VPD



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 VPD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


• INSCRIS LE : 05/10/2017
• MESSAGE : 135
• CÉLÉBRITÉ : Tim Roth
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Jane Sgidaa Kaw
• LIKE : 0
MessageSujet: VPD
Dim 28 Oct 2018 - 2:43

Le VPD avait vu passer plusieurs chefs ces dernières années et Goodman, bien qu’il soit d’une approche un peu frustre, avec des manières douloureusement franches, se montrait très efficace et compétent.

Mais Goodman avait des problèmes et l’un d’eux était Frank Wilcox.

- Alors Anderson, à quel point vous croyez avoir la vocation pour être flic?

L’homme pris place à son bureau et ouvrit son poste de travail de quelques touches aléatoires. Il n’écoutait la réponse que d’une oreille.

- Vous savez que Powell est en pré-retraite, non? Il en est au stade où ses dossiers sont classés, les archives sont aux archives, et il en est à racler les fonds de tiroir et écouler son temps accumulé. La retraite définitive est pour la fin de l’année.

Il ouvrit son fichier d’assignation. Son idée était faite. Parfois, il faut savoir se sacrifier.

- Je dois trouver un partenaire à Wilcox et ce sera vous…


Autant annoncer les mauvaises nouvelles sans tourner autour du pot. Une situation claire et équivoque est plus facile à assimiler que se perdre dans les dédales de questionnement subtils.

- Il est venu à bout de Jax Romero… C’est pas peu dire… J’ai reçu sa démission il y a plusieurs semaines. Je me suis abstenu d’en faire l’annonce pour ne pas créer un vent de panique. L’agent Poole a été pressentit mais ce n’est pas un flic de terrain. Wilcox n’en ferait qu’une bouchée. Considérez-le plutôt comme un allié dans l’adversité. La stagiaire, la petite Ariadne a du répondant, mais elle n’est pas diplômée…

Goodman avait fermé la porte en entrant. Une porte épaisse, assez pour couvrir des propos qui serait énoncé avec trop de véhémence. Une porte solide, parce qu’instinctivement tout le monde se serait jeté au travers d’une porte laissée ouverte.

- Je vous rassure, Mademoiselle Layla Stone, qui est également votre thérapeute, je crois, le juge apte au travail.

Inutile de lui dire que sa précédent thérapeute, Mademoiselle Emma Jones, lui attribuait à la fois son burnout et un choc post traumatique. Inutile de lui dire que Mademoiselle Stone avait également jugé qu’il était complétement dingue…

- Tout ce que je peux vous dire sur le bonhomme, c’est qu’il a un chat qui s’appelle Canard, il se fait conduire, il boit trop de café, a mal à l’estomac et refuse toute tâche administrative. Il est là depuis 20ans. Ici… Avant il était dans l’est. Il a toujours refusé de monter en grade. Powell lui-même n’en sait pas plus…

***

Ce matin-là, Wilcox était arrivé vers 9h, fidèle à ses habitudes, largement en retard pour la réunion de début de quart, un carton de café à la main et un exemplaire du Toronto Sun sous le bras, datant d’il y a 2 jours. Il n’avait pas salué le type de l’accueil, personne ne lui avait adressé un bonjour et chacun s’était enlevé de son chemin. En passant devant le bureau de Powell, il s’était étiré le cou à l’intérieur, peut-être par habitude, peut-être par espoir et était allé rejoindre le bloc de 3 stations de travail qu’il occupait à lui tout seul.

Wilcox posa sa veste sur le dossier de sa chaise, prit place à son bureau, appuya ses pieds sur la corbeille et repoussant ses lunettes sur le bout de son nez, poursuivit la lecture de son journal. La presbytie… Quelle plaie!

- Alors Poole, il s’est passé quelque chose d’intéressant cette nuit? Fit-il d’un timbre monocorde sans lever les yeux de sa lecture…

L’agent qui franchissait les tranchées en catimini s’immobilisa et fit deux pas en arrière.

- Seulement des faits divers M. Wilcox…
- Hu-hum… Quelqu’un à tirer des geôle?
- Non M. Wilcox… Les cellules de dégrisement sont vides..
- Hum…

Poole continua son chemin après avoir reçu son congé et disparu de la vue en s’excusant devant le nouveau venu.

- Wilcox? Voici Anderson, votre nouveau partenaire… Si vous acceptez de travailler avec lui, il se chargera des tâches administratives, annonça Goodman.

Efficace, compétent, et un brin tyrannique… Chaque problème a sa solution…

- Je compte sur vous pour me rapporter toute difficulté à votre intégration, Anderson… fit Goodman avant de les planter là.

Wilcox le fixait par dessus la monture de ses lunettes, ses lèvres s'arrondissant en un 'O' stupéfait. Il replia son journal et le jeta sur le bureau. Il prit un instant de réflexion avant de parler, signe que toutes ces heures de thérapie commençait à rentrer.

- Alors, lieutenant?
fit-il en lui donnant son grade, signe que tout compte fait, il connaissait la hiérarchie. C'est vrai ça? Pour les tâches administratives? questionna-t-il avec une amabilité polie et respectueuse qu'on ne lui aurait pas soupçonné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


* Depuis qu’il côtoie le milieu criminel, il sait parler son langage et manier la carotte et le bâton pour obtenir les renseignements qu’il recherche, que ce soit dans des interrogatoires serrés au poste ou « off the record ».

* Il a fait des études en criminologie a l'université avant d’intégrer la police en Australie.

* Après une déception amoureuse qui l’a profondément blessé, il ne croit plus véritablement en l’amour.

* La mère de sa fille est bipolaire et irresponsable. Elle en est déjà à son troisième mariage et elle cumule les ennuis de toutes sortes. Désireux de donner une meilleure éducation et un foyer stable à sa fille (Lily-Rose), Dave a fait une demande de garde exclusive à la cour.

* Il est cousin avec Nicholas McGowan

****

~ RP EN COURS ~

* Lily-Rose
* Austin Greene + Jersey S. Finnley
* Frank B. Wilcox
* Rp de groupe entre policiers



• INSCRIS LE : 05/03/2018
• MESSAGE : 323
• CÉLÉBRITÉ : Chris Hemsworth
• CRÉDITS : vava : STARFIRE
• DC : Sean / Ludivine / Ian
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: VPD
Dim 28 Oct 2018 - 18:55

C’est le jour J. Après plusieurs mois d’attente, je fais officiellement mon entrée à la section criminelle de la police de Vancouver. Je suis assigné au nord-est de la ville. Ce secteur regroupe entre autres le Downtown Eastside reconnu pour ses problèmes sérieux de pauvreté, de violence, d'usage de drogues et de prostitution. Un terreau par excellence pour l’essor de la petite et grande criminalité.

Nerveux, je me présente à mon nouveau poste vers 7h00 pour me familiariser avec les lieux. Au programme de la matinée, rencontre avec mon nouveau commandant et partenaire de travail. Depuis mon arrivé à Vancouver, j’ai travaillé majoritairement en solitaire sur mes enquêtes aussi, je suis impatient de savoir avec qui je vais me retrouver.

Il est 7 h 30 sonnant lorsqu’un homme de petite taille se présente devant moi à la cuisine du poste. Autour de moi, tout le monde salue le petit homme en lui donnant du « Bonjour Commandant ». À son arrivé à ma hauteur, je me lève de ma chaise et serre la main qu’il me tend. J’ai presque honte de faire pratiquement deux fois sa taille, mais je me garde bien de laisser paraître mon malaise. Nous échangeons une poignée de main virile et des salutations de rigueur avant qu’il me fasse signe de le suivre. Il me fait faire une visite rapide des lieux avant de m’accueillir dans son bureau. Il prend place sur son fauteuil et fait signe de m’installer. Il m’observe attentivement et ouvre un petit dossier qui se trouve devant lui pour prendre quelques notes. Je reconnais immédiatement la couleur de la filière. Il s’agit de mon dossier d’employé qui contient l’ensemble des informations sur mon parcours, et ce depuis mon intégration dans la police en Australie.  

- Alors Anderson, à quel point vous croyez avoir la vocation pour être flic?

Je reste un moment sans voix avant de retrouver mes moyens. Sa question me surprend puisque je ne suis pas un jeunot qui arrive dans le métier, j’ai quand même huit ans de service et un baccalauréat en criminologie. Impossible de me défiler, je formule une réponse digne d’une entrevue d’embauche en lien avec mon grade, mais cela ne semble pas l’impressionner. J’ai la soudaine impression qu’il ne m’écoute absolument pas. Il pianote sur son ordinateur et ajoute : « Vous savez que Powell est en préretraite, non? Il en est au stade où ses dossiers sont classés, les archives sont aux archives, et il en est à racler les fonds de tiroir et écouler son temps accumulé. La retraite définitive est pour la fin de l’année. »

Je fais semblant de m’intéresser à ce qu’il me dit alors que je n’ai aucune idée de qui il me parle. Qui est ce Powell? Quel est son lien avec moi?

L’homme lève enfin la tête de son ordinateur pour me faire face et m’observe de nouveau avant de lancer : « Je dois trouver un partenaire à Wilcox et ce sera vous… »

Wilcox. Ce nom ne me dit absolument rien. Qui est-ce? Je ne me rappelle pas avoir vu son nom dans le répertoire des officiers. Étrange. Est-ce possible qu’on m’est mis en équipe avec un simple constable? J’ai subitement l’impression qu’on essaie de me piéger en m’assignant le mouton noir de la place. Question d’en savoir davantage sur mon nouveau partenaire, j’écoute avec attention le commandant.

- Il est venu à bout de Jax Romero… Ce n’est pas peu dire… J’ai reçu sa démission il y a plusieurs semaines. Je me suis abstenu d’en faire l’annonce pour ne pas créer un vent de panique. L’agent Poole a été pressenti, mais ce n’est pas un flic de terrain. Wilcox n’en ferait qu’une bouchée. Considérez-le plutôt comme un allié dans l’adversité. La stagiaire, la petite Ariadne a du répondant, mais elle n’est pas diplômée…

He ben ce type à l’air d’être tout un numéro si ses collègues ont horreur de bosser avec lui. Perdu dans mes pensées, je sors de ma brume lorsque j’entends le nom de Miss Stone. Furieux, je me renfrogne immédiatement au souvenir douloureux de nos rencontres. Je ne devrais pourtant pas être surpris que mes séances avec la psychologue soient inscrites dans mon dossier puisqu’elles ont été imposées par mon ancien chef. Je ne sais pas ce que la psychologue a conclu de nos entretiens, mais apparemment son verdict semble positif puisque les affaires internes ont finalement accepté mon transfert à la criminelle. Lorsque Goodman ajoute que j’ai la même thérapeute que Wilcox, je me demande immédiatement si c’est l’une des raisons qui le l’incite à nous mettre en équipe. Peut-être que ce type me ressemble au final : un loup solitaire acariâtre, peu bavard, agressif et impulsif selon les dires de Miss Stone.

Curieux, je questionne mon nouveau chef au sujet de mon partenaire. Il semble alors in brin inconfortable et se gratte le dessus de la tête avant de me répondre : « Tout ce que je peux vous dire sur le bonhomme, c’est qu’il a un chat qui s’appelle Canard, il se fait conduire, il boit trop de café, a mal à l’estomac et refuse toute tâche administrative. Il est là depuis 20 ans. Il a toujours refusé de monter en grade. Powell lui-même n’en sait pas plus… »

Il s’agit donc d’un vieux routier. Je fais un rapide calcul dans ma tête. Si le type a 20 ans de service, il doit sûrement avoir dans la fin quarantaine début cinquantaine. En apparence, mon partenaire semble plutôt singulier, mais je me garde d’un jugement trop rapide. Finalement, je tique sur le fait qu’il refuse les tâches administratives. Une fois de plus, j’allais me retrouver à me taper tous les formulaires et rapports à produire. Sympa.

Je prends une profonde inspiration pour faire passer la pilule et réponds qu’il me tarde de faire sa connaissance. Mon ton est un brin ironique, mais mon chef ne semble pas s’en formaliser. Il me fait signe de me suivre et nous parcourons un vaste corridor qui débouche sur une immense salle qui regroupe plusieurs unités de travail. La majorité des espaces de travail sont couverts de dossiers et de feuilles de papiers posés pêle-mêle. Rien de bien nouveau ni de significatif sur l’ambiance des lieux. On trouve également des poubelles qui débordent de gobelets de café vides. Tout à fait normal et prévisible. Étrangement, même s’il s’agit de mon premier jour, les lieux me sont familiers. Cette salle de travail ressemble à toutes les autres que j’ai fréquentées dans le passé. Nous continuons notre visite des lieux et mon chef me montre les bureaux des sergents et lieutenants-détectives et finalement le mien. Ce dernier est d’une bonne grandeur et comble de chance, j’ai même droit à deux fenêtres.

- Un technicien de notre unité informatique va venir vous installer votre ordinateur et téléphone et tout devrait être fonctionnel d’ici 1 h. Maintenant, venez que je vous présente à Wilcox.

Nous traversons la grande salle et alors qu’on se rapproche du bureau de mon nouveau partenaire, Goodman ajoute : « Vous me semblez un type peu loquace Anderson. Vous devriez bien vous entendre tous les deux… »

Je fait un sourire forcé pour toute réponse. Il stoppe finalement sa marche devant un bloc de travail et s’adresse à un type qui semble plus absorber par son journal par ce qui se passe autour de lui.

- Wilcox? Voici Anderson, votre nouveau partenaire… Si vous acceptez de travailler avec lui, il se chargera des tâches administratives.

Avons-nous vraiment le choix? Pourquoi ai-je la soudaine impression qu’il s’agit davantage d’une sentence qu’une récompense? Mal à l’aise, je ne sais trop comment réagir et je me contente d’observer le type qui se trouve devant moi.  

- "Je compte sur vous pour me rapporter toute difficulté à votre intégration, Anderson" … ajoute finalement le chef avant de quitter rapidement les lieux nous laissant face à face.

Je n’ai pas le temps de répondre quoi que ce soit que déjà il est disparu. Mal à l’aise, je ne sais pas ce que je dois dire ou faire. Autour de nous, d’autres enquêteurs se pressent pour s’installer et je sens que tout le monde attend de voir nos premiers échanges comme s’il s’agissait d’une rencontre entre deux émissaires de gouvernement opposés. On s’observe silencieusement. On se jauge. Heureusement Wilcox prend l’initiative de briser la glace sinon nous y serions encore demain matin.

- Alors, lieutenant? C'est vrai ça? Pour les tâches administratives?

Puisqu’il a insisté a nommé mon grade, je ne peux m’empêcher de me demander s’il est embarrassé de se retrouver avec un type plus jeune et plus gradé que lui. Il replie son journal et attend ma réponse en espérant sûrement qu’il ne s’agit pas d’une blague du chef.

- Ouep… aucun problème avec la paperasse. Par contre, je te laisse le volant. Tu dois mieux connaître la ville que moi. Tu bosses sur quoi en ce moment?  

Autant rentré rapidement dans le vif du sujet. Je ne suis pas là pour mener une conversation mondaine après tout. C’est peut-être une fausse impression, mais quelque chose me dit que je vais au final bien m’entendre avec l’agent Wilcox.

- Hummm, j’ai oublié… tu préfères que je t’appelle Wilcox ou Frank? Moi, c’est Dave.

Je tends ma main vers lui.


My Little Queen

©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


• INSCRIS LE : 05/10/2017
• MESSAGE : 135
• CÉLÉBRITÉ : Tim Roth
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Jane Sgidaa Kaw
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: VPD
Jeu 1 Nov 2018 - 2:51

En 20ans, Wilcox avait signé si peu de paperasse qu’il avait la réputation d’être un analphabète. Il ne s’en était jamais défendu.

Frank baissa les yeux vers la main tendue. Un peu comme s’il n’était pas habitué à ce genre de civilité. Il prit pourtant la peine de se lever de sa chaise et glissa la main dans la sienne. Une poigne ferme, sèche, pondérée… Il agit avec une sorte de lenteur qui donnait l’impression qu’il s’attendait à ce que son interlocuteur retire la main tendu. Probablement d’avantage parce qu’il n’avait pas l’habitude qu’on se montre polit avec lui…

- Frank… Tu peux m’appeler Frank… Ou Wilcox… Peu importe… Sur la rue je préfère Wilcox… C’est à la fois plus formel et plus familier… Wilcox, c’est mon épithète, mais si tu te charges des tâches administratives, tu peux m’appeler Frank, Dave…

Quelle bonne surprise. Qui était ce gus sorti de nulle part? Frank prit le temps de réfléchir. Il fallait se montrer raisonnable, il ne pouvait pas travailler seul… Gagner du temps.

- Tenez, il y a une chaise là…
fit-il en l’invitant à s’assoir.

Ne pas effaroucher la bête… Se montrer conciliant, trouver des compromis. Il n’était pas du bureau, il avait un accent, l’occasion d’un nouveau départ… Mademoiselle Stone avait posé ses conditions…

- Je ne conduits pas…
répondit-il évasivement. C’est plus prudent… Mais je peux vous indiquer la route, je connais la ville… Il vient d’où cet accent? Ce n’est pas canadien, ni américain…

Il n’y avait rien sur le bureau de Wilcox. Rien sur les 3 bureaux de la station de travail. Seulement des ordinateurs et les trois étaient ouverts. Pas un crayon, pas un post-it… Et pourtant Wilcox semblait chercher quelque chose du regard…

- La criminelle, c’est la criminelle… On est à Vancouver, pas à NewYork… Je travaille sur l’homicide d’un dealer… Tout frais… Un attentat… Tout tourne autour de la drogue… Un cold case… Quel est ta spécialité?

Goodman n’avait pas dit qu’il n’était jamais monté en grade. Il avait dit que Wilcox n’avait jamais accepté de prendre du grade. Low profile… Sur aucune liste. Inspecteur à la criminelle, aucun titre, mais tous les avantages, infiltré dans le milieu, la police cette fois.

- Qu'est-ce qui vous intéresse en général?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


* Depuis qu’il côtoie le milieu criminel, il sait parler son langage et manier la carotte et le bâton pour obtenir les renseignements qu’il recherche, que ce soit dans des interrogatoires serrés au poste ou « off the record ».

* Il a fait des études en criminologie a l'université avant d’intégrer la police en Australie.

* Après une déception amoureuse qui l’a profondément blessé, il ne croit plus véritablement en l’amour.

* La mère de sa fille est bipolaire et irresponsable. Elle en est déjà à son troisième mariage et elle cumule les ennuis de toutes sortes. Désireux de donner une meilleure éducation et un foyer stable à sa fille (Lily-Rose), Dave a fait une demande de garde exclusive à la cour.

* Il est cousin avec Nicholas McGowan

****

~ RP EN COURS ~

* Lily-Rose
* Austin Greene + Jersey S. Finnley
* Frank B. Wilcox
* Rp de groupe entre policiers



• INSCRIS LE : 05/03/2018
• MESSAGE : 323
• CÉLÉBRITÉ : Chris Hemsworth
• CRÉDITS : vava : STARFIRE
• DC : Sean / Ludivine / Ian
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: VPD
Dim 4 Nov 2018 - 14:03

Mon nouveau partenaire me jauge du regard. Il doit se demander ce que j’ai fait de mal pour aboutir dans ce poste pourri et plus encore avec lui comme partenaire. Si je me fie seulement aux dires du chef ce serait un original, mais je m’en moque. J’ai moi aussi mes tocs et mes habitudes. Qui sait peut être deviendrons nous une super équipe. Je suis prêt à donner une chance au destin. On ne sait jamais.

Question de partir sur une bonne base, je me montre courtois avec lui. Je lui tends la main pour le saluer et après une brève hésitation, il fait de même. C’est déjà, ça de gagné. Je lui demande également s’il préfère que je l’appelle par son nom ou prénom. Certaine personne sont chatouilleuse sur ce sujet dans le métier donc autant s’informer.

- Frank… Tu peux m’appeler Frank… Ou Wilcox… Peu importe… Sur la rue je préfère Wilcox… C’est à la fois plus formel et plus familier… Wilcox, c’est mon épithète, mais si tu te charges des tâches administratives, tu peux m’appeler Frank, Dave…

Je fais un léger signe de tête pour lui dire que j’ai bien saisi. Pour ma part, puisque je n’ai pas envie qu’il me serve du « lieutenant » chaque fois qu’il s’adresse à moi, je lui ai spécifié qu’il peut m’appeler par mon prénom. Pour lui ce sera Wilcox.  

- Comme je l’ai dit plutôt, je vais m’occuper des dossiers et des rapports. Pas de soucis, j’y suis habitué.

Il me sourit satisfait de ma réponse. Il regarde ensuite autour de nous et me déniche une chaise qu’il pose tout près de son bureau et il m’invite à m’asseoir. Je le remercie et prends place sans le lâcher du regard.  

- Je ne conduis pas… C’est plus prudent… Mais je peux vous indiquer la route, je connais la ville… Il vient d’où cet accent? Ce n’est pas canadien, ni américain…

Et puis alors qu’il me dit qu’il ne conduit pas, je me rappelle ce que m’a dit plutôt le chef à ce sujet. Quel con. Je m’en veux d’avoir oublié ce détail. Parfait, une autre responsabilité pour moi. Décidément, ma tâche commence à s’alourdir. Je vais donc m’occuper de nous conduire partout où on doit aller et écrire nos rapports et lui… lui qu’est-ce qu’il fera au juste? Je commence sérieusement à me questionner sur ses qualifications et habilités. Je ne peux pas croire qu’on garderait un type à ne rien faire durant 20 ans.

- Non… c’est australien. Je suis de Brisbane, mais j’ai surtout travaillé à Melbourne. Je suis à Vancouver depuis seulement 3 ans.

Je reste vague. Pas question pour le moment de rentrer dans le détail. On verra au fil de nos échanges si je peux avoir confiance en ce type pour lui faire des confidences. Un brin mal à l’aise, je regarde son espace de travail et je n’y vois aucun papier ni crayon. Seulement des ordinateurs. Trois pour être plus exact. C’est déjà plus que tous les autres agents présents dans la salle. Ce type ne prend donc jamais de notes? Bizarre. Peut-être qu’il est contre le gaspillage inutile de papier et que tout est dans sa tête. Enfin, je lui laisse le bénéfice du doute pour le moment. Je verrai bien ses méthodes de travail une fois dans le feu de l’action comme on dit.  

Les gens autour de nous s’activent et parlent ensemble de leurs enquêtes et des trucs qu’ils doivent faire au courant de la journée. Désireux de me lancer, je me presse de demander à mon nouveau collègue sur quoi il travaille en ce moment. Puisque je ne vois aucun dossier ou preuve d’une enquête en cours sur son bureau, je suis perplexe et curieux de savoir ce qui occupe ses journées.

- La criminelle, c’est la criminelle… On est à Vancouver, pas à New York… Je travaille sur l’homicide d’un dealer… Tout frais… Un attentat… tout tourne autour de la drogue… Un cold case… Quelle est ta spécialité?

Peu loquace mon nouveau partenaire me fait un léger topo. Il ne semble pas avoir été informé de mon arrivé puisqu’il ne sait rien à mon sujet alors je me sens dans l’obligation de lui faire un résumé de mes états de service. Je n’ai pas vingt ans de service comme lui, mais je ne suis pas non plus un débutant.

- J’étais à l’antigang et au crime organisé avant de demander mon transfert. J’ai également fait quelques stages aux mœurs et aux stups.

J’ouvre un calepin de note que je garde toujours dans la poche de ma veste et prends quelques notes.

- Tu peux m’en dire plus sur le dealer. Vous avez retrouvé le corps dans une ruelle ou dans une cache? Il était connu du service?  

Wilcox hésite. J’ai la soudaine impression qu’il me prend pour un extra-terrestre pourtant je ne fais que mon boulot. Apparemment, il semble davantage intéresser à enquêter sur mes antécédents que sur son affaire en cours.    

- qu'est-ce qui vous intéresse en général?

- Aucune différence. Un cas est un cas. J’essaie de rester objectif. J’avais fait le tour à l’antigang et j’en avais marre de bosser pour rien. Suffit qu’on mette quelques membres d’un gang à l’ombre pour qu’ils soient rapidement remplacés par le double.

Je griffonne un truc sans importance sur la feuille de mon carnet et j’ajoute pour mettre les choses bien au claire entre nous : « Il y a longtemps que j’ai perdu mes illusions. En dehors de ses murs, c’est la jungle. C’est chacun pour soi. On arrivera jamais à cesser les gens de se buter entre eux ou s’autodétruire avec de la merde. On essaie seulement de faire régner un semblant de justice et d’équilibre… tu as déjà tiré sur quelqu’un Wilcox? »


My Little Queen

©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


• INSCRIS LE : 05/10/2017
• MESSAGE : 135
• CÉLÉBRITÉ : Tim Roth
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Jane Sgidaa Kaw
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: VPD
Lun 5 Nov 2018 - 2:56


- Ma spécialité c’est d’être le mauvais flic… Powell était le bon… avoua Wilcox de but en blanc.

Il se passa la main sur la nuque, chassant un petit coup de chaleur…

- Toi, t’es quel genre?

Ça paraissait évident. Si Goodman le lui avait collé, c’est que c’était soit : 1- une tête brulée, 2- un bon canard. Peut-être 3- un peu des deux?

- Tu feras le bon flic… T’as une tête de bon flic, je ferai le gros dur…

Wilcox posait beaucoup de question, jaugeant son partenaire. Ils devaient collaborer. Mademoiselle Stone en avait fait une condition. C’était ça ou il allait rejoindre Powell à la retraite… Inutile d’ébruiter la chose, il perdrait alors un argument de négociation important. En outre, Mademoiselle Stone l’avait déclaré trop fou pour être laissé en liberté… Il n’osait imaginer ce qu’elle avait d’autre en tête. Il redoutait qu’elle ait eu accès à d’autres informations, sur, par exemple, les raisons de sa présence ici, et ce qu’il avait fait pour mériter ça…

3ans? Et il a foutu quoi pendant 3ans si il ne connait même pas la ville? C’est une éternité 3ans! Et l’australie? Quoi les koalas et tout ça? Pfff Il y a une fille là-dessous, c’est certain… Y’a pas 36 raisons de traverser toute la putain de planète et quitter un pays ensoleillé pour le climat morne de la côte ouest du canada…

- Je prends toutes les affaires de manière très personnelle, désolé, s’excusa-t-il à l’avance. Pour moi, être flic, ce n’est pas la loi et l’ordre. La loi est un outil et je refuse qu’elle m’handicape. Et en ce qui concerne l’ordre, c’est un concept très suggestif. Pour moi être flic, c’est protéger et servir… Dans le sens de me servir de tous les prétextes à ma disposition pour protéger…

Frank Wilcox remportait, année après année, le pool du flic avec le plus de blâme au département des plaintes. Il n’avait aucune concurrence…

- L’homicide? Un dealer, dans une ruelle, une balle dans la poitrine et une dans la tête. Balle artisanale. Quelqu’un a ramassé les douilles… Pas d’arme du crime… Pas de témoin, pas de suspect…Affilié à un gang, pas de casier, pas fiché, connu de moi. Il ne dérangeait personne et occupait son spot avec l’accord du tenancier.

Wilcox leva un sourcil… Comme s’il trouvait soudainement un intérêt à l’idée de révéler ses affaires en cours.

- L’attentat… Un accident de la route avec délit de fuite… 2 blessés, graves. Les analystes en reconstitution ont confirmé ce que les caméra de surveillance de la circulation et de l’aéroport nous avait appris. Les victimes étaient attendues. Et le véhicule qui les a percuté n’a pas freiné mais accélérer avant l’impact… On a essayé de les pousser dans le Fraser. La victime? Le propriétaire du SealTheDeal et son petit frère, 2 jours après l’homicide du dealer, dans la ruelle derrière l’établissement. Le cold case maintenant?

Il avait l’air beaucoup trop enthousiaste… Ce n’était pas un simple exposé des faits, c’était un test. Wilcox s’assit sur un coin de son bureau.

- Une jeune pipelette, riche et populaire. On a trouvé son assassin… Enfin, le détective Sonny D Torrance nous a mis sur la piste via un pirate informatique vengeur. Condamné mais pas crédible. La fille est morte dans une ruelle sordide… NON! Pas derrière le STD. Mais en possession d’une quantité de drogue suffisante pour en faire le traffic… Et ça, c’était pas son genre… La drogue? Elle appartenait au même mécène que celui du dealer tué…

Soudainement, Wilcox se pencha en avant sur un air de confidence.

- N’évoquez pas le cas de Mademoiselle Hirsh devant la stagiaire, c’était sa colloc. Ajouta-t-il en chuchotant. C'est une gamine sensible, méfiez-vous… En fait, ne vous approchez pas d’Ariadne, je me la réserve…

Sa fille… Il ne laisserait personne… Eh merdre, qu’est-ce qu’il faisait là? Il allait finir par se compromettre. Ariadne avait des griffes et des dents. Elle pouvait se débrouiller toute seule. On ne devient pas un navigateur aguerrit en voguant sur un étang.

- Et la boucle? Le petit frère est également le coloc de la stagiaire et il fricotait avec la victime. Le petit frère a récemment démolit le bar du mécène… Et le mécène a des affinités professionnelles avec le patron de la petite amie du propriétaire du SealTheDeal. Vous en dites quoi?

Est-ce que Wilcox avait déjà tirer sur quelqu'un? Tué quelqu'un? Il avait complètement escamoté la question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


* Depuis qu’il côtoie le milieu criminel, il sait parler son langage et manier la carotte et le bâton pour obtenir les renseignements qu’il recherche, que ce soit dans des interrogatoires serrés au poste ou « off the record ».

* Il a fait des études en criminologie a l'université avant d’intégrer la police en Australie.

* Après une déception amoureuse qui l’a profondément blessé, il ne croit plus véritablement en l’amour.

* La mère de sa fille est bipolaire et irresponsable. Elle en est déjà à son troisième mariage et elle cumule les ennuis de toutes sortes. Désireux de donner une meilleure éducation et un foyer stable à sa fille (Lily-Rose), Dave a fait une demande de garde exclusive à la cour.

* Il est cousin avec Nicholas McGowan

****

~ RP EN COURS ~

* Lily-Rose
* Austin Greene + Jersey S. Finnley
* Frank B. Wilcox
* Rp de groupe entre policiers



• INSCRIS LE : 05/03/2018
• MESSAGE : 323
• CÉLÉBRITÉ : Chris Hemsworth
• CRÉDITS : vava : STARFIRE
• DC : Sean / Ludivine / Ian
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: VPD
Dim 11 Nov 2018 - 13:22

Ayant compris assez rapidement que mon nouveau partenaire ne prenait jamais de note et qu’il détestait tout ce qui se rapproche de la paperasse administrative, je me mis à écrire frénétiquement tout ce qu’il me racontait sur ses enquêtes en cours pour documenter nos dossiers. Une fois ce premier entretien terminé, j’allais devoir vérifier le tout dans le système et probablement créer l’ensemble des dossiers d’A-Z. Je ne pouvais hélas pas me fier sur la mémoire d’un vieux routier pour faire mon travail, j’étais nettement plus méthodique. Je ne voulais pas juger ses méthodes de travail, mais pour l’heure, j’avais de sérieux doutes sur son efficacité.  

- L’homicide? Un dealer, dans une ruelle, une balle dans la poitrine et une dans la tête. Balle artisanale. Quelqu’un a ramassé les douilles… Pas d’arme du crime… Pas de témoin, pas de suspect… Affilié à un gang, pas de casier, pas fiché, connu de moi. Il ne dérangeait personne et occupait son spot avec l’accord du tenancier.

C’était embêtant qu’il n’ait pas trouvé les douilles, mais avec un bon examen du corps on pourrait toujours obtenir l’information manquante.

- D’accord. Tu as une copie de l’autopsie ou je dois communiquer avec Carter? Je vais fouiller de mon côté, j’étais au crime organisé, j’ai peut-être quelque chose sur ce type quelque part dans un dossier. Sinon, il faudra vérifier qui va revendiquer son « spot » ainsi on aura une idée sur le responsable ou du moins le véritable commanditaire.

Ce premier dossier me semblait plutôt simple et serait rapidement chose du passé. Une fois mes notes prises, j’attendis la suite du topo de Wilcox.

- L’attentat… Un accident de la route avec délit de fuite… 2 blessés, graves. Les analystes en reconstitution ont confirmé ce que les caméras de surveillance de la circulation et de l’aéroport nous avaient appris. Les victimes étaient attendues. Et le véhicule qui les a percutés n’a pas freiné, mais accéléré avant l’impact… On a essayé de les pousser dans le Fraser. La victime? Le propriétaire du Seal The Deal et son petit frère, 2 jours après l’homicide du dealer, dans la ruelle derrière l’établissement. Le cold case maintenant?

Au fil de ses descriptions, la voix morne et sans émotion du vieux routier s’animait. Il me donnait de plus en plus de détails et je pouvais à présent lire dans son regard une petite  flamme de passion. Ce type n’était pas totalement désabusé. Il aimait véritablement son métier.

- J’imagine que le rapport des analystes est dans le système?


Avant qu’il ne poursuivre son récit, je lui fais signe de se calmer pour me laisser le temps de tout noter et de le questionner sur cette seconde enquête. Et puis concernant le rapport des analystes en reconstitution, je lui pointe du doigt l’un des ordinateurs qui se trouve devant lui et il me répond par un simple signe de la tête.

- Est-ce qu’on a interrogé les deux victimes après l’accident? Ils sont encore à l’hosto d’après toi?

Tout doucement, je sens la complicité s’établir entre nous. L’échange d’informations se passe bien. Il me donne un maximum d’informations pour me faire une tête et me permettre de faire mon job efficacement. À mon plus grand étonnement, nous sommes déjà en action et nous avançons tous les deux nos pions dans la même direction. Assis sur le coin de son bureau à quelques pas de moi, Wilcox répond en alternance à mes questions tout en continuant son récit. Je suis impressionné par sa mémoire des faits. Avec autant de dossiers différents, je ne sais pas comment il fait pour ne pas tout mélanger. Il poursuit avec le fameux « cold case ». Le genre de dossier bien pourri qu’aucun inspecteur n’aime récupérer.

- Une jeune pipelette, riche et populaire. On a trouvé son assassin… Enfin, le détective Sonny D. Torrance nous a mis sur la piste via un pirate informatique vengeur. Condamné, mais pas crédible. La fille est morte dans une ruelle sordide… NON!  Pas derrière le STD. Mais en possession d’une quantité de drogue suffisante pour en faire le trafic… Et ça, ce n’était pas son genre… La drogue? Elle appartenait au même mécène que celui du dealer tué…

Cette histoire suscite à mon plus grand étonnement une foule de questions que je lui débite sans prendre le temps de respirer entre chaque mot.

- Torrance? Son nom ne me dit rien. Il est encore dans le métier? On peut lui parler? Il a été engagé par nos services? … et le mécène on sait de qui il s’agit?

Je me lève quelques instants de ma chaise pour aller me chercher une tasse de café et lui demande en brassant mon breuvage avec un bâtonnet de quelle drogue il s’agit. Je reprends ma place et note les dernières informations qu’il vient de lâcher avant d’ajouter : « Le rapport de l’autopsie nous a permis de savoir si la victime avait consommé avant son décès. »

Soudainement, la tête de mon nouveau partenaire se met à regarder partout autour de lui comme s’il surveillait l’arrivée de quelqu’un. Il semble dérangé par quelque chose, mais quoi? Aucune idée. Il me regarde un moment comme s’il semble hésité à me confier une information importante au sujet de cette enquête et puis finalement, il se penche vers moi pour que je sois le seul à l’entendre et me dis : « N’évoquez pas le cas de Mademoiselle Hirsh devant la stagiaire, c’était sa coloc. C'est une gamine sensible, méfiez-vous… En fait, ne vous approchez pas d’Ariadne, je me la réserve… »

Je fais un léger signe de la tête pour lui signifier que j’ai compris. Pour le moment, je n’ai pas le temps de m’intéresser à cette soi-disant stagiaire, mais on verre plus tard ce qu’elle peut nous apprendre sur son ancienne coloc. On sait jamais peut-être qu’elle sait un truc ou deux qui pourrait nous aider à coincer le véritable responsable. Je continue a prendre des notes croyant qu’il en a fini et puis il reprenant place sur sa chaise Wilcox ajoute : « Et la boucle? Le petit frère est également le coloc de la stagiaire et il fricotait avec la victime. Le petit frère a récemment démoli le bar du mécène… Et le mécène a des affinités professionnelles avec le patron de la petite amie du propriétaire du Seal The Deal. Vous en dites quoi? »

Surpris par de telles révélations, je laisse échapper un gros juron et écris tout ce qu’il vient de me dire suivi d’une foule de points d’interrogation. Ce qui en apparence semblait être, des histoires toutes simples commençaient, à devenir un véritable casse-tête. J’allais définitivement besoin de me faire de petits schémas pour ne rien oublier. Je me lève d’un bond de ma chaise et avale le reste de mon café avant de jeter le gobelet dans la poubelle et lui réponds : « J’en dis que c’est de la grosse merde et que nous avons de quoi nous occuper pour les prochains jours. Je vais aller mettre ça noir sur blanc et on se reparle un peu plus tard. »

Je fais quelques pas en direction de mon nouveau bureau et puis je m’arrête en chemin me rappelant qu’il n’a pas répondu à ma question au sujet de l’utilisation de son arme de service. Je note quelque chose sur l'une des page de mon calepin et la dépose devant lui sur son bureau avant d’aller dans le mien.  

« 2015-11-6_95 Anderson »

Spoiler:
 


My Little Queen

©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


• INSCRIS LE : 05/10/2017
• MESSAGE : 135
• CÉLÉBRITÉ : Tim Roth
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Jane Sgidaa Kaw
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: VPD
Lun 12 Nov 2018 - 2:53

Tous les dossiers étaient déjà dans le système. Évidemment Wilcox ne le lui dit pas. Powell était un modèle de rigueur et d’organisation. C’était une chose que Wilcox appréciait. Un dossier numérique est une chose qui se glisse bien sur une clef usb afin d’être consultée entre 2 crises d’insomnie.

- Carter? Tu te fies à Carter? Oui, on peut aller voir Carter! J’adore sa manière de noyer le poisson, on apprend toujours quelque chose avec Carter! Rarement ce qu’on cherche, mais tout de même… fit le vieux flic en haussant les épaules avec fatalité. Pour ce qui est du spot…

Quelque chose lui déplaisait… C’était visible à son expression. Quelque chose qu’il ne comprenait pas… Parce que Tony avait accordé le spot en échange d’un service et que le service avait été rendu. Tony se trouvait en défaut de paiement mais outre l’attentat, plus rien… Les choses aurait dû se précipiter dans une spirale de criminalité mais non, rien… Comme si le cyclone s’était étiolé. L’effet papillon? Un fameux papillon.

- Le spot n’a pas été repris.

Wilcox fouilla dans son tiroir et en sorti un flacon d’antiacide. Une odeur de fruits tropicaux chimiques se répandit autour du flic alors qu’il croquait distraitement sa médication. Ouais, le comportement étonnamment neutre de Perkins lui donnait des brûlements d’estomac. Les problèmes qu’on voit venir sont toujours moins stressants.

- Ouais ouais, tout est dans le système… Je te donnerai les accès de Powell… Les victimes sont sorties de l’hôpital… Ils étaient sortis avant même que l’analyse en reconstitution ne soit sortie…

Il allait bientôt apprendre que faire collaborer un Wyatt, c’était le bout de la merde…

- Ulysse Wyatt est un idiot… Mais vraiment… Il a deux neurones et elles fonctionnent en alternance sans vraiment faire le relais… Il est têtu et bête à pleurer… Faut lui mettre les barres sur les T, les points sur les i, se répéter et tout lui décortiquer pour qu’il comprenne quelque chose. En plus, il est imbu de sa petite personne, irresponsable et il a un gros problème de consommation…

Et sa fille fricotait avec ce nullard! ARGL!!!

Pour le compte, Frank reprit un autre antiacide.

- Tony Wyatt est plus subtil mais il croit pouvoir s’arranger seul… Tu vois le genre? Il croit qu'il contrôle encore quelque chose, mais il commence à avoir peur... Je l’ai interrogé juste après l’accident…

C’était cruel, mais efficace. Et ça en disait long sur les méthodes du flic. Protéger et servir, il l’avait dit.

- Il n’a pas pu répondre à mes questions… Il était assez paniqué pour que je le crois… Il se peut qu’il ait trouvé des éléments de réponse depuis par contre… Et il n’est pas du genre à s’épancher. Je visite le STD régulièrement.

Il allait sans doute devenir diabétique à force d’y boire du thé glacée.

- Torrance… Il ondulait de la toiture, mais vraiment! C’est un amateur, le genre qui se prend pour un flic mais qui n’a pas le calibre pour faire le flic comme tout le monde… Tu sais, ceux qui sont trop bien pour sa salir les mains et qui préfèrent choisir leurs cas… Il s’est effondré, il a craqué sous la pression et il a disparu de la circulation depuis des mois… Powell disait qu’il est en cure dans un petit village plus au nord… Un truc ésotérique, bois de noisetier et magnétisme… Tu vois le genre… Bref, il s’est lui-même jugé insuffisant. Par contre, il a toujours protégé sa source… Cu++73F1sh… J’ai travaillé sur son cas pendant des mois et je n’ai pas trouvé. Un pirate informatique, un bon. Je crois qu’il avait un intérêt personnel dans l’affaire Hirsh… J’ai rien rien rien trouvé… Il n’est pas très actif il sévit sur les média sociaux et fait dans la vengeance… Tu vois les pirates ont généralement un gros égo, on ne les retrace pas, mais ils ont leur signature, ils aiment se vanter de leur accomplissement… Pas celui-là. Du genre collégial, pas du genre criminel.

C’était son petit atout l’informatique… Frank était un geek…

- Perkins est le mécène, évidemment, concurrent direct des carters… Et Hirsh ne consommait pas.

Sur ce point, Ari avait raison… Elle n’était sous l’effet d’aucune drogue et on n’en avait trouvé aucune trace dans son organisme. Les universitaires déclinaient s’ils devenaient clean.

Wilcox regarda son nouveau partenaire se verser un café avec attention, un peu comme s’il était hypnotisé. Il buvait beaucoup trop de café. Il en avait déjà eu un ce matin… Et il avait déjà mal à l’estomac… Aussi ne prit-il pas la peine de lui reprocher de ne pas lui en avoir offert un. Une autre fois…

Où il allait? Ben quoi? Il n’allait pas le laisser en plan comme ça… Il le prend pour qui là? Il lui déballe tout son stock et il le plante là pour aller réfléchir dans son bureau? Seul? Nonononon! Ça non! Wilcox allait le suivre dans son bureau quand Dave posa un bout de papier sur son bureau. Il l’empocha en ignorant complétement ce qu’il y avait d’écrit dessus, fidèle à sa réputation d’analphabète.

Il entra dans le nouveau bureau de Dave à sa suite, avisa qu’il n’y avait pas de chaise surnuméraire, et se dira une boîte de filière pour s’asseoir dessus.

- Bon alors c’est bien tout ça, mais j’ai des attentes…

Dieu du ciel!!! Mademoiselle Stone serait fière de lui… Un témoin, que quelqu’un lui serve de témoin!!! Goodman? Où était le chef quand on a besoin de lui?

- Tu prends tout de suite l’habitude de réfléchir à voix haute pour que je puisse en profiter et qu’on fasse équipe, parce que ce n’est pas en mettant ça noir sur blanc que je vais pouvoir te suivre. On fait équipe… Tu réfléchis avec moi, on résous ça ensemble. C’est pas toi et moi, c’est nous…

Wilcox oscillait entre nonchalance, provocation et agressivité. Tout le temps… Mais l’ombre de mademoiselle Stone planait sur lui…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: VPD

Revenir en haut Aller en bas
 

VPD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord est-