AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 16/06/2017
• MESSAGE : 13 • POINTS : 135
• CÉLÉBRITÉ : Oakes Fegley
• CRÉDITS : Moi-même
• DC : Aucun
MessageSujet: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Dim 2 Juil 2017 - 22:54

Lorsque j’avais pris la décision de m’enfuir du centre pour enfants, je n’avais aucun plan en tête. Tout ce que je voulais au départ, c’était réussir à ne pas me faire prendre pour ne pas risquer de me faire ramener à la case départ : cet endroit que j’allais devoir à nouveau prochainement quitter pour aller rencontrer ma nouvelle famille d’accueil. Moi, je voulais quitter cet endroit pour de bon et ne jamais devoir y revenir. Mais par la force des choses, j’avais compris que chaque famille d’accueil chez qui j’allais me ramenait, à un moment ou à un autre, toutes ici. Non pas que je sois un enfant difficile, du moins, je ne le pense pas. Je suis d’ailleurs même sûr qu’on aurait facilement pu oublier ma présence, tellement je ne me faisais pas remarquer. J’avais du mal à supporter le décès de mon père, ainsi que le fait de ne plus avoir vraiment personne sur qui compter. J’avais dès lors tendance à rester enfermé dans une bulle invisible et à me plonger dans ce petit monde qui n’appartenait qu’à moi pour fuir un peu la douleur de ma réalité et ne pas devoir parler à tous ces gens que je ne connaissais pas et qui me disaient toujours la même chose : « Tu verras, tu seras bien avec nous. »Et c’était vrai, ils faisaient souvent tout ce qu’ils pouvaient pour que je me sente bien. Mais rapidement, j’avais compris que ce n’était pas pour toujours. Il y avait toujours une raison ou une autre pour laquelle ils ne me gardaient pas auprès d’eux : parfois, ils prenaient à leur charge un enfant plus jeune, ou bien, ils préféraient avoir une petite fille. Là-dessus, je ne pouvais pas leur en vouloir, d’ailleurs, je n’en avais jamais voulu à toutes ces familles qui avaient renoncées à moi. Je me disais qu’elles avaient leurs raisons. Et petit à petit, je m’étais mis dans la tête que je ne plairais certainement jamais à personne. En même temps, comment pourrais-je leur plaire, puisque je n’étais pas leur enfant ? Ils n’avaient donc aucune raison de me garder. Ni de s’attacher à moi. Cette idée me tourmentait depuis quelques semaines déjà, mais je n’en avais jamais parlé à personne. J’essayais de me rassurer en me disant que je me trompais, qu’un jour, je pourrais réellement compter pour quelqu’un. Mais alors que ma dernière famille d’accueil chez qui j’étais resté plus longtemps que chez toutes les autres m’avait ramené au centre car j’étais de plus en plus témoin de disputes conjugales au sein du couple qui ne s’entendait plus sur rien et qui estimait que leur maison n’était donc plus un milieu de vie sain pour moi, d’autant plus qu’ils étaient décidés à se séparer, je m’étais décidé à prendre une bonne fois pour toutes les choses en mains. Et de quitter cet endroit. Si personne ne voulait de moi, j’allais tenter de me débrouiller tout seul. Et du haut de mes huit ans et demi, j’étais bien décidé à y arriver.

J’avais attendu qu’il fasse nuit et que tous mes camarades de chambre se soient endormis. A ce moment là, le plus silencieusement possible, j’avais descendu les marches qui m’avaient menés au rez de chaussée, puis, après avoir ouvert l’une des fenêtres bien grandes pour me laisser passer, je m’étais hissé à l’extérieur. Sans doute que les adultes qui veillaient sur nous n’avaient jamais imaginé qu’un seul enfant puisse avoir un jour l’envie de s’enfuir, car pour ma part, je n’avais eu aucun mal à y parvenir. J’avais dès lors commencé ma première nuit d’errance, en m’éloignant tout d’abord, le plus rapidement possible de cet endroit, en sentant la peur m’envahir. Non pas la peur de ce qu’il pouvait bien m’arriver à présent que j’étais seul et vulnérable, mais la peur de me faire prendre. Par chance, du moins à mes yeux, ce n’étais pas arrivé. J’avais couru aussi longtemps que je le pouvais, en tournant au hasard à certains angles de rues, ne sachant pas le moins du monde où j’allais car je ne connaissais absolument rien à Vancouver. Je cherchais un endroit où je pourrais m’abriter, et disparaître au cas où quelqu’un au centre se serait aperçu de ma disparition. Et c’est là que j’avais trouvé une maison qui semblait abandonnée : une vitre du rez de chaussée était cassée et il faisait très sombre à l’intérieur. Je n’avais dès lors pas perdu de temps à m’y engouffrer et j’avais alors commencé mon expédition. Rapidement, j’avais compris que mes premières impressions sur cette maison étaient réelles : personne ne semblait vivre là. Et j’étais dès lors ravi et fier de moi de l’avoir trouvée.

Cela faisait à présent trois jours que j’avais quitté le centre et que je dormais là sans que personne ne vienne ou frappe à la porte. Et ce n’était pas moi qui allais m’en plaindre : je ne voulais en aucun cas être retrouvé et encore moins que quelqu’un s’aperçoive de ma présence ici. Comme personne ne venait jamais, je me sentais en sécurité dans cet endroit. Et je pensais que cela durerait encore longtemps. Mais je me trompais. Ce soir là, alors que mort de fatigue je commençais à m’endormir dans le vieux canapé, je m’étais réveillé, la peur au ventre, en entendant le bruit caractéristique d’une clé qui entre dans une serrure. Aussitôt, je m’étais levé et j’avais grimpé l’escalier menant à l’étage aussi vite que je le pouvais, avant de me rendre compte que j’avais laissé la peluche qui ne me quittait jamais pour dormir, à l’étage inférieur. Elle était tombée du canapé lorsque je m’étais levé et je l’avais complètement oubliée. Et malheureusement pour moi, je ne pouvais pas revenir sur mes pas pour aller la récupérer. Me maudissant intérieurement de cet oubli, je cherchais des yeux une cachette alors que la porte d’entrée se refermait et que des pas se faisaient entendre dans le hall d’entrée. La chance ne semblait définitivement pas de mon coté ce soir car alors que je faisais un pas pour me diriger vers l’une des chambres de l’étage, le vieux plancher avait craqué. Inquiet, je m’étais alors assis au sol, adossé contre le mur, préférant ne plus bouger pour ne pas prendre le risque d’attirer l’attention de l’adulte sur ma réelle présence ici, alors qu’une multitude de questions raisonnaient dans ma tête : que venait faire cette personne ici ? Qui était-elle ? Et par-dessus tout, étais-je vraiment en sécurité en sa présence ? J’avais passé trois jours à éviter les adultes le plus possible. Et dès lors, l’idée de me retrouver à nouveau confronté à l’un d’entre eux m’angoissait inévitablement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t348-valentyn-ophee-vous-suggere-sa-page-instagram#5029 En ligne
friendship never ends


♦ Elle a grandi sur l'océan, sur un bateau, avec ses deux parents biologistes marins
♦ Elle ne mange pas les animaux de la mer du coup et très peu la viande.
♦ Elle est peace and love, mais il ne faut pas la mettre en colère !
♦ Elle n'a jamais connu l'amour, non jamais ... Pas l'amour avec le grand A comme elle en rêve.
♦ Dans l'océan, il y a un poulpe, son ami, Boris !
♦ Elle est artiste, elle vit dans la maison de son papi qui lui revient et qu'elle retape entièrement.
♦ Depuis toute petite, elle a une amie imaginaire, une sirène, mais aussi une amie d'internet, Lia
♦ Elle a souvent de la peinture sur le visage, parce que l'artiste qu'elle est est étrangement maladroite sur cette terre qui ne remue pas, sans doute trop habituée à l'océan
♦ Elle dort dans un immense hamac qu'elle s'est fabriqué, pour imiter le mouvement des vagues qui la berce
♦ Elle est engagée pour la planète, pour les animaux, c'est une membres plus qu'active de WWF et autre associations pour sauver les animaux marins
♦ Elle cuisine plutôt bien, bien que dans une cuisine stable, étrangement, elle se sent plus maladroite que lorsqu'elle cuisinait sur le bateau, pour ses parents qui oubliaient parfois de manger tant ils étaient prit par leur métier
♦ Elle a fait de nombreuses escales à travers le monde qu'elle a ainsi découvert, expérimenté
♦ Elle n'aime pas rester seule quand elle est malade, elle tentera d'appeler quelqu'un pour lui tenir compagnie, comme le faisait sa maman quand ça n'allait pas
♦ Elle aime la pluie, il lui arrive de s'installer dans un transat posé dans le jardin pour en profiter, tant que c'est une petite pluie et non un orage


• INSCRIS LE : 19/04/2017
• MESSAGE : 317 • POINTS : 703
• CÉLÉBRITÉ : Margot Robbie ♥
• CRÉDITS : Cranberry
• DC : la dérangée, Fawn
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Mar 4 Juil 2017 - 1:27

  • Laslo
  • Ophée
Tu reviens là après si longtemps
Tu dis au revoir à tes parents. Tu vas les quitter réellement pour la première fois de ta vie. Tu as grandis avec eux sur ce bateau. À parcourir le monde pour étudier et sauver les animaux marins. Tu peux dire qu'avec ce style de vie, tu en a vue des choses. Tu es parfois descendue de ce bateau, quelques jours, pour vivre dans un hôtel ou des auberges, avec tes parents, le temps de réparations ou pour découvrir du monde, des animaux. C'était un style de vie bien à vous et tu adorais cela. Quand tu pensais aux gens de ton âge, enfermé dans des salles de classes pour étudier pendant que tu plongeais au milieu des dauphins ou autres. Tu te disais qu'ils n'avaient vraiment pas de chance. Tu aimais suivre des cours par correspondance, tes parents te faisant cours parfois. Tu allais à ton rythme, même si tu devais rendre aussi des devoirs à des dates fixes. Tu n'étais pas obligée de restée deux heures devant ton bureau. Si tu voulais rester seulement 10 minutes, puis partir suivre tes parents dans leurs aventures et reprendre ton cours de mathématique le soir, c'était à ta guise. Tant que tu rendais tes examens et que tu avais des notes raisonnables, c'était impeccable. Mais tu te devais de les quitter, trouver ta vie, ta voie. Tu ne pouvais pas rester avec tes parents toute ta vie. Même si tu les aime follement et que tu adore le style de vie que vous menez tous les trois. Maintenant que tu es grande et adultes, tu veux te trouver un boulot, un homme pour l'aimer et qui t'aimera, fonder ta propre petite famille, comme l'on fait tes parents. Ce n'est pas si facile à trouver l'amour, surtout quand on a mené une vie comme la tienne. Mais tu y crois et tu as eu un parfait exemple avec tes parents. Ce fut difficile de faire tes valises, non pas pour y faire entrer tes affaires, car tu n'en as pas énormément, pour vivre sur un bateau, tu n'as pas besoin d'un immense dressing, essentiellement des maillots de bain. Mais dire au revoir à tes parents, sachant que tu n'allais pas les revoir avant longtemps.

Vous avez passez cette dernière journée ensemble. Vous êtes arrivé au petit matin, mais plutôt que d'aller tout de suite à la maison et te laisser là, tes parents sont resté. Vous avez mangé le midi sur la plage et vous avez passé le reste de la journée qui se finit de façon assez nostalgique quand tu restes sur le port, voyant le bateau s'éloigner au large. Des larmes plein les yeux, tu as du mal à regarder devant toi et pourtant, tu continus d'agiter ta main en l'air pour leur faire signe, même si tu sais qu'ils ne te voient plus. Tu sis qu'ils reviendront un jour. Et quand la silhouette du bateau disparue, tu quittes le port à ton tour pour te rendre dans la maison de ton grand-père. Tu as vécut ici durant quelques années, avant de partir au large. Avec ton papi, tu ne te souviens pas de tout, tu étais si jeune, mais tu gardes quelques souvenirs tout de même. Ton papi qui adorait fumer sa pipe sur son grand fauteuil. Tes parents t'ont dessiné un plan pour que tu puisse retrouver la maison facilement depuis le port. Sur le chemin, il t'ont indiqué un petit endroit que ton grand-père adorait et où il aimait venir manger, pour que tu puisse te prendre quelque chose à manger pour la soirée. Quand tu arrives à l'endroit indiqué, il semble que ce soit toujours une sorte de restaurant mais il semblerait que l'endroit ne soit plus le même. Dans tous les cas, le nom a changé. En même temps, presque 20 ans ont passé. Tu y entres tout de même , tu dois te prendre à manger, tu ne penses pas trouver beaucoup de bonne chose dans les placards. Tu te commandes une salade et une bonne barquette de frittes que tu espères encore chaude quand tu arriveras. Et quelques maisons plus loin, te voilà devant cette maison. Tu restes quelques instants à la regarder. Et tu te décides enfin à entrer, tournant la clé. Tu as du mal avec tes sacs, tu déposes tout au sol et c'est là que tu remarque la fenêtre brisée. Des voisins avec un ballon ou des jeunes qui seraient venus profiter de la maison vide ? Tu entres méfiante. Prenant tes affaires avec toi. De là, tu fais le tour du salon du regard. Tu viens dans la cuisine. Il ne semble y avoir personne dans le coin, ce qui te rassures. Tu tentes d'allumer la lumière, ce qui ne semble poser problème. Tu poses toutes tes affaires dans le salon, ne sachant trop comment remettre l'électricité, sans doute dois-tu simplement trouver le boitier du disjoncteur pour le brancher, mais tu n'as pas le courage de chercher dans le noir. Tu t'installes sur le canapé, qui n'est pas recouvert de sa couverture, comme les autres meubles, cela te semble étrange. Tu sors ton petit repas quand tu entends le parquet craquer, sans doute est-ce juste le vieux parquet de la maison, mais ainsi dans le noir, tu t'angoisse toute seule. Tu décides d'aller voir, équipée d'une simple lampe de poche. Tu montes les escaliers, appelant.
« Quelqu'un est ici ? Hého… Il y a quelqu'un ? »
Seule dans le noir ?


La vie vaut la peine d'être partagée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 16/06/2017
• MESSAGE : 13 • POINTS : 135
• CÉLÉBRITÉ : Oakes Fegley
• CRÉDITS : Moi-même
• DC : Aucun
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Mer 12 Juil 2017 - 22:47

Depuis que mon père avait quitté ce monde et que je m'étais retrouvé seul, pas une nuit ne passait sans que mes parents ne viennent hanter mes rêves. Ce qui rendait mes réveils difficiles à supporter: c'était tellement agréable de se retrouver en leur présence que lorsque la réalité de la vie venait me frapper chaque matin et que je devais me rendre à l'évidence qu'ils ne seraient plus jamais avec moi, je me sentais triste. Cependant, je m'étais toujours efforcé de m'adapter à cette nouvelle vie qu'était la mienne en me disant que tout allait finir par s'arranger et que par la force des choses, je finirais par aller mieux. Mais un an plus tard, rien ne s'était arrangé et leur absence était toujours aussi difficile à supporter. De même que cette impression de ne compter véritablement pour personne, au fond. Ca aussi, c'était dur. J'avais souvent fait l'erreur de m'attacher à ces familles qui m'avaient recueillies chaleureusement, et dès lors, dès que le moment venait pour moi de devoir partir vivre ailleurs pour l'une ou l'autre raison, ce n'était pas facile à mon sens de dire aurevoir. Par la force des choses, j'avais appris à de moins en moins montrer mes émotions quand venait le moment du départ et finalement, pour me protéger, je construisais chaque fois un mur entre moi et mes nouvelles familles qui acceptaient de me recueillir. Ce qui ne jouait pas franchement en ma faveur non plus. Mais c'était tout ce que j'avais trouvé pour rendre les choses moins difficiles à supporter. J'aurais vraiment tout donné pour que mes parents reviennent et redevenir un petit garçon comme les autres. Quand ma mère avait décidé de mettre fin à ses jours, j'avais cru que je pourrais rester à jamais avec mon père et que rien ne viendrait nous séparer. Je me trompais. J'étais tellement proche de lui que sa mort m'avais touché plus que tout au monde. Et même si cela faisait un an à présent qu'il n'était plus là, il me manquait toujours autant et je me sentais toujours aussi perdu sans lui. J'aurais vraiment adoré pouvoir me blottir tout contre lui comme je le faisais dans chacun de mes rêves et lui faire un câlin. Mais c'était impossible et ça me manquait vraiment car j'en avais vraiment besoin. J'avais vraiment besoin de sentir que tout allait bien aller. Mais j'avais l'impression que je ne pouvais plus compter sur personne pour me rassurer. Et en même temps, j'avais de plus en plus de mal à faire confiance à ces adultes chargés de prendre soin de moi. En revanche, je n'avais aucun mal à aller vers les autres enfants. Et heureusement pour moi vu le nombre de fois où j'ai été amené à changer d'école. L'école, c'était mon échappatoire. J'aimais beaucoup me faire de nouveaux amis. Ce que j'aimais moins par contre, c'était devoir me présenter à chaque fois que j'arrivais dans une nouvelle école pour la simple et bonne raison que je n'ai jamais vraiment aimé parler de moi.

Mais ce soir, alors que j'entendais les pas grimper marche par marche et se rapprocher ainsi au fur et à mesure de moi, je savais que j'allais sans doute avoir droit à de multiples questions sur ma présence ici. Les adultes ont beau dire que la curiosité est un vilain défaut, ils ne sont en général pas les derniers lorsqu'il s'agit de poser des questions. Et je ne pouvais pas espérer rester hors de vue: la lampe de poche que tenait la jeune femme qui venait d'apparaître sur le palier venait de poser sa lumière dans ma direction. Je ne pouvais donc plus rester muet : il était temps pour moi que je donne des comptes sur les raisons de ma présence ici. Mais avant, je détournais le regard légèrement car la luminosité soudaine dans la pièce sombre me faisait mal aux yeux. Et aussi parce que je craignais de voir de la colère dans les yeux de l'adulte qui venait de me rejoindre. D'ailleurs, je n'avais pas perdu de temps pour m'excuser. « Pardon, je savais pas que c'était chez vous ici. Y'avait personne quand je suis entré et je croyais... » Que personne ne viendrait jamais. Oui, c'est ce que j'avais cru. J'aurais dû me douter qu'une maison ne pouvait pas rester vide très longtemps. Et je m'en voulais d'avoir été aussi bête du coup. Gêné, je baissais doucement mon regard avec un petit soupir. « Je suis vraiment pas doué pour trouver des bonnes cachettes. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t348-valentyn-ophee-vous-suggere-sa-page-instagram#5029 En ligne
friendship never ends


♦ Elle a grandi sur l'océan, sur un bateau, avec ses deux parents biologistes marins
♦ Elle ne mange pas les animaux de la mer du coup et très peu la viande.
♦ Elle est peace and love, mais il ne faut pas la mettre en colère !
♦ Elle n'a jamais connu l'amour, non jamais ... Pas l'amour avec le grand A comme elle en rêve.
♦ Dans l'océan, il y a un poulpe, son ami, Boris !
♦ Elle est artiste, elle vit dans la maison de son papi qui lui revient et qu'elle retape entièrement.
♦ Depuis toute petite, elle a une amie imaginaire, une sirène, mais aussi une amie d'internet, Lia
♦ Elle a souvent de la peinture sur le visage, parce que l'artiste qu'elle est est étrangement maladroite sur cette terre qui ne remue pas, sans doute trop habituée à l'océan
♦ Elle dort dans un immense hamac qu'elle s'est fabriqué, pour imiter le mouvement des vagues qui la berce
♦ Elle est engagée pour la planète, pour les animaux, c'est une membres plus qu'active de WWF et autre associations pour sauver les animaux marins
♦ Elle cuisine plutôt bien, bien que dans une cuisine stable, étrangement, elle se sent plus maladroite que lorsqu'elle cuisinait sur le bateau, pour ses parents qui oubliaient parfois de manger tant ils étaient prit par leur métier
♦ Elle a fait de nombreuses escales à travers le monde qu'elle a ainsi découvert, expérimenté
♦ Elle n'aime pas rester seule quand elle est malade, elle tentera d'appeler quelqu'un pour lui tenir compagnie, comme le faisait sa maman quand ça n'allait pas
♦ Elle aime la pluie, il lui arrive de s'installer dans un transat posé dans le jardin pour en profiter, tant que c'est une petite pluie et non un orage


• INSCRIS LE : 19/04/2017
• MESSAGE : 317 • POINTS : 703
• CÉLÉBRITÉ : Margot Robbie ♥
• CRÉDITS : Cranberry
• DC : la dérangée, Fawn
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Jeu 13 Juil 2017 - 14:03

  • Laslo
  • Ophée
Tu reviens là après si longtemps
Tu viens de rentrer. Tu ne pensais pas que tu te sentirais bien en revenant dans cette maison que tu as connue toute petite, dont tu n'as pas beaucoup de souvenir tant, justement, tu étais si jeune. Mais étrangement, tu te sens bien en arrivant à la maison. Plusieurs années qu'elle n'est pas habitée, tu pensais retrouver quelque chose de bien pire. Et après 20 ans sans y avoir mit les pieds, tu te disais que tu aurais peut être plus de mal à revenir ici. Mais tu te sens bien. C'est comme si tu rentrais à la maison. Comme si c'était déjà chez toi. Même si tu penses bien, tu vas en avoir du boulot avec la maison. Sans doute plus avec le jardin. Mais ce n'est pas ce soir que tu vas t'occuper de tout cela. Tes parents t'ont dit que normalement, elle devait être encore meublée. Même si elle a été louée un temps, pour qu'elle soit un minimum entretenue, et qu'elle ne tombe pas totalement comme une ruine, c'était avec les meubles. Tu ne sais pas si tu vas vouloir les garder. Tu y réfléchiras plus tard. Ce soir, tu vas simplement faire le tour, peut être te souvenir. Avoir quelques petits souvenirs. De ton grand-père notamment, sur son fauteuil, fumant sa pipe, comme il aimait le faire. Tu te demandes si le fauteuil est toujours là et si il sent encore la pipe de papi.

Installée sur le canapé, tu penses manger tranquillement. Sans lumière, tu songes reporter le tour de la maison à demain, quand le soleil sera de retour. Tu commenceras par rechercher le tableau pour remettre le courant. Et après, tu visiteras cette maison qui t'as vue faire tes premiers pas. Dire tes premiers mots, mais qui t'a perdu quand tu es partie. Et dire que tu aurais put grandir ici, comme toutes les autres petites filles. Sans doute c'est comme cela que ça se serait passé si ton grand-père n'était pas tombé malade. Tu aurais grandis dans le quartier, tu aurais connu les gens d'ici. Tu serais aller avec tes parents pour les vacances. Sans doute que ça t'aurais semblé trop court pour les avoir pour toi. Alors sans doute que c'était mieux ainsi. Mais revenir ici, tu es assez contente. Tu penses passer une soirée tranquille, manger ta salade et les frittes que tu viens d'acheter, qui sont encore toute chaude. Tu n'as pas le temps de commencer que tu entends le sol craquer. Sans doute une fausse alerte, mais maintenant que tu te retrouves à venir seule et sans lumière, tu préfères t'en assurer. Alors tu es montée pour faire le tour. En bas, tu sais déjà qu'il n'y a que toi.Tu penses qu'il s'agit que du vieux parquet, qui doit craquer parfois. Ou un animal. Mais tu montes, une lampe torche à la main.

C'est à ta grande surprise, quand tu appelles, pensant ne pas avoir de réponse que tu en as une. Tu sursautes quand tu vois le garçon qui se tient là. Il s'excuse, il dit qu'il ne savait pas que la maison était à toi, il pensait qu'il n'y avait personne qui vivait là. Mais ce que tu te demandes, c'est ce qu'un petit gars de son âge fait ici tout seul. Et pourquoi il espérait que la maison soit non habitée. Cela te surprend plus que le fait de le trouver là, même si tu ne t'attendais vraiment pas à trouver un garçon chez toi. Il semble un peu paniquer de voir que la maison n'est pas abandonnée, comme il le pensait. Il semble avoir peur. Alors tu ne vas pas lui poser trop de questions tout de suite. Tu as peur qu'il ne parte et qu'il dorme dehors. Si il est en fugue, il est peut être mieux ici que sous un pont. Tu l'entends dire qu'il n'est pas doué pour les cachettes. Tu es étonnée, joue-t-il à cache cache avec d'autres enfants. Il semble un peu tard pour cela. Et si c'est le cas, même si toi tu l'as trouvé, il doit plutôt être joué à ce jeu.
« Tu as faim ? Je viens d'arriver et j'ai prit à manger, tu veux peut être partager avec moi ? »
Tu te dis qu'il doit avoir faim. La maison étant totalement vide, il n'a pas du trouver grand-chose dans les placards. Et encore moins dans le frigo qui est coupé.
« j'ai prit une salade et des frittes, je veux bien te laisser les frittes ! »
Tu n'es pas quelqu'un de méchant, tu veux l'aider ce petit bonhomme. Il doit bien y avoir une bonne raison pour qu'il se cache dans une maison qu'il pensait abandonnée.
Seule dans le noir ?


La vie vaut la peine d'être partagée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 16/06/2017
• MESSAGE : 13 • POINTS : 135
• CÉLÉBRITÉ : Oakes Fegley
• CRÉDITS : Moi-même
• DC : Aucun
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Ven 14 Juil 2017 - 18:32

Je ne pouvais pas dire que j’appréciais de me retrouver seul dans les rues de Vancouver. Au fond de moi, ça me faisait même plutôt peur cette solitude. Mais je n’avais pas pour autant l’envie de revenir sur mes pas et de retrouver l’assistante sociale qui se chargeait de me placer au fur et à mesure dans de nouvelles familles. Non pas qu’elle soit méchante, elle était même adorable, et la connaissant, elle devait très certainement mettre tout en œuvre pour me retrouver depuis ma disparition.  Pas plus tard qu’hier après-midi, alors que je me trouvais dans le parc entouré de quelques autres enfants avec lesquels j’avais pris plaisir à jouer, le père de l’un d’entre eux s’était avancé vers moi en me dévisageant et en me demandant si je n’étais pas le petit garçon disparu qu’il avait vu en photo à la télévision… Autant dire qu’il n’en avait pas fallu plus pour me faire voir le danger d’être ramené contre mon gré à la case départ. Je m’étais dès lors enfuit le plus rapidement possible, l’adulte sur les talons qui n’avait pas manqué de demander à qui voulait l’entendre de l’aider à me rattraper. Pris de panique, mes craintes s’étaient intensifiées lorsqu’en me retournant dans ma course pour surveiller mes arrières, je m’étais senti percuter quelqu’un de plein fouet. J’avais alors relevé les yeux pour apercevoir une jeune femme qui tentait en vain de me retenir avec toute la douceur du monde dans ses paroles alors qu’elle resserrait son étreinte sur moi et en me demandant de me calmer. Il est vrai qu’en me sentant emprisonné, je m’étais débattu comme un beau diable. Et au final, j’avais réussi à lui faire lâcher prise et à lui échapper. J’avais alors couru aussi vite que je le pouvais et j’avais réussi finalement à semer les quelques adultes qui s’étaient lancés à ma poursuite. Je m’étais finalement senti véritablement en sécurité lorsque je m’étais engouffré par la fenêtre de la maison abandonnée et je n’avais plus osé en sortir depuis, par crainte que quelqu’un me trouve. Non, je ne voulais pas être retrouvé.

Cependant, à présent, je n’étais désormais plus seul. J’avais eu beau chercher à éviter les adultes, je me retrouvais confronté à l’une d’entre eux. Une jeune femme qui semblait très gentille. Du moins, c’est l’impression qu’elle avait fini par me donner lorsque j’avais pu comprendre qu’elle n’était pas fâchée sur ma présence ici grâce au ton de voix qu’elle utilisait lorsqu’elle s’adressait à moi. Elle semblait très maternelle. Comme la plupart des adultes que j’avais déjà pu rencontrer jusqu’alors. Et cela me rassurait. Son invitation à manger avec elle fit en sorte que je lui adresse un sourire alors que j’hochais la tête positivement à sa proposition. J’étais affamé et cela s’entendait de par les gargouillis qui s’échappaient de temps à autres de mon estomac. Et l’odeur des frites chaudes que je pouvais respirer alors que nous nous trouvions à l’étage n’y était pas pour rien. Je ne pouvais donc qu’être reconnaissant de sa proposition. Et le sourire que je lui adressais s’était d’ailleurs agrandi alors que je reprenais la parole avec un petit air malicieux. « Je veux bien manger avec toi, mais alors, tu m’aides à manger les frites et moi je t’aides à manger la salade. » En somme, on partage tout. C’était mieux selon moi de partager, c’était une valeur que  mes parents m’avaient toujours appris et je mettais souvent un point d’honneur à l’appliquer. Sauf peut-être en ce qui concernait mes jouets, là j’avais encore un peu de mal, mais ça, c’est une autre histoire. « Comment tu t’appelles ? » Oui, j’étais passé rapidement du vouvoiement au tutoiement avec elle, sans me préoccuper du fait que cela pourrait peut-être la déranger. Je ne me posais d’ailleurs même pas la question, alors que je m’avançais doucement vers elle pour la rejoindre près des escaliers pour descendre, impatient d’aller manger. « Pourquoi t'étais pas là? T'aimes pas ça, habiter ici? » J'avais toujours été un petit garçon très curieux qui aime poser des questions pour tenter de comprendre. Peut-être qu'elle ne venait ici qu'à l'occasion... Ce qui expliquerait le manque d'électricité et l'absence d'aliments dans le frigo et dans les armoires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t348-valentyn-ophee-vous-suggere-sa-page-instagram#5029 En ligne
friendship never ends


♦ Elle a grandi sur l'océan, sur un bateau, avec ses deux parents biologistes marins
♦ Elle ne mange pas les animaux de la mer du coup et très peu la viande.
♦ Elle est peace and love, mais il ne faut pas la mettre en colère !
♦ Elle n'a jamais connu l'amour, non jamais ... Pas l'amour avec le grand A comme elle en rêve.
♦ Dans l'océan, il y a un poulpe, son ami, Boris !
♦ Elle est artiste, elle vit dans la maison de son papi qui lui revient et qu'elle retape entièrement.
♦ Depuis toute petite, elle a une amie imaginaire, une sirène, mais aussi une amie d'internet, Lia
♦ Elle a souvent de la peinture sur le visage, parce que l'artiste qu'elle est est étrangement maladroite sur cette terre qui ne remue pas, sans doute trop habituée à l'océan
♦ Elle dort dans un immense hamac qu'elle s'est fabriqué, pour imiter le mouvement des vagues qui la berce
♦ Elle est engagée pour la planète, pour les animaux, c'est une membres plus qu'active de WWF et autre associations pour sauver les animaux marins
♦ Elle cuisine plutôt bien, bien que dans une cuisine stable, étrangement, elle se sent plus maladroite que lorsqu'elle cuisinait sur le bateau, pour ses parents qui oubliaient parfois de manger tant ils étaient prit par leur métier
♦ Elle a fait de nombreuses escales à travers le monde qu'elle a ainsi découvert, expérimenté
♦ Elle n'aime pas rester seule quand elle est malade, elle tentera d'appeler quelqu'un pour lui tenir compagnie, comme le faisait sa maman quand ça n'allait pas
♦ Elle aime la pluie, il lui arrive de s'installer dans un transat posé dans le jardin pour en profiter, tant que c'est une petite pluie et non un orage


• INSCRIS LE : 19/04/2017
• MESSAGE : 317 • POINTS : 703
• CÉLÉBRITÉ : Margot Robbie ♥
• CRÉDITS : Cranberry
• DC : la dérangée, Fawn
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Ven 14 Juil 2017 - 22:43

  • Laslo
  • Ophée
Tu reviens là après si longtemps
Ce petit bonhomme, tu ne sais pas d'où il vient. Peut être qu'il a une famille qui le recherche. Des gens qui l'aiment, qui s'inquiète pour lui. Tu ne peux pas t'empêcher d'avoir plein de question sur lui, à lui poser. Mais tu sais que ce n'est pas la bonne solution. Tu as toi aussi été jeune. C'est peut être un peu loin, à ton âge, tu pourrais être marriée et avoir des enfants, peut être pas un garçon de son âge, mais tout de même avoir des enfants. Un jour, tu en auras, tu en veux ! Mais avant cela, tu dois trouver cet homme qui partagera ta vie. Non pas le prince charmant, juste l'homme parfait à tes yeux et pas à ceux de la voisine. Un homme qui ne sera rien qu'à toi, à personne d'autre. Tu y crois, tu es très fleur bleue et tu y crois en l'amour. Donc ce soir, à défaut d'inviter l'homme de ta vie à partager ton repas, tu invite le petit homme. Tu veux lui venir en aide. Et à entendre son ventre gronder, là tout de suite, tu te dit qu'il doit avoir une sacrée faim. Peut être même qu'il n'a pas mangé depuis quelques jours. Tu tenteras de lui poser quelques questions quand vous mangerez les frittes, pour en apprendre plus sur lui, pour l'aider à se retrouver. Tu te souviens comme tu n'aimais pas quand tes parents te faisaient passer un interrogatoire alors que tu rentrais d'une journée en ville. Tu aimais en profiter tant c'était rare. Enfin, parfois, tu aimais répondre, raconter tes aventures. Mais pas toujours. Quand la journée avait été mauvaise par exemple. Tu voulais juste aller te coucher et qu'ils veuillent tout savoir t'énervaient alors.

Tu lui proposes qu'il t'accompagne en bas, pour manger les frittes. Et toi la salade. Tu lui proposes de partager ainsi, pensant qu'il préférera les frittes à la salade. Mais il semble vouloir partager les deux. Cela te fait plaisir. Vraiment plaisir. Il ne donne pas l'impression d'avoir peur de toi, tu es heureuse, surtout de ne pas passer pour un monstre.
« Je marche, on s'arrangera pour partager, je ne suis pas certaine qu'il y ai de la vaisselle propre ou même si l'eau coule comme il faut pour pouvoir laver quelque chose ! »
Tu t'interroges. Tu as déjà vue qu'il n'y avait pas d'électricité alors peut être que l'eau aussi à été coupée. Peut être que tu dois juste tourner un truc pour la remettre, comme le courant. Mais tu verras tout cela demain. Ou au moins, juste essayer pour l'eau. Tu ne serais pas contre de prendre une douche avant de t'endormir. Bien que tu ne saches pas encore où tu vas dormir. Comme en bas il y a encore les meubles de ton grand-père, peut être qu'en haut aussi il y a ses meubles. Donc un lit. Peut être même, qu'il y a encore le lit dans lequel tu as dormi toute petite.
« Ophée, on m'appelle Ophée. Et toi ? Quel est ton prénom petit bonhomme ? »
Vous descendez quand tu entends de nouveau le ventre de ton nouvel ami gargouiller et le tient lui répondre. Ce qui te fait rire. Pendant que vous descendez les marches de cet escaliers qui craquent sous votre poids, ce qui te fait dire que tu devrais peut être faire attention à ce que tu manges et te mettre au sport, tu écoutes le jeune homme te demander pourquoi tu n'étais pas là. Si c'est parce que tu n'aimes pas vivre ici. Tu ne sais même pas quoi lui répondre à la seconde question. Aurais-tu aimé vivre ici ? Tu ne sais pas. Tu vas savoir. Peut être que tu n'aimeras pas. C'est nouveau pour toi comme vie. Te poser quelque part. Peut être que ce sera bien, peut être trop pesant pour toi.
« Jusque là, je vivais sur un bateau, avec mes parents, nous faisions le tour du monde pour étudier les animaux marins. Je viens juste de revenir en ville. C'était la maison de mon grand-père. Je ne sais pas encore si j'aime ou pas vivre ici. Ce sera la surprise ! Je te propose qu'on commence par les frittes, tant qu'elles sont encore chaudes ! »
Vous arrivez rapidement au canapé où tu t'assois, il est grand, il y a bien assez de places pour vous deux. Et le repas sur la petite table basse n'attend plus que vous. Et déjà, tu déballes les frittes pour les attaquer.
« Surtout, sers toi, ne sois pas timide ! Regardes, moi je mange avec mes doigts.»
Seule dans le noir ?


La vie vaut la peine d'être partagée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


• INSCRIS LE : 16/06/2017
• MESSAGE : 13 • POINTS : 135
• CÉLÉBRITÉ : Oakes Fegley
• CRÉDITS : Moi-même
• DC : Aucun
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Dim 16 Juil 2017 - 0:19

C’était mine de rien plus rassurant d’avoir quelqu’un avec qui parler plutôt que de rester tout seul ici. Surtout que la solitude, en général, je n’aimais pas trop cela. Seul dans cette vieille maison, je me sentais encore plus perdu que je ne l’étais. Le jour, ça allait, mais le pire, c’était le soir. Je n’aimais pas la tombée de la nuit depuis que j’étais ici. C’était une vieille maison et j’entendais souvent des bruits étranges, comme des craquements. Chose tout à fait normale dans une vieille maison, mais comme je n’avais pas de lumière pour me rassurer, cela me terrifiait et je dormais dès lors très peu et me réveillais au moindre bruit. Je devais d’ailleurs avoir une très mauvaise mine en  ce moment même avec la faim et la fatigue accumulée. Sans compter les craintes que j’avais eues juste avant en entendant quelqu’un entrer dans la maison. A présent, j’étais soulagé que ce soit elle qui soit là, mais j’avais eu vraiment très peur en l’entendant grimper les escaliers pour me rejoindre, à la lueur de sa lampe de poche. C’est effrayant de ne pas savoir sur qui on va tomber. Heureusement pour moi, tout s’était bien passé. En silence, j’haussais doucement les épaules en l’écoutant réfléchir à voix haute. Pour tout dire, je n’avais jamais vraiment cherché à allumer l’eau depuis que j’étais ici. J’étais surtout content d’avoir trouvé un toît pour dormir. Et je ne m’étais pas tracassé du reste. Pas même de faire couler de l’eau pour me débarbouiller. J’avais décidément vécu n’importe comment pendant ces trois jours.

J’avais appris que mon interlocutrice s’appelait Ophée. Un prénom que je n’avais encore jamais entendu, mais que j’aimais assez. C’était original et ça lui allait bien. Et puisqu’elle attendait que je lui rende la pareille, je n’avais pas perdu de temps à me présenter à mon tour. « Je m’appelle Laslo. Et je suis pas petit, j’ai huit ans tu sais, je suis un grand maintenant. » Lui dis-je avec un léger sourire. J’avais toujours eu l’envie d’être considéré comme plus grand que je ne l’étais et je ne manquais jamais de saisir toute occasion de tenter de me débrouiller tout seul. Vivre tout seul par contre était certes une ambition bien trop grande pour le petit garçon que j’étais, mais j’étais ambitieux et j’avais voulu tenter le coup. Seulement, je savais bien que c’était une bêtise. Je m’en rendais bien compte, même si je me refusais de l’admettre. La présence d’Ophée auprès de moi me rassurait, et je me rendait compte grâce à elle qu’en dépit que tout ce que je m’étais mis dans la tête, j’avais désespérément besoin de quelqu’un. Preuve en était, si Ophée n’était pas arrivée,  j’aurais très certainement fini par mourir de faim dans cette maison ou bien je me serais mis  à errer seul dans les rues pour trouver quelque chose à manger tout en sachant pertinemment bien que je ne pourrais jamais me permettre de voler quoi que ce soit. C’était quelque chose qui me faisait peur. J’avais trop peur de me faire prendre. Oui, je pouvais sembler courageux par moment, mais pas tout le temps et pas pour tout. Il y a des choses qui ne se font pas. Et voler en faisait partie. Mon père me l’avait appris. Comme dire la vérité aussi. Peu importe les conséquences. Je savais que je ne pouvais pas mentir. D’ailleurs, même si je le voulais je n’y arriverais pas : je me faisais toujours prendre lorsque j’essayais.

Ce n’était pas tous les jours que j’accordais une part de ma confiance aussi facilement auprès d’un adulte que je ne connaissais pas. Ca ne m’était d’ailleurs plus arrivé depuis longtemps de me comporter de la sorte. D’habitude j’ai tendance à rester plutôt silencieux et à ne répondre que si l’on me pose des questions.  Bien sûr, je restais tout de même un peu sur mes gardes, sans trop en avoir l’air, après tout, je ne l’avais jamais vue avant. Et je me doutais bien qu’à un moment ou à un autre, elle me poserait des questions sur le pourquoi du comment je me retrouvais seul chez elle à une heure si tardive. En attendant, j’essayais de gagner un peu de temps en lui posant des questions à elle ou en discutant de choses et d’autres. C’est comme cela que j’avais appris qu’elle avait vécu sur un bateau jusqu’à présent. Et je n’avais alors pu m’empêcher de lui accorder un regard complètement fasciné. Comment ne pas l’être à mon âge par ce genre de récit ? D’autant plus que je n’avais jamais vraiment voyagé. « Ca devait être génial. J’ai encore jamais été en bateau, moi, mais je connais un peu ce qu’il y a dans la mer. Avec mon père, on est allés à l’aquarium un jour il y a longtemps, et on a pu voir des vrais requins. C’était trop bien, même s’ils faisaient un peu peur. J’aime pas trop ça, je préfère les dauphins parce qu’ils savent faire pleins de choses et on peut même nager avec eux. Tu as déjà pu nager avec des dauphins, toi ? Et est ce que tu as vu des pirates quand tu étais sur le bateau ?  » J’adorais les pirates, je n'étais pas un petit garçon pour rien après tout. Ils me fascinaient. Je repensais alors immanquablement à  mon père à ce moment là car on adorait regarder Pirates des Caraïbes avant. Mais je ne connaissais pas toute l’histoire car pour certaines scènes, papa me cachait les yeux et à part le premier film, je n’en avais vu aucun autre. Sinon, les autres pirates que j’adorais, c’était ceux dans Peter Pan. Tout en discutant avec elle, je m’installais sur le canapé à ses cotés,  et en suivant son exemple, je pris une frite entre mes doigts et la croquait peut-être un peu trop vite. J’aurais mieux fait de souffler un peu avant car elle était encore très chaude. Je la gardais cependant en bouche et soufflais sur l’autre partie de ma frite avant de l’engloutir à son tour en reprenant la parole comme si de rien n’était. « Moi, je crois que tu vas te plaire ici. J’aime bien cette maison et je suis content de l’avoir trouvée .  » C’est vrai, cela m’avait beaucoup soulagé de pouvoir rester là ces derniers jours. C’était devenu mon repère secret. Je me sentais presque comme un aventurier et je ne sais pas ce que j’aurais fait si je ne l’avais pas trouvée. Sans doute que ma fugue aurait duré moins longtemps. J’avais réussi à échapper aux adultes pendant trois jours entiers, et rien que pour cela, j’étais assez fier de moi. Mais  j’étais tout de même content d’un autre coté d’avoir fait la connaissance d’Ophée. D’ailleurs, ce n’était pas pour rien que je m’étais permis de l’interroger une nouvelle fois en relevant mon regard vers elle, avec une petite voix quelque peu hésitante cependant. « Est-ce que j’aurais le droit de rester ? » Je savais bien que ma question pourrait lui sembler étrange, mais je savais qu’un endroit comme ça, je n’en trouverais pas deux fois. J’avais eu de la chance que cette maison se trouve sur mon chemin et qu’elle soit vide. Et je n’étais pas contre de la partager avec  Ophée. Je pense même que ça me plairait bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t348-valentyn-ophee-vous-suggere-sa-page-instagram#5029 En ligne
friendship never ends


♦ Elle a grandi sur l'océan, sur un bateau, avec ses deux parents biologistes marins
♦ Elle ne mange pas les animaux de la mer du coup et très peu la viande.
♦ Elle est peace and love, mais il ne faut pas la mettre en colère !
♦ Elle n'a jamais connu l'amour, non jamais ... Pas l'amour avec le grand A comme elle en rêve.
♦ Dans l'océan, il y a un poulpe, son ami, Boris !
♦ Elle est artiste, elle vit dans la maison de son papi qui lui revient et qu'elle retape entièrement.
♦ Depuis toute petite, elle a une amie imaginaire, une sirène, mais aussi une amie d'internet, Lia
♦ Elle a souvent de la peinture sur le visage, parce que l'artiste qu'elle est est étrangement maladroite sur cette terre qui ne remue pas, sans doute trop habituée à l'océan
♦ Elle dort dans un immense hamac qu'elle s'est fabriqué, pour imiter le mouvement des vagues qui la berce
♦ Elle est engagée pour la planète, pour les animaux, c'est une membres plus qu'active de WWF et autre associations pour sauver les animaux marins
♦ Elle cuisine plutôt bien, bien que dans une cuisine stable, étrangement, elle se sent plus maladroite que lorsqu'elle cuisinait sur le bateau, pour ses parents qui oubliaient parfois de manger tant ils étaient prit par leur métier
♦ Elle a fait de nombreuses escales à travers le monde qu'elle a ainsi découvert, expérimenté
♦ Elle n'aime pas rester seule quand elle est malade, elle tentera d'appeler quelqu'un pour lui tenir compagnie, comme le faisait sa maman quand ça n'allait pas
♦ Elle aime la pluie, il lui arrive de s'installer dans un transat posé dans le jardin pour en profiter, tant que c'est une petite pluie et non un orage


• INSCRIS LE : 19/04/2017
• MESSAGE : 317 • POINTS : 703
• CÉLÉBRITÉ : Margot Robbie ♥
• CRÉDITS : Cranberry
• DC : la dérangée, Fawn
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}
Lun 17 Juil 2017 - 17:25

  • Laslo
  • Ophée
Tu reviens là après si longtemps
Tu devrais te faire une liste des choses à faire pour remettre cette maison en état pour que tu puisses y vivre tranquillement, confortablement ensuite. Une liste des priorités, comme l'eau et le courant électrique. Tu espères de tout ton coeur que tu n'auras pas de complication avec cela. Car même si il t'ai arrivé d'aider ton père sur quelques bricoles à réparer sur le voilier, il ne s'agissait jamais de toucher au tableau électrique ou de l'eau courante. Même ton père ne s'y essayait pas. Alors si tout ne va pas bien, tu devras sans doute faire appelle à des professionnels. Et toi, tu ne connais personne. Chez qui pourrais-tu aller si il faut faire des travaux pour l'eau ou le courant ? Tu ne pourras pas vivre sans te laver. Tu songes à tout cela, t'angoissant un peu de ces choses qui ne doivent même pas préoccuper le petit bonhomme. Qui d'ailleurs se nomme Laslo. Il se défend qu'il n'est pas si petit, car il a 8 ans et à 8 ans, selon lui, on est grand. Cela t'amuse, c'est si mignon.
« Hoo Laslo, comme c'est beau comme prénom, j'adore ! C'est peu connu. Et tu as raison, à 8 ans, on est grand. »
Bien que pas assez pour vivre tout seul selon toi. Mais ce n'est sans doute pas encore le bon moment pour lui poser des questions sur sa vie, sur ses parents. Tu ne sais rien de ce garçon de 8 ans mise à part son âge et son prénom. Et aussi qu'il a sans doute du recevoir une éducation, une bonne éducation. Et pourtant, il est ici, ayant trouvé refuge dans une maison qu'il pensait abandonné. Sans doute a-t-il rencontré des soucis. Tu trouves qu'il veut grandir bien trop vite. Depuis combien de temps était-il ici tout seul ? Et si ça faisait plusieurs jours, comment s'était-il débrouillé tout seul ? Avait-il au moins mangé ? Ce pauvre petit bonhomme devait vivre quelque chose de vraiment pas facile pour en être arrivé à vouloir se débrouiller tout seul comme un adulte a à peine 8 ans.

Quand il te demande pourquoi tu n'étais pas là avant, tu lui raconte ta vie. Il répond que ça devait être génial. Lui n'a jamais fait de bateau. Mais il connaît un peu les animaux de l'océan. Tu rigoles doucement, amusée. Il te parle de l'aquarium, qu'il a put visiter avec son papa. Les requins qu'il a put y voir, qu'il trouvait effrayant. De sa préférence pour les dauphins. Ils savent faire plein de choses, on peut même nager avec eux. Il te demande si tu as déjà put nager avec eux. Mais ce qui t'amuse le plus, c'est quand il te demande si tu as put voir des pirates.
« Mais tu sais, on peut aussi nager avec plein d'autres animaux et même des requins. Il y en a des gentilles, comme le requin pèlerin. Mais oui, j'ai déjà nagé avec des dauphins. Ils sont très intelligents. Certains scientifiques disent même qu'ils pourraient être plus intelligents que les humains. Mais sinon les pirates, non, je n'en ai jamais vue. Mais tu sais, aujourd'hui, les pirates, ils ne sont plus comme avant, avec le crochet et la jambe de bois. »
C'est vrai que de rencontrer un pirate comme Jack Sparrow, ça doit être vraiment super cool. Mais ils vivaient à une autre époque. Et les seuls qu'on trouve maintenant sont juste des gens déguisés. Les pirates des temps moderne sont bien différents d'avant. Ils ne cherchent plus les trésors.

Le petit bonhomme, pardon, Laslo pense que tu vas bien te plaire ici. Il aime bien la maison, il est content de l'avoir trouvé. Il te parle un peu plus de lui. Tu as put apprendre qu'il avait un papa. Se sont-ils fâchés pour qu'il veuille fuir son papa ? T'aurait-il parlé d'un si beau souvenir avec lui si il ne voulait plus jamais le revoir ? Tu ne penses pas, ce doit être pour une autre raison qu'il est ici.
« Je te crois Laslo. Je vais avoir plein de choses à faire dans cette maison je pense. Ça fait si longtemps qu'il n'y a eu personne. À commencer par un grand nettoyage. »
Tu sais déjà par quoi tu commenceras demain, et pour la suite, tu as une petite idée. Et après, il te faudra réfléchir à ce que tu veux faire dans cette maison pour te sentir chez toi. Peut être que Laslo pourrait t'aider un petit peu. Tu ne peux pas chasser le garçon comme ça. Pas sans savoir d'où il vient. Tu ne peux pas lui dire d'aller dormir dehors. Tu veux l'aider et retrouver sa famille, comprendre ce qu'il y a eu. Tu ne le laisseras pas comme ça. Il te demande d'ailleurs si il peut rester ici. Tu lui souris, lui donnant la barquette de frittes pour qu'il se serve comme il en a envie.
« Oui, tu peux. On ira voir après si il y a encore la chambre dans laquelle je dormais avant de partir. »
Tu laisses cette soirée se passer tranquillement. Tu verras peut être avec lui demain, pour l'aider un peu dans sa situation. Tu reprends les frittes qu'il reste pour manger à ton tour. La salade viendra après, c'est mieux comme ça, tant qu'elles sont chaudes.
« Surtout, manges autant que tu veux Laslo. Si tu en veux encore ! »
Seule dans le noir ?


La vie vaut la peine d'être partagée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre inattendue (Ophée) {Flashback}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» présentation de Ophélie
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord est :: Mount Pleasant-