AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t769-elvis-brook-vous-suggere-sa-page-instagram
friendship never ends


Elvis: Elvis doit son prénom à … Elvis, l’autre Elvis, le King, dont ses parents étaient fans. En plus de ce nom, ils lui ont également transmis la passion pour les débuts du rock qui l’anime aujourd’hui. Il est né à Vancouver et s’il a voyagé il n’a jamais habité ailleurs. Elvis, le King, est décédé le jour du vingtième anniversaire d’Elvis, le nôtre (faites le calcul ^^)
Blues’n’Roll : il s’agit du musée fondé et tenu par Elvis à Vancouver. Il est dédié au blues et aux débuts du Rock’n’Roll. Elvis y fait office de patron, conservateur, guide, factotum… le musée peine à attirer du monde depuis quelques années mais il a récement engagé une caissiére a mi-temps.
Famille: si Elvis n’a plus ses parents depuis longtemps, il lui reste ses enfants. Il a pour ainsi dire élevé son fils seul ce qui ne lui a pas franchement réussit puisque ce dernier est partit vivre chez sa tante quand il en a eu l’occasion, Elvis a également partiellement élevéLilly Rose, la fille ainée de son ex-femme, puisque celle-ci a mis les voiles en laissant tout le monde derrière elle. Il considère Lilly comme sa fille même s’il préfère râler qu’elle le materne de trop que de le lui avouer de vive voix.
Caractère : Elvis est incapable de tenir sa langue. Trop bavard et trop franc, il a tendance à vexer sans le vouloir ceux qui gravitent autour de lui. Trop obnubilé par l’œuvre de sa vie, son musée, et par la musique, il est incapable d’entretenir une relation stable qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Pas qu’il rejette les gens, simplement qu’à force d’être mis au second plan ces derniers se lassent. Elvis est un spécialiste du ‘’bordel organisé’’, son loft situé au-dessus du musée en est l’exemple flagrant.
Pour le reste, lisez sa fiche ^^

• INSCRIS LE : 02/06/2017
• MESSAGE : 116 • POINTS : 442
• CÉLÉBRITÉ : Michael Rooker
• CRÉDITS : Myself
• DC : Mahé
MessageSujet: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Sam 8 Juil 2017 - 0:18






img13

But the man who can sing when he hasn't got a thing
He's the king of the whole wide world

feat. Fawn







J’ai peu de vices, il me semble tout du moins. Après suis-je la meilleure personne pour en juger ? J’en doute sérieusement. Mais n’est-ce pas ce que tous ceux qui trainent suffisamment dans ma vie pour penser pouvoir me connaitre disent avant de claquer la porte ? « Y a que ta foutue musique dans ta vie Elvis ! » « Sort un peu bordel Elvis ! » « Je pige pas Elvis, tu perds ta vie à t’intéresser à celle de types morts un saxo au bec ou une guitare à la hanche.. vit un peu merde ! » Quelque part, ils ont pas franchement tort. Mais qu’est ce qui leur dit que ça me suffit pas comme vie hein ? De quel droit est-ce qu’ils peuvent prétendre savoir comment améliorer mon quotidien ? Enfin ils.. la plupart étaient des « elles ». De ces femmes qui ont été assez folles pour essayer de se faire une place entre le King et Sidney Bechet après le départ de Mac. Les autres étaient de ces prétendus amis qui ne parviennent pas à comprendre qu’on peut prendre plus de plaisir à savourer le doux son d’un vinyle qui grésille en restant vautré dans son canapé, qu’à vider des bières en draguant des cinquantenaires liftées jusqu’aux oreilles attendant désespérément un George Clooney du pauvre au fond d’une boite de nuit hypée. Pourquoi est-ce que je pense à tout ça me direz-vous. Et bien parce que j’ai fini par m’en trouver un autre, de vice. Je ne me souviens plus de ce qui m’a poussé à franchir la porte de ce lieu de perdition pour la première fois. Un vieux souvenir de mon enfance peut être. Quoi que je n’ai pas le souvenir d’avoir jamais perdu des heures entières de ma jeunesse dans ce genre d’endroits. Une fois ou deux peut-être. Une surtout.  Qu’importe.

Aujourd’hui j’y viens surtout pour maintenir une certaine.. réputation.  Faut dire que je suis le seul.. « vieux ».. à avoir gagné le respect de la brochette de petits merdeux qui se prenaient pour les rois du flippers. Il m’a fallu du temps pour en arriver là, d’autant que c’est quelque chose que je voudrais garder pour moi. Hors de question de laisser la moindre piste à Lilly à propos de ce passetemps-là. Elle ne manquerait pas de sauter sur l’occasion pour se moquer ouvertement de moi. Comme si elle avait besoin d’un munition supplémentaire… je l’entends déjà d’ici. « Alors comme ça on a pas eu d’enfance et on se décide maintenant à replonger dedans ? » Ou un truc dans ce gout-là. Je lui fais confiance pour ça.

« Hey Elvis ! Quand le proprio a dit que tu te pointais pour le tournois de Street trois de ce soir, j’pensais que c’était pour voir, pas pour te prendre une raclée. » Un de ces petits bleus habitués des lieux qui ont fini par me considérer comme partie intégrante du décor les mercredi soir me saute quasiment dessus en me voyant entrer. Un autre vient s’appuyer du coude sur son épaule pour en rajouter une couche « Ouai, faut pas faire ça vieux. » Et si l’interjection pourrait presque sonner comme un surnom affectueux, je sais qu’il ne l’a pas choisi au hasard. Mais bien loin de me vexer, je hausse les épaules, un sourire amusé aux lèvres. « Que voulez-vous les jeunes, j’aime vivre dangereusement. » ça suffit généralement à les faire taire, du moins jusqu’à ce qu’on se mensure, joystick en main. A croire que c’est comme pour tout le reste.. il nous faut à nous autre faibles hommes, un moyen de jouer à qui a la plus… et je dois dire que je préfère comparer mes talents à ceux d’un jeunot sur une borne d’arcade qu’ailleurs. Je n’ai pas ce genre de prétentions. « Oh putain.. t’es venu… » Cette voix-là m’est inconnu mais je reconnais le visage de l’ado qui vient de m’apercevoir. « Hey Sam, mon fan number one ! » Un clin d’œil, un claquement de doigt en pointant de l’index dans sa direction, il fait de même, le petit rituel qu’il a instauré depuis qu’il s’est mis en tête de m’apprendre à jouer le soir où j’ai prétendu être son père pour empêcher deux crétins de partir avec son argent de poche. Ça fait partie des choses que je préfèrerais que Lilly ou Jesus n’apprennent pas. Je n’ose imaginer comment ils réagiraient en réalisant, ironie amère, que j’ai été un meilleur père imaginaire pour que ce gamin inconnu en l’espace de quelques minutes que pour eux en l’espace de vingt ans.

Et les parties s’enchainent. J’ai pris place à la borne, Sam derrière mon épaule en guise de coach. C’est qu’il prend son rôle à cœur le petit. « Back dash.. là.. non fais gaffe à son anti air putain…  bas gros poing comme ça.. parfait.. aller… yeaaaaaaaaah ! » J’ai jamais compris pourquoi il jouait pas lui-même, avec la lecture du jeu qu’il a.. qu’importe, notre duo est plutôt efficace et voila mon nom au tableau pour les phases finales. Sam m’a enfin laissé respirer et je lorgne la borne de Housse of the Dead avec envie. Les jeux de baston ça détend un moment mais voila bien mon péché mignon. Le flingue en plastique dans une main, je fouille ma poche pour trouver la monnaie qui m’accorderait un répit bien mérité entre deux matchs. Un coup d’œil à ma montre.. j’ai juste le temps d’abattre une centaine de démons et autres zombies avant de devoir reprendre le tournois. Parfait. « A nous deux Chariot ! »



@Redhairedmoira



 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♦ Je vis avec un lapin, Bambi.
♦ Je suis petite, à peine 1m55, je l'ai toujours assez mal vécut même si ma mère me disait toujours que ce qui est petit est mignon et qu'il n'y a que la mauvaise herbe qui pousse.
♦ Je me suis déjà déguisée en mec et il parait que j'étais plutôt convaincante !
♦ Je me suis déjà rendue dans une boutique de robe de mariées, pour tout essayer et finir par dire que je n'allais pas me marier à la vendeuse qui n'a pas apprécié.
♦ Je me suis rasé le crâne quand j'étais au lycée, pour la lutte contre le cancer. En plus de mon "anorexie" de l'époque, tout le monde m'a crue malade, et j'en ai beaucoup joué, surtout auprès des profs, qui n'osaient pas me donner de mauvaises notes quand je ne faisais pas un devoir.
♦ Je parle anglais, français, je me débrouille en latin et un tout petit peu d'espagnol, mais c'est pas assez pour moi, alors j'étudie pas mal les langues mortes, c'est une passion, comme les momies !
♦ Je déteste ces gens qui viennent se plaindre d'un cheveux dans leurs assiettes, regardes mieux, tu as déjà une vache morte dans ton assiette, pourquoi tu m'emmerdes avec ce cheveux qui est peut être le tient en plus !
♦ Je laisse mon père croire que je suis en étude de médecine. Je ne sais pas comment il a eu cette drôle d'idée. Tout comme je lui laisse croire que j'aime les femmes... Il aime penser que sa petite fille est différente. Je crois que c'est ma folle de mère qui lui a mit ses idées en tête.
♦ Je n'aime pas tellement le café, mais je suis une accro du thé. Je suis difficile avec la nourriture, mais je pourrais me nourrir que de sushis et de sucreries !
♦ Je me moque royalement de la mode, si je veux porter un pantalon jaune moutarde avec un haut vert pomme, un blouson rouge poivron et une casquette bleue marine, je le fais, okay ? Bon, je n'ai quand même pas si mauvais goût !
♦ J'aime me disputer en rigolant, ou regarder les gens se disputer, c'est divertissant , le pop corn s'il vous plaît ?
♦ J'ai perdu ma mère, enfin, c'est ce que je dis, pour vraie, elle est juste internée, elle ne s'est jamais remise de la mort de mon grand frère.
♦ Je suis proche de ma cousine, Lia, et son frère, mon cousin du coup, de Anna, ma meilleure amie. Je hais ce type, celui qui a causé la mort de mon frère.
♦ Je suis une nana très tactile, je n'ai aucun filtre quand je parle et je suis pas facile à vivre, faut le vouloir pour me supporter.

• INSCRIS LE : 22/05/2017
• MESSAGE : 192 • POINTS : 379
• CÉLÉBRITÉ : Nadia Esra
• CRÉDITS : moi et tumblr
• DC : la fille de l'océan, Ophée
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Dim 9 Juil 2017 - 18:48

Observer, c'est du boulot

Elvis

&

Fawn

Ce matin, je me suis décidée à m'installer dans le JARDIN, pour y lire. Bambi, mon lapin, laissé en liberté pour qu'il puisse profiter un peu de cette belle SAISON. Il fait beau et chaud. Et n'aimant pas me faire dorer au soleil, ou plutôt, ma peau supportant mal le bronzage tant je suis blanche de peau à la base. Je ne bonze pas, je crame. Je ne fais que prendre des coup de soleil. De ce fait, je me suis posée sous la grande bâche installée dans le jardin. Un petit salin de jardin s'y trouvant en dessous. Je suis allongée sur cet immense pouf, je me la coule douce. Avec ma tablette, je suis connectée à l'internet, je regarde cette émission que je voulais voir mais que j'ai loupé l'autre soir. Alors je profite du petit matin, de l'étouffante chaleur qui n'est pas encore là, qui sera là dans quelques heures, au début de l'après midi. L'air est encore frais, j'aime bien. Et Bambi est heureux de se promener. Il est encore tôt et pourtant, je suis seule à la maison. La SOLITUDE n'a jamais été un problème pour moi, Je ne suis pas de ces filles qui aiment se faire voir et être le centre d'intérêt. Ces filles qui cherchent la popularité sans vouloir plus que cela. Ou avoir pour simple ambition de devenir reine du bal. Et quoi après ? Bande de crétines ! Ce genre de RÊVERIE, ce n'est pas pour moi. Je ne suis pas cette fille qui ne pense à rien, savourant une PINA COLADA, qui se fait bronzer au bord d'une piscine, mais qui surtout, ne doit pas se mouiller, le broshing quoi ! Quand on voit ma chevelure, on comprend tout de suite que je suis loin de m'en inquiéter. Ce n'est pas pour rien qu'on me surnomme la sauvageonne. Je ne cherche pas à avoir une coiffure parfaite. Bien au contraire. Mais je ne m'inquiète pas de ce qu'on pense de moi.

Plus tard, Bambi a rejoint ma chambre et moi, je suis partie faire un tour. La petite de retour à la maison avec la gouvernante, je n'avais pas envie qu'elle vienne une fois encore, mes casser les pieds pour que je cuisine avec elles. Je n'en peux plus de tout cela. Et je n'aime pas faire semblant. Revenant des courses, je suis donc partie me promener. Passant devant l'AGENCE DE VOYAGE, je m'arrête quelques minutes. Observant la vitrine et les quelques exemples de voyages qui y sont affiché. Je me souviens du dernier voyage en famille. Qui remonte à loin. Du temps où mon frère était encore parmi nous, ma mère aussi, mon père sur terre. Nous étions partis au bord d'un lac. Nous avions bien rigolé, il était le seul avec qui je me lâchais. Nous avions fait un PRÊT pour du matériel, un bateau surtout. J'ai même essayé de faire du SKI NAUTIQUE avec lui. Un échec, mais ce fut drôle, parce que c'était avec lui. Continuant ma petite promenade, j'arrive à cet endroit. Plein de monde, qui hurle. Beaucoup de jeunes. Très jeunes, moins jeune, comme moi, plus vieux et beaucoup plus vieux. Un vieux en fait. Cela m'intrigue, alors je m'arrête devant cette salle de jeux d'arcade. J'observe. Il y a des jeux de SPORT, des jeux de guerre, de combat, des jeux de courses. Des jeux pour tous les goûts… Cette communauté de geek m'intrigue, surtout ce mec qui se détache par son âge. Il pourrait être le père de la moitié des gars d'ici. Peut être même le grand-père des plus jeunes joueurs. Et pourtant, il joue, comme si il était des leurs. Je sors mon carnet de NOTE. Je vais observer tout cela. Je prend place sur un fauteuil de jeu de courses abandonné. Les gens tournés sur deux personnes qui luttent l'une contre l'autre sur un autre jeu.  


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t769-elvis-brook-vous-suggere-sa-page-instagram
friendship never ends


Elvis: Elvis doit son prénom à … Elvis, l’autre Elvis, le King, dont ses parents étaient fans. En plus de ce nom, ils lui ont également transmis la passion pour les débuts du rock qui l’anime aujourd’hui. Il est né à Vancouver et s’il a voyagé il n’a jamais habité ailleurs. Elvis, le King, est décédé le jour du vingtième anniversaire d’Elvis, le nôtre (faites le calcul ^^)
Blues’n’Roll : il s’agit du musée fondé et tenu par Elvis à Vancouver. Il est dédié au blues et aux débuts du Rock’n’Roll. Elvis y fait office de patron, conservateur, guide, factotum… le musée peine à attirer du monde depuis quelques années mais il a récement engagé une caissiére a mi-temps.
Famille: si Elvis n’a plus ses parents depuis longtemps, il lui reste ses enfants. Il a pour ainsi dire élevé son fils seul ce qui ne lui a pas franchement réussit puisque ce dernier est partit vivre chez sa tante quand il en a eu l’occasion, Elvis a également partiellement élevéLilly Rose, la fille ainée de son ex-femme, puisque celle-ci a mis les voiles en laissant tout le monde derrière elle. Il considère Lilly comme sa fille même s’il préfère râler qu’elle le materne de trop que de le lui avouer de vive voix.
Caractère : Elvis est incapable de tenir sa langue. Trop bavard et trop franc, il a tendance à vexer sans le vouloir ceux qui gravitent autour de lui. Trop obnubilé par l’œuvre de sa vie, son musée, et par la musique, il est incapable d’entretenir une relation stable qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Pas qu’il rejette les gens, simplement qu’à force d’être mis au second plan ces derniers se lassent. Elvis est un spécialiste du ‘’bordel organisé’’, son loft situé au-dessus du musée en est l’exemple flagrant.
Pour le reste, lisez sa fiche ^^

• INSCRIS LE : 02/06/2017
• MESSAGE : 116 • POINTS : 442
• CÉLÉBRITÉ : Michael Rooker
• CRÉDITS : Myself
• DC : Mahé
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Dim 9 Juil 2017 - 22:46






img13

But the man who can sing when he hasn't got a thing
He's the king of the whole wide world

feat. Fawn







« A nous deux Chariot ! » Sauf que Chariot, je ne l’atteindrais jamais. Un brouhaha s’élevé de la borne où le tournois se poursuit et qui me fait perdre ma concentration. Je ne peux retenir un « et merde… » rageur en jouant les cow-boy, le flingue ne plastique roulant entre mes doigts avant que je le range dans son rac. L’écran affiche un Game Over clignotant et j’abandonne mon idée de m’offrir une pause digne de ce nom pour revenir vers l’événement principal du soir. L’un des deux jeunes qui m’avaient abordé à mon arrivée vient de passer son quart de finale en achevant son adversaire malgré un.. « zéro de vital » comme dit Sam. Moi j’aurais plutôt dit qu’il était à deux doigts de prendre une raclée et qu’il a réussi à claquer les bons coups spéciaux au pifomètre. Le résultat est le même. Au vu du tableau, je préférerais qu’il se plante rapidement, je n’ai pas envie de me retrouver face à lui en finale ce qui semble pourtant bien parti. Je suis un outsider ce soir. Il n’y a qu’à voir comment les habitués se sont regroupés autour du gamin en question pour comprendre qu’il est le centre de l’attention. De presque toute la salle. Presque. Il y a cette gosse, elle a quoi, peut être même pas la vingtaine, elle griffonne sur un carnet, assise à une borne inoccupée. La sœur ou la copine d’un des participants, probablement.

Mon tour vient et, avec l’aide de mon jeune coach, je me débarrasse de mon adversaire à la surprise générale. Sauf pour mon jeune ami qui ne doute ni de ses talents ni du mien. Il sera bien plus déçu que moi quand je me retrouverais sur la touche, bien plus que moi. Il prend les choses trop au sérieux le gamin. « Lâche moi la bride, Sam. Il reste deux quarts et une demi avant que je ne rejoue, j’vais retourner jouer à un shooting pour souffler. » Il lève les bras en pestant et les laisse retomber lourdement en soufflant mais il proteste bien moins que ce que je ne l’aurais pensé. Je m’attendais à devoir batailler comme un gosse qui négocie d’emprunter la voiture pour sortir sa nana aussi je reste un peu sans voix moi-même devant la facilité avec laquelle j’ai obtenu ma pause. A mon grand regret, c’est suffisant pour me faire prendre la place sur ma borne préférée. Ajoutez ça à la certitude que le petit prétentieux en route pour la finale ne manquera pas de me narguer à volonté, et ma soirée détente prend une mauvaise tournure.

Resigné, je lorgne un peu dans chaque recoin dans l’espoir de trouver une borne décente disponible. Les seules qui semblent n’intéresser personne ce soir sont les racing gamme. Comme celui où la fille de tout à l’heure est toujours installée. Elle n’a pas lâché son crayon et son attitude en retrait éveille ma curiosité. Je sais qu’il est particulièrement malpoli de lorgner par-dessus l’épaule de quelqu’un aussi je me fais offense pour ne pas la contourner pour l’espionner. Au lieu de ça, je viens me placer à côté d’elle pour la questionner en me retenant de laisser trainer mes yeux trop curieux sur son carnet. « Hey ! Tu n’as pas touché un seul de ces jeux de la soirée. Qu’est-ce qu’il a sur ce carnet qui mérite autant ton attention hum ? Me dis pas que t’es une de ces artistes qui croquent les portraits des.. gens ordinaires. Parce que si c’est le cas, j’vais devoir te demander d’pas me dessiner si je perds. » Mais en dépit du ricanement que je lui sers en guise de ponctuation, je regrette mon approche presque aussitôt. Ça mérite le top cinq de mes pires introductions. Vraiment.



@Redhairedmoira



 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♦ Je vis avec un lapin, Bambi.
♦ Je suis petite, à peine 1m55, je l'ai toujours assez mal vécut même si ma mère me disait toujours que ce qui est petit est mignon et qu'il n'y a que la mauvaise herbe qui pousse.
♦ Je me suis déjà déguisée en mec et il parait que j'étais plutôt convaincante !
♦ Je me suis déjà rendue dans une boutique de robe de mariées, pour tout essayer et finir par dire que je n'allais pas me marier à la vendeuse qui n'a pas apprécié.
♦ Je me suis rasé le crâne quand j'étais au lycée, pour la lutte contre le cancer. En plus de mon "anorexie" de l'époque, tout le monde m'a crue malade, et j'en ai beaucoup joué, surtout auprès des profs, qui n'osaient pas me donner de mauvaises notes quand je ne faisais pas un devoir.
♦ Je parle anglais, français, je me débrouille en latin et un tout petit peu d'espagnol, mais c'est pas assez pour moi, alors j'étudie pas mal les langues mortes, c'est une passion, comme les momies !
♦ Je déteste ces gens qui viennent se plaindre d'un cheveux dans leurs assiettes, regardes mieux, tu as déjà une vache morte dans ton assiette, pourquoi tu m'emmerdes avec ce cheveux qui est peut être le tient en plus !
♦ Je laisse mon père croire que je suis en étude de médecine. Je ne sais pas comment il a eu cette drôle d'idée. Tout comme je lui laisse croire que j'aime les femmes... Il aime penser que sa petite fille est différente. Je crois que c'est ma folle de mère qui lui a mit ses idées en tête.
♦ Je n'aime pas tellement le café, mais je suis une accro du thé. Je suis difficile avec la nourriture, mais je pourrais me nourrir que de sushis et de sucreries !
♦ Je me moque royalement de la mode, si je veux porter un pantalon jaune moutarde avec un haut vert pomme, un blouson rouge poivron et une casquette bleue marine, je le fais, okay ? Bon, je n'ai quand même pas si mauvais goût !
♦ J'aime me disputer en rigolant, ou regarder les gens se disputer, c'est divertissant , le pop corn s'il vous plaît ?
♦ J'ai perdu ma mère, enfin, c'est ce que je dis, pour vraie, elle est juste internée, elle ne s'est jamais remise de la mort de mon grand frère.
♦ Je suis proche de ma cousine, Lia, et son frère, mon cousin du coup, de Anna, ma meilleure amie. Je hais ce type, celui qui a causé la mort de mon frère.
♦ Je suis une nana très tactile, je n'ai aucun filtre quand je parle et je suis pas facile à vivre, faut le vouloir pour me supporter.

• INSCRIS LE : 22/05/2017
• MESSAGE : 192 • POINTS : 379
• CÉLÉBRITÉ : Nadia Esra
• CRÉDITS : moi et tumblr
• DC : la fille de l'océan, Ophée
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Lun 10 Juil 2017 - 0:35

Observer, c'est du boulot

Elvis

&

Fawn

C'est par hasard que je suis arrivée là. Je ne pensais pas à grand-chose en fait quand je suis venue là. Aucune intention en tête. Je voulais juste éviter de rester à la maison. D'entendre cette fausse fillette vouloir que je me comporte comme sa sœur, que je cuisine avec elle et la gouvernante. Ce que je n'aime pas. Et puis je sais pas, en passant devant cette salle de jeux, je me suis sentie attirée, intriguée. J'ai eu envie de m'approcher. Tout en restant à l'écart. Les bains de foules, ce n'est pas pour moi. Je me suis installée loin de tous pour observer leurs comportements. Pour comprendre cet attroupement autour d'un seul et même jeu. Et puis qu'elle idée de venir dépenser tout son argent dans ce type d'endroit alors qu'ils peuvent économiser tout cela et s'acheter un jeu auquel ils peuvent jouer tranquillement chez eux. À la longue, ça leur fait pas mal d'économie. Mais puis-je comprendre cet intérêt, moi qui ne joue jamais ? Je me suis justement arrêtée là pour tenter de comprendre. À défaut de pouvoir étudier une ancienne civilisation disparue qui me passionne, j'étudie les gens que je croise. Et donc ce groupe de personnes. Avec mon carnet, je peux ECRIRE des notes sur ce que j'observe. Comme je le fais quand je me pose ainsi dans un endroit pour étudier le comportement des gens. Je me trouve parfois tellement différente. À l'université, j'entends ce qu'il se dit de moi, que je suis une fille sans âme, sans coeur. Juste un cerveau. Cela me va. Être considérée comme un cerveau, cela veut dire que les gens me considère comme étant une personne intelligente. Et je le suis. Je continue de prendre note sur ma FEUILLE, observant ces gens.  Ils se réjouissent de la victoire d'un camarade. Un autre duo relève le DEFI et s'affronte. Le vieux fait partie du lot. Et gagne. Mais la foule semble moins se réjouir pour lui que pour le petit jeune qui se la raconte.

Le dernier victorieux s'approche de moi. Il me parle, je crois. Je relève mon nez de mes notes. Je l'écoute. Il constate en effet que je n'ai touché aucun de ces jeux qui nous entourent. Il aurait remarqué ma présence depuis mon arrivée ? Moi qui passe souvent totalement inaperçu ? La preuve en aie, c'est qu'il est le premier à venir me parler depuis que je suis là. Il me demande ce qu'il se trouve sur mon carnet qui puisse demander toute mon attention. Il espère que je ne soit pas une de ses artistes qui capturent les instants présent en dessinant. Et que si tel est le cas, il ne souhaite pas que je le dessine si au résultat, il ne gagne pas.
« Ai-je la tête d'une artiste qui tire les portraits des gens pour les afficher ensuite dans le COULOIR de mon APPARTEMENT ?je ne trouve aucun intérêt à ce genre d'art quand on sait qu'il y a l'APPAREIL PHOTO pour cela maintenant. Et c'est bien plus précis qu'un dessin. »
C'est vrai quoi, c'est dans la nature de l'homme que de faire des erreurs. Et ils peuvent bien arranger le dessins comme ça les arrange justement. C'est bien pour cela qu'une photo, c'est bien plus dans le vrai qu'un dessin. Mais non, je ne suis pas une artiste. Ni en dessin, ni en photo. Juste une fille qui étudie, encore et toujours. Bien que les cours soient terminés pour la période estivale avant de reprendre en septembre. Pour une nouvelle année, de nouveaux profs et tout ce qui va avec. Il me tarde. J'adore mes études. J'ai hâte de commencer à faire des stages et d'être sur le terrain.
« C'est quoi ce rassemblant de boutonneux ? C'est dans le CADRE pour un FORUM de jeux de MANEGE ? »
Je ne vois pas cela autrement. Des adolescents boutonneux ! Certains semblent se foutre pas mal de leur apparence, arborant des pustules ignobles que je peux voir de ma place. Cela me dégoûte totalement. Il existe des crèmes pour se soigner. Comme je l'ai fait étant adolescente. Bien que je puis dire avoir été chanceuse de ce côté là. Je n'ai pas eue une poussée de boutons faramineuse.  Trouvant qu'il fait chaud ici, avec tout le monde qui s'y trouve et toutes ces machines qui tournent et chauffent, j'étouffe. Je sors un EVENTAIL de mon sac pour me faire de l'air. Je me demande si je ne devrais pas aussi m'attacher les cheveux. Mais ne le faisant jamais, je doute avoir ce qu'il faut pour les retenir.   


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t769-elvis-brook-vous-suggere-sa-page-instagram
friendship never ends


Elvis: Elvis doit son prénom à … Elvis, l’autre Elvis, le King, dont ses parents étaient fans. En plus de ce nom, ils lui ont également transmis la passion pour les débuts du rock qui l’anime aujourd’hui. Il est né à Vancouver et s’il a voyagé il n’a jamais habité ailleurs. Elvis, le King, est décédé le jour du vingtième anniversaire d’Elvis, le nôtre (faites le calcul ^^)
Blues’n’Roll : il s’agit du musée fondé et tenu par Elvis à Vancouver. Il est dédié au blues et aux débuts du Rock’n’Roll. Elvis y fait office de patron, conservateur, guide, factotum… le musée peine à attirer du monde depuis quelques années mais il a récement engagé une caissiére a mi-temps.
Famille: si Elvis n’a plus ses parents depuis longtemps, il lui reste ses enfants. Il a pour ainsi dire élevé son fils seul ce qui ne lui a pas franchement réussit puisque ce dernier est partit vivre chez sa tante quand il en a eu l’occasion, Elvis a également partiellement élevéLilly Rose, la fille ainée de son ex-femme, puisque celle-ci a mis les voiles en laissant tout le monde derrière elle. Il considère Lilly comme sa fille même s’il préfère râler qu’elle le materne de trop que de le lui avouer de vive voix.
Caractère : Elvis est incapable de tenir sa langue. Trop bavard et trop franc, il a tendance à vexer sans le vouloir ceux qui gravitent autour de lui. Trop obnubilé par l’œuvre de sa vie, son musée, et par la musique, il est incapable d’entretenir une relation stable qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Pas qu’il rejette les gens, simplement qu’à force d’être mis au second plan ces derniers se lassent. Elvis est un spécialiste du ‘’bordel organisé’’, son loft situé au-dessus du musée en est l’exemple flagrant.
Pour le reste, lisez sa fiche ^^

• INSCRIS LE : 02/06/2017
• MESSAGE : 116 • POINTS : 442
• CÉLÉBRITÉ : Michael Rooker
• CRÉDITS : Myself
• DC : Mahé
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Lun 10 Juil 2017 - 1:26






img13

But the man who can sing when he hasn't got a thing
He's the king of the whole wide world

feat. Fawn







De toutes évidence, elle n’est pas de ces poupées sans esprit qui se laissent berner par la promesse d’un cornet de glace en bord de mer, un coucher de soleil en guise de romantisme. Elle ne ressemble pas non plus à celles qui veulent se la jouer rébellion en tentant de séduire de faux mauvais garçons un rhum coca à la main. Non. Sa réponse et son ton franc laisse plutôt entrevoir une gamine au caractère bien tranché et mon ricanement se mue en un rire tout aussi franc après qu’elle ait comparé le dessin à la photo. Je pourrais débattre des heures sur le sujet, sur l’importance de l’art sous toutes ses formes mais au lieu de ça, je cède à mon envie première de jeter un œil par-dessus son épaule. Elle n’a pas répondu à ma question, gardant ce qu’elle griffonne pour elle-même, et me la retournant plus ou moins. « Ce qu’ils font là ? Oh ça n’a rien à voir avec un de ces tournois internationaux mais ça reste un petit évènement. »  Il est vrai que le proprio n’a pas barbouillé le quartier de signalisation en tout genre quant à ce tournois mais je suis surpris de voir qu’elle n’a pas saisi le thème de la soirée. Sait-elle au moins où elle se trouve ? Il est de ces salles d’arcades mal famée où il est fréquent de voir la police faire quelques descentes régulières au vu de la fréquentation des lieux. Ce n’est pas le cas de celle-ci, loin de là. Aussi il n’est pas si surprenant de voir une jeune femme seule ici. A moins que, comme celle-ci, elle ignore pourquoi elle se trouve là.

Par reflexe, je lève les yeux vers le climatiseur qui semble tourner au ralenti au-dessus de nos tête quand la gamine sort un éventail. Le temps n’est certes pas encore aux bikinis et à la crème solaire mais il est vrai qu’enfermé ici il fait relativement lourd même pour une nuit fraiche comme celle-ci. Mais je suis loin de me focaliser sur la température de la pièce, j’ai connu bien pire à l’époque où je passais mes nuits dans des caves bondées à tenter de dénicher les dernières perles que le jazz nous apportait, des petites merveilles qu’aucun des gosses présents ici ne connaitra jamais pour la simple et bonne raison que la plupart de ces morceaux n’ont jamais pris le chemin des maisons de disques.  Au lieu de me plaindre, je décide de lui expliquer plus en détail le pourquoi du comment de toute l’animation de ce soir. « La plupart de ces gosses sont là parce qu’ils rêvent. Ils rêvent de se faire remarquer. De dénicher un contrat avec des sponsors d’E-sport et finir dans les top cinq de la prochaine compétions internationale. D’autres sont là pour passer le temps simplement. Certains sont des curieux qui passaient par là. » Je ne m’interromps que pour éviter la vague humaine qui se presse dans l’allée où nous nous trouvons comme l’un des concurrents entraine son groupe de supporters en quittant la salle non sans pester tout son saoul. Mauvais perdant celui-là. « D’autres comme lui… s’imaginaient probablement se faire une réputation devant les copains. C’est raté pour ce soir on dirait. »

Je jette un œil au tableau, puis à l’horloge. Sam, où qu’il puisse être dans ce bazar, ne devrait pas tarder à revenir me chercher. Et je regretterais de ne pas avoir pu obtenir la réponse à ma question première si elle disparaissait entre temps. C’est pas que ça puisse changer grand-chose à ma vie, c’est juste que ce brin de femme qui trône ici comme un chien au milieu d’un jeu de quille titille de trop ma curiosité. Et comme j’ai pas ma langue dans ma poche, je me gêne pas pour reposer ma question tout en m’adossant bras croisés contre la machine où elle s’est installée. « J’ai ouvert les paris avec moi-même et v’la que je sais plus vraiment si j’avais tort ou raison. J’pensais que t’étais la sœur d’un de ces champions en herbe, mais t’aurais pas posé cette question si c’était le cas. Tu les aurais pas non plus appelés des ados boutonneux, ce qui au passage est pas très flatteur pour les trentenaires nostalgiques parmi eux ou le clown que je suis, t’aurais employé d’autres mots si t’étais là pour pas rentrer seule. Donc… je me répète mais.. j'arrive pas à comprendre ce qu’une fille avec un plus d’esprit que la moyenne vient faire ici si c'est pas pour profiter des bornes pour se changer les idées ? »



@Redhairedmoira



 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♦ Je vis avec un lapin, Bambi.
♦ Je suis petite, à peine 1m55, je l'ai toujours assez mal vécut même si ma mère me disait toujours que ce qui est petit est mignon et qu'il n'y a que la mauvaise herbe qui pousse.
♦ Je me suis déjà déguisée en mec et il parait que j'étais plutôt convaincante !
♦ Je me suis déjà rendue dans une boutique de robe de mariées, pour tout essayer et finir par dire que je n'allais pas me marier à la vendeuse qui n'a pas apprécié.
♦ Je me suis rasé le crâne quand j'étais au lycée, pour la lutte contre le cancer. En plus de mon "anorexie" de l'époque, tout le monde m'a crue malade, et j'en ai beaucoup joué, surtout auprès des profs, qui n'osaient pas me donner de mauvaises notes quand je ne faisais pas un devoir.
♦ Je parle anglais, français, je me débrouille en latin et un tout petit peu d'espagnol, mais c'est pas assez pour moi, alors j'étudie pas mal les langues mortes, c'est une passion, comme les momies !
♦ Je déteste ces gens qui viennent se plaindre d'un cheveux dans leurs assiettes, regardes mieux, tu as déjà une vache morte dans ton assiette, pourquoi tu m'emmerdes avec ce cheveux qui est peut être le tient en plus !
♦ Je laisse mon père croire que je suis en étude de médecine. Je ne sais pas comment il a eu cette drôle d'idée. Tout comme je lui laisse croire que j'aime les femmes... Il aime penser que sa petite fille est différente. Je crois que c'est ma folle de mère qui lui a mit ses idées en tête.
♦ Je n'aime pas tellement le café, mais je suis une accro du thé. Je suis difficile avec la nourriture, mais je pourrais me nourrir que de sushis et de sucreries !
♦ Je me moque royalement de la mode, si je veux porter un pantalon jaune moutarde avec un haut vert pomme, un blouson rouge poivron et une casquette bleue marine, je le fais, okay ? Bon, je n'ai quand même pas si mauvais goût !
♦ J'aime me disputer en rigolant, ou regarder les gens se disputer, c'est divertissant , le pop corn s'il vous plaît ?
♦ J'ai perdu ma mère, enfin, c'est ce que je dis, pour vraie, elle est juste internée, elle ne s'est jamais remise de la mort de mon grand frère.
♦ Je suis proche de ma cousine, Lia, et son frère, mon cousin du coup, de Anna, ma meilleure amie. Je hais ce type, celui qui a causé la mort de mon frère.
♦ Je suis une nana très tactile, je n'ai aucun filtre quand je parle et je suis pas facile à vivre, faut le vouloir pour me supporter.

• INSCRIS LE : 22/05/2017
• MESSAGE : 192 • POINTS : 379
• CÉLÉBRITÉ : Nadia Esra
• CRÉDITS : moi et tumblr
• DC : la fille de l'océan, Ophée
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Mer 12 Juil 2017 - 0:27

Observer, c'est du boulot

Elvis

&

Fawn

Ouais, ce qu'ils font là, enfin, ma question était simple à comprendre non ? Il dit que ça n'a rien à voir avec un tournois machin, je m'en fiche de tout ça. Je ne parlais pas tournois, je voulais savoir pourquoi ils étaient là, tous collé au même jeu, à regarder deux ado s'acharner sur les boutons des machines. Si il y avait un événement quoi. Enfin, le bonhomme me répond quand même à la question, même si je n'en sais pas vraiment plus au final. Je pense bien que c'est un événement, vue le monde. Et qu'ils ne sont pas là pour jouer au TENNIS DE TABLE, ou alors seulement si c'est un jeu de ce sport. Ça n'a donc rien à voir avec un tournois de style international, mais ça ressemble tout de même à une sorte de tournois. Enfin, ils se combattent non ? Ce n'est pas pour le plaisir qu'ils font tout ça. Enfin, je veux parler de l'organisation. J'ai bien comprit qu'il y avait un ordre de passage. Des gagnants et des perdants.
« Qu'est-ce comme événement alors ? J'ai remarqué qu'il y avait une organisation. Des tours, des gagnants, des loosers. Et si j'ai bien tout suivit, ce sera prochainement de nouveau à vous monsieur. Mais n'êtes vous pas un peu vieux ? Vous dépasser largement la moyenne d'âge des boutonneux que l'on trouve ici. On pourrait presque voir encore la bave que leurs mamans n'a pas essayé ! »
Il me parle de ces gosses. Ces gosses qui ont des rêvent… Comme c'est inutile ! Les rêves, c'est bien pour ceux qui ne savent pas quoi faire de leur avenir. En revanche, moi je sais parfaitement. Et ce n'est pas de finir ma vie sur une PLANCHE A ROULETTE. Et je trouve qu'il y a bien plus de mérite d'être champion de BOWLING que champion d'un jeu de bowling.
« Vous me dîtes que ça, c'est considéré comme du sport ? Tapoter sur des boutons ? Du sport ? C'est une blague ! »
Je n'y crois pas. C'est n'importe quoi cette civilisation de geek ! Inventer n'importe quoi pour dire qu'ils font du sport sans bouger du canapé ! Bon, d'accord, là, ils ont bougé… Mais ce serait comme considérer les échecs comme un sport…

Il me fait remarquer ce gamin qui repart déçut, en colère. On voit presque les LARMES couler sur ses joues. Sans doute par rage d'avoir perdu. Et en plus de ça, ils sont mauvais perdant. Qu'est-ce qu'ils sont peu bon joueur. Le voir ainsi, s'en est décevant. J'écoute le vieux me parler des paris qu'il a ouvert avec lui-même. Là aussi, je ne comprend pas l'intérêt de faire un paris avec sa propre personne. Ce n'est pas comme ça qu'il va gagner de l'argent. Il me pensait la sœur d'un de ces gars. Peut être que si mon frère était encore de ce monde, si serait de ces mecs là, que j'observe. Mais il n'est plus, un MALHEUR qui se trouve être une autre histoire, alors la question ne se pose pas. Mais il doute par mes questions à ma façon de surnommer les jeunes. Boutonneux, comme je les ai surnommé. Ce qu'il ne trouve pas très flatteur pour lui ou les trentenaires qui sont là. Veut-il vraiment savoir ce que je pense d'eux ? Et puis eurk. Il pensait vraiment que j'aurais put avoir l'idée de venir là pour draguer un de ces loosers ? Ho non, mais ça va pas la tête ! Mais ce vieux bonhomme, semble avoir comprit que j'avais plus d'esprit que la plupart des gens ici présent. Ou bien est-ce pour me flatter. Qu'importe.
« Je suis là pour étudier le comportement des gens. Et sûrement pas pour profiter des bornes, je n'ai pas envie de finir ma vie dans une ROULOTTE. Combien d'entre eux vont vraiment réussir comme vous me le disiez, avoir un sponsor et tout ? Il faut le reconnaître, la plupart vont rater leurs vies. Certaines que la moitié des trentenaires ici, sont encore chez leurs parents ! »
Si jamais je devais me tester à un jeu, ce serait un jeu qui demande de l’intellect. Un jeu d'EVASION, avec des énigmes et tout ça qu'il faut résoudre. Quelque chose avec un peu de réalisme. Et non pas ces jeux de combats ridicule ! Enfin, je regarde, je vois leurs deux personnages se combattre au milieu de l'OCEAN, sur une plaque qui semble flotter. Et quand ils tombent à l'eau, ils meurent. Comme ça, directement. J'ai l'impression qu'il fait de plus en plus lourd. J'ai soif et étrangement, je boirais bien un JUS de TOMATE.   


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t769-elvis-brook-vous-suggere-sa-page-instagram
friendship never ends


Elvis: Elvis doit son prénom à … Elvis, l’autre Elvis, le King, dont ses parents étaient fans. En plus de ce nom, ils lui ont également transmis la passion pour les débuts du rock qui l’anime aujourd’hui. Il est né à Vancouver et s’il a voyagé il n’a jamais habité ailleurs. Elvis, le King, est décédé le jour du vingtième anniversaire d’Elvis, le nôtre (faites le calcul ^^)
Blues’n’Roll : il s’agit du musée fondé et tenu par Elvis à Vancouver. Il est dédié au blues et aux débuts du Rock’n’Roll. Elvis y fait office de patron, conservateur, guide, factotum… le musée peine à attirer du monde depuis quelques années mais il a récement engagé une caissiére a mi-temps.
Famille: si Elvis n’a plus ses parents depuis longtemps, il lui reste ses enfants. Il a pour ainsi dire élevé son fils seul ce qui ne lui a pas franchement réussit puisque ce dernier est partit vivre chez sa tante quand il en a eu l’occasion, Elvis a également partiellement élevéLilly Rose, la fille ainée de son ex-femme, puisque celle-ci a mis les voiles en laissant tout le monde derrière elle. Il considère Lilly comme sa fille même s’il préfère râler qu’elle le materne de trop que de le lui avouer de vive voix.
Caractère : Elvis est incapable de tenir sa langue. Trop bavard et trop franc, il a tendance à vexer sans le vouloir ceux qui gravitent autour de lui. Trop obnubilé par l’œuvre de sa vie, son musée, et par la musique, il est incapable d’entretenir une relation stable qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Pas qu’il rejette les gens, simplement qu’à force d’être mis au second plan ces derniers se lassent. Elvis est un spécialiste du ‘’bordel organisé’’, son loft situé au-dessus du musée en est l’exemple flagrant.
Pour le reste, lisez sa fiche ^^

• INSCRIS LE : 02/06/2017
• MESSAGE : 116 • POINTS : 442
• CÉLÉBRITÉ : Michael Rooker
• CRÉDITS : Myself
• DC : Mahé
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Mer 12 Juil 2017 - 3:16






img13

But the man who can sing when he hasn't got a thing
He's the king of the whole wide world

feat. Fawn







Le fait qu’elle ait du mal à saisir le principe de l’e-sport me tire un nouveau rictus amusé. Elle veut se donner des airs de gamine hors norme mais elle a la même mentalité obtue que bien des gens. Depuis quand le sport c’est transpirer comme un chien à se taper des kilomètres basket aux pieds ou taper des heures durant dans un sac de sable ? Depuis le dictat du paraitre. Il faut perdre du poids alors on fait « du sport ». Il faut de beaux abdos sur la plage alors on va à la salle de muscu. Il faut paraitre cinq ans de moins que sur sa carte d’identité alors on se tartine de crème et on se fait lifter. Le sport, c’est avant tout la compétition. Elle est pas si différente des autres si elle a oublié ça, ou peut être que si mais qu’elle joue avec les mots pour analyser mon opinion. J’en sais rien.

Sam me fait signe de revenir à la borne au moment où elle répond enfin à la question la plus importante de la soirée : qu’est ce qu’elle fait ici. Et la réponse me laisse un peu sans voix pour être honnête. Elle est comme l’autre dans ce vieux western, jeune en nombre d’années mais vielle en nombre d’heures. Elle a pas vécu qu’elle a déjà perdu l’envie. La chanson qu’elle me chante je l’ai déjà entendu trop souvent. J’ai l’impression d’entendre Lilly. Oh bien sûr, Lilly quant à elle descendrait une autre passion, mais elle aussi me tiendrait ce genre de discours sur l’inutilité de s’accrocher à un rêve et l’intérêt d’ancrer les pieds sur terre. Aussi je compte bien poursuivre le débat pour défendre le point de vue de ces gosses accrochés à leur joystick, et ce malgré Sam qui a fini par venir me chopper par le bras pour me ramener au tournois en voyant que je rêvassais ainsi. « Bouge pas d’ici, faut qu’on termine cette conversation. » que j’ai juste le temps de lâcher à la demoiselle en faisant ce bref mouvement pointant mes yeux, puis les siens, puis les miens de nouveau. Ah une occasion pareille, je vais pas la manquer.

Mon Dhalsim a beau être bien rodé grâce à l’aide de mon jeune ami, j’avoue avoir le plus grand mal à ne pas concéder la demi-finale au Ryu de l’ado qui me fait face. Peut-être aussi  parce qu’une part de moi est déjà en train de chercher les meilleures formulations possible pour dégeler le bloc de glace qui sert d’esprit à l’inconnue au carnet de note. « Qu’est ce que tu fous Elvis ? T’as failli nous faire perdre… hey ho.. j’te parle ? Tu m’écoutes même pas hein ? » « Hmm ? Si, si Sam, je t’écoute. Et on est en finale. C’était pas beau comme match mais on y est. Arrête de râler. » « Mouai… » Le patron annonce qu’il offre dix parties gratuites à tous les participants arrivés en phases finales et qu’on a une petite demi-heure avant la finale du même coup et j’en profite pour filer mes jetons à Sam pour le faire taire. « Tiens, va te détendre un peu. » J’assortie le tout d’un clin d’œil et je le laisse disparaitre de l’autre coté de la salle. Moi j’ai un débat à mener.

Elle a pas bougé d’un pouce. Ou elle est revenue à sa place sous le climatiseur mal réglé. J’en sais rien et pour tout dire j’ai beau etre curieux, j’irais pas jusqu’à la fliquer. « Où on en était d’ja ? Ah oui… » Et c’est parti. J’ai un peu moins de trente minutes pour convaincre cette gosse de pas foirer sa vie le nez dans ses papiers ou du moins lui faire comprendre qu’elle a pas le droit de juger ceux qui ont préféré rêver. « On parlait des probabilités qu’ont ces gosses de rater leur vie. C’est p’être vrai, mais encore faut il définir ce qu’est une vie.. ratée. On peut très bien ne pas réussir sa vie mais réussir dans la vie. J’veux pas tirer la couverture à moi mais j’en suis le parfait exemple. J’ai un business qui tourne, même si y a des hauts et des bas, mais j’ai une vie sociale… pour le moins lamentable.  Alors si ces gosses veulent faire l’inverse, c’est pas moi qu’irais les en blâmer. » Ouai hein ? On peut pas dire que j’ai réussi ma vie. Je fais ce qui me plait, littéralement, mais j’aurais pu faire un effort et concilier les deux, sacrifier un peu du King pour garder une vie de famille digne de ce nom. Enfin si Mac avait pas été folle à lier. J’aurais pu être plus proche de mon fils et pas le laisser disparaitre quand il en a eu l’occasion déjà.

Je ravale ces pensées et je poursuis. J’ai besoin d’un contre exemple, je prends Sam, c’est lui que je connais le mieux après tout. « Sam par exemple. De ce que j’en sais, il est accroché à ses études. Il bosse les week end au lieu de les passer sur une planche de surf avec ses potes et il passe ses soirées là vu qu’il a révisé au lieu de sortir. Autre exemple, l’autre andouille qui va très certainement m’envoyer au tapis en finale. Lui il bosse dans un garage. Enfin j’crois. Et plutôt que d’aller se saouler au gin tonic dans une boite à la mode, il claque son fric dans cette salle. C’est ce qu’ils aiment faire. Chacun sa drogue si on peut dire. » Je marque une pause le temps d’admirer le talent d’une fille complètement désarticulée qui explose les scores à Dance Dance Revolution, et en sandales je vous prie. Je me permets d’applaudir quand le morceau se termine, uniquement pour être freiné dans mon élan par le regard sceptique de mon interlocutrice. Je laisse donc filer un soupire avant de poursuivre mon plaidoyer.   « Après dans les trentenaires, beaucoup sont là pour les mêmes raisons que moi. Pour se changer les idées après une journée de boulot tout en réveillant de vieux souvenirs. C’est plus sympa de venir ici que de s’enfermer seul devant une console de salon. C’est comme comparer un match dans un stade et le même vu à la tv.»  Oui, je sais. J’aurais pu m’abstenir de la relancer sur le coté sportif de la chose mais c’est plus fort que moi.



@Redhairedmoira



 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♦ Je vis avec un lapin, Bambi.
♦ Je suis petite, à peine 1m55, je l'ai toujours assez mal vécut même si ma mère me disait toujours que ce qui est petit est mignon et qu'il n'y a que la mauvaise herbe qui pousse.
♦ Je me suis déjà déguisée en mec et il parait que j'étais plutôt convaincante !
♦ Je me suis déjà rendue dans une boutique de robe de mariées, pour tout essayer et finir par dire que je n'allais pas me marier à la vendeuse qui n'a pas apprécié.
♦ Je me suis rasé le crâne quand j'étais au lycée, pour la lutte contre le cancer. En plus de mon "anorexie" de l'époque, tout le monde m'a crue malade, et j'en ai beaucoup joué, surtout auprès des profs, qui n'osaient pas me donner de mauvaises notes quand je ne faisais pas un devoir.
♦ Je parle anglais, français, je me débrouille en latin et un tout petit peu d'espagnol, mais c'est pas assez pour moi, alors j'étudie pas mal les langues mortes, c'est une passion, comme les momies !
♦ Je déteste ces gens qui viennent se plaindre d'un cheveux dans leurs assiettes, regardes mieux, tu as déjà une vache morte dans ton assiette, pourquoi tu m'emmerdes avec ce cheveux qui est peut être le tient en plus !
♦ Je laisse mon père croire que je suis en étude de médecine. Je ne sais pas comment il a eu cette drôle d'idée. Tout comme je lui laisse croire que j'aime les femmes... Il aime penser que sa petite fille est différente. Je crois que c'est ma folle de mère qui lui a mit ses idées en tête.
♦ Je n'aime pas tellement le café, mais je suis une accro du thé. Je suis difficile avec la nourriture, mais je pourrais me nourrir que de sushis et de sucreries !
♦ Je me moque royalement de la mode, si je veux porter un pantalon jaune moutarde avec un haut vert pomme, un blouson rouge poivron et une casquette bleue marine, je le fais, okay ? Bon, je n'ai quand même pas si mauvais goût !
♦ J'aime me disputer en rigolant, ou regarder les gens se disputer, c'est divertissant , le pop corn s'il vous plaît ?
♦ J'ai perdu ma mère, enfin, c'est ce que je dis, pour vraie, elle est juste internée, elle ne s'est jamais remise de la mort de mon grand frère.
♦ Je suis proche de ma cousine, Lia, et son frère, mon cousin du coup, de Anna, ma meilleure amie. Je hais ce type, celui qui a causé la mort de mon frère.
♦ Je suis une nana très tactile, je n'ai aucun filtre quand je parle et je suis pas facile à vivre, faut le vouloir pour me supporter.

• INSCRIS LE : 22/05/2017
• MESSAGE : 192 • POINTS : 379
• CÉLÉBRITÉ : Nadia Esra
• CRÉDITS : moi et tumblr
• DC : la fille de l'océan, Ophée
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Ven 14 Juil 2017 - 13:12

Observer, c'est du boulot

Elvis

&

Fawn

L'homme un peu trop vieux selon moi pour se joindre à la meute de crétin. Limite, certains portent encore une couche quand lui a du connaître l'ancienne génération, celle avec l'EPINGLETTE. Il n'a pas le temps de se justifier ou même de parler que je vois un homme lui faire signe, un homme qui s'impatiente du retour de monsieur. Il me dit de ne pas bouger de là, que nous n'avons pas terminé notre conversation. Il se prend pour qui lui ? Même mon père, je ne lui obéit pas. Je bougerai si j'ai envie de bouger et je vais justement bouger car j'ai soif et j'avais envie d'un jus de tomate. Mais dans cet endroit, je ne trouve rien  à part un distributeur. Et dedans, comme je devais m'y attendre, rien que des cochonneries à grignoter. Habituellement, ça aurait put me plaire, mais il n'y a plus aucun paquet de chips. Enfin tout le monde sait que ce n'est pas un repas, mais qu'est-ce qu'il mangerait d'autre ici en jouant ? Je m'en vais à côté, je n'ai pas une LONGUE DISTANCE à parcourir. Il y a ce petit stand qui vend un peu de tout. Je prend des chips au POULET et une boisson fraîche avant de revenir à ma place. Je pourrais aller ailleurs, mais c'est de là que je vois le mieux l’attroupement de gens autour du jeu. Commençant à manger mes chips, je me demande comment elles peuvent avoir un goût de poulet comme ça. Et est-ce que les poulets ont été élevés dans une FERME en plein air ? Je me pose peut être d'étrange question. Les gens disent souvent que je suis bizarre. Tout comme quand je lis le DICTIONNAIRE pour apprendre de nouveau mot. En quoi est-ce étrange ?

Avec ma balade, j'ai loupé la partie du vieux bonhomme qui revient déjà vers moi. Il reprend notre conversation, comme il le voulait avant que qu'il ne parte faire sa partie. J'écoute à moitié ce qu'il me dit, regardant derrière lui, cette personne qui joue à ce drôle de jeu. Un jeu où il doit faire avancer un crapaud sur de RADEAU en radeau pour éviter qu'il ne tombe à l'eau. Mais le crapaud vit dans l'eau, c'est étrange donc d'inventer un jeu où l'eau le tue…
« Diriez vous que vous n'avez aucun regret ? Que vous ne changeriez rien dans votre vie ? Que tout est parfait ? »
Qu'il veuille défendre sa communauté est un CLASSIQUE et je m'y attendais. Mais qu'importe, j'ai du mal à voir du positif dans leur vie, surtout quand je vois en arrière plan un gars qui se récure l'OREILLE et son pote qui fait une exploration approfondi de ses cavité nasales … Beurk ! Là tout de suite, je crois que je préfère aller étudier les moutons, même si cela signifie les regarder manger la PELOUSE toute la journée. Plutôt que ce gars dégoûtant, je crois que niveau étude de l'humain, j'ai même préféré observer mon idiote de voisine qui change de COIFFURE toutes les semaines. Puis j'entends le bonhomme me faire tout un long monologue donnant différents exemple pour soutenir ce qu'il me dit.
« Donc vous êtes ici, au milieu des gosses pour vous changer les idées de votre journée de travail ? Elle a été si mauvaise que vous avez besoin de faire autre chose ? »
Peut être qu'il y a quelque chose que je ne comprend pas là dedans. Et moi, je suis là pour comprendre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t769-elvis-brook-vous-suggere-sa-page-instagram
friendship never ends


Elvis: Elvis doit son prénom à … Elvis, l’autre Elvis, le King, dont ses parents étaient fans. En plus de ce nom, ils lui ont également transmis la passion pour les débuts du rock qui l’anime aujourd’hui. Il est né à Vancouver et s’il a voyagé il n’a jamais habité ailleurs. Elvis, le King, est décédé le jour du vingtième anniversaire d’Elvis, le nôtre (faites le calcul ^^)
Blues’n’Roll : il s’agit du musée fondé et tenu par Elvis à Vancouver. Il est dédié au blues et aux débuts du Rock’n’Roll. Elvis y fait office de patron, conservateur, guide, factotum… le musée peine à attirer du monde depuis quelques années mais il a récement engagé une caissiére a mi-temps.
Famille: si Elvis n’a plus ses parents depuis longtemps, il lui reste ses enfants. Il a pour ainsi dire élevé son fils seul ce qui ne lui a pas franchement réussit puisque ce dernier est partit vivre chez sa tante quand il en a eu l’occasion, Elvis a également partiellement élevéLilly Rose, la fille ainée de son ex-femme, puisque celle-ci a mis les voiles en laissant tout le monde derrière elle. Il considère Lilly comme sa fille même s’il préfère râler qu’elle le materne de trop que de le lui avouer de vive voix.
Caractère : Elvis est incapable de tenir sa langue. Trop bavard et trop franc, il a tendance à vexer sans le vouloir ceux qui gravitent autour de lui. Trop obnubilé par l’œuvre de sa vie, son musée, et par la musique, il est incapable d’entretenir une relation stable qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Pas qu’il rejette les gens, simplement qu’à force d’être mis au second plan ces derniers se lassent. Elvis est un spécialiste du ‘’bordel organisé’’, son loft situé au-dessus du musée en est l’exemple flagrant.
Pour le reste, lisez sa fiche ^^

• INSCRIS LE : 02/06/2017
• MESSAGE : 116 • POINTS : 442
• CÉLÉBRITÉ : Michael Rooker
• CRÉDITS : Myself
• DC : Mahé
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Sam 15 Juil 2017 - 2:24






img13

But the man who can sing when he hasn't got a thing
He's the king of the whole wide world

feat. Fawn







Non, elle n’est définitivement pas le genre de fille superficielle à se balader avec le parfait nécessaire de poupée dans son sac à main. Nul doute que si je fouillais ses affaires je n’y trouverais ni barrettes à fleur, ni peigne assortie. Ce raisonnement ne vaut probablement pas mieux que le sien tant il se base sur de vieux clichés mais j’en démordrais pas pour autant. Plus nous conversons, plus elle me fait penser à la vieille bibliothécaire aigrie qui surveillait les études quand j’étais môme. Et je peux pas dire que ce soit franchement un compliment à faire à une gamine de son âge. Mais peut être que je la vois ainsi parce que ses dernières questions ont touché un point sensible et que je suis un peu sur la défensive, agacé. Réaction stupide de ma part s’il en est. D’autant que ça va dans son sens, à la môme. Si je suis si heureux dans mes santiags, pourquoi ais-je besoin de me vider la tête ici… Est-ce que je dois vraiment m’étaler sur le sujet avec cette parfaite inconnue, qui prend des notes en plus. Je pèse le pour et le contre, j’analyse les options. Il me reste un peu moins de vingt minutes. Combien me coûterait une séance de psy d’une demi-heure déjà ? Et puis zut après tout, j’en ai balancé assez sur les ondes en juin dernier pour ne pas me retenir devant elle.

Alors je me mets un peu plus à l’aise, le dos bien calé contre la borne d’à côté où la cinématique d’intro d’un vieux jeu de far ouest tourne en boucle avec son cheval pixélisé galopant vers le soleil couchant. Je croise mes bras sur ma poitrine et j’essaye de pas prendre un air trop sérieux. « Tu sais ce qu’est une madeleine de Proust ? Ouai, bien sûr que tu sais. »  Question stupide, elle a certainement suffisamment de culture pour ça. « J’aime mon boulot, et mes journées sont loin d’être mauvaises au point de vouloir fuir mon train train. Bien au contraire. Quand je parlais de me changer les idées.. tu comprendras quand t’auras un job et que tu voudras une coupure pour te sortir la tète du guidon. Enfin c’est pas là que je voulais en venir. J’parlais de Proust et de ses gâteaux, y en a qui se replongent dans les séries télévisées de leur enfance, ou qui collectionnent des timbres en rapport à des évènements qui ont marqué leur vie, moi je viens ici quand j’ai envie de me replonger dans le passé. »  Je marque une pause pour voir si elle prend note de tout ça. Ouai, c’est pas si différent d’une séance chez le psy si on y réfléchi bien. Elle veut du détail ? Je vais lui en donner.  « Je sais ce que tu te dis. Il était déjà plus un gosse quand ces trucs de geeks ont vu le jour. Et t’as pas tort. Mais c’est pas si loin que j’ai besoin de remonter. »  Non… y a dix sept ans ça suffit.

« Elle avait la trentaine, moi quarante piges passées mais on valait pas mieux que des ados. Elle était belle comme les filles des magazines, j’avais encore de beaux restes. Le plan de la soirée était digne du premier lycéen venu en tout cas. Un snack, un film, un câlin. Mais un plan n’est jamais parfait que sur le papier. La pluie nous a interrompu sur le trajet entre le snack et le cinéma, et comme de bien entendu ni elle ni moi n’avions prévu de parapluie. Nous avons trouvé refuge dans une salle d’arcade un peu comme celle-ci. Elle a voulu que je lui gagne une peluche dans une de ces machines à pinces où il est impossible de ne pas perdre une petite fortune. Elle a eu sa peluche et bien qu’on ai jamais vu le film, j’ai quand même eu mon câlin. Quelques mois plus tard j’me mettais à genoux devant elle pour lui demander.. enfin tu vois... et contre toute attente j’ai pas pris le râteau du siècle. »   Sans que j’y prête vraiment attention, je me suis retrouvé avec un sourire s’étalant d’une oreille à l’autre avant la fin de mon récit. C’est vrai qu’elle était belle, Mac, c’est vrai que j’en étais dingue de cette garce. J’ferme les yeux et je revois ce stupide ours en peluche. Stop. Je me pince l’arête du nez, je hausse les sourcils, je respire un grand coup, je rouvre les yeux et je recroise les bras. « Elle s’est barrée depuis mais j’préfère me souvenir des bons moments tu vois. »  

Je n’ai pas le temps de tomber dans le pathos, Dieu merci. Sam se précipite vers nous et agitant l’enveloppe qui contenait les jetons que j’ai gagné. « J’ai quasiment tout claqué, tu veux pas reprendre le reste ? Je vais me chercher un truc à grignoter, y a plus de maïs dans la machine à popcorn, je pense aller au snack en face. Je… » Il fronce les sourcils en s’interrompant au milieu de sa phrase. Il vient à peine de remarquer mon interlocutrice et il a alors la réaction la plus étrange. « C’est ta fille ? Pardon. Enchanté, moi c’est Sam, vous devez être Lilly Rose c’est ça ? » Il lui tend la main pour la saluer mais il remarque rapidement mon bref mouvement te tête de droite à gauche et rabat aussitôt la main en question derrière sa tête comme s’il lui prenait l’envie de se gratter la nuque. « Je… je dois filer.. oublie pas la pendule Elvis. » Avec de grands yeux ronds, je le regarde s’éloigner aussi brusquement qu’il était venu avant de finalement éclater de rire. Ce gosse… « Ouai, je viens aussi pour lui. Je sais pas pourquoi il joue pas, mais ça lui plait de se prendre pour un coach. »  Ce gosse est fou. J’en suis presque à regretter de ne pas l’avoir retenu, il aurait pu m’épauler dans ma tentative de convaincre la demoiselle du bien fondé d’un endroit comme celui-là.




@Redhairedmoira



 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/
friendship never ends


♦ Je vis avec un lapin, Bambi.
♦ Je suis petite, à peine 1m55, je l'ai toujours assez mal vécut même si ma mère me disait toujours que ce qui est petit est mignon et qu'il n'y a que la mauvaise herbe qui pousse.
♦ Je me suis déjà déguisée en mec et il parait que j'étais plutôt convaincante !
♦ Je me suis déjà rendue dans une boutique de robe de mariées, pour tout essayer et finir par dire que je n'allais pas me marier à la vendeuse qui n'a pas apprécié.
♦ Je me suis rasé le crâne quand j'étais au lycée, pour la lutte contre le cancer. En plus de mon "anorexie" de l'époque, tout le monde m'a crue malade, et j'en ai beaucoup joué, surtout auprès des profs, qui n'osaient pas me donner de mauvaises notes quand je ne faisais pas un devoir.
♦ Je parle anglais, français, je me débrouille en latin et un tout petit peu d'espagnol, mais c'est pas assez pour moi, alors j'étudie pas mal les langues mortes, c'est une passion, comme les momies !
♦ Je déteste ces gens qui viennent se plaindre d'un cheveux dans leurs assiettes, regardes mieux, tu as déjà une vache morte dans ton assiette, pourquoi tu m'emmerdes avec ce cheveux qui est peut être le tient en plus !
♦ Je laisse mon père croire que je suis en étude de médecine. Je ne sais pas comment il a eu cette drôle d'idée. Tout comme je lui laisse croire que j'aime les femmes... Il aime penser que sa petite fille est différente. Je crois que c'est ma folle de mère qui lui a mit ses idées en tête.
♦ Je n'aime pas tellement le café, mais je suis une accro du thé. Je suis difficile avec la nourriture, mais je pourrais me nourrir que de sushis et de sucreries !
♦ Je me moque royalement de la mode, si je veux porter un pantalon jaune moutarde avec un haut vert pomme, un blouson rouge poivron et une casquette bleue marine, je le fais, okay ? Bon, je n'ai quand même pas si mauvais goût !
♦ J'aime me disputer en rigolant, ou regarder les gens se disputer, c'est divertissant , le pop corn s'il vous plaît ?
♦ J'ai perdu ma mère, enfin, c'est ce que je dis, pour vraie, elle est juste internée, elle ne s'est jamais remise de la mort de mon grand frère.
♦ Je suis proche de ma cousine, Lia, et son frère, mon cousin du coup, de Anna, ma meilleure amie. Je hais ce type, celui qui a causé la mort de mon frère.
♦ Je suis une nana très tactile, je n'ai aucun filtre quand je parle et je suis pas facile à vivre, faut le vouloir pour me supporter.

• INSCRIS LE : 22/05/2017
• MESSAGE : 192 • POINTS : 379
• CÉLÉBRITÉ : Nadia Esra
• CRÉDITS : moi et tumblr
• DC : la fille de l'océan, Ophée
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Lun 17 Juil 2017 - 16:25

Observer, c'est du boulot

Elvis

&

Fawn

Le vieux bonhomme me parle de madeleine de proust, me demandant si je sais ce que c'est. Répondant lui-même à sa question, bien sûr que je connais. Mais alors pourquoi poser une question si il en connaît la réponse ? Je ne comprend pas le principe… Puis il me parle de son boulot, du fait qu'il l'aime, qu'il est loin de vouloir se plaindre de ses journées. Il n'est pas là pour fuir son quotidien, mais pour se changer les idées… Il dit que je comprendrais quand j'aurais un job, que j'aurais besoin d'une coupure… Je ne vois pas pourquoi j'aurais besoin d'une coupure si je fais ce que j'aime. Je me sais incapable de passer toute une journée bloquée derrière un BUREAU, c'est bien pour cela que j'ai choisit une voie totalement différente. Un boulot qui demande des recherches, des analyses. Tout comme je suis en train de le faire ici, avec ces joueurs. Mais lui, il dit venir ici pour se replonger dans le passé.
« Mais qu'est-ce que ça vous apporte de vous replonger dans votre propre passé ? Je veux dire, vous connaissez votre histoire quand même, alors pourquoi vouloir la revivre ? »
Je fais moi-même des recherches sur le passé, sur les civilisations anciennes, perdues. Apprendre les mystères du BERCEAU de la vie. Et c'est autre chose comme mystère à résoudre qu'un BEBE qui demande à sa maman pourquoi une BOUILLOIRE ça chauffe l'eau. Ou comment les gens peuvent être dans la télé. Et pourquoi et pourquoi. Tout enfant est curieux et a sa période de questions pourquoi sur tout ce qu'il voit. Moi-même j'au connu cette période quand j'avais encore de la BAVE sur le menton. Enfin non, je ne bavais pas, c'était histoire de dire que j'étais toute petite. Même si en taille, je reste bien petite.

Je crois bien qu'en plus, le monsieur pense pour moi, disant que je dois me dire à moi-même qu'il n'était sans doute plus un gamin depuis bien longtemps quand ces jeux ont vus le jour.
« Mhh, sauf erreur de ma part, il faudrait que vous ayez plus d'une centaine d'année, rien que pour avoir connu le tout premier jeu d'arcade. Il me semble avoir lue dans un article que ça datait des années 1900-1920. »
C'est justement en me souvenant de cet article que j'ai du lire dans les vieilles affaires de mon frère que j'ai eu envie de m'arrêter ici en passant devant cette salle. Est-ce qu'il lui arrivait de venir par là parfois ? Aussi pour se changer les idées ? Aimait-il jouer sur ces vieux BIBELOTS ? Les dernières années de sa vie, après qu'il ai quitté le lycée, il était devenu comme mystérieux pour moi. Il ne me racontait pas tout comme avant. Je me demandais si il ne s'était pas trouvée une fille à aimer. Je n'ai jamais eu ma réponse à cette question… Je sais qu'il était seule dans sa BAGNOLE quand il a eu son accident, mais peut être avait-il passé la soirée avec elle. Lui qui n'était pas tellement soirée, il en avait une ce soir là. Et il passait bien plus de temps dans la BAIGNOIRE, lui qui n'aimait pas prendre de bain. J'ai toujours eu des doutes et je n'aurais probablement jamais les réponses à mes questions.

J'écoute le bonhomme me raconter sa vie, comme si j'étais sa psy. Il me parle de cette fille, qu'il trouvait aussi belle que celles qu'on voit dans les magasines. Il avait tout un programme avec cette fille, dîner au snack, pas tellement romantique un mcdo pour draguer une fille de trente ans selon mon avis, puis un ciné et enfin un câlin. Le programme a été gâché par la pluie, mais finalement la soirée fut bien mieux et c'est dans une salle comme ça qu'ils l'ont passée. Elle n'est plus avec lui, mais il veut se souvenir des bons moments avec elle…
« Vous savez, les filles dans les magasines sont belles car elles sont retouchées, même si elles ont une bonne base à l'origine, elles ne sont pas comme on le croit. C'est justement pour vendre du rêve. Donc vous avez couché avec cette fille, mais pourquoi vouloir vous souvenir d'elle si vous n'êtes plus ensemble ? Elle est morte ou quelque chose comme ça ? Pourquoi vouloir vivre dans le passé et ne pas aller de l'avant, et trouver une autre fille à mettre dans votre lit ? »

C'est alors qu'un autre homme, qu'il nomme Sam, arrive vers nous. Il est très agité. Il parle très vite au vieux monsieur, je ne fais même pas l'effort d'essayer de le comprendre. Sauf quand il me prend pour une autre, une Lilly Rose. Cette fille qui semble être celle du vieux. Il me tend la main comme pour me saluer, content de rencontrer la fille qu'il pense que je suis.
« Non, mon père à moi se trouve là haut, très haut. »
J'indique le ciel, enfin, le plafond de la salle. Et ce n'est sûrement pas de la BRODERIE qu'il fait là où il se trouve. Ni un élevage de BREBIS sauvage. Le fameux Sam se sauve aussi vite qu'il est apparue. Le vieux bonhomme m'explique que lui aussi vient pas ici pour s'amuser sur les consoles de jeux d'arcades, mais pour jouer les coachs
« Et ça lui apporte quoi ? Vous le payez ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://vancouver-rpg.forumactif.com/ http://vancouver-rpg.forumactif.com/t769-elvis-brook-vous-suggere-sa-page-instagram
friendship never ends


Elvis: Elvis doit son prénom à … Elvis, l’autre Elvis, le King, dont ses parents étaient fans. En plus de ce nom, ils lui ont également transmis la passion pour les débuts du rock qui l’anime aujourd’hui. Il est né à Vancouver et s’il a voyagé il n’a jamais habité ailleurs. Elvis, le King, est décédé le jour du vingtième anniversaire d’Elvis, le nôtre (faites le calcul ^^)
Blues’n’Roll : il s’agit du musée fondé et tenu par Elvis à Vancouver. Il est dédié au blues et aux débuts du Rock’n’Roll. Elvis y fait office de patron, conservateur, guide, factotum… le musée peine à attirer du monde depuis quelques années mais il a récement engagé une caissiére a mi-temps.
Famille: si Elvis n’a plus ses parents depuis longtemps, il lui reste ses enfants. Il a pour ainsi dire élevé son fils seul ce qui ne lui a pas franchement réussit puisque ce dernier est partit vivre chez sa tante quand il en a eu l’occasion, Elvis a également partiellement élevéLilly Rose, la fille ainée de son ex-femme, puisque celle-ci a mis les voiles en laissant tout le monde derrière elle. Il considère Lilly comme sa fille même s’il préfère râler qu’elle le materne de trop que de le lui avouer de vive voix.
Caractère : Elvis est incapable de tenir sa langue. Trop bavard et trop franc, il a tendance à vexer sans le vouloir ceux qui gravitent autour de lui. Trop obnubilé par l’œuvre de sa vie, son musée, et par la musique, il est incapable d’entretenir une relation stable qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Pas qu’il rejette les gens, simplement qu’à force d’être mis au second plan ces derniers se lassent. Elvis est un spécialiste du ‘’bordel organisé’’, son loft situé au-dessus du musée en est l’exemple flagrant.
Pour le reste, lisez sa fiche ^^

• INSCRIS LE : 02/06/2017
• MESSAGE : 116 • POINTS : 442
• CÉLÉBRITÉ : Michael Rooker
• CRÉDITS : Myself
• DC : Mahé
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn
Mar 25 Juil 2017 - 8:12






img13

But the man who can sing when he hasn't got a thing
He's the king of the whole wide world

feat. Fawn







Comme Sam disparait de son côté et qu’elle enchaine déjà sur une nouvelle question, je ressasse tout ce que cette pipelette a trouvé à répondre à ma petite histoire et au reste. Pourquoi vouloir revivre de vieux souvenirs… c’est une colle à laquelle je ne saurais répondre et sur laquelle je suis persuadé que bien des spécialistes se sont déjà penchés. Peut être pour ne pas les oublier tout simplement. Ou bien parce qu’on est tous un peu sadomaso sur les bords et qu’on aime se rappeler que le temps passe vite et qu’on est déjà trop vieux pour ces conneries. Ou peut être les deux. Faut dire qu’elle est loin l’époque où je pouvais jouer les séducteurs, une guitare à la main pour jouer la sérénade à une fille. J’ai jamais eu le sexappeal de mon homonyme, ni eu autant la classe en costume, cheveux gominé, un micro à la main, mais j’avais d’autres corde à mon arc. Les filles aimaient ça, se voir rejouer les scènes les plus niaises de leur film préféré. Même si elles n’étaient pas Olivia Newton Jones, elles n’étaient pas nombreuses fut un temps, à résister à quelques pas de danse et cette foutue chanson… I got chills, they're multiplying and I'm losing control… c’en était presque trop facile pour qui savait aligner deux notes justes et un déhanché à peu près correcte. Quant au reste… sa dernière question me fait bien trop marrer pour que je la laisse sans réponse. « Non, je paye pas Sam pour m’apprendre à jouer. Je lui ai rien demandé, il le fait parce que ça l’muse. Je suppose que si je gagne il a l’impression de gagner aussi, et si je perds je peux dire que c’est sa faute. J’pense que tu peux en déduire que je suis mauvais perdant. Et t’aurais pas tout à fait tort. »

Je marque une nouvelle pause le temps de jeter un œil à l’heure. Le moment d’accuser mon jeune complice pour ma défaite ne va pas tarder. « Au fait.. je suis désolé pour ton père. Le sujet est venu par ma faute en quelques sorte et.. enfin désolé. » J’ai toujours trouvé ça stupide, de se dire désolé pour la disparition de quelqu’un. Qu’on connait pas qui plus est. C’est pas comme si j’avais été responsable de ça de quelque façon possible, mais c’est un peu comme un reflexe. Une convenance, un truc à faire quand on veut paraitre bien élevé. Et, bien que j’aurais voulu éviter de revenir là-dessus, ça me ramené à ce qu’elle demandait plus tôt. A propos de Mac. Pourquoi  je tiens à m’en souvenir. Pourquoi ne pas aller de l’avant. « Elle est juste partie. » Merde. Pourquoi j’arrive pas tout simplement à me taire et parler d’autre chose. « Je suppose que si j’veux tant me souvenir de nos débuts c’est qu’on était heureux à une époque, elle, les gosses et moi. Avant qu’elle devienne trop barge pour moi. Avant que je sois trop occupé pour elle. » Oui quelque chose dans ce gout là. Ou bien.. « Peut être qu’au contraire je me dis que si j’avais fait les choses autrement ce soir là, si j’avais pas réussi à lui avoir sa peluche… » je me perds un instant dans cette pensée que je refoule aussitôt. Non, si j’ai des regrets ce n’est certainement pas d’avoir eu la chance d’être père une fois et demi, mais bien de ne pas avoir su le rester. « Enfin t’en fais pas pour moi, d’autres filles dans mon lit, y en a eu suffisamment et y en aura encore d’autres. » Parfait, j’ai réussi à éviter de tomber dans le pathétique pour tomber dans le pervers. Charmant. Bravo Elvis.  

Et je cherche à rebondir sur autre chose, histoire de pas passer la nuit au poste pour harcèlement, mais je me fait attraper par le bras par un Sam surexcité. « Magne toi, magnez vous tous les deux sinon c’est le forfait. » Tous les deux ? Oui tient pourquoi pas. « Approche toi, tu comprendras peut être mieux si tu viens voir le match. » que j’ai simplement le temps d’adresser à la gamine avant que mon coach m’entraine vers la borne. Le reste ne vaut pas la peine d’être compté. Je ne sais si la curieuse sceptique s’est en effet rapprochée pour voir, mais pour sur le spectacle n’a rien de fabuleux. Je sauve un pauvre round qui ne pèse pas lourd au milieu du désastre. En quelques minutes à peine, mon Dhalsim a simplement explosé devant la Karin parfaitement maitrisée de l’ado qui ne se prive pas pour s’en vanter comme il se doit. Ça met Sam hors de lui mais il a tôt fait de se calmer quand je donne l’enveloppe de coupons en tous genre allouée au second. « C’est ma faute, tu as raison, j’étais pas concentré. » Ce genre de phrase marche à tous les coups. Tu as raison. Trois petits mots qui servent à régler tous les problèmes. Il part en me faisant promettre de bosser d’ici le prochain tournois et moi je reviens vers le petit brin de femme au calepin. « Je sais que je t’avais demandé de pas parler de ma défaite dans tes notes mais… » Je lui indique le groupe qui gravite autour du champion de la soirée d’un signe du menton. « Mais si tu veux préciser que ce petit gars n’a gagné que parce qu’en face y avait un presque soixantenaire, ça me va. Qu’il arrête de se prendre pour le roi du monde. J’sais bien que ça s’appelle e-sport parce que c’est de la compétition, mais c’est juste un tournois local avec des amateurs, c’est pas les championnats du monde. » Mon ton est volontairement moqueur. Pas que j’ai la défaite mauvaise, il était meilleur point final. Simplement que je n’aime pas les vantards dans son genre. Ils vieillissent généralement mal, deviennent de vieux cons… et si je pardonne les railleries d’un gamin, je sais ne pas être le seul à mal réagir si un adulte me sert ce genre de commentaires. Ça lui jouera des tours…



@Redhairedmoira



 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
friendship never ends
MessageSujet: Re: But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn

Revenir en haut Aller en bas
 

But the man who can sing when he hasn't got a thing He's the king of the whole wide world ~feat. Fawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. [Appartement Robertson] Let's sing together.
» 03. Sing if you can...!
» Who can sing for me ? [30/01 21h10]
» 05. Sing !
» (Idée à la c—) Mission 1000% Sparking : Please sing with me!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bang Bang Vancouver :: City of Vancouver :: nord est :: Mount Pleasant-