AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Broken crayons still color (CHRISTOPHER)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Elle est née en Italie, Gioia, dans la belle capitale de Rome ✽ Elle est arrivée au Canada à l'âge de onze ans ✽ Elle a encore un fort accent italien, bien qu'elle parle parfaitement anglais ✽ Elle a un chien qu'elle adore, son nom est Saul et c'est son bébé, son petit amour ✽ Son fiancé l'a laisser tomber la veille de leur mariage, depuis son coeur est blindé, elle ne fait plus autant confiance aux hommes, pour ce qui est du plan émotionnel ✽ Quand son ex-fiancé a voulu revenir vers elle, elle a feint un faux petit copain, juste pour le tenir à l'écart. Sauf que c'est faux, elle est toujours célibataire, Gioia ✽ Elle est vegan, elle ne mange aucune viande, ni quoi que ce soit qui vient de l'exploitation d'un quelconque animal ✽ Elle donne pour des œuvres de charité et elle fait du bénévolat à plusieurs endroits, Gioia. Refuges pour animaux, foyer pour personnes âgés, hôpitaux... ✽ Elle sait jouer du piano et du violon.

• INSCRIS LE : 06/05/2017
• MESSAGE : 154 • POINTS : 424
• CÉLÉBRITÉ : Emily Didonato
• CRÉDITS : Liloo_59
• DC : Nicholas McGowan
MessageSujet: Re: Broken crayons still color (CHRISTOPHER)
Mer 31 Mai 2017 - 4:48



BROKEN CRAYONS STILL COLOR
" christopher & gioia "

« Je serais clairement plus utile si jamais tu te tord la cheville et en plus, je pourrais même t’envoyer une photo de moi pour que tu puisses quand même l’afficher sur ton plafond. T’aurais un deux pour un, t’imagine? » Que lui répond le beau brun, la faisant rire, un petit instant. Elle remue légèrement la tête, Gioia, signe qu'elle appuie ses paroles, un large sourire accroché aux lèvres. Un deux pour un, c'est encore mieux, il a totalement raison ! Son corps toujours collé contre le sien, il lui demande si elle a envie de sortir de ce bar et elle accepte, la brunette, l'entraînant sans hésiter jusqu'à la sortie. Une fois à l'extérieur, elle lui demande où il veut aller, l'appelant bébé au passage, ce qu'il remarque, en profitant par la même occasion pour lui demander s'il pourra l'embrasser, tout en mettant ça sur le compte du faux petit copain. À ça, elle hausse les épaules, l'italienne, laissant planer le mystère, le sourire toujours accroché aux lèvres. S'il prend cette initiative à un moment ou à un autre de la soirée, il aura la surprise de découvrir sa réaction. Elle ne lui donnera pas la réponse facile, Gioia, ça serait bien moins drôle, non ? La brune, elle est loin d'être une fille facile... loin de celles qui embrassent le premier venu, mais ça, il ne le sait pas, Christopher... peut-être pense-t-il même le contraire, vu le baiser qu'elle lui a volé, ce soir. Ce n'est pas son genre, Gioia, d'embrasser un homme qu'elle connait à peine, mais elle a bien sentie cette chimie entre le brun et elle, malgré la mise en scène... alors qui sait ?

Elle lui demande de quel côté il veut aller, le bel infirmier et il choisi impulsivement la droite. Ils marchent donc durant un petit moment, mais tous les restaurants ou les cafés semblent fermés, à pareille heure. Le vent se lève, la nuit est de plus en plus fraîche et il le remarque, Christopher, car il retire son manteau et le pose sur les épaules de la brunette qui le gratifie d'un sourire et d'un merci, avant de resserrer le tissu autour de ses épaules. Il lui suggère ensuite de lui préparer un café chez lui et elle accepte, Gioia, comme il n'y a rien d'ouvert aux alentours. Mais avant d'accepter officiellement son offre, elle lui fait promettre de ne pas lui faire du mal. Évidemment, elle n'est pas sérieuse, l'italienne, pas un instant elle doute qu'il veuille lui faire du mal, Christopher. Elle est tout simplement comme ça, Gioia, à faire des blagues, à dire des choses parfois même étranges. Il lui offre un sourire sincère, le brun, visiblement pas choqué par cette pseudo blague. « Je te promet que je n’ai pas l’intention de te faire de mal, ni rien de  ce que tu as nommé. J’ai seulement envie de passer une belle soirée en ta compagnie. » À ses paroles, un nouveau sourire se dessine sur les lèvres de la jeune femme, alors qu'ils se remettent en marche. « Alors, puisque tu es propriétaire de ta propre compagnie je suppose que tu peux rentrer un peu fatigué au travail et que c’est pas trop grave? » Elle étire un nouveau sourire, Gioia, sur ce point, il n'a pas tort. Elle rentre quand elle veut au boulot et lorsqu'elle décide qu'elle prend congé, elle n'a pas de compte à rendre à qui que ce soit. « C'est en effet un des points positifs d'avoir sa propre business. Je peux même décider de pas rentrer du tout au boulot, si je suis trop fatiguée. » C'est carrément un avantage, ça elle le sait. Elle peut faire tout ce qu'elle désire, la brunette, personne n'a à lui dicter quoi que ce soit.

Après de nombreuses minutes de marche, ils arrivent à la voiture du beau brun, il fait à nouveau preuve de galanterie et  lui ouvre la portière pour qu'elle prenne place dans le véhicule, Gioia. Elle y entre donc, le gratifiant d'un nouveau sourire, avant qu'il disparaisse pour se poser de l'autre côté, derrière le volant. Elle est curieuse de savoir où il vit, curieuse d'en savoir encore un peu plus à son sujet, curieuse de savoir qui il est vraiment. Elle boucle sa ceinture, la brunette et la voiture démarre dans une direction qu'elle ne prend pas vraiment le temps d'observer. La voix du jeune homme se laisse entendre et elle pose son regard sur lui, toujours aussi souriante, une qualité qui ne lui manque pas. « Alors, tant qu’à apprendre à se connaître, tu me dis ta couleur préférée ? » Un léger rire file hors de ses lèvres devant son air à lui, ce grand sourire qu'il affiche et qui est inévitablement craquant.  « Ça c'est la question qui tue... ma couleur préférée... hmmm, j'en ai plusieurs ! » Elle fronce légèrement les sourcils, Gioia, prenant le temps de réfléchir comme si cette question était existentielle, alors qu'elle est complètement futile, quand on y songe. « J'adore le bleu, surtout le bleu azur... j'aime beaucoup le turquoise aussi... puis le blanc... » Elle hausse légèrement les épaules, la brune, affichant un énième sourire. Elle ne pourrait pas choisir une seule couleur, elle qui aime les teintes de toutes sortes. Il y a trop de couleurs pour avoir une préférence, du moins, à ses yeux à elle. « Et toi ? Comme t'es un homme, tu sais ce que tu veux et donc t'as qu'une seule couleur préférée, c'est ça ? » Elle l'observe, toujours souriante, le regard interrogateur. C'est peut-être stéréotypé, mais elle à l'habitude des hommes qui savent exactement ce qu'ils désirent et qui ne sont pas indécis, contrairement à elle. Sans forcément dire telle couleur est leur préférée, ils ont toujours cette teinte qui domine sur toutes les autres dans leur vie et qui est au final, leur favorite. Sauf que ça ne signifie pas que lui est ainsi, les hommes ne sont pas tous les mêmes, bien qu'ils se ressemblent souvent sur bien des points.

Près d'une dizaine de minutes s'écoulent, alors qu'ils parlent de tout et de rien, durant le trajet. Jusqu'à ce que le brun gare le véhicule devant un appartement. Il sort de la voiture, Christopher et elle fait de même, Gioia, avant de s'approcher de lui, toujours ce sourire sur les lèvres. « Tu habite seul ? » Qu'elle lui demande, curieuse de savoir si elle tombera nez à nez avec quelqu'un ou s'ils seront complètement seuls chez lui. Pas parce qu'elle est gênée à l'idée de croiser quelqu'un, ni par peur de se retrouver seule avec lui, sinon elle aurait déclinée l'offre. Elle lui demande, par curiosité, tout simplement, parce qu'elle pose toujours des tas de questions, la brunette...



SÈCHE TES PLEURS ⊹ j'ai jamais vu une fille pleurer autant pour un garçon. J'ai jamais vu l'amour créer de la haine de cette façon. Ses chagrins de jour vont finir dans ceux de la nuit. Faut la voir marcher d'un pas pas lourd, comme si chaque pied pesait sur lui.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 24/04/2017
• MESSAGE : 105 • POINTS : 135
• CÉLÉBRITÉ : Nick Bateman
• CRÉDITS : Ploup
MessageSujet: Re: Broken crayons still color (CHRISTOPHER)
Jeu 15 Juin 2017 - 1:56

Après s’être totalement trompé de côté et n’avoir rien trouvé d’ouvert à cette heure de la nuit je proposais comme dernière solution de lui préparer moi-même un café. J’étais convaincu qu’elle refuserait poliment l’offre parce qu’après tout, on ne se connaissait pratiquement pas, mais à ma plus grande surpris elle accepta. J’en étais ravis, j’avais plutôt l’impression que la soirée se déroulait bien et je n’avais pas envie qu’elle se termine tout de suite. De plus, depuis qu’on avait quitté le bar j’avais l’impression qu’on allait avoir davantage l’occasion de bien se connaître. Non pas que je n’avais pas apprécié les quelques baisers échanger ainsi que les longues étreintes, mais comme je savais que ce n’était pas du vrai ce n’était pas totalement pareille. Lorsque j’amenais le sujet de sa business ainsi que le fait qu’elle pouvait certainement rentrée un peu fatigué au boulot elle acquiesça me confirmant que c’était un bel avantage.  « Je t’avoue que là-dessus je t’envie énormément. Dans mon métier je n’ai pas trop le choix d’arriver à l’heure et d’ailleurs ce peut être à n’importe moment de la journée! » Je faisais autant des horaires de jour, de soir que de nuit ce qui chamboulait parfois totalement mes horaires, mais je le vivais plutôt bien jusqu’à maintenant.

Une fois arrivé à la voiture j’observais rapidement la jolie brune qui se tenait à mes côtés avant de lui poser une question totalement banale, mais qu’elle accueillit parfaitement bien. Certaines filles m’auraient peut-être dévisagé en trouvant que c’était enfantin, mais pas elle. Au contraire, elle prenait même le temps de bien y réfléchir pour trouver la bonne réponse, comme si c’était une question d’examen et qu’elle avait peur d’échouer. Lorsqu’elle mentionna qu’elle en avait plusieurs je riais me disant qu’elle allait probablement prendre tout le trajet vers chez moi pour choisir. Au final elle en sortit 2-3 avant de me retourner la question qui au départ me paraissait tellement simple.  « Comme je suis un homme? Mais c’est quoi ce genre de préjugé? » dis-je avec un air presqu’outré. En même temps, j’ignorais d’où elle tenait cette donnée, mais c’était peut-être pas totalement faux puisque je n’en avais effectivement qu’une seule.  « Bon ok ok, c’est vrai que j’en ai qu’une… c’est le bleu. » Je ne pouvais m’empêcher de sourire et je ne pouvais pas dire pourquoi.  « En même temps, à ce qu’il parait, les mecs voient moins de teinte de couleur que les filles… du coup comme on voit moins de couleur peut-être que c’est plus facile pour nous de choisir? » ajoutais-je comme pour justifier le fait que je n’avais qu’une couleur préférée.

On finit par arriver de mon chez-moi et j’invite donc la jolie brune à me suivre lui indiquant que je me situe à l’étage. Elle me demande alors si j’habite seul et j’acquiesce d’un signe de tête.  « Je suis à la rechercher d’un ou d’une locataire par contre, j’ai une chambre de plus qui ne sert pas vraiment et je me dis que ça permettrait d’économiser un peu plus. » Je sais pas pourquoi je sentais le besoin de lui préciser cette information, en même temps on sait jamais! Peut-être connaissait-elle quelqu’un qui aurait besoin d’un appartement à bas prix. Je montais les marches suivie de la jeune femme avant d’ouvrir la porte de mon appartement qui était un peu plus en bordel que dans mon souvenir.  « Merde… » dis-je tout bas avant de me tourner un peu gêné vers Joy en passant une main dans mes cheveux.  « Viens, entre… désolé c’est un peu plus bordélique que ce que je pensais. » Sans attendre je poussais un peu ce qui trainait au sol dans un coin de l’appartement avant de revenir auprès de mon invité.  « Bon, alors voici mon petit chez moi! » Je lui fis rapidement visiter les pièces avant de l’inviter dans le salon où c’était, selon moi, le plus convivial pour discuter.  « Alors, je sais que je t’ai proposé un café mais est-ce que tu préférerais boire un drink à la place? Du vin? Une bière? » Niveau alcool j’avais pas mal tout… [/b] Disons que c’était ma petite récompense après une grosse journée de travail. Si elle préférait prendre un café je n’étais pas contre non plus et j’étais également bien équipé à ce niveau. La différence étant que le café me permettait de débuter ma journée de travail alors que l’alcool me servait de récompense le soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Elle est née en Italie, Gioia, dans la belle capitale de Rome ✽ Elle est arrivée au Canada à l'âge de onze ans ✽ Elle a encore un fort accent italien, bien qu'elle parle parfaitement anglais ✽ Elle a un chien qu'elle adore, son nom est Saul et c'est son bébé, son petit amour ✽ Son fiancé l'a laisser tomber la veille de leur mariage, depuis son coeur est blindé, elle ne fait plus autant confiance aux hommes, pour ce qui est du plan émotionnel ✽ Quand son ex-fiancé a voulu revenir vers elle, elle a feint un faux petit copain, juste pour le tenir à l'écart. Sauf que c'est faux, elle est toujours célibataire, Gioia ✽ Elle est vegan, elle ne mange aucune viande, ni quoi que ce soit qui vient de l'exploitation d'un quelconque animal ✽ Elle donne pour des œuvres de charité et elle fait du bénévolat à plusieurs endroits, Gioia. Refuges pour animaux, foyer pour personnes âgés, hôpitaux... ✽ Elle sait jouer du piano et du violon.

• INSCRIS LE : 06/05/2017
• MESSAGE : 154 • POINTS : 424
• CÉLÉBRITÉ : Emily Didonato
• CRÉDITS : Liloo_59
• DC : Nicholas McGowan
MessageSujet: Re: Broken crayons still color (CHRISTOPHER)
Jeu 15 Juin 2017 - 16:07



BROKEN CRAYONS STILL COLOR
" christopher & gioia "

Il y a de nombreux avantages à gérer son propre emploi... Prendre congé quand on le désire, s'éclipser durant des semaines en voyage, laissant sa business entre les mains d'une personne de confiance. Sauf qu'il faut savoir comment si prendre, comment gérer ses employés... Être tout en haut de la pyramide, ce n'est pas toujours simple, mais elle y parvient assez bien, la brunette. Elle aime ce qu'elle fait, les produits qu'elle crées, la clientèle visée... Enfin bref, tout pour dire qu'en cas de fatigue ou de maladie, elle n'est pas forcée d'aller travailler. D'ailleurs, elle ne passe pas tous les jours au boulot, faisant la gestion de son bureau, à la maison. Alors, elle lui répond ceci, Gioia, que c'est un des points positifs de son boulot, qu'elle peut ne pas rentrer du tout, si elle le désire. « Je t’avoue que là-dessus je t’envie énormément. Dans mon métier je n’ai pas trop le choix d’arriver à l’heure et d’ailleurs ce peut être à n’importe moment de la journée ! » Sans doute qu'elle aurait un peu de mal à vivre ainsi, la brunette, parce qu'elle ne connaît pas ce genre d'obligations et qu'elle se sentirait étouffée, mais c'est ainsi que les employés vivent, c'est normal et surtout dans un métier comme celui de Christopher. Doucement, elle remue légèrement la tête, l'air de comprendre ce qu'il veut dire, ce que ça implique. « J'imagine que ça ne doit pas toujours être facile d'avoir un horaire désordonné. » Elle peut se le figurer, Gioia, ayant été fiancée avec un homme dont l'horaire était également désordonné et assez complexe. Walker, il vivait des heures de fou à la caserne...

Dans la voiture, il lui pose une question, le brun, de celles pas existentielles du tout et pourtant, ils arrivent à étendre le sujet au-delà de deux ou trois mots. Elle a du mal à choisir une seule couleur, la jeune italienne, donc elle en nomme au moins trois, le sourire sur les lèvres. Elle lui retourne ensuite la question, sortant une phrase stéréotypée, comme quoi les hommes savent ce qu'ils désirent, donc ils n'ont qu'une seule couleur favorite ou même pas du tout. Elle plaisante, la brunette, mais elle est sérieuse, à la fois. Elle a souvent connu ce genre d'hommes, son ex-fiancé y étant inclus. Pour sa part, il n'avait pas de couleur préférée, mais il portait souvent des vêtements de cette même teinte... « Comme je suis un homme ? Mais c’est quoi ce genre de préjugé ? » Il a l'air presque outré, le bel infirmier et le sourire de la jeune femme s'étire, alors qu'elle hausse les épaules. « Bon ok ok, c’est vrai que j’en ai qu’une… c’est le bleu. » Là, elle échappe un rire, Gioia. Comme les hommes sont prévisibles ! « Je le savais ! J'en aurais mis ma main au feu ! » Un air malicieux sur le visage, elle l'observe, alors que la voiture roule à travers la nuit. Les stéréotypes, tout ça, ce n'est pas que des conneries, les hommes se ressemblent sur bien des points, tout comme les femmes. Sauf qu'ils sont tellement différents à la fois... En toute honnêteté, elle n'est pas trop axée sur les préjugés et les stéréotypes, la jolie brune, elle ne met pas réellement tous les gens dans un même panier, mais elle s'en amuse. « En même temps, à ce qu’il parait, les mecs voient moins de teinte de couleur que les filles… du coup comme on voit moins de couleur peut-être que c’est plus facile pour nous de choisir ? » À nouveau, elle sourit, ravalant un rire, Gioia, ce qu'il remarque, le brun. « Alors là... Il me faudra la preuve scientifique que c'est la raison pour laquelle la plupart des hommes n'ont qu'une couleur préférée ! » L'air moqueur, une fois de plus, elle remue document la tête, comme pour appuyer ses paroles. À son avis, ce qui justifierait le plus ce côté chez les hommes, c'est leur simplicité. Ils ne cherchent pas à se casser la tête, comme les femmes le font avec des futilités.

Les voilà devant l'appartement du jeune homme, il lui désigne qu'il habite à l'étage, suite à quoi elle lui demande s'il vit seul. Il secoue la tête négativement, Chris, non, il habite seul ! Mais il ajoute qu'il recherche un ou une locataire, afin d'économiser un peu. À sa réponse, c'est elle qui remue la tête, l'écoutant et saisissait que le coût de la vie n'a pas la même signification pour tout le monde... Elle, elle a eu le chance de naître dans une famille pleine aux as, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. C'est une raison pour laquelle elle ne vit pas à l'excès, profitant des petits plaisirs de la vie, comme tout le monde le ferait. Si elle n'habitait pas le loft de son père, elle vivrait dans une plus petite maison, Gioia. « Si jamais J'ai vent d'une personne qui se cherche en toit, je penserai à toi. » Qu'elle lui répond, un sourire sur les lèvres. Pour le moment, personne ne lui vient à l'esprit, mais peut-être qu'elle en entendra parler, dans les prochains jours, on ne sait jamais ! On gravite les marches et face à la porte d'entrée, il l'ouvre, Christopher, avant d'y pénétrer et de laisser tomber un merde tout bas, mais qui parvient aux oreilles de la brune. Il se retourne alors vers elle, l'air gêné et elle l'observe, l'air interrogateur. « Viens, entre… désolé c’est un peu plus bordélique que ce que je pensais. » Son visage se fend d'un joli sourire, se voulant rassurante. Elle s'en fiche bien, Gioia... Sauf s'il y a des bols et des assiettes de nourriture moisis à grandeur de son appartement et que celui-ci est infesté par les insectes. Ce qui l'étonnerait un peu, face au beau brun, mais après tout, on ne sait jamais. « Ne t'en fais pas, Chris. J'ai déjà mis les pieds dans un appartement de mecs. » Elle lui fait un petit clin d'oeil, la brunette, avant de le suivre à l'intérieur, là où il pousse quelques trucs qui traînent dans un coin, sous le sourire amusé de la belle. « Bon, alors voici mon petit chez moi ! » Il lui fait rapidement faire le tour de la propriété, l'infirmier, sous son regard attentif. C'est joli, simple, le genre d'endroit assez agréable, il faut l'avouer. Ils terminent ensuite au salon, là où il lui demande si elle veut toujours un café ou si elle préfèrerait autre chose, un cocktail, du vin, une bière. Elle sourit pour une énième fois, l'italienne, elle n'a pas beaucoup bu au bar, alors un peu d'alcool ne lui ferait pas de tort. « Eh bien, je ne dirais pas non à une bonne bière, j'avoue. » Elle est simple, Gioia, elle aime bien la bière, même si elle n'en boit qu'à l'occasion, comme ce n'est pas très bon pour la santé et pour la ligne... Mais une fois de temps en temps, ça ne tue personne.

L'instant d'après, il disparaît à la cuisine, Christopher, alors qu'elle prend place sur le sofa, ayant laissé le manteau du jeune homme sur une chaise. Une minute ou deux plus tard, il revient vers elle, lui tendant une bouteille et elle la prend, le remerciant, un sourire sur les lèvres. Elle l'observe, la brunette, détaillant légèrement son visage harmonieux et sans défaut. Habituellement, ce genre de mecs, ceux trop beaux cachent de nombreux défauts et sont souvent imbus d'eux-mêmes, mais elle m'a vraiment pas l'impression que c'est son cas. Il semble gentil, Christopher, authentique. Elle pose doucement sa paume sur le bras de l'homme, comme pour capter son attention, donner du sens aux paroles qui vont suivre. « Sérieusement, merci pour ce soir. D'avoir joué le jeu... T'aurais vraiment pu me repousser... ou t'aurais pu avoir une copine juste à côté et elle aurait voulu me casser la figure. Et j'aurais eu l'air d'une pauvre idiote devant mon ex. » À nouveau, elle sourit, secouant la tête, exaspérée par elle-même. Elle aurait pu se faire prendre à son propre jeu et heureusement, ça n'a pas été le cas. Elle aurait pu avoir l'air vraiment comme, Gioia et en s'en serait mordu les doigts ! Mais grâce à lui, elle a pu être convaincante face à Walker, ce qui risque de le tenir à l'écart et d'abandonner ses plans face à elle. « Et excuse-moi de m'être servie de toi. J'ai pas l'habitude d'utiliser les gens comme ça, je t'assure. J'avais besoin qu'il comprenne que c'est bel et bien terminé entre lui et moi. Et je pense qu'il n'y a vu que du feu. Il sait que je ne suis pas genre à embrasser n'importe qui... Enfin, tu dois penser le contraire. » Ses yeux ne le quitte pas, alors qu'elle lui parle franchement. Gioia, elle n'est vraiment pas le genre de fille à se servir des gens, mais ce soir c'était nécessaire et au fond, elle ne lui a fait aucun mal, à Christopher... Même qu'il a eu l'air d'apprécier ce début de soirée.



SÈCHE TES PLEURS ⊹ j'ai jamais vu une fille pleurer autant pour un garçon. J'ai jamais vu l'amour créer de la haine de cette façon. Ses chagrins de jour vont finir dans ceux de la nuit. Faut la voir marcher d'un pas pas lourd, comme si chaque pied pesait sur lui.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 24/04/2017
• MESSAGE : 105 • POINTS : 135
• CÉLÉBRITÉ : Nick Bateman
• CRÉDITS : Ploup
MessageSujet: Re: Broken crayons still color (CHRISTOPHER)
Lun 19 Juin 2017 - 2:09

Autant j’enviais les gens qui avaient un horaire stable et qui pouvaient aisément s’organiser des activités d’avance autant je l’enviais encore plus de pouvoir chambouler son horaire à la dernière minute sans qu’il n’y ait de véritable impact pour elle. En même temps ça ne m’empêchait pas d’adorer mon boulot et au final c’est ce qui importait. Lorsque je demandais à la jolie brunette quelle était sa couleur préférée j’étais surpris de voir à quel point la conversation roulait bien alors que la question était un peu banale en soi. Je pris un air outré lorsqu’elle souligna que les hommes avaient tendance à savoir ce qu’ils voulaient alors qu’au fond il était vrai que je n’avais qu’une seule couleur préférée. Son rire était agréable. Je ne pouvais m’empêcher de sourire à mon tour tout en gardant un œil sur la route alors que je prenais le chemin vers mon appartement. Elle avait l’air tellement ravis d’avoir raison que je ne pus m’empêcher de sortir la théorie qui dit que les hommes voient moins de couleurs ce qui pouvait expliquer qu’on ait moins de mal à en choisir une mais la jolie brune n’avait pas l’air entièrement convaincu. J’arquais un sourcil alors que je me retenais de rire.  « Ouais, là j’avoue que je vais avoir besoin d’un peu plus de temps pour établir la relation cause à effet de la visibilité des couleurs par les hommes en rapport avec le fait qu’ils aient plus facilités à en choisir qu’une. » Je n’étais même pas convaincu que ma phrase faisait du sens. Un rire s’échappa de ma gorge alors que je me disais que la recherche et les statistiques n’étaient pas vraiment dans ma branche.

Arrivée devant mon appartement je l’invitais à me suivre tout en répondant à sa question que je cherchais un ou une colocataire histoire d’arrondir les fins de mois. Peut-être que ça ne faisait pas très viril, peut-être aurait-elle préféré un mec riche, mais d’un autre côté je ne pouvais pas faire semblant d’être quelqu’un que je ne suis pas.  « Eh bien oui, n’hésite pas à me référer si tu connais quelqu’un qui cherche! Du coup j’aurai pas trop le choix de te laisser mon numéro… » dis-je avec un petit sourire en coin alors qu’on marchait côte à côte jusqu’à chez moi. Je lui indiquais où se tenait mon appartement et on montait à l’étage. Dès que j’ouvris la porte je me sentis gêné en voyant qu’il y avait des vêtements qui traînaient au sol ainsi que des coussins et des papiers. Heureusement elle n’avait pas l’air trop décontenancée. Je pris toute de même quelques instants pour mettre le tout dans un coin avant de revenir vers celle-ci.  « C’est encore des préjugés envers les mecs? » réponds dis-je tout sourire alors qu’elle soulignait être déjà allé dans des appartements de mecs.

Je lui fis faire le tour de l’appartement avant de l’inviter à prendre place au salon où c’était plus agréable pour discuter. Je lui proposais d’autre breuvage et fus ravis d’apprendre qu’une bonne bière lui plairait.  « Vraiment? Eh bien tu sais, je t’apprécie de plus en plus toi! » Sans attendre je me dirigeais vers le frigo pour en sortir deux bières bien froide avant de revenir m’installer à ses côtés. Je m’occuper de déboucher la sienne d’abord et la lui tendit. La bière c’était carrément l’alcool que je préférais de tous, surtout en fin de soirée comme ça. Quelques secondes plus tard je sentis la main de la jolie brune se poser sur mon bras et je posais mon regard dans le sien. Elle me remercia alors pour la soirée, pour avoir joué le jeu. Je souris sincèrement pour signifier que ça m’avait fait plaisir.  « C’était pas grand-chose, j’avoue que c’était un peu une première pour moi, mais franchement si ça a pu t’aider ça m’a fait plaisir. » Elle s’excusa également de s’être servie de moi et j’haussais les épaules, je savais qu’elle ne l’avait pas fait dans un but malhonnête. Son ton était sincère, je savais que ce n’était pas vraiment le moment de sortir des blagues à la con. J’avais au moins suffisamment d’intelligence pour s’avoir quand il était temps d’être sérieux. Je secouais alors négativement de la tête suite à sa dernière phrase.  « Non je t’assure je ne pense pas sa de toi. Je veux dire, même si on se connait peu, j’ai quand même pu voir que c’était dans un élan de panique que tu as fait ce geste. Crois-moi le genre de fille qui se donne au premier venu j’en ai vue et je me tiens loin de celles-ci. Toi, tu n’as rien avoir avec elles. » J’insistais sur le fait que je les tenais loin parce que c’était loin d’être le genre de filles qui m’intéressaient. Des histoires d’un soir c’était pas vraiment ce que je cherchais et la dernière chose que je voulais c’était qu’elle pense ça de moi.  « Après tu n’as vraiment pas à t’excuser. L’important c’est que ça ait fonctionné, puis bah j’espère aussi par le fait même que tu vas quand même passer une belle soirée! » dis-je alors en levant mon verre pour trinquer. Je pris alors une grande gorgée de bière qui me fit un bien fou.

Je détaillais son visage parfait, ses yeux bleus dans lesquels on pouvait se perdre et je me dis que j’avais tout de même eu la chance d’avoir pu faire sa rencontre. Peut-être que ça ne mènerait à rien, disons qu’à ce niveau j’étais assez mal chanceux, mais au moins pour le moment je passais une agréable soirée.  « Ça fait longtemps que s’est terminé.. entre vous deux…? » me risquais-je alors de lui demander. Je craignais que ce soit une rupture récente… dans ce cas je me doutais que mes chances étaient presque nuls. Une fille qui sort d’une relation n’est jamais vraiment prête à se réinvestir tout de suite. Je m’installais plus confortablement attendant d’en savoir un peu plus sur son histoire. Je me permis de reprendre une gorgée de bière avant de replonger mon regard dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Elle est née en Italie, Gioia, dans la belle capitale de Rome ✽ Elle est arrivée au Canada à l'âge de onze ans ✽ Elle a encore un fort accent italien, bien qu'elle parle parfaitement anglais ✽ Elle a un chien qu'elle adore, son nom est Saul et c'est son bébé, son petit amour ✽ Son fiancé l'a laisser tomber la veille de leur mariage, depuis son coeur est blindé, elle ne fait plus autant confiance aux hommes, pour ce qui est du plan émotionnel ✽ Quand son ex-fiancé a voulu revenir vers elle, elle a feint un faux petit copain, juste pour le tenir à l'écart. Sauf que c'est faux, elle est toujours célibataire, Gioia ✽ Elle est vegan, elle ne mange aucune viande, ni quoi que ce soit qui vient de l'exploitation d'un quelconque animal ✽ Elle donne pour des œuvres de charité et elle fait du bénévolat à plusieurs endroits, Gioia. Refuges pour animaux, foyer pour personnes âgés, hôpitaux... ✽ Elle sait jouer du piano et du violon.

• INSCRIS LE : 06/05/2017
• MESSAGE : 154 • POINTS : 424
• CÉLÉBRITÉ : Emily Didonato
• CRÉDITS : Liloo_59
• DC : Nicholas McGowan
MessageSujet: Re: Broken crayons still color (CHRISTOPHER)
Mar 20 Juin 2017 - 22:12



BROKEN CRAYONS STILL COLOR
" christopher & gioia "

Sourcil arqué, le sourire sur les lèvres alors qu'il retient un rire, il fini par rétorquer des mots qu'elle n'est pas certaine de comprendre, la brune. « Ouais, là j’avoue que je vais avoir besoin d’un peu plus de temps pour établir la relation cause à effet de la visibilité des couleurs par les hommes en rapport avec le fait qu’ils aient plus facilités à en choisir qu’une. » Peut-être qu'au final, l'alcool fait plus effet qu'elle ne le pensait, Gioia. Elle laisse échapper un rire, alors qu'elle se perd presque dans ses paroles. Le regard rivé sur lui, elle remue de la tête. Oui, il lui faudra plus de temps pour établir cette relation et sans doute plus encore pour lui faire avaler cette histoire. « Prends tout le temps qu'il te faudra, question que ton histoire soit solide ! » Un nouveau sourire malicieux apparaît sur ses lèvres, alors qu'elle se retourne face à la route. Elle n'a pas peur de l'embêter, l'italienne, pas peur qu'il prenne mal les mots qu'elle prononce et ses sourires moqueurs, elle a l'impression qu'il les reçoit plutôt bien. C'est ça qu'elle aime, les gens qui savent saisir son humour et qui ne s'en offusque pas. Sans quoi ça n'irait pas très bien, elle qui aime plaisanter et taquiner les gens qui l'entourent, surtout ceux qu'elle apprécie.

La voiture fini par s'arrêter et à l'extérieur, elle lui demande s'il vit seul, ce à quoi il répond qu'il recherche un ou une colocataire. Gioia, elle rétorque alors que si elle rencontre quelqu'un qui cherche un loyer, elle n'hésitera pas à penser à lui. « Eh bien oui, n’hésite pas à me référer si tu connais quelqu’un qui cherche! Du coup j’aurai pas trop le choix de te laisser mon numéro… » Un sourire se dessine sur ses lèvres, alors qu'elle remue légèrement la tête. Elle n'est pas contre l'idée, même s'il lui laissait son numéro pour une raison plus personnelle. Elle ne le connaît pas beaucoup, mais elle le trouve sympathique et le revoir ne lui déplairait pas, histoire d'apprendre à le connaître un peu plus, ce qu'elle aura sans doute déjà le loisir de faire, ce soir. « Ça pourrait être plutôt pratique, en effet. » Qu'elle réplique, sans la moindre arrière pensée. Ça pourrait être pratique au cas où quelqu'un serait à la recherche d'un appartement et si elle voudrait le revoir. Les deux bruns montent à l'étage, là où il loge, Christopher et à peine à l'intérieur, il s'excuse, croyant avoir laissé sa demeure dans un meilleur état. Elle lui dit de ne pas s'en faire, la jeune italienne, qu'elle a déjà mis les pieds dans des appartements d'hommes. Par là, elle veut dire qu'elle en a vu de toutes les couleurs et que peu importe l'état dans lequel son appartement se trouve, elle survivra. « C’est encore des préjugés envers les mecs? » Il sourit, prouvant une fois de plus qu'il n'est pas vexé par ses petits commentaires, ses faux préjugés envers les hommes. Un air faussement innocent apparaît alors sur son visage, alors qu'elle l'observe. « Quoi ? Non. Je n'oserais jamais. » Un large sourire se glisse sur son visage, alors qu'elle le suit à l'intérieur, là où il lui fait faire un petit tour rapide de son appartement.

Ils terminent ensuite au salon, là où il lui propose à boire. Plutôt que d'un café, elle veut bien d'une bière, la brunette, ça sera plus rapide et l'ambiance peut être encore à la fête. « Vraiment? Eh bien tu sais, je t’apprécie de plus en plus toi! » Elle laisse un énième sourire apparaître sur ses lèvres. Ce n'est pas toutes les femmes qui aiment la bière, mais elle oui. Elle n'en boit pas si souvent, surtout en compagnie de ses bons amis qui n'ont pratiquement que ça dans leurs frigos. Il disparaît dans la cuisine, Christopher, avant de revenir au salon et de lui tendre sa bière, prenant place à ses côtés. Là, elle s'excuse, la belle, pour l'avoir entraîné dans ce petit jeu étrange, dans cette mise en scène. Un sourire sincère se dessine sur les lèvres du jeune homme, qui ne semble pas embêté du tout pour ce jeu dans lequel elle l'a entraîné contre son gré. « C’était pas grand-chose, j’avoue que c’était un peu une première pour moi, mais franchement si ça a pu t’aider ça m’a fait plaisir. » À son tour de sourire avec sincérité, reconnaissante. Elle précise ensuite qu'elle n'a pas l'habitude de se servir des gens comme ça, que c'était une situation désespérée, en quelque sorte et qu'elle n'est pas du genre à embrasser n'importe qui, même si ça ne paraît peut-être pas... Sur ces derniers mots, il secoue la tête, le joli infirmier. « Non je t’assure je ne pense pas ça de toi. Je veux dire, même si on se connait peu, j’ai quand même pu voir que c’était dans un élan de panique que tu as fait ce geste. Crois-moi le genre de fille qui se donne au premier venu j’en ai vue et je me tiens loin de celles-ci. Toi, tu n’as rien avoir avec elles. » Nouveau sourire, elle est rassurée par ses paroles. Elle ne veut pas passer pour une traînée ou quoi que ce soit, parce qu'elle n'a rien avoir avec ce type de femmes, Gioia. Ses dernières paroles ne lui déplaisent pas, l'idée qu'il se tienne loin des filles faciles, ça veut certainement dire qu'il n'est pas un de ces obsédés qui ne pensent qu'au sexe. En tous cas, c'est ainsi qu'elle interprète ses paroles, la brune. « Après tu n’as vraiment pas à t’excuser. L’important c’est que ça ait fonctionné, puis bah j’espère aussi par le fait même que tu vas quand même passer une belle soirée! » Il lève sa bière pour trinquer et elle en fait de même, un petit sourire sur les lèvres. « Jusqu'à présent, elle est très bien la soirée et je doute qu'elle devienne moche. » Qu'elle réplique, après une petite gorgée de bière.

« Ça fait longtemps que s’est terminé... entre vous deux… ? » Voilà la fameuse question. Elle secoue légèrement la tête, Gioia, avant de s'asseoir en indien, son corps tourné vers le sien, histoire de l'observer sans se dévisser le cou. « Non, ça ne fait pas si longtemps. Deux mois et demi, environ... Bon, en même temps, deux mois ça peut peut-être te paraître long, mais j'ai l'impression que c'est plus récent que ça... Surtout parce qu'il vient de revenir dans ma vie, essayant de me ravoir, après être parti durant tout ce temps. » Elle hausse légèrement les épaules, l'italienne, un peu impuissante devant cette situation. Son ex-fiancé est de retour et elle n'y peut pas grand chose, excepté attendre le moment où il comprendra qu'elle ne veut plus rien savoir de lui. Moment qu'elle espère voir arriver le plus rapidement possible. « Mais bon, n'en parlons plus ! Il y a des tonnes de sujets plus intéressants que mon ex. » Elle étire un nouveau sourire, avant de prendre une gorgée de sa boisson. « Je suis curieuse, parles-moi un peu de toi. Qu'est-ce que tu aime dans la vie ? Prendre soin des gens et l'entraînement, si j'ai bien compris, mais excepté ça ? » Elle l'observe, la brunette, de ses grands yeux bleu. Elle est intriguée. Qui est-il ? Qu'aime-t-il ? Elle parle beaucoup, Gioia, parfois trop, mais c'est dans sa nature, elle a la parole facile. Elle aime parler, elle est intéressée par les gens, par leurs vies, elle est ainsi. Et il est attirant, Chris, il lui plaît bien, ça la pousse à vouloir le connaître davantage, au-delà de son physique des plus avantageux et des quelques mots et baisers échangés qui lui ont plu.



SÈCHE TES PLEURS ⊹ j'ai jamais vu une fille pleurer autant pour un garçon. J'ai jamais vu l'amour créer de la haine de cette façon. Ses chagrins de jour vont finir dans ceux de la nuit. Faut la voir marcher d'un pas pas lourd, comme si chaque pied pesait sur lui.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Broken crayons still color (CHRISTOPHER)

Revenir en haut Aller en bas
 

Broken crayons still color (CHRISTOPHER)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Spider Juice. {Christopher Dawkins}
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» Christopher Daniels
» Batista VS Edge VS Christopher Daniels VS Cody Rhodes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: sud ouest :: Marpole-