Don't Blame it on Elvis (V1.5)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Don't Blame it on Elvis (V1.5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 17:45

 
Elvis Brook
Let's rock Sugarplum
 
carte d'identité
nom : Brook ; prénom(s) : Elvis ; surnom(s) : Elvis, pourquoi chercher un surnom quand on porte ce prénom-là ? ; date et lieu de naissance : 15 aout 1957, à Vancouver; âge : bientôt le cap de la soixantaine ; métier : propriétaire, conservateur et guide, factotum à l’occasion, d’un musée dédié au blues et aux début du Rock’n’Roll : le Blues’n’Roll ; statut financier : le musée est un gouffre financier mais les rares émissions de tv ou de radio qui font appel à son expertise dans son domaine permettent de maintenir le tout à flot ; statut marital : séparé depuis des années, divorcé depuis quelques mois; orientation sexuelle : tout ce qui porte jupons et supporte au moins un solo de saxophone et la voix d’Elvis, l'autre Elvis ; groupe : False Friend ;
 
raconte-nous ton histoire
 

ON AIR


Boooooooooooonsoir mes p’tit rockeur, bonsoiiiiir mes p’tites rockeuses. Comme tous les samedis votre serviteur prend l’antenne pour vous mener au bout de la nuit avec de la vraie musique, celle qui vous enchante les esgourdes et vous fait taper du pied. Et cette nuit nous recevons dans le studio un fervent défenseur du Rock’n’roll à Vancouver. Si vous êtes régulièrement avec nous à l’antenne, vous nous avez déjà entendu vanter les mérites de son musée, le Blues’n’Roll et peut être avez-vous déjà assisté à l’une de ses interventions avec nous. C’est un enfant du pays amoureux du Tennessee mais qui n’a jamais, jamais renoncé à ses racines. Il mériterait d’être une fierté nationale. Le blues, le rock et les années cinquante n’ont aucun secret pour lui, je veux bien sur parler d’Elvis Brook qui est avec nous ce soir Mesdames et Messieurs.

Hey bonsoir Vancouver. C’est bien trop de politesses que vous me faites, un accueil bien supérieur à ce que je mériterais vraiment.

Ne soyez pas modeste Elvis. Elvis, avant toutes choses, je sais que je vous demande souvent d’expliquer à nos auditeurs…

Ah je sais déjà où vous voulez en venir mais vous savez, c’est plutôt une fierté. Bien des gens s’imaginent que j’ai fait changer mon nom pour un coup de pub ou quelque chose dans ce gout là, mais je suis prêt à montrer mon certificat de naissance au premier qui le demande. Si ma mère avait su que son idole viendrait à décéder le jour de mon anniversaire, elle ne m’aurait surement pas prénommé ainsi.

Vous voulez dire que vous fêtez votre anniversaire et la mort du King le même jour, tous les ans ?  

Héhé, c’est exactement ça.

Et si vous étiez la réincarnation du King ?

Oh j’aimerais bien, mais pour ça il aurait fallu que je naisse vingt ans plus tard.

Hahahaha, en effet. Mais vous ne devriez pas briser les rêves de nos auditrices de la sorte, ni vous dévaloriser ainsi. Allons, allons, vous êtes plutôt bien conservé  et ce qui m’amène à ce dont nous devions parler ce soir…

Je ne sais pas vraiment si votre transition doit me flatter ou pas…

Voyons Elvis, vous me connaissez trop bien pour penser que j’aurais voulu vous vexer.

Non, j’avais plutôt peur que vous me fassiez des avances.

Hahahaha. Ma femme ne l’entendrait pas de cette oreille je le crains.

Héhéhé.

Mais revenons-en à nos moutons, ou plutôt à nos vinyles puisque c’est de ça qu’il s’agit.  

Hu hum.

Je me suis laissé dire que le Blues’n’Roll allait prochainement proposer à ses visiteurs de louer une sélection de galettes de premier choix. Rumeurs ou faits ?

Rumeuuuuurs qui s’avèrera factuelle d’ici quelques jours puisque tout ceci devrait se mettre ne place dans le courant de la semaine.

Fantastique !  

En attendant vous pouvez bien entendu venir vous rincer les cages à miel lors des sessions que nous proposons où nous passons les merveilleux titres que nous avons déjà acquis.

Ah les fameuses premières presses dont vous nous parliez la dernière fois ?

Tout à fait. Mais ceux-là ne seront pas à louer malheureusement.  

Oui on s’en doute. Il serait dommage de risquer de perdre une pièce de la collection du Blues’n’Roll. Le Blues’n’Roll dont nous reparlerons aux auditeurs un peu plus tard dans la nuit. Mais en attendant je vais vous laisser lancer le premier morceau de votre sélection pour ce soir.

Avec plaisir. Et je mets vos auditeurs au défi de retrouver l’interprète du morceau qui vient. Il s’intitule Some you Win, Some you Lose et en guise d’indice je dirais simplement qu’il est bien plus récent qu’il ne laisse croire.



OFF

Excellent choix Elvis. Excellent choix.

Et bien je me suis dit qu’il fallait quelque chose qui garde un peu vos auditeurs éveillés. Vu qu’on va passer la nuit à parler de vieilleries et d’anecdotes sur des artistes que la jeune génération a oublié depuis longtemps.  

Hey soyez pas défaitiste comme ça.

Défaitiste? Non. Blasé tout au plus. Mais je vous l’ai déjà dit la dernière fois que je suis venu, je tiens pas de Blues’n’Roll pour faire découvrir le rock ou le saxo aux jeunes. Je le garde ouvert pour les amoureux de la musique, nostalgiques ou curieux, habitués ou novices. Je veux pas endoctriner les foules, juste partager quelque chose.

Vous devriez le dire à l’antenne ça.

Ouai j’essayerais de le placer. C’était quoi la phrase déjà? Qu’importe. Ah oui, fallait que je vous engueule aussi.

Hein?

C’était quoi cette intro? Une fierté nationale? Sérieusement? Vous avez pas l’impression d’exagérer un peu?

Si, beaucoup même. Faut faire rêver la courbe d’audience, alors vous présenter comme le gestionnaire d’un musée qui lutte pour pas fermer, un original de plus qui veut pas lâcher ses rêves quitte à finir a la rue….

Si vous cherchez à me vexer c’est loupé. Je revendique tout ça avec fierté.

Je sais et c’est pour ça que je me permets de vous le dire. Même si vous devez comprendre que je ne peux pas le dire à l’antenne. D’ailleurs…

Oui?

Y a il un sujet qu’on doit éviter? Quelque chose que vous ne voulez pas rendre publique ou..

Non, je n’ai rien a caché. Et puis faut faire rêver la courbe d’audience pas vrai?

Merci.  

Hu hum

Retour à l’antenne dans… trois.. deux...

ON AIR

Haha, je vois sur notre fil twitter que certains s’y sont laissé prendre. Il faut dire que la supercherie est parfaite n’est-ce pas Elvis ?

En effet, l’album ne s’intitule pas Some Think He Might Be King Elvis pour rien. Et je vous invite à creuser un peu plus dans la carrière d’Orion si vous n’avez pas peur de vous laisser séduire par le destin tragique de l’artiste.

Et en parlant de destin, je vois dans les questions de nos auditeurs internautes, que beaucoup admettent qu’à votre place, avec des parents aussi passionnés, ils auraient fui tout ce qui ressemble de près ou de loin a du rock plutôt que d’y consacrer sa vie. L’un d’eux, John,  écrit même «Mon père est fan de Van Damme, il m’aurait appelé Jean Claude je pense que j’aurais été faire sauter la Belgique en guise de représailles. » Nous avons également le témoignage de Barbra, qui nous écrit que sa mère voue un culte à Streisand et qu’elle-même a développé depuis sa plus petite enfance une aversion profonde pour l’interprète dont le dernier album, Movies Partners Sing Broadway a cartonné l’année dernière.  

Hum… et bien je suppose qu’on a pas tous la même façon de réagir à ce genre d’enfance, dans l’ombre d’un artiste adulé par ses parents. Je pense aussi que quelque part j’aurais pu plus mal tomber. Je veux dire qui oserait dire que le King n’a pas profondément bouleversé la scène musicale hein ? Si on cherche bien, on n’en trouvera qu’un seul autre donc la mort a provoqué un deuil international, et c’est le roi de la pop. Ce n’étaient pas des rois pour rien.

Elvis vous deviez encore de la question.

Oui pardon.  Mais je vais être obligé de digresser un peu pour répondre. Pour comprendre je pense qu’il faut en savoir un peu plus sur mon enfance. J’entends tout à fait ce que disent ces deux auditeurs, John et Barbra c’est ça ?

Exactement.

J’entends mais j’imagine aussi qu’à un certain point, ils ont du se sentir mis à l’écart, au second plan, par rapport à cet idole que ce soit Van Damme ou Streisand. Ce qui n’a jamais vraiment été mon cas. J’étais fils unique voyez, alors peut-être qu’il était plus facile pour mes parents de me consacrer du temps, je saurais pas dire. Mais ils ont su m’intégrer à leur univers, plutôt que de devoir choisir.

Vous intégrer à leur univers… vous voulez dire que vous avez passé votre enfance en lycra blanc, affublé d’une mini banane, à tenter d’apprendre à effectuer un déhanché parfait ?

Héhéhéhé. Je ne répondrais pas à ça. Seuls ceux qui ont accès aux vieilles photos de familles ont la réponse.

Hahaha, oui on se doute que ça devait être parmi les moments gênants qu’on a tous et qu’on essaye d’oublier.

Pas le moins du monde ! Déjà parce que vous apprendrez que j’ai un excellent déhanché, ensuite.. et bien ma mère a abandonné rapidement l’idée de me gominer la tête. Faut dire qu’avec mes boucles blondes je partais avec un sérieux handicap. Non, pour revenir à la question, parce que j’avais prévenu qu’on s’en écarterait mais je tiens tout de même à y répondre, j’ai grandi avec tout ça. Pas au milieu de tout ça, je n’ai rien subit, j’ai grandi avec, ça fait partie de moi.  

Je vois.

Quand on partait en expédition à Memphis, entassés dans une bagnole tout à fait inadapté à un tel trajet, qu’on passait des jours entiers là-dedans avec le poste débitant en boucle le contenu des trois cassettes que mon père avait pensé à prendre, et bien… vous avez déjà entendu parler de la fameuse madeleine de Proust ? Ce tout petit détail qui réveille tous les souvenirs que vous y avez associé durant votre enfance ? Et bien ces musiques, ces longs trajets, les vacances en famille, nos aventures à nous, tout est lié.

En gros vous nous expliquez que vous perpétrez les passions de vos parents pour ne pas vieillir ?

Pas exactement. Mais je les ai perdus très tôt. Trop diraient certains quoi que pour ma part je pense que y a pas vraiment de bon timing pour ça. Alors sans parler de vieillir, je dirais que ça a d’abord été ma façon à moi de ne pas les enterrer tout à fait. Me refaire ces pèlerinages dans la même bagnole, avec les mêmes cassettes, le long des mêmes routes, même seul, c’était un peu comme le faire avec eux. Puis c’est devenu un hommage. Puis une habitude.

Et à voir les réactions des nouveaux auditeurs qui nous ont rejoint sur twitter également, vous n’êtes pas le seul à vivre les choses de cette manière. Nous avons quelques témoignages d’enfants de passionnés qui ont eux aussi repris le flambeau. Mais sans plus attendre, chers auditeurs, très chères auditrices, voici un autre extrait de la playlist de notre invité. Quel morceau nous avez-vous choisi cette fois Elvis ?  

Hum.. j’ai pas mal hésité pour être honnête mais j’ai finalement opté pour un autre monument de la scène musicale américaine, Monsieur Johny Cash. Le choix de la chanson s’est fait un peu par hasard, puisque c’est celle que j’écoutais au moment où vous m’avez appelé pour me demander si je voulais revenir partager l’antenne avec vous ce soir. She use to love me a lot, par Johnny Cash.


OFF

Et bien, et bien, vous n’êtes pas avare en informations ce soir Elvis.

J’ai pourtant pas souvenir d’avoir jamais été du genre à me taire trop longtemps.

C’est vrai. Mais c’est pas un mal. Vous avez tellement de choses à raconter, il serait dommage de pas en faire profiter les autres.

Allons, voila que je suis un dinosaure blindé de souvenirs à transmettre aux générations futures.

C’est pas ce que j’ai dit voyons.

Héhé. Je sais bien, mais moi je le dis.  Un dinosaure un peu Has been qui refuse de grandir.

Retro, pas Has been. Et puis vous disiez que ça n’avait rien à voir avec le faire de pas vouloir vieillir..

J’ai dit grandir, pas vieillir. Je suis pas fou, je sais bien que j’ai plus trente ans. Mais ça m’empêche pas de pas vouloir perdre le peu de ce pétillant qu’il me reste encore. Quand je pourrais plus m’agiter sur un bon vieux Rock ou que j’arriverais plus à aligner deux phrases sans baver on en reparlera. Mais tant que je me sens encore fit, j’ai envie d’en profiter. Y a même des filles à qui ça plait, et elles sont pas toutes de ma génération si vous voulez tout savoir. Tant pis si certains pensent que je suis qu’un crouton pervert, tout ça c’est dans la tête. La mienne, pas la leur, je me moque bien de leur avis.

Pétard Elvis… j’aimerais avoir encore cet état d’esprit à votre âge.

C’est dans quoi ça… dix ans tout au plus ?

Haha.. heeeey pas loin.

On reprend ?

On reprend.

ON AIR

Et vous m’offrez là une transition parfaite mon cher puisque c’est de votre carrière qu’il est question dans la plupart des questions que nous recevons. Vous nous accordiez un instant pour y répondre ?

Hu hum bien sûr !  

Celle qui ressort le plus fréquemment c’est « comment fait-on pour concilier une telle passion, et autant de dévotion, avec une vie de famille.  

Hé…. Ceux qui se sont posé la question n’ont visiblement jamais eu la moindre passion. Ou ont abandonné leurs rêves avant de les voir prendre leur essor. Il n’y a que vingt-quatre heures dans une journée, et que sept jours dans une semaine. Et on a rarement la chance de tomber sur une femme qui accepte de troquer un diner aux chandelles contre une Stratocaster. Ou des enfants assez compréhensifs pour comprendre qu’il vaut mieux passer une semaine à Memphis qu’un week end à Disney Land.  

Haha non en effet. Mais vous avez tout de même réussi à élever deux enfants malgré tout ça, preuve qu’on peut y arriver non ?

Un et demi. Lilly avait déjà onze ans quand Mac et moi nous nous sommes mariés.

Personnellement, j’aurais adoré avoir un père comme vous. Un crooner badass comme on en voit plus qu’à la télé et…

Héhé. Attention, vous recommencez à flirter.  

Non non, Haha. Mais sérieusement, vous avez été jusqu’à appeler une des salles du Blues’n’Roll, Jesus Alejandro. Peu de père rendent un tel hommage à leur fils.

Ah oui ? Vous le lui direz si vous le croisez. Non, plus sérieusement je ne pense pas avoir mérité la moindre tasse « Père de l’année » de toute ma vie. Ni Mac celle de « Best Mum Ever », vu qu’elle a mis les voiles en laissant ses enfants au rêveur fantoche que je suis, au .. crooner badas comme vous disiez. Et c’est seulement y a quoi, deux, trois mois ? Qu’elle m’a finalement envoyé la demande de divorce. Dix ans sans nouvelles et soudain paff…  

Heu….



… Et bien je suppose que tout bon crooner doit avoir sa part de peine à porter n’est-ce pas ? Et sans plus tarder, je vous laisse écouter un nouveau morceau de la section de notre invité de ce soir, Elvis Brook Mesdames et Messieurs.



OFF

Ok, ok, je suis navré que la question ait dérapé là-dessus Elvis. Je ne voulais pas vous mettre mal à l’aise ou quoi…

Mal à l’aise ? Vous en faites pas pour moi. Et puis je vous l’ai dit j’ai rien à cacher. Ma vie est ce qu’elle est, elle m’a fait tel que je suis, point barre. J’ai pas de regrets.

Votre regard prétend le contraire.

Ouai bah ça vos auditeurs ont pas à le savoir.  

Mais entre nous.. c’est vrai ce que vous avez sous-entendu ? Vous parlez plus à vos enfants ?

Plus à mon fils non. Enfin c’est lui qui a décidé que j’en valais pas la peine ou quelque chose comme ça. Hé… faut croire qu’il aurait préféré DisneyLand à Graceland lui. Il a mis les voiles dès qu’il en a eu l’âge. Boston je crois dans un premier temps, ou Chicago, chez une tante il y est peut-être encore. Ma fi…belle fille, c’est autre chose. Elle est toujours ici, à Vancouver. Elle s’est mis en tête de me servir d’ange gardien, ou de mère poule, ou de conscience… un truc à mi-chemin entre tout ça. Ça m’agace parce qu’elle a sa vie à mener aussi voyez, mais je peux pas lui interdire de me rendre visite ou de m’adresser la parole. Et puis… bah je peux pas m’empêcher de penser que bien qu’elle ait ni mon sang ni mon nom, elle a au moins la reconnaissance du ventre pour ces années passées sous mon toit. Je l’ai pas chassée quand sa mère est partie et contrairement à Al qui est parti dès qu’il a été en âge de m’envoyer paitre, elle a choisi de rester avec moi-même quand elle a eu le choix. Je suis pas ingrat, je sais apprécier ça à défaut d’être capable de l’aimer comme elle le mérite. Y a seulement des jours où j’ai l’impression qu’elle le fait par obligation et que je l’empêche d’avancer. Comme un poids mort quoi.

Pas de regrets hein ? Mouai..

Héhé… ouai. Mais chacun a ses secrets et sa façon de les gérer.

C’est pas faux. On va reprendre l’antenne dans.. trois… deux…

ON AIR

C’était A Foggy Day par Chet Baker et chers auditeurs, nous reprenons le fil de notre soirée avec notre invité de cette nuit, le propriétaire du Blues’n’Roll, Mr Elvis Brook.

Hu hum

Vous nous disiez un peu plus tôt que vous étiez à présent libre comme l’air et que vous aviez de grands projets pour le Blues’n’Roll. Nos auditeurs ont encore quelques questions pour vous.

Bien sûr, soyons fous.

Haha. Celle-ci nous est posée en direct par un auditeur. Eddie avait une question pour vous. Eddie ?

Bonsoir.  

Bonsoir Eddie.  

On vous écoute Eddie. Quelle était votre question pour Mr Brook.

Et bien voilà. Elvis, vous permettez que je vous appelle Elvis?  

Oui bien sûr.

Haha.

Alors Elvis, ma question était plutôt axée sur votre parcours. Je veux dire, comment on en arrive à acheter une galerie d’art pour en faire un musée dédié à la musique des années cinquante soixante ? J’ai visité le Blues’n’Roll déjà deux fois et je voulais en profiter pour vous félicite pour le travail que vous avez accompli là. C’était passionnant et vous étiez plein d’anecdotes en tout genre. Je voulais vous remercier pour ça.  

Woow Eddie ce que vous dites me va droit au cœur. C’est toujours un plaisir d’avoir ce genre de retour, de voir qu’on peut apporter quelque chose à d’autre passionnés. Vraiment. Hum… quel était la question déjà ?

Comment en êtes-vous venu à ouvrir le Blues’n’Roll


Ah oui voilà. Et bien Eddie, à dire vrai je n’aurais jamais cru il y a vingt-deux ans maintenant, que la petite exposition que j’avais montée finirait par devenir un musée reconnu.

Une institution vous voulez dire ?  

Oui il parait que certains site internet le classent dans la liste des choses à voir absolument à Vancouver mais.. comment dire poliment que je n’ai aucune confiance en ces machins là… héhé non, je me suis fait tout seul, le Blues’n’Roll s’est fait tout seul. Par le bouche à oreille, au jour le jour. J’ai exposé ma collection privée dans un premier temps. Des objets récupéré à droite à gauches, des souvenirs de mes parents qui eux avaient tendance à tous garder. Littéralement tout. On a de vieux prospectus qui datent des premiers concerts du King ou d’Eddie Cochran. On a une première presse de Here’s Little Richard dédicacée que mon père gardait comme un trésor sans jamais oser le sortir du placard de peur de l’abimer. Aujourd’hui tout le monde peut le voir et c’est aussi pour cela que je tenais à ouvrir ce musée. Parce que cette collection méritait bien mieux que de finir enterrée sous la poussière et parce que je ne méritais pas de la garder pour moi vous voyez ?  

Hum, oui tout à fait.

Ensuite, et bien le reste est venu avec le temps. Certaines pièces étaient oubliées elles aussi dans des greniers, d’autres achetée dans des enchères. D’autres encore nous ont été prêtés quand le musée a commencé à se faire un nom.

Fort bien, fort bien. Je suis persuadé que si je vous laissais poursuivre ainsi vous passeriez la nuit à nous détailler chaque merveille exposée au Blue’n’Roll mais peut-être serait-il préférable que chacun aille se faire une opinion en le visitant. Le bout de la nuit est proche chers auditeurs et puisque toutes les meilleures choses ont une fin, si vous le voulez bien Elvis, je vais laisser à Eddie le choix de la dernière chanson.  
Avec plaisir. On vous écoute Eddie.  

Et bien si possible, j’aimerais entendre Don’t Cry Daddy, du King.

Et c’est donc avec la voix d’Elvis que nous allons nous quitter ce soir. L’autre Elvis. Haha. Bonne nuit mes p’tits rockeurs, faites de beaux rêves mes p’tites rockeuses. Et n’oubliez pas de twister !


OFF


 
derrière l'écran
pseudo web : Redhairedmoira ; prénom irl : Sophie ; âge : 29 pour encore quelques temps ; avatar choisi : Michael Rooker ; disponibilité : reprise d’activité RP, ne soyez pas trop sévères les premiers temps.. pas taper ; zone libre : je connais plus de la moitié d'entre vous à moitié moins que je ne le voudrais et j'aime plus de la moitié du reste à moitié moins que vous ne le méritez ;
 
personnage & histoire appartiennent à Redhairedmoira
 


Code:
<ps>• michael rooker •</ps> elvis brook
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Il a connu sa femme à vingt-cinq ans avant c'était un homme volage ♦️ Il a perdu sa virginité à seize ans ♦️ Il a perdu sa femme enceinte de cinq mois il y a de cela deux ans lors d'un accident de la route. Lui s'en est sortit avec seulement un traumatisme crânien et deux côtes cassées ♦️ Il vit très mal le départ de cette femme qu'il aimait plus que tout, surtout qu'il se croit responsable alors que c'est simplement parce qu'un crétin a grillé un feu rouge ♦️ Il est resté un an sans côtoyer de femme, mais il s'est dit que resté chaste ne ramènera pas sa femme, il a recommencé à être volage de peur de se poser et de perdre encore celle qui aime ♦️ La chérie de son frère a été beaucoup présente pour Ezechiel et l'est encore. Cela fait un mois qu'ils ont fait une connerie, ils ont couchés ensembles ♦️ Depuis Ezechiel ne sait pas quoi faire car cette nana, elle lui plait et en plus elle le comprend mieux que quiconque. Elle pourrait largement arriver à la cheville de sa défunte femme ♦️ Il ment à son frère même si celui-ci semble se méfier de sa complicité avec sa compagne ♦️ Ezechiel ignore si la jeune femme le quittera pour lui, il l'aimerait beaucoup mais en même temps il sait que cela ruinera sa relation fraternelle ♦️ Il a peur de perdre son frère avec toute cette histoire mais aussi cette femme qui le rend faible... Mais heureux quand elle est avec lui ♦️

GraceKaylaCheyhiaKayla & Teddy

RP pour plus tard :
James ☼ Nola

• INSCRIS LE : 08/04/2017
• MESSAGE : 1336 • POINTS : 1720
• CÉLÉBRITÉ : Jensen Ackles
• CRÉDITS : TUMBLR & TI
• DC : Une brune au passé difficile
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 18:32

Bienvenue parmi nous courage pour ta fiche



Quelque soit l'être bizarre que vous finissez par être, il y a des chances qu'il y ait toujours quelqu'un pour vous. À moins bien sur qu'il soit déjà passé à autre chose... Parce que quand il s'agit d'amour, même les êtres bizarre ne peuvent attendre éternellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


* Elle est diplômée de UCLA en droit. Elle a pratiqué en propriété intellectuelle pendant près de trois ans dans un grand cabinet de Californie avant de revenir dans sa ville natale.
* Depuis qu'elle a abandonné le droit, elle est propriétaire avec un ami (Finn) d'une entreprise de traiteur qui travaille entre autres sur les plateaux de tournage de passage dans la région de Vancouver. Le nom de la compagnie est "New Moon Café".
* Elle est accroc au café et aux bouquins.
* Elle parle l'anglais, le français et se débrouille en espagnol. Elle connaît quelques mots de polonais.
* Elle a une soeur Cheyhia.
* Son meilleur ami est Ezechiel.


• INSCRIS LE : 01/03/2017
• MESSAGE : 3315 • POINTS : 1721
• CÉLÉBRITÉ : Behati Prinsloo
• CRÉDITS : vava : sanae
• DC : Sean / Ophélie / Amsterdam
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 20:08

Hoooooooooooooooooooooo que je suis heureuse de te retrouver !!!!
Il va nous falloir rp de nouveau puisque je suis restée sur ma faim depuis que tu n'est plus le poto de mon James Wink





Sparkles
(c) ystananas


Léger ralentissement jusqu'au 27-11
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ En ligne
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne + alex + david




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1224 • POINTS : 5077
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver) + c.keats (l.harrier)
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 21:14

I M MARY POPPINS Y ALL
MICKAEL ROOKER JE L'AIME TROOP IL EST EXCELLENT

bienvenue parmi nous en tout cas et bon courage pour la suite ♥️


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 21:59

Merfi tout le monde pour cet accueil

Un plaisir d'en retrouver certains ici

PS : je me suis paye un bon fou rire grace a toi Jasper ... puisque I'm Mary Poppins y'all est ecrit en grosse lettre sur mon T-shirt du jour ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/t348-valentyn-ophee-vous-suggere-sa-page-instagram#5029
friendship never ends


♦️ Elle a grandi sur l'océan, sur un bateau, avec ses deux parents biologistes marins
♦️ Elle ne mange pas les animaux de la mer du coup et très peu la viande.
♦️ Elle est peace and love, mais il ne faut pas la mettre en colère !
♦️ Elle n'a jamais connu l'amour, non jamais ... Pas l'amour avec le grand A comme elle en rêve.
♦️ Dans l'océan, il y a un poulpe, son ami, Boris !
♦️ Elle est artiste, elle vit dans la maison de son papi qui lui revient et qu'elle retape entièrement.
♦️ Depuis toute petite, elle a une amie imaginaire, une sirène, mais aussi une amie d'internet, Lia
♦️ Elle a souvent de la peinture sur le visage, parce que l'artiste qu'elle est est étrangement maladroite sur cette terre qui ne remue pas, sans doute trop habituée à l'océan
♦️ Elle dort dans un immense hamac qu'elle s'est fabriqué, pour imiter le mouvement des vagues qui la berce
♦️ Elle est engagée pour la planète, pour les animaux, c'est une membres plus qu'active de WWF et autre associations pour sauver les animaux marins
♦️ Elle cuisine plutôt bien, bien que dans une cuisine stable, étrangement, elle se sent plus maladroite que lorsqu'elle cuisinait sur le bateau, pour ses parents qui oubliaient parfois de manger tant ils étaient prit par leur métier
♦️ Elle a fait de nombreuses escales à travers le monde qu'elle a ainsi découvert, expérimenté
♦️ Elle n'aime pas rester seule quand elle est malade, elle tentera d'appeler quelqu'un pour lui tenir compagnie, comme le faisait sa maman quand ça n'allait pas
♦️ Elle aime la pluie, il lui arrive de s'installer dans un transat posé dans le jardin pour en profiter, tant que c'est une petite pluie et non un orage


• INSCRIS LE : 19/04/2017
• MESSAGE : 471 • POINTS : 322
• CÉLÉBRITÉ : Margot Robbie ♥
• CRÉDITS : Cranberry
• DC : la dérangée Fawn, la mystérieuse Djalys
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 22:22

Bienvenue Monsieur !

j'aime bien ton perso, il est tellement original
un peu tard pour te souhaiter bon courage pour ta fiche, mais bon courage pour la suite XD


La vie vaut la peine d'être partagée !


!!! EN BAISSE D'ACTIVITE JUSQU'AU 05/01/2018 !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


Elle est née en Italie, Gioia, dans la belle capitale de Rome ✽ Elle est arrivée au Canada à l'âge de onze ans ✽ Elle a encore un fort accent italien, bien qu'elle parle parfaitement anglais ✽ Elle a un chien qu'elle adore, son nom est Saul et c'est son bébé, son petit amour ✽ Son fiancé l'a laisser tomber la veille de leur mariage, depuis son coeur est blindé, elle ne fait plus autant confiance aux hommes, pour ce qui est du plan émotionnel ✽ Quand son ex-fiancé a voulu revenir vers elle, elle a feint un faux petit copain, juste pour le tenir à l'écart. Sauf que c'est faux, elle est toujours célibataire, Gioia ✽ Elle est vegan, elle ne mange aucune viande, ni quoi que ce soit qui vient de l'exploitation d'un quelconque animal ✽ Elle donne pour des œuvres de charité et elle fait du bénévolat à plusieurs endroits, Gioia. Refuges pour animaux, foyer pour personnes âgés, hôpitaux... ✽ Elle sait jouer du piano et du violon.

• INSCRIS LE : 06/05/2017
• MESSAGE : 342 • POINTS : 2191
• CÉLÉBRITÉ : Emily Didonato
• CRÉDITS : meadows.
• DC : Nicholas, Nessa & Meyric.
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Ven 2 Juin 2017 - 22:41

Bienvenue plus officiellement
J'aime le choix d'avatar original, j'avoue que je ne l'avais jamais vu sur un forum
Have fun avec ce personnage très intéressant !!!


SÈCHE TES PLEURS ⊹ j'ai jamais vu une fille pleurer autant pour un garçon. J'ai jamais vu l'amour créer de la haine de cette façon. Ses chagrins de jour vont finir dans ceux de la nuit. Faut la voir marcher d'un pas pas lourd, comme si chaque pied pesait sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/t164-noham-ackerley-vous-suggere-sa-page-instagram#788 http://western-bastards.forumactif.org/ En ligne
friendship never ends


Célibataire depuis deux ans, rupture d'une relation de plus de dix ans • Père d'une petite fille de huit ans nommée Georgia • Possède un vieux chien "Biscuit" récupéré au chenil (race bobtail) & deux chats noirs (Plume & Boule) récupéré aussi au chenil • A récemment acheté une grande maison pour faire de la colocation. Ce n'est pas par manque de moyen, puisqu'il est très riche grâce à une application créé il y a cinq ans mais pour avoir de la compagnie • Sportif occasionnel • Membre d'associations pour la protection des animaux et bénévole dans un chenil

• INSCRIS LE : 19/03/2017
• MESSAGE : 1485 • POINTS : 3542
• CÉLÉBRITÉ : Travis Fimmel
• CRÉDITS : spleen.ocean (avatar) Tumblr (gifs) Beraberel (sign css)
• DC : Barbara Boschetti & Zeppelin Warhdenn & Clémentine Laviolette.
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)
Sam 3 Juin 2017 - 10:50


bienvenue à vancouver
félicitation tu as le droit d'entrer dans l'aventure canadienne

Bon, comme ta fille, pas eu le temps de te souhaiter la bienvenue, bande de speedy gonzales Trop de bonheur de t'avoir sur ce forum aussi, ma sophie Amuse-toi bien avec ce personnage
L'évènement #2 est ouvert aux inscriptions, vas donc y faire un tour

» après validation

Maintenant que tu es validé(e) sur le forum, tu vas pouvoir faire toutes les démarches utiles pour t’assurer une meilleure intégration dans le forum. Avant toute chose, va réserver ton nom de famille ainsi que ton prénom dans le listing pour éviter les doublons. Nous te conseillons (même si elle n’est pas obligatoire) de te construire une fiche de lien sur laquelle les membres pourront venir te voir, cependant, n’oublie pas nos conseils sur l’intégration dans le règlement.  Ensuite, tu pourras venir recenser ton logement en choisissant le quartier le plus adapté à ton personnage, sans oublier son métier.

Après ces quelques démarches plus administratives, tu peux si tu le souhaites, aller te construire autant de scénario que tu le désires. Attention cependant, tu ne peux réserver qu’un seul avatar ! Ou alors, tu peux si tu préfères, te faire un sujet de préliens.

Si tu veux rp directement, alors tu peux toujours crier sur le forum ou faire appel à un partenaire ou même débuter un rp libre. Si tu veux réaliser quelques petits défis pour gagner plus de points et peut-être, devenir membre du mois, alors va donc faire un tour dans les challenges rp.

Pour finir, tu peux aller t’amuser dans les jeux ou discuter dans le flood si tu es bavard. Sache qu’en votant pour le forum, tu fais un geste pour B.B.V car cela pourra nous faire remonter au classement et attirer de nouveaux partenaires pour toi. Sinon, tu peux aussi poster un mot doux dans nos sujets publicitaires.

Bang Bang Vancouver te souhaite une belle aventure sur le forum. Le staff se tient à ta disposition, si tu as besoin de quoi que ce soit.  



- i didn't choose you, my heart will -

!! RALENTISSEMENT JUSQU'AU 01/12 !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Don't Blame it on Elvis (V1.5)

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Blame it on Elvis (V1.5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elvis Presley
» Can't Blame White People.
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» L'abominable elvis des neiges (13/02/12 à 17h23)
» Elvis, 20 ans.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: Passage to customs :: ton histoire :: refusés à la douane-