée chaque fois que mon téléphone sonne. Je me suis montrée patient et conciliant envers la mère de la petite, mais à présent c’est le bien-être de Lily-Rose qui prime. Elle a le droit de grandir dans un milieu sain et sécuritaire et c’est ce que le tribunal a reconnu et approuvé. Désormais, à moi de faire mes preuves. Ce ne sera pas tout simple de conjuguer mon horaire de travail avec la routine de la petite, mais je suis prêt à tout pour assurer son bonheur.

Aujourd’hui, c’est le grand jour. Ma petite princesse emménage de façon permanente avec moi. Question d’assurer une bonne transition dans nos deux vies, j’ai pris une semaine de congé. Ma demeure étant tout près du quartier de celui de sa mère, elle n’aura heureusement pas à changer d’école et elle ne perdra pas toutes ses amies.Personnellement, ce qui sera le plus difficile ce sera d’apprendre à partager mon espace avec une autre personne alors que je suis habitué de vivre seul depuis des années. J’ai mes petites habitudes de célibataire endurci que je vais devoir changer pour ne pas choquer la petite, mais ce n’est rien en comparaison du bonheur de pouvoir vivre au quotidien avec elle.  

Les heures passent et toujours pas de signe de la voiture qui doit conduire Lily-Rose chez moi. Nerveux, je ne cesse de faire du vas et viens dans la maison pour m’assurer que tout est en ordre. Hier, j’ai rempli de frigo pour m’assurer d’avoir tout ce qu’il faut pour lui préparer ces boîtes à lunch pour l’école, mais aussi quelques gâteries pour nos soirées vidéo. Et puis finalement, j’entends le bruit distinct d’une voiture devant la maison. Je sors à l’extérieur et je vois venir vers moi l’époux de Livia qui vient me remettre les affaires de Lilly-Rose. Nous discutons quelques minutes. Il a les traits tirés et semble éreinté. Les derniers jours n’ont certainement pas été agréables pour lui. Je connais suffisamment Livia pour savoir le calvaire qu’il doit vivre au quotidien. Ce type est courageux et a bon cœur. Il m’assure qu’il est peiné de voir partir la petite de chez lui, mais il comprend la décision du juge et comme moi il pense que c’est la meilleure chose. Je le remercie pour sa bonne collaboration et je me rapproche de la voiture pour accueillir comme il se doit ma princesse. Cette dernière sort de la voiture de son beau-père en souriant et saute dans mes bras.

« Mon daddyyyyy !!!! »

Je la serre contre mon cœur et l’embrasse sur les joues. C’est si bon de pouvoir la retrouver et de savoir qu’elle ne me quittera pas après quelques heures passées ensemble. Cette fois elle reste avec moi pour toujours. Maintenant qu’elle est là, je n’ai pas de doute que tout ira à merveille. Entre nous, la complicité a été automatique, et ce dès sa naissance. J’évite pour le moment de lui parler de sa mère et des conséquences du jugement. Nous en discuterons ensemble plus tard. Après quelques câlins, je la dépose sur le sol pour lui permettre d’embrasser son beau-père et je la guide ensuite à l’intérieur de la maison pour y déposer sa petite valise.  

Excité comme une puce, Lily-Rose entre dans la maison en sautillant. Elle connaît déjà par cœur l’intérieur de la maison aussi elle va porter d’elle-même son petit sac sur son lit. Je la regarde faire amuser et je la suis dans le corridor et m’appuie contre la porte de sa chambre et lui dit : « On va s’occuper de t’acheter d’autres meubles et décorer les lieux à ton goût pour que tu sois bien confortable. J’ai pris congé toute la semaine donc on va avoir beaucoup de temps pour bien t’installer »

Elle revient vers moi pour me faire un câlin et me dit candidement : « Je vais enfin vivre avec toi !! Est-ce que je peux avoir un chien? »

Je lui souris et la soulève dans mes bras pour la chatouiller un peu. Quelle petite coquine. Elle n’en manque pas une. Elle vient à peine d’arriver que déjà elle veut tout changée et imposée sa loi. Je suis conscient qu’elle est un peu trop gâtée, mais je suis incapable de lui refuser quoi que ce soit. Malgré tout, je vais devoir me montré plus ferme avec elle si je ne veux pas en faire une capricieuse et pourrir son caractère, mais l’idée d’avoir un chien me tente depuis longtemps. Ce serait également une bonne chose pour la petite, Ce serait pour elle un bon compagnon quand je suis absent.

- Un chien? … hum tu crois que tu pourrais t’en occuper? Tu sais que cela demande beaucoup de soin. Il faut le brosser quotidiennement et le promener, etc.


My Little Queen

©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Sweet Child of Mine

Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet Child of Mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord ouest :: Downtown-