The Rose With A Broken Neck • PV Jane



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The Rose With A Broken Neck • PV Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends




• INSCRIS LE : 24/10/2018
• MESSAGE : 86
• CÉLÉBRITÉ : Jack Sexiest White
• CRÉDITS : Doudou
• DC : Non
• LIKE : 0
MessageSujet: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Mar 30 Oct 2018 - 5:56



The Rose With A Broken Neck
Lonely I see• Lonely I need • Lonely I feel • Lonely I bleed • Lonely I trust • And lonely I must • Be the rose with the broken neck



☾☾☾ J'aurais pu aller directement chez moi...

Retrouver mon chez-moi et prendre le temps d'apprécier mon retour à Vancouver, mais je ne pouvais pas me reposer. Pas encore. C'est pour cela que j'avais demander à Tony les clefs de son loft; je ne voulais pas passer par chez moi.

Sinon, je savais que j'aurais céder à la tentation de m'accoter contre le mur de ma douche et laisser l'eau couler sur mon visage plus longtemps. M'étendre dans mon lit pour ne pas en ressortir avant le lendemain...

Oui, j'étais à ce point épuisé. Je n'ai jamais vraiment aimé les longs voyages. Pas pour la destination, mais surtout pour le déplacement. Passer plusieurs heures à rien foutre et attendre: j'avais du mal à m'y faire. Le pire, c'est que cette attendre fatigue et rien n'est plus frustrant qu'être fatigué pour rien.

Je voulais au moins aller porter le camion afin de boucler la boucle de notre tournée. Je pense aussi aux instruments devaient être réparer, alors il fallais de prendre le temps de les examiner avant de les entreposer pour une longue période.

Pour cela, je devais me réveiller et me rafraîchir: une douche était nécessaire, pour mon bien et ceux des autres. Les avions, c'est de loin le lieux le plus hygiénique...

Je passais la porte regardant tout autour de moi...

Sacré Tony ! Ce n'est point un homme qui étend sa richesse, mais je pouvais dire qu'en regardant la disposition de ce palais, qu'il avait du goût.

Je ne suis pas pauvre. J'ai été capable de bien aménager ma demeure, mais je ne suis pas aussi méticuleux que mon compatriote...Tout est pensé et réfléchie.

Mais c'est un loft, j'avais rapidement fait le tour constatant que la seule pièce fermée est la salle de bain. J'étais seul, certes, mais j'étais quand même rassuré.

Je sais bien que Tony offre l'hospitalité à bien des gens, mais au moins, j'aurais une certaine intimité si quelqu'un d'autre venait à entrer..

Oui, je...je tiens à mon intimité...

En fait, c'est que...j'ai moi-même du mal à me regarder, alors que quelqu'un d'autre le fasse...sans mon consentement...

Je ne supporterais pas. Enfin...cela fait, quand même, un moment que cela ne m'est pas arrivé.

Je plains celui qui n'aime pas l'eau chaude. C'est un sentiment de relaxation pour moi, automatique. Tout se relâche, toute pression tombe, je me laisse bercer par la chaleur de l'eau dans mon cou...J'étais très content que cette douche soit bien disposé. Avec ma grandeur, il m'était arrivé souvent d'avoir la pompe de la douche collé au front en tournée. Bien difficile d'apprécier ce petit moment de repos, dans ces cas-là.

Oui, je me sentais mieux, propre et détendu. Un peu trop détendu, même. J'avais du mal à voir droit devant ne cessant de bailler. Non, je ne serais pas capable de me concentrer avec les instruments, mais surtout au voulant. Je ne voulais pas fouiller ici, prendre mes aises et me faire un café.

Non, c'était totalement impolie...

Alors, je regardais la mezzanine, puis ma montre.

Juste un petit 15 min et je pourrais reprendre la route. Ce n'est que 15 min et c'est prouvé qu'un léger repos pour être aussi revigorant qu'une nuit entière.

Je passais rapidement devant le miroir de la salle de bain sans le regarder, avant de me rhabiller. Je sais de quoi j'avais l'air. Avec mes cheveux mouillés collé contre mes tempes, j'avais probablement l'air de la jeune fille effrayante dans le film "Le Cercle" . J'ai du mal avec mes cheveux et j'en aurais toujours. Ils ont tendances à boucler. Alors, je ne sais jamais comment ils seront à la fin de la journée.

C'est pour cela que, je ne m'en préoccupais pas. Je déposais mon étui à guitare près du lit. Je ne peux pas la laisser seule dans le camion. C'est ma guitare. La guitare que mon père m'a donné. Elle est toujours avec moi...

Je regardais la grandeur de ce meuble.

Un lit king de toute évidence...Enfin un lit dont je n'aurais pas de difficulté à m'étendre.

Et non, aucun mal à m'étendre et me détendre...

Avais-je mis une alarme pour me réveiller...? Trop tard...

CODAGE PAR AMATIS





- 1-2-3, the music flow into me -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


Métisse ✗ Née quelque part sur la côte ✗ Artiste sculpteure talentueuse ✗ Urbaine ✗ Nocturne ✗ Papier d’identité falsifié ✗ Tueuse professionnelle ✗ Mondaine et réservée ✗ Créatrice mystique ✗ Une vrai amie ✗ Classique et traditionaliste mais féministe ✗ Propriétaire d’une galerie d’art au centre-ville

• INSCRIS LE : 15/08/2018
• MESSAGE : 35
• CÉLÉBRITÉ : Julia Jones
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Frank B. Wilcox
• LIKE : 4
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Mer 31 Oct 2018 - 3:37

Lee entra par la porte, délogeant le loquet d’un rapide coup de poignet. C’est possible de passer par le toit, par la fenêtre aussi, il y a un escalier de secours… Sauf que la seule chose que Lee a en commun avec SpiderMan, c’est le nom de son créateur. Et puis, agir normalement permet de passer inaperçu et ça, c’est la spécialité des tueurs.

Elle jeta un regard à la ronde et se rangea sur le côté en refermant la porte dans son dos : il y avait quelqu’un… Tony? Silence, immobile… Elle glissa les doigts sur la serrure, pas de trace d’infraction, on avait utilisé la clef.

Cette planque ne lui appartient pas, aussi elle n’en contrôle pas toutes les variables. Mais c’est ce qui en fait une excellente planque, elle est improbable. Tony n’y recevait pas grand monde, pas pour la nuit, pas quand la dormeuse est là.

Lee prit une profonde inspiration, humant l’odeur du savon, du shampoing. Elle se glissa d’ombre en ombre, oui, il restait des traces d’humidité, une variation à peine perceptible de la température. Quelqu’un avait pris une douche il y a peu de temps… Quelqu’un était encore là?

Pas dans le loft… Sur la mezzanine? Tony n’utilise plus le lit, plus depuis qu’il sait qu’elle est là. Il a tellement peur d’elle. Lee monta les degrés de l’échelle et jeta un coup d’œil; voilà.

Ce n’est pas Tony… La silhouette est grande, trompeusement similaire mais elle connait trop bien le propriétaire des lieux, il lui est familier… Sa manière de respirer, la retenue que lui inspire sa souffrance depuis l’accident.

Et puis il y a un étui à guitare, là, près du lit.

Lee se déploya sur la mezzanine comme un oiseau de mauvais augures. Il y eu un éclat dans le noir, la lame effilée d’un assassin sautant dans sa main d’un geste expert. Et puis rien… Tony ne lui pardonnerait pas. Non. Surtout que cet invité avait la clef… Même pas une petite frousse? Non. Ce ne serait pas correct..

Jane rangea son couteau, enjamba le case de guitare, traversa le matelas de deux pas souples et se laissa tomber sur l’homme qui dormait là. Elle l’empoigna par le devant de son gilet d’une main ferme et rapprocha son visage du sien pour l’embrasser d’un bref baiser.

- Ça, c’était le baiser qui ranime… fit-elle avec beaucoup d’humour, Bienvenu parmi nous!

Voilà pour l’accueil, même si ce n’était certainement pas là le genre d’accueil civil et polit que Tony avait à l’esprit. Ne pas tuer… Elle n’allait tuer personne, mais elle avait un territoire à défendre et Tony ne pouvait tout de même pas donner les clefs au premier venu! Du mouvement inverse, elle le plaqua dans l’oreiller, déportant tout son poids sur son abdomen. Elle ajouta, pour rester dans le ton:

- Alors boucle d’or, t’as profité de la douche, tu dors dans mon lit, t’as mangé mon bol de gruau aussi?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends




• INSCRIS LE : 24/10/2018
• MESSAGE : 86
• CÉLÉBRITÉ : Jack Sexiest White
• CRÉDITS : Doudou
• DC : Non
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Jeu 1 Nov 2018 - 2:24



The Rose With A Broken Neck
Lonely I see• Lonely I need • Lonely I feel • Lonely I bleed • Lonely I trust • And lonely I must • Be the rose with the broken neck



☾☾☾ Mon corps...

Le corps a une drôle de façon de fonctionner, mais il est très intelligent, la plupart du temps. Il sait, il nous fait comprendre ce qu'il a besoin et nous assure d'un bon maintient en retour...

Le mien, venait de flancher, me faisant comprendre que j'avais besoin de repos. Habituellement, je dors d'un oeil. Même en tournée, dans les meilleurs hôtels, je n'étais jamais à l'aise de totalement m'assoupir. Ce petit côté anxieux en moi...qui ne s'est jamais effacé avec le temps.

Ne jamais se sentir à l'abri: au centre d'accueil, en prison...Toujours l'impression que je peux me faire surprendre...

Pas ici, non. Étant chez moi, dans un lieu digne de confiance, mon corps en a eu assez. Il s'est senti bien, tellement bien me faisant passer de l'autre côté, dans un état  de sommeil profond.

Il faut dire que le lit était fort confortable. Tony a du goût et il ne regarde pas les dépense pour son confort. En ce moment, c'était moi qui en profitais, totalement détendu ne faisant aucun mouvement brusque. Il n'y avait que mon torse qui se soulevait au rythme de mon souffle lent.

Oui, je dormais n'étant plus conscient de la réalité...

C'est dans ce genre de situation où l'on rêve. Notre inconscient nous entraîne dans des situations totalement éclectiques qui sors de l'ordinaire.

Pour ma part, le mien adore me traîner dans des cauchemars. Voilà une autre raison pourquoi je n'aime pas sommeiller. Je revois des scènes ou j'essaie d'en fuir une. Me réveiller en sursaut, dans un état de panique...

Pas cette fois, non. Je souriais presque appréciant ce moment de repos. Je me sentais bien, même très bien. Pour une des rares fois, j'appréciais le sommeil.

Une merveilleuse sensation, une chaleur m'enveloppait emportant mon corps dans un bien être fou. Je flottais. Complètement détendu, soumis aux bienfaits que ce contact venait de me procurer. Un contact électrisant contre mes lèvres.

Oui, mes lèvres touchait quelque chose. Quelque chose de doux, chaud, tendre et pulpeuse. Terriblement agréable et envoûtant. Dieu seul sait que j'ai eu rarement ce privilège...

Il fallait bien que cela soit un rêve pour que cela m'arrive.

Mon inconscient voulait-il me rappeler quelque chose ? Non, je ne voulais pas le savoir. Je voulais vivre ce moment encore un peu plus longtemps. Rester dans ce rêve et ne pas en sortir...afin que je puisse voir son visage.

Voyait-elle le mien ? J'espère que non....

Mais dois-je vraiment ouvrir les yeux afin de la découvrir ou va-t-elle disparaître ?

J'avais ce don de les faire disparaître...

- Ça, c’était le baiser qui ranime…

Qui ranime ? Voulait-elle me faire sortir de mon rêve. Non, je refusais de vouloir le faire. Je gardais les yeux fermés ne souhaitant pas que cela cesse...

Ces lèvres...Elles avaient une voix. Une voix parfumée d'un rire et de légèreté...

Cela me faisait sourire sentant la proximité que j'avais de part la chaleur de cette haleine si près de mon visage. Allait-elle s'approcher de moi de nouveau?

Bienvenu parmi nous!

Seigneur, je voulais la voir...mais ma peur était plus grande, restant hésitant, tant avec mes yeux qu'avec mes propres lèvres...

J'avais...j'avais encore jamais osé...Oser prendre les devants.

Mes yeux s'ouvraient et je me suis senti projeté. Projeté d'un coup contre ce coussin dont je m'étais assoupi...

J'étais toujours sur ce lit, dans cette mezzanine.

Je fermais les yeux de nouveau.

Alors, c'était qu'un rêve...Un rêve d'un pauvre garçon désespéré. Un sentiment de honte me prit à la poitrine.

Ou était-ce ce poids supplémentaire qui m'emprisonnait la cage thoracique...?

J'avais du mal à me réveiller fermant un bon coup mes yeux afin de reprendre mes esprit.

Une silhouette au-dessus de ma tête...assise sur moi ?!?!?

Ce n'était pas un rêve, alors...Comment a-t-elle fait pour entrer?!

Alors boucle d’or, t’as profité de la douche, tu dors dans mon lit, t’as mangé mon bol de gruau aussi?

Cette voix,...la même.

Non, ce n'était pas un rêve. C'était elle. Bien elle. Réelle. Elle était entré comme cela, sans bruit...déclarant qu'il s'agissait de sa propriété.

Sa propriété. Non, je m'étais pas trompé. J'étais bien chez Tony. Il ne m'a jamais parlé d'une colocataire...

Alors, qui était celle jeune femme, sur moi ?!?!?

J'étais troublé entre l'inquiétude des intentions de cette femme et de la curiosité de celle qui venait de m'embrasser, il y a quelques instants à peine.

Assise sur moi et ses mains brunâtres sur mon torse, je ne voulais pas bouger, ne sachant aucunement à qui j'avais à faire. Je voyais même pas son visage, cachée dans l'ombre, sous sa chevelure noire.

Venait-elle de la part de quelqu'un, un groupe de malfrat en particulier. Mon étui était trop loin. Je restais calme...

La regardant attentivement ce visage caché:

" On est pourtant dans la propriété à Anthony Wyatt ici..." disais-je doucement...






- 1-2-3, the music flow into me -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


Métisse ✗ Née quelque part sur la côte ✗ Artiste sculpteure talentueuse ✗ Urbaine ✗ Nocturne ✗ Papier d’identité falsifié ✗ Tueuse professionnelle ✗ Mondaine et réservée ✗ Créatrice mystique ✗ Une vrai amie ✗ Classique et traditionaliste mais féministe ✗ Propriétaire d’une galerie d’art au centre-ville

• INSCRIS LE : 15/08/2018
• MESSAGE : 35
• CÉLÉBRITÉ : Julia Jones
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Frank B. Wilcox
• LIKE : 4
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Jeu 1 Nov 2018 - 4:28

C’est déconcertant. Déroutant…

Parce que ceux qu’elle agresse dans leur sommeil, même d’un baiser, n’ont pas cet air à la fois crispé et satisfait. Un chaton avec de la crème sur les moustaches? Béat avec ce petit sourire apaisé, les yeux fermés. Bon sang, ce n’était qu’un baiser… Comme c’est flatteur!

Pas vilaine la victime.

Jane sourit, amusée. Elle se pencha, glissant ses mains sur son torse et croisant ses avant-bras sur sa poitrine. Pâle, avec les cheveux ébouriffés comme dans un conte de fés. Il sentait bon le savon… Et cette expression un peu paniquée? Dans un craquement de sa veste de cuir, elle s’étala sur sa poitrine et vient appuyer son menton sur ses poignets.

- Oui, cet appartement appartient à Tony, mais ce lit est le mien. Lui, il dort en bas…


Elle n’avait plus du tout envie de lui faire peur. Cet homme avait quelque chose de vulnérable. Touchée. Peut-être dans la manière tellement docile dont il restait immobile. Elle lui sourit en retour… Son calme faisant s’étioler tout instinct prédateur.

- Bonjour… Je suis Jane! Chuchota-t-elle… Tony m’appelle la dormeuse…

La chaleur de sa peau filtrait au travers de son gilet. Une tiédeur apaisante, agréable. Sous ses doigts, elle sentait son cœur battre à grand coup désordonné.

- Je sens ton cœur qui bat, là-dessous… Je t’ai fait peur?
Minauda-t-elle avec une certaine cruauté parce qu’elle avait tout fait pour…

De si près, il pouvait voir son visage. Ses lèvres étaient peintes d’une teinte dramatique. Elle avait les yeux noirs. Noir noir noir comme la peur dans le noir. Ils étaient abondamment fardés d’une teinte charbonneuse masquant légèrement leur contour et leur forme particulière. Il émanait d’elle une sorte d’aura, de nimbe de ténèbres. La faible luminosité chatoyait dans ses yeux comme dans ceux d’un gros félin

À la limite de sa conscience rôdait l'impression persistante qu'il était bien inspiré d'avoir peur d'elle...

Tony ne pourrait certainement pas lui reprocher d’avoir mal accueillit leur invité; Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle y mettait du sien!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends




• INSCRIS LE : 24/10/2018
• MESSAGE : 86
• CÉLÉBRITÉ : Jack Sexiest White
• CRÉDITS : Doudou
• DC : Non
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Ven 2 Nov 2018 - 7:22



The Rose With A Broken Neck
Lonely I see• Lonely I need • Lonely I feel • Lonely I bleed • Lonely I trust • And lonely I must • Be the rose with the broken neck



☾☾☾ Je me maudissais, véritablement...
Je suis nettement plus vigilant, aux aguets de la moindre intrusion dans les environs. Je ne suis jamais rassuré ayant acquis assez d'expérience pour comprendre que je serais rarement tranquille. Je l'ai jamais vraiment été, en vérité.

Constamment surveillé par des intervenants sociaux, des psychologues et des infirmières. Ensuite, les gardiens, encore des psychologues et des infirmières...sans oublier les autres prisonniers qui te fixent aucunement pour les bonnes raisons.

Malgré toute cette surveillance, je me suis toujours sentie très seul, car même avec tous ces yeux sur moi, rares sont ceux qui le font par soucis. Non, ils le font parce qu'ils le doivent ou dans leur propre intérêt. Oui, j'étais comme un de ces rats de laboratoire qu'ils disposaient dans une situation attendant ma réaction. Et la plupart du temps, ils étaient servis. Servis par ma colère...

Dès qu'ils ont ce qu'ils veulent ou que j'ose répliquer, ils ferment la porte, me laissant là derrière ayant toujours cette boule de mépris et ce sentiment d'exclusion. Le côté humain est secondaire...

Alors, j'ai du mal. Du mal à ne pas douter de la bonté d'une personne. J'ai du mal à croire des bonne intentions sur ma personne croyant toujours qu'il y a quelque chose derrière...

Qu'un sourire peut cacher quelque chose...

Ou un baiser...

Même le plus tendre des baisers ne me permets pas de baisser ma garde.

Non, pour moi, ce n'était pas normale. Pas normale du tout de me retrouver dans cette posture, si près d'une femme. D'une pure inconnue.

Plusieurs hommes jetteraient l'éponge, s'abandonnant totalement à la proposition.

J'étais le stupide qui y voyait un mirage. Une embuscade. La faille...

Mon cerveau, encore légèrement défaillant, cherchait tant bien que mal les possibilités, les raisons de cette présence dans la résidence de Tony...

Il ne m'avait jamais parlé d'une autre femme...Était-ce volontaire de sa part ? De me cacher cela...à moi et...peut-être à Joan ?!?

Quelque chose me touchaient...sortant de mes songes.

Des mains, les siennes se rapprochaient de moi passant lentement sur mon torse...

Seigneur, que faisait-elle ? Elle s'amusait, de toute évidence. Ce petit rire dans mes oreilles en disait long.

Puis, je pensais à Tony...

Il m'avait confier ses clés avec tellement d'aisance...voulant que je prenne une bonne douche, "que je sois à l'aise", me détendre...

Voulait-il que je me détende d'une autre façon...sachant très bien que je ne suis guère à l'aise avec la gante féminine?

Tony...

C'est un ami, un très bon ami qui ne veut que mon bien, mais il exprime souvent de la mauvaise façon.

S'il m'a fait ce coup là, par contre...

Je sentais le poids de plus en plus présent sur moi. Une bonne odeur s'approchait. Non. Elle se couchait littéralement sur moi. Ohhh le malaise...

Je naviguais dans le doute le plus totale entre l'escroc, la maîtresse ou l'escorte...
À quoi jouait-elle. Qui était-elle...?

Pourquoi fallait-il que je sois aussi inconfortable et nerveux?

Peut-être simplement que j'ai jamais vécu une situation semblable...et que je venais de voir apparaître les traits du visage de cette demoiselle au-dessus de moi...

Ce qui me rendait encore plus instable.

Je ne mentirais pas...Pourquoi le ferais-je ?

Je suis capable de reconnaître une belle femme..., mais Dieu que c'est troublant d'admirer la beauté de si près...

Dès qu'elle s'était abaissé, j'avais croisé son regard scrutant sa profondeur. Si noir, mais combien intriguant. Je m'y perdais un instant cherchant l'esprit, l'âme qui y habite...

Une âme étrangère qui semble vouloir dégager une force, mais qui pourrait être si délicate...

Un échange qui lui a permis de remarquer mes propres traits qui étaient loin d'être aussi impressionnant...L'idée qu'elle m'observait de si près m'effrayait...

Car, oui, je pouvais être effrayant avec la blancheur de ma peau, la noirceur de ma chevelure et de mes yeux. Peut-être avait-elle cru qu'un mort venait de surgir sur ce lit...?


Bref, ma timidité venait de se joindre à mon cocktail d'émotions contradictoires qui me troublaient carrément l'esprit.

- Oui, cet appartement appartient à Tony, mais ce lit est le mien. Lui, il dort en bas…

Quoi ?!?!? Elle....Elle dort ici ?!?!?

Alors, elle ne venait pas pour me trouer la poitrine. Après tout, si c'était le cas, elle ne s'y coucherait pas avec autant d'aisance...

Cela ne réglait pas la question de la raison de sa présence ici et...sur moi...

Si près de moi...que je pouvais sentir son parfum. Un arôme floral, très riche et très agréable, malgré la situation. Cela m'éloignait de ma priorité.

Elle vit ici, donc Tony est au courant. Il connait cette fille pour l'héberger dans ces appartements, mais il m'en a guère parler. L'avait-il faire exprès ?

Exprès pour provoquer un malaise chez moi ? Et bien c'était réussi !!!

- Bonjour… Je suis Jane! Tony m’appelle la dormeuse…

Jane...La dormeuse. Tony lui avait même donné un surnom...

Alors, ça..Je..je n'en revenais pas.

Je...je ne pouvais pas croire que Tony aurait le culot de cacher une autre femme...ici, si près du STD. Pourquoi faisait-il cela...!?!?

Et Joan dans tout cela!?!? Pensait-il à elle, juste un peu !?!?!

Je ne savais pas si je devais être dégoûté ou tout simplement en colère...

Je pompais...

Je sens ton cœur qui bat, là-dessous… Je t’ai fait peur?

J'étais en train de m'engouffrer dans ce sortilège, mais mes hypothèses venaient de me balancer de l'eau glaciale qui me ramenaient à la réalité...

Derrière ce petit sourire...si...si jolie, se cachait une manipulatrice...

Je n'avais pas pu m'empêcher de pousser un petit rire mesquin:

" ...Disons que....c'est une...façon surprenante d'aborder les gens...en les réveillant de la sorte. Tu commences toutes tes conversations comme cela...? Tony a eu le même genre d'accueil ?"







- 1-2-3, the music flow into me -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


Métisse ✗ Née quelque part sur la côte ✗ Artiste sculpteure talentueuse ✗ Urbaine ✗ Nocturne ✗ Papier d’identité falsifié ✗ Tueuse professionnelle ✗ Mondaine et réservée ✗ Créatrice mystique ✗ Une vrai amie ✗ Classique et traditionaliste mais féministe ✗ Propriétaire d’une galerie d’art au centre-ville

• INSCRIS LE : 15/08/2018
• MESSAGE : 35
• CÉLÉBRITÉ : Julia Jones
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Frank B. Wilcox
• LIKE : 4
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Sam 3 Nov 2018 - 23:10


- Tony? Jamais de la vie! S’écria-t-elle, Oh? Non… Non, je ne fricote pas avec Tony… Il a très très peur de moi alors il a tendance à crisper en ma présence… Tout à fait comme toi en fait. J’ai le sentiment qu’il préfère nettement quand je ne suis pas là… C’est blessant. Aussi je ne viens pas souvent.

Est-ce que c’était une critique?

- Je n’ai pas beaucoup de conversation. Je n’en ai ni l’habitude, ni l’usage…

Généralement les tueurs vous surprennent dans votre sommeil et évitent de vous réveiller. Il n’y a que dans les films qu’ils se mettent à discuter et à exposer leurs motifs… Un vrai tueur n’a qu’un motif : sa rétribution. À ce titre, Lee était un peu plus qu’un vrai tueur.

- J’ai essayé d’innover… Apparemment ça ne t’as pas plu, c’est dommage… La prochaine fois je te donnerai un coup de pied?

Elle avait pourtant eu l’impression de lui plaire au premier abord… C’est en ouvrant les yeux que ça s’était gâté apparemment.

- Toujours est-il que je me suis présentée, moi…

Elle le fixait toujours de son regard tout noir… Aigu, affilé et attentif. Elle attendait une réponse.

- Lutter avec des rêves ou contenir des ombres? Et marcher dans l’ombre d’un sommeil. Murmura-t-elle comme pour elle-même. Le temps s’est écoulé et ta vie fut volée, tu remues des vétilles, victime de ta folie… cita-t-elle sans ciller, guettant sa réaction. C’est d’Herbert… Ça s’appelle ‘Chant pour Janis sur la plaine funèbre’…

Citation de tueur…

- Ça te plait? Je trouve que ça te va bien… Tu ressembles à Hadès, mais je ne suis pas Perséphone.

La première chose que Lee avait remarqué, c’est la taille de cet homme. Là n’était pas le problème, c’était cette immobilité figée s’opposant aux battements désordonnés de son cœur affolé. Instable. Le rapport de force n’était pas en sa faveur. Déchaîné, ce type ne ferait qu’une bouchée d’elle. Jane se fit la réflexion que s’il parvenait à contrôler sa terreur, il ne serait pas à mon avantage qu’il perde le contrôle. Elle révisa son jugement et lui donna de la marge. Un peu.

Jane déplaça son poids, se laissant glisser contre sa hanche pour le laisser respirer mais restant affalé en travers de son torse. Parce qu’il était confortable, que c’était son lit et parce qu’elle avait là toute la latitude nécessaire pour saisir l’arme qu’elle portait à gauche.

Une toute petite marge… Assez pour se donner de l’élan pour la prochaine offensive.

- Voyons voir ce que je peux deviner…

Jane glissa ses mains le long de ses bras et entrelaça ses doigts avec les siens.

- Tu es un musicien? Devina-t-elle, peut-être à cause du case près du matelas, Mais pas seulement de la guitare… décida-t-elle en lui palpant les paumes et les doigts à la recherche de cals, de déformations.

Des caresses apaisantes, détournant son attention pendant qu’elle examine le miroir de son âme, se plongeant dans son regard. Jane est une mystique, traditionnaliste dans l’âme, pétrie de contes, de légendes et de magie shamanique. Elle est douée d’empathie, qualité rare chez les tueurs.

Décentré. Une violence latente, présente, mais complétement intravertie. Ou pas? Un esprit sauvage.

Elle pouvait sentir un grand vide dans son cœur, un gouffre. Elle chercha de l’avidité. Parce que la physique nous apprend que les vides tendent à se remplir. Mais elle se heurta aux défenses de l’homme hagard, comme si son âme était liée, son esprit contraint, replié derrière un rempart derrière lequel se mettre à l’abri. Mais alors, de quel côté se trouvait-elle? Est-ce que tout ceci n’était qu’un rêve élaboré? Parce que cette étincelle qu’elle admire dans l’œil noir du squatteur lui semble une réflexion, comme lorsqu’on se mire sur la surface noire d’un étang.

Jane eut un frisson irrépressible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends




• INSCRIS LE : 24/10/2018
• MESSAGE : 86
• CÉLÉBRITÉ : Jack Sexiest White
• CRÉDITS : Doudou
• DC : Non
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Lun 5 Nov 2018 - 4:25



The Rose With A Broken Neck
Lonely I see• Lonely I need • Lonely I feel • Lonely I bleed • Lonely I trust • And lonely I must • Be the rose with the broken neck



☾☾☾ Ce n'étais pas mon genre, aucunement.
Quand je voyais les filles entrer dans notre loge après un spectacle, je savais que la plupart du temps, elles étaient là pour Tony et Carl. Elle était surtout là pour Tony et Carl. Il fallait simplement les voir en avant scène crier leur nom sans cesse appréciant chacun de leur mouvement de guitare. Un signe de virilité qu'on dit. En effet, bien des gens considèrent une guitare comme l'extension de l'organe masculin.

Avec Tony et Carl, je ne pouvais qu'approuver leur théorie. Je ne peux pas compter le nombre de filles qui sont venues passer la soirée et même la nuit avec eux. Je dis bien avec eux, car moi...

En fait, même si l'occasion se présentait, qu'une fille manifestait son intérêt pour moi, je savais, qu'au fond, qu'elle n'avait pas réussit à capter l'attention de nos deux leaders. Alors, elle voulait se consoler dans mes bras ? J'allais être sa consolation ?!?!

J'ai pas réussi avec les deux sexys, alors on va prendre le blanc bec ?

Non, plutôt sécher...

Ah oui, je préférais me retirer et aller jouer ailleurs. Me concentrer sur mes compositions qu'avec une fille qui ne s'intéressait aucunement à moi.

Alors,vous aurez deviné, je suis le "chauffeur désigné" du groupe. Celui qui ramasse...: nos instruments après le concert et Tony et Carl après une dure soirée. Ramasser les filles de nos chambre d'hotels et les foutre dehors...

Et me mordre l'intérieur des joues...songeant à Joan à Vancouver.

Oui, le sale boulot, mais je voulais le faire et je devais le faire.

Fallait bien que quelqu'un le fasse...et de toute façon...

Moi et les femmes...

Je...je ne sais pas. Je ne sais pas comment faire...Enfin, je sais, mais...

Charmer, courtiser, draguer...pas comme cela. Pas comment ils font.

Cette manière futile et complètement grotesque de les aborder...

Pas comme des femmes, mais...des...des gibiers.

Et bien oui, Tony les appelait comme cela à l'époque. Le nombre de fois que j'ai dû me contrôler et éviter de le frapper. Je ne supportais pas d'entendre ce genre de surnom quand on parlait d'elles.

Je ne supportais pas d'entendre cela, ne supportais pas de les voir faire mumusent avec elles...sachant très bien qu'il y avait rien de vrai dans tout cela...

Non, moi, ça...ça doit être vrai. Sentir quelque chose, avoir le désir de la connaître, de la prendre et la toucher. Avoir des papillons dans le ventre, des bouffés de chaleur en la voyant, ne plus la quitter du regard quand elle passe...et souffrir quand elle part de la pièce.

Sentir cette électricité qui me passe dans le corps...Ne plus bouger...

Ne plus bouger...

Cette femme...Cette demoiselle, sur moi...

Je ne pouvais pas bouger...

- Tony? Jamais de la vie! Oh? Non… Non, je ne fricote pas avec Tony… Il a très très peur de moi alors il a tendance à crisper en ma présence… Tout à fait comme toi en fait. J’ai le sentiment qu’il préfère nettement quand je ne suis pas là… C’est blessant. Aussi je ne viens pas souvent.

Ma tête...Je tentais de rabouter tous ces informations, mais c'était compliqué. Était-ce dû à ma fatigue, à mon réveil abrupte ou tout simplement à son regard braqué sur moi?

" Tony....Peur de toi ?"

Je la croyais maîtresse de Tony au départ, mais avec ces propos, on dirait qu'il s'agissait de sa pire ennemis. Pourtant, elle logeait ici...et il ne m'en avait pas parlé.

Bon sang, qui était cette femme...?!

Cette Jane....

Elle continuait de me parler, mais j'étais toujours dans mes songes, cherchant à comprendre, à saisir...

Tony en a peur. Tony ?!?!? Comment est-ce possible ? Je peux croire qu'elle saisit par son accueil, mais la craindre...Pas du tout.

Pas l'habitude de converser, ni l'usage...Me donner un coup de pied ?

- Toujours est-il que je me suis présentée, moi…

Mon nom. Elle voulait savoir mon nom...

Seigneur...Devais-je me taire, lui dire la vérité ou...?
Ma bouche était pâteuse par le sommeil, mais aussi par la nervosité du moment.

Bon sang, c'est Tony qui a l'habitude d'avoir des filles assises sur lui. Pas moi !

" D...Dwayne...Je m'appelle Dwayne. Tony m'appelle Le Chevalier..."

Quel con ! Je fermais mes yeux par ma stupidité. J'avais utilisé la même réplique de la demoiselle, mais mon surnom n'était pas très valorisant...Cela semblait être même de la vantardise...

- Lutter avec des rêves ou contenir des ombres? Et marcher dans l’ombre d’un sommeil. Murmura-t-elle comme pour elle-même. Le temps s’est écoulé et ta vie fut volée, tu remues des vétilles, victime de ta folie…C’est d’Herbert… Ça s’appelle ‘Chant pour Janis sur la plaine funèbre’…

J'étais surpris en entendant ses mots...Cette référence à mon état actuel, mais aussi quotidienne...

"Ne laisse jamais les craintes d’une femme obscurcir ton esprit. Sache qu’il n’est pas de femme qui accepte de risquer l’existence de ceux qu’elle aime. La main de ta mère était derrière ces avertissements. Considère-les simplement comme une preuve de l’amour qu’elle nous porte."  disais-je avec un léger sourire tout en la regardant.

Puis, mon sourire s'effaçait subitement...

Ce n'était pas une compétition...Pas du tout.

D'un seul coup, sans y penser...cela était sortie de ma bouche. Je connais Herbert et cette citation...particulièrement cette citation. Les femmes...Des êtres forts et puissants dont j'ai un immense respect. Et cela me faisait penser à elle...à ma mère. Elle m'avait protégé...Mon existence était en jeu et elle n'avait pas accepté cela.

" Je...je connais Herbert. Je lis beaucoup." murmurais-je tout bas essayant de cacher le malaise du moment.

Trop de souvenir me remontait à la surface et je ne voulais pas que cette femme en soi témoin. Je me détournais la tête essayant de souffler un peu.

- Ça te plait? Je trouve que ça te va bien… Tu ressembles à Hadès, mais je ne suis pas Perséphone.

" Hadès...C'est une première celle-là..." disais-je tout bas...

C'était une première. Je ne l'avais jamais entendu celle-là. Je connais la mythologie grec et ces légendes. Cette comparaison...avec le Dieu des ténèbres. Le Dieu des morts...

Je pouvais comprendre la ressemblance...C'était grotesque. Elle me voyait comme un cadavre...comme les autres.

Mais elle,...

Non, elle n'était pas Perséphone. Elle ne dégageait aucune noirceur...et déprime. C'était totalement le contraire. Presque rafraîchissante...

Elle bougeait encore. Je la surveillais...prêt à répliquer. Elle avait déjà fait peur à Tony, alors Dieu seul sait ce qu'elle est capable de faire. J'étais aucument en bonne posture pour me défendre, surtout dans un tel état.

Il en était rien. Non...

Elle me libérait légèrement. Elle se dégageait, se positionnant à mes côtés, sans toutefois perdre contact.

Non, elle était encore près de moi, couchée sentant son coeur sur mon torse. Il battait normalement. Pas le mien...J'étais démasqué par ma nervosité, ma timidité.

C'est dans ce genre de situation que Tony me serait utile. Je sentais déjà sa main me frapper derrière ma tête, découragé de mon attitude si...si coincé.

Voyons voir ce que je peux deviner…

Ses mains qui parcouraient mes bras si doucement...

Seigneur...c'était un véritable solo de drum dans ma poitrine. Il fallait presque que j'expire pour me calmer. J'ai pu fermer mes yeux durant ce court moment ne comprenant pas ce qui était en train de m'arriver. Je rêvais, encore...

Ces mains dans les miennes...Une immense chaleur ressentie.

Elle qui scrutait mes paumes, moi qui la regardais, ébahie de la voir si...si douce.

Ses mains si douce dans mes miennes si rudes et incrustées de corne....La belle et la bête, littéralement...

Mes yeux fixaient nos deux mains enlacés sous son visage concentré...

Tu es un musicien? Mais pas seulement de la guitare…

Puis elle avait levé les yeux regardant les miens...

Silence...Un ange passait...

Une décharge...

Si puissante, effrayante et agréable à la fois. Coincé entre le désir d'avancer et la peur de s'évader. Allez plus loin...

Le sentiment qu'elle était là, au fond de moi, de mon être cherchant des explications, une issue afin de découvrir la vérité. La mienne...

Allais-je lui céder le passage ou simplement me refermer, la repousser ?

Et ce frisson...Elle venait de frisonner. Je l'avais sentie.

Elle avait peur...Peur de moi.

Je retirais mes mains des siennes, d'un coup. Honteux de m'être laissé emporter. Croire...

Elle avait peur de moi. C'était à moi de bouger...

Je me dégageais sans attendre quoi que ce soit. Je m'assoyais sur le bord de son lit, prenant mes bottes, au sol. J'enfilais la première...

" Je...suis musicien...Un des musiciens du groupe de Tony...Désolé d'avoir dormi dans ton lit..et t'avoir effrayé."

J'étais si stupide...






- 1-2-3, the music flow into me -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


Métisse ✗ Née quelque part sur la côte ✗ Artiste sculpteure talentueuse ✗ Urbaine ✗ Nocturne ✗ Papier d’identité falsifié ✗ Tueuse professionnelle ✗ Mondaine et réservée ✗ Créatrice mystique ✗ Une vrai amie ✗ Classique et traditionaliste mais féministe ✗ Propriétaire d’une galerie d’art au centre-ville

• INSCRIS LE : 15/08/2018
• MESSAGE : 35
• CÉLÉBRITÉ : Julia Jones
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Frank B. Wilcox
• LIKE : 4
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Jeu 8 Nov 2018 - 1:41

Jane ne lui résista pas. Elle ne lui fit pas non plus obstruction et le laissa se dérober. Elle se laissa rouler dans le lit pour occuper la place qu’il avait délaissé et profiter de la chaleur résiduelle. Elle s’y vautra avec délectation.

- Effrayée?? Releva-t-elle

Elle éclata d’un grand éclat de rire, un grand éclat de vie, étincelant de lumière que la joie réveille et qui éblouie, les notes de son rire s’égrenant en tourbillonnant dans la pièce comme un carillon d'hiver.

- Je n’ai absolument pas peur de toi!

Lui par contre… Il était prodigieusement mal à l’aise… Tony n’aimerait pas ça, pas du tout… Surtout si ce grand gaillard était un ami. Et tous les membres de son groupe RIP étaient ses amis, pour ce que ça valait.

- Attend!

Le retenir.

Soudainement elle revint vers lui, posant une main caramel sur son épaule. Une toute légère pression, timide mais insistante.

- S’il te plait, ne dis pas à Tony que je t’ai fait peur… Je n’aimerais pas qu’il me ferme sa porte.
Fit-elle d’une voix pressante. Leto était un imbécile sexiste et démodé. Il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes quand il s’agit de protéger ceux qu’ils aiment. Et Tony t’aime. Par contre Leto a raison sur un point : Les dangers n’ont de valeur que lorsqu’on a appris à les affronter.

C’était une citation particulièrement chère au cœur de la métisse. Parce que l’existence est pleine de danger et qu’elle en fait aussi partie. Penchée sur son épaule alors qu’il laçait ses bottes, sa veste ouverte laissait apercevoir la crosse de son arme.

Tony avait tant de bonnes raisons d’avoir peur d’elle… Et une seule pour toutes les anéantir. Il n’avait besoin que de celle-là et d’y croire. Jane est Lee, mais elle est également son amie véritable et elle croyait en son amitié en retour. Si cela n’avait pas été le cas, elle l’aurait tué sans scrupule. Si elle pensait qu’il pouvait la trahir… Si elle avait le moindre doute…

- Tony me crains… Il craint ce dont je suis capable. Je peux beaucoup mais il n’a pas confiance en ce que je veux. Tu sais, ‘Everything I have done, I’ve done for you, I move the stars for no one…’ chantonna-t-elle d'une voix grave…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends




• INSCRIS LE : 24/10/2018
• MESSAGE : 86
• CÉLÉBRITÉ : Jack Sexiest White
• CRÉDITS : Doudou
• DC : Non
• LIKE : 0
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Lun 12 Nov 2018 - 7:34



The Rose With A Broken Neck
Lonely I see• Lonely I need • Lonely I feel • Lonely I bleed • Lonely I trust • And lonely I must • Be the rose with the broken neck



☾☾☾ Je crois qu'il n'y a pas plus envoûtant que le regard d'une femme qui vous souris...


Oui, cela peut sortir tout droit d'un livre d'amour, des paroles d'un prince de Disney, mais, je suis de ceux qui croient encore au romantisme. Le pouvoir d'attraction d'une personne envers l'autre et les effets qu'il en retourne. Qu'il y a qu'une seule personne qui arrive à nous discerner, nous capter avec ce regard.

C'est pourquoi j'avais du mal avec tous ces groupies autour de Tony et Carl, à l'époquer. Voir les filles entrer dans la chambre et en ne ressortir que le lendemain dans presque chacune des villes qu'on allaient. Je ne pouvais pas m'empêcher de grimacer sachant dans quoi elles embarquaient une fois arrivé dans notre loge.

Toutefois, je dois reconnaître que je me suis déjà laissé embarquer dans cette folie dû à un abus excessif d'alcool. En effet, Doudou n'est pas toujours souriant. J'ai eu mes moments lourds en tournée. Et j'en ai encore...

Me rappelant sans cesse que mon regard, mon être peut être effrayant...

Et je l'ai effrayé. Ce simple frisson voulait tout dire pour moi. Il m'en fallait pas plus pour déguerpir. Je venais à peine d'arriver et déjà je me sens jugé...

Par cette Jane. Une connaissance de Tony dont il ne m'en avait guère parlé et qui voulait me faire croire qu'il en était angoissé.

Je sentais qu'elle bougeait derrière moi. Probablement qu'elle était en train de vérifier que je lui avais rien volé.

- Effrayée??

Je m'arrêtais d'un seul coup d'attacher ma botte. Je me détournais légèrement vers elle la regardant s'esclaffer de la sorte.

Elle riait...à plein poumon. Elle voulait m'insulter en plus??? Non, je ne me sentais pas très bien me demandant qu'est-ce que cette fille avait pour m'avoir...envoû...enfin...que je me suis laissé autant faire.

- Je n’ai absolument pas peur de toi!

Pas peur de moi ?!?! Et ce frisson, alors ? Je savais très bien le genre de réaction qu'on peut avoir en me voyant et le frisson en fait partie. Je reprenais où j'en étais en enfilant ma deuxième botte plus rapidement.

Et puis vient ce rire. Un rire qui se moque de moi. Je détestai ça...Je déteste le sentiment qu'il provoque en moi. Une boule de malaise et de honte subites. Je m'étais fait avoir par un regard et un sourire. Je m'étais fait avoir par mes impressions. Je devais sortir d'ici au plus vite...

Je ne la regardais même pas.

" Je connais très bien les signes de la peur en mon égard et...tu as réagis comme tel. Cela ne ment pas."

Je fixais mon étui prévoyant tout de suite mon chemin vers la sortie la plus proche.

- Attend!

On me retenait. Une main. Cette même main qui était dans la mienne, quelques instants auparavant. Avec cette même douceur...

Je la regardais cette main, méfiant, me demandant ce qu'elle mijotait pour me freiner. J'étais, pourtant, un intrus, pour elle...

Avais-je tout faux? M'étais-je fais des idées ?

- S’il te plait, ne dis pas à Tony que je t’ai fait peur… Je n’aimerais pas qu’il me ferme sa porte.

"...Je croyais que c'est lui qui a peur de toi...Pas le contraire.."

Peur d'elle ?!?!?!

Mon regard changeait du tout au tout étant fort surpris, et encore plus offensé.

Comment pouvait-elle croire que j'avais peur d'elle...?!?!?!

Elle ne m'avait pas fait peur...Ce n'était juste que...

Elle...elle m'avait complètement chamboulée...Je...je ne m'attendais pas à cela. Je ne m'attendrai jamais à cela.

Cette manière qu'elle m'avait regardé...Ce contact si rapide. Me faire toucher de la sorte...et n'arrivant pas à réagir.

Non,je n'avais pas pu, immobile. Elle...elle m'apprenait encore sur le pouvoir de la femme envers les hommes...

Le pouvoir de cette femme...sur moi.

Oui, je suis l'être timide qui a du mal à me comporter face à elles...Non, l'aisance et le charme, je laissais cela à Tony et Carl...

Et je l'ai regretté quelques fois...

Alors, malgré les années, je n'ai toujours rien assimiler outre que l'incertitude, le malaise et le manque de confiance...

Toujours cette impression qu'on se joue de moi...Qu'elles se jouent de moi.

"Ne dis pas à Tony que je t’ai fait peur… Je n’aimerais pas qu’il me ferme sa porte."

Oui, j'avais cette impression...et je me sentais stupide d'avoir embarqué dans un manège féerique qui ne fonctionnait pas, en réalité.

Simplement être gentille avec moi...pour éviter les représailles de Tony...Rien d'autres. Je le savais...

Non, je ne suis pas un homme de tête...mais de coeur. Un coeur complètement désespéré et désespérant...Il ne cesse de me jouer des tours.

Je ne faisais que fixer le vide devant moi, encore sous le choc de m'être fait berner...

Leto était un imbécile sexiste et démodé. Il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes quand il s’agit de protéger ceux qu’ils aiment. Et Tony t’aime. Par contre Leto a raison sur un point : Les dangers n’ont de valeur que lorsqu’on a appris à les affronter.

Je la sentais si près de moi, encore une fois. Je sentais un léger poids sur mon épaule. Elle était là, venant de me dire cette citation...

Tony m'aime ?

" Je considère une femme plus dévoué qu'un homme...Je sais ce dont je parle..." dis-je sèchement en me tournant la tête vers elle. Je ne voulais pas en rajouter. Pas question que je fais éloge de mon histoire, ici.

Je regrettais rapidement mon geste, lui faisant face et de près. Pourtant, j'étais dans une vague de mépris, toujours offensé.

" Comment sais-tu qu'il m'aime...? Je viens à peine de me présenter..." disais-je sourcils plissés, cherchant toujours la véritable identité de cette demoiselle. Devrais-je encore me plonger dans son regard et...

Cette citation...Le danger. Me faire la leçon sur le danger.

" Que cherches-tu à me dire...? Que sais-tu de moi...pour me dire cela?"

Peut-être été trop loin, encore la fixant essayant toujours de comprendre la raison de ces paroles. Scrutant son regard, mes yeux colériques redevenaient tendres. Seigneur, je devais me défaire de cette attraction. Je baissais la tête et ce léger moment de distraction de ma part, m'a permis d'observer un détail très important.

Une arme...Elle était armée.

Je le savais. Elle n'était pas simplement gentille. Il y avait une raison. Une mission...

Le danger...L'affronter...

Ce n'était pas l'attitude d'un flic. Pas du tout. Non, elle agit à sa manière, indépendante.

L'opposé du flic. De l'autre côté de la loi. Leur propre loi.

Ils savaient...Ils savaient qu'en envoyant une femme, j'étais plus à risque de me laisser berner.

Les salauds !

Je restais calme. Ce n'est pas la première fois que je voyais une arme. Au contraire, j'en avais une, dissimulé dans mon étui, pour me protéger. Étui qui était juste là, devant moi.

Je pouvais l'atteindre...

Il suffisait juste que je me concentre et termine de lasser ma deuxième botte et prendre la poignée de mon étui.

- Tony me crains… Il craint ce dont je suis capable. Je peux beaucoup mais il n’a pas confiance en ce que je veux. Tu sais, ‘Everything I have done, I’ve done for you, I move the stars for no one…’

Je comprends tout, alors...Tony la craint, et avec raison. Comment pouvait-il la connaitre? De quelle manière ?

Et si tout cela était faux ? Qu'elle ne connaît aucunement Tony. Tout cela pour me piéger.

Ils l'ont engagés, c'est qu'elle avait du talent sur son art...

Art de tuer. Et je suis sur sa liste...

Pourquoi fallait-elle qu'elle chante cette chanson. Dans cet ambiance, en plus...c'était à ce glacer le sang.

Je terminais de lasser ma deuxième botte, fixant la poignée de mon étui...

Je respirais lentement:

"....et qu'est-ce que tu veux?"

Une idée.

" Cette chanson, je la connais à la guitare...Laisse-moi..."

Je me penchais d'un coup en attrapant mon étui. Je l'ouvrais sans attendre, prenant mon arme dans la poche dissimulée.

Et je la dévoilais à la tueuse en ne faisant qu'un volte-face, mon arme pointé vers elle, toujours assis sur le bord du lit:

"...Jette ton arme..." dis-je froidement.

Nerveux, un peu oui, mais le nombre de fois où j'ai du me défendre, je savais y faire.







- 1-2-3, the music flow into me -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


Métisse ✗ Née quelque part sur la côte ✗ Artiste sculpteure talentueuse ✗ Urbaine ✗ Nocturne ✗ Papier d’identité falsifié ✗ Tueuse professionnelle ✗ Mondaine et réservée ✗ Créatrice mystique ✗ Une vrai amie ✗ Classique et traditionaliste mais féministe ✗ Propriétaire d’une galerie d’art au centre-ville

• INSCRIS LE : 15/08/2018
• MESSAGE : 35
• CÉLÉBRITÉ : Julia Jones
• CRÉDITS : Leeyarom
• DC : Frank B. Wilcox
• LIKE : 4
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane
Hier à 1:36

Jane fixa le canon de l’arme et haussa un sourcil.

- Laquelle? Rétorqua-t-elle du tac au tac alors qu’un large sourire tout rose étirait ses lèvres.

La question était tranchante et mordante. Oui, laquelle? Soudainement, Dwayne eu l’impression de tenir le tigre par la queue.

Jane baissa les yeux sur elle-même. Elle était agenouillée sur le bord du matelas, face à lui, les mains sur les genoux, sa veste entrouverte laissant apercevoir la crosse de son arme. Elle se mordit la lèvre. Ah…

- Celle-là? Fit-elle en écartant légèrement le pan de sa veste pour en révéler la doublure.

Pas de geste brusque, elle l’avait déjà rendu bien assez nerveux.

- Alors, tu es certain que tu veux me voir tendre la main vers cette arme, l’extraire de son étui et… Non… éluda-t-elle calmement.

Ça, jamais Tony ne le lui pardonnerais…

- Je ne braquerai pas une arme sur toi, certainement pas. Jura-t-elle, en refermant sa veste. Si j’avais eu l’intention de le faire, je n’aurais pas pris la peine de te réveiller. Elle pointa le menton haut, dressant son visage vers lui dans un geste de défi.

Ce n’était qu’une jolie femme dans le noir. Il distinguait mieux sa physionomie exotique dans cet angle de lumière et lorsqu’elle bougeait, ses cheveux bruissaient comme le gravier dans le lit d’une rivière. Elle citait des livres, des chansons et de la poésie, s’exprimant en parabole, et elle le faisait en le fixant de ses yeux noirs, noir, noir comme la peur dans le noir. Surtout, elle l’avait réveillé d’un baiser.

- Es-tu bien certain que c’est l’attitude que tu veux adopter avec moi? Ce n’est pas de la peur, alors? Je perçois ton malaise et je me demande bien en quoi tu te crois menacé. Suis-je plus facile à affronter, maintenant que tu es en position de me dominer, de me menacer?

Elle était d’un calme dérangeant, sa voix et son élocution parfaitement maîtrisée.

- Ce que je veux? J’aimerais savoir comment tu comptes descendre cette échelle, avec ton case de guitare, tout en me gardant joue… Et comment tu comptes gagner la porte sans devenir une cible, alors que je me trouverai hors de ta ligne de tir, armée, et dans une position avantageuse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: The Rose With A Broken Neck • PV Jane

Revenir en haut Aller en bas
 

The Rose With A Broken Neck • PV Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord est :: Mount Pleasant-