it feels like a war (jasper).



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 it feels like a war (jasper).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: it feels like a war (jasper).
Ven 9 Juin 2017 - 3:35

Il faisait déjà quelque peu sombre quand Clara pointa de nouveau le bout du nez dehors. Et c'est avec un certain enthousiasme qu'elle emprunta le chemin sur sa droite, profitant du calme environnant pour contempler les bâtiments. Pour respirer. Les clefs de l'antivol de son vélo gisaient à un endroit non identifié chez Cam, laissées à l'abandon. Elle se voyait obligée de rentrer à pied, mais cela ne lui déplaisait pas. C'était une belle soirée. Tout était relativement calme, les gens étaient chez eux pour la plupart. Et, Clara, le sourire aux lèvres, avait l'impression d'être seule dans Vancouver en ce début de soirée. Seule à en arpenter les rues, seule à voir ce magnifique ciel qui tirait déjà presque sur le noir. Seule. Et, elle se laissait guider par ses pieds, Clara. Elle ne réfléchissait pas au chemin qu'il fallait emprunter, elle était perdue dans ses pensées. La grande rue devint petite, fréquentée à simplement empruntée. Entourée du bruit de lointaines voitures et du frottement entre ses éternelles converses et l'asphalte qu'elle n'entendait pas. Le vent se levait doucement, la faisant tout de même frissonner dans son petit gilet qui était prêt à rendre l'âme. Le lampadaire de l'autre côté de la rue faisait danser toutes sortes d'ombres sur le bitume. Et, Clara, ne put que le regarder. Sa lumière tantôt faible, tantôt trop forte ne cessait de vaciller, de s'allumer et de s'éteindre. De feindre l'épuisement. Wilson souriait légèrement, elle ne savait pas réellement pourquoi, mais elle souriait. Et, sous ce même lampadaire, une ombre passait, venait de rentrer dans la lumière. Ses yeux se posent sur lui, celui qu'elle n'a pas envie de voir. Jasper. Encore moins que tous les autres.  

Et elle le supplie silencieusement de ne pas la remarquer, de ne pas relever les yeux, de la laisser se fondre dans l'obscurité. Mais, c'est comme si elle s'était mise à crier, comme s'il l'avait entendue malgré son silence. Et, elle voulait plus que tout qu'il continue sa route sur son trottoir. Mais, elle ne savait pas ce qu'il faisait, elle ne le regardait plus. Clara voudrait qu'ils soient comme ces deux trottoirs qu'ils arpentaient; parallèles l'un à l'autre, dans la même rue, dans le même monde, mais sans se croiser. Sans jamais se croiser, ce serait plus simple. Et, ils ne le devraient pas, mais le font toujours. Ils se retrouvent toujours à respirer le même air. Ils se croisent, sans savoir pourquoi. Inlassablement. Son regard est vissé sur le sol et Clara continue à marcher comme si de rien n'était, certainement un peu moins vite, ses mains jouent avec les manches de son gilet. Avec les petits filaments dus à l'usure. Mais, ses pensées se tournent rapidement vers le brun, elle déteste cela. Elle a l'atroce impression de trahir Cel avec chaque mot qu'elle lui adresse, avec chaque pensée qu'elle lui consacre. Et, c'est peut-être cela le pire dans l'histoire. La deuxième pire chose dans cette histoire. Pourtant, cette étrange façon avec laquelle ils se retrouvaient sur le chemin de l'autre était rassurante. Le voir était une constante dans ce, son, monde qui ne cessait de changer, de bouger. Et il était certain que le monde était, en effet, petit quand il s'agissait de Jasper et Clara.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1083 • POINTS : 390
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver)
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Ven 9 Juin 2017 - 22:42

C’était le soir, la nuit était tombée lorsqu’ils sortirent tous les trois. Jasper était encore en train de rire avec un garçon et une fille, suite à une blague qu’ils venaient de se dire à trois. Cette ambiance lui changeait radicalement de son quotidien de ses derniers temps, et il se rendait compte qu’il en avait eu drôlement besoin. Là, rien ne l’avait poussé à se détendre, pas une petite goutte d’alcool ni même une cigarette. Cela avait été naturel.
La musique lui avait manqué. Ce soir, ça n’avait été rien, ou du moins pas grand chose, mais l’idée d’un potentiel fondement de groupe l’excitait au plus haut point. En tant que joueur de batterie, il tenait à mettre en avant son talent au milieu d’autres joueurs. L’idée d’être une superstar ne lui déplairait pas, mais ça n’était pas son but prioritaire pour le moment, mais une ambition mise de côté en attendant que les choses se fassent petit à petit.

Les deux autres étaient partis quand il entreprit de rentrer à son tour. Le temps d’allumer une cigarette et de lever les yeux qu’il croisa le regard de Clara Wilson. Elle était là, à quelques mètres de lui, sur le trottoir d’en face. La rue était calme, il n’y avait plus de voiture qui roulaient depuis un moment déjà. Ils restèrent un long moment à se dévisager, comme deux chiens se regardant mutuellement. Deux options s’offraient à lui, soit passer son chemin comme c’était entreprit, soit… Soit quoi ? Lui adresser la parole ? Il était clair comme de l’eau de roche qu’il lui inspirait la haine, le mépris. Même un enfant de quatre ans l’aurait compris. Une chose fort regrettable, puisqu’elle occupait ses pensées depuis des mois, mais son père avait anéanti toute chance pour lui d’imaginer quoique ce soit avec elle. Depuis qu’il avait arrêté son frère, Celestin Wilson, il n’avait reçu que de l’hostilité de sa part.

Une situation injuste qui le taraudait au plus haut point. Il était comme ça Jasper, refusant de se laisser abattre et à montrer une mauvaise image de lui. De toute évidence, elle se trompait à son sujet et il était prêt à mettre tout en œuvre pour lui montrer à quel point elle avait tort à son sujet, et qu’il était quelqu’un de bien (enfin, presque). Bien sûr, les choses n’allaient pas se faire aussi facilement et il savait à quel point il lui faudra être patient pour obtenir un résultat satisfaisant, mais il était persuadé qu’il allait réussir. Il le fallait. Ça n’était pas qu’une question d’égo, sa famille entière subissait les conséquences de ce mépris.

Pourtant, il avait un infime espoir d’y parvenir. Ils avaient déjà discutés tous les deux, Clara et lui, au sujet de ce qu’il se passait. La conversation n’avait pas été très enrichissante, mais cela avait déjà amené à un petit quelque chose. Trois fois rien, mais ça en avait valu la peine. Et depuis, pas grand-chose. Il ignorait si elle avait repensé à leur discussion ou non.

« Salut ! » a-t-il alors échappé à l’intention de la brunette, un faux enthousiasme dans la voix. Ou, quoique. La lueur qu’il ressentait lui-même dans les yeux le trahissait. Au fond, il se sentait déjà chamboulé.  « Tu vas bien, depuis la dernière fois ? » a-t-il ajouté malgré le fait qu’il se situait à une certaine distance d’elle. En vérité, il ne s’attendait à aucune réponse de sa part. Elle pouvait très bien presser le pas sans prononcer le moindre mot, il n’insisterait pas. Il n'avait pas eu besoin de parler trop fort non plus, le quartier était bien trop silencieux pour qu'il en ait eu besoin.


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.


    Absence du 22/10 au 05/11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Sam 10 Juin 2017 - 3:47

Ses mains se ferment autour de l'ourlet de son gilet pour le relâcher ensuite, ses pouces s'enroulent dans le tissu en coton. Déformant les manches plus encore. Ses pas ne sont pas assurés, la présence du brun la dérange. Et, puis, il y a son "Salut !", qui brise le silence, vient le perturber, et semble bien trop fort dans le calme environnant. Tonitruant. Il n'y a qu'eux, Jasper et Clara. Ils pourraient très bien être seuls au monde qu'ils ne le sauraient pas, oui, leur rue est aussi calme que cela. Son salut qui la sort de ses pensées. Elle se retourne vers lui, lentement, peu sûre de son geste. De sa réaction. Clar ne sait si c'est la bonne, alors, elle ne le gratifie que d'un hochement de tête et d'un... sourire. Presque imperceptible, mais sourire quand même. Pourquoi fallait-il qu'elle lui offre ses sourires ? Les McCree ne les méritaient pas. Jasper non plus, malgré cet automatisme avec lequel ses lèvres semblaient se relever. Il ne les voit très certainement jamais, Jasper, elle les lui cache. Et elle n'en cherche pas l'origine, Clara. Elle ne préfère pas savoir, au fond. Elle se cache même l'existence de ces sourires-là. "Tu vas bien, depuis la dernière fois ?" C'est avec un sourire jaune, qui se transforme presque en rire, qu'elle s'approche de lui. Qu'elle quitte le trottoir et s'arrête au milieu de la route abandonnée. Exactement sur la ligne, devenue presque invisible, qui divise le bitume en deux. Elle ne va pas plus loin, ne s'approche pas  complètement et totalement de Jasper. Ne ferme pas la distance entre eux. T'as pas entendu ? Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les Wilson. Sa voix suinte le sarcasme, l'amertume, et elle n'a rien pu y faire pour empêcher ses mots de sortir. Non pas qu'elle les regrette, mais, après un moment de silence elle s'entend ajouter un petit, ça va et il est presque doux. À deux doigts d'être reconnaissant, qui s'excuse un peu de ses précédents mots. C'est surprenant. Légèrement agacée que le fils du flic qui a foutu mon frère en prison se tient le plus normalement du monde devant moi; ces mots-là, Wilson les garde pour elle. Et, c'en est encore plus surprenant Toi ? Clara ne se force pas, il ne faut pas se méprendre, son ton est sec, mais lui adresser la parole est plus facile en comparaison de leurs rencontres antérieures où elle n'était que colère. Où elle n'essayait que de masquer sa tristesse, du reste du monde et d'elle-même. Ces fois où elle avait encore l'impression de se noyer, où la plaie était encore béante. Trop tôt, il lui avait parlé trop rapidement après l'arrestation. Trop rapidement pour un McCree. Tout s'effondrait encore autour d'elle quand il lui adressa son premier mot, Clara avait l'impression de se tenir sur des sables mouvants. Elle voyait les fondations de son monde s'effriter d'heure en heure et réalisait que la plus importante n'était plus. Envolée avec l'enfermement de Celestin. Jasper avait fait une cible facile, qu'elle n'avait pas voulu rater. C'était simple. Plus simple que de s'en prendre à son policier de père. Puis, la colère s'était dissipée. Légèrement.

Du doigt, elle pointe sa cigarette. Tu sais que ça peut te tuer. Sa phrase est presque entièrement dénuée de sentiments, il ne s'agissait que d'un simple constat. Et, alors que ses mots quittaient ses lèvres, son regard quitta ce qu'il tenait entre ses doigts pour se poser sur son visage. C'était la première fois qu'elle le regardait réellement. Avant cela, toute cette histoire, il n'était qu'un visage (vaguement) familier, qu'elle voyait certainement en se promenant dans le quartier. Au cours de diverses soirées. Qu'elle apercevait plutôt qu'autre chose, entouré de fumée et d'autres têtes tout aussi familières que floues. Ils semblaient évoluer dans le même cercle, avoir des amis qui connaissaient des amis de leurs amis ou quelque chose dans ce genre-là. Jasper semblait inoffensif, plutôt sympathique, mais ses raisons pour le tenir éloigné avaient plus d'importance à ses yeux. Il restait un McCree. Pourtant, elle se mordillait les lèvres afin de ne pas déverser une nouvelle fois son venin sur Jasper. C'était une si belle soirée, elle ne voulait pas la gâcher. Pas tout de suite. Mais, il y avait cette question qui la titillait depuis qu'il avait prononcé son premier mot ce soir. Y'a eu de nouveaux... euh, problèmes au magasin ? Parce qu'au fond, s'il lui adressait la parole, c'était probablement pour cela. Les stupides amis de son frère avaient remis le couvert, ceux du plus vieux surtout. Wilson n'osait plus le regarder, ses yeux s'étaient posés sur la fumée qui émanait de sa cigarette. Elle la regardait virevolter au gré du léger vent. Clara ne cautionnait pas nécessairement les agissements de ses proches, mais il était évident qu'elle ne lui ferait jamais part de cela. Qu'elle ne laisserait pas McCree le lire sur son visage non plus. Pourtant, ses yeux retrouvèrent bien vite le chemin de son faciès. Clara le voyait réellement pour la première fois. Et, son visage à elle, était fermé, dénué d'expression. Un masque de dureté. Du moins elle l'espérait. Elle devait lui sembler... elle ne savait pas ce qu'elle devait lui sembler, en réalité. Elle ne le connaissait pas. Peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1083 • POINTS : 390
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver)
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Dim 11 Juin 2017 - 17:59

Malgré lui, Jasper ne pouvait s’empêcher d’être sur la défensive. Il était clair comme de l’eau de roche que ça n’était pas le grand amour entre eux deux et bien qu’il ne redoutait aucune agressivité de sa part, il restait méfiant. Sans doute de peur d’aggraver la situation et d’attirer encore plus sa haine qu’il ne l’avait déjà. D’ailleurs, il ne cessait de se demander la raison pour laquelle on s’en prenait à lui, à eux. Bien sûr qu’il y avait cette historie d’arrestation, mais il n’y était pour rien, pas plus que les autres. S’il n’avait pas eu le ‘malheur’ de faire parti de la famille de l’homme à l’origine de cela, il n’aurait pas mérité un tel mépris. Et en ce qui concernait l’arrestation, il n’avait pas su grand-chose. Il ne connaissait pas Celestin Wilson, mais il connaissait son père. Il était vrai que ce dernier n’était pas le type d’homme à faire dans le social. C’était un flic. Il avait une réputation à tenir, il avait ses principes et il avait ses idéologies. Ce n’était pas le père idéal, mais malheureusement, on ne choisissait pas sa famille.

Il ne s’attendait pas à autant de répondant de la part de la jeune femme. Pourtant, elle ne l’avait pas esquivé. Elle aurait pu, mais elle ne l’avait pas fait. Et quelle ne fut pas sa surprise lorsque cette dernière s’était avancé en se rapprochant, pas trop près, mais assez pour se voir plus distinctement. Là, comme ça, d’aussi ‘près’, il la voyait plus distinctement. Clara Wilson était une très jolie fille, déjà de loin, mais encore plus de près.
« T'as pas entendu ? Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les Wilson. » répliqua-t-elle vivement à sa question qui se voulait, pourtant, bienveillante à l’origine. Jasper pratiquait assez le sarcasme pour comprendre qu’elle en faisait usage. Mais elle lui retourna tout de même la question. Nouvelle surprise. Il haussa les épaules.
« Oh tu sais, on survit chez les McCree. » a-t-il finalement répondu sans savoir lui même quel ton aborder. Mais il était satisfait des mots qu’il avait employé. C’était tout à fait ça, de la survie. Cela aurait pu être pire, les McCree n’étaient pas les plus à plaindre, mais ce qui se passait était inhabituel, à tel point qu’ils en étaient dévastés, épuisés, physiquement et psychologiquement.

Clara fit une remarque sur sa cigarette. Elle aussi, elle s’y mettait, même si, contrairement à sa famille, ses amis et sa coloc’, elle n’avait prit aucun ton autoritaire ou maternel pour cette observation. Il ne put toutefois s’empêcher de lever les yeux au ciel, las de ce genre de leçon de morale. Mais contrairement à d’habitude, il ne se montrerait pas sec. Il n’avait pas à faire au même type de personnage en face de lui qu’il ne l’avait habituellement. Non, là, c’était radicalement différemment.
« Eh oui, que veux tu, j’aime vivre dangereusement. »
Cette phrase ne faisait qu’ajouter un écho de plus à la situation qu’il traversait actuellement. Il faisait comme si ça ne l’atteignait pas, mais en réalité, il était à bout. Et il avait fallu que Clara ne lui demande des nouvelles au sujet du magasins. Son regard s’intensifia alors et malgré lui, Jasper se braqua.

« Toujours la même chose. Ma mère songe très sérieusement à mettre des caméras un peu partout, on en peut plus. »

A cause de ce qu’il se passait, les clients étaient moins nombreux et donc le chiffre d’affaire avait baissé. Ça, en plus de la peur qui ne cessait de les ronger, cette impression d’être suivi non stop, d’être observé, d’être renfermé. Les McCree avaient besoin de vacances, mais ils ne pouvaient laisser la boutique à quiconque en vue de la situation.

« Peut être qu’on va finir par attraper quelqu’un comme ça. Mon père prend cette histoire très au sérieux! Et puis, si ça ne marche pas, on finira par trouver une solution par nous-même. »

Ce dernier ne pouvait pas être sur l’affaire pour deux raisons, la première, parce qu’il avait d’autres chats à fouetter, la seconde, parce qu’il s’agissait de sa famille et donc, d’une histoire personnelle. Quelqu’un d’autre se chargeait donc de l’affaire mais pour l’instant, ça n’avait rien donné.


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.


    Absence du 22/10 au 05/11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Jeu 15 Juin 2017 - 5:45

Clara déposa son sac sur la route, à ses pieds. Cela lui semblait ridicule de le porter pendant que des mots s’échangeaient entre eux. Tout comme il lui avait semblé ridicule de débuter et maintenir, d'essayer en tout cas, une conversation d'un trottoir à l'autre. D'un espace qui était plus vaste que celui qui s'était creusé à l'arrestation de son aîné. Et, il lui répond. À cette question qu'elle lui avait retournée, par politesse plutôt qu'autre chose. « Oh tu sais, on survit chez les McCree ». La façon avec laquelle il avait prononcé ses mots était indéchiffrable pour les oreilles de la jeune femme. Clara ne pouvait déceler s'il s'agissait là d'un reproche, s'il la considérait en partie fautive de cette querelle qui sévissait au sein de leurs deux familles. Wilson ne pouvait nier que leur situation s'avérait très certainement difficile, elle ne le ferait pas, mais... C'est déjà pas mal de survivre. Clara était pensive et son intonation en était le reflet. C'était, comme si l'espace d'une seconde, elle avait oublié qu'elle s'adressait à Jasper. Sa phrase s'était échappée sans qu'elle n'y pense vraiment. Et, elle n'ajouta rien d'autre. Clara était comme perdue dans son propre monde, Clara n'était plus réellement avec Jasper. Elle pensait à sa mère. Elle était ensevelie sous les images qu'elle ne pouvait stopper à ce moment-là; sa mère qui se noyait dans ses recherches d'avocats, dans sa peine. Son espoir de le faire sortir s’amenuisait et lui retirait peu à peu ce qui faisait d'elle la personne qu'elle était. Lui retirait la force, le courage, d'affronter chaque lever de soleil. Il n'y avait que dans son lit qu'elle trouvait du réconfort, le cerveau nourri de programmes sans queues ni têtes qui l'empêchaient de penser. Où ses yeux se fermaient peu à peu, ne restaient qu'ouverts moins et moins de jour en jour. Son lit dans lequel elle aurait très bien pu se décomposer que ça n'aurait rien changé. Sa mère qui ne survivait que très mal, si on était de nature optimiste. Pas du tout si on voyait les choses comme Clara.  

Elle n'avait pu s'empêcher de la mentionner, sa satanée cigarette. Probablement pour remplir le silence. Le rendre moins étouffant. Se focaliser sur autre chose que ces images de sa mère. Parce qu'elle s'était retrouvée attirée par la fumée qui s'en émanait. « Eh oui, que veux tu, j’aime vivre dangereusement. »
Au moins tu en es conscient. Elle lui répond du tac au tac, tout autant détachée que quand sa question fut posée. Clara n'a pas la force de lui montrer une panoplie d'émotions. Si Jasper avait été n'importe qui d'autre sur cette planète, il aurait été facile de déceler une certaine allégresse dans la voix, une certaine espièglerie. Son ton était monotone. Comme si elle s'était même forcée à lui répondre, et ce n'était pas le cas, mais elle ne pouvait s'amener à se comporter avec lui comme elle le ferait avec les autres. Clara se sentait étrange en sa compagnie, elle avait l'impression de marcher sur des oeufs. Wilson ne pouvait pas réellement, entièrement, être elle-même en sa présence. Pas pour le moment, du moins. Et, elle réalisait qu'elle aurait dû se taire. Le laisser mener la danse qu'était leur conversation. Ne piper mot après son commentaire sur sa cigarette... À l'instant où sa question concernant la pharmacie avait quitté ses lèvres, Clara avait réalisé que ça n'avait pas été judicieux de lui demander cela, mais, il fallait qu'elle sache. S'ils continuaient, si ses plaidoyers étaient en vain. Et, surtout, si ses suspicions envers Jasper étaient fondées. « Toujours la même chose. Ma mère songe très sérieusement à mettre des caméras un peu partout, on en peut plus ». Clara savait pertinemment que la situation était loin d'évidente pour les McCree, mais, elle ne les plaindrait pas; elle se l'interdisait. S'en prendre à leur commerce ? Oui, c'était complètement idiot et franchement con, mais elle comprenait leur besoin de se venger. De faire quelque chose. Clara, elle, tout ce qu'elle voulait, c'était rendre Cel fier de qui elle était. Malgré qu'il ne puisse la voir, voir ses actions. C'était ce qui lui permettait de ne pas se briser en un million de morceaux. « Peut être qu’on va finir par attraper quelqu’un comme ça. Mon père prend cette histoire très au sérieux! Et puis, si ça ne marche pas, on finira par trouver une solution par nous-mêmes » . Elle avait presque envie de lui rire au nez. Les attraper ? Il ne devrait pas en être aussi sûr. Certains amis des aînés Wilson n'étaient pas très recommandables, mais ceux qui les attaquaient ? Ils n'avaient rien de cela, ils étaient de ceux qui avaient usé les semelles de leurs chaussures aux côtés de ses frères aînés à l'université. De ceux qui avaient leurs papas pour sauver leurs derrières au moindre problème. De ceux qui vivaient sans peur, sans conséquence. Ceux qui étaient indéniablement sur la première ligne dans cette bataille ? Blancs comme neige. Des gosses de riches. Je savais qu'il y avait une raison cachée pour que tu m'interpelles comme ça. Clara leva les yeux au ciel tandis qu'elle lui adressa ces quelques mots, un sourire ironique placardé sur le visage. Sa colère ravivée par ses propos, qui l'empêchait de voir la situation d'un oeil impartial. C'était elle qui avait lancé le sujet de la pharmacie, elle qui l'avait questionné, mais Wilson doutait franchement que Jasper McCree vienne la voir réellement, uniquement, pour savoir comme elle se portait. Si elle n'avait pas mentionné la pharmacie, il l'aurait fait presque aussi rapidement qu'elle. Clar en était sûre. Le lampadaire qui avait attiré son attention s'en était de nouveau emparé, pendant quelques secondes, avant que ses pupilles ne se replongent sur le visage plus que froid du jeune homme qui se tenait devant elle. Elle avait touché un point sensible, si elle ne l'avait compris auparavant, en le regardant elle l'aurait réalisé. Et son visage à elle ? Il ne devait pas être mieux. Elle en était sûre, ils ne devaient être qu'un miroir l'un de l'autre. Et, c'est un avertissement ? Vous allez rendre les coups ? Elle haussa les sourcils, forçant son intérêt. Tu es venu délivrer le message des McCree ? Ses bras se croisent devant elle, sa stature est stoïque. Je devrais trembler comme une feuille ? Clara se contenta de hausser légèrement les épaules, lui montrant que sa phrase la laissait de marbre. Que ses mots n'incitaient pas à la peur. C'est pas comme si vous avez déjà foutu un Wilson en prison, après tout. Elle lui asséna un sourire qui sonnait tellement faux que tout le quartier devait être réveillé. Et, Clara, elle détestait ses mots. Son comportement. Ce côté qui ressortait de cette situation, ce côté que son interlocuteur avait attisé. Mais les McCree avaient blessé sa famille. Le brun qui se tenait sous ses yeux n'y avait peut-être été pour rien, mais son paternel si. Il était la raison de leur souffrance. Celestin était presque irréprochable, il se battait depuis toujours pour ses ambitions. Se démenait pour, espérer ensuite, avoir un impact positif sur la société. Il n'avait rien d'un voyou, d'un trafiquant de drogue. Il n'avait rien fait, mais avait été enfermé. Son rêve brisé, sa vie ruinée. Et, ça, elle ne pouvait le pardonner. L'accepter ou même le laisser passer. En voilà un pour ton père, Jasper. Dans sa bouche, son prénom sonnait comme une insulte. La prochaine fois, faudrait peut-être qu'il arrête le vrai coupable. Pas la personne la plus droite et sincère au monde juste parce qu'il correspond à l'image que l'on peut se faire des criminels. L'injustice brûlait dans ses veines, la colère lui donnait sa voix.
Ce devait être sa façon à elle de lancer des oeufs sur la pharmacie. Pas qu'elle attaquerait littéralement quelqu'un avec des oeufs un beau jour, Jasper inclus. Parce que son trafiquant de drogue, il court toujours dans les rues de Vancouver. Mais, ça je ne pense pas que ça l'inquiète. Et, elle avait envie de tourner les talons, Clara. De le laisser planter là, comme un imbécile. De rentrer chez elle, de lui tourner le dos avant qu'il ne puisse souffler un autre mot qui ne raviverait qu'encore un peu plus la colère qui coulait en elle. Mais, ses pieds ne bougèrent d'un centimètre, elle avait envie de savoir ce qu'il avait à lui répondre. Chercherait-il à défendre son père bec et ongles ? Clara se demandait réellement la raison qui la poussait à se tenir ici, pourquoi l'avait-elle même gratifié d'une réponse tout court. En rétrospection, elle aurait continué son chemin. L'aurait ignoré. N'aurait peut-être pas mentionné la pharmacie. Aurait évité Chinatown.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1083 • POINTS : 390
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver)
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Jeu 15 Juin 2017 - 22:19

Au départ, tout se passait ‘bien’ avec Clara. Il l’avait interpellée, elle était venue. Rien que ça, c’était digne d’un miracle. La tension était peut-être présente, mais la réaction de Clara lui avait laissé à penser qu’elle avait peut-être envie d’aller de l’avant, elle aussi. Elle n’était pas toute proche, mais jusque là, hormis le court épisode dans la voiture, elle n’avait jamais été aussi près de lui, face à face, directement.

« C'est déjà pas mal de survivre. »

Ses yeux se focalisèrent sur elle lorsqu’elle prononça ses mots-là. Une autre personne que Clara Wilson aurait été en face de lui, il aurait perdu ses moyens et serait entré dans une colère noire. Au pire des cas, il serait parti sans demander son reste. Ce n’était qu’une simple petite phrase, mais elle avait beaucoup d’écho pour lui. Mais voilà, il était parvenu à garder son sang froid. Parce que c’était Clara et qu’ils étaient tous les deux concernés par la situation. Il se pinça les lèvres et inspira une longuement sa cigarette, trahissant ainsi ses émotions.

« … ouais. Mais je préférerais vivre, tout simplement. »

Avant tout ça, sa vie était très bien. Pas parfaite, rien ne l’était, mais il avait trouvé son confort et le rythme qui lui correspondait. Désormais, les projets qu’il avait, il devait les mettre en suspend. Cette soirée avait été une exception, afin de pouvoir penser à autre chose et essayer de retrouver un petit peu la continuité de ce qu’il avait commencé.

Il zappa la remarque de Clara sur la cigarette et n’insista pas là dessus. Il ne savait pas pourquoi elle lui disait cela, il était certain qu’elle en avait rien à faire qu’il fumait ou non. Si Clara était un électron libre qui gravitait autour de lui, de son côté, il n’était rien pour elle, mis à part un ennemi à éviter à tout prix (du moins, jusqu’à maintenant).
Mais les choses se corsèrent lorsqu’elle lui avait demandé des nouvelles sur la pharmacie. Un fil sensible pour Jasper, une fois de plus. Cela avait dû se faire sentir, les mots qu’il avaient employés avaient été trop direct, sortis de sa bouche d’un seul coup, sur le coup de ses émotions. Si la conversation avait été jusque là plus ou moins calme, elle prit une tournure à cent quatre vingt degré.

« Je savais qu'il y avait une raison cachée pour que tu m'interpelles comme ça. » soupira Clara, exaspérée, dont le comportement lui fit comprendre qu’il l’avait perdue.
Il haussa un sourcil, incompréhensif. Il ne s’était pas attendu à cela, et ce ne fut qu’après coup qu’il comprit la raison pour laquelle elle lui avait dit cela. Malheureusement, c’était trop tard.
« Excuse moi ? » demanda-t-il abasourdi, d’une voix plus haute qu’il ne l’aurait voulu. La colère qu’elle émanait était communicative, si bien que, pour une fois, il se mit en position de défense. Il allait se recevoir un coup, non pas physique, mais par les mots qui allaient sortir de la bouche de la brunette. Et elle ne tarda pas à fuser, tel une bombe qui explosait. Ca y était, le tonnerre commençait à gronder et les éclairs étaient foudroyants.
« Et, c'est un avertissement ? Vous allez rendre les coups ?  Tu es venu délivrer le message des McCree ? Je devrais trembler comme une feuille ?  »
Jasper ne répondit pas, bien trop préoccupé à accuser toute ces ‘questions’, ces coups qu’elle lui assénait sans trop comprendre ce qu’il se passait. Mais il avait effectivement évoqué son père. Cela avait été son erreur, il en était désormais conscient. Les mots pour lui répondre se bousculaient dans sa tête, mais aucun d’entre eux n’arrivait à s’échapper de ses lèvres. Sans même s’en rendre compte, il avait laissé ce qu’il restait de sa cigarette tomber sur le sol, alors qu’il ne l’avait même pas terminée.
« En voilà un pour ton père, Jasper.  » a-t-elle poursuivit. « La prochaine fois, faudrait peut-être qu'il arrête le vrai coupable. Pas la personne la plus droite et sincère au monde juste parce qu'il correspond à l'image que l'on peut se faire des criminels.  »
Puis elle l’acheva en lui disant que le véritable coupable, celui qui était la cause de l’arrestation de son frère, courrait toujours dans les rues. Jasper resta muet. Il allait pourtant falloir qu’il trouve de quoi répondre s’il ne voulait pas la voir partir. Quoique, cela aurait peut-être été mieux, le temps de trouver le véritable fond de sa pensée.
S’il avait ressenti de la colère au sujet de la survie, elle s’était envolée. Jasper n’était pas fâché, non. En réalité, il adoptait le comportement d’un enfant qu’on venait de gronder. Avec vingt ans de moins, il aurait peut-être fondu en larmes, mais il était désormais bien assez grand pour ça.
Il n’arrivait pas à détacher son regard du visage furieux de son interlocutrice. Une petite voix dans sa tête ne cessait de répéter ‘trouve quelque chose à répondre’, et il avait envie de le faire. Mais voilà, il y avait un gros malentendu, si on pouvait appeler la chose comme ça. Clara attendait quelque chose de sa part, c’était même pour cela qu’elle n’était pas encore partie, il n’y avait pas d’autres explications à fournir de sa part. Il finit par prendre une grande inspiration avant de reprendre enfin la parole.

« Alors, c’est ça ? Tu crois vraiment que.. je sais pas.. que je suis en guerre contre toi ? Vous ? »
Il secoua la tête. Il avait peut-être tort, mais c’était ainsi qu’il avait comprit les choses.
« Écoute Clara, je sais pas qui nous attaque exactement. Je connais la cause, c’est vrai, mais, contrairement à ce que tu crois, j’ai aucun ‘message’ à te faire passer ou quoique ce soit de ce genre. La seule chose que je veux, c’est que ça s’arrête. Parce qu’on le mérite pas. Pas moi, ni ma mère, ni mon oncle, ni mes autres collègues. »
Il n’avait pas terminé. Il venait juste de dire ce qu’elle savait déjà, mais il n’avait pas trouvé un autre moyen de l’introduire. Mais avant de poursuivre, il décida de griller une nouvelle cigarette. Il avait du mal à ne pas trembler, parce qu’il parlait de choses qui leur portait à cœur tous les deux. Mais pour avancer, il fallait passer par là.
« En fait, je ne suis pas là pour répandre la haine, mais plutôt dans l’espoir de l’atténuer. Je me suis mal exprimé à l'instant, c’est vrai et je m’en vois désolé. Mais il faut que tu saches que je ne travaille pas avec mon père, pas plus que je cautionne ce qu’il fait et a fait. Je ne connais pas ton frère, je ne connais pas ta famille. Je ne sais pas s’il a eu tort ou raison d’avoir enfermé ton frère, je ne connais pas ses affaires. Mais si tu m’affirme qu’il a eu tort, alors je veux bien te croire. »

Il n’avait aucune idée de la manière dont elle allait lui répondre, réagir. Si ça se trouvait, il n’avait fait qu’empirer les choses. A ses yeux, il espérait que non, mais il n’était plus certain de rien désormais.


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.


    Absence du 22/10 au 05/11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Jeu 6 Juil 2017 - 4:57

« … Ouais. Mais je préférerais vivre, tout simplement. » Ses mots tournaient en rond dans sa tête, je préférerais vivre tout simplement. Et Clara essaya de se mettre à la place de Jasper McCree, rien qu'un instant. La peur qui devait parcourir son échine attaque après attaque. Encore et toujours. La peur de ne pas savoir si les choses allaient s'aggraver, monter d'un cran. S'il allait personnellement être pris pour cible. Ce ne devait pas être évident à gérer, elle s'en était toujours douté. Elle s'était dit qu'elle ne le plaindrait pas, ne plaindrait pas sa famille, et elle ne le faisait pas réellement, mais il était difficile de rester de marbre quand son imagination lui présentait de bons arguments. Quand elle essayait de s'imaginer ce qu'il devait ressentir. Clara hocha simplement la tête, détournant le regard. Elle ne pouvait le contredire, pas même par simple esprit de contradiction. Ou parce qu'on attendrait peut-être cela de sa part.


Vider son sac était exaltant, enivrant, grisant. Libérateur. Elle se sentait plus légère, l'accumulation de colère qui résidait en elle n'était plus. Était moindre. Jasper avait libéré cette colère que Clara gardait en elle et la brune avait laissé ses émotions dicter ses mots, son comportement. Clara ne s'accordait que peu le droit d'exploser de la sorte, elle ne pouvait le faire avec sa famille. Elle ne pouvait décemment pas leur parler de cette manière, les seules fois où elle se permettait, s'autorisait, de placer un mot plus haut que l'autre était quand elle réprimandait ses cadets. Clar avait besoin de tout avoir sous contrôle, elle se retrouvait à faire des listes pour tout, parfois à prévoir un temps exact pour ses tâches à effectuer. Vingt-sept minutes pour manger, dix maximum pour rentrer de la bibliothèque. Une heure trente chez Cam. Cela lui donnait l'impression de contrôler quelque chose et elle en avait besoin. C'était ce que Cel faisait; avait fait toute sa vie. Ce n'était peut-être pas la chose la plus saine à faire, le mimiquer, mais ça marchait pour elle. L'empêchait de rester dans son lit, enfouie sous ses couettes, toute la journée. Lui permettait de faire ses devoirs, d'aller travailler. De ne pas pleurer comme ses cadets, ça lui permettait d'être l'épaule qui réconforte; sur qui ils pleuraient. Lui permettait de s'occuper de sa famille. De sa mère. Cela marchait pour elle et elle ne comptait arrêter tout de suite. Elle avait besoin de ce système.
Son planning du jour avait été chamboulé avec l'oubli de ses clefs et Camille l'avait calmée, lui avait dit de respirer et de passer à autre chose. De profiter de ce jour pour être libre, aussi insouciante qu'elle puisse l'être, prendre son temps. De ne pas réorganiser sa journée autour de cela. De rentrer en marchant. Prendre une minute pour sentir les fleurs. Et, parler à Jasper, apparemment. L'ignorer jusqu'à la fin de sa tirade, aussi. Il aurait pu partir qu'elle ne l'aurait remarqué, aveuglée par sa colère et ce besoin de défendre sa famille. Mais, il était toujours là. Devant elle.

« Alors, c’est ça ? Tu crois vraiment que.. je sais pas.. que je suis en guerre contre toi ? Vous ? » La brune haussa simplement les épaules face à sa question. Oui... ? Non ? Un peu... Clara soupira lassement avant de continuer. Je ne sais pas, ça ne serait pas complètement absurde que ce soit le cas, non ?! Elle secoua légèrement la tête en coinçant une mèche de ses longs cheveux derrière son oreille, elle ne savait ce qu'elle faisait encore là. Ne comprenait pas pourquoi ses pieds ne voulaient lui obéir. Peut-être était-elle plus fatiguée par cette situation qu'elle ne le pensait, peut-être que la tension entre leurs deux familles la pesait plus qu'elle ne le réalisait. Peut-être voulait-elle entendre ce que le brun avait à lui dire, voulait écouter sa version. « Écoute Clara, je sais pas qui nous attaque exactement. Je connais la cause, c’est vrai, mais, contrairement à ce que tu crois, j’ai aucun ‘message’ à te faire passer ou quoique ce soit de ce genre. La seule chose que je veux, c’est que ça s’arrête. Parce qu’on le mérite pas. Pas moi, ni ma mère, ni mon oncle, ni mes autres collègues. » Elle s'était donc trompée, le clan McCree n'avait pas demandé au brun de transmettre un quelconque message au clan Wilson. Oh. Elle se sentait con, soudainement. Très. Donc, tu n'allais pas mentionner la pharmacie ? Parce que c'est un peu ce que tu faisais jusqu'à présent, non ?! Elle agrémenta sa phrase d'un haussement de sourcils, sa colère adoucie par son erreur de jugement, mais toujours bel et bien présente. Pour qu'elle autre raison viendrais-tu me parler, après tout... Son visage n'était qu'un masque de confusion, ses sourcils froncés ne montraient qu'un peu plus son incompréhension. Mais son ton restait "distant". Comme toujours.
« En fait, je ne suis pas là pour répandre la haine, mais plutôt dans l’espoir de l’atténuer. Je me suis mal exprimé à l'instant, c’est vrai et je m’en vois désolé. Mais il faut que tu saches que je ne travaille pas avec mon père, pas plus que je cautionne ce qu’il fait et a fait. Je ne connais pas ton frère, je ne connais pas ta famille. Je ne sais pas s’il a eu tort ou raison d’avoir enfermé ton frère, je ne connais pas ses affaires. Mais si tu m’affirme qu’il a eu tort, alors je veux bien te croire. » À ses derniers mots, la brune fit presque un bond en arrière et ne manqua de s'étouffer avec sa salive que de peu. Clara était bouche bée. Me croire ?! L'incrédulité emplissait sa voix et rebondissait sur les immeubles à quelques mètres d'eux ; l’étonnement l'avait fait parler plus fort qu'elle ne l'aurait voulu. Tu crois une gamine de vingt ans, soeur du soi-disant trafiquant de drogue, plutôt que ton propre père, l'agent de police qui l'a arrêté ? Il lui était difficile de croire qu'il disait la vérité, qu'il préférait croire ce qui -pour lui- ne devait être que son opinion à elle sur la situation de Cel. Mais... Jasper semblait sincère. Clara doutait fortement qu'il s'agisse là d'une ruse. Peu-être s'en mordrait-elle les doigts par la suite, mais elle le croyait à son tour. Woah... Il te reste plus qu'à espérer que les murs, par ici, n'aient pas d'oreilles. Clara secoua la tête, un léger sourire aux lèvres. Si elle n'essayait pas autant de paraître détachée, elle aurait ri. D'un franc rire. Mais elle ne pouvait pas, pas vrai ? La brune ne savait pas pourquoi elle se fixait ces restrictions, elle en avait aucune idée, mais elle n'était pas prête à abaisser ses barrières pour le moment.
Clara avait cette sensation étrange dans la poitrine... de la reconnaissance ? Ça ne pouvait être que cela; Jasper la croyait et, au fond, c'était tout ce qu'elle voulait. Qu'on la croit. Qu'on croit que son frère n'était capable de faire ce dont on l'accusait. Et, Clara se mordilla l'intérieur de la joue pour s'empêcher de sourire comme une idiote avant d'ajouter sur une note plus sérieuse; C'est, euh, plutôt difficile d'imaginer que tu n'es pas dans les petits papiers de ton père. Peut-être injustement, d'ailleurs... Elle s'était emportée peut-être trop rapidement et il s'agissait là de sa manière de s'excuser, en quelque sorte. Les mots "je suis désolée" étaient impossibles à prononcer quand ils avaient pour destinataire Jasper ou sa famille. Clara fit rouler un petit caillou sous son pied, pour se distraire, pour pouvoir continuer sur sa lancée, les yeux rivés vers le sol. C'est compliqué de faire la part des choses, de différencier un McCree d'un autre. Différencier le père du fils, surtout. Wilson prit une grande inspiration. Il s'était ouvert à elle, ou tout du moins avait parlé honnêtement, et cela l'avait poussé à faire de même. La poussait à continuer. Et Clara espérait que ce qu'elle allait lui dire n'allait pas envenimer leur conversation, de son côté cette fois. C'est avec précaution que la brune reprit parole. Et, je ne dis pas que je connais ceux qui s'en prennent à vous... à votre pharmacie, que vous méritez ce qu'il vous arrive. Ou que je suis entièrement d'accord de la façon qu'ils utilisent pour montrer leur désaccord, leur peine ou peu importe, d'ailleurs. Peut-être qu'aborder le sujet de la pharmacie n'était pas judicieux, mais il le fallait, pas vrai ? Elle ne lui avait rien répondu plus tôt et elle espérait qu'il n'allait pas prendre ses propos comme une normalisation de leurs actions. Ce n'était pas le cas, mais ça pouvait y ressembler. Mais je pense qu'ils ont besoin de faire quelque chose pour ne pas se sentir inutile, sans le moindre pouvoir, dans toute cette histoire. J'imagine qu'ils auraient l'impression de laisser tomber mon frère s'ils ne faisaient rien. Elle était peu sûre de ses mots et osa un léger coup d'oeil nerveux vers Jasper. Clara avait bien du mal à comprendre comment sa colère avait pu "s'effacer" et se transformer en... elle ne savait pas vraiment ce qu'elle ressentait à vrai dire. Pas que Cel cautionne ce qu'ils font. Il fallait qu'elle s'assure que Jasper le sache, elle ne savait pas pourquoi, mais il fallait qu'il le sache. Son frère n'avait rien à voir avec les attaques et réprimandait même les membres de sa famille pour qui c'était le cas. Mais il ne pouvait rien faire depuis sa cellule, rien changer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1083 • POINTS : 390
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver)
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Dim 9 Juil 2017 - 19:45

La colère de Clara l’avait beaucoup secoué et il aurait aimé pouvoir disparaître, s’enfouir profondément dans le sol pour ne jamais revenir. Il savait qu’elle ne l’aimait pas beaucoup et qu’à cause des circonstances, elle montrait plus d’hostilité à son égard que tout autre chose, mais tout de même, il aurait préféré éviter d’en recevoir plus. Il aurait pu partir, se mettre en colère, lui renvoyer la haine qu’il avait accumulée à la figure et déclencher la guerre civile entre eux deux, anéantir toutes ses chances de pouvoir un jour bien s’entendre avec Clara Wilson. Il avait ressentit ce petit picotement à l’estomac, cette envie de tout lui jeter à la figure avant de quitter brusquement, mais il ne l’avait pas fait. Ses regrets auraient été beaucoup trop grand pour céder à cette violente émotion car son tout petit espoir de pouvoir être ‘ami’ avec elle un jour avait été plus important que tout le reste, même plus que les agressions qu’il subissait régulièrement à cause de toute cette histoire. Il ne savait pas pourquoi d’ailleurs, ou plutôt si, mais il faisait semblant de ne pas le savoir. Cela lui paraissait incommode, déplacé et totalement égoïste. Le fait de tenir plus à une relation qui avait peu de chance de se produire plutôt qu’à tout ce qui lui arrivait, ça n’avait rien de logique, d’autant plus qu’il n’était pas le seul à subir la haine de ses agresseurs. Mais voilà, c’était plus fort que lui. Il avait beau essayer de ne pas y penser, de changer, de se concentrer sur autre chose, Clara Wilson revenait sans cesse, tel un spectre qui hantait un lieu cloîtré. La lutte était vaine, il n’avait nul autre choix que d’assumer, autant qu’il le pouvait.

Non, à la place, bien qu’attristé, il lui avait parlé calmement. C’était la meilleure chose à faire de toute façon. Il était difficile pour lui de mettre sa fierté de côté, mais il estimait qu’il valait mieux faire preuve de sagesse plutôt que de bêtise. Et puis Clara n’était pas encore parti malgré sa fureur.

- Oui... ? Non ? Un peu... Je ne sais pas, ça ne serait pas complètement absurde que ce soit le cas, non ?!
Jasper leva les épaules, aussi décontenancé qu’elle ne l’était.
-Tu crois ?

Après quoi, il exprima ce que lui pensait de toute cette histoire, en fonction de ce qu’elle lui disait également. Cela lui faisait un bien fou d’ailleurs et même si ça avait des chances pour que ça n’amène à rien, au moins, il l’aura fait. En tout cas, il lui assura qu’il n’était pas venu là pour la réprimander ou lui reprocher quoique ce soit, ni à elle, ni à sa famille. Clara fut tout autant surprise qu’auparavant.

- Donc, tu n'allais pas mentionner la pharmacie ? Parce que c'est un peu ce que tu faisais jusqu'à présent, non ?!
Jasper fronça les sourcils en se demandant bien à quoi elle avait pensé en disant cela.
« Pour qu'elle autre raison viendrais-tu me parler, après tout... »

Cette fois ci, ce fut à son tour de montrer son étonnement. Il scruta doucement le visage de Clara en réfléchissant à quoi il allait pouvoir lui répondre. Il avait sa logique, elle la sienne. Il était évident qu’ils étaient victime d’un malentendu.

- Pour être sympa ? Répondit-il sous cette question qui lui semblait tellement évidente que ça le surprenait qu’elle n’y ait pas pensé. « Oui, j’allais sans doute mentionner la pharmacie, parce que ça fait partie de mon quotidien et que je suis en plein dedans, mais je n’avais pas de… mauvaises intentions. »

Après quoi, il poursuivit ses explications et lui dit qu’il ne partageait aucun ‘camp’ et qu’il n’avait pas vraiment d’avis sur l’arrestation de son frère. Ce dernier n’était pas le premier gars que son père arrêtait et il n’avait jamais apporté plus d’attention que cela aux gens qui se retrouvaient derrière les barreaux par sa faute. D’ailleurs, jusqu’ici, ils n’avaient jamais eu d’ennuis suite à cela. Clara affichait une expression ahurie, et c’est lorsqu’elle reprit la parole qu’il réalisa qu’ils ne vivaient clairement pas dans le même monde et qu’ils n’avaient pas du tout le même point de vue sur tout ce qu’il se passait. Il avait ses idées, elle avait les siennes et ça n’avait rien à voir.

- Tu crois une gamine de vingt ans, sœur du soi-disant trafiquant de drogue, plutôt que ton propre père, l'agent de police qui l'a arrêté ?
A l’entendre dire, on aurait dit que c’était la chose la plus absurde qu’elle ait jamais entendu de sa vie. Il eut envie d’éclater de rire mais il garda son rire à l’intérieur de sa gorge afin de ne pas paraître impoli. Après tout, il en avait fait assez comme ça ce soir.
- Eh bien, je ne sais pas, peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Je n’ai jamais prétendu que mon père était l’exemple à suivre et qu’il avait toujours raison. Il est vrai qu’il nous parle de temps en temps de ce qu’il se passe au boulot, mais… je sais pas, ça ne me regarde pas pas plus que mes affaires ne le regardent, lui.
Il serait grave dans la merde autrement. Jasper faisait des choses que son père désapprouverait sur le champs s’il le surprenait en train de les faire. Déjà qu’il avait le vague sentiment d’être une déception à ses yeux, cela serait définitivement exact si c’était le cas. Non, c’était surtout de sa mère dont il était le plus proche. Ce n’était pas un hasard s’ils travaillaient ensemble après tout.

Après cette ‘révélation’, Clara lui dit qu’elle espérait que les murs n’aient pas d’oreilles. Jasper ne saisit pas le sens de cette phrase et ce fut la raison pour laquelle il fronça une fois de plus les sourcils.
-Comment ça ?
En général, on employait cette expression pour souhaiter que quelqu’un d’autre de mal intentionné n’ait pas eu à entendre ce qu’il venait d’être dit. Ainsi, il avait instinctivement levé les yeux aux alentours. En discutant avec elle, il avait oublié les agressions, l’impression d’être suivi et tout le reste. Il avait la soudaine impression de se recevoir un seau d’eau glacé sur la tête et la peur revint une nouvelle fois. Il prit beaucoup sur lui afin de ne pas le montrer, lui qui était si émotif d’habitude. Il se pinça les lèvres et se mit à les ronger. Il avait beau avoir terminé sa cigarette, l’envie de fumer lui était aussitôt revenue, mais il fallait qu’il arrête pour le moment.

Clara restait sceptique, ce dont il pouvait comprendre maintenant qu’ils s’étaient expliqués. Au moins, elle lui faisait comprendre que ça n’était pas chose impossible qu’elle le croit. Les pupilles de Jasper s’agrandirent dès lors, trahissant l’émotion de joie qu’il contint au fond de lui. Rien n’était encore gagné, mais au moins, Clara n’était plus en colère.

-C'est compliqué de faire la part des choses, de différencier un McCree d'un autre.
-Vraiment ?
Il échappa un petit rire à moitié étouffé. Cette fois ci, c’était à lui de trouver les choses absurdes.

« Je ne sais pas si ça peut te rassurer, mais j’ai un million de différence avec McCree senior. Pour commencer, je ne suis pas flic. Et je ne vis pas du tout dans le même monde que lui non plus. Je l’aime parce que c’est mon père, mais s’il ne l’avait pas été, on ne se serait jamais adressé la parole. Je pense même qu’on se serait plutôt mal entendu. »

A peine acheva-t-il sa phrase qu’il se rendit compte de la dureté de ses paroles. Mais c’était aussi la vérité. Il s’était déjà disputé avec son géniteur et à chaque fois, il s’était remis en question. Une fois, il s’était même surpris à se demander ce que sa mère avait bien pu lui trouver et pourquoi elle était avec un type pareil tant la querelle avait été forte. C’était une histoire de virilité, un cliché vieux comme le monde et qui prouvait une fois de plus que Jasper était très différent de son père. Pourtant, ce dernier n’était pas tout à fait intolérant. Malgré certaines idéologies qu’il n’approuvait pas (et inversement), son père avait déjà aidé de nombreuses personnes en mauvaise situation et elles ne correspondaient pas toutes à son idéal.

Clara revint sur la pharmacie en lui disant qu’elle ne connaissait pas nécessairement les personnes qui les agressaient mais lui expliqua sous forme d’hypothèse la raison qui les poussaient à faire ça. Jasper en resta stupéfait. Une fois de plus, il se pinça les lèvres, pour ne pas parler trop vite. Il sentait un peu de colère lui monter au nez mais l’occasion était bien trop belle pour tout foutre en l’air en cédant à l’impulsivité.

« Eh bien, ce serait bien qu’ils puissent le faire autrement. » répliqua-t-il sans aucune émotion dans la voix. Il était ni froid, ni méprisant, ni compatissant, ni rien du tout. Elle lui avait dit que son frère n’avait pas donné son approbation pour cela et Jasper poussa un rire étouffé. La petite tension qu’il avait ressentie s’était soudainement évanouie.
« Il le sait au moins ? » lui demanda-t-il afin de lui faire comprendre qu’il n’avait jamais pensé que c’était l’œuvre du frère de Clara. A ses yeux, ce qu’il se passait était uniquement de la vengeance.  « Tu sais je…  m’excuse pour ce qui lui est arrivé. Si ce que tu dis est vrai, et je ne remets pas en doute tes paroles, alors oui, c’est parfaitement injuste et j’aurais souhaité que les choses se passent autrement pour ton frère. Je comprend ton hostilité et j’aurais probablement fait pareil à ta place. »
Il ne savait pas vraiment de quoi il s’excusait en réalité, sauf d’avoir pour père un type complètement imbu de son boulot et qui, selon Jasper, était formaté.


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.


    Absence du 22/10 au 05/11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Sam 15 Juil 2017 - 9:15



« Tu crois ? » Clara acquiesça simplement, d'un léger hochement de tête. Il n'y avait aucun doute pour la brune que la grande majorité des personnes dans une situation similaire à la leur aurait ce sentiment d'être en guerre. Ça aurait été une sorte d'automatisme et elle aurait compris. C'est pour cela qu'elle ne comprenait pas pourquoi Jasper était venu lui parler, pourquoi elle lui avait mentionné. Ses motivations n'étaient pas claires pour la brune. « Pour être sympa ? Oui, j’allais sans doute mentionner la pharmacie, parce que ça fait partie de mon quotidien et que je suis en plein dedans, mais je n’avais pas de… mauvaises intentions. » Wilson se mordilla les lèvres, se sentant une nouvelle fois quelque peu stupide. Elle avait donné certaines caractéristiques à son interlocuteur qu'il ne possédait apparemment pas. Ce n'avait rien de surprenant, après tout, elle ne le connaissait pas. Et Jasper ne la connaissait pas non plus. Pas réellement, ni même un peu. Disons que je pensais que tu n'avais que la pharmacie en tête, que tu voulais seulement trouver les coupables. La plupart du monde ne m'adresserait pas la parole s'ils étaient à ta place. Et, elle ne savait pourquoi Jasper semblait différer. Elle ne savait pas ce qui le poussait à être "sympa", mais elle ne s'en plaignait pas non plus. L'emprisonnement de Celestin était une chose, mais être attaquée en retour par le clan McCree ? La goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase, déjà qu'il était amplement rempli.  

Il la croyait, c'était ce qu'il lui avait dit, et Clara s'en trouva apaisée. Ses membres se décrispèrent considérablement, l'étau qu'il y avait autour de son coeur ne le serra plus qu'avec une force modérée. La colère s’échappait peu à peu, goutte par goutte, de son corps et n'embrumait plus son esprit. Cela en était presque étourdissant, mais pas nécessairement dans le mauvais sens. C'était rafraîchissant, nouveau. Une première. La première fois qu'elle pouvait poser les yeux sur Jasper McCree sans ressentir une pointe de colère, d'agacement. « Eh bien, je ne sais pas, peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Je n’ai jamais prétendu que mon père était l’exemple à suivre et qu’il avait toujours raison. Il est vrai qu’il nous parle de temps en temps de ce qu’il se passe au boulot, mais… je sais pas, ça ne me regarde pas pas plus que mes affaires ne le regardent, lui. » Soit. Elle ne voyait pas les choses de cette façon avec ses parents, mais c'était la prérogative du brun. Clara hocha simplement la tête, cachant son léger étonnement. Jasper vivait donc sa vie en parallèle de son paternel, une nouvelle surprise, révélation, pour la brune qui ne lui montrait que plus amplement qu'elle ne  le connaissait en rien. Elle connaissait son nom, Jasper McCree. De toute évidence, il fumait. Clara avait essayé tant bien que mal de ne pas montrer son dégoût des cigarettes en ne fronçant le nez comme elle en avait l'habitude. Le reste n'était qu'un tas de suppositions. Pas qu'elle passait son temps à penser au cher Jasper McCree. Non. Mais, Clar ressentait toujours ce besoin de vérifier si tout allait bien à la pharmacie. Elle allongeait son chemin pour passer devant le commerce des McCree, pour s'assurer que tout était en ordre. Pour s'assurer qu'il n'y avait que leur vitrine qui prenait les coups que son "clan" assénait. Alors, oui, en ce sens, Jasper McCree occupait ses pensées. Elle ne voulait le voir blesser, tout comme elle ne voulait voir son cousin et les autres employés être pris pour cible. Et, oui, il lui arrivait de se demander comment il était quand elle l’apercevait au détour d'une rue ou d'une soirée bondée à laquelle elle n'avait voulu prendre part. Mais, une fois qu'il quittait ses pensées, elle n'y repensait plus. Comme si elle avait effacé ses souvenirs, avait magiquement effacé de sa mémoire.

Peut-être avait-elle voulu que tout se passe moins difficilement entre eux. Clara avait voulu lui offrir une facette de sa personnalité, une partie de qui elle était réellement, quand elle ne parlait pas avec le fils de l'homme qui avait arrêté son père. Quelqu'un qui fait des blagues, pas forcément marrantes, qui n'utilise pas ce ton monotone qu'elle semblait lui réserver. Quelqu'un qui n'était pas froid. « Comment ça ? » Mais ça c'était retourné contre elle, il n'avait pas compris. Son petit sourire s'effaça de son visage, il avait l'air affreusement inquiet. Touché par ses quelques mots qui n'avaient eu pour but que d'alléger l'atmosphère entre eux, bien qu'elle ne s'en soit rendu compte qu'après coup. Ses yeux scrutaient les alentours et, Clara, ne réalisa véritablement qu'à cet instant à quel point la situation le touchait. Wow, Jasper, pas la peine de... paniquer ou, enfin je ne sais pas ce qui se passe dans ta tête, mais t'as l'air étrange... C'était une blague ou un essai de blague plutôt. Je sous-entendais qu'il ne faudrait pas que ce que tu viens de me dire remonte jusqu'à ton père... Je doute qu'il en soit très content. Clara se dandinait d'un pied à l'autre, mal à l'aise. Terriblement gênée de l'avoir malencontreusement mis dans cet état, il avait eu l'air parfaitement calme jusqu'à présent. Il se mordillait les lèvres et la jeune femme se rapprocha à nouveau. Ses pieds la transportèrent, à moitié malgré elle, jusque sur le trottoir, à quelques pas seulement du brun. Tu sembles extrêmement nerveux. Elle était inquiète, McCree ou pas, bien qu'elle ne se l'avouait pas complètement. Elle ne pouvait décemment pas rester de marbre non plus. Tout cela allait vraiment trop loin. Il ne devrait pas réagir ainsi, Jasper McCree avait l'air de quelqu'un effrayé pour sa vie. Il ne craignait rien, il n'y avait personne avec lui excepté Clara. Et jamais elle ne l'attaquerait à coup de poings.

D'une autre tentative d’alléger la tension qui régnait encore entre eux, ou peut-être qui émanait d'elle, ainsi que pour jouer cartes sur tables, Clara se vit lui avouer qu'il lui était difficile pour elle de différencier les McCree. Et, peut-être aurait-elle dû garder son commentaire, mais elle ne l'avait pas fait. Elle avait décidé d'être honnête avec le brun, autant qu'elle puisse l'être (ou se l'accordait de l'être tout du moins). « Vraiment ? » Clara hocha simplement la tête, lui lançant un coup d'oeil pour le moins perplexe après son petit rire. « Je ne sais pas si ça peut te rassurer, mais j’ai un million de différence avec McCree senior. Pour commencer, je ne suis pas flic. Et je ne vis pas du tout dans le même monde que lui non plus. Je l’aime parce que c’est mon père, mais s’il ne l’avait pas été, on ne se serait jamais adressé la parole. Je pense même qu’on se serait plutôt mal entendu. » Ses yeux étaient grands ouverts, l’étonnement l'emplissait. Elle avait compris que ce n'était pas l'amour fou entre Jasper et son père, mais elle ne pensait pas que ça allait jusque là. Oh, c'est assez... dur. Wilson murmura son dernier mot, de peur qu'il prenne son constat pour un jugement. Qu'il prenne son commentaire de la mauvaise façon. Ce n'était pas ce qu'elle souhaitait. Mais je dois admettre que parfois j'oublie qu'avec mes frères et soeurs nous sommes privilégiés de ce côté-là. Que tout le monde n'a pas les parents qu'on a eus, que tout le monde n'a pas la relation que nous avons avec eux. Leurs parents étaient, à ses yeux, les meilleurs au monde. Ils étaient ouverts d'esprits, bienveillants, accueillants - peut-être trop pour Clara, mais ils étaient ainsi et elle ne voulait les changer pour rien au monde-, chaleureux, attentifs, attentionnés et tellement de choses encore. Ils avaient élevé leurs sept enfants comme si ce n'était rien. J'imagine que je voulais dire qu'il est difficile de passer outre le nom que vous partagez. C'est stupide, je sais. Clara secoua la tête de droite à gauche, un petit sourire accroché sur le visage qui s'était presque transformé en léger rire.

Stupidement, elle avait de nouveau lancé le sujet de la pharmacie. Clara n'avait pas eu l'impression d'avoir couvert le sujet dans sa totalité. Il fallait qu'elle lui explique ce point de vue qu'il ne pouvait connaître, se trouvant de l'autre côté des attaques. Sans trop se mouiller, tout de même. En prétendant ignorer tout des coupables. Et ce n'était techniquement pas faux, Clara ne connaissait pas tous les assaillants, mais une partie de sa déclaration n'était qu'un mensonge. Et s'il le savait, Jasper ne s'en était publiquement offusqué. Mentionner à nouveau les attaques n'était pas la chose la plus judicieuse au monde, mais McCree n'avait pas été pris de colère... ou, tout du moins, sa réponse n'en témoignait pas. « Eh bien, ce serait bien qu’ils puissent le faire autrement. » C'est avec le regard rivé sur le sol, aux pieds du grand brun, que Clara lui répondit dans sa barbe, espérant que ses mots ne soient arrivés jusqu'à ses oreilles. C'est sûr. S'attaquer à la pharmacie n'allait rien changer, elle le savait. Ils le savaient. Il ne s'agissait que de vengeance, de faire quelque chose pour faire quelque chose. Rien ne changerait pour Celestin, pas en positif. Attaquer le commerce des McCree était inutile. Ne servait en rien, au fond. C'était idiot, mais elle n'en ferait part à Jasper.  
« Il le sait au moins ? » Clara lui adressa un coup rapide coup d'oeil avant de plonger son regard dans le paysage urbain qui apparaissait derrière son épaule. Parler de Cel était dur, impossible si elle regardait son interlocuteur. Il lit en moi comme dans un livre ouvert, alors il a tout de suite compris que quelque chose n'allait pas... Clara avait un petit sourire dessiné sur son visage, comme si elle lui racontait une anecdote marrante, mais ce n'était pas le cas. Vraiment pas. Et mes parents lui ont fourni les, euh, détails. Parce qu'il voulait savoir, avait voulu tout savoir. Les noms, les attaques, les personnes visées. Ils n'avaient pu lui répondre, mais Celestin avait interrogé assez de ses proches pour éventuellement connaitre la vérité. Il n'avait pas été content, mais ça n'avait rien changé. Il devait vivre avec. Et, Cel n'avait plus demandé d'informations à Clara après cette première fois. Il s’intéressait à elle, voulait savoir tous les détails de sa vie. La façon avec laquelle elle remplissait ses journées, il voulait être sûr que ses études passaient toujours en premier. Celestin demandait aussi des nouvelles de Camille, ça lui arrivait. Il l'avait toujours aimé, même après la fin de leur romance. Il avait toujours su qu'au fond ils n'étaient qu'amis. Depuis le début, mais il ne voulait que le bonheur de sa soeur et avec Camille elle avait l'air de l'être. Depuis toujours. Celestin Wilson connaissait Clara, et leurs autres frères et soeurs, mieux que quiconque; il était observateur et attentionné. Il était le frère idéal. « Tu sais je…  m’excuse pour ce qui lui est arrivé. Si ce que tu dis est vrai, et je ne remets pas en doute tes paroles, alors oui, c’est parfaitement injuste et j’aurais souhaité que les choses se passent autrement pour ton frère. Je comprend ton hostilité et j’aurais probablement fait pareil à ta place. » Clara hocha la tête, elle avait l'impression de ne faire que cela, avant de marquer une légère pause et de prendre sa respiration à plusieurs reprises. Sa voix était moins assurée. Tu n'as pas à t'excuser. Et être désolé de change en rien la situation. Ce n'est... pas à toi d'être désolé. Clara garda la fin de sa phrase pour elle, secouant la tête, ça ne servait à rien. Je sais qu'avec ce que je t'ai dit et mon comportement, ça peut sembler être le contraire, mais je ne te tiens pas responsable de ce qui est arrivé à Cel. Ou je ne t'en veux pas personnellement. Comme tu l'as dit, tu n'es pas policer. Tu as participé en rien à son arrestation, à l'enquête. Mais, ton nom de famille est McCree... et c'est plus facile de te dire ces choses que de se pointer au commissariat et de les hurler sur ton père. Ça ne ferait surement qu'empirer les choses pour mon frère et ce n'est pas ce que je veux. Sa sécurité était tout ce qu'elle souhaitait et la brune ne ferait rien pour compromettre cela. Et, bien qu'elle essayait de n'y penser que peu, l'idée que les attaques sur la pharmacie finissent par se répercuter sur son frère l'effrayait. Mais, merci de me croire, Jasper. Vraiment. Et, ses yeux se posent de nouveau sur lui. D'abord sur les vagues apportées par la journée à ses cheveux avant de passer à son visage, pour finir sur ses yeux. Elle plongea ses yeux dans les siens. Sans rien ajouter, sans plus bouger. Il ne bougeait pas non plus, après tout. Ses yeux, bon sang, il aurait été si facile de s'y perdre dedans indéfiniment. Elle le sent, le sait et c'est effrayant, ça lui glace le sang. Ils étaient de nouveau entourés de silence. Il n'y avait qu'eux. Sa colère envolée, elle s'était retrouvée trop à l'aise en sa présence, et maintenant qu'elle l'avait réalisé, Clara avait du mal à simplement laisser cette information n'être que cela. Une simple information. Je ne sais pas pourquoi je te dis tout ça, je-je... Elle ne devrait pas lui sourire, s'adoucir en sa compagnie. Même s'il n'avait rien fait, même si cette "guerre" ne menait à rien et n'aurait dû l'inclure. Même si elle savait qu'il n'avait rien à voir avec l'affaire de son père. En temps de conflit, il n'y avait pas de place pour la logique. Ou, tout du moins, pas pour ses proches ou ceux de ses aînés. Ils n'auraient pas été contents de la voir là, discuter avec Jasper. Il n'était qu'un McCree à leurs yeux; un ennemi. Pendant un certain temps il n'avait que cela aussi aux siens. Et une infime partie d'elle aurait aimé qu'il le reste. Il était plus facile de ressentir de la colère, mal placée, envers lui. Mais Jasper avait tout d'un jeune homme parfaitement sympathique. Plus que cela. Clara ne pouvait garder ses œillères. Alors, elle était tentée de prendre ses jambes à son cou, de partir en courant sans se retourner, sans plus jamais lui adresser la parole. Je ne sais même pas ce que je fais avec toi. Le sentiment de trahison lui brûlait les veines, amenuisait ses réserves d'air, sa respiration en était saccadée. Clara recula de quelques pas, son regard était fuyant, elle ne pouvait décemment pas le regarder. Je vais prendre mon sac, partir et-et on prétendra qu'on s'est jamais croisé, ok ? Mais elle n'en avait pas vraiment envie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1083 • POINTS : 390
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver)
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Dim 16 Juil 2017 - 20:58

Cela faisait des mois que Jasper voulait adresser la parole à Clara, en réalité. La première fois qu’il l’avait aperçue, ce fut lorsqu’il était allé à la bibliothèque pour trouver le calme et essayer d’occuper son temps autrement que par le visionnage de films et les jeux vidéos. A cette époque, il avait également essayé d’écrire une petite nouvelle mais il n’a jamais trouvé la concentration suffisante pour s’y mettre réellement. Ses idées s’étaient embrouillées dans sa tête, il avait eu envie d’autre chose et puis… Et puis il l’avait vue. Au départ, il n’avait pas vraiment fait attention à elle, c’était une fille comme les autres, quoique, peut-être plus mignonne que celles qu’il fréquentait habituellement. Et à force, elle avait inexplicablement attiré son attention. Lorsqu’elle entrait dans son champs de vision, il lui était difficile de s’en détacher à moins de faire des efforts pour cela. Il était revenu plusieurs fois, de façon discrète pour ne pas se faire remarquer, à essayer de trouver un moyen pour lui adresser la parole. Il avait su son prénom après avoir discuté avec quelqu’un qui la connaissait de loin et malgré ça, il n’avait jamais trouvé ‘le courage’ pour venir l’aborder. Lui qui n’était pourtant pas difficile normalement, il s’était soudainement retrouvé dans la position d’un adolescent qui ne savait pas comment parler aux filles.
Il aurait ainsi préféré que les premiers mots échangés soient différents qu’un ‘salut, qu’est ce que tu fais à attendre toute seule sous la pluie ?’ et il aurait surtout préféré ne pas recevoir son hostilité. Clara était convaincue qu’à cause de ce qu’il se passait, il lui en avait voulu autant qu’elle lui en voulait. Il ignorait comment les choses se déroulaient précisément chez elle, le point de vue adopté par sa famille, mais il les devinait soudés et très solidaires. A tel point que chaque famille ne faisait qu’un, partageaient les même idéologies et défendraient l’un l’autre coûte que coûte. Oui, c’est vrai que Jasper aurait pu le faire pour son père. Bien qu’il en avait fait un portrait plutôt noir, il en demeurait pas moins que, effectivement, c’était son père, qu’il l’avait élevé et qu’il n’avait manqué de rien grâce à lui (et à sa mère). Même si c’était avec lui que son père entretenait le plus de tension, au fond, il ne doutait pas qu’il l’aimait comme un père aimait son fils. Et c’était justement parce que Jasper ne partageait pas les même conviction que lui que ça devenait parfois orageux entre eux. Il n’y avait pas de problème du côté de son frère et de sa sœur, soit parce qu’ils étaient plus discret, ou bien parce qu’ils estimaient que leur père avait forcément raison sur tout – en particulier son frère – .

- Disons que je pensais que tu n'avais que la pharmacie en tête, que tu voulais seulement trouver les coupables. La plupart du monde ne m'adresserait pas la parole s'ils étaient à ta place.
- Eh bien, oui c’est vrai, ça me préoccupe beaucoup. Mais je crois comprendre que ça n’est pas de ta faute, alors pourquoi est ce que je ferais ça ? Demanda-t-il, curieux. Il était vrai qu’il n’y avais pas songé une fois. Le fait que tout ceci se passe à cause de l’arrestation de son frère, qu’elle était proche de ce dernier et qu’elle pouvait ‘éventuellement’ être favorable à tout ça. Non, Jasper n’y avait pas songé une seule seconde. Trop naïf peut-être, ou aveuglé par la passion qu’il lui vouait. Mais en dépit de tout, il était incapable d’éprouver de la haine envers Clara Wilson.

Il aurait espéré réagir différent, se montrer un peu moins sur la défensive, du moins, c’est l’effet qu’il aurait donné vu que Clara avait changé de comportement et qu’elle lui assura qu’elle n’avait rien voulu dire de mal. Sur l’instant, il s’en voulut d’avoir été si impulsif et de ne pas avoir montré un peu plus d’émotion dans sa question. Lui étrange ? C’était bien possible après tout.

« Oh, je vois. Il y a bien de chose que je viens de te dire pour lesquelles il ne serait pas content, en vérité. »
Alors pourquoi les lui disait-il ? Là était la question. Peut-être était-ce parce qu’il était dépassé par tout ça, ou bien qu’il lui faisait juste confiance. Il y avait aussi peut-être une part de vouloir s’expliquer à tout prix, afin qu’elle réalise qu’il n’était pas ce qu’elle pensait qu’il soit. De toutes façons, si quelqu’un répétait à son père ce qu’il venait de confier, il était fort probable que ce dernier ne le croit pas, à moins d’avoir des preuves. Peut-être même de discuter avec elle ne le rendrait pas fier. En fait, il en savait rien. Qu’est ce que ça pouvait lui faire ? Clara Wilson ne lui avait rien fait. Mais c’était quand même quelqu’un qui faisait parti de la famille du gamin qu’il avait arrêté et qui était une éventuelle connaissance de leurs agresseurs. Ou peut-être qu’il s’en ficherait. Dans tous les cas, Jasper préférait ne pas trop se poser de questions. Il n’aimait pas qu’on lui dicte ce qu’il avait à faire ou à ne pas faire, ce qui serait le mieux ou pas. Il n’avait pas envie qu’on lui reproche de parler simplement à une fille sous prétexte que. Jasper parlait à qui il le désirait, un point c’est tout.

- Tu sembles extrêmement nerveux. Fit remarquer Clara en s’approchant un peu plus de lui. Et bien qu’il la regardait déjà, il ne put s’empêcher de lever une seconde fois les yeux vers elle.
- Ah… oui ? s’étonna-t-il un peu confus, dû à la proximité qu’il avait à présent avec elle. « Tu as peut-être raison... »
Peut-être que tout ça le dépassait et qu’il avait besoin de vacances. Non, ce n’était pas une supposition, c’était une certitude. Mais il n’avait pas envie de le montrer à Clara.

Elle jugea difficile la relation qu’il avait décrite entre son père et lui. Il était vrai que ça n’était pas glorieux. Il avait déjà fait plus d’éloge de son père, mais pas ce soir. Clara lui expliqua qu’elle avait tendance à oublier que les gens n’avaient pas les même relation qu’ils avaient, ses frères, sœurs et elle avec les leurs. C’était vrai. Jasper avait aussi tendance à oublier que les choses étaient différentes ailleurs.
« Eh bien… c’est vrai que je suis un peu dur. Mais j’exagère peut-être, sans doute parce qu’on ne se comprends pas. On est un peu comme chat et chien par moment mais, ce n’est pas la guerre non plus. On est juste… différents. »
Après tout, il aurait pu tomber sur quelqu’un de pire, sans parler de ceux qui maltraitaient leur gamins, ce genre de chose. Son père n’était pas un ‘monstre’ à proprement parler, c’était une chose.

« J'imagine que je voulais dire qu'il est difficile de passer outre le nom que vous partagez. C'est stupide, je sais. »
Jasper n’ajouta rien. Oui, c’était stupide, mais il n’avait pas besoin de le faire remarquer, il lui avait fait comprendre. Et puis, il ne voulait pas la juger non plus. Comme il se l’était dit auparavant, il ne vivait pas sa situation et il ne connaissait pas beaucoup son point de vue. Il pouvait le comprendre, mais au fond, il ne le vivait pas. Si c’était son frère qu’on avait enfermé (injustement), comment aurait-il réagi ?
Alors, c’était la meilleure chose à faire, clarifier les malentendus. Clara était réceptive et il avait de la chance pour ce coup là. Elle aurait pu refuser de l’écouter et poursuivre sa route, continuer comme cela. Il aurait pu tomber sur quelqu’un de totalement fermé.

La conversation finit par dériver sur son frère. Jasper ne connaissait pas non plus la relation qu’elle entretenait avec lui, à quel point ils étaient proches. Il ne savait pas non plus ce que son frère disait et pensait, ce qui avait pu bien s’échanger durant les visites en prison. Il n’y avait tout simplement jamais pensé, parce que ça n’était pas ses affaires. Mais cela touchait Clara et maintenant qu’ils en parlaient, il le voyait bien. Elle lui avait dit que son frère la connaissait par coeur et que ses parents lui avait fait le topo de tout ce qu’il se passait. Cel’ n’était pas à l’origine de tout ça et même si Clara le lui avait affirmé, au fond, il en était convaincu.

« Oh d’accord. J’espère qu’il va bien… enfin, je me comprends. »

C’était difficile de deviner l’état d’esprit d’un détenu, encore plus lorsqu’il y avait été envoyé alors qu’il était innocent. Il s’était par la suite excusé pour ce qui était arrivé. Il l’était vraiment. S’il pouvait changer quelque chose, il le ferait, mais Jasper n’était malheureusement pas surpuissant. Il avait beau avoir longtemps rêvé être un super-héros (ou du moins, le devenir), il en était en vérité rien, si ce n’était qu’un être humain banal. Cependant, Clara lui assura qu’il n’avait pas à s’excuser et que malgré son comportement, elle ne lui en voulait pas ‘personnellement’. Jasper fut véritablement ravi de l’apprendre. Elle craignait aussi que les répercussions retombent sur son frère et ça pouvait se comprendre. Jasper ne savait pas comment ça se passait au boulot de son père, au niveau du tribunal de justice, de la prison et de tout cela. Il ne savait pas ce qu’ils étaient en train de décider pour Cel’. Il ne savait pas s’ils revenaient ou non sur son cas. Il se montrait soudainement très curieux vis à vis de cela d’ailleurs.

- Mais, merci de me croire, Jasper. Vraiment. Finit-elle par dire.
Ils restèrent ainsi là à se regarder en silence alors que le coeur du garçon s’était mis à battre très vite. La gratitude de Clara, le fait qu’elle soit là, devant lui, et en prime, de bien s’entendre… c’était une victoire pour lui. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait complètement heureux. Et bien que le silence était profond, il était incapable de le briser, pas même pour lui dire qu’il n’y avait pas de quoi. Non, son contact visuel avec Clara était tel qu’il n’aurait pas su donner des mots aux émotions qui le parcouraient. L’envie de la serrer dans ses bras était immense, mais il se faisait force pour ne pas céder, de peur de se faire complètement rejeter. Même s’ils avaient ‘fait la paix’, en quelques sortes, ça n’était pas une raison pour s’autoriser à faire n’importe quoi.
Malheureusement, cela prit fin. Assez brutalement d’ailleurs.
Clara s’était soudainement mouvée, en disant qu’elle ne savait pas pourquoi elle disait tout ça. Cette fois ci, si le rythme cardiaque de Jasper s’accélérait, c’était parce qu’il fut éprit par la crainte de subir le supplice de Tantale. Tout avait été tellement bien et à présent, il sentait Clara s’éloigner.

- Je ne sais même pas ce que je fais avec toi.
- Qu’est ce qui se passe ? J’ai dis quelque chose qu’il ne fallait pas ? s’inquiéta-t-il.

Désormais, Clara évitait de le regarder. Il la perdait de plus en plus, comme s’ils allaient revenir à la case départ. Et bien qu’elle ne le voyait pas, il lui adressa un regard rempli d’anxiété. Son cœur se serra d’autant plus lorsqu’elle l’acheva par son très clair :

« Je vais prendre mon sac, partir et-et on prétendra qu'on s'est jamais croisé, ok ? »

Pris au dépourvu et comprenant ses intentions, il chercha un moyen rapide de la faire changer d’avis même si la tâche était loin d’être aisée. Une partie de lui-même lui répétait qu’il n’avait pas le droit de la retenir et que s’il essayait, il risquait de la braquer encore plus. Une autre lui disait de tenter coûte que coûte. Autant dire que Jiminy Criquet ne l’aidait pas des masses.

« … pourquoi ? »

En fait, il savait pourquoi. Ou du moins, il avait sa petite idée là dessus. En fait, non. Il ne désirait tellement pas se séparer d’elle de cette manière qu’il en était tout retourné. Si elle devait partir, il ne la retiendrait pas, mais il désirait coûte que coûte d’être assuré que les choses s’étaient arrangées entre eux. Ou plutôt, qu’il allait la revoir, lui reparler. Il le désirait tellement ardemment qu’il cherchait déjà un moyen pour se faire, sans pour autant la harceler ou passer pour un gros lourdeau.


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.


    Absence du 22/10 au 05/11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
friendship never ends
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Ven 15 Sep 2017 - 6:26

Eh bien, oui c’est vrai, ça me préoccupe beaucoup. Mais je crois comprendre que ça n’est pas de ta faute, alors pourquoi est ce que je ferais ça ? Un rictus prit place sur ses lèvres, ils ne voyaient pas les choses de la même façon ou n'étaient pas entourés de personnes qui géraient les choses de la même manière. La réponse lui semblait qu'évidente, bien qu'à réponse multiple. Toutes les connaissances de ses aînés avaient rappliqué, presque avec torches et fusils, prêts à rappliquer. Tout cela pour Celestin. Pour lui rendre "justice", pour son honneur bien qu'en réalité ce qui se passait n'avait que peu à voir avec cela. Ils se comportaient de la sorte parce qu'ils en avaient besoin, pas le frère de la brune. Regarder la situation sous l'angle qui apaisait leur conscience, leur colère, était plus aisé. Clara ne le comprenait que trop bien, mais elle résistait tant bien que mal. Essayait, du moins. Et, Wilson pouvait voir très clairement ce que ses proches auraient fait si la situation avait été inversée, si les McCree s'en prenaient à eux. Ils répliqueraient, certainement, mais ils ne se comporteraient avec Clara de la façon dont Jasper faisait preuve. C'était honorable, il fallait l'admettre. À trois mille années-lumières de la réaction qu'elle attendait du brun. Par loyauté ? Je... enfin ça me paraît évident, puis, il y a tellement de réponses à ta question... Parce que ta famille se fait attaquer par des gens que je connais très certainement. Et, tu ne sais pas si je fais partie de ceux qui vous attaquent. On ne se connaît pas, Jasper et même si je me mets à genoux et te promets que je n'ai rien à voir avec tout cela, tu ne peux pas savoir si c'est la vérité. Me croire serait stupide... ou pourrait être vu comme tel.  Non, elle n'avait rien à voir avec ce qu'il lui arrivait, c'était probablement même le contraire, mais son esprit de contradiction était éveillé. Ou plutôt l'envie de lui prouver qu'il ne la connaissait guère, qu'ils ne savaient rien sur l'autre. Qu'ils n'étaient que deux inconnus réunis par des circonstances pour le moins désagréables. Ce qui arrivait à la pharmacie échappait au contrôle de la jeune femme, malgré ses réflexions, ses discours, les mots de son père. Leurs promesses, aussi. Rien n'y faisait et Clara Wilson l'avait parfaitement compris. Et, parfois, quand batailler lui semblait trop pénible, une charge  trop lourde, elle se résignait à ne plus rien faire pour changer leurs agissements. Souvent quand la noirceur du ciel ne lui amenait malheureusement pas le sommeil qu'elle recherchait pour faire taire les inébranlables pensées qui se bousculaient dans sa tête et dévoraient tout le reste. Oui, c'était dans ces moments-là qu'elle abandonnait, contemplait l'idée de baisser les bras. Mais, au lever du soleil, c'était comme si ce pessimiste brouillard s'élevait de sa personne et Clara redevenait vraiment la Clara qu'elle était. La Clara qui ne pouvait cautionner ces attaques quasi incessantes, pas pour elle, mais pour Celestin. Parce qu'elle sait que ce n'est pas ce qu'il voudrait, s'il y a bien une personne qui le réalise c'est elle, mais cet argument ne marche pas non plus. Rien ne faisait jamais vraiment faillir leurs convictions. Ils agissaient de leur propre chef. Et Clara ne savait s'ils allaient s'en lasser un jour.

Le léger changement de comportement de Jasper n'était malheureusement pas passé inaperçu aux yeux de la brune, très certainement parce qu'elle demeurait sur ses gardes. Peut-être n'avait-il pas été sage de lui montrer son inquiétude ou bien même une quelconque réaction de sa part. Il aurait été plus simple de prétendre n'avoir vu le changement sur son visage, mais en y était l'investigatrice, Clara n'avait pu s'en empêcher. Jamais n'avait-elle pensé qu'il réagirait ainsi. La brune aurait plutôt parié qu'il aurait esquissé un sourire amusé pour être poli plus qu'autre chose pour ensuite répliquer une phrase bien éloignée de la question à laquelle elle avait eu droit. Oh, je vois. Il y a bien de chose que je viens de te dire pour lesquelles il ne serait pas content, en vérité. Sa réponse piqua la curiosité de Wilson à vif, si bien que la jeune femme se retrouva à mordiller l'intérieur de ses joues pour ne pas lui demander à quelles choses faisait-il référence, mais elle se l'interdisait. Et, puis, elle ne voulait pas non plus donner l'impression à Jasper qu'elle essayait de lui soutirer des informations pour ses proches. Il faudrait peut-être que tu arrêtes, alors. Son ton fait trop sérieux, il sonne déjà bien trop sérieux à ses oreilles, alors Clara n'ose imaginer à quel point son utilisation du second degré s'est perdu aux oreilles du brun. Clara secoue légèrement la tête, de gauche à droite, un petit rictus amusé dessiné sur le visage. Wow, dans ma tête ça ne donnait pas l'impression d'être un euphémisme pour "tais-toi". Et, Wilson lui adressa finalement ce sourire qui avait strié ses traits, mi-amusé, mi-désolé cette fois. Ils n'en étaient pas à ce stade, elle n'y était pas tout du moins. Alors, son sourire se devait de lui communiquer ces mots qu'elle ne pouvait formuler. Un peu gauchement, certes, mais elle ne semblait être que cela en sa présence ce soir. Gauche. Mal à l'aise, étrange. Pas "Clara", pas entièrement du moins. Cela était perceptible quand tout ce qu'elle offrait au jeune homme en guise de réponse était des hochements de tête, des haussements d'épaules. Comme quand il lui confirma qu'elle avait peut-être raison, qu'il était peut-être nerveux. Clara lui aurait bien répliqué, qu'après tout elle n'en savait rien, qu'ils ne se connaissaient pas, mais elle se contenta de hausser les épaules en lui souriant à nouveau. Quelque peu étrangement là encore. Sans s'en rendre compte, sans détourner son regard du brun.


Pourtant, parler à Jasper s'avérait étrangement plus facile qu'elle ne l'avait imaginé, les mots sortaient de sa bouche sans difficulté et cela ne l'embêtait pas pour le moment. Même si son paternel était un des grands sujets de discussion des deux jeunes adultes. Clara s'en trouvait déroutée, déstabilisée même. Mais elle balayait ces ressentiments du revers de la main, préférant en nier l'existence. C'était plus facile ainsi, bien qu'une date d'expiration allait de pair avec cette solution. Eh bien… c’est vrai que je suis un peu dur. Mais j’exagère peut-être, sans doute parce qu’on ne se comprends pas. On est un peu comme chat et chien par moment mais, ce n’est pas la guerre non plus. On est juste… différents.
Eh bien je suis désolée que ta relation avec ton père soit comme cela. Elle le pensait réellement, elle trouvait cela dommage que leur relation soit ainsi. Même si son père avait fait ce qu'il avait fait à sa famille. Peut-être était-ce plus pour Jasper qu'elle avait dit cela, qu'elle s'en voyait désolée. La relation avec son père était une des plus précieuses que Clara possédait et que celle de Jasper et son père, ou de n'importe qui, ne soit pas au beau fixe était attristant. Mais, tout le monde n'avait la chance de tomber sur un père comme celui des enfants Wilson. Il n'était pas parfait, ne prétendait pas l'être, mais il était le père dont ils avaient eu besoin. Il était le père présent pour ses enfants. Jour ou nuit. Il était passionné par son travail, par la vie en général aussi, et c'était tout ce qu'il souhaitait pour ses enfants. Qu'ils trouvent quelque chose qui les passionne, les rendent heureux. Il ne voulait que cela pour eux, n'espérait que cela. Il n'avait jamais rien souhaité d'autre. Et c'est ce qu'il avait reçu, le cadeau que ses enfants lui avaient fait. Tous. Il était comblé, il avait cette fierté dans les yeux quand il regardait sa progéniture. Quand il était le témoin d'une de leur passions, quand il les regardait même simplement exercer quelque chose qu'ils appréciaient faire - que ce soit lire ou bien regarder par la fenêtre le soir en espérant voir des étoiles.

Après la pharmacie, Celestin se retrouva sujet de conversation à la suite d'une simple tentative de la part de Clara pour s'assurer que son honneur était intact. Que Jasper ne l'imaginait pas coupable d'une quelconque attaque envers son commerce. Elle semblait à l'origine de tous les sujets épineux de cette discussion, elle l'était. Et celui-ci était le plus difficile, celui qui la touchait le plus fort émotionnellement. Il était plus difficile de rester de marbre quand il s'agissait de Cel. Oh d'accord. J’espère qu’il va bien… enfin, je me comprends. De simples mots, qui se voulaient bienveillants - c'était certain -. Pourtant sa réaction est instantanée, automatique, incontrôlée. Son corps se raidit, son coeur manque deux battements, ses traits se durcissent. Et son ton ? Il s'en retrouve altéré lui aussi. Sa voix est contrôlée, mesurée, froide. Il va bien. Étrangement mieux que certains d'entre nous. Son regard doit aussi s'en être trouvé changé, elle le sent. Elle ne contrôle rien. Tout comme Jasper n'avait rien dit de mal. Il lui était difficile de comprendre pourquoi les mots de Jasper faisaient bouillir cette colère qui commençait tout juste à réellement sommeiller. Leur discussion touchait une corde sensible, mais ce n'était pas une raison d'agir ainsi. Clara ne voulait réagir de la sorte. Le brun n'avait rien fait de mal, il n'avait pas dit cela pour raviver les tensions, - loin de là. Comme depuis le début de leur colloque, il semblait sincère dans ses propos. Elle le savait, elle n'était pas sûre de comment, mais elle le savait. Clara le ressentait au fond d'elle. Alors, pour se calmer, la brune respira calmement à plusieurs reprises pour finir sur une longue inspiration qui eut l'effet escompté. Cette dernière bouffée d'air frais souffla sur sa colère qui remontait jusqu'alors jusque sous la surface. Elle était adoucie. Clara lui offrit un sourire gêné, elle ne savait pas pourquoi elle ne se contentait de confirmer ses dires, pourquoi elle était sur le point de continuer à lui parler de Celestin. Il fait entièrement confiance au système judiciaire... Il voulait être juge, c'est tellement ironique comme situation. Un rire forcé s'échappa de ses lèvres, entre rire et pleurer elle avait fait son choix. Elle ne pouvait décemment pas lui montrer ses larmes, même s'il se trouvait être tout à fait charmant. Il ne pouvait être le témoin d'un moment comme cela, non. Ses frères et soeurs n'y avaient le droit, il n'était pas question que Jasper l'ait. Et, ses excuses - bien qu'inutiles- ne l'adoucirent qu'un peu plus encore. Se trouvèrent être la diversion idéale. Elle ne verserait aucune larme.

Puis, ses yeux s'étaient posés sur ceux de McCree et c'était comme si le monde autour d'eux s'était arrêté, comme si la terre avait arrêté de tourner. Il n'y avait que les yeux de Jasper. Elle ne pouvait s'en détacher, elle était comme ensorcelée. Détourner le regard était impossible, elle n'en avait aucunement envie à vrai dire. Jasper la regardait intensément lui aussi. Il la regardait comme jamais on l'avait regardé. C'était troublant, surtout qu'elle n'en comprenait la raison. Elle ne comprenait pas ce que ses yeux voulaient lui dire. Ils essayaient peut-être de lui communiquer quelque chose que le brun ne pouvait lui révéler, mais elle ne comprenait son message. A vrai dire, Clara n'était pas sûre de vouloir en connaître la nature, pensant qu'il s'agissait certainement d'autres détails qu'il n'aurait dû partager avec elle sur le côté McCree de la situation. C'était tout ce qu'elle avait trouvé. Rien d'autre n'avait de sens, option logique. De facilité peut-être aussi, il fallait bien le reconnaître. Il était plus facile de rester sur cette explication pour pouvoir s'enfuir aisément.
Plonger ses pupilles dans les siennes semblait naturel quand ça n'aurait dû l'être. Et cela ne pouvait durer un moment de plus, non, tout s'en retrouverait retourné. Sans dessus dessous. Elle ne voulait pas cela, Clara. Il ne restait qu'une solution; s'enfuir. Le repousser, repousser ce qu'elle avait ressenti durant leur long échange de regards, cette aisance qui l'avait envahie et ne ressentir que les conséquences de ce faux pas. Ce qui suintait dans ses veines : de la culpabilité. Et une note de peur. Qu’est ce qui se passe ? J’ai dis quelque chose qu’il ne fallait pas ? Ses cheveux se soulevèrent de droite à gauche, à l'unisson avec sa tête. Non. Il n'avait rien fait pour qu'elle réagisse ainsi, pas réellement. Il était juste là, il l'avait interpellé, mais c'était elle qui avait décidé de lui répondre. De lui accorder de son temps. Qui n'arrêtait de lui confier des choses, qui n'arrivait à tenir sa langue. Qui sentait son animosité envers lui s'envoler plus rapidement qu'elle ne l'aurait voulu, qu'il ne l'aurait fallu. Qui l'avait regardé tout autant qu'il ne l'avait fait. Prendre la fuite était la seule option, s'éloigner de Jasper était ce qu'il fallait faire pour que tout revienne à la normale. Clara avait arrêté de le regarder et il fallait maintenant qu'elle mette de l'espace entre eux, qu'elle parte. Qu'ils oublient tous deux cette soirée, ce dont elle lui fit part, bien que ne voulant exécuter ses dires.
… pourquoi ? Sa réponse ne tarde à arriver,  du tac au tac. Parce que ce serait plus simple pour moi, peut-être même pour toi, de faire comme si ce n'était jamais arrivé... Pas qu'il se soit passé grand-chose. Sa précipitation donnait un air froid à ses mots qui ne résonnaient que trop à ses oreilles, ce n'était pas ce qu'elle avait souhaité, et feignait un détachement qu'elle n'avait prévu. C'était trop tard, tant pis. Son cerveau ordonnait déjà à ses pieds de se rendre au milieu de la route pour y récupérer son sac, de redonner place à la distance entre eux. Pourtant, juste avant que ses semelles ne touchent le caniveau, perchée sur le bord du trottoir, Clara se retourne vers Jasper. Sans tout de même lui accorder un regard. C'est la tête baissée, les yeux fixés sur le bitume, qu'elle continue sur sa lancée. Sans savoir pourquoi. Pourquoi les mots sortaient de sa bouche, pourquoi sa bouche ne les empêchait de sortir, pourquoi son cerveau lui ordonnait de les articuler (il méritait une explication, elle le savait au fond. Il méritait de connaitre l'une des raisons de sa fuite). Si on nous voit ensemble, Jasper, on court vers une putain de catastrophe. S'ils nous voient. Eux, ceux qui s'en prenaient à la famille de son interlocuteur. Ils prendraient leur proximité pour plus qu'elle ne l'était, il verrait cela comme une trahison. Le sujet avait pris une ampleur importante à leurs yeux, à ceux de Clara aussi, mais d'une manière différence. Ils ne voyaient que vengeance. Ils ne voulaient que cela. Et, Clara, voulait aider son frère. Il était ce qui lui importait le plus dans cette histoire, pas les McCree, pas prendre une quelconque revanche, mais Cel. Celui qui s'était retrouvé derrière les barreaux malgré un comportement exemplaire. Cel et sa famille, évidemment, mais eux elle pouvait les protéger, prendre soin d'eux alors qu'elle se retrouvait impuissante quant au sort de son aîné. Ce qui la détruisait un peu plus de jour en jour. J'aurais dû continuer ma route, prétendre de ne pas t'avoir vu, de ne pas t'avoir entendu... Ses longueurs se tordent sous ses doigts qui ne cherchent qu'un moyen pour évacuer sa nervosité. J'ai ce sentiment de culpabilité à chaque regard, chaque mot qui t'est destiné, Jasper... Et, rien qu'en me tenant face à toi j'ai l'impression de trahir mon frère même s'il n'est pas... Laisse tomber. Une nouvelle fois, Clara secoue la tête. Son visage est triste, mais ses cheveux le cache et ses yeux sont toujours fixés sur l'asphalte. Il ne peut pas voir son faciès et c'est mieux ainsi. Celestin n'en aurait rien eu à faire qu'elle parle ou non à Jasper. Le connaissant, il en aurait peut-être même été heureux, rétablir la parole entre leurs deux familles était la solution évidente pour améliorer la situation. Clara le savait, au fond, mais elle s'était retrouvée consumée de colère et de peine pour se l'avouer. Cel était un grand optimisme, une personne qui voyait le verre à moitié plein plutôt que l'inverse, il n'était pas rancunier. Et il n'en voulait absolument pas à la famille McCree, ils n'avaient même pas traversé son esprit avant d'être mis au courant de la situation. Pour lui, le policier qui l'avait arrêté avait simplement fait une erreur en construisant son dossier et ses avocats réussiraient bien à le prouver. Il était innocent et les preuves confirmeraient ses dires. Mais ses proches ne voyaient pas l'action de l'agent McCree pour une simple erreur, ils voyaient cela comme un profilage. Une arrestation due à la couleur de sa peau. Et rien ne pouvait leur faire changer d'avis. Pour le moment. Clara avait peur que Jasper ne comprenne avec exactitude l'ampleur qu'avait pris cette histoire pour certains proches de Celestin. Pour eux, il y a réellement deux clans dans toute cette histoire, je dois forcément être dans le leur et... tu es un McCree. Tout revenait à son patronyme, à son père et à ce qu'il avait fait. Il n'était que, et seulement que, la progéniture du policier qui avait arrêté Celestin. Il n'existait pas en dehors de son nom de famille, il n'était pas vu en tant que personne, aussi horrible que cela soit. Je me rends compte que ce que je dis est probablement insensé, stupide ou ce que tu veux. Je sais qu'on n'est pas dans un drame Shakespearien, mais... je ne sais pas. Je ne sais pas... Comme je t'ai dit, s'ils nous voient ensemble ils s'imagineront que cette simple conversation est bien plus que le fruit d'une rencontre fortuite... et ça serait un désastre. Pour... toi et ta famille. Ils ne lui feraient rien à elle, des regards noirs par-ci et par-là, mais rien de plus. Contrairement à Jasper, et, elle ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose. Ni à sa famille. Elle ne souhaitait pas que les McCree soient davantage touchés par cette histoire. Ça allait trop loin, bien trop loin.

Clara ne tarde pas à reprendre à nouveau la parole, courroucée. Agacée par sa propre personne et son comportement. Et voilà ! En plus, je n'arrête pas de te dire des choses que je ne devrais te dire, j'imagine qu'on est pareil sur ce point-là... Je ne sais pas pourquoi je continue, je n'ai pas envie de le savoir d'ailleurs ! Clara avait peur de connaitre pourquoi elle était à l'aise en sa compagnie alors qu'il s'agissait là de leur réel premier échange, pourquoi il était facile de lui parler. Que pouvait-il bien y avoir chez Jasper qui lui donnait l'impression d'avoir avalé un sérum de vérité ? Je me confie plus ou moins à toi, Jasper et c'est... effrayant, non elle ne lui dirait cela, agaçant. En se mordillant les lèvres, Clara releva peu à peu sa tête jusqu'à ce que ses yeux se posent à nouveau sur le visage du brun. Voilà pourquoi. Il s'agissait de la deuxième raison de sa fuite. Elle le regarde enfin, le visage plus qu'un masque inexpressif, les bras croisés sous sa poitrine. Il n'y a que le pianotement de ses doigts qui traduisent sa nervosité, son agitation intérieure. Le tumulte qui gronde dans sa tête. Son coeur qui, consumé d'anxiété, battait bien trop vite, tambourinait bien trop fort dans ses oreilles. Tout de même, Clara était soulagée d'avoir vidé son sac, que tout soit étalé au grand jour, qu'il soit au courant. Jusqu'à présent, elle avait eu l'impression de porter ce poids toute seule. Elle en avait parlé à Camille, mais il n'avait pas semblé réceptif, très compréhensif. Il voulait lui changer les idées, il faisait tout son possible pour cela d'ailleurs et c'était plutôt mignon, mais peut-être que Jasper comprendrait mieux. Essayerait, ou arriverait, peut-être plus amplement à se mettre à sa place. À comprendre son point de vue, à comprendre qu'elle se sentait piégée dans cette histoire. Que chaque côté ne lui convenait pas, mais que le milieu était encore pire. Peut-être qu'il comprendrait, oui peut-être.
Et c'était certainement pour cela qu'elle restait perchée sur le bord du trottoir, que son sac gisait toujours sur la route. Il lui fallait quelqu'un à qui parler, quelqu'un qui voyait les choses d'une manière complètement opposée à celle de ses proches -de la sienne aussi- et leur conversation lui prouvait bien que McCree était l'homme de la situation. Mais après, elle partirait, et leurs chemins se recroiseraient certainement à nouveau un de ces jours, probablement dans pas si longtemps que cela.
Ils se retrouvaient souvent sur le chemin de l'autre, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


✄---------------------------------

C L A R A ☽ doubt that the stars are fire, doubt that the sun doth move his aides, doubt truth to be a liar, but never doubt i love.

+++

E D E N ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .


+++

A R I A D N E ☽ lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. .




clara + rose + eden + james + ariadne




Spoiler:
 



• INSCRIS LE : 21/05/2017
• MESSAGE : 1083 • POINTS : 390
• CÉLÉBRITÉ : ezra miller
• CRÉDITS : bs (avatar) endlesslove (signature)
• DC : s.d.torrance (a.driver)
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).
Lun 18 Sep 2017 - 22:38

Clara Wilson était en train de lui faire comprendre qu’il était victime de jugement. Elle lui faisait ouvrir les yeux sur toutes les raisons qui pourraient l’amener à la haïr et à agir de manière hostile vis à vis d’elle, des autres. Ça ne lui était tellement pas venu à l’esprit qu’il avait le sentiment d’avoir le cerveau retourné. Comme s’il avait manqué un épisode, quelque chose qui se serait passé alors qu’il en avait pas conscience. Il était incapable de répondre quoique ce soit à la jeune femme, tout simplement parce qu’il n’avait rien à dire. Elle avait raison sur toute la ligne. Clara faisait partie de son clan ennemi, celui qui n’arrêtait pas de les agresser, celui qui voulait leur faire vivre un cauchemar. Et que même si elle lui assurait qu’elle ne participait pas à cela, il avait toute les raisons de croire qu’elle pourrait mentir.
Oui, c’était vrai.
Mais non. A ses yeux, cette perspective était tout bonnement impossible. Clara Wilson ne pouvait pas être cette fille-là, c’était évident. Pourquoi ? Il en avait pas la moindre idée. Il pourrait s’efforcer à la détester, mais il n’y parvenait tout bonnement pas. Non, non, non. Il était bien trop amoureux d’elle pour cela. Et il ne pouvait pas s’amocher d’une fille qui agissait ainsi. Mais qu’en savait-il ? Oui, si ça se trouve, elle jouait bien son jeu et c’était ce dont elle voulait lui faire comprendre. Mais ça, il ne pouvait pas se permettre de lui avouer. Il ne pouvait pas lui raconter toutes les sensations agréables qu’il ressentait à chaque fois que ses yeux se posaient sur elle, ses papillons dans le ventre qui battaient des ailes, son sourire naissant soudainement comme le ferait un petit garçon apercevant le père noël au loin, son cœur qui se mettait à battre d’une telle force qu’il se demandait comment c’était possible que la ville entière de Vancouver ne l’entende pas.
Alors, il resta là, à la regarder, démuni. Le regard qu’il lui adressait était à la fois évocateur et interrogateur. Le genre de message dont on avait pas besoin de mot à prononcer pour qu’il passe. Il était en train de lui dire : ‘Oui, mais non, j’y arrive pas ça.’
Mais après un long silence, sa voix s’exprima enfin, de manière à se montrer plus explicite.

- Oui, c’est vrai, tu as raison. Peut-être bien que tu fais ça, peut-être bien que non. A vrai dire, cela m’importe peu. Parce que…
Il se laissa un court instant de pause  afin de réfléchir aux mots à prononcer, avant d’ajouter :
« T’es là devant moi. Et tu m’écoutes alors que tu pourrais partir et en avoir rien à foutre de moi, me laisser dans la merde et peut-être même t’en marrer. Mais c’est pas le cas, et ça me suffit. Je suis peut-être très idiot qui sait. »

(C’est mon second prénom)
après tout.
Il avait envie de s’accrocher de toutes ses forces quant au fait que, de toutes manières, il ne connaissait pas l’identité des gens qui les harcelaient, et que par conséquent, Clara Wilson n’en faisait pas partie, comme personne d’autres dans cette ville.
Mais ils finiraient bien par être trouvés.

Pourquoi lui racontait-il tout cela d’ailleurs ? Non, décidément, Clara avait appuyé sur quelque chose d’important : la loyauté. Au fond, il avait tellement envie de lui prouver qu’il était contre les agissements de son géniteur qu’il en était venu à expulser une partie du venin qu’il gardait enfermé et qu’il n’osait pas (encore) le vociférer devant le concerné. L’espace d’un instant, il ressentit de la honte. Il parlait trop, comme d’habitude. C’était même étonnant que papa McCree ne sache pas encore à quel point son premier fils en avait après lui. C’était comme une trahison, lui qui avait été pourtant aimant et attentionné envers lui. Il n’avait jamais été maltraité, au contraire. Mais lorsqu’il l’entendait parler exprimer ses opinions sur choses et d’autres, il avait du mal à se retenir de répondre quoique ce soit. C’était comme si on avait menti sur toute l’histoire de sa vie et que son père l’avait recueilli au coin d’une rue et avait décidé de le prendre sous son aile. Comme s’ils n’avaient rien à voir l’un l’autre.
Jasper avait tout prit de sa mère, que ce soit physiquement ou même mentalement. Quoique. Si cela avait été le cas, elle ne se serait jamais entiché de ce flic dédaigneux et ne lui aurait jamais pondu trois mômes aussi insupportables les uns que les autres. Jasper fut le plus difficile. A croire qu’il avait été élevé pour les contrarier. Mais au départ, il avait ressentit beaucoup d’amour et de loyauté envers son père. Il l’aimait toujours, parce que c’était son père et une part de lui-même. Et en crachant sur lui comme il le faisait, c’était comme s’il rejetait une partie de sa vie.
Oui, il le regrettait.
Mais il ne pouvait pas s’y en empêcher. Il aurait aimé s’enterrer et ne plus jamais refaire surface. Il avait été honnête, mais il se sentait trop nul.

- Il faudrait peut-être que tu arrêtes, alors.  

Ses yeux s’étaient focalisés sur Clara, dérouté par le ton tranchant de sa phrase. Une fois de plus, il serait probablement parti si cela avait été quelqu’un d’autres que Clara Wilson devant lui, en s’énervant et en vociférant des phrases telles que ‘mais va te faire foutre’ ou ‘je peux savoir où je t’aie demandé ton avis au juste ?’
Mais voilà, c’était Clara Wilson qui lui avait dit cela, et quand c’était Clara Wilson, tout était différent. Pourtant.
Il ne put s’empêcher de ressentir une pointe de colère et ainsi lui adresser un regard qui laissait imaginer son incompréhension. Pourquoi ?
Etait la question qui lui traversait l’esprit.

- Wow, dans ma tête ça ne donnait pas l'impression d'être un euphémisme pour "tais-toi", s’était-elle rattrapée après avoir échappé un rire en se rendant elle-même compte de la froideur de sa phrase.

Il resta silencieux.
Il avait envie de partir. A quoi bon ? Pourquoi toute cette histoire ? Qu’en avait-elle à faire de ses histoires après tour ? Rien, absolument rien. Japser en prennait conscience à mesure qu’il se livrait et il finit par se dire qu’il serait tant d’arrêter. En particulier lorsqu’elle lui dit qu’elle était désolée que la relation qu’il entretenait avec son géniteur se passe ainsi.
(Qu’en as tu à faire?)
Il baissa la tête. Chut, ne dis plus rien Jasper McCree.
Il ne voulait plus parler de toute manière. Ainsi, il ne rajouta rien de plus à cela, il en avait terminé.

- Laisse tomber. Je suis désolé de t’avoir bassiné avec ça.

Une phrase qu’il avait prononcé pour lui exprimer son envie de clore le sujet et de ne plus y revenir.  Cela avait été débile de sa part de le lui raconter. Ils ne se connaissaient pas et c’était vrai, il l’oubliait que trop souvent.

Les rôles s’inversèrent lorsque la discussion fut portée sur le grand frère de la brunette. Jasper avait maladroitement désiré prendre des nouvelles de ce dernier et ce fut à son tour, à elle, de se braquer. Jasper remarqua aussitôt son changement d’attitude et cela ne fit qu’empirer lorsqu’elle déclara de manière un peu trop sec :

- Il va bien. Étrangement mieux que certains d'entre nous.

C’était comme si, soudainement, la neige s’était mise à tomber. Pourtant, il avait beau réfléchir, il ne se souvint pas avoir été désagréable. Mais en y réfléchissant bien, c’était logique. Il y avait de grandes chances qu’il eut agi de la même manière si cela lui était arrivé à lui.
Il voyait bien là qu’il l’avait fait titillé et il s’en voyait sincèrement désolé. S’il avait pu revenir en arrière, rembobiner et recommencer, il l’aurait fait. Mais c’était dit, et il n’avait pas voulu la blesser en lui demandant des nouvelles de son frère, vraiment. Peut-être même qu’elle le savait mais qu’elle était prise, elle aussi, sous l’emprise de ses émotions.

- Il fait entièrement confiance au système judiciaire... Il voulait être juge, c'est tellement ironique comme situation.

Jasper se pinça les lèvres et baissa les yeux. Il était tellement désolé pour elle, pour lui, qu’il préférait ne rien ajouter pour éviter plus de catastrophe. Il ne put s’empêcher de se sentir responsable, à cause de, vous savez, son géniteur, quand bien même il n’y pouvait rien. Le rire qu’elle avait échappé juste après lui avait pourtant faire comprendre qu’il avait touché la corde sensible.

- Pardon, s’était-il ainsi excusé, bien que son pardon représentait en réalité plus que cette gaffe là qu’il venait de sortir.
(Pardon pour tout)
Cela resta ainsi dans sa gorge, et il ne parvint pas à l’exprimer. Il ignorait comment elle pouvait réagir suite à cela, et il préférait éviter le maximum de dégât. Il ne voulait pas la rendre triste, oh ça non. C’était raté pour le coup, et s’il l’avait pu, il se serait empressé de faire, comme, par exemple, la prendre dans ses bras afin de la rassurer. Mais il ne pouvait définitivement pas le faire.
Mais désormais, il pouvait la regarder droit dans les yeux. Il espérait qu’elle le pardonne et qu’elle comprenne que cela n’avait pas été son intention de faire du mal. Il avait réellement eu envie de savoir si son cas n’était pas trop grave, à son frère, et s’il tenait bien le coup. Mais une fois de plus, c’était idiot de sa part.

L’envie de partir l’avait quitté il y avait plusieurs minutes désormais. Et il n’avait pas envie qu’elle s’en aille elle aussi. Pourtant, il s’était bien débrouillé pour que l’inverse se passe, malgré lui. Il avait tellement envie de s’excuser encore et encore qu’il pourrait l’écrire partout sur les murs de la ville  et même dans le ciel, s’il le pouvait.  

Contre toute attente, il s’était remis à flirter, malgré lui, une fois de plus. Même s’il avait ressentit une pique de colère quelques minutes auparavant, il en restait pas moins éperdument amoureux d’elle et que son corps ne lui manquait pas de lui faire rappeler, en particulier ses yeux. Ces fichus yeux qui en disait beaucoup trop sur lui sans même qu’il s’en rende compte pour le coup. Pourtant, il savait qu’il ne pouvait pas le contrôler et cela l’agaçait à chaque fois qu’il se faisait la réflexion.
Il avait tellement envie de lui dégager les cheveux derrière le dos, de toucher sa nuque, effleurer le bas de son visage du bout de son index, simplement pour pouvoir la rassurer. Pour pouvoir l’envoûter. Si seulement il en avait eu la possibilité…
Il s’en tenait au simple regard, celui qui exprimait le désir et tant pis. C’était difficile de faire autrement de toutes façons. Le fait qu’elle ait également le regard planté dans le siens ne l’aidait en rien pour pouvoir se démerder à se comporter autrement.
Clara Wilson était magnifique, beaucoup trop. Une fois de plus, il s’était pincé les lèvres afin d’éviter, de justesse, de l’exprimer à haute voix. Ce serait trop mal venu et ce qui lui restait de conscience était en train de le supplier de ne pas céder et de commettre une grosse erreur, celle de le lui dire.

Mais elle exprima son désir de prendre la fuite. Elle lui expliqua clairement qu’elle devait partir et faire comme s’ils ne s’étaient jamais croisé. Sous ce changement soudain d’attitude, il était sortit de son état second tel un réveil, afin de l’interroger. Pourquoi ?
Ils étaient bien, là, comme ça, sur le coup. Tellement bien.
Alors pourquoi ?

- Parce que ce serait plus simple pour moi, peut-être même pour toi, de faire comme si ce n'était jamais arrivé... Pas qu'il se soit passé grand-chose.

(Non, non, ne me demande pas ça)
Non, il ne pourra JAMAIS faire comme si ce n’était jamais arrivé. Non, c’était même gravé désormais à chaque pan de son esprit, le mauvais, mais surtout le bon de cet échange.
Pourtant, la voilà sur le départ. Elle s’était tournée vers son sac et Jasper s’avança d’un pas avant de s’arrêter net. Clara s’était de nouveau tournée vers lui, sans lui adresser le moindre regard pour autant et cela l’empêcha de dire quoique ce soit. Il était bien trop préoccuper à observer son comportement, ses gestes, à savoir ce qu’elle allait définitivement décider de faire. Le cœur de Jasper battait à cent à l’heure désormais, il avait envie de la supplier de rester, de lui proposer d’aller ailleurs et…
(Mais à quoi penses tu espèce d’idiot?)
Elle allait partir, c’était évident. Il allait se retrouver là, planté comme une lanterne à essayer de comprendre le sens de sa vie. A se demander si la conversation avait été bien réelle ou s’il avait été victime une fois de plus par ses fantasmes.

- Si on nous voit ensemble, Jasper, on court vers une putain de catastrophe. S'ils nous voient. Expliqua-t-elle, inquiète. A moins que cela soit de la panique ?
- Ils ? s’interrogea Jasper à voix haute.

Ah oui, eux. Ceux qui en voulaient à sa famille. Il les avaient oubliés, ces gens là, totalement. C’était comme s’ils n’avaient jamais existé. Et puis Clara venait de lui rappeler leur existence.

- J'aurais dû continuer ma route, prétendre de ne pas t'avoir vu, de ne pas t'avoir entendu... poursuivit-elle. Jasper secoua la tête sur les côtés à toute vitesse parce qu’il n’avait pas envie de l’entendre dire ça. Pourtant, elle ajouta : « J'ai ce sentiment de culpabilité à chaque regard, chaque mot qui t'est destiné, Jasper... Et, rien qu'en me tenant face à toi j'ai l'impression de trahir mon frère même s'il n'est pas... Laisse tomber. »

C’était comme s’il avait reçu un poignard en plein cœur.
Retour à la case départ. Faire comme s’ils s’étaient jamais parlé, et ne plus jamais se croiser. C’était IM-PO-SSI-BLE.
- Clara, je…
- Pour eux, il y a réellement deux clans dans toute cette histoire, je dois forcément être dans le leur et... tu es un McCree.
- Clara, je t’en supplie, tais toi… , avait-il supplié d’une voix à peine audible. Il était fort probable qu’elle ne l’eut pas entendu tant cela avait été bas. Il aurait peut être dû le lui demander d’une voix plus forte, mais le ton de sa voix avait refusé de se faire entendre plus fortement.
La colère ne tarda pas à gagner la métisse, et ce, sans qu’il ait pu faire quoique ce soit contre cela. C’était ça, le sentiment d’impuissance. Comme s’il avait été à deux doigts de toucher un des objets de ses désirs et qu’il lui échappait au dernier moment, une fois de plus. La situation lui retombait encore dessus. Clara se défilait.

- Et voilà ! En plus, je n'arrête pas de te dire des choses que je ne devrais te dire, j'imagine qu'on est pareil sur ce point-là... Je ne sais pas pourquoi je continue, je n'ai pas envie de le savoir d'ailleurs !
Que répondre à cela ? Un second couteau invisible était venu se planter dans son corps, cette fois, c’était le dos. Clara Wilson était en train de l’achever.
- Je me confie plus ou moins à toi, Jasper et c'est.. agaçant…

Et maintenant ?
Il resta là, à la regarder, avant de baisser la tête. La douleur qu’il ressentait était de plus en plus insupportable et il ignorait même en décrire la raison. Enfin, si, il savait pourquoi. Mais… pourquoi ? Pourquoi fallait-il que les choses se passent ainsi ? C’était tellement..

- Injuste.

Il sursauta légèrement en se rendant compte qu’il avait exprimé ce mot à voix haute. Il ne regarda plus Clara lui non plus. L’envie de pleurer était très forte mais il était un grand garçon, et il se retenait très bien.
Dans un dernier élan de courage, il s’approcha soudainement d’elle afin de lui faire face une ultime fois.

- Tu regrettes ? Parfait ! Eh bien, sache que moi pas. Ne me demande pas de faire semblant que ça ne se soit pas passé, j’en suis incapable. Parce que pour moi, c’est trop réel, trop…

Intense.

- Vrai. Si tu veux te protéger, je peux le comprendre. Si jamais tu ne veux plus jamais qu’on se voit, soit, je n’insisterais pas. Mais moi, je me fiche de ce qu’il peut m’arriver, Clara Wilson.  D’une part, parce que je n’ai pas peur – et que je suis un putain de rebelle – et d’une autre part parce que… j’ai… beaucoup trop aimé me retrouver avec toi. Tu veux savoir ce qui est vraiment agaçant ? C'est de devoir endurer tout ce merdier ! Maintenant, vas-t-en.

Plutôt que de se comporter en adulte comme il aurait dû le faire, il avait finalement laissé la colère s’exprimer une nouvelle fois. Il avait fait volte face, décidant de partir le premier malgré ce qu’il venait de lui dire. Il était tellement furieux qu’au passage, il balaya d’un gigantesque coup de pied une cannette vide qui traînait sur son chemin en poussant un cri de fureur et en accélérant le pas. Il allait le regretter, c’était certain. Mais à cet instant précis, il en voulait à la terre entière.


    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why.


    Absence du 22/10 au 05/11
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: it feels like a war (jasper).

Revenir en haut Aller en bas
 

it feels like a war (jasper).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the mysterious explorations of Jasper Morello
» Jasper & Alice Forever
» Bella Jasper... Fille de Antonio Jasper
» MARISOL ∞ She feels in italics and thinks in capitals.
» Jasper Gill Westman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: Confidential archives :: section souvenirs :: RP Terminés-